Le jour où... Gilles Villeneuve a bouchonné !

Aller en bas

Le jour où... Gilles Villeneuve a bouchonné !

Message par Modena49 le Mar 5 Mai - 10:40:48

Le jour où... Gilles Villeneuve a bouchonné !
Par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Le Grand Prix d'Espagne était couru sur le petit circuit de Jarama dans les années 70 et 80. Le sinueux tracé madrilène fut le théâtre de quelques courses mémorables, à commencer par l'édition 1981 marquée par la dernière victoire de Gilles Villeneuve.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Un petit train allait se constituer dans le sillage de la Ferrari de Villeneuve, moins rapide que ses poursuivants.
 
En F1, les pilotes vont et viennent, les héros sont parfois vénérés mais les légendes ne meurent jamais. Leur courage inspire, leur rage de vaincre impressionne. Mais par-dessus tout, leurs succès sont souvent conquis dans l'adversité, quand ils semblent parfois impossibles en raison de l'infériorité de leur machine que seul un pilotage de génie et un flair tactique permettent de contourner.
La victoire de Gilles Villeneuve à Jarama en 1981 combinait un talent d'acrobate avec une intelligence stratégique pour décrocher un triomphe improbable sur ce tourniquet au volant de la sauvage Ferrari 126 CK, le dernier succès du champion canadien avant son décès un an plus tard aux essais du Grand Prix de Belgique 1982.
Villeneuve était un animal très compétitif, toujours décidé à se battre contre les éléments pour dompter sa rétive machine. Ce fut sa marque de fabrique tout au long de sa carrière, avec une liste d'exploits bien plus longue qu'un palmarès officiel finalement assez maigre et ne cadrant pas avec son incroyable popularité.
Trois semaines avant la manche espagnole, Gilles avait déjà réalisé une mission impossible en imposant la Ferrari turbo - malgré un temps de réponse très pénalisant à l'accélération - dans les rues de Monaco, après être venu à bout du Champion du monde en titre Alan Jones sur une Williams-Cosworth bien plus agile. Entre les rails de la Principauté, Villeneuve avait donné un récital de pilotage dont les témoins se souviennent pour apporter à la Scuderia sa première victoire depuis deux saisons.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Dans les méandres des collines au nord de Madrid, la Ferrari n'avait théoriquement aucune chance de briller.
Une telle performance n'était pas attendue en Espagne, sur un tracé trop tourmenté pour permettre à la puissance brutale de la 126 CK de s'exprimer. La tenue de route approximative du châssis ne ferait pas le poids face aux monoplaces plus équilibrées des écuries rivales Williams, McLaren ou Ligier. Mais c'était sans compter sur le jusqu'au-boutisme légendaire de Villeneuve.
"Quand on met les pneus neufs, c'est OK pour trois ou quatre tours, racontait Gilles. Après ça, on peut oublier : l'auto se comporte comme une savonnette, une sorte de grosse Cadillac rouge !"
Le Canadien se qualifia en septième position sur la grille, en tournant 8 dixièmes plus vite que son équipier Didier Pironi, mais à plus d'une seconde de la pole signée Jacques Laffite au volant de la Talbot-Ligier à moteur V12 Matra. Il faisait suffocant de chaleur le jour de la course, avec 38° dans l'air au moment du départ. Gilles se faufila habilement en faisant l'extérieur dans le premier virage pour pointer au troisième rang derrière les deux Williams, Laffite ayant loupé son envol.
La stratégie de Villeneuve consistait à attaquer d'emblée en profitant de la bonne tenue des pneus Michelin avant que le tarmac surchauffé ne l'oblige à rester sur la défensive. A la fin du premier tour, la Ferrari déborda la Williams de Reutemann, mais celle de Jones avait déjà pris le large. L'Australien allait toutefois partir à la faute au 14ème tour, en tête-à-queue à l'épingle. Voilà Gilles au commandement, mais le plus dur restait à accomplir.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Pendant 60 tours, la Ferrari résista à la Ligier, la McLaren, la Williams et la Lotus.
Derrière le Canadien, un petit train s'était rapidement formé, comprenant la Ligier de Laffite, la Williams de Reutemann, la McLaren de Watson puis, quelques tours plus tard (car la Ferrari était de plus en plus lente), la Lotus de De Angelis. Pendant plus de 60 tours, Villeneuve ferma les portes, prenant suffisamment d'avance en ligne droite pour résister aux attaques de Laffite dans les virages. Deux ou trois fois, ce fut limite, mais Gilles tint bon jusqu'au bout !
Dans les dernières boucles, la Ferrari était à l'agonie avec des pneus en lambeaux, mais les talents d'acrobate du Québécois faisaient la différence. Au passage de la ligne, sous le drapeau à damier, 1"24 séparait les cinq premiers toujours en convoi. Ce fut une course sensationnelle, qui laissa les spectateurs en haleine de bout en bout. Un dernier succès pour Gilles Villeneuve à l'image de sa carrière extraordinaire, dans tous les sens du terme.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Le roi et la reine d'Espagne applaudirent le vainqueur et ses dauphins sur le podium de Jarama.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jour où... Gilles Villeneuve a bouchonné !

Message par dom465 le Mar 5 Mai - 10:46:40

Je me souviens de ce GP comme si c'était hier. Quelle bagarre et quel suspense !



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2914
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum