Monaco 1961 : l'exploit de Stirling Moss

Aller en bas

Monaco 1961 : l'exploit de Stirling Moss

Message par Modena49 le Sam 23 Mai - 12:31:22

Monaco 1961 : l'exploit de Stirling Moss
Par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



A la veille du Grand Prix de Monaco, remontons le temps jusqu'en 1961 lorsque Stirling Moss imposa une Lotus vieillissante face à un trio de Ferrari pourtant nettement supérieures sur le papier. Sans doute un des plus beaux exploits du "champion sans couronne".
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Stirling Moss au volant de la Lotus 18 dont les flancs avaient été ouverts pour faciliter le refroidissement !
La Formule 1 doit le respect à Monaco. Bien avant la naissance du Championnat du monde en 1950, le Grand Prix de Monaco s'est inscrit dans l'histoire de la course automobile, dès sa première édition en 1929. Depuis toujours, c'est le joyau de la couronne, le rendez-vous le plus prestigieux de la saison, celui que tous les pilotes veulent avoir dans leur palmarès.
Malgré son tracé tourmenté, sorte de tourniquet dans les étroites ruelles monégasques, le glamour est tel que même les plus puristes des passionnés ne souhaiteraient le changer pour rien au monde. Bien sûr, les dépassements sont quasiment "mission impossible", mais boucler 78 tours de la Principauté de nos jours reste une épreuve de concentration extrême et d'agressivité contenue.
En 1961, Monaco était encore la manche d'ouverture de la saison et surtout la première sous une nouvelle réglementation, avec la cylindrée des moteurs réduite de 2,5 litres à 1,5 litre dans le but de contrôler les performances, de baisser les coûts et d'encourager d'autres constructeurs à entrer en F1 (cela ne vous rappelle rien ?).
Trois voitures d'usine étaient engagées par la Scuderia Ferrari pour l'aristocrate allemand Wolfgang von Trips et les pilotes américains Phil Hill et Richie Ginther.
Ferrari avait tiré le meilleur parti des nouvelles règles, en adoptant enfin le moteur à l'arrière avec sa superbe 156 "sharknose" (dont le nez rappelait la forme d'une gueule de requin) propulsée par un moteur V6 plus puissant que les 4 cylindres de la concurrence. Trois voitures d'usine étaient engagées par la Scuderia pour Wolfgang von Trips, Phil Hill et Richie Ginther.
Aux qualifications, Stirling Moss créa la surprise en signant le meilleur temps au prix d'un effort remarquable sur la vieille Lotus 18 de l'écurie privée Rob Walker. Mais allait-il tenir 100 tours (la distance de l'époque !) face à la meute des Ferrari ? Des milliers de spectateurs se pressaient sur les terrasses lorsque le directeur de course, l'ancien pilote monégasque Louis Chiron, effectua un tour de parade à bord d'une DS19 bleue.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Au départ, Richie Ginther (au centre) prit le meilleur sur le poleman Stirling Moss (à gauche).
Ginther boucla le premier tour en tête avec 3 secondes d'avance sur Moss, Bonnier, Hill et Clark. Il fut cependant rattrapé par la Porsche de Jo Bonnier au quatorzième tour, puis par les Ferrari de ses équipiers von Trips et Hill. Dans son style épuré, sans effort apparent, Moss prit la tête et se fraya rapidement un passage parmi les concurrents doublés.
Peu après la mi-course, la Lotus bleu nuit précédait d'environ 4 secondes un trio de Ferrari, composé dans l'ordre de Hill, Ginther et von Trips. Malgré un handicap de puissance de l'ordre de 30 cv, le pilote britannique parvenait à résister au train rouge lancé à sa poursuite.
Au 75ème passage, Hill laissa finalement passer (sans doute sur ordre du directeur sportif Romolo Tavoni) son équipier Ginther dans le but de lancer l'assault final sur le leader.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Phil Hill mena la chasse pendant trois-quarts de la distance, sans parvenir à déloger Moss.
A chaque tour, Ginther attaquait davantage, en suivant les instructions du stand. Le jeune Californien se rapprocha en signant le meilleur tour en course, mais Moss répliqua aussitôt en égalisant le record. Dans chaque virage, Ginther longeait les bordures au plus près pour mettre la pression.
Ce fut insuffisant et le contingent anglais dans le public laissa éclater sa joie lorsque la Lotus émergea du tunnel pour la dernière fois, en maintenant la Ferrari dans son sillage. Le drapeau à damier salua le triomphe de Moss, déjà vainqueur l'année précédente sur Lotus et en 1956 sur Maserati 250F, un exploit alors unique dans les annales.
Le drapeau à damier salua le triomphe de Moss, déjà vainqueur l'année précédente sur Lotus et en 1956 sur Maserati 250F, un exploit alors unique dans les annales.
Cet exploit de Moss reste l'un des plus brillants de sa carrière car le retour de Ginther dans les derniers tours fut aussi considéré comme du grand pilotage. Avec le temps, l'Américain regretta de ne pas avoir pu sonner la charge plus tôt, gêné pendant les trois-quarts de l'épreuve par son équipier Phil Hill.
Un succès de Ginther aurait sans doute changé la donne, mais Stirling Moss était en état de grâce ce jour-là. Il allait encore rééditer pareille performance sur les 22 km du grand Nürburgring en août, mais cela c'est une autre histoire.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Phil Hill précéda longtemps son équipier Richie Ginther, qui le regretta amèrement par la suite...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum