Le temps des pilotes complets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le temps des pilotes complets

Message par Modena49 le Jeu 19 Juin - 16:20:02

Avant même que le Championnat du monde Formule 1 ne prenne son envol, les 24 Heures du Mans constituaient déjà l'un des plus prestigieux rendez-vous de la saison. Pendant longtemps, les deux disciplines ont suivi la même voie et la plupart des Champions du monde en titre ou en devenir furent présents au départ.
Ce n'est qu'au milieu des années 70 que la Formule prit une dimension tentaculaire et exigea une disponibilité totale de ses Champions. Jusque-là, les pilotes de Grands Prix cultivaient rarement la monoculture et tous étaient liés à des constructeurs qui n'avaient pas fait de la Formule 1 leur unique objectif. De plus, une victoire dans les épreuves d'endurance les plus fameuses (Le Mans, Mille Miles, etc) rapportait alors autant, si ce n'est plus, en terme de notoriété qu'un succès en Grand Prix. Ainsi, pendant longtemps, tous les pilotes sacrés en F1 ou près d'être titrés furent au départ des 24 Heures du Mans. Plus tard, avec la concurrence des Grands Prix dans les années 80/90, Le Mans ne vit plus que rarement des pilotes de F1 en activité, mais attira quelques anciens Champions du monde reconvertis dans l'endurance quelques années après avoir quitter les Grands Prix.
Les Champions du monde vainqueurs au Mans

Ils ne sont que quatre à avoir réussi à cumuler un (ou plusieurs) titre mondial avec un (ou plusieurs) succès au Mans. Phil Hill, Champion du monde de F1 en 1961 sur Ferrari, est le plus titré avec trois victoires au Mans (1958/61/62) également obtenues sur Ferrari. Mike Hawthorn (Champion 1958) et Jochen Rindt (Champion 1970) ne comptent eux qu'une seule victoire aux 24 Heures, signée pour le premier en 1958 et 1965 pour le second. Graham Hill mérite quant à lui une mention spéciale.

Double Champion du monde de F1 en 1962 et 68, il est aussi le seul à avoir triompher au Mans (1972) et aux 500 miles d'Indianapolis (1966). Une performance que Mario Andretti a longtemps tenté d'égaler. Vainqueur à Indianapolis, le champion du monde 1978, n'a jamais réussi à s'imposer dans la Sarthe. Enfin, mention particulière pour Robert Benoist, champion du monde "officieux" en 1927 et vainqueur de l'édition 1937 des 24 Heures, sur Bugatti.

Les Champions du monde confirmés

Farina, le premier Champion du monde (1950) ne fit qu'une apparition en 1953 sur une Ferrari. Couronné à cinq reprises, Juan Manuel Fangio participa à quatre reprises aux 24 Heures (1950/51/53/55) mais ne parvint jamais à terminer. Alberto Ascari (Champion 1952/53) sur Ferrari était aussi dans la Sarthe ces deux mêmes années avec son ami "Gigi" Villoresi, mais sans succès. Jack Brabham n'était pas encore titré lorsqu'il vint courir les 24 Heures avec les petites Cooper à moteur arrière en 1957/58, mais lorsqu'il revint en 1970 sur une Matra, il était alors triple Champion du monde. Troisième au Mans en 1960 avec une Aston Martin, Jim Clark n'était alors que le grand espoir du sport automobile britannique. Il allait bientôt survoler les Grands Prix avec sa Lotus, remporter les Championnats 1963 et 65, mais Colin Chapman n'aimait pas beaucoup les voitures de Sport...

Champion du monde 1967, Denny Hulme fut associé à l'aventure Ford en 1966 et 67 après avoir débuté au Mans en 1961 sur une modeste Fiat Abarth, alors que John Surtees, Champion 1964, fut, au Mans, l'un des héros malheureux de la Scuderia Ferrari entre 1963 et 65, avant de tenter sa chance sur une Lola. Jackie Stewart (Champion 1969/71/73) arrivait en F1 en 1965, lorsqu'il participa aux 24 Heures avec la Rover BRM à turbine. Dès 1968, l'Ecossais fut l'un des premiers pilotes à se consacrer pratiquement qu'à la F1 et ne fit plus aucune apparition en endurance.

Retraités et "jeunes pousses"

Alan Jones (Champion 1980), Nelson Piquet (Champion 1981/83/87) et Keke Rosberg (Champion 1982) sont venus aux 24 Heures du Mans pratiquement à l'heure de la retraite, guidés chacun par des motivations différentes. En effet, si Jones participa à l'édition 1987 sur une Toyota officielle, pour arrondir ses fins de mois, Nelson Piquet étroitement lié à BMW mena une belle carrière en Tourisme et termina notamment 8e des 24 Heures 1996. Keke Rosberg quant à lui fut l'un des piliers de l'équipe Peugeot en 1991 avant de mettre un terme définitif à sa carrière. Enfin, Damon Hill (Champion 1996) gravissait encore les échelons de la notoriété lorsqu'il courut au Mans en 1989 sur une Porsche 962, alors qu'en 1991, personne ne pouvait encore imaginer la fabuleuse carrière d'un certain Michael Schumacher, qui se classait 5e des 24 Heures avec une Sauber Mercedes.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum