GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Aller en bas

GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Jeu 19 Déc - 5:06:50




Circuit : Race
Longueur 4.381kms
Nombre de virages 14
Circulation horaire
Capacité 120,000
Achevé en 1986




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Mar 22 Juil - 12:07:11

Le Hungaroring du point de vue des pneus


par Grégory Demoen le 22/07/14 à 8:30

Pirelli et l’ensemble des écuries engagées en Formule 1 parcourent les 800 kilomètres qui séparent Hockenheim de Bupadest pour disputer le premier et unique Grand Prix européen organisé, cette saison, dans la foulée du précédent.
Le circuit du Hungaroring, le premier à avoir accueilli la F1 derrière le Rideau de Fer, en 1986, est un tracé permanent qui possède les caractéristiques d’une piste urbaine.
Il est en effet constitué de virages serrés et étroits qui n’offrent qu’une faible adhérence. Le grip mécanique est par conséquent l’une des clés de la réussite. Les courses sont traditionnellement marquées par de fortes températures et il n’est pas rare de voir apparaître la pluie.
Dans ces conditions de chaleur, Pirelli a ainsi sélectionné les pneus tendres et médiums qui doivent offrir le meilleur compromis performance / longévité. Même si le Hungaroring n’est pas particulièrement contraignant pour la gomme, les enchaînements de courbes n’offrent cependant que peu d’opportunités de la refroidir.
"Le Hungaroring est réputé pour son tracé très serré où il est difficile de dépasser et de définir les réglages parfaits sur un tour complet. La stratégie joue donc un rôle prépondérant pour progresser au classement", déclare Paul Hembery, le responsable de la compétition de Pirelli.
"L’incertitude de la météo est toujours source d’interrogations, mais à la vue des performances réalisées par nos pneumatiques dans la fournaise d’Hockenheim, nous sommes confiants et nous ne devrions pas rencontrer le moindre problème."
"Pour compenser les contraintes supplémentaires exercées sur les enveloppes, les gommes mises à disposition en Hongrie sont un peu plus dures et nous prévoyons d’assister à des stratégies à deux arrêts. Nous n’en aurons cependant la certitude qu’à l’issue des essais libres de vendredi."

http://www.f1i.com/infos/hungaroring-du-point-vue-pneumatiques/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Mer 23 Juil - 23:58:13

F1 - Pirelli : La stratégie jouera un rôle prépondérant en Hongrie
L’incertitude de la météo est toujours source d’interrogations

21 juillet 2014 - 18h33, par Olivier Ferret

Pirelli et l’ensemble des écuries engagées en Formule 1 parcourent les 800 kilomètres qui séparent Hockenheim de Bupadest pour disputer le premier et unique Grand Prix européen organisé, cette saison, dans la foulée du précédent.

Le circuit du Hungaroring, le premier à avoir accueilli la Formule 1 derrière le Rideau de Fer, en 1986, est un tracé permanent qui possède les caractéristiques d’une piste urbaine. Il est en effet constitué de virages serrés et étroits qui n’offrent qu’une faible adhérence. Le grip mécanique est par conséquent l’une des clés de la réussite.

Les courses sont traditionnellement marquées par de fortes températures et il n’est pas rare de voir apparaître la pluie. Dans ces conditions de chaleur, Pirelli a ainsi sélectionné les pneumatiques P Zero Blanc Medium et P Zero Jaune Soft qui doivent offrir le meilleur compromis performance / longévité. Même si le Hungaroring n’est pas particulièrement contraignant pour la gomme, les enchaînements de courbes n’offrent cependant que peu d’opportunités de la refroidir.

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport : « Le Hungaroring est réputé pour son tracé très serré où il est difficile de dépasser et de définir les réglages parfaits sur un tour complet. La stratégie joue donc un rôle prépondérant pour progresser au classement. L’incertitude de la météo est toujours source d’interrogations, mais à la vue des performances réalisées par nos pneumatiques dans la fournaise d’Hockenheim, nous sommes confiants et nous ne devrions pas rencontrer le moindre problème. Pour compenser les contraintes supplémentaires exercées sur les enveloppes, les gommes mises à disposition en Hongrie sont un peu plus dures et nous prévoyons d’assister à des stratégies à deux arrêts. Nous n’en aurons cependant la certitude qu’à l’issue des essais libres de vendredi. »

Le mot de Jean Alesi, Ambassadeur Pirelli : « Ces dernières années, le circuit du Hungaroring a subi des changements que je qualifierais de positifs. En raison de ses courbes lentes et des courtes accélérations, les monoplaces roulent avec le niveau d’appui maximal qui autorise ainsi de tutoyer les limites dans certaines portions. Bénéficier d’une bonne motricité représente un gros challenge technique et il faut surveiller avec attention la dégradation des pneus arrière, au risque de conclure l’épreuve sans la moindre adhérence et avec des distances de freinage allongées. Il y a certains détails à connaître sur cette piste. Le deuxième virage après les stands, par exemple, est un gauche en descente qui semble rapide. En apparence seulement car vous devez conserver la trajectoire intérieure pour être sur la bonne ligne à l’amorce de la courbe à droite suivant. Chaque virage conditionne le suivant, c’est une constante. Et je pense que ce sera encore plus compliqué cette saison car les pilotes devront parfaitement doser l’accélérateur pour compenser l’augmentation du couple des Formule 1 2014. Il sera donc difficile pour eux d’être en permanence sur la trajectoire idéale. »

Le circuit du point de vue des pneumatiques :

Le Hungaroring est un circuit très bien équilibré entre motricité, freinages et forces latérales. Les monoplaces roulent avec le maximum d’appui afin de bénéficier du meilleur grip mécanique possible dans les virages les plus lents.

La gomme « Medium » offre la fenêtre de performance la plus réduite, capable du meilleur même en cas de basses températures. La « Soft » contraste avec un cadre d’usage plus important lorsque le thermomètre grimpe. Les températures relevées à Budapest sont parmi les plus élevées de la saison.

Les pneumatiques sont soumis à plusieurs types de contraintes. Les appuis aérodynamiques produisent en effet une force verticale sur la gomme, tandis que des forces latérales (en courbes) ou longitudinales (à l’accélération et au freinage) agissent au même moment. Autant de paramètres qui favorisent le stress sur le pneu.

L’an passé, chaussé des gommes Medium et Soft, Lewis Hamilton remporta sa première victoire pour Mercedes grâce à une stratégie à trois arrêts. Kimi Räikkönen n’en avait pour sa part respecté que deux et terminé en 2e position pour le compte de l’écurie Lotus.

http://www.nextgen-auto.com/Pirelli-La-strategie-jouera-un-role-preponderant-en-Hongrie,79554.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Jeu 24 Juil - 0:01:31



F1 - Button : La Hongrie, un Grand Prix spécial pour moi
Jenson y retourne toujours avec plaisir


22 juillet 2014 - 16h28, par Olivier Ferret 

Peu de pilotes dans le paddock classeront le circuit du Hungaroring dans leur top 5, voire même leur top 10. Mais Jenson Button est un cas à part : il a vécu de belles choses en Hongrie et il adore y retourner chaque année.

"Comme vous le savez, la Hongrie est spéciale pour moi depuis un certain temps. J’ai gagné mon premier Grand Prix ici en 2006 - c’était un de ces jours où tout allait parfaitement dans ma direction - et j’y ai aussi gagné pour mon 200e Grand Prix. C’était une journée pleine d’émotions, en 2011... Je ne peux pas croire que cela fait déjà 60 courses que c’est arrivé."

Button va même plus loin en affirmant que "le Hungaroring est un super circuit. Tout le monde pense qu’il s’agit d’un circuit lent, mais, en y regardant de plus près, il possède quelques virages sympas, dont le n°4 qui exige un fort engagement du pilote. Il est difficile, avec un sommet en aveugle. De même, la séquence de virages en esses entre les courbes 8 et 11 procurent beaucoup de satisfaction derrière le volant."

Reste que sa McLaren MP4-29 ne fera pas de miracles en Hongrie, a priori.

"C’est encore un circuit où vous avez besoin de beaucoup d’appuis aérodynamiques et d’adhérence. Nous ne sommes pas encore à notre maximum de ce côté mais je pense que nous faisons des avancées positives dans ce sens."

http://www.nextgen-auto.com/Button-La-Hongrie-un-Grand-Prix-special-pour-moi,79589.html




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Jeu 24 Juil - 0:04:34

F1 - Ricciardo : la Hongrie ? C’est Monaco sans les murs
Un circuit pas très adapté pour les course de F1 selon l’Australien

22 juillet 2014 - 14h51, par D. Thys 

Daniel Ricciardo est partagé sur le circuit du Hungaroring, car s’il trouve le tracé agréable pour un pilote, il ne le trouve pas vraiment adapté à une course de F1. Pour lui, le circuit Hongrois est similaire à celui de Monaco, mais sans les murs.

“J’ai toujours apprécié le Hungaroring, mais ce n’est peut-être pas l’endroit idéal pour organiser une course de F1, car la piste est très étroite et tortueuse,” déclare Daniel Ricciardo. “Ca ressemble à Monaco, mais sans les murs. C’est une situation étrange, puisque le pilotage sur ce circuit est agréable, mais les courses ne sont pas géniales. C’est un très bon circuit en qualification avec des pneus neufs et peu d’essence, vous n’avez pas un seul moment de répit.”

“En course, les dépassements sont difficiles, car la piste est étroite et cet enchaînement excitant de virages ne vous permet pas de tenter une attaque. Avec le DRS les choses se sont améliorées. Le premier virage et la descente qui suit peut être assez excitante,” ajoute le pilote australien.

http://www.nextgen-auto.com/Ricciardo-la-Hongrie-C-est-Monaco-sans-les-murs,79559.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Jeu 24 Juil - 0:06:57

En quoi le Hungaroring est-il exigeant pour les V6 turbo ?


par Grégory Demoen le 23/07/14 à 15:13





Le directeur des activités piste de Renault Sport F1, Rémi Taffin, décrit les difficultés du tourniquet du Hungaroring pour les V6 turbo.
"Le Grand Prix de Hongrie se démarque totalement des dernières courses que nous avons disputées", commente le Français.
"La piste se révèle assez lente et seulement 55% du tour se parcourt à pleine charge, contre 65, voire 70% pour les quatre derniers rendez-vous du calendrier."
"La vitesse moyenne devrait à peine dépasser les 180 km/h, la plupart des virages se négociant en troisième ou quatrième vitesse. Par conséquent, la puissance brute ne joue pas un rôle prépondérant et le moteur à combustion interne ne subira pas de contraintes extrêmes durant la course. Nous allons donc nous attacher à proposer le groupe propulseur le plus souple possible, au lieu de nous focaliser sur la vitesse maximale."
"À l’ère des moteurs V8, il était d’usage de faire courir en Hongrie un bloc qui avait déjà disputé deux Grands Prix. Nous suivrons le même principe cette saison et utiliseront des moteurs V6 à combustion interne pour qui ce sera sans doute l’une des dernières courses, si possible."
En revanche, le turbocompresseur, le MGU-H, et le MGU-K seront énormément sollicités.
"En raison des nombreux virages lents, la souplesse du groupe propulseur tient un rôle capital pour établir des chronos compétitifs. Les zones de freinage appuyé seront autant d’opportunités de récupérer de l’énergie pour le MGU-K", explique Taffin.
"Le deuxième secteur du tracé, le plus sinueux des trois, représente la meilleure occasion de récolter cette énergie puisqu’il se compose principalement de courbes négociées en troisième. En outre, la vitesse maximale n’y dépasse jamais les 245 km/h. Les brèves périodes d’accélération qui relient les virages permettront, quant à elles, de récupérer de l’énergie thermique au niveau de l’échappement."
"Ces phases se révéleront néanmoins particulièrement brusques et soumettront les composants internes à des forces extrêmes. Il se peut donc que nous utilisions un composant plus neuf que les autres afin d’améliorer les performances et la fiabilité générales du groupe propulseur."
"De toutes les courses de la saison, la Hongrie sera celle où le turbocompresseur jouera le rôle le plus déterminant. Comme le pilote change constamment de rythme, avoir un turbo qui répond instantanément et délivre la puissance adéquate permettra de réduire significativement le temps au tour en offrant une plus grande souplesse de conduite."
"Le Hungaroring est certes une piste lente, mais cette dernière se révèle exigeante en tout point. Ce n’est assurément pas un rendez-vous facile pour conclure la première moitié de la saison."
http://www.f1i.com/infos/en-hungaroring-il-exigeant-les-v6-turbo/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Jeu 24 Juil - 0:08:21

Le Hungaroring à la loupe


par  Grégory Demoen le 23/07/14 à 17:57





Le Hungaroring est un circuit qui n’a a priori pas grand-chose pour lui. Surnommée le tourniquet, la piste magyare pourrait se résumer à un enchaînement interminable de virages lents qui n’est interrompu que par la seule ligne droite de départ et d’arrivée. Le trafic y est dense tant le tracé est court (à peine 4,381 km) et la piste étroite (quinze mètres de large maximum, contre vingt pour la plupart des nouveaux circuits).
Autant dire que ce rendez-vous hongrois n’est pas des plus réjouissants pour les pilotes. Les dépassements sont rares et l’absence de plusieurs lignes droites empêche tout relâchement. Le Hungaroring est donc extrêmement ardu, d’autant que la piste est bosselée et habituellement très poussiéreuse, car peu utilisée le reste de l’année.
"C'est l'un des circuits les plus exigeants du calendrier car il occupe le pilote sur le tour complet, indique Lewis Hamilton, quatre fois vainqueur du Grand Prix de Hongrie. C'est comme un circuit de karting : il y a beaucoup de passages sinueux et de virages, et le seul endroit où se relaxer est la ligne droite des stands, par ailleurs assez courte. Le tracé est aussi peu adhérent, ce qui rend les dépassements aventureux. C'est un circuit qui récompense la régularité et la précision : attaquer trop fort se traduit par une perte de temps."

Une vision partagée par Jean-Éric Vergne : "La chaleur pendant la course est moins forte qu’en Malaisie ou à Singapour, juge-t-il. Mais je trouve qu’il s’agit de l’une des pistes où nous avons le moins de temps pour reprendre notre souffle. De plus, elle est bosselée !"
La procession dominicale auquel nous a habitué le Hungaroring peut cependant se voir brisée par les deux zones de DRS qui, pour un tel tracé, sont loin d’être un luxe. Elles sont situées sur la ligne droite des stands et entre les virages T1 et T2.
Le cinquième virage (T5) est l’un des plus exigeants du circuit pour les pilotes. En montée, cette courbe droite est longue, bosselée et relativement brusque. "Ce virage est très dur, confirme JEV. On y entre tellement fort que la sortie est forcément sacrifiée."
La météo n’est pas un facteur perturbateur à Budapest. Depuis 1986, année de la première édition du Grand Prix, seule l’édition 2006 s’est déroulée sous la pluie, permettant à Jenson Button de signer sa première victoire en F1, et la première de Honda en tant que constructeur depuis 1967.
Cette année semble plus incertaine du point de vue météorologique, mais la canicule pourrait bien encore plomber le tourniquet magyar !

http://www.f1i.com/f1i-features/hungaroring-loupe/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Jeu 24 Juil - 0:11:47




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par dom465 le Ven 25 Juil - 10:44:47

Je me souviens bien sûr surtout de ce GP pour la victoire de Thierry Boutsen en 1990.
Jouant sur le fait qu'il était en pôle et que sur ce circuit, la plupart des dépassements se faisaient...dans les stands, il avait pris le pari de partir réservoir plein et pneus durs, et de ne pas s'arrêter. Je pense que c'est le dernier GP a avoir été gagné sans arrêt au stands. ça avait payé. Chaque fois, les autres s'arrêtaient, se retrouvaient donc attardés, mais revenaient profitant de leurs pneus frais. Thierry devait alors résister quelques tours avant que les autres ne s'arrêtent à nouveau.
Mais la fin de course fut dantesque. Les pneus de Thierry étaient mort de chez mort et Senna l'avait rejoint à plusieurs tours de l'arrivée.
J'ai regardé la fin du GP à genoux devant la télé en criant à chaque fois que Senna tentait un dépassement et que Thierry parvenait, profitant des caractéristiques du circuit et ne faisant aucune faute, à résister !
Je regardais ça chez des amis dans les Alpes françaises et toute la soirée, ce fut champagne et fiesta au village, les gens du pays se joignant à la fête !
Un grand souvenir !





**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2914
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Sam 26 Juil - 0:29:12


  • GP de Hongrie - Libres 2


Hamilton confirme ses bonnes dispositions
ESPN Staff
25 juillet 2014

Premier le matin, premier l'après-midi, Hamilton débute bien le week-end sur l'un de ses circuits fétiches © Sutton Images
 
Lewis Hamilton a dominé la deuxième séance libre du Grand Prix de Hongrie, devançant comme vendredi matin son coéquipier Nico Rosberg, le week-end est bien lancé entre les deux pilotes Mercedes.
Le Britannique a relégué le leader du championnat à plus de deux dixièmes, Rosberg demandant même des conseils à son stand en fin de journée. Sebastian Vettel s'est classé troisième à six dixièmes du vainqueur, devant Fernando Alonso, Kevin Magnussen et Kimi Raikkönen. Daniel Ricciardo, les deux Williams et Jenson Button prennent les dernières places dans le top 10 devant les Toro Rosso de Daniil Kvyat et Jean-Éric Vergne, 12e et meilleur français du jour.

Grosjean roule peu, Bianchi repasse Chilton
Les trente dernières minutes de roulage ont permis aux écuries de travailler pour la course, même si ce sera inutile si la pluie s'invite dimanche dans la région de Budapest. En pneus tendres, Mercedes avait le meilleur rythme sur la durée mais Williams, Red Bull et même Ferrari n'étaient pas larguées. Intéressant si la piste reste sèche pour les 70 tours du Grand Prix.
Romain Grosjean s'est classé 17e avec seulement 14 tours couverts, encore des problèmes sur le système de refroidissement de sa Lotus. Jules Bianchi a remis les pendules à l'heure par rapport à son coéquipier Max Chilton, il le devance pour un dixième. Vingtième, le Niçois termine néanmoins derrière la Caterham de Kamui Kobayashi.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169143.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Sam 26 Juil - 0:31:42


  • GP de Hongrie 2014 - Présentation


Le terrain de jeu de Hamilton ?
Nate Saunders / Daniel Bastien
24 juillet 2014

Hamilton a déjà gagné quatre fois en Hongrie
© Getty Images
 
S'il y a une leçon à tirer de cette saison 2014, c'est que l'élan dont profite un pilote n'est pas une chose sur laquelle on peut se fier. Lewis Hamilton a connu une belle série de quatre victoires en début de saison, une série qui a pris fin pendant un week-end frustrant à Monaco. L'élan a été transféré de l'autre côté du garage Mercedes pendant quelques courses, mais Nico Rosberg a abandonné en Grande-Bretagne et Hamilton a alors marqué un maximum de points. En pleine confiance lors des trois périodes d'essais libres en Allemagne le week-end dernier, son élan a pris fin dès le début des qualifications suite à l'éclatement d'un disque de frein. L'éventuelle victoire de Rosberg n'a jamais été menacée.
La F1 entamera la seconde moitié du championnat en Hongrie. Rosberg compte 14 points d'avance sur Hamilton, ce qui est intéressant mais loin d'être confortable pour l'actuel leader du classement des pilotes, surtout si l'on se fie aux résultats des dix courses précédentes. Ce week-end sur le Hungaroring, Rosberg tentera de battre Hamilton sur un circuit où son coéquipier et rival a déjà triomphé à quatre reprises. Qui gagnera ? Rien n'est sûr. Mais celui qui remportera la course passera de meilleures vacances pendant la pause estivale de la F1.

En hausse
Valtteri Bottas est en pleine forme, avec trois podiums en autant de courses. Le pilote Williams impressionne et il accomplit des merveilles pour son équipe, clairement devenue l'une des plus importantes forces du plateau derrière Mercedes. Bien que Felipe Massa est terriblement malchanceux depuis quelques temps (trois accidents en quatre GP), Bottas bat régulièrement son coéquipier en conditions de qualifications et de course. Cela fait déjà longtemps que Williams affirme avoir un futur champion du monde dans son équipe ; les performances du Finlandais semblent lui donner raison de le croire.
Sebastian Vettel connaît une saison difficile chez Red Bull, mais les deux dernières courses ont semblé marquer le retour en forme du quadruple champion. L'excellent duel entre lui et Fernando Alonso à Silverstone, suivi par des performances solides à Hockenheim, nous ont rappelé tout le talent du champion en titre. Nico Hülkenberg, qui termine dans les points depuis le début de la saison, fait également du très beau travail chez Force India.

En baisse
Le contrat de Pastor Maldonado a été prolongé chez Lotus, mais au terme de sa dixième course de l'année, le pilote vénézuélien n'a toujours pas marqué le moindre point. Son équipe a réaffirmé toute la confiance qu'elle lui porte, alors il serait juste que Maldonado récompense Lotus en lui offrant un résultat dans le Top 10 avant d'entamer la pause estivale. Plus loin dans le peloton, chez Marussia, la dernière fois que Max Chilton a battu son coéquipier, c'était pendant le GP de Bahreïn en avril. Depuis que Jules Bianchi a marqué ses premiers points à Monaco, ses performances semblent être passées au niveau supérieur ; son passage chez Ferrari, lors des essais d'intra-saison à Silverstone, laissent croire qu'il n'est peut-être plus très loin d'un meilleur volant. Chilton devra donc faire de plus gros efforts car aucun pilote ne peut se permettre d'être régulièrement battu par son coéquipier, peu importe où son écurie se situe dans la hiérarchie.



Räikkönen, saison compliquée chez Ferrari
© Sutton Images

Cette règle non écrite s'applique également à Kimi Räikkönen, qui a été battu dix fois en dix courses par Fernando Alonso. Le patron de Ferrari, Marco Mattiacci, a défendu le Finlandais en affirmant que "Kimi est le pilote dont nous avons besoin" et en minimisant l'importance de la comparaison avec Alonso, surtout que Räikkönen cherche toujours ses repères dans la monoplace rouge. Mais lorsque vous avez un champion du monde au sein de votre équipe, payé plusieurs millions de dollars en salaire mais qui ne répond pas encore aux attentes, il est évident que des gens vont poser des questions sur son avenir au sein de la Scuderia. Cela dit, il faut reconnaître que Räikkönen a fait quelques petits progrès. Iceman n'aime pas vraiment parler aux médias, mais s'il ne progresse pas davantage, il fera à nouveau face à des questions portant sur ses performances.

À surveiller
En ce moment, Williams semble être la seule équipe ayant des chances réelles de battre Mercedes et gagner une course. Rappelons la fierté de l'équipe alors qu'elle contactait Bottas par radio, suite au GP d'Allemagne, pour le féliciter d'avoir battu un des pilotes Mercedes "à la régulière." La confiance est si forte chez Williams que viser la deuxième place dans le championnat des constructeurs devient un objectif crédible. Mais l'équipe ne s'attend pas nécessairement à briller ce week-end sur le Hungaroring, un circuit qui ne convient probablement pas à sa voiture puisque la pleine puissance est sollicitée pendant 55 % du tour seulement, alors que la moyenne se situait autour de 70% lors des quatre courses précédentes.

Points chauds



Le circuit de Sotchi
© Getty Images

La question de Sotchi : La tragédie du vol MH17 de la Malaysia Airlines abattu au-dessus de l'Ukraine, apparemment par des milices pro-russes, alimente les tensions internationales. Plusieurs pays critiquent le rôle de la Russie, qui semble soutenir les forces séparatistes, dans les événements ayant mené à la mort des 298 personnes à bord de l'avion. Les armes utilisées auraient été fournies par la Russie et des questions demeurent sans réponse en ce qui concerne l'entraînement des milices pro-russes dans l'utilisation de missiles sol-air. Les dirigeants de plusieurs pays réclament des sanctions encore plus sévère à l'égard de la Russie, qui s'est impliquée dans le conflit ukrainien dès la fin des Jeux Olympiques d'hiver à Sotchi en février dernier.
Et c'est dans ce contexte que la F1 se prépare à courir au pays de Vladimir Poutine lors du premier GP de Russie de l'Histoire, en octobre, sur un nouveau circuit dont une portion du tracé inclut les installations olympiques de Sotchi. Il y a peu de chances que les tensions internationales aient diminué entre-temps, et cela signifie que la F1 se retrouvera à nouveau au centre d'une crise politique (et morale) portant sur la nécessité de courir dans un pays hautement critiqué pour ses décisions politiques.
Comme ce fut le cas pour le GP de Bahrëin en 2012, Bernie Ecclestone et la FIA répètent que le sport et la politique sont des entités indépendantes. La notion est noble, mais le public a réagi très négativement lorsque la F1 s'est rendue à Bahreïn malgré les nombreux rapports de confrontations violentes entre les autorités et les manifestants pro-démocratie. Au plan des relations publiques, ce fut un désastre pour la F1 et la FIA. Et voilà que la même chose pourrait se répéter cet automne en Russie. Est-ce que certains sponsors vont boycotter la course ? Plus précisément, est-ce que l'entreprise malaisienne Petronas, sponsor principal de Mercedes, voudra afficher ses logos sur la voiture lors d'une course en Russie ? Ce sont des questions difficiles pour une situation politique très complexe. Malheureusement, la F1 risque de se retrouver au centre des manchettes pour les mauvaises raisons.
Trop de recul pour les commissaires ? : Depuis quelques courses, soit depuis que la FIA a demandé à ses commissaires d'être moins pointilleux sur chaque petit incident, ces derniers ont laissé plus de liberté aux pilotes lorsqu'ils croisent le fer et se touchent à l'occasion (et le spectacle s'en porte très bien !). Mais alors que les pilotes se plaignaient auparavant de trop souvent recevoir des pénalités sévères pour des incidents relativement mineurs, se peut-il que l'approche plus permissive des commissaires va maintenant trop loin dans l'autre sens ? L'accident de Kimi Räikkönen survenu au début du GP de Grande-Bretagne (qui a mis un terme à la course de Felipe Massa, et qui aurait pu gravement blesser Max Chilton) est un bon exemple.
Selon plusieurs, le pilote Ferrari est revenu en piste beaucoup trop rapidement et cela aurait joué un rôle important dans sa perte de contrôle. Mais les commissaires ne l'ont pas pénalisé après avoir conclu qu'il avait levé le pied et était revenu en piste de manière correcte. Mais Autosport a récemment révélé que Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA, était d'avis que Räikkönen aurait dû faire plus attention et que la manœuvre avait peut-être été dangereuse. De plus, la manœuvre du Finlandais a été discutée en Allemagne lors de la traditionnelle réunion des pilotes du vendredi. Des personnalités du paddock, dont Niki Lauda, croient que Räikkönen a été imprudent.
Alors, devait-il être pénalisé ? Pas nécessairement, mais le fait de ne pas le pénaliser, et d'ensuite laisser entendre qu'il aurait peut-être mérité de l'être, voilà qui sème la confusion. Nous sommes tous heureux que les combats en piste semblent plus intenses depuis que les pilotes s'inquiètent moins d'être pénalisés à la moindre petite erreur commise dans le feu de l'action. Mais les commissaires ne doivent pas oublier que la sécurité en piste doit primer. En Allemagne, plusieurs se demandent encore pourquoi la Voiture de Sécurité n'a pas été déployée alors qu'une Sauber était immobilisée en piste. "Elle est parfois déployée lorsqu'il y a un débris d'aileron avant sur la piste, et dans ce cas-ci il y avait une monoplace, mais pas la Voiture de Sécurité", a noté Fernando Alonso.
2015 prend forme : Nous nous approchons de la période de l'année où chaque rumeur concernant le marché des pilotes doit habituellement être considérée avec prudence. Puisqu'il y aura quatre semaines entre le GP de Hongrie et celui de la Belgique, la pause estivale risque de voir plusieurs théories monter à la surface, surtout en ce qui concerne la composition des duos de titulaires pour la saison 2015. Cela dit, certaines possibilités peuvent être jugées probables, comme l'arrivée de Carlos Sainz Jr en F1 l'année prochaine (chez Toro Rosso ou Caterham). Peut-être que d'autres recrues potentielles s'ajouteront. On ne sait pas encore si Jenson Button continuera chez McLaren. Mais l'élément-clé du casse-tête risque d'être Fernando Alonso : va-t-il continuer chez Ferrari et donner une 6e chance à l'équipe, ou retourner chez McLaren en misant sur le nouveau partenariat avec le motoriste Honda ? Une autre rumeur dit qu'il pourrait considérer Williams, dont le budget est plus petit que Ferrari, mais dont la voiture est déjà plus compétitive et le groupe propulseur Mercedes plus puissant. La saison folle commence...

Attaque de stats



Hamilton lors de sa victoire l'an dernier
© Sutton Images



  • Si Lewis Hamilton remporte cette course pour la 5e fois, il battra Michael Schumacher pour le plus grand nombre de victoires sur le Hungaroring.
  • Le Hungaroring fait partie du championnat depuis que le pays est apparu sur le calendrier de la F1 en 1986. Il s'agissait alors du premier Grand Prix situé derrière le Rideau de fer.
  • Au cours des dix éditions précédentes, trois pilotes ont signé leur première victoire en Hongrie : Fernando Alonso (2003), Jenson Button (2006) et Heikki Kovalainen (2008).
  • Seules les écuries McLaren, Williams et Ferrari ont remporté le GP de Hongrie plus d'une fois (23 victoires au total).
  • Pirelli fournira des gommes medium (bande blanche) et tendres (bande jaune) ce week-end.


Pilote-commissaire
Emanuele Pirro sera le pilote-commissaire ce week-end en Hongrie ; ce sera la 12e fois fois qu'il occupe ce rôle depuis 2010. L'Italien a couru en Formule 1 de 1989 à 1991 pour Benetton et Dallara, mais n'a pas atteint le podium. Sa carrière en Touring a connu beaucoup plus de succès (deux titres en Italie, un en Allemagne). Toujours avec Audi en Endurance, Pirro a remporté les 24 Heures du Mans en 2000, 2001, 2002 et 2006, ainsi que le titre 2001 dans la série American Le Mans.

Météo
Vous vous souvenez de la pluie annoncée pour le GP d'Allemagne ? Et qui est tombée dix minutes après la fin de la course ? Les prévisions météo sont similaires pour ce week-end en Hongrie, sauf qu'elles semblent plus probables au moment d'écrire ces lignes. Et nous pouvons aussi ajouter quelques orages au menu, probablement samedi. Quant aux températures, elles seront élevées comme c'est souvent le cas autour du Hungaroring.

La conclusion d'ESPNF1
Nico Rosberg se montre très fort et régulier depuis le début de la saison, mais dans le cas du GP de Hongrie, son coéquipier Lewis Hamilton est celui qui se sent très à l'aise sur le Hungaroring. Si ni l'un ni l'autre des pilotes Mercedes rencontre des difficultés techniques, il restera à voir si Rosberg réussira à battre Hamilton sur son terrain de jeu (et par ce fait, donner un coup psychologique à son rival pour le titre). Si Williams parvient à conserver son élan sur ce circuit moins rapide que les quatre précédents, elle pourra compter sur la bonne forme de Valtteri Bottas. Et si la chance sourit enfin à Felipe Massa, il se peut que ça se bouscule pour la dernière place sur le podium. Bien entendu, Red Bull et Ferrari pourraient aussi être en mesure de rejoindre la fête si les circonstances leur sont favorables.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/168897.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Guylaine le Sam 26 Juil - 0:37:09

Grégory Demoen a écrit:Le point de vue des pneus

Ils voient surtout le bitume   désolée Modena je n'ai pu resister



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20565
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Sam 26 Juil - 0:40:56

tu n'as pas tout tord Guylaine    



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Sam 26 Juil - 10:29:53


  • GP de Hongrie - Qualif


Rosberg en pole, Hamilton en flammes
ESPN Staff
26 juillet 2014

Nico Rosberg a réussi la 10e pole de sa carrière © Sutton Images
 
Nico Rosberg décroche la pole position en Hongrie et réalise déjà une belle opération avec les nouveaux problèmes de son coéquipier Lewis Hamilton en qualification.
Le Britannique a rapidement laissé le champ libre à Rosberg pour la pole, immobilisant sa W05 en flammes à l'entrée des stands dès la Q1. Encore malchanceux, Hamilton, une semaine après son accident à Hockenheim. Il devra une nouvelle fois essayer de remonter pour ne pas laisser le leader du championnat s'échapper au classement.
Rosberg a ensuite survécu à l'averse apparue avant la Q3, humidifiant la piste au premier virage. L'Allemand a tiré tout droit, se récupérant dans la zone de dégagement, Kevin Magnussen (10e) n'a pas eu cette chance, il terminait dans le mur de pneumatiques. Il n'avait plus qu'à finir le travail et battre Sebastian Vettel, ce qu'il a fait avec brio pour près d'une demi-seconde.

Bianchi accède à la Q2
Valtteri Bottas s'est classé troisième devant Daniel Ricciardo, Fernando Alonso et Felipe Massa. Jean-Éric Vergne a atteint la Q3 pour la 7e fois de la saison, il accompagnera Jenson Button sur la quatrième ligne. Daniil Kvyat avait une chance d'accéder à la Q3 mais il est parti en tête-à-queue au virage 12 dans son dernier essai.
Les autres Français seront plus loin, Romain Grosjean se placera en 15e position à côté de Jules Bianchi. Le Niçois a profité de l'erreur stratégique de Ferrari qui n'a pas renvoyé Kimi Raikkönen en piste et s'est qualifié en Q2 pour la 2e fois en 2014 après Silverstone.
Le Finlandais partira donc dans les dernières positions mais toujours devant Lewis Hamilton, 21e, et Pastor Maldonado. Le pilote Lotus a connu un problème dès le début de la Q1, quelques secondes avant le pilote Mercedes.
© ESPN Sports Media Ltd.
http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169393.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Sam 26 Juil - 10:31:50




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Dim 27 Juil - 0:53:29

La grille de départ du Grand Prix de Hongrie


par  Grégory Demoen le 26/07/14 à 20:28

La grille de départ du Grand Prix de Hongrie diffère assez légèrement du verdict des qualifications obtenu samedi après-midi sur le circuit du Hungaroring.
Dixième de la séance qualificative, Kevin Magnussen partira de la voie des stands. Tous les pilotes qualifiés derrière lui gagnent du coup une place sur la grille.
Lewis Hamilton s'élancera également de la pitlane demain après-midi, derrière la McLaren du Danois.
PosPilotePilotePos
01N. Rosberg
S. Vettel02
03V. Bottas
D. Ricciardo04
05F. Alonso
F. Massa06
07J. Button
J.-E. Vergne08
09N. Hülkenberg
D. Kvyat10
11A. Sutil
S. Pérez12
13E. Gutiérrez
R. Grosjean14
15J. Bianchi
K. Räikkönen16
17K. Kobayashi
M. Chilton18
19M. Ericsson
P. Maldonado20
PitK. Magnussen
L. HamiltonPit
http://www.f1i.com/infos/grille-depart-du-grand-prix-hongrie/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Dim 27 Juil - 0:57:13


  • GP de Hongrie 2014



Déclarations des pilotes - Qualifications
ESPNF1 Staff / D.B.
26 juillet 2014

Le langage corporel de Hamilton démontre toute sa déception suite à l'incendie sur sa Mercedes
© Sutton Images
Agrandir
Suite aux qualifications du Grand Prix de Hongrie sur le Hungaroring, les pilotes commentent leurs performances.
Alors que Nico Rosberg a décroché une nouvelle pole position, son coéquipier Lewis Hamilton se transforme davantage en paratonnerre de la malchance chez Mercedes. Cette fois, un incendie s'est déclaré à l'arrière de sa voiture, le forçant à abandonner dès la Q1. Il faut donc s'attendre, encore une fois, à voir Hamilton entamer une remarquable remontée ; c'est excellent pour le spectacle, mais dépasser sur le Hungaroring n'est pas toujours facile...
Chez Red Bull, Sebastian Vettel (2e) et Daniel Ricciardo (4e) sont bien placés pour mettre la pression sur Rosberg. La monoplace Williams ne devait pas être à l'aise en Hongrie, et pourtant Valtteri Bottas s'installera sur la 3e case de la grille de départ. Est-ce que cela relève de la véritable compétitivité de la voiture, ou de la piste qui s'asséchait suite à une courte averse ? Réponse dimanche.
Lors de cette averse isolée, Nico Rosberg et Jenson Button se sont faits des frayeurs dans le premier virage, mais Kevin Magnussen y a laissé sa McLaren. Chez Lotus, ça demeure difficile : Romain Grosjean n'est que 15e tandis que Pastor Maldonado n'a enregistré aucun chrono. Grosse erreur stratégique chez Ferrari, qui a gardé Kimi Räikkönen au garage à la fin de la Q1 ; le Finlandais prendra position à al 17e place sur la grille.
Une telle grille annonce déjà une course aux nombreux duels. Certains pilotes vont sûrement souhaiter un peu de pluie, ou le déploiement de la Voiture de Sécurité, pour rapidement gagner du terrain. Le résumé des qualifications hongroises est ici, la galerie d'images du samedi est ici.
Pole position - Nico Rosberg, Mercedes : "Ce fut une séance qualificative très dure aujourd'hui, surtout avec cette pluie au début de la Q3. Il devient difficile de juger le meilleur point de freinage lorsque les conditions sont changeantes, donc je surpassais un peu la limite par moments, dans le virage 1 en particulier. J'ai été chanceux à cet endroit, mais ultimement j'ai réussi ma dernière tentative alors je suis très heureux d'être en pole position. Mais c'est vraiment dommage pour Lewis (Hamilton) et l'équipe. Je sais à quel point c'est douloureux lorsque vous subissez un problème technique et qu'il n'y a rien que vous puissiez y faire à titre de pilote. Nous devons corriger ces problèmes de fiabilité, mais je sais que l'équipe investira de grands efforts pour réparer sa voiture, comme elle l'a fait à Hockenheim où tout le personnel du garage a participé à la reconstruction de sa voiture. C'est un peu moins enthousiasmant lorsqu'il n'y pas de combat sans merci ; nous sommes ici pour cela. Mais la course sera longue demain et je suis sûr que Lewis pourra signer un autre bon résultat."
2e - Sebastian Vettel, Red Bull : "Suite à la Q2, je me suis dit que si nous faisons tout parfaitement, nous pourrions être plus près de Mercedes. Le tour lancé de Nico (Rosberg) était très bon, c'est difficile de faire aussi bien qu'eux. Mais la situation pourrait énormément changer demain s'il pleut, et ce pourrait être le cas. Il faut juste focaliser sur nous-mêmes, et si nous en avons la chance, nous tenterons de passer devant. Cependant, la Mercedes est beaucoup plus rapide que nous sur les lignes droites. Les caractéristiques de ce circuit nous conviennent mieux qu'en Allemagne, mais nous sommes encore très loin du rythme de Mercedes."



Mieux que prévu pour Bottas et Williams
© Sutton Images

3e - Valtteri Bottas, Williams : "Nous sommes peut-être un peu surpris. Nous savions que Red Bull serait très rapide ici, Ferrari aussi, et Mercedes comme toujours. Les caractéristiques de ce circuit ne sont pas les meilleures pour nous, du moins en théorie, mais nous avons bien travaillé comme équipe et les nouveaux éléments installés sur la voiture fonctionnent bien. Nous avons toujours moins d'adhérence que d'autres voitures, mais la journée s'est bien passée pour nous. Les 3e et 6e places sur la grille nous donnent la chance de marquer de bons points demain."
4e - Daniel Ricciardo, Red Bull : "La voiture se comporte très bien ce week-end. Cela s'est bien passé pendant la Q1 et la Q2, mais je n'arrivais plus à rapidement faire grimper la température des pneumatiques lorsque la pluie s'est mise à tomber pendant la Q3, alors je suis un peu déçu de ne pas être plus haut sur la grille. Ce serait bien d'être sur la première ligne, mais ce n'est pas désastreux d'être à la 4e place. Il est difficile de dépasser sur ce circuit, alors l'objectif sera de s'arrêter le moins de fois possible demain."
5e - Fernando Alonso, Ferrari : "Après des qualifications chaotiques comme celles d'aujourd'hui, vous avez toujours l'impression que vous auriez pu faire mieux. Mais si vous analysez tout ce qu'il s'est passé, la 5e place est un bon résultat car nous avons exploité chaque opportunité. Démarrer du côté propre de la piste est très important, puisque cela vous permet de gagner des places dès le départ et de vous battre contre les meneurs. La pluie annoncée pour demain aura un effet sur la stratégie, il n'y a aucun doute. Jusqu'à maintenant, il était question d'effectuer deux à trois arrêts vu les conditions chaudes et sèches, mais tout va changer demain. Kimi (Räikkönen) et moi devons marquer des points pour l'équipe car nous voulons récupérer la 3e place dans le championnat des constructeurs, que nous avons perdue le week-end dernier. Même en démarrant de loin, une bonne stratégie pourrait nous aider à atteindre cet objectif."
6e - Felipe Massa, Williams : "Ces qualifications furent très difficiles, surtout avec cette météo. Mon plus gros problème a été la circulation pendant la Q3 ; j'ai dû dépasser à peu près cinq voitures pendant mon tour lancé, alors je n'ai pu réaliser un bon chrono. C'est dommage, mais nous tenterons de faire de notre mieux pendant la course."



Button a négocié le premier virage sous la pluie, mais pas Magnussen
© Sutton Images

7e - Jenson Button, McLaren : "Avant de débuter les qualifications, j'avais l'impression qu'il pleuvait sur moi depuis le début du week-end ! Et voilà que cet après-midi, la voiture se comportait beaucoup mieux que durant toutes les séances précédentes. C'était énormément positif. Je pense que c'est l'attitude 'Ne jamais abandonner' des gars dans le garage. Nous avons joué avec les réglages pendant tout le week-end ; c'est mieux maintenant, mais il reste du travail à faire. Nous avions un rythme raisonnable pendant la Q2 et je pense que nous avons fait du beau boulot avec cette 7e place, qui n'est qu'à quelques centièmes de la 6e. La 7e place, c'est notre niveau. Nous ne savons pas ce que la météo va apporter demain. Notre rythme sur les longs relais semble bon sur le sec, mais les pilotes qui me devancent sont très rapides, donc nous verrons ce que nous pourrons faire. Je suis du côté propre de la piste, alors j'espère connaître un bon départ."
8e - Jean-Éric Vergne, Toro Rosso : "Ce fut une bonne séance de qualification. L'équipe a fait de l'excellent boulot hier soir, j'étais beaucoup plus à l'aise dans la voiture aujourd'hui. Bravo à tout le monde et merci pour vos gros efforts. C'est vraiment très encourageant pour demain. Nous n'aurons qu'à persévérer et demeurer focalisés. Je vais me donner à 100 %, je vais tenter de terminer la course le plus haut possible dans le classement et marquer de bons points."
9e - Nico Hülkenberg, Force India : "Si l'on considère nos performance de ce matin lors des derniers essais libres, je dirais que le fait d'avoir accédé à la Q3 est le résultat d'un bel effort de la part de toute l'équipe. Le vent nous affectait beaucoup, mais heureusement il a changé de direction avant les qualifications et cela semble nous avoir aidé. Ensuite, il suffisait de rester calme, faire des tours propres et pousser la voiture à ses limites. Je suis optimiste pour la course car nos performances sur les longs relais semblaient raisonnables hier et je sens que nous pourrons clairement nous battre pour des points. Pour que la situation joue en notre faveur, et pour battre nos rivaux, nous devrons adopter une stratégie flexible car c'est habituellement difficile de dépasser ici."
*10e - Kevin Magnussen, McLaren : "J'ai frappé le mur, tout simplement. La piste était beaucoup plus mouillée dans le premier virage que dans le dernier. La piste était très adhérente lorsque je suis sorti du dernier virage, alors j'ai freiné au même endroit que d'habitude à l'approche du premier virage, mais c'était beaucoup plus mouillé. Je vais bien au plan physique, mais je suis déçu. Je suis encore plus déçu pour l'équipe car je crois que nous aurions pu obtenir un autre bon résultat pendant ces qualifications. Maintenant, il faut se mettre au travail. Démarrer de la voie des stands va rendre la vie plus difficile, mais je suis déterminé à faire une bonne course. Je suis juste très déçu d'avoir commis cette erreur."
11e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "J'aurais facilement rejoint la Q3 aujourd'hui, mais malheureusement, j'ai bloqué les roues arrière et suis parti en tête-à-queue. Je suis frustré envers moi-même pour cette erreur, mais j'en tirerai une leçon. Je vais tourner la page et me concentrer sur demain. Dépasser n'est pas facile sur ce circuit, mais je ferai de mon mieux à partir de cette 11e place, qui n'est pas si mal comme point de départ."



Sutil pourra-t-il marquer les premiers points de Sauber cette saison ?
© Sutton Images

12e - Adrian Sutil, Sauber : "Ces qualifications étaient excitantes. La 12e place, c'est mon meilleur résultat de la saison jusqu'à maintenant. Nous étions très compétitifs aujourd'hui, alors piloter la voiture était beaucoup plus amusant. Cela dit, j'ai eu des difficultés d'adaptation car les réglages étaient différents ce matin, il n'était donc pas facile de boucler un tour parfait, mais il était important de rester calme. Mon ingénieur et moi avons très bien travaillé ensemble. Ce résultat est très important vu notre situation actuelle. Je suis heureux, c'est de l'excellent travail d'équipe."
13e - Sergio Pérez, Force India : "Ce fut une séance difficile. Le plus gros problème a été cette fuite hydraulique pendant la Q2. Je n'ai pu faire qu'un seul run avant de rentrer aux stands. Sans cela, je pense que nous avions le potentiel de rejoindre la Q3, surtout que nous avons fait un grand pas ce matin au plan de l'équilibre. C'est dommage de ne pas avoir été en mesure de maximiser notre potentiel ici, car il est très difficile de dépasser sur ce circuit. Cela signifie que nous devrons tenter de gagner des places grâce à la stratégie. Je suis toujours positif pour la course, car notre vitesse sur les longs relais semblait très bonne pendant les essais de vendredi."
14e - Esteban Gutiérrez, Sauber : "Dans l'ensemble, ce fut une journée positive pour nous. Je pense que toute l'équipe fait du très bon boulot ce week-end. Nous avons exploré les réglages à fond vendredi et sommes parvenus à tout mettre en place aujourd'hui. Il faut continuer sur cette voie, car nous avons débloqué quelques dixièmes et nous nous sommes rapprochés des équipes qui nous devancent. Adrian (Sutil) a bouclé un très bon tour vers la fin. Je suis tombé sur des drapeaux jaunes pendant mon dernier tour lancé ; j'ai dû abandonner ma tentative alors je suis immédiatement retourné aux stands. La situation pourrait être intéressante demain vu les conditions météo annoncées. La course pourrait s'avérer difficile."
15e - Romain Grosjean, Lotus : "La dernière séance d'essais libres s'est très bien passée et nous pensions pouvoir atteindre la Q3, mais ce ne fut pas le cas. Le comportement de la voiture n'était plus aussi bon que ce matin, il faudra comprendre pourquoi. Si nous pouvons ramener la voiture au même point que ce matin, nous aurons un meilleur potentiel pour la course. Nous avons beaucoup appris ce week-end, même si nous n'avons pas été en mesure de transformer cela en bon résultat pendant les qualifications. Nous ferons de notre mieux demain, surtout qu'il y a des possibilités de pluie ; cela pourrait nous aider à marquer des points."
16e - Jules Bianchi, Marussia : "Je suis très, très heureux de démarrer la course à partir de la 16e place, après avoir à nouveau accédé à la Q2, sur le sec, sans conditions difficiles. Notre week-end n'a pas bien débuté mais nous avons corrigé la situation aujourd'hui. Ma première tentative n'était pas très bonne car j'ai commis une erreur, mais ma deuxième était parfaite. C'est la deuxième fois que nous rejoignons la Q2 cette année ; c'est super pour moi et pour l'équipe. La course ne sera pas facile demain, mais j'espère qu'elle sera bonne pour nous."



Énorme erreur stratégique pour Räikkönen chez Ferrari
© Sutton Images

17e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Je suis très déçu du résultat de ces qualifications, surtout que les choses se passaient bien pour moi ce week-end et que je me sentais à l'aise dans la voiture. Après un premier run sur la gomme medium, l'équipe m'a dit que mon chrono devrait être suffisamment bon pour me permettre d'accéder à la Q2, alors nous avons décidé de ne pas prendre de risques et de ne pas compléter un autre run, cette fois sur la gomme tendre. Malheureusement, cette approche n'a pas été payante et je ne suis pas sorti de la Q1. Ce sera difficile demain car il y a peu d'opportunités de dépassement sur le Hungaroring. Nous avons clairement commis une erreur, mais maintenant je ne souhaite que regarder vers l'avenir. Demain, même si ce sera difficile, nous ferons de notre mieux pour grimper dans la hiérarchie."
18e - Kamui Kobayashi, Caterham : "J'ai effectué deux runs sur les gommes tendres et mon meilleur tour nous donnait la 16e place. Vu les problèmes chez Mercedes et Lotus, nous semblions avoir une chance de nous battre pour la Q2. Nous avons attendu jusqu'au dernier moment avant de retourner en piste à la toute fin de la séance. Mon premier tour rapide était bon, mais mes pneumatiques étaient finis dès ma deuxième tentative. La voiture a grandement progressé depuis le début du week-end, mais malgré cela, je ne crois pas qu'il aurait été possible d'en tirer davantage aujourd'hui."
19e - Max Chilton, Marussia : "Évidemment, je suis très déçu du résultat d'aujourd'hui. Cela se passe un peu difficilement jusqu'à maintenant ce week-end, mais nous étions parvenus à améliorer la voiture pour les qualifications, alors c'est vraiment dommage de ne pas avoir eu l'occasion de voir ce que nous étions capables d'accomplir grâce à ces améliorations. Le premier run était bon mais un problème électrique est ensuite apparu, je n'avais plus de puissance, alors je n'ai pu compléter mon tour rapide. Si je me fie aux performances de la voiture, je pense que nous aurions pu battre Kobayashi aujourd'hui et que j'aurais été beaucoup plus près de Jules (Bianchi). Les courses sont toujours dures ici et il est difficile de dépasser, alors ça s'annonce compliqué pour demain, mais nous ferons de notre mieux."
20e - Marcus Ericsson, Caterham : "Je n'arrivais pas à réaliser un bon chrono car l'équilibre de la voiture changeait d'un virage à l'autre, il n'y avait aucun endroit où je pouvais attaquer. C'est très frustrant car nous savons qu'il y a du temps à gagner, mais avec un tel comportement, je ne pouvais rien faire de plus. Toutefois, c'était beaucoup mieux hier sur les longs relais, et comme nous l'avons vu aujourd'hui, plusieurs équipes sont en difficulté ici. Alors il faut juste s'assurer de maintenir l'excellente fiabilité que nous démontrons depuis le début du week-end, et être prêts à saisir chaque opportunité qui s'offrira à nous pendant la course."
*21e - Lewis Hamilton, Mercedes : "Je n'arrivais pas à le croire ; je ne pouvais rien y faire. Un problème est apparu alors que je sortais de l'avant-dernier virage, et ensuite le moteur a tout simplement cessé de fonctionner. Je pensais être en mesure de rejoindre les stands mais j'ai vu dans les rétroviseurs que toute la portion arrière de la voiture était en feu, alors cela s'est terminé ainsi. Il faut maintenant voir à quel point la voiture est endommagée, et voir si la boîte de vitesses et le moteur doivent être remplacés. Nous arrivons à un point où c'est plus que de la malchance maintenant. Nous devons faire mieux comme équipe. Ce soir, je devrai trouver une façon de transformer cela en quelque chose de positif en vue de demain, et ensuite bâtir là-dessus pendant la course. Ce sera un après-midi très difficile car ce circuit est l'un des plus durs en termes de dépassements. Mais ces événements nous sont envoyés pour nous mettre à l'épreuve, et la façon dont je m'en sortirai sera le plus important."
22e - Pastor Maldonado, Lotus : "Tout fonctionnait bien dans la voiture jusqu'au moment où je suis arrivé dans l'avant-dernier virage. C'est très décevant bien sûr, surtout que nous pensions être en mesure d'atteindre la Q3 aujourd'hui. Nous étions bien placés pour passer à l'attaque et rejoindre le Top 10, donc c'est frustrant. Un dur défi nous attend demain, mais comme toujours, nous allons travailler fort pour résoudre le problème d'aujourd'hui et ensuite tenter de maximiser notre potentiel pendant la course. Nous avons un grand nombre de pneus neufs à notre disposition et tout peut arriver sur le Hungaroring. Nous allons continuer à pousser."

Notes
*Magnussen et Hamilton : Vu les réparations majeures devant être effectuées sur leurs voitures respectives, départ de la voie des stands.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169421.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Dim 27 Juil - 12:22:24


  • GP de Hongrie

Ricciardo s'impose au finish à Budapest
ESPN Staff
27 juillet 2014

Ricciardo devient le spécialiste des courses incroyables, après sa victoire en Hongrie, quelques semaines après le Canada © Getty Images
 
Daniel Ricciardo remporte ce dimanche un Grand Prix de Hongrie exceptionnel sur le tourniquet du Hungaroring. L'Australien décroche sa deuxième victoire de la saison après Montréal.
70 tours de folie, un spectacle incroyable du début à la fin. Les premiers tours sont effectués en pneus intermédiaires, la piste était encore très humide suite à une grosse averse abattue avant le coup d'envoi. Les derniers se disputent avec trois puis quatre voitures à la lutte pour la victoire et le podium. Ricciardo sort vainqueur de cet incroyable dénouement devant Fernando Alonso et Lewis Hamilton, Nico Rosberg devant se contenter d'une quatrième place sur la ligne.

Rosberg, 4e après un superbe retour
Tout avait bien commencé pour le leader du championnat, qui part en vacances avec 11 points d'avance sur son coéquipier, mais l'accident de Marcus Ericsson dès le 7e tour a tout changé. Quand la Voiture de Sécurité entre (pour la première fois) en piste, l'Allemand ne peut plus plonger dans les stands, tout comme Valtteri Bottas (8e à l'arrivée), Sebastian Vettel et Alonso. Ce quatuor devra patienter un tour de plus et permettre à Ricciardo de prendre les commandes.
Le pilote Red Bull les perdra plus tard quand il rentrera au stand après la deuxième neutralisation de la course consécutive à l'accident violent (mais sans gravité) de Sergio Pérez dans la ligne droite de départ/arrivée. Vettel aura plus de chance quelques tours à cet endroit, il ne fera que frôler le mur après un tête-à-queue, le miracle du jour.
Un des miracles du jour, Hamilton étant encore remonté jusqu'au podium malgré un départ de la voie des stands, une faute au deuxième virage et un retour de Rosberg en fin de course avec des pneus neufs. Il a survécu à tout pour reprendre quelques points au championnat à son équipier. Pour Alonso, à l'agonie avec ses pneus dans les derniers tours, c'est aussi un superbe résultat. Premier à trois tours du but, il pensait bien tenir la victoire mais profite du duel final entre les Mercedes pour s'assurer cette deuxième place.

Vergne marque deux points
Felipe Massa s'est classé cinquième devant un Kimi Raikkönen, auteur lui aussi d'une magnifique remontée (de la 17e à la 6e place). Bottas, le grand perdant de la première sortie de la Voiture de Sécurité, termine huitième devant Jean-Éric Vergne, neuvième après avoir occupé la deuxième place à la mi-course et tenu tête à Nico Rosberg notamment.
Jules Bianchi prend lui la 15e place, Romain Grosjean a été contraint à l'abandon après une sortie de piste pendant la première neutralisation de cette course d'anthologie. Il faudra bien quatre semaines de pause pour s'en remettre avant la Belgique.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169663.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

RÉSULTAT COURSE HONGRIE

Message par Guylaine le Dim 27 Juil - 13:42:27

1 3 Daniel RICCIARDO Red Bull Renault 70 1h 53m 05.058s ( 162.691 km/h ) 25
2 14 Fernando ALONSO Ferrari Ferrari 70 1h 53m 10.283s ( +05.225s ) 18
3 44 Lewis HAMILTON Mercedes Mercedes 70 1h 53m 10.915s ( +05.857s ) 15
4 6 Nico ROSBERG Mercedes Mercedes 70 1h 53m 11.419s ( +06.361s ) 12
5 19 Felipe MASSA Williams Mercedes 70 1h 53m 34.899s ( +29.841s ) 10
6 7 Kimi RAIKKONEN Ferrari Ferrari 70 1h 53m 36.549s ( +31.491s ) 8
7 1 Sebastian VETTEL Red Bull Renault 70 1h 53m 46.022s ( +40.964s ) 6
8 77 Valtteri BOTTAS Williams Mercedes 70 1h 53m 46.402s ( +41.344s ) 4
9 25 Jean-Éric VERGNE Toro Rosso Renault 70 1h 54m 03.585s ( +58.527s ) 2
10 22 Jenson BUTTON McLaren Mercedes 70 1h 54m 12.338s ( +1m 07.280s ) 1
11 99 Adrian SUTIL Sauber Ferrari 70 1h 54m 13.227s ( +1m 08.169s )
12 20 Kevin MAGNUSSEN McLaren Mercedes 70 1h 54m 23.523s ( +1m 18.465s )
13 13 Pastor MALDONADO Lotus Renault 70 1h 54m 29.082s ( +1m 24.024s )
14 26 Daniil KVYAT Toro Rosso Renault 69
15 17 Jules BIANCHI Marussia Ferrari 69
16 4 Max CHILTON Marussia Ferrari 69
ab 21 Esteban GUTIERREZ Sauber Ferrari 32 ERS
ab 10 Kamui KOBAYASHI Caterham Renault 24 Fuel injection
ab 11 Sergio PEREZ Force India Mercedes 22 Accident
ab 27 Nico HULKENBERG Force India Mercedes 14 Collision
ab 8 Romain GROSJEAN Lotus Renault 10 Accident
ab 9 Marcus ERICSSON Caterham Renault 7 Accident
http://www.statsf1.com/en/2014/hongrie/classement.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20565
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

CHAMPIONNAT APRÈS HONGRIE:

Message par Guylaine le Dim 27 Juil - 13:45:28


Driver Points

1. Nico ROSBERG 202
2. Lewis HAMILTON 191
3. Daniel RICCIARDO 131
4. Fernando ALONSO 115
5. Valtteri BOTTAS 95
6. Sebastian VETTEL 88
7. Nico HULKENBERG 69
8. Jenson BUTTON 60
9. Felipe MASSA 40
10. Kevin MAGNUSSEN 37
11. Sergio PEREZ 29
12. Kimi RAIKKONEN 27
13. Jean-Éric VERGNE 11
14. Romain GROSJEAN 8
15. Daniil KVYAT 6
16. Jules BIANCHI 2


n Constructor Points

1. Mercedes 393
2. Red Bull Renault 219
3. Ferrari 142
4. Williams Mercedes 135
5. Force India Mercedes 98
6. McLaren Mercedes 97
7. Toro Rosso Renault 17
8. Lotus Renault 8
9. Marussia Ferrari 2

http://www.statsf1.com/en/2014/hongrie/championnat.aspx






**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20565
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Lun 28 Juil - 0:38:13


  • Grand Prix de Hongrie 2014


Déclarations des pilotes - Course
ESPN Staff
27 juillet 2014

Trois présences inattendues sur le podium du Hungaroring au terme d'une course mémorable
© Getty Images
 
Suite au Grand Prix de Hongrie couru sur le Hungaroring, onzième manche du championnat 2014, les pilotes commentent leurs performances.
Quelle course spectaculaire ! Des premiers tours sur une piste humide aux derniers tours pendant lesquels quatre pilotes se battaient pour une place sur le podium, ce GP de Hongrie a été phénoménal. Comme il l'avait fait lors de sa première victoire en carrière au Canada, Daniel Ricciardo s'est emparé des commandes de l'épreuve à quelques tours de l'arrivée. L'Australien a réussi une belle manœuvre sur Fernando Alonso, pour le plus grand bonheur de Red Bull.
Le pilote Ferrari était néanmoins très heureux de sa 2e place, obtenue grâce à l'adoption d'une stratégie risquée mais ultimement payante. Lewis Hamilton est revenu de très loin, soit de la voie des stands, pour finalement grimper sur le podium. Cependant, son coéquipier chez Mercedes, Nico Rosberg, n'aurait eu besoin que d'un tour ou deux de plus pour le déloger. Hamilton a peut-être retardé la progression de Rosberg, qui était sur une stratégie différente, plus tôt dans la course. Le debriefing risque d'être intéressant, surtout que Mercedes considère qu'elle aurait dû remporter cette course, vu la vitesse remarquable de Rosberg pendant les derniers tours… Mais il n'était pas question pour Hamilton de faire des faveurs à son rival pour le titre.
Quoi qu'il en soit, les quatre premiers pilotes de ce classement méritaient la victoire. Notons également les performances de Jean-Éric Vergne (Toro Rosso) et des pilotes Williams, qui ont fait le maximum avant de perdre du terrain. Plusieurs pilotes ont abandonné suite à des accidents alors que la piste était toujours mouillée ; Sebastian Vettel et Lewis Hamilton sont passés très près de faire partie du nombre.
C'est donc au terme d'une course très mémorable que le grand cirque de la F1 entame sa pause estivale de quelques semaines. Le résumé du Grand Prix de Hongrie est ici ; la galerie d'images du dimanche est ici ; le classement actuel du championnat 2014 est ici.
Vainqueur - Daniel Ricciardo, Red Bull : "Cette victoire, elle me semble aussi plaisante que la première. J'ai réalisé ce que j'avais accompli beaucoup plus rapidement cette fois, alors en franchissant la ligne d'arrivée, j'avais déjà une idée de ce que j'allais ressentir donc j'ai pu en profiter immédiatement, sans le délai de la dernière fois. C'était incroyable. D'avoir à dépasser d'autres pilotes sur la fin pour gagner une course, comme je l'avais fait au Canada, rend cela beaucoup plus satisfaisant sachant qu'il fallait se battre pour réussir. C'était de toute beauté ! Dans cet environnement, je sens maintenant que je suis un pilote différent, et d'une certaine façon, une personne différente et un sportif différent de ce que j'étais l'an dernier. J'ai beaucoup plus confiance en moi-même et c'est cool. Je ressens vraiment que ma place est ici maintenant et je me sens confiant. Jusqu'à ce jour, nous avons transformé deux courses en victoires, et je crois que cette confiance commence à paraître."
2e - Fernando Alonso, Ferrari : "Ce podium signifie beaucoup pour moi et pour l'équipe. Après un si grand nombre de courses difficiles, nous sommes parvenus à tirer le maximum de toutes les situations, tout en prenant quelques risques, et cette 2e place est comme une victoire. Boucler 31 tours sur des gommes tendres usées pour se rendre jusqu'à l'arrivée, c'était un grand défi à relever. La stratégie indiquait qu'un troisième arrêt nous aurait permis de terminer à la 4e place, mais nous avons plutôt décidé de courir jusqu'au drapeau à damier. Cette course démontre que tout est possible lorsque les conditions sont inhabituelles, comme c'était le cas aujourd'hui, avec un départ sur piste mouillée et l'apparition de la Voiture de Sécurité. Nous sommes parvenus à exploiter toutes les opportunités au maximum, en prenant les meilleures décisions même aux plus difficiles moments. Bien sûr, les caractéristiques de ce circuit nous ont aidé car les opportunités de dépassement sont limitées, et c'est pourquoi nous devons demeurer réalistes et continuer à travailler sur la voiture, pour l'améliorer dans tous les domaines."
3e - Lewis Hamilton, Mercedes : "C'est un excellent résultat. J'ai poussé aussi fort que possible pour monter le plus haut possible dans le classement. Bien sûr, je devais limiter les dommages après ce qu'il s'est passé hier (incendie pendant les qualifications, ndlr). Je ne peux exprimer la douleur que je ressens lorsque nous avons des problèmes comme ceux vécus lors des deux dernières courses. Il est difficile de l'accepter, de revenir le lendemain, et de trouver l'équilibre entre éviter de trop attaquer, mais tout en se rapprochant de la limite. Les deux périodes derrière la Voiture de Sécurité m'ont énormément aidé, mais j'étais déjà rapide ce week-end et j'avais du rythme, donc il y avait une opportunité à saisir pour marquer plus de points. J'étais dans la même course que Nico (Rosberg). Je ne comprenais pas pourquoi l'équipe me demandait de le laisser passer puisqu'il ne s'était pas suffisamment rapproché pour me doubler, et je ne voulais pas lever le pied et perdre du terrain derrière Fernando (Alonso). Je souhaite grandement féliciter Daniel (Ricciardo) et Fernando (Alonso). C'était serré pendant les derniers tours, et il devenait très difficile de retenir Nico car il nous rattrapait par trois secondes au tour. Remonter le peloton de cette façon démontre à quel point nous avons une excellente voiture ainsi qu'une excellente équipe. Ce résultat est beaucoup plus satisfaisant qu'une victoire facile. Alors que débute la pause estivale, je suis toujours dans la bataille pour remporter le championnat, ce qui est très satisfaisant."



Rosberg était très rapide pendant les derniers tours, mais Hamilton a résisté
© Sutton Images

4e - Nico Rosberg, Mercedes : "Ce fut un après-midi décevant. Certaines choses n'ont pas fonctionné pour moi, ce fut une course en dents de scie. Tout était sous contrôle au début. Malheureusement, le déploiement de la Voiture de Sécurité a fait en sorte que je n'étais plus le meneur de la course car je venais tout juste de passer devant l'entrée des stands, alors je n'ai pu m'arrêter au bon moment. J'ai aussi eu des problèmes de freins suite à la Voiture de Sécurité, j'ai vécu une période difficile alors que je tentais de gérer la situation, et cela m'a coûté d'autres places. Mais ensuite, je pouvais pousser très fort et mon dernier relais était superbe. J'avais une seule chance de dépasser Lewis (Hamilton) pendant le dernier tour, mais je n'ai pas réussi. Alors c'est immensément décevant. Nous devrons nous asseoir et analyser à l'interne tout ce qui n'a pas fonctionné aujourd'hui. Je mène toujours le championnat, ce qui est positif, et après la pause estivale, je serai prêt pour passer à l'attaque à nouveau."
5e - Felipe Massa, Williams : "Ce fut une course très difficile et mouvementée. Je me suis battu à plusieurs reprises et il était difficile de rester en piste. Nous avons pris quelques risques avec les pneumatiques et au final, c'est un bon résultat. Nous pouvons maintenant nous tourner vers la seconde moitié de la saison et je suis sûr que nous marquerons beaucoup plus de points que le total récolté jusqu'à maintenant."
6e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Cette course a été difficile, mais beaucoup plus amusante que toutes les autres car j'étais à l'aise dans la voiture, le rythme était bon et je sentais que je pouvais vraiment pousser. Après ce qu'il s'est passé pendant les qualifications hier (erreur stratégique, ndlr), nous ne pouvions espérer mieux que la 6e place. Mon départ s'est bien passé mais j'ai perdu beaucoup de temps précieux derrière une Sauber. Et lorsque j'ai rattrapé la Williams de Massa, je n'arrivais pas à passer devant. Dépasser n'est pas facile ici et nous manquons de vitesse sur les lignes droites. Bien sûr, c'est un bon résultat d'équipe, mais il ne faut pas se laisser emporter même s'il y a des signes d'amélioration. Il nous reste encore beaucoup de travail à faire dans un grand nombre de domaines avant d'atteindre le niveau souhaité. Nous avons connu un début de saison très compliqué, mais j'espère que la seconde moité du championnat sera meilleure. J'ai une grande confiance envers l'équipe et je sens que nous allons dans la bonne direction. Même si cela prendra du temps, je suis sûr que les résultats viendront."
7e - Sebastian Vettel, Red Bull : "Ce ne fut pas superbe comme course. J'ai fait un tête-à-queue, c'était mon erreur, et avant cela j'avais été malchanceux avec la Voiture de Sécurité pendant mon premier relais. Le moment de son déploiement a fait en sorte que les quatre premières voitures ont perdu leurs places au profit des pilotes qui les suivaient. Ensuite, malheureusement, je n'étais pas dans le bon mode au moment de la relance et j'ai perdu deux places. C'est bien pour Daniel (Ricciardo) d'avoir gagné aujourd'hui, je suis heureux pour lui."



Bottas s'était vite habitué au podium
© Sutton Images

8e - Valtteri Bottas, Williams : "Après une série de trois podiums, la 8e place n'est pas satisfaisante mais ce sont de bons points pour l'équipe. Nous aurions pu faire mieux aujourd'hui mais nous avons été malchanceux lorsque la Voiture de Sécurité est arrivée en piste, car j'étais 2e et je me suis retrouvé hors du Top 10. Nous devrons analyser cette course et ensuite nous concentrer sur la prochaine. Nous vivrons encore de très bons moments cette saison, nous devenons de plus en plus forts."
9e - Jean-Éric Vergne, Toro Rosso : "Je suis très satisfait de ce week-end, je pense que cela s'est bien passé. En ce qui concerne la course, l'équipe a pris une décision fantastique en me rappelant aux stands immédiatement après la Voiture de Sécurité, et tout a bien fonctionné. Ce fut une course très plaisante et je me suis bien amusé alors que je roulais à la 2e place pendant un certain temps. Je savais d'avance que je n'avais pas le rythme pour rester près des voitures qui m'entouraient jusqu'à la fin de l'épreuve, mais ce fut un beau moment. J'aurais aimé avoir un meilleur résultat et marquer plus de points bien sûr, mais nous devons encore améliorer les performances de la voiture. Je suis confiant que nous y parviendrons une étape à la fois, alors je suis très positif pour la deuxième partie de la saison."
10e - Jenson Button, McLaren : "Je suis content que la course ait été enthousiasmante pour les fans, mais elle fut dure pour nous. Nous n'avons pas pris les bonnes décisions aujourd'hui. Les premiers tours sous la pluie étaient superbes. Je suis remonté à la 5e place, ce qui n'est pas mauvais pour nous, mais les choses ont dégringolé ensuite. La piste séchait mais nous pensions que la pluie allait tomber a nouveau ; malheureusement, nous étions les seuls à le penser. Je sens que j'ai tout fait correctement, et ce dans toutes les conditions en piste, et c'est pourquoi c'est dur à encaisser. Mais nous perdons et gagnons en tant qu'équipe, et nous allons rapidement tourner la page là-dessus et passer à autre chose. C'est le meilleur moment pour débuter la pause estivale. Bien entendu, nous ne sommes pas au niveau souhaité, mais nous avons néanmoins obtenu des résultats positifs et toute l'équipe a travaillé incroyablement fort tout au long de la première moitié de la saison. J'espère que tout le monde aura la chance de recharger ses batteries avant d'entamer ce que nous espérons sera une meilleure deuxième moité de saison."
11e - Adrian Sutil, Sauber : "En terminant à la 11e place, nous étions très près de marquer un point. Ce ne fut pas une course facile, surtout au début vu les conditions météo difficiles et les deux Voitures de Sécurité. J'ai effectué mon premier arrêt pendant la première période derrière la Voiture de Sécurité, mais j'ai dû attendre car l'équipe n'avait pas encore complété l'arrêt d'Esteban (Gutiérrez). J'ai perdu du temps, mais je me battais ensuite pour le regagner. À l'arrivée, j'étais 11e. J'étais plus rapide que Jenson (Button) dans les virages mais je n'arrivais pas à le dépasser, il ne commettait pas d'erreurs et il s'éloignait sur les lignes droites. Cependant, ce fut une journée positive car nous étions plus près des équipes qui nous devancent, et c'est ce qui compte."
12e - Kevin Magnussen, McLaren : "Nous n'avons pas tiré le meilleur parti de la situation aujourd'hui, mais après avoir démarré de la voie des stands, je ne pense pas avoir perdu beaucoup en choisissant de continuer sur des pneus intermédiaires pendant que tous les autres chaussaient des slicks. Nous avons pris un risque en espérant que la pluie tombe à nouveau, mais je crois qu'il fallait prendre ce risque. Je ne pense pas que le résultat serait très différent si nous avions adopté une autre stratégie, mais il faudra en discuter avec les ingénieurs et les stratèges. Même après avoir chaussé les gommes medium, je n'avais pas le rythme pour me battre pour des points. Après une course comme celle-là, nous devons demeurer positifs et trouver les domaines dans lesquels nous pourrions progresser davantage. Toute l'équipe aura maintenant l'occasion de prendre une pause, se reposer, et revenir en se sentant plus forte que jamais. Je souhaite remercier tout le monde pour leur dur labeur, leur attitude et leur détermination au cours de ces 11 premières courses. Nous reviendrons et accomplirons de plus grandes choses pendant la deuxième moité de l'année."



Maldonado positif, mais toujours hors du Top 10
© Sutton Images

13e - Pastor Maldonado, Lotus : "Ce fut une dure course pour nous. Il était difficile de trouver suffisamment d'adhérence car la surface de la piste était très glissante. Je n'avais pas toujours la pleine puissance, ce qui a certainement rendu le défi plus compliqué alors que la course elle-même était déjà assez difficile vu les conditions changeantes. Je n'arrivais pas à profiter des lignes droites pour rattraper les voitures qui me devançaient, ce qui rendait les dépassements difficiles, déjà qu'il n'y a pas beaucoup d'endroits où tenter des manœuvres ici. L'important, c'est que nous avons complété les 70 tours de la course, alors nous avons récolté une grande quantité d'informations qui nous permettront d'améliorer la voiture davantage."
14e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "Ce fut une course très dure. Je ne suis pas sûr de ce qu'il s'est passé au moment du tour de chauffe, cela ne m'était jamais arrivé auparavant. Le moteur a tout simplement calé, alors j'ai dû démarrer de la voie des stands. La première partie de la course n'était pas si mal, j'ai tenté de remonter le peloton mais dépasser était difficile. J'avais aussi des problèmes à prendre soin des pneumatiques, surtout lorsque j'étais coincé derrière d'autres voitures. C'est dommage de ne pas avoir conclu la première moitié de la saison sur une bonne note, mais je suis sûr que nous pourrons rebondir et revenir plus forts lors de la prochaine course."
15e - Jules Bianchi, Marussia : "Ce fut une dure course pour moi car j'ai bouclé plus de 50 tours avec une voiture endommagée et de terribles problèmes d'équilibre. Maldonado est tout simplement sorti de nulle part et m'a frappé sur le côté. Je craignais vraiment que cela mette un terme à ma course, et je savais que cette course allait offrir beaucoup d'opportunités, autant à moi qu'à nos adversaires. Bien que les Caterham n'ont pas couru très longtemps, les problèmes d'équilibre m'empêchaient de me battre contre les voitures devant, et en particulier les Sauber, qui étaient bien placées pour mettre en péril notre position dans le classement des constructeurs. Mais à la fin, les conditions sèches ont fait en sorte que la hiérarchie s'est rétablie, nous avons conservé notre 9e place (dans le championnat), et j'en suis très heureux bien entendu. Cette course étaient éreintante ; j'ai dû me battre pendant si longtemps contre la voiture et je n'arrivais pas à rouler plus vite, mais au moins nos deux voitures sont à l'arrivée et nous avons conclu la première moitié de la saison sur une bonne note. Je remercie toute l'équipe et je souhaite à tous une pause estivale très reposante. Nous reviendrons plus forts et j'espère que nous pourrons alors compléter le travail, soit battre Sauber en piste."
16e - Max Chilton, Marussia : "Le départ s'est bien passé, j'étais satisfait des performances de la voiture et nous avons réussi à éviter les problèmes rencontrés par ceux qui ont abandonné. Puisque Kobayashi et Ericsson n'étaient plus là, et que Jules (Bianchi) a dû faire un arrêt supplémentaire, c'était plaisant de gagner du terrain et ensuite, vers la fin, de mener un bon combat contre Jules jusqu'au drapeau à damier. Je suis heureux pour l'équipe car encore une fois, nos deux voitures sont à l'arrivée et nous avons réussi à conserver notre 9e place dans le championnat des constructeurs, ce qui est très important. Maintenant, nous méritons tous une bonne pause. Nous reviendrons à Spa pour entamer une bonne deuxième moitié de saison."

Abandons
Esteban Gutiérrez, Sauber (système de récupération d'énergie, 32e tour) : "La course a bien débuté, j'ai gagné des places dès le départ. Je poussais aussi fort que possible, tout en tentant de piloter de manière précise et constante. J'ai pu gagner d'autres places et tout allait dans le bon sens. Je suis passé par les stands lorsque la Voiture de Sécurité était en piste et tout se passait comme prévu. Suite à la relance, je me battais contre Kimi (Räikkönen) et je tentais de le retenir. Le rythme était bon et je parvenais à maintenir la même cadence que les pilotes devant. Cela ne s'est pas terminé comme nous le voulions, mais nous pouvons retirer beaucoup de positifs de ce week-end."
Kamui Kobayashi, Caterham (alimentation en carburant, 24e tour) : "C'est évidemment dommage de ne pas avoir terminé la course, mais un problème avec le système d'alimentation en carburant m'a privé de puissance, alors j'ai dû m'arrêter. Mon départ s'est très bien passé ; je suis resté sur l'extérieur pour éviter des ennuis dans le premier virage, j'avais une bonne motricité et cela m'a aidé à doubler deux voitures. Ma voiture se comportait bien dans les conditions sèches et humides, et mon rythme était très bon pendant le premier relais. (Après mon arrêt) je suis remonté à la 14e place. J'ai eu une frayeur lorsque Maldonado est parti en tête-à-queue après avoir touché Bianchi. C'est la troisième course de suite que j'échappe à un accident de très près. Je suis parvenu à dévier ma trajectoire juste assez pour éviter qu'il me frappe, mais il ne devait y avoir que des millimètres entre nous ! Ensuite, j'avais un bon rythme et un bon équilibre. Je pensais rouler très longtemps sur ce train de pneus, mais j'ai perdu la puissance et c'était la fin de ma course."



Fin de course brutale pour Pérez, comme pour son coéquipier Hülkenberg
© Sutton Images

Sergio Pérez, Force India (accident, 22e tour) : "C'est une conclusion très décevante au week-end, alors que nous semblions bien placés pour marquer de gros points. Je suis sorti un peu large sur le vibreur du dernier virage, j'ai échappé l'arrière et c'était terminé pour moi puisque je me suis retrouvé contre le mur. C'est très malheureux de terminer notre course ainsi ; je suis désolé pour l'équipe car elle méritait des points aujourd'hui. Les conditions étaient très difficiles mais la piste s'asséchait et s'améliorait, et cela fait en sorte que vous voulez toujours vous rapprocher de la limite, mais des portions humides pouvaient encore vous surprendre. Nous retiendrons les positifs de ce week-end et nous reviendrons dans les points dès la prochaine course."
Nico Hülkenberg, Force India (accident, 14e tour) : "Ce n'était pas la meilleure des journées, je suis très déçu. La piste séchait, j'étais très près de Checo (Pérez) et je l'ai touché dans le dernier virage. Il avait suivi une trajectoire beaucoup plus large lors du tour précédent, alors j'ai tenté de le doubler par l'intérieur, mais cette fois sa trajectoire était plus serrée et je n'ai pu me désengager. J'ai touché sa voiture, perdu mon aileron avant et frappé la barrière. C'était mon erreur et j'ai présenté mes excuses à l'équipe. C'est particulièrement frustrant car nous avions beaucoup de potentiel pour cette course. Mais j'imagine qu'il s'agissait d'une de ces journées où rien n'allait en notre faveur."
Romain Grosjean, Lotus (accident, 10e tour) : "Nous n'avons pas terminé la course et c'est très décevant. Les conditions de piste étaient très difficiles et nous n'arrivions pas à tirer le meilleur des pneus. Nous avons fait le bon choix en chaussant des slicks lorsque la Voiture de Sécurité a été déployée, la majorité du peloton a fait la même chose, mais j'ai commis une erreur alors que je tentais de conserver la chaleur des pneus. Malheureusement, j'ai roulé sur la ligne blanche, je suis parti en tête-à-queue et c'était terminé. Je suis très désolé pour tous les membres de l'équipe car ils font tout ce qu'ils peuvent pour me fournir la meilleure voiture possible. J'espère que ces deux dernières semaines, ainsi que la pause qui nous attend, nous aideront à progresser et à revenir plus forts lors de la prochaine course, à Spa."
Marcus Ericsson, Caterham (accident, 7e tour) : "Je menais une bonne course jusqu'au moment de mon accident lors du 7e tour. Mon départ s'est bien passé et je me battais contre Chilton et Maldonado. J'ai tenté de m'enligner derrière eux dans le virage 3 mais j'ai été un peu trop optimiste avec l'accélérateur. L'arrière a décroché, je n'ai pu rattraper la voiture et c'était fini pour moi, j'étais dans le mur. Ce fut un gros accident. Je me suis rendu directement au centre médical et on m'a dit que l'impact a atteint 20G, mais je vais bien au plan physique. Je suis désolé pour les membres de l'équipe sur place ici et pour le personnel à notre usine de Leafield. Ils s'investissent toujours à 100 % et bien sûr, ce n'est jamais plaisant pour eux de voir l'une de leurs voitures dans le mur. Mais nous reprendrons le combat à Spa, où nous aurons de nouveaux éléments et où nous continuerons à travailler fort, là-bas et pendant toute la deuxième moitié de la saison."
© ESPN Sports Media Ltd.
http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169719.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Modena49 le Mar 29 Juil - 13:09:52


  • Grand Prix de Hongrie 2014


GP de Hongrie : Faits marquants
Laurence Edmondson / Nate Saunders / Daniel Bastien
28 juillet 2014

Hamilton a résisté à Rosberg, de deux façons différentes
© Sutton Images
 
ESPN fait le tour : le bon, le mauvais et le surprenant du week-end du Grand Prix de Hongrie couru sur le Hungaroring, onzième manche du championnat 2014.

Lignes de bataille
Depuis le début de la saison, Mercedes promet de laisser ses pilotes libres de se battre en piste et cela à permis aux spectateurs de voir d'excellents combats. Cette politique était facile à respecter lorsque Nico Rosberg et Lewis Hamilton menaient les courses avec 30 secondes d'avance sur leurs plus proches rivaux, mais ce n'est plus aussi simple lorsque ces derniers se rapprochent et se battent à l'avant. Si le Grand Prix de Hongrie s'était entièrement déroulé sur le sec et sous un soleil radieux, nous aurions probablement eu droit à une autre victoire dominante de Rosberg, et à une autre belle remontée de Hamilton, parti de la voie des stands suite à l'incendie de sa monoplace lors des qualifications. Mais la situation fut toute autre.


Points forts et points faibles

© Sutton Images

  • Choc : Jean-Éric Vergne roulant parmi les meneurs après la première Voiture de Sécurité et défendant sa 2e place devant Nico Rosberg. Une opportunité imprévue pour le pilote Toro Rosso.
  • Choquant : Entendre Mercedes demander à Lewis Hamilton de céder le passage à Nico Rosberg, on ne s'y attendait pas. La réunion d'après-course était sûrement intéressante.
  • Meilleur dépassement : Les attaques menées par Daniel Ricciardo contre Lewis Hamilton et Fernando Alonso étaient braves et spectaculaires. Voir un Hamilton très culotté doubler Vergne, en plaçant deux roues sur le gazon, obtient une mention très honorable.
  • Meilleur tour : Les 67e et 68e tours ont vu Daniel Ricciardo passer de la 3e à la 1ère place, et sur le chemin de la victoire. Une belle démonstration de savoir-faire de la part du pilote Red Bull.
  • Pire tour : Le tour que Nico Rosberg a malheureusement dû compléter avant de pouvoir revenir aux stands, lorsque la Voiture de Sécurité est arrivée en piste. Cela lui a probablement coûté la victoire, sinon une place assurée sur le podium.
  • Performance(s) du jour : Daniel Ricciardo pour ses deux superbes derniers relais et une très belle victoire. Fernando Alonso pour un podium sensationnel. Lewis Hamilton pour sa remontée de la voie des stands jusqu'à la 3e place. Ces trois pilotes ont mené des courses très différentes mais tout aussi spectaculaires. Chacun méritait de gagner.


Le déluge tombé sur le Hungaroring, une heure avant le départ, allait avoir une influence importante sur la course. Lorsque Marcus Ericsson a perdu le contrôle de sa Caterham sur une piste encore humide, et que de nombreux débris jonchaient la piste suite à l'impact contre les barrières, la Voiture de Sécurité a été rapidement déployée et toute la hiérarchie de l'épreuve en fut bouleversée. Surtout le meneur Rosberg, qui venait juste de dépasser l'entrée de la voie des stands. Il devait donc compléter un autre tour complet, contrairement à la majorité des autres pilotes, avant de pouvoir changer ses pneumatiques.
L'Allemand a ainsi perdu plusieurs places alors que Hamilton était en pleine remontée. Puisque chaque pilote Mercedes vivait une situation différente, chacun avait une stratégie différente : deux arrêts pour Hamilton, trois pour Rosberg. Mercedes a agi ainsi "car nous ne savions pas comment la course allait se dérouler", a expliqué le patron Toto Wolff. À ce moment-là, l'équipe ne savait pas que ses deux pilotes se dirigeaient tout droit vers une situation conflictuelle.
À mesure que progressait la course, tout semblait indiquer que non seulement Rosberg mais aussi Hamilton pouvait prétendre à la victoire, et c'est pourquoi il était surprenant d'entendre Mercedes demander à Hamilton de laisser passer son coéquipier alors qu'il restait encore une vingtaine de tours à faire. Rosberg, qui avait un dernier arrêt à effectuer, se trouvait alors derrière Hamilton qui roulait jusqu'à la l'arrivée sur des gommes medium. "Je ne comprenais pas pourquoi l'équipe me demandait de le laisser passer puisqu'il ne s'était pas suffisamment rapproché pour me doubler, et je ne voulais pas lever le pied et perdre du terrain derrière Fernando (Alonso)", a expliqué Hamilton qui, on peut le comprendre, n'avait pas envie de faciliter la tâche de son rival direct pour le titre. "Je n'ai rien demandé, mais l'équipe m'a dit qu'il allait me laisser passer" a pour sa part dit Rosberg qui, pendant la course, ne comprenait pas pourquoi son coéquipier ne cédait pas le passage vu l'information dont il disposait.
Sur des gommes tendres pendant son dernier relais, Rosberg a très rapidement rattrapé Hamilton, alors en plein combat derrière la Ferrari de Fernando Alonso et la Red Bull de Daniel Ricciardo. Cependant, sur l'étroit tracé du Hungaroring, il n'a pas réussi à déloger Hamilton de la 3e place. Le débat était lancé : Hamilton avait-il réellement désobéi aux consignes (qui n'ont finalement pas été imposées) ou avait-il simplement défendu sa position dans l'optique du championnat (ce qui est légitime) ? Après la course, Mercedes a admis qu'elle avait peut-être commis une erreur de jugement dans ce cas-ci, tout en soulignant que Rosberg aurait pu donner la victoire à l'équipe. La question des consignes sera réévaluée, mais "Je ne veux pas jouer le rôle du méchant général et exiger qu'ils obéissent aux ordres", a déclaré Wolff. Voilà qui démontre toute la complexité de la situation, une situation qu'il vaudrait mieux ne pas compliquer davantage... Même s'il est inévitable que les tensions entre Hamilton et Rosberg ne pourront que s'intensifier au cours des huit prochains Grands Prix.



Quelle fin de course !
© Getty Images


Le spectacle ? Il est plutôt bon !
Après tous les débats concernant telle ou telle 'solution' artificielle, il suffit de regarder une course pour réaliser que la Formule 1 présente un excellent spectacle. La récente décision de la FIA, soit de demander aux commissaires de ne pas enquêter sur chaque petit événement en piste, est un cadeau du ciel. Depuis quelques courses, les pilotes ne craignent plus d'être pénalisés pour la moindre petite touchette et cela fait en sorte que nous avons eu droit à de multiples et fantastiques duels. Le début du GP de Hongrie s'est déroulé sur une piste encore humide et cela ajoutait de l'imprévisibilité à la course, comme certains pilotes malheureux ont pu le constater, que ce soit par leur abandon ou par la perturbation de leur stratégie. Les pilotes comme les équipes tentaient de s'en sortir du mieux possible, surtout lorsque la piste était sèche et que tout semblait encore ouvert. Des décisions bonnes comme mauvaises furent prises, des pilotes se sont battus pour progresser ou se défendre. Bref, ce fut un superbe spectacle.
Cependant, cela ne signifie pas que tout est parfait. Prenons l'exemple de Nico Rosberg, qui demandait des conseils de pilotage à Mercedes pendant les qualifications. Malgré tout leur talent, il arrive parfois que les pilotes ressemblent à des techniciens en piste plutôt qu'aux héros d'antan. Mais cela dit, la course elle-même n'avait rien d'artificiel : si un pilote voulait en dépasser un autre, il devait se frayer un chemin lui-même. Les manœuvres presque désespérées de Ricciardo sur Hamilton et ensuite sur Alonso, pendant les derniers tours du GP de Hongrie, était magnifiques. C'est exactement ce que les gens veulent voir, c'est exactement ce que le public demande. Et même sur d'autres circuits plus permissifs en termes de dépassements, il y a de l'action en piste cette saison. Qui parle du son des V6 turbo hybrides aujourd'hui ? Le spectacle se porte bien, les courses sont divertissantes. La F1 doit faire attention à ne pas tout gâcher.
À titre de mesures artificielles, nous avons les points doublés du dernier GP de l'année qui pourraient couronner le mauvais champion (qui devra pour toujours s'en défendre). 2015 verra l'adoption de patins en titane pour créer des étincelles sous les voitures, et peut-être l'ajout de lest dans les monoplaces des vainqueurs (et qui sait ce que va pondre le futur 'Comité de popularité' que Bernie Ecclestone souhaite mettre sur pied ?). Mais les départs arrêtés suite au déploiement de la Voiture de Sécurité, qui remplaceront les traditionnels départs lancés, risquent de détruire l'élan de la course. La logique derrière cette nouvelle règle, c'est que les départs arrêtés sont excitants alors pourquoi pas en avoir d'autres pendant la course, si la situation le permet ?
Mettons cela dans le contexte du GP de Hongrie. Si une nouvelle grille de départ avait été formée, la moitié des pilotes auraient eu droit à la trajectoire sèche, tandis que les autres se seraient retrouvés sur la portion encore humide de la piste et auraient été très nettement désavantagés (cela aurait aussi créé une situation potentiellement dangereuse). Et même si toute la piste était parfaitement sèche, l'argument selon lequel les pilotes risquent de perdre tous leurs gains, si jamais leur départ se passe mal, demeure le même. Comment une nouvelle grille de départ peut être considérée juste au plan sportif, on se le demande. Est-ce que le spectacle s'en portera réellement mieux ? Nous pensons qu'un départ arrêté en Hongrie, suite à la Voiture de Sécurité, aurait plutôt nui au spectacle.



Un trophée bien mérité pour Ricciardo
© Sutton Images


Ricciardo fait (encore) ses preuves
Daniel Ricciardo est l'une des plus belles surprises de 2014. C'est au terme d'une course brillamment menée qu'il a pu réaliser sa deuxième victoire de la saison. Oui, le timing de la Voiture de Sécurité a joué en sa faveur, mais c'était à lui de gérer la situation et de l'exploiter au maximum, ce qu'il a fait avec brio. Lorsque Red Bull a réalisé l'opportunité qui s'offrait à eux, Ricciardo a parfaitement équilibré la gestion de ses gommes et son agressivité en piste. Cela lui a permis de passer à l'attaque pendant les derniers tours de l'épreuve, d'entamer des combats serrés contre deux champions du monde (Hamilton et Alonso) pendant de nombreux tours, et de prendre les commandes à trois boucles du drapeau à damier. Une performance extraordinaire et un résultat entièrement mérité.
En fait, comme au Canada en juin, Ricciardo a su s'imposer en se battant contre ses rivaux pendant les derniers tours de la course. Notons également qu'au cours des cinq dernières manches (soit depuis sa victoire à Montréal), Ricciardo a marqué 79 points alors que les prétendants au titre, Rosberg et Hamilton, en ont respectivement marqué 80 et 73. C'est une belle comparaison et quand on sait que le groupe propulseur Renault n'est pas encore au niveau de celui développé par Mercedes, le pilote australien impressionne d'autant plus.



Alonso a fait le bonheur de Ferrari
© Getty Images


Le show de Fernando
Pendant les derniers tours du GP de Hongrie, il était difficile de ne pas souhaiter la victoire pour Fernando Alonso et Ferrari, aussi improbable soit-elle vu la remontée de Hamilton et les attaques de Ricciardo. Cela aurait été une très belle histoire pour la Scuderia, juste avant d'entamer la pause estivale de la F1. Au fond, une victoire pour Ferrari, sachant à quel point cette équipe connaît une saison difficile, aurait probablement été plus remarquable encore que celle de Red Bull. Mais la 2e place d'Alonso n'en demeure pas moins une très belle réussite pour lui et son écurie.
Le pilote espagnol a su étirer son dernier relais pendant 31 tours, tout cela sur des gommes tendres, et tout en maintenant un rythme compétitif. Il a été le plus rapide en piste pendant une dizaine de tours, ce qui est remarquable. Autrement dit, encore une fois, Alonso a surpassé les attentes et tiré le maximum absolu de sa machinerie. Et que dire de ses manœuvres défensives pendant les derniers tours, alors qu'il retenait la Mercedes de Hamilton malgré ses pneumatiques usés ? Quel talent impressionnant. Si Ferrari réussit à le conserver parmi ses rangs en 2015, après cinq années sans titre, ce sera sûrement la saison de la dernière chance. Alonso mérite, depuis longtemps, d'être dans une voiture gagnante.



Lauda dit les choses à sa façon
© Getty Images


Spéculations et guéguerres
La saison folle finit toujours par irriter quelques membres du paddock. Les spéculations concernant le marché des pilotes ont le potentiel d'alimenter les conversations (et les médias) pendant la pause estivale et au-delà. Mais il s'agit aussi d'une opportunité pour certaines équipes de troubler la quiétude de leurs rivales, et de perturber leur concentration, grâce à quelques petites fuites d'information (peut-être fondées, peut-être pas). Cet aspect de la guerre psychologique compte plusieurs niveaux et peut parfois s'avérer un outil efficace pour déstabiliser l'adversaire.
Il semble que c'était justement l'objectif du conseiller de Red Bull, Helmut Marko, lorsqu'il a affirmé que Mercedes tentait de recruter Sebastian Vettel. Cela laissait entendre que l'équipe rivale, qui vient de signer un contrat pluriannuel avec Nico Rosberg, souhaite remplacer Lewis Hamilton par un autre pilote allemand. Lors de leur arrivée dans le paddock du Hungaroring, les dirigeants de Mercedes semblaient surpris et amusés par cette histoire, comme Vettel lui-même. Le conseiller de Mercedes, Niki Lauda, a tenu à mettre les choses au clair : "Nous sommes en contact (avec Hamilton) pour renouveler son contrat, alors toute la spéculation découlant des conneries de Marko, ce n'est que de la pure foutaise."
http://fr.espnf1.com/hungary/motorsport/story/169975.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP d'Hongrie 27 juillet 2014 Hungaroring

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum