*******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Guylaine le Mar 6 Jan - 5:03:25

World Championships 7
Grand Prix Starts 250
Grand Prix Wins 91
Pole Positions 68
Nationality German
History
Since the Formula One World Championship began in 1950 the title has been won by 30 different drivers, 14 of whom won more than one championship. Of the previous multiple champions the most prolific was Juan Manuel Fangio, whose record of five titles stood for five decades until it was eclipsed by the most dominant driver in the history of the sport. By the time he retired, still the man to beat after 16 seasons at the top, Michael Schumacher had seven driving titles and held nearly every record in the book by a considerable margin. Though his ethics were sometimes questionable, his sheer brilliance behind the wheel was never in dispute.

The most extraordinary driver's origins were most ordinary. He was born on 3 January, 1969, near Cologne, Germany, six years before his brother Ralf, who would also become a Formula One driver. Their father, a bricklayer, ran the local kart track, at Kerpen, where Mrs Schumacher operated the canteen. As a four-year old Michael enjoyed playing on a pedal kart, though when his father fitted it with a small motorcycle engine the future superstar promptly crashed into a lamppost. But Michael soon mastered his machine and won his first kart championship at six, following which his far from affluent parents arranged sponsorship from wealthy enthusiasts that enabled Michael to make rapid progress. By 1987 he was German and European kart champion and had left school to work as an apprentice car mechanic, a job that was soon replaced by full-time employment as a race driver. In 1990 he won the German F3 championship and was hired by Mercedes to drive sportscars. The next year he made a stunning Formula One debut, qualifying an astonishing seventh in a Jordan for the Belgian Grand Prix at Spa, whereupon he was immediately snapped up by Benetton, where in 1992 he won his first Formula One race, again at Spa, the most demanding circuit of them all.

Over the next four seasons with Benetton he won a further 18 races and two world championships. His first, in 1994, was somewhat tainted in that Benetton was suspected of technical irregularities and in their championship showdown race in Adelaide Schumacher collided (deliberately, some thought) with his closest challenger, the Williams of Damon Hill. But Germany's first world champion was unquestionably worthy of the 1995 driving title, following which he moved to Ferrari, then a team in disarray and without a champion since Jody Scheckter in 1979. The Schumacher-Ferrari combination began promisingly with three wins in 1996 and five more in 1997, though that season ended in infamy when in the final race, at Jerez in Spain, Schumacher tried unsuccessfully to ram the Williams of his title rival Jacques Villeneuve off the road. As punishment for his misdemeanour Schumacher's second place in the championship was stricken from the record books he would thereafter begin to rewrite.

After finishing second overall in 1998, Schumacher's 1999 season was interrupted by a broken leg (the only injury of his career) incurred in crash at the British Grand Prix. From then on there was no stopping 'Schumi' - who in 2000 became Ferrari's first champion in 21 years, then went on to win the driving title for the next four seasons in succession. In 2002 he won 11 times and finished on the podium in all 17 races. In 2003 he broke Fangio's record by winning his sixth driving title. In 2004 he won 13 of the 18 races to secure his seventh championship by a massive margin. Disadvantaged by an off-the-pace Ferrari in 2005 he still managed third overall in the standings. In 2006 he finished his career with a flourish (though at Monaco he was found guilty of deliberately parking his Ferrari to prevent anyone from beating his qualifying time): extending his pole position record to 68 (Ayrton Senna had 65), scoring seven victories to bring his total to 91 (40 more than his nearest rival, Alain Prost) and nearly winning yet another driving title.

Like all the great drivers Schumacher had exceptional ambition, confidence, intelligence, motivation, dedication and determination. What set him apart and helped account for his unprecedented length of time at the top of his profession was a pure passion for racing and an endless quest for improvement. Blessed with a supreme natural talent, he had a racing brain to match, possessing spare mental capacity that enabled him to make split-second decisions, adapt to changing circumstances and plan ahead while driving on the limit, which with his superb state of fitness (he trained harder than any driver) he was easily able to do for lap after lap. The smoothly swift and mechanically-aware driver operated with a keen sensitivity for the limits of his car and himself (he made comparatively few mistakes) and his feedback to his engineers (led by technical director Ross Brawn who worked with him throughout his career) was exceptionally astute.

No Ferrari driver worked harder for the team, nor were any of them more appreciated than the German who led the famous Italian Scuderia to six successive Constructors' Championships. He led by example, frequently visiting the factory at Maranello, talking to the personnel, thanking them, encouraging them, never criticising and invariably inspiring everyone with his optimism, high energy level and huge work ethic. The team was totally devoted to the driver who often said he loved the Ferrari ‘family’.

Life with his own family - wife Corinna and their children Gina-Maria and Mick - was deliberately kept as normal as possible (the children never came to the races) and held sacred by the essentially shy and private man who reluctantly became one of the most famous sportsmen in the world. Rich beyond his wildest dreams (he reportedly earned as much as US$100 million a year), he generously supported charities, especially those for underprivileged children, and to help victims of the 2004 Asian tsunami disaster he made a personal donation of US$10 million.

In his last season the 37-year-old driver who had made Formula One racing his personal playground was still at the peak of his powers. No champion had been so excellent for so long, but Michael Schumacher finally grew tired of the effort necessary to continue to excel and decided to quit while he was still ahead - so far ahead that his achievements are unlikely to ever be surpassed.

Text - Gerald Donaldson

Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Guylaine le Lun 9 Fév - 9:56:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Michael Schumacher : La découverte d’un prodige

Message par Modena49 le Dim 22 Mar - 2:00:49

Michael Schumacher, né le 3 janvier 1969 à Hürt-Hermülheim, fête aujourd’hui ses 40 ans.

Même s’il a pris sa retraite à l’issue de la saison 2006, le pilote allemand restera à jamais dans l’histoire de la Formule 1, aux côtés de Juan Manuel Fangio, Alain Prost, Ayrton Senna et bien d’autres encore.

Pour célébrer l’anniversaire du septuple champion du monde, nous vous proposons un dossier spécial retraçant la carrière de Michael Schumacher. Le premier volet de cette histoire couvre ses débuts dans la catégorie reine jusqu’à l’obtention de sa seconde couronne mondiale avec Benetton.

1991 : Quelques jours avant le Grand Prix de Belgique, Bertrand Gachot, pilote de l’écurie Jordan, est arrêté par la police britannique pour avoir utilisé une bombe lacrymogène lors d’une altercation avec un chauffeur de taxi londonien. Le franco-belge est condamné à 24 mois de prison, ce qui l’éloigne des circuits pour un bon moment. Eddie Jordan se lance alors à la recherche d’un remplaçant à Gachot et décide de titulariser un certain Michael Schumacher, membre du Mercedes Junior Team.

Le jeune allemand, qui roule sur le circuit de Spa-Francorchamps pour la première fois de sa carrière, fait forte impression d’entrée de jeu. Ses ingénieurs lui demandent même d’aller moins vite, mais cela ne l’empêche pas de décrocher le septième temps des qualifications et de se placer devant Andrea de Cesaris, son expérimenté coéquipier.

Malheureusement pour lui, sa course s’arrête dès le premier tour en raison d’un embrayage défectueux. Qu’à cela ne tienne, Schumacher vient de marquer les esprits.

A tel point que Jordan et Benetton s’affrontent sur le plan juridique afin de s’attacher les services de l’allemand pour le restant de la saison, et c’est finalement l’écurie de Flavio Briatore qui l’emporte. L’italien s’en frotte les mains, à juste titre : dès sa première course pour Benetton, Schumacher termine à la cinquième place du Grand Prix d’Italie avec onze secondes d’avance sur son équipier Nelson Piquet, triple champion du monde, puis boucle les deux manches suivantes du championnat en sixième position.

1992 : Alors qu’il n’effectue que sa première saison complète en F1, le pilote allemand se révèle aux yeux de tous en décrochant le premier podium de sa carrière dès le Grand Prix du Mexique, seconde épreuve du championnat. Mais Schumacher ne s’arrête pas en si bon chemin. Le 30 août 1992, le Formula 1 Circus fait escale en Belgique, sur ce circuit très technique où il a fait ses débuts dans la catégorie reine un an auparavant.

Michael occupe la troisième place sur la grille de départ, il est en embuscade derrière le duo infernal Mansell – Senna. La course se déroule plutôt bien jusqu’à ce que la pluie fasse son apparition, l’allemand est l’un des premiers à plonger dans l’allée des stands pour chausser des pneus sculptés, rapidement imité par ses adversaires.

Par la suite, voyant que la trajectoire s’assèche légèrement, il fait le pari audacieux de repasser en slicks alors que les leaders conservent des gommes pour la pluie. La chance sourit à Schumacher qui profite de ses pneumatiques pour reprendre de précieuses secondes à Mansell et Patrese. Après 44 tours de course, il franchit la ligne d’arrivée en vainqueur et empoche le premier succès de sa carrière.

En fin d’année son bilan est excellent puisqu’il comptabilise une victoire, deux meilleurs tours en course, huit podiums et, cerise sur le gâteau, il se classe au troisième rang du championnat pilotes, devant son idole, Ayrton Senna.


1993 : Le « Kaiser » confirme son potentiel dès la saison suivante. Même s’il termine l’année au pied du podium en raison d’une monoplace parfois défaillante, ses statistiques restent tout à fait honorables : sur les 16 épreuves que comporte le championnat, il rallie l’arrivée à neuf reprises, se plaçant à chaque fois sur le podium.

Il réalise aussi cinq meilleurs tours en course et remporte sa seconde victoire en F1, plus d’une année après celle obtenue en Belgique.

Il enlève son second Grand Prix au Portugal, au terme d’une lutte farouche contre Alain Prost. En dépit de la pression exercée par le français du trentième au soixante et onzième tour, Schumacher résiste et coupe la ligne d’arrivée avec 982 millièmes d’avance sur le quadruple champion du monde.

1994 : Alain Prost ayant pris sa retraite en fin d’année dernière, l’allemand apparaît comme le principal adversaire d’Ayrton Senna. Schumacher débute la saison tambour battant en remportant les deux premières courses de la saison alors que le brésilien abandonne à deux reprises, mais ce dernier compte sur les Grands Prix européens pour inverser la tendance.

Malheureusement, la troisième manche du championnat tourne au drame. L’homme au trois couronnes mondiales perd la vie dans les premiers tours du GP de Saint-Marin, laissant la F1 sans véritable leader. Au fil des courses, deux pilotes se dégagent : Damon Hill et Michael Schumacher. L’allemand domine la première moitié de saison haut la main, avant de rencontrer quelques problèmes avec la FIA.

Tout commence en Grande-Bretagne où il ignore le drapeau noir qui lui est présenté suite à un dépassement illégal effectué lors du tour de formation. Il dispute toute la course, se classe second … avant d’être disqualifié par les commissaires deux semaines plus tard.

La fédération internationale lui inflige également deux Grands Prix de suspension pour non respect des consignes. Par la suite, Michael s’impose en Belgique avant d’être une nouvelle fois déclassé en raison d’une usure excessive de la planche en bois qui était placée sous sa Benetton pour réduire l’effet de sol.

Ces affaires font le bonheur de Hill, qui se rapproche à grands pas de la tête du championnat du monde. Avant le départ de l’ultime épreuve de la saison, Schumacher devance le britannique d’un point seulement, ce qui signifie que la couronne mondiale se joue à Adélaïde.

Dès l’extinction des feux, l’allemand s’empare des commandes du Grand Prix, devant son rival. La voie royale semble tracée, mais à 14h49 Michael commet une erreur de pilotage. Il sort trop large d’un virage, passe dans l’herbe et percute le mur avec sa roue avant droite.

Sa monoplace est endommagée et Damon Hill, qui surgit derrière lui, n’a rien vu. Le britannique tente alors de dépasser Schumacher, mais ce dernier lui ferme la porte au dernier moment. L’accrochage entre les deux est inévitable : la Benetton s’immobilise immédiatement alors que la Williams poursuit sa route avec un pneu crevé.

Une fois arrivé à son stand, Hill découvre que sa suspension est abîmée, ce qui provoque son abandon. Malgré cette fausse note, Schumacher est sacré champion du monde pour la première fois de sa carrière. Un titre mérité au vu de ses résultats : huit victoires, dix podiums, six pole positions et huit meilleurs tours en course. Il totalise 92 points, soit un de mieux que Hill.

1995 : La saison suivante met aux prises les deux mêmes acteurs, sauf que la Benetton B195, équipée d’un V10 Renault identique à celui de la Williams, domine outrageusement la concurrence. Sur les dix sept Grands Prix disputés, l’allemand décroche onze podiums dont neuf victoires et ajoute quatre pole positions à ses statistiques. Parmi les succès de Schumacher, celui obtenu en Belgique est probablement le plus beau de l’année en raison des conditions météorologiques peu clémentes et de la lutte qui l’a opposé à Hill.

La pluie s’abat sur le circuit ardennais dès les séances d’essais, ce qui offre une grille de départ plutôt chamboulée. Les Ferrari de Berger et Alesi sont en première ligne, Hill occupe la huitième place et Schumacher doit se contenter de la seizième position.

Le départ de la course est donné sur une piste sèche, et l’allemand va faire étalage de tout son talent pour remonter ses adversaires un à un. Après le sixième tour, la Benetton frappée du numéro 1 pointe déjà au cinquième rang.

Puis la pluie refait son apparition et redistribue les cartes. Hill ravitaille pour chausser des pneus sculptés tandis que l’allemand fait le pari de rester en piste avec ses slicks. Dans ces conditions, le britannique revient en quelques secondes dans les échappements de la B195, mais Schumacher se défend bec et ongles pendant plusieurs tours pour conserver sa place. Ce n’est qu’après un tout droit de son adversaire que la Williams reprend les commandes de l’épreuve … mais pas pour longtemps.

Le circuit s’assèche, Hill regagne son stand pour changer de gommes mais dépasse la limitation de vitesse. Cela lui vaut une pénalité qui met un terme à ses chances de victoire. Michael remporte la course après s’être élancé de la huitième ligne et accroît son avance au championnat.

Deux mois plus tard, à l’occasion du Grand Prix du Pacifique qui se court le 22 octobre 1995, il décroche son second titre mondial, le dernier avec Benetton.

L’allemand, dont l’année a été faste dans les tous domaines puisqu’il a épousé Corinna Betsch le 5 août 1995, annonce alors qu’il quitte l’écurie britannique au profit de la Scuderia Ferrari. C’est le commencement d’une nouvelle aventure.

Vous retrouverez dès demain sur notre site la suite de ce dossier spécial consacré à la carrière de Michael Schumacher.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Modena49 le Dim 21 Juin - 14:35:54

Vraies Raisons de la retraite de Schumi


Schumacher fascine encore, même si l’émergence de Hamilton et de Kubica a rafraîchi le paddock ... Le renouveau du suspense en F1 depuis 2007 fait oublier les conditions mystérieuses de la retraite de Schumi fin 2006 ...
Comme chacun sait, Michael Schumacher a pris sa retraite au soir du Grand Prix du Brésil 2006, avec 7 titres mondiaux (2 avec Benetton, 5 avec Ferrari) et 91 victoires, le plus beau palmarès de l’Histoire.



Ce que l’on sait moins, ce sont les raisons qui ont conduit Schumacher à la retraite. Retraite rendue officielle au Grand Prix d’Italie 2006, pendant la conférence d’après course de Monza, course d’ailleurs gagnée par Schumi (90e de ses 91 victoires).





Il y a 4 hypothèses plausibles :



Lassitude psychologique : Schumacher en avait réellement assez de la Formule 1, pas de la course, mais des aspects extra-sportifs (exposition personnelle face à la presse, notamment allemande et italienne, éloignement par rapport à sa famille, mode de vie nomade entre les changements incessants de destination, entraînement physique l’hiver, ...). Il en avait décidé depuis début 2006 voire fin 2005 en ayant parlé avec son épouse Corinna et son manager de toujours, Willi Weber. Il savait aussi que Ross Brawn, Rory Byrne, Jean Todt ne resteraient pas ad vitam aeternam à Maranello.
Crainte de la concurrence : Ferrari a voulu garantir sa pérennité. Dans la guerre Todt / Montezemolo, le second nommé a voulu assurer les arrières de Ferrari. Alonso étant blacklisté par Todt pour une vieille querelle avec Briatore et l’Espagnol (non respect d’un engagement donné en 2001), Ferrari s’est rapproché de Kimi Raikkonen, lassé des échecs à répétition avec McLaren Mercedes dans la course au sceptre. Schumacher aurait donc fui la concurrence de Raikkonen, n’acceptant pas un équipier à égalité par contrat. Car on se doute bien que Ice Man n’aurait pas accepté un rôle de porteur d’eau ni par contrat ni sur la piste, même en cas de domination de Schumi au chronomètre et/ou au championnat ... Raikkonen étant un tout autre pilote qu’Irvine ou Barrichello, le loup scandinave entrait dans la bergerie Ferrari.
Retraite forcée : hypothèse la moins plausible, vu les services rendus pendant onze ans par le Kaiser à la Scuderia. Misant sur l’avenir avec Massa, Ferrari aurait licencié sans ménagement Schumacher pour 2007, préférant s’assurer un calibre plus jeune en la personne du Finlandais Kimi Raikkonen pour contrer les ambitions de McLaren, cette dernière ayant recruté le champion du monde espagnol Fernando Alonso (ex Renault) dès la fin 2005. Et aussi pour économiser quelques millions de dollars sur le salaire du Baron Rouge, bien que les émoluments de Kimi soient colossaux également...
Transfert avorté dans une autre équipe : surprenant, mais a priori il y a peu de chances que Schumacher ait été en contact avec d’autres équipes pour 2007. Attaché viscéralement à Ferrari, il avait été approché par McLaren en 1999-2000, mais je doute que Renault et son budget peau de chagrin aient pu se payer le Kaiser. Quant à McLaren, ils avaient déjà Hamilton en ligne de mire pour 2007 voire 2008. Peu probable donc.



Après avoir battu tous les records de la F1, effacé Prost et Fangio des plus prestigieux, surclassé ses rivaux pendant une décennie, détenu l’officieux titre de meilleur pilote depuis le décès d’Ayrton Senna, Schumacher aurait pu partir son voir désigner son successeur, au sommet. Häkkinen, Montoya, Hill, Coulthard, Barrichello et tant d’autres avaient du courber l’échine et se résigner face au titan de l’empire rouge.


Mais ce dernier a commis le péché d’orgueil en ne se retirant pas fin 2004, après sa septième étoile, le pinacle de sa carrière. Deux marches au dessus de la légende Fangio au panthéon de la F1.



On se souvient en tout cas que Schumacher avait dit au temps de son apogée, en 2002-2003-2004, qu’il ne se retirerait de la F1 que le jour où un jeune loup lui aurait fait sentir que son temps était passé.

Or ce jour était venu un certain dimanche 24 avril 2005, à Imola. Par ce dimanche printanier en Emilie-Romagne, le septuple champion du monde avait vu son successeur Alonso, lui fermer la porte d’une victoire, la Renault R25 bloquant avec une défense admirable la Ferrari déchaînée.


Une passation de pouvoir sur la piste qui se confirma au palmarès en fin de saison, Alonso succédant à Schumacher et brisant son règne de cinq ans.
Une passation de pouvoir que Schumacher avait lui-même infligé à un certain Ayrton Senna en 1994 à Interlagos, au Grand Prix du Brésil, première manche de la saison 1994, après leur seul véritable duel en piste. Connaissant la haine viscérale de la défaite de Senna, Schumi avait accéléré le rythme jusqu’à pousser le Brésilien à la faute sur sa rétive Williams Renault FW16. L’arroseur de Interlagos 1994 était devenu l’arrosé d’Imola 2005. Une décennie au sommet avant de passer le témoin à un juvénile Asturien au regard plein d’ambition.


Il avait déjà failli passer à la guillotine fin 2003 sous la menace conjuguée du pistolero Montoya et du viking Raikkonen (déjà lui !). Et quelque part dans son rétroviseur, la promesse d’un futur très concurrentiel avec Alonso, via les courses de Barcelone en 2003 où l’Espagnol talonna Schumi sur sa Renault, et surtout celle de Budapest toujours en 2003 où le même Alonso prit un tour à Schumacher, seulement huitième et trahi par Bridgestone.


Chacun se rappelle ensuite de cette image d’Alonso à l’usine Renault de Viry, barrant d’une croix le visage de Schumacher sur un portrait (datant de l’époque Benetton Renault où Schumi fut sacré en 1995).



Alonso qui en 2003 rappelait le Schumacher insolent, précoce et brillant de 1992, qui toisait Mansell et Senna, impressionnait tout le monde par sa vélocité et son ambition. Celui qui avait vite troqué le surnom de Spoon Face contre celui de Petit Mozart de la F1, avant de devenir très vite le Kaiser.




Michael Schumacher, s’il avait appliqué ce qu’il disait au temps de sa splendeur, aurait du raccrocher son casque de pilote de course en 2005. Mais l’amour de la piste et sa fierté de champion l’ont sans doute poussé à continuer une saison de plus. Ne pas finir sur un échec. Comme Prost en 1993, Schumi rêvait d’une fin de carrière en apothéose, et d’un titre mondial pour boucler la boucle, le huitième.


2005 avait marqué le chant du cygne, 2006 serait l’année de la rédemption pour l’Allemand.



Mais 2006 se finira, suite à un somptueux duel face à Fernando Alonso, par une place de vice-champion du monde et une dernière sortie sous les honneurs, car Schumacher remonta 25 points à Alonso (au soir du GP du Canada à mi-saison) et mena le championnat après la dernière victoire de sa carrière, en Chine, à deux Grands Prix de la fin.





Bien que très grand fan de Schumacher, je pense que la deuxième hypothèse est la bonne, le Kaiser n’a pas relevé le défi d’être l’équipier du véloce Raikkonen, l’homme qui avait détruit la réputation d’un certain Juan Pablo Montoya chez McLaren Mercedes, l’homme qui avait failli, à deux points près, devenir le plus jeune champion du monde de l’Histoire en 2003 avec McLaren, l’homme qui avait bluffé Peter Sauber en 2001 alors qu’il venait de la Formule Renault. L’homme enfin qui avait rapidement levé les doutes face à la super-licence provisoire imposée par Max Mosley (quatre courses seulement pour faire ses preuves) et au contraire montré qu’il serait l’héritier naturel de Häkkinen, un nouveau Flying Finn, sinon celui de Schumacher.


Hypothèse qui ne grandit pas Schumi. Contrairement à Prost qui a accepté son challenger Ayrton Senna chez McLaren en 1988 ou à Lauda qui affronta le jeune Prost en 1984, Schumacher a fui l’affrontement avec Ice Man, seul pilote du paddock 2006 sans doute avec Alonso à pouvoir vraiment faire jeu égal avec l’Allemand à bord de la même voiture.




Le destin a privé Schumacher en 1994 d’un duel face à Senna, mais Schumacher a privé le destin d’un duel en 2007 face à Raikkonen ...

Heureusement, les fées de la F1 ont introduit un certain Lewis Hamilton dès le début de 2007, faisant ainsi plus vite oublier l’ombre immense du géant retraité ...

source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Schumacher : déjà 20 ans en F1

Message par Modena49 le Sam 27 Aoû - 4:14:10

"Lorsque vous n'avez jamais piloté une F1 de votre vie, et qu'au bout de deux tours vous prenez Eau Rouge à fond... Je n'arrivais pas à le croire", se souvient Andrea de Cesaris au sujet d'un jeune inconnu nommé Michael Schumacher.

D'autres pilotes auraient été frustrés. Mais de Cesaris, fort de ses 160 Grands Prix d'expérience, a vu un blanc-bec - n'ayant complété que 20 tours d'essais à Silverstone trois jours plus tôt - débarquer à Spa-Francorchamps et faire sa marque. Lors des essais du vendredi en prévision du Grand Prix de Belgique 1991, son ingénieur de course lui a montré la télémétrie prouvant que le petit nouveau était déjà plus rapide que lui ; il n'était pas encore midi. Loin d'être amer, de Cesaris a ressenti de l'admiration, mais aussi un sentiment de fierté d'avoir témoigné de la chose. Il a été le premier coéquipier de Michael Schumacher en Formule 1.

"J'ai dit à mon ingénieur : 'Ce gars a du culot'", se souvient de Cesaris. "J'ai immédiatement compris qu'il ne s'agissait pas d'un autre rookie. Ce gars savait vraiment piloter. C'est facile de dire qu'il était rapide, mais Spa, ce n'est pas une balade du dimanche. C'est un des plus difficiles circuits, très rapide, long, extrêmement dur à maîtriser. Bref, il ne pardonne pas et je m'attendais à voir un rookie en difficulté."

"Je ne l'avais jamais rencontré avant d'arriver au circuit. Dès le premier jour il était plus rapide que moi. Mon ingénieur, Gary Anderson, est venu me voir : 'Regarde, Michael prend Blanchimont à fond mais pas toi. Il faut que tu prennes ce virage à fond.' Ce week-end a été très exigeant pour moi !"

Jusque-là, Michael Schumacher était un pilote talentueux qui ne s'était pas fait trop remarquer, sauf par les plus assidus des observateurs de la F1. Après avoir remporté le championnat allemand de F3 en 1990, Mercedes-Benz l'avait recruté. Il a piloté des voitures sport de Groupe C aux côtés de ses compatriotes Karl Wendlinger et Heinz-Harald Frentzen. Ce dernier se souvient que "Michael n'était pas toujours le plus rapide."


"J'ai rencontré Michael une fois lorsqu'il était en Groupe C", dit Gerhard Berger. "Je n'ai pas noté son potentiel, car lorsque vous êtes en Formule 1 vous ne prêtez plus trop attention au Groupe C et aux autres séries. Nous étions tous surpris lorsqu'il s'est montré très rapide à Spa. Il arrivait de nulle part en fait."

Le volant chez Jordan découlait d'un incident survenu à Londres huit mois plus tôt. Bertrand Gachot conduisait la voiture de sa copine lorsqu'il est entré en collision avec un taxi. Une altercation a eu lieu et Gachot a arrosé le chauffeur de taxi de gaz lacrymogène. La possession d'une canette de ce genre étant interdite au Royaume-Uni, le pilote s'est retrouvé avec une sentence de prison de six mois, parallèlement à celle de 18 mois pour coups et blessures.

Le jugement a été prononcé une semaine seulement avant le départ de l'écurie Jordan pour la Belgique. Il lui manquait alors un pilote. Eddie Jordan a considéré plusieurs candidats expérimentés avant d'accepter Michael Schumacher et les 150 000 livres que lui offrait Mercedes.

"Lorsque Gachot a été envoyé en prison, Eddie m'a lancé sur la piste traditionnelle, c'est-à-dire Derek Warwick, Keke Rosberg ou Stefan Johannson", explique Ian Phillips, alors le directeur commercial de Jordan. "Le dimanche avant la course, Eddie m'a appelé à 18h00 pour me dire : 'J'ai une entente avec Michael Schumacher'. Eddie était en vacances en Espagne et il avait conclu l'affaire au téléphone."

"24 heures plus tard nous étions tous à Silverstone", continue Phillips. "Michael et Willi (Weber, son manager) sont arrivés. Nous avons moulé le siège, les essais étaient prévus pour le lendemain. Après quatre tours, Trevor Foster a dit : 'Je dois le faire rentrer pour lui dire de lever le pied. Appelle Eddie, dis-lui que nous avons une star.' J'ai répété cela à Eddie, et il a répondu : 'Dis-lui qu'il a le poste.'"

"Il s'agissait d'un très petit essai, juste assez pour que Michael se familiarise avec les commandes", confirme Foster, qui a été l'ingénieur de course de Schumacher à Spa. "Après trois tours, on aurait dit qu'il pilotait cette voiture depuis le début de la saison. Il semblait entièrement à l'aise."


"Jamais il n'a été dépassé par la situation. Sa forme physique était parfaite. Il a dit : 'Si je suis aussi en forme que possible, je saurai qu'une baisse de rythme ne sera pas le résultat de la fatigue. Il faudra que ce soit quelque chose concernant la voiture, le moteur, la piste ou les pneus.' Il ne voulait rien laisser à la chance, il ne voulait que des facteurs connus."

Spa-Francorchamps n'est pas très loin de Kerpen, la ville natale de Schumacher. L'équipe a pris pour acquis qu'un jeune pilote professionnel allemand, doté d'une certaine expérience, serait familier avec le redoutable tracé des Ardennes. Weber a laissé sous-entendre que c'était effectivement le cas, mais Schumacher n'avait jamais piloté sur ce circuit.

"Dès le début il était très confiant", ajoute l'ingénieur de course Anderson. "Je lui ai dit : 'Ah, tu dois très bien connaître Spa.' Il a admis qu'il n'avait jamais vraiment vu le tracé. Ce fut un choc."

Le jeudi, pendant que l'équipe prenait le repas du soir, Schumacher est monté sur un vélo pour compléter quatre tours du circuit. Le lendemain matin, il était au volant de la Jordan-Ford 191. Suite à la perte de contrôle d'Eric van de Poele, son premier tour de qualification du vendredi a été ruiné par un drapeau rouge. Il ne lui restait alors qu'un tour lancé pour se qualifier.

À l'étonnement de tout le paddock, il a bouclé un tour en 1'53''290. Le 8e meilleur temps. Le samedi, il a fait 1'51''212, le 7e meilleur chrono. Il aurait accompli mieux encore si Jean Alesi ne l'avait pas bloqué à l'Arrêt de bus, lors de son dernier run.

"Ce qu'il n'arrivait pas à faire le vendredi, il pouvait le faire le samedi", explique Anderson. "Il savait qu'avec deux journées à sa disposition pour se préparer, cela ne valait pas le risque de commettre une erreur stupide en voulant tout faire à la perfection dès le premier jour. Il était discipliné."


Schumacher avait vite trouvé la limite, selon Foster : "Plusieurs jeunes recrues ont testé pour nous. Souvent, ils en faisaient trop et quittaient la piste. C'était problématique pour nous car le budget était serré ; un peu trop de dommages et notre week-end était foutu. Michael ne sortait jamais du top 8. Je l'ai pris à part pour lui demander s'il dépassait les limites, mais son ton était très calme : 'Tout va bien, ne t'inquiète pas. Je suis à la limite mais je ne la franchis pas.' Il était très décontracté, tout se passait bien."

Le moteur Cosworth sur la voiture de Schumacher avait une fuite. Il y avait aussi un problème sur la monoplace de de Cesaris, mais puisque ce dernier était le pilote senior, il avait droit au mulet. "J'ai demandé à Gary si Michael pouvait utiliser la voiture d'Andrea, question de lui permettre de gagner un peu plus d'expérience", relate Foster. "Nous n'avions pas le temps d'ajuster les pédales ou quoi que ce soit avant d'installer Michael dans le cockpit. Encore une fois, il s'est immédiatement montré plus rapide qu'Andrea. C'était irréel."

Lors du debriefing des qualifications, "Andrea a expliqué en détail comment l'arrière de sa voiture devenait très nerveux à l'entrée de Blanchimont. Et une bosse à cet endroit rendait la voiture instable, ce qui l'empêchait de prendre le virage à fond. Andrea a donné cette longue explication, alors j'ai demandé à Michael si c'était pareil pour lui. Il a répondu : 'C'était le cas lors des trois premiers tours, mais ensuite j'y allais à fond tout simplement. Si vous maintenez votre pied ferme, la voiture demeure stable et c'est réglé.'"

"Mais avant son arrivée en F1 on ne parlait pas de lui comme du prochain Messie", souligne Foster. "Les gens disaient qu'il n'était pas aussi rapide que Häkkinen ou Frentzen. Il ne s'agissait pas d'une vedette montante."

Samedi, en fin d'après-midi, un huissier s'est présenté chez Jordan pour saisir les biens de l'équipe. Le pilote belge Philippe Adams réclamait de l'argent et, inquiet de voir Eddie Jordan quitter le pays sans le payer, il avait obtenu un mandat de la cour. Les voitures ne pourraient participer à la course. Jordan est allé voir Bernie Ecclestone, qui lui a prêté le montant requis pour libérer l'équipe. Catastrophe évitée. "Tout a été réglé rapidement et secrètement", dit Phillips. "En fait, je ne crois pas que Michael en ait eu connaissance."

Le lendemain, Schumacher s'est placé sur la 7e case de la grille de départ. "Pour lui, si sa voiture était compétitive et en bon état, il n'y avait aucune raison pour ne pas gagner la course", raconte Foster. "Cela peut sembler arrogant, mais ce n'était vraiment pas le cas. Il était très sûr de lui, oui, mais c'était totalement justifié par son comportement dans la voiture, et à l'extérieur de la voiture aussi."

À l'extinction des feux, le peloton s'est lancé dans La Source sans qu'il y ait de contact. Mais au moment où les voitures montaient la colline, Schumacher ralentissait. Sa course s'est terminée avant même d'avoir réellement commencé. Il n'avait jamais effectué un départ avec une voiture aussi chargée en carburant ; le résultat a été un embrayage endommagé. C'était l'abandon.

Le grand potentiel de Jordan a été démontré par de Cesaris, qui s'était hissé jusqu'à la 3e place et pouvait penser à la victoire. Mais à trois tours de la fin, son moteur a sauté. "Andrea a fait un excellent boulot ce jour-là, mais je crois que la présence de Michael l'avait forcé à faire plus", dit Foster. "Si l'embrayage n'avait pas cédé, je suis convaincu que Michael serait monté sur le podium. Sur quelle marche, je préfère ne pas y penser."


Schumacher avait déjà quitté le circuit lorsque les patrons de Jordan ont quitté le mur des stands. Eddie Jordan et Ian Phillips ne l'ont revu que le jeudi soir précédant le week-end du GP d'Italie à Monza. Depuis la Belgique, 11 jours plus tôt, tout avait changé pour eux. Les deux hommes ont été convoqués à l'hôtel où logeait Bernie Ecclestone. Le talent de Michael avait capté l'attention de Benetton, une écurie qui avait le potentiel de propulser Schumacher vers le sommet. Ecclestone avait compris qu'un prétendant au titre allemand attirerait les foules, alors il a tout fait pour faciliter un accord.

Jordan et Phillips attendaient pendant que Schumacher, Ecclestone, Neerpasch, Weber, Flavio Briatore, Tom Walkinshaw et une armée d'avocats discutaient. "La vérité, c'est que Schumacher, pour une raison inconnue, n'avait pas de contrat avec Jordan", explique Walkinshaw, le directeur de Benetton à l'époque. "Comment quelqu'un a pu laisser un talent comme celui-là se promener dans le paddock sans contrat, je ne le sais pas. Ça les concerne."

Schumacher a signé un contrat sur le long terme avec Benetton. À l'attention d'Eddie Jordan, son éphémère patron, il a transmis une note manuscrite par fax.

Cher Eddie,
Je suis désolé, mais je ne peux accepter votre offre.
Sincèrement vôtre,
Michael


"Lorsque je suis arrivé en F1, je ne comprenais pas encore tous les rouages", avouait Schumacher quelques années plus tard au sujet de cette controverse. "J'étais rapide bien entendu, mais je n'avais aucune idée de la complexité de cette business, ni de quelle petite roue il fallait actionner pour tout mettre en marche. En fait, je ne faisais que piloter."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Adam Hay-Nicholls
23 août 2011



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Guylaine le Lun 29 Aoû - 2:09:04

M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E !!!!!



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

DANKE SCHÖN LE ROI DES CHAMPIONS ...TSCHÜSS MICHAEL SCHUMACHER ♥♥♥

Message par Modena49 le Ven 5 Oct - 0:04:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Schumi en chiffres et en images

Michael Schumacher a marqué l'histoire du sport automobile. Retour sur un palmarès fantastique et quelques moments forts en vidéo ci dessus.

Après l'annonce de son retrait de la compétition et avant les six dernières courses qu'il lui reste à disputer, voici un petit récapitulatif en chiffres de la fabuleuse carrière de Michael Schumacher.

Schumi en championnat du monde de Formule 1, c'est... -19 saisons en championnat du monde de Formule1. -292 départs en Grands Prix. -7 titres de champion du monde. -68 pole positions. -91 victoires. -40 victoires depuis la pole position. -13 victoires en une saison (soit 72,22 %). -7 victoires consécutives (du GP d'Europe 2004 à celui de Hongrie 2004). -43 deuxièmes places. -21 troisièmes places. -155 podiums au total. -19 podiums consécutifs. -115 départs en première ligne. -76 meilleurs tours. -10 meilleurs tours dans une saison, soit 55,56 % en 2004. -1 517 points inscrits. -24 Grands Prix consécutifs dans les points. -22 hat tricks (pole position, meilleur tour en course et victoire). -142 Grands Prix en ayant mené au moins un tour. -5 111 tours en tête. -15 859 tours parcourus. -24 148 km en tête (soit 36,50 % de la distance parcourue). -10 10 770 013 km parcourus. -60 abandons.

Bonne retraite M,S. peu être qu'ont vas se croisé à Gland ????????????????????




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Guylaine le Ven 5 Oct - 11:54:12

Well of course I was joking about being happy of my EDITORIAL but and it comes from the bottom of my heart I am happy and consider myself blessed by God to have been alive in the same time OF MICHAEL SCHUMACHER that I will always consider THE VERY BEST DRIVER OF ALL TIME !!! I enjoyed ever race that SCHUMACHER drove in his carreer and I will never forget him the fact that I was laughing about his retirement was only because I am happy to see that MICHAEL SCHUMACHER won't have died in a race track .He led his sport like no one did before in meeting the checkered flag 91 times and winning 7 times THE WORLD CHAMPIONSHIP A RECORD in FORMULA 1 ! I pay tribute here to the greatest driver of all time but also to the awesome human being MICHAEL SCHUMACHER was and still is in supporting many good causes in his life ! I want to add this and I strongly believe that I won't be alive to see myself another driver winning a 7 titles in F1 .The only one thing who is making me terribly sad is we will no longer hear his name during a race Sad he had had a HUGE impact into my personnal life although I never met him . I am mostly and particularly happy and grateful to God that MICHAEL SCHUMACHER will have the chance to have a second life after FORMULA 1 !!! I know that he never joined everyone's heart with his goofs on the track or with the order of his team chief to pass his own partner in many teams but for me ,he will forever and ever remained THE KING OF THE FORMULA 1 HISTORY !!! MICHAEL SCHUMACHER YOUR NAME IS NOW WRITTEN FOREVER AND IN GOLD LETTERS IN THE BOOK OF RECORD OF F1 AND YOUR LEGACY FOR ME , YOUR BIGGEST CANADIAN FAN WILL REMAIN IN MY HEART IN GOLD LETTERS UNTIL THE DAY I DIE .THANK YOU SO VERY MUCH MICHAEL SCHUMACHER DANKE SCHÖN MICHAEL AND ALL MY RESPECT FOR YOUR AWESOME ACCOMPLISMENT ♥♥♥XOXOXO AUF WIEDERSEHEN MICHAEL SCHUMACHER...


Dernière édition par Guylaine le Ven 5 Oct - 12:28:54, édité 4 fois



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

SALUT LE ROI DES CHAMPIONS ...

Message par Guylaine le Ven 5 Oct - 12:14:24

*** TRADUTION FRANÇAISE :***

Bien sûr que je plaisantais au sujet d'être contente de mon EDITORIAL mais et il vient du fond de mon cœur, je suis heureuse et je me considère bénie par Dieu d'avoir été vivante dans le même temps que Michael Schumacher que je conidererai toujours comme LE MEILLEUR PILOTE DE TOUS LES TEMPS! J'ai apprécié chaque course que SCHUMACHER a conduit dans sa carrière et je ne l'oublierai jamais ; le fait que je riais de son départ à la retraite était seulement parce que je suis heureuse de voir que Michael Schumacher ne sera pas mort en course. Il a mené son sport comme personne ne l'a fait avant pour rencontrer le drapeau à damier 91 fois et remporté 7 FOIS LE CHAMPIONNAT DU MONDE DE FORMULE UN RECORD en F1! Je lui rend volontiers un hommage spécial pour le plus grand pilote de tous les temps, mais aussi à l'être humain qu'il a toujours été : MICHAEL SCHUMACHER était et est toujours dans le soutien de nombreuses bonnes causes dans sa vie! Je tiens à ajouter ceci et je crois fermement que je ne serai pas en vie afin de voir gagner un autre pilote de la trempe d'un SCHUMACHER a 7 titres en F1 La seule chose qui me rend très triste, c'est que nous n'entendrons plus son nom lors d'une course. Sad il a eu un impact énorme dans ma vie personnelle, bien que je ne l'ai jamais rencontré. Je suis particulièrement heureuse et reconnaissante à Dieu que Michael Schumacher aura la chance d'avoir une seconde vie après FORMULE 1! Je sais qu'il n'a jamais rejoint le cœur de chacun consernant ses bévues sur la piste ou à l'ordre de son chef d'équipe pour passer son propre partenaire de nombreuses équipes, mais pour moi il demeureras pour toujours et à jamais LE ROI DE L'HISTOIRE LA FORMULE 1 ! MICHAEL SCHUMACHER TON NOM EST MAINTENANT ÉCRIT POUR TOUJOURS ET EN LETTRES D'OR DANS LE LIVRE DES RECORDS DE LA F1 ET TON HÉRITAGE POUR MOI TA PLUS GRANDE FAN canadienne demeurera en MON COEUR EN LETTRES D'OR JUSQU'AU JOUR OÙ JE MOURRAI ... MERCI BEAUCOUP MICHAEL SCHUMACHER DANKE SCHÖN MICHAEL ET TOUT MON RESPECT POUR TON ACCOMPLISSEMENT ♥ ♥ ♥ XOXOXO TU VAS NOUS MANQUER EN PISTE ...AUF WIEDERSEHEN MICHAEL SCHUMACHER ...





**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Guylaine le Ven 5 Oct - 12:36:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Guylaine le Mer 10 Oct - 22:26:23

Tu vas me manquer ...



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 1. Belgique 1991, la naissance d’un prodige

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 0:37:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Appelé pour remplacer Bertrand Gachot incarcéré par la police britannique à la suite d’une altercation avec un taxi londonien, Michael Schumacher effectue ses grands débuts dans la catégorie reine sur le mythique tracé de Spa-Francorchamps en 1991.

Propulsé au sein de l’équipe Jordan grâce au précieux soutien de Mercedes, Schumacher se met immédiatement en évidence sur l’exigeant tracé belge. Dès sa première qualification en Formule 1, le protégé de la firme à l’étoile se permet de devancer son équipier Andrea de Cesaris. Le prodige allemand colle une demi-seconde à l’expérimenté italien. Un véritable exploit pour un pilote provenant de l’univers si particulier de l’endurance. Le paddock est sous le charme du jeune homme de 22 ans. Son assurance et sa pointe de vitesse impressionnent. Qualifié en septième place sur la grille, Schumacher glane une position dès le départ et amorce la célèbre montée de l’eau rouge en sixième position.

Sans complexe

Hélas, son embrayage rend l’âme avant même qu’il ne puisse compléter son premier tour en F1. Peu importe : l’essentiel est assuré. Bluffé par la prestation du pilote Jordan, Flavio Briatore s’empresse de signer Schumacher chez Benetton au terme d’un imbroglio juridique sans précédent. Désormais équipier du triple Champion du monde Nelson Piquet, l’Allemand confirme son immense potentiel dès la manche suivante à Monza, en Italie. Cinquième de son deuxième Grand Prix, Schumi humilie le Brésilien en lui tenant tête durant les 53 tours de course. Le débutant inscrit ses deux premiers points au championnat du monde. Une star est née.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par dom465 le Mer 16 Jan - 0:58:58, édité 1 fois



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 2 : Belgique 1992, première triomphante

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 0:40:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un an après ses débuts remarqués sur le tracé de Spa-Francorchamps, Michael Schumacher décroche en Belgique son premier succès en Formule 1. Au terme d’un Grand Prix perturbé par la pluie, l’Allemand devance le tout nouveau Champion du monde Nigel Mansell.

Qualifié en troisième position derrière les intouchables Mansell et Senna, Schumacher aborde le 18ème Grand Prix de sa carrière avec la ferme intention d’inscrire son nom au livre d’or de la Formule 1. Malheureusement, le protégé de Flavio Briatore se loupe lors de l’extinction des feux et concède deux places à Ricardo Patrese et Jean Alesi. Pas ébranlé par cet envol manqué, l’Allemand se débarrasse de l’Avignonnais au bout des Combes avant même la fin du premier tour. Et alors que Senna conserve le leadership, la pluie s’immisce sur le tracé ardennais et opère une profonde mutation des positions.

Un choix stratégique audacieux

Magistral dans ces conditions, Senna parvient à se construire une solide avance. Mais pas pour longtemps. Un choix de pneumatiques erroné (le Brésilien reste en slicks alors que l’averse s’intensifie) condamne le pilote Mclaren à reculer dans la hiérarchie. Débarrassé du triple Champion du monde, Schumacher a le champ libre pour le podium. Mais le jeune rookie est gourmand. Schumi prend le risque de remettre les pneus secs au 30ème tour après une excursion hors piste. Un choix qui s’avérera payant. À sa sortie des stands, Mansell doit s’incliner devant le pilote Benetton. Et si le lion recolle à moins de trois secondes du prodigue allemand à six tours de l’arrivée, un problème d’échappement sur la Williams de l’Anglais entérinera définitivement le succès de Schumacher. Fin stratège et brillant dans des conditions difficiles, l’Allemand devient à 23 ans, 7 mois et 27 jours le quatrième plus jeune vainqueur d’un Grand Prix. L’histoire d’amour entre Schumacher et Spa-Francorchamps ne fait que commencer.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 3 : Portugal 1993, la confirmation

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 0:46:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Auteur de huit podiums depuis l’ouverture de la saison, Michael Schumacher renoue enfin avec le succès à l’occasion du Grand Prix du Portugal. En misant une nouvelle fois sur une stratégie décalée, le pilote Benetton s’offre à Estoril la deuxième victoire de sa carrière en Formule 1.

Devenu prétendant régulier à la victoire lors de cette saison 1993, Schumacher a dû attendre la 14ème et antépénultième manche de la saison pour empocher son deuxième succès en catégorie reine. La faute à un Alain Prost dominateur au volant d’une Williams-Renault largement supérieure à la concurrence. La faute aussi à un Ayrton Senna au sommet de son art et qui accumulera les prouesses à bord d’une MP4/8 dépassée. Après avoir récolté huit podiums, Schumi sait que la manche portugaise constitue une occasion en or pour lui de retrouver la première marche du podium. Le titre mondial est en jeu et ni Senna ni Prost ne pourront se permettre de prendre des risques inconsidérés.

Pari gagnant

Si en qualification l’Allemand échoue en sixième position, la course du pilote Benetton s’avère autrement plus fructueuse. Cinquième jusqu’au 19ème tour, Schumacher profite de l’abandon de Senna (rupture moteur) conjugué à un meilleur arrêt que ceux d’Alesi et Häkkinen pour pointer à la troisième place trois boucles plus tard. À l’image de la brillante stratégie qui lui avait offert sa première victoire à Spa un an plus tôt, l’Allemand décide ensuite de ne plus passer par la case stand et conserve ses pneus jusqu’à l’arrivée. Propulsé en tête du Grand Prix, Schumi résiste aux retours des Williams de Prost et Hill et s’en va chercher un deuxième succès en F1 ô combien mérité. Bien que sa saison 1993 ait été émaillée de plusieurs erreurs et accrochages, Schumacher se pose comme un candidat crédible au titre à l’aube d’une saison 1994 placée sous le signe du changement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 4 : Australie 1994, une première couronne contestée

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 0:49:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Amputé trop tôt de son pilote phare Ayrton Senna décédé à Imola (Saint-Marin), la saison 1994 se résume à un duel Schumacher-Hill pour le titre de Champion du monde. Pourtant, face à une monoplace extrêmement pointue et qu’il juge ‘inconduisible’, le pilote Williams ne peut rivaliser avec l’Allemand lors de la première moitié de championnat. Schumi écrase la concurrence et empoche six victoires en sept Grands Prix.

Seules des sanctions à répétition contre le pilote Benetton (disqualifié à Silverstone pour non respect du drapeau noir et à Spa-Francorchamps pour usure excessive du fond plat) suivies d’une suspension de deux courses redonnent de l’attrait au 45ème championnat de l’histoire. En débarquant à Adélaïde, Schumacher ne possède plus qu’un point d’avance sur son rival britannique. Mais l’occasion de décrocher son premier titre de champion est trop belle. Et pour l’obtenir, l’Allemand est prêt à tout.

Une fin amère

Alors qu’il mène la course depuis l’extinction des feux, Schumi part seul à la faute au 35ème tour et heurte un des murs de béton jouxtant le circuit australien. Revenu sur la piste au volant d’une machine sérieusement endommagée, le pilote Benetton est conscient que le titre vient peut être de lui filer entre les doigts. Surpris de se retrouver si proche de Schumacher, Damon Hill tente une attaque sur son adversaire dès le virage suivant. Le protégé de Flavio Briatore ne s’en laisse pas compter et ferme la porte au pilote Williams. L’accrochage est inévitable. Schumacher s’envole dans les airs avant de s’encastrer dans un mur de pneus. Hill renonce dans la foulée, suspension avant gauche pliée. Schumi est sacré. Et si ce titre est entaché d’un geste litigieux, Schumacher ne boude pas son plaisir. À 25 ans, il offre à l’Allemagne sa première couronne mondiale en F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par dom465 le Mer 16 Jan - 0:59:28, édité 1 fois



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 5 : Belgique 1995, une victoire d’anthologie

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 0:53:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Seulement 16ème des qualifications au terme d’une séance perturbée par la pluie, Michael Schumacher réalise en Belgique une des courses les plus accomplies de sa carrière. Une des plus controversées aussi. Après avoir merveilleusement remonté son handicap et récupéré la troisième place du Grand Prix en l’espace d’une dizaine de tours, le pilote Benetton tente un coup de poker au moment où la pluie s’abat sur le tracé belge.

Alors que l’ensemble du plateau, dont son rival pour le titre Damon Hill, opte pour les pneus pluies, l’Allemand décide de rester en slicks. Un choix risqué, mais judicieux. Si les conditions restent précaires, Schumi démontre tous ses talents d’équilibriste pour résister au Britannique. Revenu dans les échappements de la Benetton-Renault, le pilote Williams harcèle Schumacher de tous les côtés sans toutefois parvenir à trouver la faille.

Une défense limite

La défense de l’Allemand est teintée de vice et frôle souvent les limites de la sportivité. Conscient qu’il n’a pas effectué le bon choix, Hill se résout à un nouvel arrêt pour repasser les pneus pour piste sèche. Désormais seul en tête, Schumacher peut gérer sa fin de course. Mais l’averse tant annoncée survient finalement entraînant l’intervention de la voiture de sécurité et le retour de Damon Hill. Malheureusement pour le pilote Williams, le duel tourne court. Pénalisé d’un stop and go pour vitesse excessive dans les stands, le Britannique abandonne tout espoir de victoire. Pour Schumacher en revanche, la voie royale est tracée. L’Allemand s’impose pour la seconde fois à Spa-Francorchamps et se rapproche encore un peu plus d’un second titre de champion qui ne semble plus pouvoir lui échapper.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par dom465 le Mer 16 Jan - 0:59:54, édité 1 fois



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 6 : Europe 1995, le tour de force

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 0:57:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Déjà vainqueur à Hockenheim, Michael Schumacher compte bien décrocher une nouvelle victoire devant son public à l’occasion du Grand Prix d’Europe disputé sur le circuit du Nürburgring. Parti en troisième place sur la grille, l’Allemand s’élance parfaitement et bénéficie d’un envol catastrophique de son rival Damon Hill pour pointer en deuxième position dès le premier virage derrière l’autre Williams de David Coulthard.

Sur une piste à l’adhérence plus que précaire, tous les pilotes ont opté pour des pneus pluies. Tous, à l’exception des deux Ferrari et des deux McLaren. Et si les protégés de Ron Dennis ne parviennent pas à suivre le rythme imprimé par les leaders, Jean Alesi et Gerhard Berger limitent les dégâts en début de course.

En patron

La trajectoire s’asséchant, Schumacher et Hill décident de s’arrêter pour monter les slicks dès le 11ème tour. Désormais en tête, Alesi accumule les records du tour et semble intouchable au volant de sa Ferrari. Conscient qu’il doit impérativement l’emporter s’il souhaite maintenir ses chances dans la course au titre, Hill exerce une pression terrible sur Schumi sans toutefois réussir à le surprendre.

Troisième après un second arrêt au stand, le pilote Benetton profite d’une manœuvre audacieuse de l’Anglais sur Alesi pour récupérer la deuxième place. Totalement déchaîné, le Champion du monde en titre va fondre sur l’Avignonnais à mesure que les pneus de celui-ci se dégradent. En l’espace de neuf tours la jonction est opérée et l’Allemand subtilise les rênes du Grand Prix au pilote Ferrari à trois boucles de l’arrivée au prix d’une manœuvre somptueuse dans la dernière chicane du circuit. Au terme d’une prestation magistrale et emplie de panache, Schumacher s’adjuge sa septième victoire de la saison. Adversaire valeureux mais impuissant, Hill peut applaudir son rival. La deuxième couronne du Kaiser ne souffre, cette fois, d’aucune contestation

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 7 : Espagne 1996, le maître de la pluie

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:03:22

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
En rejoignant la mythique Scuderia Ferrari, Michael Schumacher a pris un risque : celui de ne pas pouvoir défendre sa double couronne de Champion du monde. Peu importe : l’équipe italienne l’attire et Jean Todt parachève le travail de séduction auprès du prodige allemand. Pourtant, le chantier qui attend Schumi est immense. Ferrari ne compte que deux victoires lors des trois dernières saisons et les maux qui touchent la monoplace transalpine semblent profonds.

Sous l’impulsion de sa recrue phare, la squadra opère un spectaculaire redressement et permet à son pilote vedette de rapidement se mettre en évidence. Après avoir récolté deux deuxièmes places successives lors des Grands Prix d’Europe et de Saint-Marin, Schumacher décroche le graal en Espagne dès sa septième course chez les rouges.

En démonstration

Auteur d’un envol catastrophique qui le vit reculer au huitième rang, l’Allemand va ensuite étaler toute sa classe dans des conditions dantesques qui lui siéent si bien. Après s’être rapidement débarrassé de Johnny Herbert, d’Eddie Irvine, de Rubens Barrichello et de Gerhard Berger, le transfuge de chez Benetton fond sur le duo de tête composé de Jacques Villeneuve et Jean Alesi à raison de quatre secondes par tour. Si l’Avignonnais est rapidement englouti, Schumacher doit patienter trois boucles pour trouver la faille sur le Québécois. Sa manœuvre sur le pilote Williams, la même qui lui a permis de prendre le meilleur sur le Français, est de toute beauté. Le pilote Ferrari prend les commandes du Grand Prix et ne les quittera plus. Véritable génie sous la pluie, le double Champion du monde en titre ridiculise ses adversaires pour achever sa démonstration avec plus de 45 secondes d’avance sur son dauphin Alesi. En dépit d’une machine en net retrait, Schumacher a démontré qu’il était bien le plus fort sous la pluie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 8 : Italie 1996, la maestria rouge

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:06:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Théâtre de la 14ème manche de la saison, le Grand Prix d’Italie peut sacrer un nouveau Champion du monde. S’il inscrit sept points de plus que son équipier Jacques Villeneuve, Damon Hill sera couronné 28 ans après le dernier titre conquis par son père Graham.

Son rival de toujours ne peut, lui, plus rien espérer depuis longtemps. Au volant d’une Ferrari rétive et passablement en retrait, Michael Schumacher n’a pu que s’adjuger les miettes laissées par les deux pilotes Williams. Pourtant, sa science de la course et le brio des stratèges de la Scuderia lui ont permis de damer le pion à l’écurie de Sir Franck, il y a deux semaines en Belgique. Et devant des milliers de tifosi entièrement acquis à sa cause, le Baron Rouge entend bien renouveler sa performance. Malheureusement, le double Champion du monde se manque totalement à l’extinction des feux et concède trois places dans les premiers hectomètres.

Stratégie payante

Victime, tout comme David Coulthard et Villeneuve, des aberrantes barrières pneumatiques installées sur les chicanes du tracé italien, Hill renonce après cinq tours et voit son sacre repoussé. Amputé de tous ses prétendants principaux, le Grand Prix se résume alors à une empoignade Alesi-Schumacher. Et si l’Allemand réussit à ramarrer le pilote Benetton, jamais il ne pourra porter une attaque sur l’Avignonnais.

Comme à Spa-Francorchamps, c’est dans les stands que Schumi va prendre le meilleur sur son adversaire. En forçant la cadence au moment de l’arrêt du Français, le champion en titre se forge une avance suffisante pour repartir en tête. Et ce ne sont pas ces maudits pneumatiques, tutoyés d’un peu trop près, qui empêcheront Schumacher de quérir sa première victoire à Monza. L’Italie a trouvé sa nouvelle idole.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 9 : Monaco 1997, l’intuition gagnante

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:10:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Avec trois vainqueurs différents en quatre courses, la saison 1997 s’annonce palpitante. Équipe phare de la dernière décennie, l’écurie Williams occupe toujours le rôle de favori. Après une année de construction et le recrutement du duo Ross Brawn-Rory Byrne, le tandem Schumacher-Ferrari semble, lui, arriver à maturité.

Désormais équipé d’une machine capable de rivaliser, l’Allemand n’entend pas laisser passer sa chance. Et s’il a dû jusque-là se contenter des places d’honneur (deux deuxièmes places), le double Champion du monde compte bien offrir à Ferrari sa première victoire en Principauté depuis le succès de Gilles Villeneuve en 1981. Et pour cela, Schumacher met à profit ses talents de météorologue. En scrutant ‘la tête de chien’, il s’aperçoit qu’une averse est imminente et demande à son équipe de lui préparer une machine optimisée pour la pluie.

Sans rival

L’intuition du pilote Ferrari était la bonne. Les premières gouttes commencent à tomber juste avant le départ et entérinent le pari de l’Allemand. Auteur d’un envol parfait en dépit des conditions de piste précaires, Schumi dépose Frentzen (équipé de pneus secs) et vire en tête à Sainte-Dévote. Le ‘show’ du baron rouge peut commencer. En l’espace de dix tours, le Kaiser se construit une avance considérable de 28 secondes sur l’étonnant Barrichello, brillant second au volant de sa modeste Stewart.

La pluie redouble d’intensité au cours du Grand Prix et la démonstration de Schumacher n’en est que plus belle. L’Allemand tutoie les rails à chaque virage au prix de dérobades parfaitement contrôlées. Ou presque. Le double Champion du monde frise la correctionnelle en tirant tout droit à Sainte-Dévote dans le 53ème tour. Une erreur qui ne privera toutefois pas Schumi d’une troisième victoire en Principauté à la suite d’une démonstration époustouflante.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 10 : Belgique 1997, le récital

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:13:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Leader du championnat depuis sa victoire à Monaco, Michael Schumacher ne compte plus que trois points d’avance sur son rival Jacques Villeneuve avant d’attaquer le Grand Prix de Belgique. Souvent à la faute en début de saison, le Canadien s’est parfaitement relancé en remportant deux des trois dernières courses.

Fort de sa 10ème pole position en carrière, le pilote Williams souhaite enrayer la série victorieuse de l’Allemand (succès en 1995 et 1996) sur le toboggan des Ardennes. Problème : la pluie s’est une nouvelle fois invitée et Schumi n’est jamais autant à son aise que sur une piste détrempée. À l’instar de son intuition monégasque, le double Champion du Monde opère un choix radicalement différent à celui de ses adversaires. Le Baron rouge décide de monter des gommes intermédiaires là où l’ensemble du plateau opte pour les pneus pluie.

Impérial

Lancée pour la première fois de l’histoire de la Formule 1 derrière la voiture de sécurité, la course voit rapidement le pilote Ferrari se mettre en évidence. Deux tours après le retrait de la safety-car, le Kaiser croque Jean Alesi à la Source avant de déposer Villeneuve dans le virage de Rivage. Seul en tête, l’Allemand creuse un écart démentiel de 28 secondes sur Giancarlo Fisichella en trois tours seulement.

Sa décision était une nouvelle fois la bonne. La pluie ne viendra plus et Schumacher peut se contenter de gérer sa confortable avance. Et si la monoplace fortement chargée du double Champion du monde accuse un déficit en vitesse de pointe évident, les erreurs stratégiques à répétition de ses rivaux faciliteront la troisième victoire consécutive de Schumi en Belgique. Avec 11 points d’avance sur son rival québécois, Schumacher est plus que jamais en position de force dans la course au titre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 11 : Europe 1997, l’arroseur arrosé

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:17:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trois ans après avoir décroché son premier titre de Champion du monde en Australie, Michael Schumacher se présente à Jerez nanti de la même avance d’un point sur son rival Jacques Villeneuve. Désormais équipé d’une monoplace à même de rompre l’hégémonie Williams-Renault, le pilote Ferrari sait qu’il tient là une chance inouïe d’empocher sa troisième couronne mondiale.

Deuxième des qualifications après avoir réalisé le même temps que les deux Williams qui l’entourent (1:21.072 pour Villeneuve, Schumacher et Frentzen), l’Allemand s’empare du leadership de la course dès l’extinction des feux. Et si la valse des arrêts ravitaillement ne bouleverse pas la donne, le double Champion du monde voit son avance sur son rival québécois s’amenuiser à mesure que le pilote Williams élève son rythme.

Bis repetita

Revenu à la hauteur de Schumi à l’amorce du 47ème tour, Villeneuve tente une attaque au virage Dry Sac. Comme à Adélaïde en 1994, Schumacher adresse un grossier coup de volant à son adversaire pour tenter d’annihiler le dépassement du Canadien. Malheureusement pour lui, la Williams de Villeneuve résiste au traitement infligé par le pilote Ferrari et s’en va quérir sa première couronne mondiale.

Immobilisé dans le bac à gravier, Schumacher peut dire adieu au titre. Pire, sa manœuvre antisportive sera, cette fois, réprimée par la FIA. Déclassé du championnat, l’Allemand voit également sa cote d’impopularité fortement croître au soir du championnat 1997. Considéré par beaucoup comme le pilote le moins fair-play du plateau, Schumacher vit un des épisodes les plus sombres de sa carrière.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 12 : Grande-Bretagne 1998, le coup de Trafalgar

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:20:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Débarrassés de l’épouvantail Williams handicapé par la perte de son motoriste Renault, Ferrari et Michael Schumacher doivent faire face à une nouvelle concurrence lors de la saison 1998 : celle de la McLaren Mercedes conçue par le génial Adrian Newey.

Crédité du deuxième temps en qualifications, le pilote Ferrari sera dans un premier temps impuissant face à la domination des Flèches d’argent équipées de pneus slicks sur une piste partiellement détrempée. Parti avec les gommes intermédiaires, le Kaiser plie devant l’attaque de David Coulthard dès le cinquième tour et recule au troisième rang. Et alors qu’on se dirige tranquillement vers le quatrième doublé de la saison de l’équipe de Ron Dennis, une pluie torrentielle relance totalement l’attrait de cette neuvième manche.

Le subterfuge de Ferrari

Les deux McLaren partent à la faute et seul Mika Häkkinen parvient à reprendre la piste après avoir légèrement endommagé son aileron avant. Mais face à l’impressionnante cascade de sorties de piste (tour à tour Herbert, Salo, Rosset, Tuero, Trulli, Barrichello et Panis se font piéger), la direction de course décide d’interrompre le Grand Prix en lançant la voiture de sécurité. Une aubaine pour Schumacher.

Repositionné dans le sillage de son rival finlandais, Schumi profite d’une nouvelle erreur d’Häkkinen dans Becketts pour lui subtiliser la première place. Plus rien ne semble pouvoir empêcher l’Allemand d’empocher une troisième victoire consécutive. Pourtant, le pilote Ferrari écope d’un stop and go pour avoir dépassé Giancarlo Fisichella sous drapeaux jaunes juste avant le restart. Averti trop tard par la FIA, le Baron rouge n’opère sa pénalité que dans le dernier tour et franchit la ligne d’arrivée en tête. Et si la confusion est palpable dans le clan Ferrari, Schumacher est bel et bien proclamé vainqueur. N’en déplaise à McLaren qui verra sa plainte rejetée par l’instance présidée par Max Mosley.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 13 : Hongrie 1998, le tandem magique

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:24:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
S’il avait vécu un été florissant avec trois victoires successives au Canada, en France et en Grande-Bretagne, Michael Schumacher connaît deux Grands Prix timorés en Autriche et en Allemagne, glanant six petits points contre 20 à son rival Mika Häkkinen. Distancé à 16 longueurs du pilote McLaren, l’Allemand est désormais au pied du mur : sans une victoire à Budapest, la quête d’une troisième couronne mondiale pourrait définitivement s’envoler sur les rives du Danube.

Malheureusement, l’hégémonie des Flèches d’argent perdure sur le Hungaroring et le pilote Ferrari concède près de quatre dixièmes au Finlandais dans l’exercice des qualifications. Le départ du Kaiser est bon, mais la protection du lieutenant Coulthard empêche le Baron rouge de tenter la moindre manœuvre. Bien qu’au contact de l’Écossais, Schumi ne réussira jamais à trouver l’ouverture sur une piste où dépasser relève de l’exploit.

Le coup de génie de Brawn

C’est alors que Ross Brawn, directeur technique de la Scuderia, entre en action. En l’espace de quelques secondes, le stratège des rouges modifie la stratégie du double Champion du monde. Schumacher n’effectuera plus deux arrêts, mais trois. Et pour que la stratégie fonctionne, l’Allemand doit réaliser de véritables tours de qualifications. Le pilote Ferrari s’exécute et enregistre des chronos canons au volant d’une F300 devenue plus fringante avec moins d’essence.

L’obstacle Coulthard rapidement éliminé, Schumacher fond sur Häkkinen et profite des problèmes de tenue de route du Finlandais pour lui ravir le leadership. Et tandis que son rival sombre au classement, Schumi se forge une avance conséquente qui lui permet de ressortir sereinement en tête devant l’autre McLaren. Phénoménal vainqueur du combat stratégique, Schumacher enlève la 32ème victoire de sa carrière et revient à sept points d’Häkkinen au classement des pilotes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 14 : Japon 1998, la désillusion

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:27:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Durant les cinq semaines qui ont séparé le Grand Prix du Luxembourg et celui du Japon, Michael Schumacher et la Scuderia Ferrari n’auront pas chômé. Bien au contraire. Pour s’assurer un troisième titre, l’Allemand a mis toutes les chances de son côté en multipliant les séances d’essais à Fiorano. Au final, le Baron rouge aura cumulé des milliers de kilomètres sur la piste italienne. L’objectif avoué : répéter toutes les scénarios possibles et imaginables.

Pourtant, l’écurie doyenne des Grand Prix n’avait pas prévu une chose : le fait que son pilote vedette puisse caler avant même le départ de cette dernière manche de la saison. Comme en 1994 et en 1997, l’Allemand est le premier à craquer nerveusement. Sa faute le condamne à s’élancer depuis la dernière place sur la grille et ouvre une voie royale à son rival Mika Häkkinen.

Maudits débris

Loin de se démobiliser, le Kaiser prend un envol époustouflant et dépasse six pilotes avant même les esses de Suzuka. La fin de son premier tour sera du même acabit. Le double Champion du monde se débarrasse de quatre adversaires et pointe déjà à la 12ème place. Totalement survolté, le pilote de la Scuderia grimpe jusqu’à la septième position avant de butter, dix tours durant, sur son ancien ennemi Damon Hill.

Une fois débarrassé de l’Anglais rentré au stand, Schumi poursuit sa folle ascension vers la tête de course et se retrouve au troisième rang derrière son équipier Eddie Irvine à la fin de la première valse des ravitaillements. En lutte en queue de peloton, Esteban Tuero vient s’empaler dans la Tyrrell du pauvre Tora Takagi au 31ème tour, laissant au passage de nombreux bouts de carbone sur la piste. Arrivé juste derrière l’accrochage, Schumacher ne peut éviter les débris et crève quelques mètres plus loin. L’incroyable remontée de l’Allemand s’arrête là. Et avec elle, l’espoir de décrocher un troisième titre après deux ans de disette.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 15 : Monaco 1999, la balade princière

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:30:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La déception du final japonais oubliée, c’est avec une motivation et une soif de vaincre intacte que Michael Schumacher entame la saison 1999. L’Allemand veut sa revanche sur Mika Häkkinen et, contrairement au précédent exercice, la F399 se montre d’emblée à son avantage.

La deuxième place récoltée au Brésil, et la victoire conquise à Saint-Marin en attestent : la dernière-née de la Scuderia affiche bel et bien un potentiel de championne du monde. Pourtant, dans les rues étroites de Monaco, le Baron rouge échoue à 64 millièmes de la McLaren du Finlandais toujours intraitable en qualifications (le champion en titre a obtenu la pole lors des quatrièmes premières courses). Mais le départ somptueux de l’ogre de Kerpen aura raison du vaillant scandinave.

Magistral

Passé en tête au virage de Sainte-Dévote, le double Champion du monde imprime immédiatement un rythme trop élevé pour le pilote McLaren. Le Kaiser claque record du tour sur record du tour et compte près de 14 secondes d’avance sur Häkkinen au 20ème passage. Le pilote Ferrari étale toute sa classe sur l’impitoyable tracé de la Principauté et frôle les rails avec une habilité diabolique.

Mis sous pression par l’autre Ferrari d’Irvine, Häkkinen tire tout droit dans la descente de Mirabeau et abandonnera définitivement sa seconde place à l’Irlandais à l’issue de la deuxième valse des arrêts au stand. Imperturbable leader, Schumacher remporte sa quatrième victoire à Monaco et rejoint Alain Prost au palmarès de l’épreuve princière. Fort de ses deux succès consécutifs, l’Allemand s’octroie un confortable matelas de 12 points sur le pilote McLaren.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 16 : Grande-Bretagne 1999, le coup d’arrêt

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:34:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nanti d’une confortable avance de 12 points sur son rival Mika Häkkinen au soir de sa victoire à Monaco, Michael Schumacher a vu son pécule sensiblement se réduire en l’espace de quelques courses. Pire, avant le Grand Prix de Grande-Bretagne, théâtre de la huitième manche de la saison, l’Allemand accuse un retard de huit points sur le Finlandais.

S’il veut aborder la seconde moitié de championnat en toute sérénité, le pilote Ferrari doit impérativement s’imposer sur les terres de McLaren. Qualifié en deuxième place sur la grille, le Baron rouge manque son envol et voit David Coulthard et son équipier Eddie Irvine s’immiscer entre lui et Häkkinen. Agacé par cette mise en action poussive, le double Champion du monde harcèle l’Irlandais dans le triptyque Maggots-Becketts-Chapel avant de porter une attaque sur le deuxième pilote de la Scuderia dans la ligne droite précédant le virage de Stowe.

Schumi out trois mois

Placé sur la partie sale de la piste et lancé à plus de 300 km/h, le Kaiser ne parvient pas à ralentir, en raison d’une défaillance de ses freins, et tire tout droit dans le bac à gravier avant de s’encastrer contre la triple protection de pneumatiques. Le choc est d’une violence inouïe. Groggy par l’impact, Schumi tente néanmoins de s’extraire de sa monoplace, mais s’aperçoit rapidement que l’accident a laissé des traces. L’Allemand souffre d’une double fracture tibia-péroné de la jambe droite et manquera les six prochaines épreuves de la saison 1999.

Alors que le tandem Schumacher-Ferrari n’avait jamais semblé aussi fort, il voit ses chances de succéder à Jody Scheckter définitivement s’envoler à Silverstone. Pourtant, à quelques secondes près, le Baron rouge aurait pu éviter ce qui est et restera comme le plus gros accident de sa carrière. Tandis qu’il s’apprêtait à dépasser son équipier Irvine, le drapeau rouge avait interrompu la course en raison de deux voitures bloquées sur la grille de départ.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 17 : Malaisie 1999, un retour fracassant

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:37:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le 17 octobre 1999, la Malaisie accueille pour la première fois de son histoire le grand cirque de la Formule 1. Mélange de longues lignes droites et de courbes moyennes, le circuit de Sepang dessiné par l’inévitable Hermann Tilke offre un cadre idéal pour le retour en compétition de Michael Schumacher.

Après plus de trois mois d’absence, le pilote Ferrari a la lourde tâche de venir en aide à son équipier Eddie Irvine en ballotage défavorable dans la course au titre. Sur un tracé que personne ne connaît, l’Allemand ne tarde pas à se mettre en évidence. Revenu à son meilleur niveau, le Kaiser réalise un chrono surréaliste en qualifications. Le Baron rouge devance son équipier Irvine de neuf dixièmes. Les deux McLaren de David Coulthard et Mika Häkkinen sont, elles, reléguées à plus d’une seconde de la Ferrari n°3. Un véritable camouflet pour les Flèches d’argent.

Une course d’équipe

Crédité d’un envol parfait depuis sa position de pointe, le double Champion du monde va s’effacer au profit de son équipier irlandais dès le quatrième tour de course. Placé dans un rôle de lieutenant inhabituel pour lui, Schumi doit s’incliner devant la manœuvre autoritaire de Coulthard dans la boucle suivante. Chargé de bouchonner Häkkinen, l’ogre de Kerpen exécute parfaitement sa mission même si Irvine tarde à s’assurer une avance conséquente.

Parti sur une stratégie à un seul arrêt, contrairement à Irvine et Häkkinen, Schumacher récupère la tête après le deuxième ravitaillement de l’Irlandais au 41ème tour. Mais l’Allemand est bon prince et laisse, comme convenu, repasser Irvine à quatre tours du but. Vainqueur moral de ce Grand Prix de Malaisie, le Baron rouge a prouvé qu’il n’avait rien perdu de son immense talent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 18 : Europe 2000, rouge de bonheur

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:43:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ses mauvais débuts de saison depuis son arrivée chez Ferrari l’avaient fortement pénalisé dans la quête d’un troisième titre. Alors qu’il avait conquis ses deux premières couronnes mondiales grâce à des entames réussies, jamais l’Allemand n’avait pu réitérer cette performance au sein de la Scuderia.

Bien décidé à ce que de tels scénarios ne se répètent plus, Michael Schumacher amorce de la meilleure des façons son exercice 2000. Trois victoires en autant de courses : le bilan est parfait et les déboires de son rival Mika Häkkinen lui permettent d’assoir sa domination sur le championnat. Et si le double Champion du monde en titre se rassure en devançant par deux fois l’ogre allemand en Angleterre et en Espagne, Schumi dispose toujours de 14 longueurs de plus que le pilote McLaren en arrivant au Nürburgring.

Dans un autre monde

Placé en deuxième position sur la grille derrière David Coulthard, le Baron rouge ne peut rien devant le départ fulgurant d’Häkkinen qui prend les reines de la course au premier virage. Blotti dans la boite de vitesses de son adversaire, l’Allemand presse le Finlandais et se rapproche sensiblement au fil des tours. Comme souvent dans la région de l’Eiffel la pluie, meilleure allié du pilote Ferrari, s’invite sur le tracé germanique et redistribue les cartes.

Plus à l’aise que son adversaire dans des conditions d’adhérence et de visibilité précaires, Schumacher dépasse Häkkinen au 10ème tour dans la dernière chicane du circuit. Le virtuose de la Scuderia s’échappe et plus personne ne le reverra. Seul pilote à être resté dans le même tour que le leader, Häkkinen demeurera longtemps à porté de tir du Kaiser sans toutefois réussir à s’en approcher réellement. Au terme d’un véritable festival, Schumacher remporte la 39ème victoire de sa carrière et porte à 18 points son avance en tête du championnat du monde.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 19 : Belgique 2000, le duel des titans

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:47:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
S’il a débuté sa saison en fanfare, son été calamiteux (trois abandons en France, en Autriche et en Allemagne) a permis à son adversaire Mika Häkkinen de sensiblement réduire l’écart qui les sépare au championnat. Pire, avec le succès du Finlandais en Hongrie, Michael Schumacher n’occupe plus la tête du classement des pilotes.

Dorénavant placé dans la peau du chasseur, l’Allemand n’a nulle autre possibilité que la victoire sur son circuit fétiche de Spa-Francorchamps. Détenteur du quatrième temps en qualifications, le pilote Ferrari sait qu’un nouveau succès d’Häkkinen marquerait un tournant significatif dans cet exercice 2000. Lancée comme il y a trois ans derrière la voiture de sécurité, la course voit le pilote McLaren rapidement se détacher. Après trois tours passés derrière Jarno Trulli et Jenson Button, le Baron rouge profite de la naïveté de l’Anglais et de la sportivité de l’Italien pour prendre la deuxième place du Grand Prix.

Un dépassement venu d’ailleurs

Lancé à la poursuite du Champion du monde en titre, Schumi accumule les records du tour à mesure que la piste s’assèche et pousse Häkkinen à la faute. Au 12ème tour, le pilote McLaren part en tête-à-queue au virage du raccordement et offre le commandement à son rival. Profitant d’une nouvelle stratégie parfaite de la Scuderia, le Kaiser garde le commandement après les arrêts ravitaillement.

Le double Champion du monde semble alors se diriger vers son sixième succès de la saison. Mais c’était sans compter sur le somptueux retour d’Häkkinen. Nettement plus rapide que l’Allemand sur piste sèche, le ‘Finlandais volant’ fond littéralement sur la Ferrari n°3. Après une première tentative avortée par l’ogre de Kerpen, Häkkinen profite du dépassement de Schumacher sur Ricardo Zonta pour faire l’intérieur au Baron rouge. La manœuvre est exceptionnelle. Häkkinen a gagné la bataille belge, mais Schumacher ne s’annonce pas vaincu pour autant.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schumi story 20 : Japon 2000, la délivrance

Message par dom465 le Mer 16 Jan - 1:50:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Michael Schumacher avait rendez-vous avec l’histoire le 8 octobre 2000. S’il inscrivait deux points de plus que son rival Mika Häkkinen, l’Allemand pouvait offrir à Ferrari son premier titre des pilotes depuis Jody Scheckter en 1979. Une éternité. Et pour mettre toutes les chances de son côté, le Baron rouge s’est employé pour décrocher la 31ème pole position de sa carrière au nez et à la barbe du Finlandais (second à neuf millièmes).

Installé au sommet de la grille, le Kaiser cède pourtant le commandement au pilote McLaren à l’extinction des feux. Pendant plus de vingt tours, le pilote de la Scuderia assistera impuissant à la fuite en avant du double Champion du monde en titre. La première valse des arrêts ravitaillement n’y change rien. Häkkinen garde la première place au grand dam du clan de Maranello.

Dans la cour des grands

Les deux hommes évoluent dans une autre dimension, leurs équipiers respectifs David Coulthard et Rubens Barrichello naviguant à plus d’une minute de l’infernal duo. Schumi tire toute la quintessence de sa F1-2000, mais Häkkinen n’est pas en reste au volant de sa MP4-15. Pourtant, quelques gouttes de pluie font leur apparition peu après la mi-course et vont considérablement changer le scénario du Grand Prix.

Sentant qu’il tient là une occasion unique de s’octroyer la tête, Schumacher sort la grosse attaque. L’Allemand comble son retard sur le pilote McLaren et décide de s’arrêter deux tours après ce dernier. La stratégie du Kaiser fonctionne. Alors que la pluie s’intensifie, Häkkinen souffre avec ses gommes neuves et perd un temps considérable en piste. Après avoir enchaîné deux tours canons, Schumacher ressort tranquillement devant le Finlandais. La messe est dite. Quatre ans après son arrivée chez les rouges, Schumi réussit enfin son pari : décrocher un troisième titre de Champion du monde. À 31 ans, il devient le huitième pilote couronné au sein de la Scuderia. L’hégémonie rouge n’en est qu’à ses prémices.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: *******MICHAEL SCHUMACHER 3IÈME LÉGENDE:*******

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum