Technique - Des départs à l'ancienne en 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Technique - Des départs à l'ancienne en 2016

Message par Modena49 le Mer 23 Mar - 0:56:13

Technique - Des départs à l'ancienne en 2016


2016-03-21

La Formule 1 a remonté le temps lorsque les feux se sont éteints au Grand Prix d'Australie, comme l'expliquent Giorgio Piola et Matt Somerfield.

Les pilotes de Formule 1 ne sont autorisés à utiliser qu’une seule main pour gérer leur embrayage lors des départs cette année. Une mesure qui entre dans le cadre des efforts fournis par la FIA pour limiter l’influence des équipes.

Les limites fixées par la FIA

En août dernier, l’instance dirigeante du sport automobile a dévoilé les nouvelles restrictions introduites pour la saison 2016, visant à restreindre les aides au pilotage en F1. Elles comportaient des changements concernant les réglages de l’embrayage pour les départs, dont la majeure partie de la procédure était gérée par des systèmes et logiciels très intelligents.


S’il y a bien eu des changements autour de la recherche du point de patinage, introduits dès le Grand Prix de Belgique l’an dernier, l’intégralité des restrictions a été repoussée au début de la saison 2016. Les mesures présentées au mois d’août consistent en une limitation à un seul dispositif de gestion de l’embrayage pour les pilotes, mettant fin au système à double palettes qui apportait une grande aide aux pilotes sur la grille ces dernières années.  
Toutefois, la définition exacte de dispositif "unique" étant floue, qui plus est avec l’option de conserver malgré tout des double palettes (comme sur le système utilisé par Ferrari), la FIA a fait en sorte de s’assurer que les équipes et les pilotes ne trouvent pas une manière de contourner les restrictions.

Une seule main

Dans une note envoyée aux équipes pendant l’hiver, le directeur de course de la F1, Charlie Whiting, a clarifié la façon dont la FIA jugera le contrôle de l’embrayage par les pilotes au début de la course. 
"À moins qu’un défaut clairement identifié ne survienne pendant la procédure de départ, le pilote ne peut utiliser qu’une main pour gérer une palette d’embrayage unique pour le départ", précise Whiting. "Cela n’empêchera pas la mise en place d’une seconde palette, mais une seule devra être utilisée pour le départ."
"À l’endroit où deux palettes sont mises en place, aucune interaction entre elles ni participation à l’association du SECU (Standard Engine Control Unit) ne sera permise et, en outre, les concurrents devront être en mesure de démontrer, en cas de doute, que chacune des palettes peut être gérée avec une seule main."
Les nouvelles restrictions, s’ajoutant à celles déjà en vigueur pour la recherche du point de patinage, mettront beaucoup plus l’accent sur la manœuvre du pilote pour les départs. C’est la raison pour laquelle les simulations de départ ont été extrêmement nombreuses lors des essais hivernaux à Barcelone, avec des pilotes bien décidés à être totalement prêts pour le premier départ de la saison à Melbourne.

L'Histoire des palettes, par Giorgio Piola

Ferrari a lancé la mode des palettes derrière le volant lorsque sa voiture de 1989, la 640, a été la première à utiliser une boîte de vitesses semi-automatique. Il s'agissait d'une innovation si révolutionnaire pour l'époque que le dessin de Giorgio Piola ci-dessous pourrait bien être son oeuvre la plus connue.
 

Le volant de la Ferrari 640
Photo de: Giorgio Piola
La première équipe à mettre l'embrayage sur le volant a été McLaren en 1994, mais seulement sur la voiture de Mika Häkkinen, qui souhaitait se limiter à deux pédales.
Martin Brundle a conservé les trois pédales, comme les pilotes suivants, car à cause de blessures subies dans un accident, il n'était pas capable de freiner assez fort du pied gauche.
 

Les pédales d'embrayage de Hakkinen et Coulthard en 1994
Photo de: Giorgio Piola
Certains pilotes, comme Heinz-Harald Frentzen en 1995, étaient à l'aise avec la présence d'une palette d'embrayage unique derrière le volant.
 

Le volant de Heinz-Harald Frentzen en 1995
Photo de: Giorgio Piola
Jacques Villeneuve, quant à lui, disposait d'une solution unique sur sa Williams, il a choisi d'avoir l'embrayage à gauche et la sélection des vitesses uniquement à droite en tirant la palette pour passer à la vitesse supérieure et en la poussant pour rétrograder.
 

Le volant de Jacques Villeneuve en 1997
http://fr.motorsport.com/f1/news/technique-des-departs-a-lancienne-en-2016-679589/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24947
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum