Course de leur vie Innes Ireland, USA 1961

Aller en bas

Course de leur vie Innes Ireland, USA 1961

Message par Modena49 le Mer 22 Oct - 0:09:36

Course de leur vie  Innes Ireland, USA 1961

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à 16:24
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Le Britannique restera dans l'histoire comme le premier pilote à avoir fait triompher le Team Lotus. Ce dont Colin Chapman le remerciera en le... congédiant. Il est vrai qu'entre le génial mais strict ingénieur et un Ireland bon vivant qui faisait passer les plaisirs de la vie avant toute chose, il y avait autant de rapports qu'entre un poulpe et un aigle royal ! 
Robert McGregor Innes Ireland est né le 12 juin 1930. Fils de vétérinaire, il se montre plus intéressé par les chevaux mécaniques. Il va d'ailleurs travailler pour Rolls Royce dans le service moteurs d'avions à Glasgow puis sur les voitures à Londres, où il assistera à sa première compétition automobile, le Grand Prix d'Angleterre 1952 à Silverstone. Une fois son service militaire effectué chez les parachutistes, il ouvre un garage et, dès 1956, engage la vieille Bentley que lui avait léguée une voisinne, puis une Riley et enfin une Lotus Seven dans des courses de club. Celui que tout le monde appelle désormais Innes se fait remarquer par son style généreux qui lui vaut de nombreux hors-piste mais aussi quelques belles performances. L'année suivante, le voilà en F2, recruté par le team Endeavour. Il brille à l'International Trophy, suffisamment pour que Colin Chapman lui propose pour 1958 une Lotus officielle en Formule Sport (en parallèle d'un programme F2, où il courra jusqu'en 1960 sur Cooper puis Lotus, avec deux succès). Il découvre ainsi le niveau international et s'aligne pour la première fois aux 24 Heures du Mans qu'il disputera à sept reprises, avec comme meilleur résultat une 6ème place en 64 avec Tony Maggs.
En 1959, les choses s'accélèrent. Ireland est bombardé en F1, aux côtés de Graham Hill. Premier Grand Prix à Zandvoort et premiers points (4ème). La Lotus 16 n'est pas un foudre de guerre mais l'Ecossais la violente. Il fait relativement jeu égal avec Hill, qui en est au début de sa longue carrière, et marquera même les cinq seuls points de l'écurie, en ajoutant deux à Sebring. Promu premier pilote en 1960 suite au départ de Graham chez BRM, il enlève trois épreuves hors-championnat avec la 18, nettement meilleure. A tel point qu'à son volant, Stirling Moss remporte deux Grands Prix (dont Monaco), et monte sur le podium final derrière les Cooper de Brabham et McLaren. Mais Moss est dans l'équipe privée de Rob Walker : Chapman grince des dents en voyant ses propres poulains battus à voiture égale. Deuxième aux Pays-Bas et aux USA, troisième en Angleterre, Ireland est quatrième du championnat.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Son heure de gloire à Watkins Glen en 1961 devant Dan Gurney (Porsche) et Graham Hill (BRM).
1961 voit l'apparition de la Lotus 21. Rob Walker et Moss, eux, demeurent fidèles au modèle 18. Bien leur en prend car il triomphent en Principauté et en Allemagne, sur le grand Nürburgring, s'élevant comme unique rempart contre les redoutables Ferrari shark nose de Phill Hill, von Trips et Ginther. Sur le rocher, aux essais, Innes cafouille avec sa nouvelle boîte de vitesses : dans le tunnel, il passe le deuxième rapport au lieu du quatrième, part en toupie et se casse une jambe. La mine de Chapman s'allonge, d'autant que durant sa convalescence, il force sur le whisky et les cigarettes. De retour, il remporte hors-championnat les Grands Prix de Solitude – qu'il célèbre, passablement saoul, en tirant des coups de feu depuis le toit d'un hôtel, dixit le patron de l'établissement – et de Zeltweg. En compétition officielle, il souffre de la comparaison avec son jeune équipier Jim Clark, qui lui colle près de quinze secondes en qualif au Ring, et Ireland ne récolte qu'une quatrième place à Reims.
L'avant-dernière manche se déroule à Monza, où von Trips décroche la pole. La première, forcément la seule puisqu'on connaît hélas la suite dimanche : l'accrochage à la sortie de la Parabolique entre la Ferrari et Clark qui coûtera la vie à l'Allemand et à quatorze spectateurs. Ce jour-là, Innes a prêté à Moss sa Lotus 21, qui briguera la victoire jusqu'à une casse moteur. Colin et ses sponsors, dit-on, ont fort peu apprécié. Phil Hill sacré, Ferrari absente, le Grand Prix des USA se déroule entre constructeurs britanniques, pour la première fois sur le tracé new-yorkais de Watkins Glen. Brabham et sa Cooper sont en pole, la Lotus de Moss est 3ème, celle de Clark 5ème, Ireland 8ème seulement. Au départ, Stirling bondit en tête. Troisième après un superbe envol, Innes part en tête-à-queue dans le 3e tour, et reprend la piste au onzième rang. Il va certes bénéficier des ennuis mécaniques de son partenaire, des Cooper de Brabham et McLaren, des Lotus de Masten Gregory et finalement de Moss, mais ça n'ôte rien à une sublime remontée, en quatre boucles, jusqu'en quatrième position. Leader au 59e des 100 tours, le jovial Britannique devra résister aux assauts de son compatriote Roy Salvadori (Cooper) qu'une casse moteur contraindra à l'abandon peu avant l'arrivée. Victoire de Ireland devant la Porsche du local Dan Gurney. Enfin un premier succès pour le Team Lotus ! Pourquoi, dès lors, l'Ecossais fut-il remercié juste après ? L'échange de voitures en Italie ? Surtout le fait que Chapman savait tenir en Clark un futur géant – Ireland soupçonnera toujours Jimmy d'avoir poussé pour rester seul maître à bord – et un garçon autrement plus sérieux, que ni les femmes, ni l'alcool ne distrairaient de son but ultime : gagner.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Après le premier succès du Team Lotus en F1, Colin Chapman s'empressa de limoger le pilote victorieux !
Innes se sent trahi. Sorte de James Hunt avant l'heure, ne craignant personne dans un bon jour mais refusant de tout sacrifier à la course et ne maniant pas la langue de bois, il est victime de son tempérament. Il ne récoltera plus, désormais, des lauriers qu'hors-championnat. Il trouve refuge en 1962 dans l'écurie du père Moss, Alfred : BRP (pour British Racing Partnership). A bord de sa Lotus 24 vert pâle, il ne marque que deux points en Afrique du Sud alors qu'en catégorie Sports, il s'impose plusieurs fois, notamment sur une Ferrari 250 GT au Tourist Trophy. BRP devient constructeur, mais en 1963 et 1964 Ireland se contente de quelques miettes. La mécanique est fragile, et l'homme pas exempt d'erreurs. Passé chez Reg Parnell, il galère en fond de grille en 1965. Deux dernières piges en 1966 sur une BRM privée et notre épicurien quitte la scène des Grands Prix. Cette année-là, il courra surtout en Endurance sur Ford GT-40, sans beaucoup de réussite. Comme lors des 500 miles de Daytona Nascar, où le moulin de sa Dodge rend l'âme. Une fois son casque raccroché, Ireland vivra de sa plume, journaliste automobile pour des magazines américains et anglais. Il écrira plusieurs ouvrages dont un sur le marathon Londres-Sydney, qui le fera sortir de sa retraite. Nommé en 1992 à la tête du British Racing Drivers' Club, il n'aura pas l'occasion d'exercer longtemps son mandat, vaincu par un cancer le 22 octobre 1993, à 63 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
La jolie BRP n'a pas permis à Ireland de relancer sa fin de carrière.
 http://www.f1i.com/f1i-classic-features/course-vie-43-innes-ireland-usa-1961/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum