L’année Ferrari ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’année Ferrari ?

Message par Modena49 le Mar 15 Mar - 13:46:22



UNE MENACE RÉELLE ?

L’an passé, Ferrari avait créé la surprise en devenant le principal rival de Mercedes, après une saison 2014 sans victoire et terminée au quatrième rang, derrière Mercedes, Red Bull et Williams. Propulsée par un V6 revu et corrigé, la Ferrari 2015 avait fait se cabrer à nouveau le Cavallino en arrachant trois succès à l’ogre argenté, grâce à l’opportunisme d’un Sebastian Vettel revenu à son meilleur niveau. La Scuderia poursuivra-t-elle son ascension cette saison au point d’inquiéter les Flèches d’argent ? Nikki Lauda estime que l’avantage de Mercedes a fondu en ce doux hiver:

“L’écart a changé, a déclaré l’Autrichien à La Gazzetta dello Sport. L’année passée, nous avions un avantage de six dixièmes de seconde. Cette année, ce sera beaucoup plus serré : notre avance a sans doute chuté à quelque chose comme deux dixièmes. Tout peut donc arriver.”

Sur le papier, Maranello dispose cette année de tout ce qu’il faut pour se rapprocher. Dotée d’un budget équivalent à celui de Mercedes (environ 400 millions d’euros annuels), l’écurie bénéficie enfin de stabilité dans ses rangs techniques. James Allison (directeur technique), Dirk de Beer (responsable aérodynamique), Simone Resta (designer en chef) et Mattia Binotto (directeur moteur) collaborent depuis deux ans et ont pu concevoir la SF16-H selon leurs exigences, en faisant table rase du passé.

Loin d’être révolutionnaire (ce qui n’est pas une tare quand on songe à l’association McLaren-Honda), la SF16-H a renoncé aux particularités de sa devancière pour rentrer dans le rang en adoptant des solutions éprouvées ailleurs (nez court, suspension avant à poussoir, positionnement des MGU-K et -H). De quoi en faire une rivale de la Mercedes ? Certes, la voiture a quitté Barcelone avec le meilleur chrono, signé par Kimi Räikkönen en gommes ultra-tendres, mais que peut-on tirer d’une telle information ?



COMPARAISON N’EST PAS (TOUJOURS) RAISON

En comparant les meilleurs temps et les kilométrages respectifs de Ferrari (1’22”765 en ultra-tendres ; 856 tours couverts) et de Mercedes (1’23”022 en tendres ; 1 329 tours), on se rend compte que les programmes d’essais des deux écuries étaient vraisemblablement différents. Plan sans doute centré sur la course pour les Champions du monde en titre (aucun tour bouclé en super- ni ultra-tendre), et davantage focalisé sur la recherche de la performance pour les Rouges. Difficile dès lors d’en déduire une indication significative.

Nombre d’observateurs ont malgré tout spéculé en comparant les temps en tendres de la SF16-H et avec ceux de la W07, citant Maurizzio Arrivabene qui s’exprimait sur le temps réalisé par Kimi Räikkönen : “Plus que son meilleur chrono [1’22”765] réussi malgré un vent violent, c’est son tour en gommes tendres [1’23”009] qui me comble.” Un temps à comparer au tour bouclé par Nico Rosberg en 1’23”022, qui indiquerait une nette amélioration dans le chef de Ferrari.

En réalité, il est très délicat d’estimer la plus-value éventuelle, et pas seulement parce que ces chronos ont été réalisés dans des conditions différentes : Rosberg a signé son temps le premier jour, Räikkönen le troisième, par des températures plus fraîches. On ignore par ailleurs la quantité d’essence embarquée par les deux voitures, le niveau de grip offert par la piste à deux jours d’intervalle, les réglages adoptés sur chaque V6, etc. James Allison a-t-il réellement trouvé six dixièmes de seconde (retard moyen qu’accusait la SF15-T en qualification l’an passé) ? C’est optimiste mais possible. Entre 2014 et 2015, le déficit en vitesse du Cheval cabré a plongé de 1,14 % (environ 1”026) à 0,77 % (0”693), un niveau assez similaire à celui de 2012 et 2013. Un bond en avant conséquent, dû au fait que le V6 2014 était un fiasco…


LE FACTEUR PNEUMATIQUE

Outre la compétitivité intrinsèque de la SF16-H (dont on aura une idée plus précise, quoique pas encore définitive, le week-end prochain en Australie), la vitesse de développement et l’exploitation des pneumatiques détermineront aussi la compétitivité des Rouges. Un autre facteur pourrait jouer : les tensions entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg – à condition que celui-ci continue sur sa lancée de la fin de saison dernière. Désormais plus libres sur le plan stratégique (dixit Toto Wolff la semaine passée à Stuttgart), les pilotes Mercedes pourraient perdre des plumes en s’entredéchirant et en tentant des stratégies osées… Ce qui permettrait à Sebastian Vettel de tirer les marrons du feu.

Même si Ferrari a progressé, Mercedes reste logiquement candidate à sa propre succession, car on imagine mal Brackley et Brixworth s’être croisé les bras durant l’hiver.


Mais pour cela, il faut que la Ferrari soit suffisamment proche de la Flèche d’argent et ne soit pas menacée par la Williams, impressionnante en essais. Si aucune supériorité n’est éternelle, celle de Mercedes paraît toutefois solide, tant l’écurie maîtrise la formule hybride. Elle reste candidate à sa propre succession, car on imagine mal Brackley et Brixworth s’être croisé les bras durant l’hiver. Or Sergio Marchionne, le patron de Ferrari, entend bien s’appuyer sur les succès de la Scuderia en Grand Prix pour faire galoper la cote des actions du Cheval cabré en Bourse.

Dans quelques jours, à Melbourne, on connaîtra enfin le cours réel de chaque écurie et de chaque pilote, dont les actions en piste seront cotées à l’aune de leur obligation de résultat. Et l’on saura si la Ferrari est suffisamment rapide pour sortir du rouge ou pas.



http://www.f1i.com/magazine/magazine-features/lannee-ferrari/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’année Ferrari ?

Message par Guylaine le Mer 16 Mar - 9:13:34

On se la souhaite bien....



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20523
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum