Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Aller en bas

Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Message par Modena49 le Mer 11 Juin - 0:05:01

Si l'histoire même de la marque Alfa Romeo remonte très loin dans le passé, plus précisément en 1910 quand la société A.L.F.A (Anonima Lombarda Fabbrica Automobili), fut crée, son identité sportive est quant à elle légèrement plus récente. Bien sur le rêve d'Alfa de figurer dans les grandes compétitions de l'époque n'avait pas vraiment abouti et la grande guerre de 14/18 avait d'autant plus ralenti les efforts de la jeune marque italienne. Pourtant en 1915, un homme de génie, Nicola Romeo, rejoint Alfa, par l'intermédiaire de sa société (La Société Anonima Nicola Romeo). Il en avait pris les rennes la même année avant de réunir les deux sociétés en 1920. Alfa Romeo était née.
Entre 1920 et 1930, Vittorio Jano entre chez Alfa Romeo grâce à la pertinence d'Enzo Ferrari. Il conçoit la “P2”. Elle sera la première Alfa Romeo équipée d'un moteur suralimenté. Disposant d'un 8 cylindres et de deux carburateurs, la P2 offre des performances ahurissantes pour l'époque. Aux 200 miles de 1924, elle tiendra une moyenne de 158 km/h et réalisera les 10 km, départ lancé à 195 km/h de moyenne. La P2 participera aux Grands Prix internationaux en 1924 et 1925. cette année là, Alfa Romeo devient championne du monde et entre dans la légende.
Dans les années 30, le sport automobile compte des marques et des adversaires de prestige tels que Bentley, Mercedes, Bugatti, Auto-Union, Delahaye... En 1931, Alfa Romeo lance un nouveau modèle baptisé 8C, classé dans la catégorie des voitures de prestige. Des carrossiers de renom, tels que Castagna, Touring et Zagato, s'intéresseront à la 8C, en proposant à la clientèle différents habillages. L'engagement croissant en compétition, conduit Alfa Roméo à développer une version « course » de sa 8C, la 2300. Produite entre 1931 et 1934 en 220 exemplaires, elle fit une première tentative malheureuse aux Mille Miles de 1931, puis remporta la Targa Florio avec le pilote Nuvolari. Elle gagna ensuite les 24 H du Mans de 1931 à 1934 avec les équipages : Howe-Birkin, Sommer-Chinetti, Sommer-Nuvolari, Chinetti-Etancelin. Le moteur, un 8 cylindres de 2.3L suralimenté par un compresseur Roots, développait 142 à 178 chevaux.
La 8C 29OO fut produite entre 1935 et 1939. Elle commença sa carrière par une victoire aux Mille Miles ( Varzi-Bignami ), puis gagna les 24 H de Spa et termina sa longue aventure sportive, avec une dernière victoire au Mille Miles en 1947 ( Biondetti ). Elle était dotée d'un 8 cylindres de 2905 cm3 de 180 chevaux.
Après la seconde guerre mondiale, Alfa Romeo revient à la compétition avec la 158 (Alfetta). Construite à la demande d'Enzo Ferrari, entre 1938 et 1951 pour la 159, elle sera l'oeuvre de Gioacchino Colombo. Equipée d'un 8 cylindres en ligne de 1479 cc, l'Alfetta remportera un très grand nombre de courses jusqu'à la consécration en 1950 où elle obtient son premier titre mondial en Formule 1. La même année, la 158 devient 159.
ll faudra attendre les années 70 pour voir de nouveau briller les flèches rouges grâce au duo Adamich/Pescarolo. Ils remporteront les 1000 km de Brands Hatch en 1971 devançant Porsche et Ferrari. En 1975, la nouvelle 33 TT 12 permettra à Alfa Romeo de conquérir le championnat du Monde des constructeurs.
Dans les années 80, Alfa Romeo est de nouveau présente en Formule 1. Malheureusement, la mort de François Depailler lors d'une séance d'essais sur le circuit d'Hockenheim contribua peut-être à la fin d'Alfa Romeo dans les grandes compétitions automobiles. Pourtant Alfa Romeo ne cessera d'imaginer voir de créer des véhicules d'exceptions tel que le concept car 8C.
Le concept car 8C, présenté au salon de Francfort 2003, est une voiture à " deux places sèches ", aux lignes captivantes et originales, elle est essentiellement réalisée en fibre de carbone. afin de conserver un poids réduit ( ce qui au demeurant se fait de plus en plus rare sur les sportives aujourd'hui ). Ses proportions : elle mesure 1,9 m de largeur, 4,27 m de longueur et 1,25 m de hauteur, avec un empattement de 2,60 m. Le motif horizontal " creusé " tangentiellement au passage de roue avant, vers le flanc, confère un dynamisme particulier à la carrosserie.
Les ailes généreuses de la 8C accentuent l'impression de détermination et de force de ce modèle, sans pour autant alourdir les lignes, lesquelles s'élancent en souplesse, aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, jusqu'à atteindre les groupes optiques, enchâssés dans l'aile avant. Elles accueillent des jantes de 20" à 10 bâtons, chaussées de pneumatiques en 245/40 à l'avant et 275/35 à l'arrière. Comme sa ligne le laisse suggérer, on trouve une motorisation puissante sous le capot sculpté de la 8C. Pour rendre hommage à son illustre ancêtre, la 8C Competizione se dote d'un V8 de 4,2L, gavé par un compresseur. La puissance est évaluée à 400 ch, ce qui devrait permettre à la belle ( ou la bête ) d'atteindre les 300 km/h, alors que le 0-100 km/h ne demanderait que 4,5 s.
Le prototype " 8c Competizione " assure une tenue de route irréprochable et une maniabilité digne d'une voiture de sport racée. Le mérite en revient aux suspensions en quadrilatère avant et arrière qui conjuguent la maîtrise typique de la propulsion avec des qualités exceptionnelles de sportivité et précision.
Malheureusement, Une production en série de cette étonnante 8C n'est pas encore à l'ordre du jour. Espérons tout de même qu'avec cette voiture, Alfa Romeo renaîtra dans les hautes sphères de la compétition.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les constructeurs d’avant-guerre : Alfa Romeo

Message par Modena49 le Mer 9 Oct - 1:04:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dès son accession à la tête de l’Italie, Benito Mussolini comprend très vite le pouvoir de séduction des voitures de course pour la promotion de l’industrie nationale. Et bien malgré elle, la jeune marque Alfa Romeo va devenir un outil de propagande nationale, bien avant les Mercedes et les Auto Union de l’Allemagne nazie…

Après les éphémères 40/60 GP et P1, la firme milanaise cueille ses premiers grands succès avec la P2 conçue par Vittorio Jano, transfuge de l’officine FIAT. Enzo Ferrari, déjà, avait recruté le brillant ingénieur après la mise au placard de la P1 ratée. La nuova Alfa remportera plusieurs courses de prestige entre 1925 et 1930 dont la Coppa Acerbo avec le pilote-chanteur Giuseppe Campari. C’est également à son volant qu’Antonio Ascari, le père d’Alberto, trouvera la mort sur le circuit de Monthléry en 1925 après s’être imposé dans le premier Grand Prix d’Europe couru à Spa-Francorchamps.

Pendant ce temps, l’industrie italienne se serre les coudes après le krach boursier de 1929. Alfa Romeo n’est pas épargnée et Nicola Romeo, sentant le vent tourner, s’en va un an plus tard. Dans la foulée, la marque passe sous la tutelle de l’Etat via l’Institut de reconstruction industrielle. C’est dans ce climat tendu qu’est conçue celle qui entérinera pour de bon la réputation sportive d’Alfa Romeo : la P3. Alignée dès 1932, elle se distingue de ses concurrentes comme étant la première monoplace jamais conçue à l’époque. Avec son 8 cylindres en ligne compressé de 215 cv, elle surclasse ses adversaires grâce entre autres à Tazio Nuvolari, Louis Chiron et le futur pilote Mercedes Rudi Caracciola. Hélas, l’enthousiasme sera de courte durée, Alfa Corse fermant ses portes seulement un an après la mise en service des prometteuses P3. Heureusement, Enzo Ferrari, qui engage de vétustes Monza pour quelques clients, propose de reprendre les voitures laissées à l’abandon…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Via la Scuderia Ferrari, les P3 vont retrouver une nouvelle vie ! Louis Chiron, toujours fidèle à Alfa, remporte dès 1933 quelques succès notables comme le Grand Prix d’Espagne tandis que Luigi Fagioli s’offre le Grand Prix d’Italie avant de passer chez Mercedes. Car, justement, Mercedes et Auto Union entrent dans la danse dès l’année suivante et les P3, autrefois si redoutables, redoutent désormais l’armada allemande. Le jeune Français Guy Moll enlèvera tout de même l’Avusrennen et le Grand Prix de Monaco avant de se tuer lors de la Coppa Acerbo à Pescara plus tard dans l’année. Chiron gagne à Montlhéry face à la déroute des Allemands et puis plus rien, ou presque. Dès la saison suivante, les Italiennes sont incapables de suivre le rythme. Et les monstrueuses Bimotore, censées changer la donne, sont critiquées par Tazio Nuvolari lui-même. Le Mantouan décide de revenir à sa chère P3 pour le Grand Prix d’Allemagne disputé sur la Nordschleife. Retardé en début de course, Nuvolari suit à distance les Mercedes W25, où l’on s’inquiète sur l’usure des pneus avancée de celle de von Brauchitsch. La P3 n°12 revient sur la Flèche d’Argent qui va être victime d’une crevaison dans le dernier tour ! La foule est médusée de ce succès inattendu, à un tel de point que les officiels n’avaient pas prévu la Marchia Reale dans les hymnes nationaux.

Ce sera le dernier grand succès de la P3. Elle continuera de briller dans des courses mineures avant de céder sa place aux différentes Tipo 308-312 qui feront le travail sans jamais pouvoir inquiéter les bolides germaniques. L’Alfetta 158 gagnera l’ultime Grand Prix de Tripoli en… mai 1940, avec un certain Nino Farina. Avant de briller de tout son éclat au lendemain de la guerre, mais cela c’est une autre histoire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Message par Invité le Mer 9 Oct - 6:23:15

J'aimerais bien qu'Alfa revienne au plus haut niveau que ce soit en endurance ou en F1 mais je doute que ce soit possible car la conjoncture actuelle ne le permet pas vraiment et puis, faut pas que ça fasse de l'ombre à Ferrari puisque la marque appartient à FIAT. Vous allez me dire que du coté de chez VW, y'a pas de problèmes (pour l'instant) avec Audi et Porsche.

En tout cas, pourquoi Alfa ne travaillerait-elle pas avec AF Corse pour aligner une 8C Competizione en course?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Message par Modena49 le Mer 9 Oct - 13:24:22

Bonne question Muscle Car, mais je pense que Alfa ne reviendra pas en F1 car comme tu le dis si bien Fiat ne fera pas d'ombre à la scuderia pour le reste je pense que tout est possible mais par la biais d'écurie privée.

Du côté des allemand pas de problème c'est clair car la mentalité est toute différente.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Message par Invité le Jeu 10 Oct - 16:43:49

N'empêche, ça fait rêver de voir une 8C Competizione en GT.

Concernant la F1, Alfa n'est plus dans le coup pour revenir, même avec un moteur Ferrari client.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Message par Modena49 le Jeu 10 Oct - 23:57:36

c'est clair Muscle Cars.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alfa Roméo Le mythe renaîtra-t-il un jour ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum