NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Message par Guylaine le Mar 11 Mar - 20:32:36

Nelson Piquet

Nelson Piquet lors du GP des Etats-Unis 1991.Nelson Piquet Souto Maior, est un pilote automobile brésilien né le 17 août 1952 à Rio de Janeiro (Brésil). Il a notamment remporté le titre de champion du monde de Formule 1 à trois reprises (en 1981, 1983 et 1987).


Biographie

Les débuts
Fils de Estácio Gonçalves Souto Maior (un médecin qui sera plusieurs années député et même ministre de la santé en 1961-1962 sous la présidence de João Goulart), Nelson Souto Maior grandit à Brasilia, la moderne capitale administrative du Brésil. Exprimant le vœu de faire carrière dans le tennis, Nelson est envoyé par son père dans une académie aux États-Unis. C'est là qu'il découvre le sport automobile. Cette nouvelle passion n'est guère du goût de son père. Aussi, Nelson décide-t-il de s'inscrire à ses premières épreuves de karting sous le nom de jeune fille sa mère d'origine française, Clotilde Piquet. Pour mieux conserver son anonymat, Nelson ira même un temps jusqu'à orthographier son nom "Piket".

Après avoir remporté deux couronnes nationales en karting et effectué de brillants débuts en monoplace (champion du Brésil de F. Vee en 1976), il décide de s'exiler en Angleterre, passage obligé pour accéder à la Formule 1. En 1978, il remporte aisément le titre de champion britannique de Formule 3, une domination qui lui ouvre les portes de la formule reine.


La Formule 1
Parallèlement à sa saison victorieuse de F3, il débute en F1 à l'occasion du GP d'Allemagne sur une modeste Ensign, puis dispute trois courses sur une McLaren M 23 du team privé de Bob Sparshoot. Malgré un matériel de seconde zone, il réalise des prestations qui lui permettent d'être remarqué par Bernie Ecclestone, le patron de l'écurie Brabham. C'est donc en tant que pilote Brabham (avec Niki Lauda et John Watson comme équipiers) que Piquet boucle la saison 1978.

Sa première saison complète en 1979 est une suite de désillusions pour Piquet, en raison du fiasco que représente cette année là la Brabham-Alfa Romeo. Mais aux côtés de Niki Lauda (dont la manière de gérer la course inspirera durablement Piquet), il apprend patiemment les ficelles du métier. Lassé par la compétition, Lauda prend sa première retraite fin 1979, ce qui fait de Piquet le nouveau leader de Brabham. Au volant d'une voiture enfin compétitive (Brabham a troqué le V12 Alfa Romeo pour un conventionnel V8 Cosworth), Piquet décroche ses premières victoires, et se bat pour le titre mondial avec Alan Jones, pilote Williams. Battu par l'Australien, il prend sa revanche l'année suivante en s'imposant sur le fil face à l'Argentin Carlos Reutemann, l'autre pilote Williams, au terme d'un final à suspense dans les rues de Las Vegas.

En 1982, Piquet n'est pas en mesure de défendre son titre en raison de la mise au point laborieuse du moteur BMW turbo (auquel Piquet offre au Canada sa première victoire). Mais dès 1983, il effectue son retour au plus haut niveau, en décrochant un second titre mondial à l'issue d'un duel de longue haleine avec Alain Prost. Piquet devient ainsi le premier pilote titré au volant d'une F1 équipée d'un moteur turbo. Ce titre est toutefois terni par le fait que le carburant utilisé par l'écurie Brabham-BMW en fin de saison n'était probablement pas conforme au règlement en vigueur (on parlera notamment d'un taux d'octane trop élevé).


Sur la Brabham-BMW au GP d'Allemagne 1985.Les saisons 1984 et 1985 sont plus délicates pour Piquet, qui malgré trois nouvelles victoires souffre de la baisse de compétitivité du moteur BMW. A regret, il quitte Brabham (qu'il considérait comme une seconde famille) pour rejoindre l'écurie Williams-Honda, l'équipe en forme du moment : Ecclestone, patron de Brabham lui proposait un nouveau contrat de pilote équivalent à 1,5 millions d'euros par an et 1000 euros le point tandis que Williams offrait 3 millions pour la saison et 10 000 euros le point.Tout auréolé de son statut de double champion du monde (ce qui fait de lui le pilote le plus titré en activité), Piquet est pourtant bousculé en performances par son coéquipier Nigel Mansell, avec lequel il développe rapidement une profonde inimitié. En position de devenir champion du monde à quelques tours de la fin de l'ultime GP du championnat en Australie et suite au déchappage de Mansell, Piquet est contraint d'observer par sécurité un ultime arrêt aux stands qui offre le titre mondial à Alain Prost.

Piquet renoue avec le titre suprême en 1987, mais sans la manière. Dominé en vitesse pure par Mansell, Piquet doit surtout son sacre à une plus grande régularité, pour ne pas dire une plus grande chance. À sa décharge, notons que Piquet a été victime en début de saison d'un grave accident sur le tracé d'Imola (dans le même virage où Ayrton Senna trouvera la mort 7 ans plus tard), qui lui a laissé de profondes séquelles physiologiques pendant plusieurs mois (maux de tête, troubles du sommeil...). En tête du championnat depuis la mi-saison et sa victoire au GP d'Allemagne, il s'assure de son titre à l'occasion des qualifications du GP du Japon, avant-dernière manche de la saison, lorsque Nigel Mansell se brise une vertèbre contre un rail dans un ultime effort pour tenter de lui arracher la pole-position.

Ses relations avec Williams et Mansell n'ayant eu de cesse de se détériorer, Piquet annonce dès le mois d'août 1987 son transfert chez Lotus pour la saison 1988, en remplacement d'Ayrton Senna. Mais l'équipe Lotus est en perte de vitesse et ne parvient pas à exploiter le moteur Honda, pourtant si performant dans les McLaren. Force également est de constater que Piquet ne fait pas oublier Ayrton Senna comme le montre la domination moindre qu'il exerce sur son coéquipier Satoru Nakajima. Après une saison 1988 correcte puis une saison 1989 désastreuse avec le V8 Judd (saison ponctuée notamment d'une non-qualification au GP de Belgique), beaucoup s'interrogent sur la motivation de Piquet. Il se relance pourtant en 1990 en signant dans la jeune et dynamique écurie Benetton, dirigé par Flavio Briatore, lequel impose à Piquet une réduction drastique de son salaire, tout en le motivant par des primes à chaque point inscrit. Sur l'agile bien que sous-motorisée Benetton B190 dessinée par Rory Byrne (et retouchée par John Barnard), Piquet retrouve toute sa verve et achève sa saison en apothéose en remportant les deux dernières manches du championnat, mettant ainsi fin à plus de trois années d'insuccès. Nelson termine troisième du championnat du monde.

Fort de cette belle fin de saison 1990, Piquet aborde le championnat 1991 avec de grandes ambitions, mais doit rapidement déchanter compte tenu du manque de compétitivité et de fiabilité de la Benetton B191 équipée de pneus Pirelli. Au GP du Canada, profitant d'une bourde restée fameuse de son vieux rival Nigel Mansell (qui en ralentissant excessivement pour saluer le public, a calé à 500 mètres de l'arrivée), il signe l'ultime victoire de sa carrière. Mais malgré ce succès chanceux, il ne tarde pas à se laisser gagner par la démotivation. L'arrivée du jeune Michael Schumacher à ses côtés en remplacement de Moreno à partir du GP d'Italie scelle définitivement son sort. Sans offre sérieuse pour la saison suivante (Piquet aurait contacté l'écurie Ligier, mais le salaire qu'il demandait était beaucoup trop élevé pour l'équipe française), il est contraint de mettre un terme à sa carrière en Formule 1.


L'après-F1
Dès 1992, Piquet se lance dans un nouvel objectif et décide de s'attaquer aux 500 Miles d'Indianapolis au sein de l'écurie du mécène John Menard sur une Lola-Buick. Mais alors que des rumeurs font état d'un possible retour en F1, Piquet se blesse grièvement lors des essais de la prestigieuse épreuve américaine sur l'Indianapolis Motor Speedway. Les jambes broyées, passant proche de l'amputation, Piquet semble perdu pour le sport automobile, mais à l'issue d'une douloureuse convalescence, et pour prouver à tous qu'affronter un mur sur un ovale à 360 km/h ne lui fait pas peur, il effectue son retour un an plus tard, aux 500 Miles d'Indianapolis 1993 (participation qui se solde par un abandon précoce sur casse moteur).

Depuis, Piquet a continué à courir, de manière épisodique. Historiquement lié à BMW depuis son titre de 1983, il a participé à plusieurs épreuves de Tourisme au volant de BMW au milieu des années 1990, ainsi que de Grand-Tourisme avec la McLaren-BMW. On l'a ainsi vu à deux reprises aux 24 heures du Mans (en 1997 et 1998). Pour le plaisir, il a également participé à quelques épreuves de karting ainsi que de Formule 3 (au Brésil et en Italie).

Nelson Piquet a également monté sa propre structure de course. Déjà, en 1992, il avait créé une éphémère écurie de Formule 3000 pour faire courir son protégé Olivier Beretta. Il a renouvelé l'expérience au début des années 2000 pour faciliter l'éclosion au plus haut niveau de son fils Nelson Angelo Piquet (dit Nelsinho) en F3 brésilienne, F3 britannique et GP 2 Series. Celui-ci accédera à son tour à la catégorie reine en 2007 avec Renault en qualité de pilote essayeur.

Début 2006, Piquet a participé victorieusement à l'épreuve GT des Mille Miles d'Interlagos au volant d'une Aston Martin partagée avec Christophe Bouchut, Hélio Castroneves et son fils Nelsinho. De son propre aveu, il devrait s'agir de sa dernière course officielle.


Carrière

Nelson Piquet au volant d'une BMW M1 lors des 1 000 kilomètres du Nürburgring 1980.1969 : premières courses en kart
1976 : F.Vee (champion du Brésil)
1977 : Formule 3 (3° du championnat d'Angleterre)
1978 : Formule 3 (champion d'Angleterre)
débuts en F1 chez Ensign-Ford, puis GP sur une McLaren-Ford, et passage chez Brabham-Alfa Romeo.
1979 : F1 chez Brabham-Alfa Romeo (15° du championnat)
1980 : F1 chez Brabham-Ford (2° du championnat, 3 victoires)
1981 : F1 chez Brabham-Ford (champion, 3 victoires)
1982 : F1 chez Brabham-Ford puis Brabham-BMW (11° du championnat, 1 victoire)
1983 : F1 chez Brabham-BMW (champion, 3 victoires)
1984 : F1 chez Brabham-BMW (5° du championnat, 2 victoires)
1986 : F1 chez Williams-Honda (3° du championnat, 4 victoires)
1987 : F1 chez Williams-Honda (champion, 3 victoires)
1988 : F1 chez Lotus-Honda (6° du championnat)
1989 : F1 chez Lotus-Judd (8° du championnat)
1990 : F1 chez Benetton-Ford (3° du championnat, 2 victoires)
1991 : F1 chez Benetton-Ford (6° du championnat, 1 victoire)
1992 : Participation aux 500 miles d'Indianapolis : forfait suite à un accident grave aux essais
1993 : Participation aux 500 miles d'Indianapolis : abandon (classé 32e)
1997 : 24 heures de Spa (2e)
2006 : 1000 miles d'Interlagos : victoire.


SOURCE:WIKIPEDIA


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Guylaine le Mar 5 Aoû - 6:59:12, édité 1 fois



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20389
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Message par Guylaine le Mar 11 Mar - 20:34:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
_________________



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20389
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Message par Modena49 le Dim 6 Juil - 6:23:15

Destin d'un pilote pas comme les autres
Nelson Piquet Souto Maior vit le jour le 17 août en 1952 à Rio de Janeiro, au Brésil. Nelson, fils de Clotilde Piquet et du défunt Estácio Souto Maior, ministre de la santé pendant le régime de João Goulart, vécut longtemps à Brasília.
Le jeune Nelson était hésitant au sujet de son avenir. Il pensait à la technologie, au tennis et au sport auto. Cependant, dès l'âge de 14, il participait à des courses de kart et désirait faire de sa passion son avenir professionnel. Après avoir battu son père à un match de tennis, il décida de le concurrencer en karting.
Au début, le jeune Nelson fonctionna pour la cambrure dans l'entreprise d'Alex Dias Ribeiro (l'ancien pilote de GP). Dans le même temps, Piquet construisit un prototype pour Ribeiro courant en Division 3 Classe A. A bord d'une vieille Volkswagen, Nelson gagna 7 courses sur 8 dans le championnat brésilien de prototype.
Piquet fut champion de kart du Brésil en 1971 et 1972. Ses débuts en sport mécanique furent maintenu top secret: Nelson ne voulait pas que sa famille sache qu'il participait à des courses automobiles. En raison de cela, il écrivait "Piket" nommé au lieu de Piquet sur sa voiture de course, afin de ne pas être reconnu par sa famille.
En 1976, Piquet devient avec brio, champion du Brésil de Super Formula. L'année suivante, il tenta sa chance en Europe pour se forger une réputation. En 1978, il s'emballa en F3 britannique où il se fait un nom en devenant vite champion de point d'ébullition et coureur-vers le haut de Vandervell (à Derek Warwick) ayant établi un disque de sept victoires consécutives dans la catégorie. Dans la même année, il entra en contact pour la première fois avec une voiture de F1 à Silverstone avec l'équipe McLaren. Quelques mois après ce test, il fit ses début dans la Formula One Cicus dans une Ensign-Cosworth au Grand Prix d'Allemagne. Lors de ses premières courses, son coup de volant magique tapa dans l'oeil des dirigeants de McLaren qui lui proposaient un baquet, avant de rejoindre finalement un autre team anglais, Brabham au GP du Canada. Bernie Ecclestone, propriétaire de l'équipe de Brabham à l'époque, fit immédiatement signé le prometteur Brésilien. Les arguments ne manquer pas pour l'engager: sa vitesse pure, sa conduite erreur-libre, sa mentalité et une affaire de trois ans avec un bas salaire. Chez Brabham, Nelson Piquet apprit beaucoup aux côtés de Niki Lauda, son compagnon d'écurie. Quand l'autrichien se retira fin 1979, Piquet devint le pilote numéro un et le leader de l'équipe. En 1980, il perdit le championnat face au Sud-africain Alan Jones (Williams-Ford) après une longue et dure bataille. Elle commença en 1980, aux Grand Prix des USA, à Long Beach, lorsque Piquet signa sa première victoire en F1. Lors de la saison 1981, toujours avec Brabham, il remporta son premier championnat du monde, coiffant au poteau Carlos Reutemann pour un seul petit point.
Piquet aime se rappeler ce chapitre impliquant Carlos Reutemann en 1974. Quand Piquet travallait pendant qu'un homme du l'impair-travail pour Brabham il nettoyait le casque de Carlos Reutemann. Après que le Nelson ait fini son travail, il lui dit argentin: "gosse, vous ne savez pas même nettoyer un casque!" Quand Piquet a obtenu son premier championnat du monde aux dépens de Reutemann, Nelson a dit ces mots envers Carlos: "je n'étais pas digne pour nettoyer votre casque mais peut-être vous pouvez nettoyer le mien maintenant que je suis champion du monde!"
La saison 1982 était une saison de développement et de transition pour Brabham et BMW, préparant pour replier le titre 1983. Cependant, il y avait l'heure pendant un moment de slapstick chez Hockenheim quand le Nelson menait le généraliste et enrouler environ Salazar à un des chicanes, quand soudainement le Chilien a fermé la porte et a mis le Nelson hors de la course. Clairement Piquet se rappelait l'accident de Didier Pironi en session de qualification dans laquelle le Français a été soulevé à l'hôpital avec plusieurs dommages. Sans compter que celle, il avait vu son matrice de Gilles Villeneuve d'ami chez Zolder, dans un moment où le Nelson a critiqué le Ferrari pour être un "cercueil sur des roues". Après que l'accident Nelson ait marché de nouveau aux puits quand soudainement un fourgon est arrivé pour le prendre. Cependant, quand il a découvert qu'un des passagers du fourgon était le Salazar malchanceux, le Nelson a refusé de partager le tour. Immédiatement, l'argument entre les deux a évasé vers le haut encore. Pour résoudre leurs différences que le conducteur de fourgon est sorties. Mais avant qu'il ait pu parler aux deux, Piquet a sauté derrière la roue et le Salazar gauche et le conducteur derrière...
Dix ans après un ingénieur de BMW a dévoilé au Nelson que son moteur l'aurait appelé un jour à moins de deux recouvrements de la collision. La réaction du Nelson était remarquable: il a dit que l'accident était la meilleure chose qui pourrait être arrivée à la BMW parce qu'elle avait évité la honte d'un moteur enflé chez leur Prix grand à la maison. Immédiatement Piquet a essayé d'obtenir Salazar au téléphone pour lui indiquer l'histoire et pour le tirer d'affaire...
Quand il a gagné son deuxième championnat du monde en 1983, Piquet est allé bien au premier champion à l'aide d'un moteur de turbo.
C'est un fait curieux qui en 1981 aussi bien en 1983, Piquet a dû couvrir la terre perdue sur ses rivaux avant de renverser la situation à la course finale de la saison. Encore, le championnat n'était pas doué à lui car son Prost opposé principal a mis le Nelson hors du généraliste hollandais.
En 1984, Piquet était clairement le pilote le plus rapide autour de mais les problèmes se reproduisants de fiabilité avec le moteur de BMW l'ont mis hors de la controverse de titre en dépit de réclamer neuf positions de poteau. La saison 1985 était une déception, Nelson marquant une victoire simple dans le généraliste français quand au moins ses pneus de Pirelli étaient ceux à avoir, le caoutchouc italien supportant la chaleur au bout la distance.
Pendant la saison, Piquet a signé un contrat avec Williams-Honda pour conduire pour eux dans la saison 1986. Cependant, après l'accident de la route tragique de Williams franc, l'équipe a perdu la direction et la conduite. Finalement, le titre 1986 est allé à Alain Prost dans son McLaren-Étiquette Porsche, les conducteurs de Williams volant loin trop de points de l'un l'autre pour voir outre du défi foncé du cheval de Prost. Les choses suivantes d'année sont finalement allées selon les la prévisions: Piquet a gagné son championnat du tiers monde par une grande marge au-dessus du compagnon Nigel Mansell, qui d'équipe était sa cible de plaisanterie de favori, une pratique qui a produit de plusieurs conflits entre les deux, voie marche-arrêt. Une fois Nelson a volé tout le papier de toilette de la salle de bains juste avant que Mansell ait dû disparaître. Nigel doit avoir senti joli inconfortable...
L'autre cible de Piquet des plaisanteries pratiques était le Président Jean-Marie Balestre de FIA. Pendant un briefing chez Paul Ricard, alors que Balestre était occupé à faire un discours, le Nelson a sneakily approché le président et soigneusement a laissé tomber une bouteille de la poche gauche de Balestre de l'eau minérale vers le bas. Même Balestre ne pourrait pas supprimer un rire smirky tandis que les autres conducteurs F1 roulaient sur le plancher pendant un certain temps ensuite cela.
En dépit des moments drôles, Piquet a dû combattre Mansell dur pendant 1987, et même fonder des ennemis dans sa propre équipe, Nelson suspectant qu'ils aient voulu un champion britannique. L'accident du Nelson dans la pratique pour le généraliste de San Marino ne l'a pas aidé non plus. Cependant, avec tous son talent et courage il a mis tout derrière lui et a gagné le titre dans le grand modèle.
Un autre chapitre drôle s'est produit après qu'il ait eu cet accident chez Imola. Samedi Piquet est parti de l'hôpital sur ses propres et est allé parler avec professeur Sid Watkins dans les puits, avec la demande de lui permettre d'emballer. La conversation suivante s'est alors ensuivie:
Prof. Sid Watkins: le "Nelson, vous ne pouvez pas conduire parce que vous avez des dommages de cerveau." Piquet: "comment vous savez?"
Prof. Sid Watkins: le "Nelson, vous avez mis dessus seulement une chaussure et vous avez oublié l'autre." Piquet: "je pas , je ne puis pas le mettre dessus parce que mon pied est bloated."
Piquet a fait une grande erreur signant pour le lotus pour 1988 et '89 en dépit d'une affaire du dollar de multi-million. C'était la première saison depuis 1980 qu'il n'a pas gagné une course simple. Il a goûté la victoire encore en 1990 conduisant un Benetton-Ford dans le Prix grand japonais. C'était une victoire historique parce que c'était la première fois que Benetton a marqué un double, avec Roberto Moreno dans le deuxième endroit. Chez le prochain Prix grand, en Australie, il a gagné encore, et c'était une autre victoire historique: Piquet est allé bien au 500th gagnant grand de F1 Prix. En 1991, encore avec Benetton-Ford, il a fini sa saison finale dans F1, marquant une victoire simple au Canada.
Le rôle du Nelson Piquet dans F1 était double: gagnant, et les voitures se développantes de gain, en plus de tous les disques il a placé dans ses 204 généralistes. Il a inventé les couvertures de chauffage de pneu célèbre, le règlement des freins et des barres à l'intérieur de l'habitacle, et il était champion du monde de FIA F1 trois fois, chacune avec différents moteurs: Ford, BMW, Honda.
Après qu'il soit parti de F1, Piquet a placé ses vues sur un nouveau défi: Indianapolis 500 de 1992. Mais en session de formation un échec mecanical a mis l'équipe Menard Lola-Buick dans le mur. Le Nelson a souffert un choc et plusieurs dommages à ses jambes inférieures. Il a semblé être la fin d'une carrière brillante, mais un an après, après un rétablissement lent et douloureux, il est revenu à la même voie à l'essai encore. Cette fois le moteur de Buick a soufflé pendant la course. En 1993 il a lancé une campagne F3000 pour son protégé, conducteur Olivier Beretta de Monegasque.
Depuis 1993, le Nelson Piquet emballe seulement pour l'amusement dans les événements comme la station thermale et le Mans 24 heures et quelques courses brésiliennes de voiture de tourisme. Le raccordement de BMW est presque toujours là. Il a également participé à 'Temporada 'GT emballant dans une McLaren-BMW F1-gtr et a eu de l'amusement dans le championnat de SudAm F3, conduisant à 'son circuit dans Brasília. Son travail principal doit maintenant développer la scène brésilienne de motorsport et communiquer toute sa connaissance à de jeunes conducteurs. Encore un des activités courantes du Nelson contrôle l'Autotrac, un système satellite pour des camions. Récemment il a créé la formule d'Espron au Brésil, avec le but principal devant favoriser des courses avec de bas coûts. Il contrôle également un autodrome au Nelson appelé par Brasília dont Piquet, il y a encore à Rio Janeiro. Maintenant que la manière le Nelson suivent?
La dynastie des Piquet dans le sport auto se pousuit: le fils doué Nelson Ângelo Piquet est déjà double champion du Brésil de kart dans la catégorie junior et, veut désormais suivre les traces de son illustre père. Nelson Piquet peut déjà être fier de son rejeton. Le fils court actuellement dans le championnat de F3 britannique.
Appelé en tant qu'un des meilleurs pilotes F1 de tout les temps, Nelson Piquet a montré à travers son talent, sa vitesse et sa personnalité qu'il ne démérite cette honneur, laissant des millions de spectateurs ravis et des souvenirs plein la tête. Ses moments magiques ne seront jamais oubliés...



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24947
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Message par Guylaine le Mar 6 Jan - 4:50:35

World Championships 3
Grand Prix Starts 207
Grand Prix Wins 23
Pole Positions 24
Nationality Brazilian
History
He was never a dominant driver but a crafty expert in winning by stealth, according to his detractors. He admitted he was lazy, yet willingly worked hard to improve his car. He could be cold and cruel but could also be warm and funny. He hated being a celebrity yet lived the life of a playboy to the hilt. He was never hugely popular but couldn't care less. All Nelson Piquet really cared about was driving a racing car, which he loved with a passion, especially when he won, which he did often enough to become a triple World Champion.

Born Nelson Sautomaior, on August 17, 1952, he used his mother's surname Piquet to hide his early racing adventures from his disapproving parents. His father, a prominent Brazilian government minister, had been a regional tennis champion and when Nelson showed early promise in that sport he was encouraged to pursue it. At 12 he was one of Brazil's most promising junior prospects. At 16, to further hone his tennis skills, his parents enrolled him at a school in California. But whacking a ball around a tennis court began to take second place in Nelson's mind to driving a car around a race track, particularly when his countryman Emerson Fittipaldi started making inroads abroad. And so Nelson Piquet began racing in his home state of Brazilia. Winning championships in karts and sportscars failed to win over his parents, who sought to distract him by sending him to university. But studying philosophy, engineering and management proved no substitute for the lure of racing and Nelson dropped out after a year. He sold his road car to buy a Formula Vee and in 1977 became the Brazilian champion in that category.

On the advice of Emerson Fittipaldi his next career move was to Europe, where he arrived in 1977 with enough cash (L10,000) to embark on a Formula Three program. In 1978 victories in 13 of 26 races made him champion of one British F3 series and runner-up in another. Formula One teams were impressed and he was given outings in an Ensign and a privately entered McLaren before being hired by Brabham boss Bernie Ecclestone to serve as understudy to Niki Lauda for 1979. When the Austrian veteran walked away from Formula One racing at the end of that season the Brazilian newcomer became Brabham team leader by default. He was still learning on the job, but proved entirely up to the task of helping develop designer Gordan Murray's promising car and extracting the best performance from it. In 1980 Nelson won three races and finished second to Alan Jones in the championship. In 1981 his upward mobility continued and, with three more wins and a succession of high finishes in a brilliant Brabham BT49, he became World Champion.

His 1982 season, hampered by an unreliable new BMW turbo engine, produced only one win, though Piquet considered that Canadian Grand Prix victory the best of his career. Throughout the race an oil radiator subjected his feet to 100 degree temperatures that made him scream with pain. And yet the thrill of victory was always worth it for this driver who once confessed: "Winning is a feeling which you cannot imagine. I sometimes piss my pants on the slowing down lap." His sometimes outrageous comments would eventually get him into trouble, though never with the Brabham personnel, who in appreciation of his earthy humour and hard work set up The Nelson Piquet Fan Club.

In 1983 Piquet powered his turbo-charged BMW-Brabham BT52 to three race wins and, after a season-long battle with Renault's Alain Prost, sensationally snatched his second driving title. At this point, having grown tired of all the travel, Nelson considered retiring but was persuaded by the noted aviator Niki Lauda that a private jet would make it easier to enjoy private life. Thanks to his personal jet Nelson was able to enjoy more of his version of the good life. In the harbour at his Monaco base he kept an 18-meter motor yacht manned by a permanent crew and capable of cruising at 28 knots. On his much-loved Mediterranean voyages laid-back Nelson enjoyed swimming, water skiing, watching TV and entertaining a series of gorgeous female companions. With them he fathered several children and always provided for his extended family.

His costly lifestyle made making more money a priority and Nelson began looking for a better deal from Bernie Ecclestone. More championships might have helped the financial cause but the 1984 and 1985 Brabhams were far from world beaters. To continue with the team Nelson asked for his $1 million retainer to be doubled. While Ecclestone baulked at this Frank Williams offered to triple it and so began two tumultuous years at Williams-Honda. The car was a winner and so were the team's drivers: Nelson Piquet and Nigel Mansell. The problem was the team mates hated each other and in 1986 were so preoccupied with their personal feud that Alain Prost sneaked in and beat them both to the driving title. The bothered Brazilian accused Williams of favouring their British driver and tried to destabilize Mansell by publicly calling him "an uneducated blockhead" and defaming his wife. "Piquet is just a vile man," Mansell said.

In the 1987 edition of the Nigel versus Nelson conflict Mansell won more battles, (six wins to three) but Piquet won the war by means of a better finishing record that brought him his third driving title. Some critics decided his refusal to play a role in the showbiz aspect of his sport made him an unsatisfactory World Champion. "What do they mean by that?" Nelson wondered. "Do they mean doing a lot of publicity? I don't want to make friends with anybody. I don't give a shit for fame. I just want to win."

With few wins in his future his fame duly declined. He left Williams in a fit of pique and moved to Lotus for a couple of seasons at a time when the team was on the wane, then spent two years at Benetton where it was his motivation that waned. After winning twice in 1990 and once the next year he left Formula One racing at the age of 40, though he wasn't yet finished with motorsport.

An attempt to qualify for the 1992 Indianapolis 500 ended in the worst accident of his career, leaving him with badly crushed lower limbs. Thereafter he raced occasionally in Brazil and abroad in touring cars and long-distance events. He became a successful businessman in Brazil, establishing a satellite navigation company that earned him a fortune and enabled him to fully support the promising career of his son, Nelson Piquet Jr.

Text - Gerald Donaldson
Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20389
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Message par Guylaine le Lun 9 Fév - 9:26:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20389
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Première partie.

Message par dom465 le Mar 29 Jan - 13:12:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Deuxième partie.

Message par dom465 le Lun 4 Fév - 13:22:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: NELSON SOUTO MAIOR PIQUET:TRIPLE CHAMPION:

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum