Bakou a surpris Pirelli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bakou a surpris Pirelli

Message par Modena49 le Mar 21 Juin - 5:33:33

Bakou a surpris Pirelli
Par Grégory Demoen  
© XPB Images
La toute première édition du Grand Prix d’Europe en Azerbaïdjan a été remportée par Nico Rosberg, qui a signé son cinquième succès de la saison.
L’Allemand s’était élancé depuis la pole position et a rejoint l’arrivée en ne s’arrêtant qu’une fois, basculant des pneumatiques super-tendres aux tendres sans pour autant céder les commandes de la course.
Le top 6 a également pris le départ avec les super-tendres et, comme Rosberg, ne passa qu’en une occasion par la voie des stands pour chausser les tendres, entre les huitième et les 21ème tours.
Cela signifie que pour Kimi Räikkönen et sa Ferrari, les premiers à s’arrêter, le relais avec ce dernier mélange a duré 43 tours. Cette performance a été réalisée alors que le degré d’usure était plus important que prévu, le thermomètre affichant des valeurs plus élevées qu’au cours des essais libres et des qualifications.
En coupant la ligne d’arrivée en neuvième position après s’être élancé de la douzième place, Nico Hülkenberg, sur Force India, est pour sa part le mieux classé des trois pilotes ayant opté pour les tendres au départ. L’Allemand ne s’est cependant arrêté qu’une fois, tandis que Daniel Ricciardo décroche le meilleur résultat des concurrents ayant respecté deux pitstops.
A l’image de son équipier Max Verstappen, le pilote Red Bull a d’ailleurs utilisé les trois mélanges proposés en Azerbaïdjan : super-tendres, tendres et médiums.
Pascal Wehrlein (Manor) a également fait le choix d’une stratégie alternative. Il boucla un long premier relais de 29 tours avec les tendres, puis bascula sur les médiums avant son abandon. Kevin Magnussen et sa Renault, au contraire, ont allongé leur dernier en tendres, et parcouru 46 tours. C’est cependant moins qu’Haryanto qui en totalise 48.
"Ce Grand Prix à Bakou nous a apporté son lot de surprises. D’abord avec les températures de piste qui ont dépassé 50°C au tiers de l’épreuve, avant de ne baisser que sensiblement. Mais aussi parce que la voiture de sécurité, que tout le monde attendait, n’est jamais venue", analyse Paul Hembery, le responsable de la compétition de Pirelli.
"Comme nous l’avions envisagé, le vainqueur n’a effectué qu’un arrêt aux stands. Pourtant, malgré la longueur du tour et les hautes vitesses atteintes, l’usure et la dégradation ont été importantes. Nous avons pu constater que différentes stratégies avaient été tentées, parmi lesquelles de longs relais avec la gomme super-tendre qui joua un rôle déterminant dans le succès de Rosberg sur ce circuit spectaculaire."

http://www.f1i.com/infos/bakou-a-surpris-pirelli/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24957
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum