Course de leur vie Eric Bernard, Allemagne 1994

Aller en bas

Course de leur vie Eric Bernard, Allemagne 1994

Message par Modena49 le Jeu 17 Juil - 23:32:03

Course de leur vie  Eric Bernard, Allemagne 1994

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à 10:00
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Cette course s'imposait, vu qu'elle marqua l'unique podium du Méridionnal. Mais on aurait pu tout aussi bien souligner son... premier Grand Prix, où il faillit terminer cinquième. Ce jour-là, cela dit, au Paul Ricard où Gugelmin décolla façon fusée Apollo au départ (ainsi qu'en témoigne le document ci-dessus), deux autres tricolores tirèrent la couverture à eux : Prost (McLaren), vainqueur, et l'étonnant Alesi, fraîchement recruté par Tyrrell. Alors leader du championnat F3000 qu'il allait remporter pour le compte d'Eddie Jordan, l'Avignonnais signait une fabuleuse quatrième place.
Alesi : un nom qui revient souvent dans le parcours d'Eric Bernard, de la même génération. Né à Martigues le 24 août 1964, multiple champion de France de karting, il débute en monoplace après avoir remporté le volant Elf fin 83 devant Jean mais aussi face à Gachot (quelle promo !). Titré en Formule Renault deux ans plus tard, il débarque en F3 hexagonale où il finit vice-champion 87 derrière... Alesi. En 1988, place à la F3000, d'abord sur une Ralt officielle puis comme équipier du futur champion Roberto Moreno à bord d'une Reynard du Bromley Motorsport. Bernard achève la saison par une superbe deuxième place à Dijon. Avec 13 points, il termine neuvième juste devant... Alesi. Incorporé à l'équipe DAMS l'année suivante, sa Lola va dominer le week-end à Jerez (victoire/pole/meilleur tour) pour une troisième place au général final derrière son équipier Erik Comas et le champion... Alesi.
Entretemps, Eric a donc fait ses premiers pas parmi l'élite. Gérard Larrousse vient de se séparer de Yannick Dalmas resté sur quatre non-qualifications successives, il a déjà prévu de récupérer Alboreto – en froid avec Tyrrell – mais uniquement à partir du Grand Prix d'Allemagne. Voilà comment Bernard assure l'intérim au Castellet puis à Silverstone. Modeste 15e sur la grille, huit rangs et une seconde pleine derrière son équipier Alliot, il mène grand train à domicile, entre dans les points peu après la mi-course et contestait encore la dernière unité à Olivier Grouillard (Ligier) quand son moteur rendit l'âme. Sa prestation, soldée par une casse de boîte, sera moins étincelante outre-Manche mais Larrousse ne l'oubliera pas au moment de composer son duo de 1990. Associé à Aguri Suzuki au volant de Lola-Lamborghini, il se classe 6e à Monaco et en Hongrie, et surtout 4e en Angleterre où il partait en quatrième ligne. Las, durant l'intersaison, Larrousse perd son associé, son principal sponsor et le V12 italien. A peine modifiée, la même auto reprend du service avec un V8 Cosworth pour une année-galère. Eric sauve un point au Mexique, mais à Suzuka c'est le drame : un sérieux accident lors des entraînements le laisse avec les jambes brisées.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Peugeot le récupère en 1992 pour le programme 905 en Endurance mais, lors d'une séance d'essais hivernale, ses os, pas assez consolidés, se cassent à nouveau. Bernard va vivre une saison blanche. Ligier en fait son pilote d'essais en 93, dans l'ombre du tandem Brundle-Blundell, avant de lui donner une seconde chance douze mois plus tard, aux côtés du nouveau champion F3000 Olivier Panis. Le châssis JS39 n'est plus de toute première fraîcheur, et le score reste désespérément vierge à mi-campagne. Flavio Briatore est alors devenu patron du team français, surtout pour mettre la main à court terme sur le bloc Renault, le meilleur du moment, qu'il dirigera vite vers Benetton. Bernard, lui, peine à suivre de rythme de son équipier pourtant novice. Arrive Hockenheim. Eric est 14e sur la grille, deux places et un dixième derrière Panis. Au départ, le chaos. A l'arrière avec cinq voitures éliminées, et devant où Häkkinen sème la panique. Suite à un contact après un envol musclé – ce qui vaudra un Grand Prix de suspension au Finlandais –, la McLaren traverse la piste et fauche quatre autres concurrents. Parti en première ligne derrière son équipier Berger, Alesi (Ferrari) se retrouve sans électricité dès la fin du premier tour.  Crevaison pour Damon Hill (Williams), panne d'accélérateur pour un Katayama (Tyrrell) alors... troisième : après six tours, il manque la moitié du peloton. Les Benetton de Schumacher et Verstappen – le fameux incendie lors du ravitaillement ! – vont bientôt disparaître, comme les secondes McLaren (Brundle) et Williams (Coulthard). Les Ligier sont passées à travers tout, si bien qu'au 20e passage sur la ligne, Olivier Panis est second derrière Gerhard, avec Bernard dans ses roues. Le podium ne changera plus.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Une belle revanche sur le sort pour Eric, mais aussi le début de la fin. Ses prestations suivantes seront quelconques, et après Estoril, Briatore le débarque au profit d'Herbert. Prise de court, Lotus – désargentée, qui vit ses derniers soubresauts – offre au Français le baquet de Johnny pour le GP d'Europe à Jerez. Qualifié 22e dans le même dixième que son partenaire Zanardi, il boucle l'épreuve au 18e rang. Son 45e et dernier départ en F1 car, dès le Japon, Mika Salo le relaie. Trois saisons seulement, dix points, Eric doit se reconvertir. Il cherche un budget pour l'Indycar, en vain. Alors ce sera en BPR avec une Ferrari F40, en FIA GT avec les Panoz, en championnat des voitures de sport sur Lola puis avec les Cadillac Northstar, hélas dépassées d'entrée, et souvent sous la bannière de DAMS. Malgré quelques succès, Bernard finit par ranger son casque après une décennie, à l'aube de la quarantaine. C'est lui qui mettra le pied à l'étrier (en karting, bien sûr) de son filleul, un certain Charles Pic.
 http://www.f1i.com/f1i-classic-features/course-vie-37-eric-bernard-allemagne-1994/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Course de leur vie Eric Bernard, Allemagne 1994

Message par Invité le Ven 18 Juil - 5:00:45

D'après cet article, Eric Bernard serait né dans la même ville que moi.  Shocked 

Dans un autre ouvrage, j'ai lu qu'il serait né à Istres, c'est à dire à une 20aine de km. Quoiqu'il en soit, il viendrait de la même région que moi.  Very Happy Ca fait plaisir de voir des gens du coin réussir et atteindre un haut niveau de la compétition automobile.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum