Renault 17G, la Gordini oubliée

Aller en bas

Renault 17G, la Gordini oubliée

Message par Modena49 le Jeu 3 Juil - 3:05:37

j'avais oublié qu'il avait fait une R17 gordini

Au début des années 1970, Renault est l’actionnaire majoritaire d’Alpine. Le service compétition Renault est transféré à Dieppe chez Alpine. Ce qui provoquera quelques étincelles entre les " artisans " compétents d’Alpine et la lourde bureaucratie de chez Renault.
A cette époque, la régie travaille au développement du moteur F1 1500 cm3 suralimenté. Le programme sport est orienté vers la piste, formule 1 et 24 h du Mans
Parallèlement, l’activité rallye est assurée par les Alpine de Jean Rédelé. Les berlinettes, préparées à Dieppe par le service compétition d’Alpine, conduites par des pilotes de talent se montrent redoutables dans les disciplines routières, au point de viser et de gagner le championnat du monde en 1973. Fait historique, dont Renault se satisfait tout en oubliant un peu vite, qu’il dispose d’un outil et d’une équipe très performants grâce à Alpine, son service compétition, et à ses pilotes hors du commun. La logique aurait voulue que le titre soit remis en jeu l’année suivante. . En fait il n’y a pas une vrai politique sportive chez Renault,et les décisions sont prises au coup par coup. Mais, ne revenons pas sur cette page.
N’oublions pas non plus que nous sommes à l’époque du premier choc pétrolier et que les pouvoirs politiques et les médias pèsent de toutes leurs forces pour faire disparaître le sport automobile, " grand consommateur de carburant et pollueur, en plus ! " ou, qu’au moins, on n’en parle plus….L’histoire à fait la suite, même si ce n’est plus du tout pareil…….
A cette époque, les R8 Gordini, qui ont eu le succès que l’on sait, bien que leur développement fut conduit empiriquement, ne sont plus produites et les R12 Gordini, bien qu’indestructibles, n’ont pas suscité l’engouement escompté auprès du public, malgré leurs qualités intrinsèques. Renault qui a toujours joué un rôle direct ou indirect dans le sport automobile populaire, n’a plus de produit porteur de grande diffusion dans la catégorie " petite sportive populaire ".
Les coupés R15 & R17 entrent en production en 1972, issus de la R12, et Renault décide de faire courir des R17 TS pour donner une image sportive à ces voitures. C’est avant tout un choix marketing.
Le développement d’une vraie sportive sur base R 17 TS est confié à Hubert Melot, du service Recherche & développement, ancien pilote R8G, et à son équipe. Il s’agit de donner un bon comportement routier à la R17, très sous-vireuses et d’améliorer sa motricité. Un moteur performant devra aussi prendre la place du moteur d’origine, pour que la voiture soit compétitive.
La base est bonne, il s’agit d’un coupé 2 portes, la caisse et la plate forme(R12), sont rigides. A l’époque, les compétiteurs en Gr 2 sont : Opel avec les Kadett GSE, Ford avec les RS 2000, BMW et les 2002tii, Fiat 124, etc…
Le premier travail de l’équipe de H.Melot, consistera à alléger la voiture et à renforcer la stucture. Puis à revoir les épures de suspension et la raideur du train avant afin d’obtenir un comportement plus neutre et de faire passer les chevaux.
Coté moteur, on récupère le groupe 807G issu de la R12G kité Gr2. Le kit fait passer la cylindrée de 1565cm3 à 1596 cm3, et permet d’obtenir 160 cv équipé de deux double corps Weber, ou 170 cv avec l’injection mécanique Lucas à 7200 t/mn. Un radiateur d’huile est ajouté à l’avant du radiateur d’eau.
Fin 1973, alors que la R17 TS a déjà participée à de nombreuses épreuves et obtenu quelques succès en Gr 2 et Gr 5, un nouveau moteur réalisé chez Renault Gordini, est adapté, offrant plus de couple. En partant du groupe 1605 cm3, augmenté à 1774 cm3, et équipé de deux double corps de 45 Weber, on parvient à 170cv à 7000 t/mn et 19,9 m.kg à 6000 t/mn. Parallèlement, les travaux de répartition des masses et d’allègement se poursuivent et une trentaine de kg sont encore éliminés. Certain éléments de carrosserie en aluminium ont été essayés, mais devant les difficultés de fabrication, on reviendra à des éléments en acier mince qui garantiront une masse identique. En Gr2 un autobloquant à disques et une boite ZF sont installés. Une monte pneumatique élargie est adoptée, dont les dimensions varieront en fonction du type d’épreuve.
Début 1974, une direction assistée est installée en vue de rendre la conduite plus confortable pour les pilotes
Des succès fort honorables sont obtenus en rallye raid, Maroc, Syrie.
Enfin, nous y voilà : l’appellation R17 Gordini apparaît pour la première fois au cours de l’année 1974, à l’occasion de l’épreuve du Press On Regardless aux USA, où Renault ayant engagé trois voitures officielles, verra deux de ses équipages sur le podium, 1° (Therier) et 3° (Nicolas), plus une 6° place (Darniche). Bon coup de pub pour Renault qui est propriétaire d’AMC 4° constructeur des Etats-Unis.
A cette occasion la R17 Gordini aurait du recevoir le fameux moteur 807 G 4, 1774 cm3, injection, développé en quelques mois par Bernard Dudot et François Castaing ( plus quelques autres ). Un vrai moteur moderne, avec deux ACT et 4 soupapes par cylindre, qui devait fournir plus de 200 cv à 7800 t/mn et 19,5 m.kg à 6500 t/mn. Mais suite à des problèmes de fiabilité les moteurs 1796cm3, 8 soupapes Mignotet (A110 1800), aux caractéristiques fort proches seront préférés. Finalement, ce moteur ne sera monté qu’en fin d’année. Malheureusement, le moteur 807 G 4,n’ayant jamais été fiabilisé ne sera utilisé qu’épisodiquement, et ne donnera jamais pleine satisfaction.
Note : ce moteur a également été utilisé sur les Alpine A 310 4 cyl., en version carburateurs, il aurait donné environ 180/190 cv. On a vraiment du louper quelque chose…
L’équipe Alpine, chargée du suivi en course, imposera les moteurs 1800 Mignotet, fiables et endurants dans la plupart des épreuves " terre " : Maroc, Acropole, etc…, ce que Renault Sport eut du mal à avaler.
Les améliorations châssis et les allègements se poursuivent.
La voiture est devenu très compétitive au niveau comportement et moteur, bien qu’elle reste une traction avant, et qui plus est, avec un moteur longitudinal en porte à faux avant. Il faut donc saluer le travail accompli par l’équipe de H. Melot. La presse spécialisée de l’époque ne s’y trompera pas et rendra hommage à l’équipe.
Les 14 R17 Gordini usine, construites à Dieppe, continueront une carrière officielle en demi teinte, en version Gr2 & Gr5, aux mains de pilotes de renoms et de grands talents, souvent ex-Alpine, jusqu’en 1975. Les résultats peu relayés par les médias, plus la politique hésitante de Renault, orientée principalement vers la F1, auront raison de la dernière des Gordini. Quelques écuries privées continueront à faire confiance à ces excellentes voitures, fiables et performantes, notamment dans les ex-pays de l’Est, et obtiendront encore de francs succès face à la concurrence de l’époque.

Extrait du palmarès des R17 TS et Gordini.

1972 : Ronde Cévenole J.P Nicolas Abandon
1973 : Neige & glace J.L Therier Abandon
1973 : Ronde Cévenole J.P Nicolas 3°groupe.3°scratch
1973 : Ronde Cévenole J.F Piot Abandon
1973 :Rallye Morvan Maistre 16°scratch
1973 :Tour de la Nièvre Maistre 1°groupe.3°scratch
1973 :Cote d’Ivoire J.F Piot Abandon

1974 : Neige & glace J.L Therier 3° scratch
1974 :East African safari J.P Nicolas Abandon
1974 :East African safari J.F Piot Abandon
1974 :Rallye du Maroc J.F Piot Abandon
1974 :Rallye du Maroc J.L Therier 2° scratch
1974 :Ronde Cévenole J.F Piot 3° scratch
1974 :Rallye Liban Syrie J.H Walid 1° scratch
1974 :Rallye Liban Syrie J.F Piot 2° scratch
1974 :Press On Regadless J.L Therier 1°scratch
1974 :Press On Regadless J.P Nicolas 3°scratch
1974 :Press On Regadless Darniche 6°scratch
1974 :Tour de Corse J.F Piot 8°scratch
1975 :Monte Carlo J.F Piot 1° Gr2, 5°scratch
1975 : Neige& glace J.F Piot 2 :scratch
1975 : Neige& glace J.P Nicolas 3 :scratch
1975 : East African Safari J.F Piot Abandon
1975 : Criterium de l’ouest : J-L Therier 2° scratch
1975 :Ronde limousine J-F Piot 3° scratch
1975 :Ronde de la première terre J.P Nicolas 1° scratch
1975 :Ronde du Vivarais J.P Nicolas 2° scratch
1975 :Rallye du Maroc Bob Neyret 3° scratch
1975 :Rallye Cote d’Ivoire F Turco 6° scratch
1975 :Cote d’Ivoire/Cote d’Azur 23° scratch
sourceforum321auto

Puis, arriva la R5 Turbo. Mais là, c’est une autre histoire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renault 17G, la Gordini oubliée

Message par Invité le Dim 8 Sep - 6:20:14

La mentalité de certains constructeurs comme Peugeot ou Renault est que dès qu'un modèle ne marche pas ou n'est pas rentable, on laisse tomber. C'est ce qui est arrivé à la R17 Gordini et à la R12 Gordini.

Du coup, on se souvient plus de la R8 Gordini que de ses modèles qui ont succédé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum