03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par Guylaine le Sam 30 Jan - 4:55:40



Circuit international de Bahreïn RSS

Sakhir, Bahreïn

Circuit : Race
Longueur 6.299kms
Nombre de virages 23
Circulation horaire
Capacité 50,000
Achevé en 2004
Designer Hermann Tilke



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20428
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par Modena49 le Mer 10 Fév - 15:24:09

Le circuit de Sakhir à la loupe


 

Après un investissement de près de 220 millions d’euros pour sortir du désert, le circuit de Sakhir célèbre cette année les dix ans de son apparition au calendrier du Championnat du monde de Formule 1. Histoire de bien marquer le coup, il sera pour la première fois couru de nuit (départ à 18h, heure locale), à la manière du Grand Prix de Singapour. Ainsi, ce ne sont pas moins de 495 pylônes qui jalonneront le périmètre pour éclairer la piste.
Le complexe bahreïni était pourtant déjà suffisamment impressionnant. Il comprend aujourd’hui six tracés dédiés aux différents sports mécaniques, mais tous sont victimes du même fléau : le sable. Avec le vent (relativement fort sur cette petite île de Bahreïn), celui-ci risque en effet de venir lécher la piste et de tourbillonner au point de la rendre dangereusement glissante. Heureusement, un produit adhésif est pulvérisé sur les pourtours de la piste de manière à ce que les grains de sable collent les uns aux autres. Le phénomène est donc réduit au maximum, mais la surface évolue malgré tout.
Le Grand Prix étant désormais couru de nuit, la chaleur ne devrait plus être un problème insurmontable, comme il a pu l’être ces dernières années (un pilote pouvait alors perdre 2 à 3 kilos durant la course). Les pilotes seront donc plus à l’aise et le spectacle devrait être au rendez-vous, notamment car ce tracé incarne parfaitement ce qu’on appelle un circuit 'stop and go' : il combine virages à haute et à basse vitesse.
"Les deux meilleures opportunités de dépassements se trouvent dans les premier et quatrième virages en épingle (T1 et T4), commente Sergio Pérez. Ce sont deux bons endroits pour attaquer : vous pouvez pousser un autre pilote vers la ligne intérieur et puis attaquer à la sortie, quand ils sont plus vulnérables."
Ce premier virage T1 a récemment été nommé 'virage Michael Schumacher' en hommage au septuple Champion du monde plongé depuis plus de trois mois dans un coma artificiel au CHU de Grenoble. Il est perçu comme l’un des meilleurs endroits pour dépasser, de tout le calendrier ! On y arrive en effet à plus de 300 km/h pour freiner aux alentours de 60 km/h. La différence est énorme et on peut y prendre facilement l’avantage sur un rival.
Le freinage : un véritable casse-tête

Le circuit de Sakhir est aussi le premier de l’année qui pourrait donner quelques maux de têtes aux écuries en ce qui concerne le freinage. Même si la plupart des équipes a pu expérimenter différents réglages durant l’hiver sur ce tracé que chaque pilote connaît désormais parfaitement, la complexité des nouveaux freins à gestion électronique pourrait poser problème.
Les longues lignes droites et les importants ralentissements ne signifient donc qu’une chose : la moindre erreur de calcul se paye cash au niveau des freins. La stabilité au freinage sera capitale, sans parler du refroidissement des disques par les écopes qui sera l’un des plus gros challenge du week-end.
"Le freinage pour les virages 9 et 10 est le plus piégeux, indique Jean-Éric Vergne. Il faut freiner fort, tard, en tournant, à un endroit où la roue avant gauche se lève. Nous bloquons donc souvent nos roues au niveau de cette portion, et le manque de décor aux alentours ne change rien, car nous ne prenons pas de repères visuels hors-piste."
D’autres virages sont aussi à mettre en évidence comme le rapide enchaînement T6 et T7 ou encore le gauche T11 en montée. "Pour faire au mieux dans ces virages, vous avez besoin d’un aileron avant très efficace et de beaucoup d’adhérence", précise Jenson Button.
Malgré l’apparente difficulté du tracé et des conditions peu idéales, il est bon de noter que Sakhir est le premier circuit au monde à avoir reçu le prix de la 'FIA Institute Centre of Excellence Award' pour la sécurité optimale qu’il offre aux pilotes. Les infrastructures d’accueil ont également été récompensées, notamment grâce à son centre médical.


http://www.f1i.com/f1i-features/circuit-sakhir-loupe/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24957
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par Modena49 le Jeu 31 Mar - 15:55:52

Les trois enjeux du Grand Prix de Bahreïn
Par Nicolas Carpentiers
© XPB Images
1 – DES QUESTIONS ENCORE EN SUSPENS

Une seule course permet-elle de tirer quelque conclusion raisonnable ? Rien n’est moins sûr, a fortiori quand le tracé est atypique (en l’occurrence celui de l’Albert Park, non permanent et semi-urbain). Le Grand Prix de Bahreïn devrait donc être l’occasion de se faire une idée plus précise de la hiérarchie aux avant-postes – enfin, aussi précise que possible étant donné que la variable pneumatique complique singulièrement la lecture des chronos (voir page 3).
Première question à lever : celle des départs. On verra à Sakhir si l’envol raté des Mercedes à Melbourne était un faux pas passager ou une faiblesse intrinsèque à corriger. Cette saison, les pilotes ne peuvent plus se servir que d’une seule palette au lieu de deux l’an dernier (l’une servait à débrayer complètement et l’autre à maintenir l’embrayage dans une position partiellement engagée, réglée sur le point de friction optimal).
Le Grand Prix de Bahreïn devrait être l’occasion de se faire une idée plus précise de la hiérarchie aux avant-postes
On sait que Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen utilisent une longue palette sur toute la largeur du volant (au lieu d’une des deux petites palettes en vigueur l’an passé), sans que l’on identifie plus précisément l’avantage que possède la Scuderia en la matière (Grosjean et Gutiérrez, qui utilisent le même volant, et sans doute le même logiciel, n’ont pas pris de départ en flèche en Australie).
© XPB Images
La deuxième interrogation porte sur la véritable compétitivité des SF16-H par rapport aux Flèches d’argent : Vettel se serait-il imposé s’il avait chaussé les médiums ? L’avance que détient Mercedes en qualification (huit dixièmes de seconde à Melbourne, à prendre avec les précautions d'usage) tient en partie à une cartographie moteur spécifique pour le samedi (très agressive sur quelques tours) et à la difficulté qu’ont les Ferrari à chauffer leurs pneus avant rapidement, sur un tour.
En course, à la fin du premier relais, Vettel avait creusé un écart de 3”5 sur Rosberg avant que celui-ci n'effectue son premier pitstop : cette avance était-elle due au fait de partir devant sans être gêné par les turbulences ou bien était-il le signe de la vélocité intrinsèque de la Ferrari ? Si la SF16-H s'est rapprochée en configuration de course, elle n'est sans doute pas au niveau de la Mercedes. Au terme du relais qui a suivi le drapeau rouge (du 19e au 34e tour), Vettel (chaussé de super-tendres usagés, selon les informations fournies par Pirelli après la course) n’a pris que 1”4 à Rosberg (en médiums neufs). Est-ce parce que, selon une source généralement bien informée, Ferrari n’aurait pas exploité tout le potentiel de son moteur à Melbourne par souci de fiabilité ?
Enfin, on sait que le tracé de Melbourne, traditionnellement, ne convient pas aux monoplaces italiennes. Il y a un an, c’est là qu’elles avaient accusé leur plus gros déficit en qualification sur les Flèches d'argent (1”4 seconde), alors qu’elles avaient bien limité les dégâts à Sakhir (en tournant à quatre dixièmes des Mercedes le samedi, soit le troisième plus petit déficit en qualification en 2015, après Monza et Sepang). Même si elles chutent au fil de la tombée de la nuit, les températures plus élevées qu’en Australie devraient également aider les bolides écarlates du point de vue pneumatique (on se souvient que Räikkönen avait osé une stratégie audacieuse l’an dernier, qui l’avait mené à la deuxième marche du podium)…
Autant de zones d’ombre, donc, que les projecteurs de Bahreïn devraient mettre en lumière, ce qui éclairerait nos lanternes.



© XPB Images
2 – TORO ROSSO DEVANT WILLIAMS ?

L’an passé, les Williams de Massa et Bottas constituaient la troisième force du plateau à Bahreïn. Il n’est pas sûr que cela soit encore le cas dimanche : Pat Symonds situe les FW38 (qui seraient dotées d'un nez plus court ce week-end) derrière les Toro Rosso. Pénalisées dans les longues lignes droites en 2015, les monoplaces de Sainz et Verstappen pourront cette fois faire parler leur cavalerie italienne pour glaner quelques points sur un circuit que les bolides de Faenza ont jusqu'à présent toujours quitté sur un score vierge.
Le duel Verstappen-Sainz sera intéressant à suivre, après les critiques exprimées publiquement par le Hollandais contre son équipe. Max a paru avoir la mémoire courte : à Singapour, l’an passé, c’est lui qui était resté sourd aux injonctions de sa formation, qui le priait de laisser passer Sainz... Comment une équipe devrait-elle considérer les requêtes d’un pilote qui ne respecte pas lui-même les consignes ? En outre, la décision de Verstappen de rentrer au stand au 32e tour pour changer de pneus sans y avoir été invité par le team lui a fait perdre de nombreuses secondes et, sans doute, des points précieux. Or la squadra de Faenza doit profiter des premières manches pour récolter un maximum d’unités, sachant que sa motorisation n’évoluera pas en cours de saison. Verstappen est doué, rapide, mais il doit encore apprendre à garder la tête froide.
On est aussi impatient de voir comment la Haas se comportera dans un milieu de peloton où les écarts de performance sont faibles et où les faux pas – opérationnels ou stratégiques – peuvent dès lors avoir de grands effets. On suivra de près également la course des McLaren (celle de Stoffel Vandoorne en particulier), leur prestation australienne n'ayant pas permis de voir grand-chose des progrès annoncés.



© XPB Images
3 ­– MYSTÈRE ET BOULES DE GOMME

Trois types de gommes, avec des dégradations différentes, peuvent être utilisés en même temps en course : voilà qui n’aide pas à établir une hiérarchie entre les monoplaces. En proposant trois mélanges par Grand Prix, Pirelli a de facto multiplié les possibilités stratégiques. Le Grand Prix de Bahreïn (et plus encore celui de Chine) devrait confirmer cette tendance, puisque Mercedes n’a choisi qu’un seul train de médiums contre trois à Ferrari et Williams (Hamilton et Rosberg auront deux trains de tendres de plus que Vettel et Räikkönen).
L’introduction d’un troisième type de gomme a aussi pour effet de multiplier les dépassements (40 manœuvres à Melbourne, contre 13 en 2015), ce qui pourrait diminuer l’importance de la position de départ sur des circuits où il est souvent difficile de doubler, comme Barcelone, Monaco, Budapest ou Singapour. Par ailleurs, en mettant à disposition un composé plus tendre, Pirelli a contribué à rendre les voitures plus rapides : les temps au tour en qualification se rapprochent des records (en Australie, Hamilton a signé la pole position en 1’23”837, alors que le record de la piste a été établi par Vettel en 1’23”529 en 2011). Châssis et moteur 2016 ont des niveaux de performance très élevés, qui se traduisent dans les chronos grâce aux pneumatiques.

http://www.f1i.com/magazine/magazine-features/les-trois-enjeux-du-grand-prix-de-bahrein/3/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24957
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par Modena49 le Sam 2 Avr - 15:24:24

Le circuit de Sakhir à la loupe
Par Thomas Mignon le 02/04/2016 à 16:36 0 Commentaire
Après un investissement de près de 220 millions d’euros, le circuit de Sakhir était finalement sorti du désert pour devenir en 2004 le théâtre du Grand Prix de Bahreïn. Pour les dix ans de cette apparition au calendrier du championnat du monde de Formule 1, il avait été pour la première fois couru de nuit en 2014, à la manière du Grand Prix de Singapour. Ainsi, ce ne sont pas moins de 495 pylônes qui jalonnent aujourd'hui le périmètre pour éclairer la piste dès le départ donné localement à 18 heures (17h, heure française).
Le complexe bahreïni était pourtant déjà suffisamment impressionnant. Il comprend six tracés dédiés aux différents sports mécaniques, mais tous sont victimes du même fléau : le sable. Avec le vent (relativement fort sur cette petite île de Bahreïn), celui-ci risque en effet de venir lécher la piste et de tourbillonner au point de la rendre dangereusement glissante. Heureusement, un produit adhésif est pulvérisé sur les pourtours de la piste de manière à ce que les grains de sable collent les uns aux autres. Le phénomène est donc réduit au maximum, mais la surface évolue malgré tout au fil du week-end.
Le Grand Prix étant désormais couru de nuit, la chaleur n'est plus le problème insurmontable qu'elle a pu être ces dernières années (un pilote pouvait alors perdre 2 à 3 kilos durant la course). Les pilotes sont donc plus à l’aise et le spectacle promet à nouveau d'être au rendez-vous, notamment car ce tracé incarne parfaitement ce qu’on appelle un circuit "stop and go" : il combine virages à haute et à basse vitesse.
"Les deux meilleures opportunités de dépassements se trouvent dans les premier et quatrième virages en épingle (T1 et T4, ndlr), commente Sergio Pérez. Ce sont deux bons endroits pour attaquer : vous pouvez pousser un autre pilote vers la ligne intérieur et puis attaquer à la sortie, quand ils sont plus vulnérables."
Ce premier virage T1 a été nommé "virage Michael Schumacher" en hommage au septuple champion du monde. Il est perçu comme l’un des meilleurs endroits pour dépasser, de tout le calendrier ! On y arrive en effet à plus de 300 km/h pour freiner aux alentours de 60 km/h. La différence est énorme et on peut aisément y prendre l’avantage sur un rival.
Le freinage : un véritable casse-tête
Le circuit de Sakhir est aussi le premier de l’année qui pourrait donner quelques maux de têtes aux écuries en ce qui concerne le freinage. Les longues lignes droites et les importants ralentissements ne signifient qu’une chose : la moindre erreur de calcul se paye cash au niveau des freins. La stabilité au freinage sera capitale, sans parler du refroidissement des disques par les écopes qui sera l’un des plus gros challenge du week-end.
Les virages 9 et 10 sont, sur ce point, les plus piégeux du circuit : le freinage est considérable, et s'effectue, en tournant, à un endroit où la roue avant gauche se lève. Il n'est donc pas rare de voir des pilotes bloquer leurs roues à l'entame de ces courbes.
D’autres virages sont aussi à mettre en évidence comme le rapide enchaînement T6 et T7 ou encore le gauche T11 en montée. "Pour faire au mieux dans ces virages, vous avez besoin d’un aileron avant très efficace et de beaucoup d’adhérence", précise Jenson Button.
Malgré l’apparente difficulté du tracé et des conditions peu idéales, il est bon de noter que Sakhir est le premier circuit au monde à avoir reçu le prix de la "FIA Institute Centre of Excellence Award" pour la sécurité optimale qu’il offre aux pilotes. Les infrastructures d’accueil ont également été récompensées, notamment grâce à son centre médical.
http://www.f1i.com/magazine/magazine-features/le-circuit-de-sakhir-a-la-loupe-2/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24957
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Résultat de la course:

Message par Guylaine le Dim 3 Avr - 22:12:48




Pos N° Driver Chassis Engine Lap Pts

1 6 Nico ROSBERG Mercedes Mercedes 57 1h 33m 34.696s ( 197.634 km/h ) 25
2 7 Kimi RAIKKONEN Ferrari Ferrari 57 1h 33m 44.978s ( +10.282s ) 18
3 44 Lewis HAMILTON Mercedes Mercedes 57 1h 34m 04.844s ( +30.148s ) 15
4 3 Daniel RICCIARDO Red Bull TAG Heuer 57 1h 34m 37.190s ( +1m 02.494s ) 12
5 8 Romain GROSJEAN Haas Ferrari 57 1h 34m 52.995s ( +1m 18.299s ) 10
6 33 Max VERSTAPPEN Toro Rosso Ferrari 57 1h 34m 55.625s ( +1m 20.929s ) 8
7 26 Daniil KVYAT Red Bull TAG Heuer 56 6
8 19 Felipe MASSA Williams Mercedes 56 4
9 77 Valtteri BOTTAS Williams Mercedes 56 2
10 47 Stoffel VANDOORNE McLaren Honda 56 1
11 20 Kevin MAGNUSSEN Renault Renault 56
12 9 Marcus ERICSSON Sauber Ferrari 56
13 94 Pascal WEHRLEIN Manor Mercedes 56
14 12 Felipe NASR Sauber Ferrari 56
15 11 Sergio PEREZ Force India Mercedes 56
16 27 Nico HULKENBERG Force India Mercedes 56
17 88 Rio HARYANTO Manor Mercedes 56
ab 55 Carlos SAINZ Toro Rosso Ferrari 29 Steering
ab 21 Esteban GUTIERREZ Haas Ferrari 9 Brakes
ab 22 Jenson BUTTON McLaren Honda 6 Engine

np 5 Sebastian VETTEL Ferrari Ferrari tf Engine
np 30 Jolyon PALMER Renault Renault tf Hydraulics
http://www.statsf1.com/en/2016/bahrein/classement.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20428
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

au Championnat:

Message par Guylaine le Dim 3 Avr - 22:14:03


n Driver Points

1. Nico ROSBERG 50
2. Lewis HAMILTON 33
3. Daniel RICCIARDO 24
4. Kimi RAIKKONEN 18
Romain GROSJEAN 18
6. Sebastian VETTEL 15
7. Felipe MASSA 14
8. Max VERSTAPPEN 9
9. Nico HULKENBERG 6
Daniil KVYAT 6
Valtteri BOTTAS 6
12. Carlos SAINZ 2
13. Stoffel VANDOORNE 1


n Constructor Points

1. Mercedes 83
2. Ferrari 33
3. Red Bull TAG Heuer 30
4. Williams Mercedes 20
5. Haas Ferrari 18
6. Toro Rosso Ferrari 11
7. Force India Mercedes 6
8. McLaren Honda 1

http://www.statsf1.com/en/2016/bahrein/championnat.aspx






**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20428
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par dom465 le Lun 4 Avr - 6:54:48

Un chouette GP pour moi. Bon, pas beaucoup de bagarre devant mais de belles bagarres derrière. Et Rosberg, mon chouchou qui gagne, et surtout, notre Stoffel qui fait d'excellents débuts en F1 !



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: 03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par Modena49 le Mar 5 Avr - 2:47:10

Synthèse du Grand Prix : de quoi se plaint-on ?
Par Pierre Van Vliet

La Formule 1 se tire une balle dans le pied depuis le début de la saison, avec cette pathétique saga des qualifications par élimination dont nous n'avons finalement que faire. Mais si on s'est ennuyé le samedi, force est de reconnaître que l'action en piste ne manque pas le dimanche. On n'a pas beaucoup vu les Mercedes à la télé, mais quel spectacle !
Si c'est du sabotage, tant mieux : le départ laborieux des Mercedes a encore rendu la course intéressante. A Bahreïn, Rosberg s'en est mieux tiré et il a gagné le Grand Prix dès la sortie du premier virage, étant donné le "coming together" entre Hamilton et Bottas. Dès ce moment, on n'a plus vu Nico qui a géré en vieux briscard sa cinquième victoire consécutive (il rejoint une belle liste de pilotes ayant réalisé cet exploit) et son seizième succès (sans couronne, égalant le record de Stirling Moss).
Il reste 19 Grands Prix, toutefois, et ne vendons pas la peau de l'ours car la Scuderia a indiscutablement réduit l'écart.
Avec 17 points d'avance, Nico n'a pas d'état d'âme et il reçoit le cadeau sans sourciller. Lewis n'est même pas fâché, il constate seulement qu'il n'a pas grand chose à se reprocher dans cette série noire et considère avec la maturité d'un triple champion du monde que ça ira mieux demain. Le duel pour le titre devrait encore se réduire aux deux rivaux de toujours, Ferrari manquant de la plus élémentaire fiabilité et répartissant les mauvais coups entre Räikkönen (à Melbourne) et Vettel (à Bahreïn). Il reste 19 Grands Prix, toutefois, et ne vendons pas la peau de l'ours car la Scuderia a indiscutablement réduit l'écart.

Romaoin Grosjean a encore fait le show avec la Haas-Ferrari : où s'arrêtera l'escalade ?
Derrière, quel plaisir d'assister aux bagarres incessantes entre Red Bull, Williams, Toro Rosso et la Haas de notre Romain Grosjean, qui lui-même n'en revient pas ! Top 6 et puis top 5, que demande le peuple ? Le rêve américain est en marche, même si cela commence à faire grincer les dents dans le paddock. Ricciardo a-t-il déjà enterré Kvyat, Verstappen pris le dessus sur Sainz, Massa maté Bottas ? Nous n'en sommes pas (encore) là, mais cela y ressemble (déjà) furieusement. Et puis chapeau à Vandoorne pour un impressionnant sans-faute et à Wehrlein très en verve avec la Manor... Vivement Shanghaï ! Samedi ou dimanche ?

Stoffel Vandoorne a habilement évité les mauvais coups au départ, mais c'est passé près...


http://www.f1i.com/magazine/magazine-features/synthese-grand-prix-de-quoi-se-plaint-on/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24957
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 03 avril - Bahreïn (Sakhir)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum