GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Aller en bas

GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Jeu 19 Déc - 4:59:51




Circuit : Race
Longueur 5.141kms
Nombre de virages 17
Circulation horaire
Capacité 150,000
Achevé en 1947

Le British Racing Drivers Club (BRDC, club des pilotes de course britanniques) a confirmé la vente du circuit de Silverstone à l'entreprise MEPC, spécialisée dans le développement immobilier.

Le BRDC révélait le mois dernier avoir trouvé un nouveau propriétaire pour la piste britannique sans savoir de qui il s'agissait. Aujourd'hui, nous apprenons que la compagnie MEPC (Metropolitan Estates & Property Corporation) a signé un prêt d'une durée de 999 ans pour 32 millions de livres (environ 38 millions d'euros). L'accord ne concernera pas ''le développement et la gestion du circuit de Silverstone" affirme le BRDC mais son président Stuart Rolt est persuadé que cela aidera le site à grandir encore.

"Nous sommes ravis d'avoir trouvé un accord avec MEPC, choisie sur son standing, sa réputation, ses développements précédents", a déclaré Rolt. "Nous sommes confiants d'avoir en MEPC un partenaire qui apprécie l'histoire de Silverstone et qui connaît l'importance de tout faire pour assurer sa réputation dans le futur".

Rick de Blaby, le directeur exécutif de MEPC, est apparu ''incroyablement excité'' par le potentiel du développement de Silverstone.

"Quand nous avons été approchés par le BRDC, c'est devenu facile pour nous de comprendre leur ambition. Nous connaissons bien sûr la grande histoire de Silverstone et son standing, et pas seulement pour sa course automobile de classe mondiale mais aussi pour son département d'ingénierie haut de gamme."

"Nous sommes incroyablement excités à l'idée d'investir dans un grand nombre de projets. Certains ont été identifiés et seront lancés dans les 24 prochains mois, même si le développement de Silverstone pourrait prendre dix ans. C'est une grande responsabilité mais je suis confiant sur l'aboutissement de ce projet."
© ESPN Sports Media Ltd.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Ven 27 Juin - 0:12:07

Grande-Bretagne et Allemagne - Enjeux énormes pour Mercedes et ses pilotes
Posté le jeudi 26 juin 2014 à 14:00, par Guillaume Navarro


Après son abandon canadien ayant permis à Nico Rosberg de se saisir d’une avance supplémentaire de 18 points au championnat du monde des pilotes, Lewis Hamilton avait dicté les priorités immédiates : remettre le couvert du début de saison, lorsqu’il avait signé 4 victoires de rang pour combler la perte de 25 points sur panne technique en Australie, et mettre la main sur son épreuve à domicile en particulier : le Grand Prix de Grande-Bretagne.

Hamilton ne panique pas

Malheureusement, en Autriche, Rosberg s’est de nouveau emparé de 7 points d’avance, hissant son matelas au-delà d’une victoire d’avance (29 points). Mais à Spielberg, Hamilton accueillait ce résultat avec philosophie, sachant qu’il s’agissait peut-être de la première fois de la saison qu’il concédait des points à son équipier par sa propre faute, suite à deux coûteuses erreurs en Q3.

La seconde place depuis la 9ème position de la grille pouvait donc donner le sourire à Hamilton, dimanche, et même, paradoxalement, un regain de confiance : le Britannique a en effet maintenu son équipier sous pression durant l’ensemble de la course, et concédé moins de deux secondes au drapeau à damier, dont l’essentiel a été perdu sur ses deux arrêts aux stands. Au final, il est de nouveau apparu comme l’homme fort du weekend, exception faite de ses errances en qualifications, sur lesquelles Rosberg semble pouvoir compter plus souvent que prévu.



Tension contrôlée mais existante

Même si elle fut moins médiatisée au milieu de la fête que constituait le retour de la F1 en Autriche, la tension a de nouveau été vive dans le clan Mercedes. Toto Wolff lui-même déplorait en fin de weekend le fait que la « transparence » dans l’échange d’informations entre les deux pilotes avait « souffert ». Une façon contrôlée de dire que c’est ‘chacun pour soi’ désormais entre les deux côtés du garage Mercedes.

C’est également dans ce contexte que Ron Dennis est venu mettre son petit grain de sel à l’abord de la Silly Season, faisant un appel du pied sous la table en direction de son ancien Amour. Visiblement, le pragmatique Ron serait prêt à finalement faire des efforts pour accueillir Roscoe et Coco -les deux bulldogs du Britannique-, et à s’ouvrir à des méthodes de gestion de pilotes plus ‘cool’, sans doute influencé en cela par Eric Boullier, ayant su faire prendre la mayonnaise Räikkönen chez Lotus.



Angleterre, Allemagne : les fiefs du team et des pilotes

Nul doute que les deux prochaines épreuves de la saison relèveront encore le niveau de tension à un pic passionnant chez Mercedes : le team est basé en Angleterre, à Brackley, et court sous pavillon allemand, où se trouvent les racines de la maison-mère. Pour le team, il est capital de non seulement réaliser les doublés sur ces deux épreuves pour bénéficier de l’impact médiatique de succès à domicile, mais également de s’assurer que ceux-ci ne soient pas ternis par des histoires de concurrence interne, comme après Monaco, où l’exposition du GP a surtout mis en lumière la guerre entre pilotes et finalement laissé le résultat prestigieux au second plan.

Mais comme le team, les pilotes jouent à domicile : Hamilton à Silverstone ; Rosberg à Hockenheim. Et ces deux courses seront d’autant plus importantes pour le championnat qu’elles pourraient permettre à Rosberg de faire le break avant la pause estivale et de partir en vacances dans une dynamique positive ; ou au contraire, permettre à Hamilton de maintenir une pression de proximité intense. Une chose est sûre, 2014 promet encore un duel classique pendant de longs mois !



http://www.toilef1.com/Grande-Bretagne-et-Allemagne.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Dim 29 Juin - 1:18:21

GP de Grande-Bretagne - Le cruel souvenir des explosions de pneus
Posté le samedi 28 juin 2014 à 18:00, par Guillaume Navarro


L’histoire de Silverstone est inextricablement liée à celle de la F1. Le tracé était en effet déjà au menu du calendrier du tout premier championnat de l’histoire, en 1950 ! Depuis 1987, il a accueilli tous les rendez-vous du Grand Prix de Grande-Bretagne.

La piste se trouve sur un plateau, sur le site d’un ancien aéroport militaire exploité pendant la Seconde Guerre Mondiale. Très exposé au vent, il demeure un grand challenge pour les fous de la vitesse en courbe rapide, et propose des tours passés à une vitesse moyenne supérieure à 250 km/h.

Copse, Becketts et Stowe demeurent certains des virages les plus rapides de la saison et sont des noms connus par tous les amateurs de sports mécaniques mondiaux. L’un des virages les plus rapides de Silverstone est Copse (Virage 9), où les autos évoluent à 290 km/h et génèrent des forces latérales de 5G. La température de la surface du pneu peut y dépasser les 110°C, et un important grip latéral est la clé d’un tour rapide. L’an dernier, la course avait été relativement tragique en termes d’image pour Pirelli, victime de déflagrations dues à une utilisation contrindiquée des gommes (pressions, cambrure, sens de rotation) et devant essuyer un torrent médiatique négatif.

Les derniers grands changements apportés à la piste comprennent ceux de 2010, lorsque le complexe de l’Arena ajouta 759 mètres à la distance du tour. Par la suite, la ligne droite de départ/arrivée fut profondément revue également, trouvant désormais refuge entre Club et Abbey pour faciliter l’accès aux nouveaux stands hi-tech, assurant ainsi au tracé anglais une présence au calendrier pour de nombreuses années. Ce fut également l’occasion d’un re-surfaçage partiel.

La piste est néanmoins encore assez bosselée. Les équipes courent généralement avec des appuis élevés en dépit des vitesses de passage, pour s’assurer un bon appui aérodynamique. Elles doivent ajuster les suspensions pour tenir compte des bosses, dont beaucoup sont absorbées par les pneus.

http://www.toilef1.com/GP-de-Grande-Bretagne-Un-evenement.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Dim 29 Juin - 1:19:29

Retour sur Silverstone 1995
Posté le samedi 28 juin 2014 à 19:00, par Guillaume Navarro


Renault a remporté de nombreux succès sur le GP de Grande Bretagne depuis la victoire d’Alain Prost, en 1983. A l’époque de Nigel Mansell et de Damon Hill, l’équipe Williams était en permanence au centre de l’attention.

Mais peu de victoires à Silverstone ont été plus populaires que celle obtenue par Johnny Herbert pour Benetton en 1995. La première victoire de l’Anglais en F1 arrivait non seulement chez lui, mais elle a également procuré un certain soulagement salutaire pour Renault après que les deux pilotes prétendants au titre - Hill et Michael Schumacher — se soient respectivement mis hors-course en s’accrochant.

Schumacher avait battu Hill lors du Championnat du Monde 1994 dans une finale controversée à Adélaïde. Benetton est passé au V10 Renault la saison suivante, et la bataille entre ces deux pilotes a continué.

Avec tant d’attention apportée à Schumacher, il était inévitable que son coéquipier soit dans son ombre. Herbert avait rejoint Benetton fin 1994, se qualifiant respectivement cinquième et septième au Japon et en Australie, sans avoir terminé aucune de ces deux courses.

Même sans tenir la même forme que Schumacher, il a commencé la saison 1995 par de solides résultats, prenant la deuxième place en Espagne puis la quatrième en Argentine et à Monaco. Cela a commencé à se dégrader pour lui lorsqu’il a du abandonner au Canada et en France suite à des accrochages. Pour sa course à domicile de Silverstone, une bonne performance devenait nécessaire.

Tous les yeux étaient cependant tournés vers le duel Schumacher / Hill car le héros local cherchait à rééditer sa victoire de 1994. Après sa victoire dans le GP de France, Schumacher menait par 46 points à 35 au Championnat du Monde, il était donc important pour Hill de combler l’écart.
Hill avait fait le plus dur en qualifications, s’attribuant la pôle devant son rival pour 0,277s. Ce fut même un triplé Renault puisque David Coulthard était troisième dans l’autre Williams. Derrière la Ferrari de Gerhard Berger, Herbert avait réussi une respectable cinquième position, avec évidemment le podium comme objectif.

Hill avait pris un bon départ depuis la pôle, mais Jean Alesi avec sa Ferrari était remonté de la sixième position jusqu’à la seconde. Le Français avait conservé Schumacher à distance pendant 18 tours avant d’effectuer son premier arrêt au stand. Hill est rentré dans le tour 22, laissant la tête à Michael.

Toutefois, le pilote Benetton ne semblait pas vouloir l’imiter, et il fut bientôt évident qu’il avait l’intention de n’effectuer qu’un seul arrêt aux stands. Celui-ci eût lieu dans le tour 31, juste après la mi-course. Damon avait repris une avance de quelques 20s avant d’effectuer son deuxième arrêt 10 tours plus tard, après avoir progressivement augmenté son avantage jusqu’à 27s.

Ce n’était malgré tout pas suffisant, car il est ressorti juste derrière Schumacher. Chacun possédait maintenant une charge de carburant pouvant les amener jusqu’au drapeau à damiers, mais les pneus de Damon avaient 10 tours de moins. Une belle bataille se profilait à l’horizon...

Hill a talonné la Benetton inlassablement jusqu’à cette collision catastrophique dans le tour 46. Il a tenté un dépassement par l’intérieur au Prieuré, le gauche du ’stadium’, mais Schumacher n’a pas bougé. Les deux voitures se sont touchées - malheureusement juste en face d’un logo Renault — pour finir leur course dans le bac à graviers. Les deux hommes étaient clairement hors course, et inévitablement, ils se sont mutuellement rejetés la faute.

L’abandon de Hill était une énorme déception pour les fans locaux, jusqu’à ce qu’ils réalisent qui en avait bénéficié. A 16 tours de l’arrivée, le troisième, Herbert, a pris la tête. Avec Coulthard immédiatement derrière lui, nous avions maintenant une lutte pour la victoire entre deux Britanniques qui n’avaient pas encore remporté un Grand Prix. DC avait pu le dépasser au tour 51, mais peu de temps après avait dû repasser par les stands pour une pénalité de « stop and go » - il avait été pris en excès de vitesse lors de son deuxième arrêt après un problème avec son limiteur.

Cela a permis à Herbert de l’emporter avec 16s d’avance sur la Ferrari de Jean Alesi, alors que Coulthard avait réussi à sauver une troisième place, ainsi qu’une certaine satisfaction pour Williams. La victoire de Johnny n’était pas seulement appréciée par les supporters locaux, mais également par la plupart du paddock, car chacun savait à quel point il avait dû batailler pour revenir au plus haut niveau après son accident de F3000 en 1988.

Deux mois plus tard, il y a eu comme une impression de déjà-vu lorsque Hill et Schumacher sont entrés en collision une fois de plus, laissant le champ libre à Herbert pour remporter une deuxième victoire...

[Renault Sport]



http://www.toilef1.com/Retour-sur-Silverstone-1995.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Lun 30 Juin - 10:11:19

Silverstone 1950 : Là où tout a commencé
Posté le lundi 30 juin 2014 à 15:00, par Matthieu Mastalerz


Il faut remonter à la fin du XIXè siècle pour trouver les premières traces de courses officielles entre monoplaces. Un Championnat d’Europe a même eu lieu au cours des années 30, la période des "Titans" où, bien avant Rosberg et Hamilton aujourd’hui, les Mercedes imposaient leur domination en compagnie des Auto-Union (conglomérat de quatre marques incluant l’actuelle Audi). Mais l’Histoire a retenu le Samedi 13 Mai 1950 comme la date de naissance du Championnat du Monde de Formule 1, sur le circuit de Silverstone.

Après la Deuxième Guerre Mondiale, tout était à reconstruire, y compris les circuits. Heureusement pour l’Angleterre, il restait encore beaucoup d’aérodromes. L’un d’entre eux se situait en dehors du village de Silverstone, en plein cœur du pays : l’endroit idéal pour reprendre les compétitions automobiles internationales en Angleterre. Après un "one shot" en 1948 qui vit la victoire de Luigi Villoresi sur Maserati devant 100 000 personnes, Silverstone était prêt pour d’autres courses.

La première course de l’Histoire de la Formule 1 était un réel événement en Grande Bretagne, à tel point que le roi George VI assista lui-même à ce "Grand Prix d’Europe". Cependant les constructeurs ne partageaient pas tous cet enthousiasme. Certains étaient encore en pleine reconstruction, à l’image des constructeurs allemands qui ne reviendront que quelques années plus tard, alors que d’autres ont préféré s’engager dans des épreuves de moindre importance mais plus lucratives financièrement parlant. Ce fut le cas du constructeur français Gordini et de... la Scuderia Ferrari. En effet, la marque au cheval cabré participa à une course qui relève de l’anecdote dans l’Histoire, à Mons en Belgique, et manqua les débuts officiels.

Ainsi, les Alfa Romeo faisaient figure de favorites logiques : elles avaient repris la main après la guerre avec leur Alfetta 158 à compresseur malgré la concurrence de Ferrari. Or des doutes subsistaient : en 1949, l’équipe italienne avait en effet perdu ses trois fer de lance : Achille Varzi et Jean-Pierre Wimille – alors grand favori du championnat avant sa création – s’étaient tués en essais de divers Grands Prix, alors que le comte Felice Trossi décéda d’un cancer. Cependant en 1950, elle disposait d’un nouveau trio tout aussi estimable : les Italiens Luigi Fagioli et Guissepe "Nino" Farina, et l’Argentin Juan Manuel Fangio.

La course vit les "Trois F" (tel était leur surnom dans la presse) se battre pour la victoire sans concurrence. C’est le cadet Farina qui l’emporta devant Fagioli, Fangio ayant renoncé après qu’une canalisation d’huile se soit brisée. Un abandon qui allait avoir son importance au décompte final puisque Farina l’emporta au Championnat du Monde pour trois points.

Or l’année suivante vit une nouvelle fois Silverstone rentrer dans l’Histoire...

http://www.toilef1.com/Silverstone-1950-La-ou-tout-a.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Lun 30 Juin - 23:17:14


  • GP de Grande-Bretagne



Pirelli s'attend à toutes les conditions
ESPN Staff
30 juin 2014 

Les multiples crevaisons subites ayant marqué l'édition 2013 du GP de Grande-Bretagne ne risquent pas de se répéter cette année
© Sutton Images
 
Pirelli, l'unique fournisseur de pneumatiques de la F1, s'attend à ce que le Grand Prix de Grande-Bretagne soit très exigeant sur les gommes dures (bande orange) et medium (bande blanche) ce week-end, le circuit de Silverstone étant loin d'être tendre.
La nature du fameux tracé britannique soumet les pneumatiques à une grande variété de stress différents. Le rythme rapide fait en sorte que les structures doivent encaisser jusqu'à 5G dans certains virages, tandis que la surface des gommes peut atteindre 110 degrés Celsius et parfois davantage. Notons que deux arrêts étaient la norme l'an dernier.
Il faut ajouter à cela les conditions météo très variables de la région, où le beau temps peut rapidement se transformer en période orageuse, et où la température peut chuter en quelques heures. Il ne sera pas surprenant de voir les pilotes remplacer leurs gommes medium ou dures par des intermédiaires, sinon des pneus pluie, au cours du week-end de cette 9e manche du championnat 2014.

Variété et rapidité
"La météo est toujours un sujet chaud à Silverstone. Nous avons tout vu par le passé, de beaux cieux ensoleillés à de la pluie torrentielle", a rappelé Paul Hembery, le patron de Pirelli Motorsport. "Par conséquent, il est très important pour les équipes d'avoir la capacité de prendre des décisions stratégiques rapides basées sur les conditions courantes, car elles ne peuvent pas nécessairement s'appuyer sur les données recueillies précédemment. Nous avons apporté le deux plus dures gommes de notre gamme, ce qui devrait bien convenir."
"Après la course, nous entamerons le dernier bloc d'essais d'intra-saison de l'année, de mardi à mercredi (8-9 juillet)", a ajouté le Britannique. Toutes les équipes participent à ces tests de développement, mais comme c'était le cas plus tôt cette saison suite aux GP de Bahreïn et d'Espagne, certaines doivent dédier une journée entière au développement des pneus Pirelli.
"Ferrari et Marussia travailleront pour nous au cours de la première journée d'essais, Red Bull et Lotus au cours de la deuxième", a précisé Hembery.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/164721.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Mer 2 Juil - 0:16:46

En quoi Silverstone est-il exigeant pour les V6 turbo ?


Le directeur des activités piste de Renault Sport F1, Rémi Taffin, décrit les difficultés du circuit de Silverstone pour les V6 turbo.
"Silverstone se révèle être l’un des circuits les plus intéressants sur le plan du groupe propulseur", indique le Français.
"Au fil des saisons, le tracé britannique s’est affirmé comme un circuit où la puissance est reine et les blocs hybrides n’échapperont pas à la règle cette année. En fait, les monoplaces 2014, avec leur couple élevé et leur faible niveau d’appui aérodynamique, devraient atteindre des vitesses encore plus importantes que celles vues les saisons précédentes."
"Plus de 60% du tour se négocie à pleine charge ; en réalité, du virage de Luffield à celui de Stowe, le moteur à combustion interne, le turbocompresseur, et le MGU-H opéreront à pleine puissance pendant près de 40 secondes."
"Après la courbe de Luffield, le pilote accélère le long de l’ancienne ligne droite des stands et dépasse allègrement les 310 km/h avant de lever très brièvement le pied pour prendre le virage de Copse. À peine une seconde s’écoule avant qu’il n’appuie de nouveau à fond sur l’accélérateur. Les ingénieurs motoristes Renault doivent alors relever le défi de faire fonctionner le propulseur comme un interrupteur qui s’ouvrirait et se fermerait de façon quasi-instantanée."
"Après Copse, la monoplace subit une nouvelle pleine charge de 10 secondes avant d’affronter l’enchaînement ultra-rapide de Maggots et Becketts. Les pièces internes du groupe propulseur sont alors soumises à des contraintes très importantes tandis que le pilote effectue plusieurs changements de direction à plus de 200 km/h. Se profile ensuite la ligne droite du Hangar où le propulseur tourne à plein régime pendant 15 secondes. Hormis Silverstone, seul le circuit de Spa-Francorchamps sollicitera les V6 turbo au maximum sur une telle distance. Nous devons donc nous assurer que le MGU-H alimente le MGU-K tout au long de la phase d’accélération, non seulement pour augmenter la vitesse maximale mais également dans le but de réduire la consommation de carburant."
Le premier secteur du tracé – connu sous le nom de 'Wellington Loop' en anglais – offre au MGU-K l’occasion de récupérer de l’énergie au freinage et de recharger la batterie.
"En fait, cette nouvelle portion du circuit se révèle être du pain bénit pour les nouveaux groupes propulseurs, commente Taffin. Sans cela, le pourcentage élevé de pleine charge moteur rendrait la limite de 100 kg d’essence embarquée durant la course très délicate à respecter."
"C’est toujours un plaisir que d’aller à Silverstone. Les spectateurs répondent en nombre et sont de véritables passionnés ainsi que de fins connaisseurs de la discipline. En outre, trois de nos quatre écuries évoluent à domicile. Par ailleurs, retrouver le circuit britannique avec des moteurs turbo rend l’événement particulièrement émouvant ; c’est ici-même que Renault a fait courir le premier modèle du genre lors de l’édition 1977 du Grand Prix de Grande-Bretagne."

http://www.f1i.com/infos/en-silverstone-il-exigeant-les-v6-turbo/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Mer 2 Juil - 13:47:37

Silverstone : un tracé en évolution perpétuelle
Posté le mercredi 2 juillet 2014 à 14:45, par Matthieu Mastalerz


Silverstone est l’un des quatre circuits du calendrier 2014 qui était également présent dès les débuts en 1950. Or pour pouvoir garder sa place au calendrier, le tracé a subi plusieurs modifications plus ou moins importantes et plus ou moins inspirées.

L’ironie de l’Histoire veut que la première ligne droite de départ-arrivée à Silverstone ne se soit pas située avant Copse mais après le virage d’Abbey (peu avant le passage sous le pont) soit plus proche de l’emplacement actuel de la ligne d’arrivée. C’est pourtant bien avant Copse que celle-ci s’est installée en 1952 et ce pour près d’un demi-siècle, conférant ainsi à ce virage un certain statut, au même titre que La Source à Spa-Francorchamps et Sainte-Dévote à Monaco.

Pendant longtemps, le circuit ne se composait que de huit virages et dans une configuration différente de celle d’aujourd’hui ou des années 90 : Copse était plus serré là où Stowe et Club – les virages suivant la ligne droite du Hangar Straight – étaient plus ouverts et plus rapides. Le premier a marqué la mémoire collective pour l’accident de Michael Schumacher en 1999 lui causant une jambe cassé tandis que les plus âgés ont probablement compté le nombre de voitures échouées dans les échappatoires des deux virages susnommés lors de la grosse averse de l’édition 1975.

Entre Copse et Stowe se situe l’enchaînement rapide Maggots-Becketts-Chapel, un des préférés des pilotes encore aujourd’hui, bien qu’il se composait de moins d’enchaînements gauche-droite par le passé. Enfin le virage de Woodcote, longtemps le dernier du circuit, posait problème à l’époque dans le sens qu’il n’était pas assez lent pour ralentir les monoplaces avant le prochain tour. Ceci eut son importance en 1973 quand un jeune Jody Scheckter vira au large pour revenir sur le circuit et provoquer un des carambolages les plus célèbres de l’Histoire. Ce pourquoi lors de l’édition suivante, une chicane fut accolé au virage.



Celle-ci perdura jusqu’en 1985, année où Keke Rosberg signa le tour le plus rapide de l’Histoire à 259 km/h de moyenne, ce malgré une crevaison lente ! Deux ans plus tard – le Grand Prix de Grande-Bretagne alternait avec Brands Hatch jusqu’à ce moment – les pilotes eurent la mauvaise surprise de trouver une nouvelle chicane après le pont suivant Abbey. Plus lente que la précédente, elle ne plut guère aux pilotes qui appréciaient le caractère rapide du circuit.

Pourtant, c’est toujours dans l’optique de faire baisser la vitesse que le circuit subit ses plus fortes modifications en 1991. L’enchaînement Maggots-Becketts-Chapel prit le visage qu’on lui connaît aujourd’hui et sut conserver avec les virages de Copse et Abbey les sensations de l’ancien tracé. Cependant Stowe et surtout Club ont été resserrés et ralentis – dans la même configuration qu’en 2014 – tandis que le dernier secteur fut complètement remanié avec une section lente qui trouva plus difficilement son public, mais qui eut le mérite d’apporter de la variété au tracé.



Cela ne s’est pas arrangé en 1994 où, comme Barcelone, Montréal et Spa-Francorchamps, le circuit subit des modifications suite aux drames d’Imola. Abbey vit lui aussi une chicane pousser à la place de son gauche rapide, Stowe fut davantage resserré et le dernier secteur devint encore plus lent. Cependant ces deux dernières modifications furent corrigées en 1996 et 1997 : Stowe s’arrondit de nouveau et le dernier secteur fit de même. Cette fois, le tracé se stabilisa concrètement jusqu’en 2010.

Cette fois c’est un gros changement qui prit place sur l’ancien aérodrome, comme en 1991 : le circuit bifurqua complètement après Club avec un enchaînement droite-gauche rapide avant deux épingles serrées, un léger virage à gauche et une ligne droite ramenant sur l’ancien tracé. Le tout rallongea le tracé de plus de 700 mètres. A noter que ces changements n’ont pas été l’œuvre de Hermann Tilke, dessinateur de l’essentiel des circuits modernes depuis le renouvellement de l’ex Osterreichring en 1997.

La construction du nouveau complexe à l’intérieur du circuit fit déménager la ligne droite des stands juste avant cette nouvelle portion, au grand dam des puristes. Néanmoins, la légende de Silverstone continue de vivre depuis plus de soixante ans. Peu de tracés, modifiés drastiquement ou non, peuvent en dire autant.

http://www.toilef1.com/Silverstone-un-trace-en-evolution.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Mer 2 Juil - 13:49:29

Pirelli prêt à affronter les caprices de Silverstone
Posté le mercredi 2 juillet 2014 à 11:15, par Basile Davoine


Un an après le désastre de l’édition 2013 et les explosions de pneus en série, Pirelli est de retour à Silverstone. Les conditions ne sont plus les mêmes avec des composés plus durs que l’année dernière et une nouvelle réglementation technique qui a modifié l’approche des équipes par rapport à la dégradation. Néanmoins, le tracé britannique reste très exigeant pour les gommes et le manufacturier italien ne prend pas ce rendez-vous à la légère.

Ce week-end, Pirelli fournira aux équipes les deux composés les plus durs de sa gamme : le P Zero Medium blanc et le P Zero Dur orange. Au challenge offert par les nombreux virages rapides qui imposent de lourdes contraintes aux pneus, s’ajoute l’incertitude d’une météo parfois capricieuse.

« La météo, justement, c’est l’un des points essentiels ici », insiste Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport. « Il ne fut pas rare d’observer dans le passé un soleil radieux virer à la pluie torrentielle. Par conséquent, peu importe les données enregistrées jusque-là, il est primordial de savoir adapter sa stratégie dans le feu de l’action, en fonction des conditions. Nous apportons les deux pneumatiques les plus durs de notre gamme qui doivent permettre de parer à toutes les circonstances. »

Compte tenu des variations de températures qui peuvent aller jusqu’à 15°C d’écart, la firme de Milan ne prévoit pour le moment pas avec précision la meilleure stratégie à employer.

Les équipes resteront sur place après l’épreuve pour participer à deux journées d’essais privés à Silverstone. A l’occasion de ceux-ci, quatre équipes seront au service de Pirelli comme le stipule la réglementation en vigueur. « Après le Grand Prix, nous attendons beaucoup des derniers essais effectués en cours de saison, dédiés aux tests de pneumatiques. Afin de poursuivre notre programme de développement, Ferrari et Marussia se mettront à notre service le mardi, Red Bull et Lotus le mercredi », précise Hembery.

http://www.toilef1.com/Pirelli-pret-a-affronter-les.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Sam 5 Juil - 0:26:39


  • GP de Grande-Bretagne - Vendredi

Hamilton a dominé, Rosberg a roulé
ESPN Staff
4 juillet 2014

Lewis Hamilton a perdu du temps en vue de la course © Getty Images
Agrandir
Lewis Hamilton a réussi le meilleur temps vendredi après-midi à Silverstone, avec deux dixièmes d'avance sur son coéquipier Nico Rosberg, mais le Britannique a mis fin très tôt à sa séance sur problème technique.
Doublé Mercedes comme ce matin mais l'ordre a changé. Hamilton a fini devant Rosberg mais c'est bien l'Allemand qui sort vainqueur de cette première journée dans le comté de Northampton au nord de Londres. Problème moteur ? Pression d'huile ? Une chose est sûre, Hamilton n'a pas pu préparer la course de dimanche avec 14 tours couverts et très peu en mediums, là où Rosberg en a cumulé 35.

Déception visible chez Hamilton
Silverstone apparaît déjà comme un tournant pour le Britannique à domicile, cela ne commence pas très bien pour lui et il le sait, il a fait tout le chemin depuis sa Mercedes immobilisée jusqu'au motorhome Mercedes la tête basse avec le casque encore bien vissé.
Fernando Alonso a pris la troisième place devant les Red Bull de Daniel Ricciardo, qui n'a pas amélioré son chrono en mediums, ne parvenant pas à les mettre à la bonne température, et de Sebastian Vettel. Valtteri Bottas commençait son week-end après l'intérim Susie Wolff. Le Finlandais s'est classé sixième avant de renoncer prématurément suite à un incident inédit qui a vu une partie de son capot moteur exploser. Le pilote Williams a devancé les deux McLaren, Kimi Raikkönen et Jean-Éric Vergne, 10e malgré une casse à l'avant-gauche en fin de séance.
La performance est bonne chez Toro Rosso, la fiabilité manque encore à l'appel. Il est néanmoins le meilleur Français aujourd'hui, Romain Grosjean se classant 15e au volant d'une Lotus E22 presque impossible à piloter. Jules Bianchi a lui pris la 19e place au terme d'une séance perturbée (11 tours seulement) par un souci de batterie sur sa Marussia
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165367.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Sam 5 Juil - 0:27:51

Grand Prix de Grande-Bretagne 2014
Essais libres 2
    Pilote     Équipes     Chrono
1     LC Hamilton (GBR)     Mercedes     1:01'34.508
2     N Rosberg (GER)     Mercedes     1:01'34.736
3     F Alonso (ESP)     Ferrari     1:01'35.244
4     D Ricciardo (AUS)     Red Bull     1:01'35.511
5     S Vettel (GER)     Red Bull     1:01'35.627
6     V Bottas (FIN)     Williams     1:01'36.016
7     J Button (GBR)     McLaren     1:01'36.228
8     K Magnussen (DEN)     McLaren     1:01'36.299
9     KM Räikkönen (FIN)     Ferrari     1:01'36.554
10     J.-É. Vergne (FRA)     Toro Rosso     1:01'36.583
11     F Massa (BRA)     Williams     1:01'36.671
12     D Kvyat (RUS)     Toro Rosso     1:01'36.778
13     E Gutiérrez (MEX)     Sauber     1:01'36.951
14     P Maldonado (VEN)     Lotus     1:01'37.064
15     R Grosjean (FRA)     Lotus     1:01'37.097
16     S Pérez (MEX)     Force India     1:01'37.236
17     N Hülkenberg (GER)     Force India     1:01'37.449
18     A Sutil (GER)     Sauber     1:01'37.520
19     J Bianchi (FRA)     Marussia     1:01'38.658
20     K Kobayashi (JPN)     Caterham     1:01'39.068
21     M Chilton (GBR)     Marussia     1:01'39.224
22     M Ericsson (SWE)     Caterham     1:01'39.762


http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165367.htm



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Sam 5 Juil - 0:29:48


  • GP de Grande-Bretagne - Ferrari


Alonso seulement battu par Mercedes
ESPN Staff
4 juillet 2014 

© Getty Images
Agrandir
Fernando Alonso s'est placé juste derrière Mercedes vendredi à Silverstone et devant Red Bull. L'Espagnol a vécu une journée sans problème majeur, il a pu réussir le troisième chrono.
Troisième le matin, troisième l'après-midi même si Daniel Ricciardo était au niveau des Mercedes au début des libres 2 avant le passage aux pneus mediums. Après l'Autriche, il déclarait que la Scuderia ne pourrait pas gagner une seule course en 2014. Vendredi soir, il apparaît en position pour se battre pour le podium en Grande-Bretagne, ce serait le deuxième de sa saison après sa troisième place en Chine.

Le pneu tendre fonctionne bien
"C'était un vendredi comme les autres, nous avons suivi notre programme, effectué quelques tests et travaillé sur les réglages", a déclaré Alonso. "Cet après-midi, nous avons roulé avec les deux types de pneus, pour la qualification et pour la course. Il n'y a eu aucun problème avec le tendre (medium). Les durs sont difficiles à faire monter en température."
"Nous devons maintenant analyser tout cela pour déterminer quels éléments utiliser samedi. S'il venait à pleuvoir, les données recueillies aujourd'hui seraient très utiles pour la course. Il y avait beaucoup de vent, cela aide dans certains virages, c'est une entrave dans d'autres. Tout le monde a le même problème, il faut attendre pour voir comment les choses vont tourner."
© ESPN Sports Media Ltd.
http://fr.espnf1.com/ferrari/motorsport/story/165513.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Sam 5 Juil - 1:03:40


  • GP de Grande-Bretagne - Présentation


Faire ses preuves
Nate Saunders / Daniel Bastien
3 juillet 2014

Silverstone compte parmi les circuits historiques de la Formule 1
© Sutton Images
 
La F1 est de retour à Silverstone, berceau du championnat. Il y a deux semaines, en Autriche, la situation est en quelque sorte revenue à la normale puisque Mercedes a signé un doublé là-bas, tournant ainsi la page sur les problèmes techniques qui ont ouvert la porte pour Red Bull au Canada. Il faut donc s'attendre à un nouveau duel Nico Rosberg-Lewis Hamilton ce week-end, à moins que d'autres surprises surviennent. Rappelons que le duo Williams s'est emparé de la première ligne de la grille de départ en Autriche, ce qui avait "sonné l'alarme" pour Niki Lauda, le conseiller de Mercedes.
Les performances démontrées par Williams lors des deux dernières courses, une équipe profitant également du puissant groupe propulseur Mercedes, laissent croire qu'un autre podium (sinon mieux) sera à la portée de cette équipe à Silverstone. Pendant ce temps, suite à la rechute spectaculaire du motoriste Renault en Autriche, Red Bull fera le maximum pour revenir parmi le Top 5 ce dimanche. En fait, plusieurs autres pilotes et équipes tenteront de faire leurs preuves ce week-end.

En hausse
Le balancier penche vers l'un ou l'autre des pilotes Mercedes cette saison, mais il est clair que Nico Rosberg est en pleine forme ces temps-ci. Le leader du championnat compte actuellement 29 points d'avance sur Lewis Hamilton. Bien entendu, il a profité de l'abandon de son coéquipier au Canada, et des arrêts un peu lents de ce dernier en Autriche, mais le fait demeure que Rosberg gère très bien les moments critiques de ses courses et parvient à récolter d'excellents points. Jusqu'à ce jour cette année, soit le pilote allemand gagne, soit il termine 2e. C'est un palmarès impressionnant.
En Autriche, Williams occupait la première ligne de la grille de départ samedi ; dimanche, Valtteri Bottas montait sur le podium pour la première fois grâce à sa 3e place, tandis que Felipe Massa était le 4e à franchir la ligne d'arrivée. Un doublé Williams derrière le doublé victorieux Mercedes. Les chances de remporter la course se sont apparemment dissipées suite à l'adoption d'une stratégie d'arrêt très (trop ?) conservatrice, mais le directeur des performances Rob Smedley a expliqué que Williams aurait couru le risque de perdre les 3e et 4e places si l'équipe avait tenté une attaque directe contre Mercedes.
Soulignons aussi les efforts de Sergio Pérez, qui a tourné la page sur son accrochage controversé avec Felipe Massa lors du dernier tour du GP du Canada. En Autriche, le pilote Force India a très bien mené sa course, se faisant un devoir de réfuter les dires de Massa qui mettait en doute son tempérament et son professionnalisme derrière le volant. Pérez était 6e à l'arrivée malgré une pénalité de recul de cinq places sur la grille, ce qui laisse croire que le Mexicain pouvait rejoindre le Top 5 dans des circonstances normales. Ce fut une belle performance, mais Pérez doit maintenant se montrer aussi régulier que son coéquipier Nico Hülkenberg.



C'est tendu entre Red Bull et Renault
© Getty Images


En baisse
Le motoriste Renault, après avoir célébré sa première victoire de la saison au Canada, a vécu toute une rechute en Autriche. Son meilleur résultat était une 8e place à 43 secondes du vainqueur, gracieuseté de Red Bull et Daniel Ricciardo. Le patron de Red Bull, Christian Horner, a parlé d'une situation "inacceptable" et déclarait que "des changements doivent avoir lieu chez Renault." Sachant que le circuit de Silverstone compte plusieurs lignes droites, et que la puissance maximale est utilisée pendant 60 % du tour, les écuries clientes de Renault risquent de voir les voitures motorisées par Mercedes s'éloigner loin devant encore une fois.
Kimi Räikkönen attend toujours de signer un excellent résultat avec Ferrari. Il est clair que le pilote finlandais n'est toujours pas à l'aise dans la monoplace rouge ; Fernando Alonso fait beaucoup mieux et il laisse son coéquipier loin derrière. Parmi les pilotes n'ayant toujours pas marqué le moindre point à ce jour cette saison, le nom de Pastor Maldonado se fait remarquer. Le pilote Lotus n'a qu'une 12e place comme meilleur résultat (en Autriche) et peine à suivre son coéquipier Romain Grosjean. En conditions de qualifications, le Vénézuélien n'a battu le Français qu'une fois en huit courses, mais il demeure optimiste.

À surveiller
Après avoir vu Lewis Hamilton rater ses qualifications en Autriche mais exécuter une remarquable remontée jusqu'à la 2e place, le pilote Mercedes n'est ni en hausse, ni en baisse. Mais la situation a grandement changé depuis ses quatre victoires consécutives. Alors que Nico Rosberg gère parfaitement la situation depuis Monaco, l'armure de Hamilton semble montrer des signes de faiblesse, conséquence de sa personnalité plus émotive en piste. Mais Hamilton est à son meilleur lorsqu'il est en chasse, donc le GP de Grande-Bretagne, sa course à domicile, pourrait être une excellente opportunité pour lui.
Autre aspect intéressant à surveiller ce week-end : est-ce que les évolutions apportées à la monoplace McLaren permettront à l'équipe de faire le grand pas en avant si souhaité ? Sachant que les patrons refusent de se prononcer sur la composition de leur duo de pilotes de la saison 2015, une voiture revitalisée pourrait permettre à Jenson Button de démontrer qu'il mérite une prolongation de contrat, lui qui ne se voit pas courir ailleurs qu'en F1.



Caterham a de nouveaux patrons
© Sutton Images


Points chauds
Une nouvelle ère chez les verts : La grande nouvelle des derniers jours, c'est l'acquisition de l'écurie Caterham par un consortium d'investisseurs issus de la Suisse et du Moyen-Orient. Cela dit, la vente de l'équipe n'était aucunement une surprise puisqu'il s'agissait du secret le moins bien gardé du paddock. Pour le moment, Caterham conservera son nom ainsi que sa base de Leafield, mais sera maintenant dirigée par l'ancien pilote Christijan Albers.
Dans le communiqué de presse, le Néerlandais a indiqué que sa priorité est de battre Marussia dans le championnat des constructeurs et de voir Caterham s'emparer de la 10e place du classement. Cet objectif risque d'être très difficile à atteindre puisque Marussia a marqué 2 points à Monaco, mais on ne sait jamais quelle opportunité pourrait se présenter d'ici novembre. Caterham a de nouveaux propriétaires, la haute direction a changé, et il reste à voir si d'autres annonces seront faites d'ici la fin de la saison. Une rumeur circule sur la possibilité de voir d'autres pilotes que Kamui Kobayashi et la recrue Marcus Ericsson derrière le volant.
Sonnette d'alarme : Suite au GP d'Autriche, Red Bull a clairement communiqué toute sa frustration à l'égard des performances du groupe propulseur Renault. Il fallait s'y attendre après un Grand Prix à domicile humiliant pour cette équipe : Sebastian Vettel avait des difficultés techniques dès le 2e tour et Daniel Ricciardo ne pouvait prétendre à mieux qu'une 8e place. Les monoplaces de l'équipe championne du monde en titre manquaient de vitesse depuis le début du week-end. Helmut Marko, le puissant conseiller de Red Bull, a indiqué qu'en termes de motorisation, l'équipe a d'autres options en vue de 2016... si cela s'avérait nécessaire de regarder ailleurs.
Le problème, c'est que les groupe propulseurs sont largement gelés pour la saison 2014 et Renault a d'ailleurs rappelé ce fait publiquement. L'entreprise compte sur 2015 pour faire des gains significatifs par rapport à sa rivale Mercedes, mais il est déjà clair que l'année prochaine sera une période critique pour sa relation à long terme avec Red Bull. Notons que des changements ont déjà lieu aux plus hauts niveaux de l'organigramme Renault.
Le patron Christian Horner a récemment laissé entendre qu'il préférerait voir Renault prioriser son équipe plutôt qu'offrir un service identique à ses quatre clientes (Red Bull, Lotus, Toro Rosso et Caterham). Une rumeur circule à l'effet que Mercedes, qui va perdre McLaren l'année prochaine au profit de Honda, pourrait remplacer cette équipe par Lotus en 2015. Si cela se concrétise, Red Bull serait alors la seule écurie de pointe de Renault, ce qui, on en doute pas, ferait le bonheur de Horner.



Monza, l'un des grands rendez-vous de la saison
© Getty Images

L'argent est roi : Les propos récents de Bernie Ecclestone au sujet du circuit de Monza font réagir. Le président de FOM est prêt à dire "bye bye" à ce lieu historique après 2016, et cela ne peut faire autrement que frustrer les fans de F1. Encore une fois, un lieu sacré de la catégorie reine est à risque de disparaître du calendrier. Nous pouvons espérer que la menace d'Ecclestone n'est qu'une façon pour lui de signaler qu'il est temps de renégocier le contrat, et d'informer les promoteurs qu'ils doivent moderniser les installations. Ce ne serait pas la première fois qu'il utilise cette tactique.
Nous peinons à croire qu'Ecclestone est réellement prêt à abandonner Monza, mais cette affaire souligne une tendance inquiétante concernant les circuits historiques de la F1. Si un circuit qui attire des foules immenses (et qui sert de course à domicile de Ferrari) ne peut se permettre d'organiser un Grand Prix, c'est que quelque chose est sérieusement détraqué dans le modèle d'affaires de la F1.
Certains circuits dispendieux (comme ceux de la Turquie, de l'Inde ou de la Corée par exemple) peuvent disparaître du championnat sans que les fans réagissent. Mais la perte de circuits qui représentent l'essence même de la Formule 1, voilà qui pourrait avoir un impact désastreux sur l'avenir de la catégorie reine. Après avoir vu des tribunes bondées et des foules impressionnantes au Canada et en Autriche, et sachant que des scènes similaires sont à venir ce week-end en Grande-Bretagne, il est temps qu'Ecclestone comprenne que ses propos au sujet de Monza révèlent à quel point la situation actuelle de la F1 n'est pas saine.
Si ce n'est pas cassé... : La semaine dernière, la FIA a fait part d'une série de changements entérinés dans la réglementation technique et sportive de 2015. Le plus notable est celui concernant les départs arrêtés suite au déploiement de la Voiture de Sécurité. Puisque la F1 n'a pas consulté ses fans, ni écouté l'opposition de ses propres pilotes, il n'est pas surprenant que ce changement soit si impopulaire. Il est vrai que les fans n'ont pas accès à un mécanisme qui leur permettrait de faire connaître leur opinion sur les changements qui pourraient être apportés, mais il est également vrai que personne ne criait haut et fort pour que les relances traditionnelles soient éliminées.
Même Pirelli, l'unique manufacturier de pneumatiques de la F1, ne sait pas encore quoi faire pour s'assurer que ces départs arrêtés soient sécuritaires. Il est évident qu'une grille composée de voitures dont les gommes sont à différents stades d'usure, et dont la température aura chuté, n'est pas sans risques. Le départ d'une course est déjà un moment propice aux accrochages sur des pneus neufs, alors imaginez ce que cela pourrait être à la mi-course, alors que certains pilotes seront déjà passés par les stands et d'autres pas.
La F1 a ignoré le vieil adage 'Si ce n'est pas cassé, ne le répare pas' lorsqu'elle a décidé de doubler les points de la dernière course, ce qui a provoqué la colère de la nette majorité des fans (et leur opinion n'a pas changé). Et voilà qu'on adopte la même approche avec les départs arrêtés suite au déploiement de la Voiture de Sécurité, une mesure censée améliorer le spectacle, mais que plusieurs considèrent injuste et inutilement risquée. Il faut s'attendre à ce que des pilotes fassent part de leur opinion sur le sujet au cours du week-end à Silverstone.



Silverstone demeure toujours aussi populaire
© Sutton Images


Attaque de stats

  • Construit sur le site d'un aérodrome de la Seconde Guerre mondiale, le circuit de Silverstone a présenté la première course du championnat inaugural de F1 en 1950. L'épreuve a été remportée par Giuseppe Farina, qui serait couronné champion. 2014 marque la 50e édition du GP de Grande-Bretagne.
  • Jim Clark et Alain Prost sont à égalité pour le record du plus grand nombre de victoires en Grande-Bretagne, avec cinq chacun. Parmi les pilotes actuels, seul Fernando Alonso a remporté cette course plus d'une fois.
  • Avec Monaco, Spa-Francorchamps et Monza, le circuit de Silverstone compte parmi les sept tracés ayant figuré sur le calendrier du championnat inaugural de Formule 1, en 1950.
  • Lewis Hamilton est le dernier vainqueur de cette course à devenir champion au cours de la même saison ; c'était en 2008. Il s'agit aussi de sa seule victoire à domicile à ce jour.
  • Aucun pilote n'a remporté deux GP de Grande-Bretagne consécutifs depuis David Coulthard, en 1999 et 2000.


Pilote-commissaire
Nigel Mansell sera le pilote-commissaire ce week-end en Grande-Bretagne ; le champion du monde 1992 occupe ce poste à Silverstone depuis 2011. Mansell a piloté pour Lotus, Williams, Ferrari et McLaren entre 1980 et 1995. Il a remporté sa course à domicile quatre fois.

Météo
Williams s'est rapprochée de Mercedes au Canada et s'est battue contre sa rivale en Autriche, mais plus tôt cette saison, sa monoplace était moins compétitive dans des conditions pluvieuses. Si c'est toujours une faiblesse, la tâche de Williams pourrait se compliquer samedi et dimanche. Cependant, si les averses se manifestent, les équipes motorisées par Renault auront peut-être des raisons de se sentir plus optimistes pendant les qualifications et la course. Mais le fait demeure que Mercedes est une écurie difficile à battre, peu importe les conditions.

La conclusion d'ESPNF1
Mercedes est la référence parmi les équipes, Nico Rosberg est en pleine forme et Lewis Hamilton est très motivé. Une autre belle bataille s'annonce, mais il reste à voir si Williams pourra à nouveau venir brouiller les cartes pendant les qualifications, et pourquoi pas tenter un grand coup dimanche, lors de sa course à domicile ? Il faudra également surveiller Force India, qui semble monter en puissance depuis quelque temps ; l'équipe visera sûrement un résultat dans le top 5. Quant à Ferrari et Red Bull, elles devront élaborer des stratégies agressives et se positionner pour profiter pleinement de chaque opportunité, et à Silverstone, elles peuvent être multiples.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165083.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Sam 5 Juil - 15:38:00


  • GP de Grande-Bretagne - Qualif


Rosberg en pole, Hamilton sixième
ESPN Staff
5 juillet 2014

Nico Rosberg décroche sa 4e pole de l'année sur le fil © Sutton Images
Agrandir
Les pilotes ne devaient pas couper leur effort avant le dernier secteur de leur dernier tour, Nico Rosberg l'a compris, il réussit la pole devant Sebastian Vettel et Jenson Button, Lewis Hamilton s'est trompé, il se classe seulement sixième.
Le circuit de Silverstone nous a offerts une qualification à rebondissements, avec des conditions climatiques changeantes. La Q1 a fait de gros dégâts, éliminant les deux Ferrari et les deux Williams. Le suspense a duré jusqu'au bout, avec deux dernières minutes haletantes. Daniel Ricciardo (8e) et les Toro Rosso de Daniil Kvyat et Jean-Éric Vergne (9e et 10e) avaient fait le pari de ne pas ressortir, mauvais choix, ils verront leurs adversaires de la Q3 améliorer leurs chronos.
Nico Rosberg a disposé d'un dernier essai de justesse, franchissant la ligne d'arrivée une seconde avant le drapeau à damiers, au contraire de Sergio Pérez (7e), il était très lent dans les deux premiers secteurs encore gorgés d'eau mais il ne relâchera pas son effort avant la fin, il en est récompensé. Il voyait les autres pilotes devant lui signer l'un après l'autre le meilleur temps, il savait qu'il avait des chances de glaner la pole. Hamilton ne l'avait pas compris, il a avorté son dernier tour.

Button le meilleur britannique
Le leader du championnat égale son équipier sur la saison avec sa quatrième pole position en 2014, sa 8e en carrière. Il s'élancera devant Sebastian Vettel, relégué à 1''6 du poleman. Le pilote Red Bull s'est bien repris après un premier tour gâché par la pluie, Jenson Button a reçu les applaudissements de son public, il sera le meilleur Britannique sur la grille avec la troisième place, devant Nico Hülkenberg et Kevin Magnussen.
Les Français s'étaient brillamment qualifiés pour la Q2, Jules Bianchi avait même réussi le 4e chrono, ils n'ont pas réussi à se qualifier pour la Superpole. Le pilote Marussia a réussi, avec la 12e place juste derrière Romain Grosjean, la meilleure séance de sa carrière, comme Max Chilton (13e) qui sera néanmoins rétrogradé de cinq places sur la grille. En fond de classement, les deux Caterham trustent les deux dernières positions de la séance, loin des 107%, mais les commissaires, Nigel Mansell parmi eux, ont décidé de les laisser participer au Grand Prix.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165647.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Sam 5 Juil - 15:40:41


  • GP de Grande-Bretagne 2014


Déclarations des pilotes - Qualifications
ESPNF1 Staff / D.B.
5 juillet 2014

Rosberg, Vettel et Button... mais pas Hamilton
© Sutton Images
 
Suite aux qualifications du Grand Prix de Grande-Bretagne sur le circuit de Silverstone, les pilotes commentent leurs performances.
Les conditions changeantes ont perturbé le déroulement de ces qualifications, et le résultat est une grille très mixte. Au cours des derniers moments dramatiques de la séance, Lewis Hamilton, détenteur de la pole provisoire, a abandonné son tour lancé ; c'est alors qu'il a vu cinq pilotes le devancer. Pire encore, c'est Nico Rosberg, son coéquipier chez Mercedes et leader actuel du championnat, qui s'est emparé de la pole position. Quel revirement ! Un Hamilton extrêmement déçu avouait son erreur peu après (et il n'était pas le seul).
Un autre allemand sera aux côtés de Rosberg sur la première ligne, puisque la Red Bull de Sebastian Vettel occupera la 2e case de la grille. Jenson Button a sûrement fait le bonheur de McLaren (et du PDG Ron Dennis) en s'emparant de la 3e place. Il y aura beaucoup d'émotion si le Britannique, qui porte un casque rose à la mémoire de son père ce week-end, monte sur le podium dimanche.
Nico Hülkenberg (Force India) peut lui aussi espérer goûter au champagne puisqu'il démarrera de la 4e place, devant la McLaren de Kevin Magnussen et la Mercedes de Hamilton, qui complète le Top 6 alors qu'il ne s'y attendait pas du tout. La situation est bien pire pour Valtteri Bottas et Felipe Massa (Williams), ainsi que Fernando Alonso et Kimi Räikkönen (Ferrari), dont les équipes ont complètement raté leur évaluation de la situation pendant la Q1... Cela dit, de belles remontées sont à prévoir pendant la course.
Soulignons les 12e et 13e places de Jules Bianchi et Max Chilton, du jamais vu pour l'écurie Marussia. Cependant, Chilton devra reculer de cinq places suite au changement de sa boîte de vitesses. Le résumé des qualifications britanniques est ici, la galerie d'images du samedi est ici.
Pole position - Nico Rosberg, Mercedes : "Wow, quelle séance qualificative. C'était très difficile, avec la pluie et les conditions rapidement changeantes. C'est très satisfaisant de tout réussir parfaitement dans de telles situations et d'être en mesure de se retrouver au sommet. Merci à l'équipe de m'avoir si bien guidé pendant cette heure. Mon dernier tour rapide était difficile car c'était très serré au niveau du temps et j'étais coincé juste derrière Lewis (Hamilton). Heureusement, il n'a pas complété son tour. Je me suis souvenu que nous perdions trois à quatre secondes dans les derniers virages lorsqu'il pleuvait, (mais puisque la piste s'asséchait), il y avait là une bonne opportunité pour améliorer mon chrono alors je devais continuer. Démarrer de la pole est une grande opportunité, je vais tout donner pour gagner demain."
2e - Sebastian Vettel, Red Bull : "C'était très serré pendant la Q1 et la Q2, notre entrée en piste était très tardive vu la météo. Ensuite, pendant la Q3, nous avons effectué notre dernière tentative très tôt. Mais cela n'a pas eu d'importance au final car mon chrono était suffisant. Il est difficile d'évaluer à quel point vous pouvez pousser lorsque les conditions sont ainsi, car vous pilotez dans l'inconnu. Le tour de chauffe vous permet de déterminer que c'est humide mais que ça va s'améliorer, mais à quel point ça va s'améliorer dépend des risques que vous prenez. Il semble que j'ai bien dosé cet aspect, alors je suis content."
3e - Jenson Button, McLaren : "J'avais vraiment hâte de me rendre en piste, et dès que j'y étais, la voiture adhérait bien à la piste et je me sentais confiant. J'ai même établi le meilleur temps pendant la Q1, mais je suis sorti large dans le dernier virage car il y avait de la circulation, alors mon chrono a été annulé. Je crois que cela démontre néanmoins que nous avons tendance à tirer le meilleur des situations difficiles. Lors de mon dernier tour de la Q3, je croyais que tout était terminé dès le premier secteur. J'ai commis une erreur à la sortie du virage 5 et j'ai vécu un gros moment de survirage sur la ligne droite, mais j'ai malgré tout réussi à regagner le temps perdu pendant le reste du tour. J'aimerais beaucoup avoir des conditions mixtes pendant la course, mais si l'on veut être réaliste, nous ne serons pas aussi compétitifs qu'aujourd'hui si c'est sec. Nous ferons de notre mieux pour être aussi près de l'avant que possible, bien sûr, mais nous devrons mener une course parfaite pour obtenir un bon résultat. Malgré cela, je suis très heureux d'être 3e au départ, devant ma famille, mes amis et la foule britannique. Leur soutien m'encourage énormément depuis le début du week-end."
4e - Nico Hülkenberg, Force India : "Tout a très bien fonctionné pour nous et je suis très heureux de cette 4e place sur la grille. Au cours de journées comme celle-ci, il faut juste être au bon endroit au bon moment, et avoir un peu de chance. Les conditions de piste étaient tellement variables à la fin de la Q3, je n'ai jamais vu une piste s'assécher aussi rapidement. Il y avait quelques gouttes de pluie au milieu de cette séance, mais c'était complètement sec pendant mon dernier tour. La 4e place nous positionne très bien en vue de demain, mais il est difficile de dire où nous nous situons en termes de rythme de course. Nous avons clairement progressé depuis hier au plan de l'équilibre et il y avait beaucoup moins de vent aujourd'hui, ce qui a joué en notre faveur. La grille de départ est intéressante, j'espère que ce sera une course enthousiasmante pour les fans."
5e - Kevin Magnussen, McLaren : "Ce fut une séance qualificative très difficile. La 3e place de Jenson (Button) est fantastique pour lui et l'équipe, tandis que je suis satisfait d'être 5e. C'était vraiment difficile de deviner dans quel sens la piste allait évoluer d'un tour à l'autre, alors mon approche était relativement conservatrice. En ce moment, je regrette de ne pas avoir poussé davantage, mais il est toujours très compliqué de savoir jusqu'à quel point on peut pousser. À la fin de la Q3, j'étais très surpris de voir la piste s'assécher autant. Je ne pensais même pas qu'il était nécessaire de retourner en piste vers la fin car ce n'était pas sec du tout, mais les conditions étaient meilleures que nous pensions. Il est difficile de prédire ce que nous serons en mesure d'accomplir dimanche. Nous sommes bien placés pour le début de la course, mais pour être réaliste, nous ne devrions pas être là normalement. Je vais néanmoins tout donner demain."



Hamilton n'avait pas le sourire suite aux qualifications
© Sutton Images

6e - Lewis Hamilton, Mercedes : "J'ai commis une erreur aujourd'hui, j'ai abandonné mon tour alors que j'aurais dû continuer. Ces qualifications furent difficiles vu les conditions changeantes mais nous avons néanmoins plutôt bien réussi à nous en sortir, sauf au plus important moment. C'était ma décision, un mauvais jugement, et c'est ce qui a décidé mon résultat. Je suis très désolé d'avoir déçu mes fans qui sont venus ici aujourd'hui car leur soutien est fantastique ; je vais faire mon possible pour leur donner une excellente course demain. J'aurai besoin d'un départ comme celui en Autriche il y a deux semaines, et je ferai ensuite de mon mieux pour revenir à l'avant. On ne sait jamais ce qui pourrait arriver. Lorsque vous venez de sortir de la voiture, il est difficile d'exprimer ses émotions et de voir les aspects positifs. Mais je vais retourner voir l'équipe et ma famille, et nous allons préparer demain."
7e - Sergio Pérez, Force India : "Mes sentiment sont mitigés. C'était super d'accéder à la Q3 avec les deux voitures et de devancer certains de nos rivaux principaux. Si on nous avait offert cela avant la séance, nous aurions été satisfaits. Cependant, c'est également décevant car nous aurions pu obtenir un meilleur résultat et nous le savons. J'étais 3e jusqu'au dernier tour, mais lorsque les conditions de piste se sont améliorées, je suis sorti large dans le virage 12 et la température de mes pneumatiques a chuté. J'ai dû laisser passer des voitures et cela a créé de gros problèmes pour moi. Sinon, je suis sûr que nous aurions pu rejoindre les deux premières lignes de la grille. C'est dommage car les pneus fonctionnaient vraiment très bien et nous profitions au maximum des conditions. Mais cela demeure un résultat très positif et nous devrions avoir de bonnes opportunités pour faire une bonne course et marquer beaucoup de points. Il est très difficile de dépasser à Silverstone et la position sur la grille est très importante, alors je suis confiant."
8e - Daniel Ricciardo, Red Bull : "Puisque la pluie tombait toujours, je ne m'attendais pas à ce que la piste devienne plus rapide à la fin. Nous pensions vraiment que la piste n'allait pas s'améliorer, et la seule raison pourquoi Vettel est retourné en piste, c'est parce qu'il n'avait pas de chrono à ce moment-là. J'imagine qu'il faut en tirer une leçon. J'étais étonné de constater à quel point la piste devenait rapide, je me suis dit qu'elle s'asséchait beaucoup plus rapidement que je m'attendais. Demain, nous progresserons à partir de cette position."
9e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "Nous nous battions pour de très bonnes positions aujourd'hui, mais vers la fin nous avons pris la décision de ne pas retourner en piste. Cela semblait être la bonne décision à prendre à ce moment-là, car il était dur d'imaginer que quiconque réussirait à améliorer son chrono puisqu'il avait beaucoup plu et les conditions de piste étaient difficiles. Mais quoiqu'il en soit, c'est ainsi, et au fond les 9e et 10e places sont de bonnes positions de départ. Nous allons nous battre demain, c'est clair !"
10e - Jean-Éric Vergne, Toro Rosso : "Ce fut une bonne séance qualificative, du moins jusque dans les derniers moments lorsque nous avons commis une erreur en décidant de ne pas retourner en piste pour un dernier run. Je ne sais pas trop pourquoi, mais il est clair que tous ceux qui sont retournés en piste ont amélioré leur résultat. C'est dommage car nous avions une bonne voiture pour viser plus haut dans le classement. Et c'est également décevant quand on considère le fait que nous étions régulièrement plus rapides que certaines voitures qui se retrouvent devant nous sur la grille de demain. Mais demeurons positifs, les 9e et 10e places demeurent néanmoins de bonnes positions de départ pour faire une bonne course."
11e - Romain Grosjean, Lotus : "Ce fut une bonne séance pour moi malgré les conditions météo difficiles. Cette pluie a sûrement fait du bien à mon jardin ! La Q1 était difficile, mais nous avons chaussé les pneumatiques pour le sec au bon moment. Malheureusement, il y a avait un drapeau jaune dans le virage 6 pendant la Q2, sinon je pense que j'aurais accédé à la Q3. Comparé à hier, la voiture se comportait bien pendant les qualifications et c'est très important pour nous. Tout le monde a fait du beau boulot, a travaillé très fort, et maintenant la voiture est comme je la veux. J'espère que ce sera toujours le cas demain et que nous pourrons pousser aussi fort que possible pour marquer des points."



Marussia a bien profité des conditions
© Sutton Images

12e - Jules Bianchi, Marussia : "Ce fut une journée fantastique pour l'équipe et je suis si heureux pour tout le monde. Après nos premiers points à Monaco, c'est génial de réussir la meilleure qualification de l'histoire de notre équipe. Aujourd'hui, la situation n'a pas été facile et ce résultat, nous le devons à une grande stratégie qui nous a permis de bien prévoir les conditions et d'utiliser au maximum le temps qui nous était imparti pour entrer en piste avec les pneumatiques adéquats. On a dû prendre des risques, mais on avait tout à gagner. Pour notre dernier tour rapide, nous avons décidé d'utiliser les pneumatiques pour le sec, même si la piste était vraiment à la limite. J'ai vraiment eu un bon tour avant que le drapeau jaune sorte pour le tête-à-queue de Gutiérrez. Je pense que sans cela, j'aurais pu faire encore mieux, alors qui sait ce qu'il se serait passé. Je suis vraiment heureux d'avoir réussi ce résultat pour la course à domicile de l'équipe. Tout doit être possible pour cette course. Je vais essayer de faire le maximum pour profiter de chaque opportunité."
*13e - Max Chilton, Marussia : "L'équipe a fait un travail incroyable aujourd'hui, elle a pris des décisions fantastiques et nous a mis en piste exactement aux moments où cela était nécessaire. Je suis vraiment ravi de cette 13e place. Cependant, s'il n'y avait pas eu ce drapeau jaune pour Gutiérrez, nous aurions pu terminer encore plus haut sur la grille de départ. Dans ces conditions humides, il y a toujours une part de risque à prendre pour faire son dernier tour sur la fin. Évidemment, j'ai cette pénalité de cinq places pour un changement de boîte de vitesses qui est intervenu ce matin, cela me fait reculer, mais j'avais besoin d'une bonne séance qualificative en raison justement de cette pénalité et c'est ce que nous avons réussi à faire, alors il n'y a pas à être déçu. Les sensations sont fantastiques après une telle qualification devant les supporters britanniques. Je suis maintenant pressé de me retrouver en course. Je suis devant les Caterham et les conditions météo pourraient être similaires ; elles nous permettront peut-être de progresser car nous sommes très forts sous la pression, comme nous l'avons démontré."
**14e - Esteban Gutiérrez, Sauber : "Nous avions une très bonne stratégie, mais les conditions étaient difficiles car la météo était continuellement imprévisible. J'ai été rattrapé par une voiture plus rapide pendant mon dernier tour lancé, alors j'ai tenté de pousser aussi fort que possible. Malheureusement, j'ai échappé la voiture et frappé le mur. Nous étions tous les deux sur notre dernier tour rapide, je tentais de faire du mieux possible."
***15e - Pastor Maldonado, Lotus :" Nous avons manqué de carburant pendant la deuxième période des qualifications et j'ai dû garer la voiture en bordure de piste. L'équipe enquête pour comprendre ce qu'il s'est passé. Pour le reste, les sensations étaient bonnes dans la voiture et nous avions une bonne opportunité pour rejoindre le Top 10. Le rythme était bon ce matin (pendant les essais libres) et la voiture faisait ce que je voulais qu'elle fasse. La stratégie que nous avions pour ces conditions météo difficiles était bonne, alors je suis évidemment déçu de ma position sur la grille (il a ensuite été exclu des qualifications, ndlr). Maintenant, l'objectif est d'obtenir le meilleur résultat possible pendant la course."
16e - Adrian Sutil, Sauber : "Malheureusement, j'ai commis une erreur aujourd'hui. Alors que je quittais la piste, j'ai vu que le virage était très mouillé. L'arrière de la voiture a décroché et je me suis retrouvé coincé dans le gravier. C'est dommage car j'étais alors 9e, alors j'avais accès à la deuxième période des qualifications, mais je n'ai pu participer. Les conditions étaient difficiles pour tout le monde. Puisque la voiture était difficile à piloter et que nous étions à la limite, de telles erreurs peuvent facilement se produire."



Williams (comme Ferrari) a complètement raté son timing samedi
© Sutton Images

17e - Valtteri Bottas, Williams : "Toute cette séance a été incroyable. Nous avons attendu trop longtemps pour chausser les pneus slicks, alors nous n'avons pas eu le temps d'enregistrer un tour rapide avant que la pluie se remette à tomber. En fait, nous avons été malchanceux avec la pluie. Nous avions le rythme pour rejoindre la Q3, nous avons donc raté une bonne opportunité. La course sera longue demain et nous avons une bonne voiture, alors il est encore possible de marquer des points, mais la météo risque encore de jouer un rôle."
18e - Felipe Massa, Williams : "Il s'agit vraiment d'une opportunité manquée pour bien positionner la voiture en prévision de demain. La piste s'asséchait alors nous devions réaliser un bon tour, mais nous ne nous attendions pas à la pluie. Dès qu'il s'est remis à pleuvoir, c'était fini pour nous. Il y aura beaucoup à faire demain et ce ne sera pas facile, mais la voiture vaut mieux que sa position actuelle."
19e - Fernando Alonso, Ferrari : "Les qualifications se transforment toujours en loterie lorsqu'il pleut ; cela peut bien se passer ou mal se passer. Surtout, il devient facile de commettre des erreurs. Dans des moments aussi compliqués que ceux-là, il faut chausser les pneumatiques au bon moment mais la chance joue toujours un grand rôle quoi qu'il arrive. Je pense que si nous avions chaussé la gomme medium 30 secondes plus tôt ou plus tard, sur une piste sèche, les choses auraient pu être très différentes. Demain, nous tenterons de regagner autant de terrain que possible pendant la course. Nous avions un bon rythme hier sur le sec, et même sur piste humide, comme nous l'avons vu pendant mon premier tour de la Q1, cela semble prometteur. Des conditions mixtes pourraient nous aider, mais ici, il est impossible de savoir ce que la météo va apporter demain. Ce qui est sûr, puisque nous démarrerons de si loin, c'est qu'il y aura beaucoup d'action."
20e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Nous savions que les conditions météo changeantes allaient rendre ces qualifications imprévisibles, mais je ne m'attendais certainement pas à un tel résultat. J'ai complété quatre tours sur la gomme intermédiaire lors de mon premier run car la piste était encore humide, et lorsque la pluie a cessé nous avons décidé de passer aux slicks. Les conditions étaient acceptables sur la première partie de la piste, mais il a recommencé à pleuvoir dans le deuxième secteur et cela nous a empêché d'enregistrer un chrono suffisamment bon pour accéder à la Q2. Ce ne sera pas facile de remonter dans le classement demain, mais nous ferons de notre mieux pour gagner du terrain. De plus, mes impressions dans la voiture étaient meilleures aujourd'hui qu'hier, alors je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas essayer de mener une bonne course."
****21e - Marcus Ericsson, Caterham : "Nous avons débuté sur les pneus intermédiaires comme la majorité du peloton, et avons décidé de chausser la gomme medium dès mon retour aux stands. Les conditions de piste étaient difficiles et j'ai commis une erreur dans le deuxième secteur alors que je poussais très fort. Je n'ai pu récupérer le temps perdu et voilà où nous nous retrouvons. Les conditions météo risquent d'être similaires demain, alors cela pourrait mener à des opportunités, surtout avec les voitures qui nous entoureront sur la grille. Il faudra répondre présent au bon moment, donc nous allons travailler aussi fort que possible pour que ce soit le cas."
****22e - Kamui Kobayashi, Caterham : "J'ai débuté la Q1 sur des pneus intermédiaires, mais après deux tours il semblait possible de passer aux slicks. J'ai chaussé la gomme medium, mais peu après mon retour en piste, l'équipe m'a demandé de revenir au stand car il y avait un problème avec ma voiture. Quelques ajustements ont été faits, j'ai effectué une autre tentative, cependant le même souci technique est réapparu alors je n'arrivais pas à rouler plus vite. C'est dommage, car au cours d'une séance comme celle d'aujourd'hui, nous aurions pu avoir l'une de nos voitures, sinon les deux, en Q2. Mais ce n'est pas le cas."

Notes
*Chilton : Pénalité de recul de 5 places sur la grille de départ, suite au remplacement de sa boîte de vitesses.
**Gutiérrez : Pénalité de recul de 10 places sur la grille de départ, conséquence d'une roue mal fixée lors d'un arrêt en Autriche.
***Maldonado : Exclu des qualifications car la FIA n'a pu retirer un échantillon d'un litre d'essence de sa voiture, tel que prévu dans la réglementation. Il sera repositionné en fond de grille (devant les Caterham, dont les chronos sont supérieurs à 107 % du meilleur temps).
****Ericsson et Kobayashi : Leurs chronos ne respectent pas la règle du 107 %, mais les commissaires ont décidé qu'ils peuvent néanmoins participer à la course.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165689.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Guylaine le Sam 5 Juil - 16:09:11

Heureuse pour Rosberg qui comme on le sait fut le dernier co-équipier de Michael Schumacher .  



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20565
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Dim 6 Juil - 13:13:31


  • P de Grande-Bretagne

Hamilton, belle opération à domicile
Yann Donat-Magnin
6 juillet 2014  

Lewis Hamilton lève les bras au ciel après sa victoire © ESPNF1
 
Lewis Hamilton s'impose pour la deuxième fois de sa carrière à Silverstone, six ans jour pour jour après la première, il triomphe devant Valtteri Bottas et Daniel Ricciardo. Il revient à quatre points de Nico Rosberg, contraint à l'abandon, au championnat.
Le début de course est chaotique, Kimi Raikkönen percute les barrières de sécurité et traverse à nouveau la piste pour terminer dans le mur d'en face, abandon pour le Finlandais comme pour Felipe Massa. Le Brésilien s'était pourtant levé sur ses freins mais cela n'avait pas suffi. Grand Prix interrompu pendant une heure, le temps de réparer les barrières, Raikkönen partait lui dans le centre médical. Diagnostic : légère blessure aux chevilles mais sa participation en Allemagne pas remise en question.
Quand la course reprend ses droits, après un tour derrière la Voiture de Sécurité, Hamilton est quatrième, après un excellent départ, derrière Rosberg et les deux McLaren de Jenson Button et Kevin Magnussen. Le Britannique prend rapidement le meilleur sur ce duo et revient au deuxième rang. Il prendra les commandes à la faveur d'une boîte de vitesses défaillante sur la W05 de son équipier. Premier abandon pour lui en 2014, la route est dégagée pour Hamilton, qui triomphe devant son public en liesse et qui comble l'écart au classement.

Vettel-Alonso, ça valait le coup d'œil
Valtteri Bottas grimpe encore d'une position. Troisième en Autriche, il termine aujourd'hui deuxième malgré une lointaine 14e place sur la grille. Une belle conclusion pour Williams après un week-end difficile. Le Finlandais devance sur la ligne Daniel Ricciardo et Jenson Button, qui échoue à huit dixièmes de son premier podium sur ses terres.
Sebastian Vettel se classe cinquième après un beau duel livré face à Fernando Alonso. Les deux champions du monde se sont bagarrés, ont résisté, défendu, se sont plaint de l'autre mais l'Allemand est sorti vainqueur. Belle performance pour Toro Rosso qui place ses deux voitures dans les points, Daniil Kvyat prenant la 9e place devant Jean-Éric Vergne. Les autres Français sont à l'arrivée mais hors des points, Romain Grosjean se classe 12e, Jules Bianchi 14e.
© ESPN Sports Media Ltd.
Grand Prix de Grande-Bretagne 2014
PilotesÉquipesPoints
1LC Hamilton (GBR) Mercedes25
2V Bottas (FIN) Williams18
3D Ricciardo (AUS) Red Bull15
4J Button (GBR) McLaren12
5S Vettel (GER) Red Bull10
6F Alonso (ESP) Ferrari8
7K Magnussen (DEN) McLaren6
8N Hülkenberg (GER) Force India4
9D Kvyat (RUS) Toro Rosso2
10J.-É. Vergne (FRA) Toro Rosso1
11S Pérez (MEX) Force India-
12R Grosjean (FRA) Lotus-
13A Sutil (GER) Sauber-
14J Bianchi (FRA) Marussia-
15K Kobayashi (JPN) Caterham-
16M Chilton (GBR) Marussia-
17P Maldonado (VEN) Lotus-
Read more at http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165923.html#OuCqGEmlDoPjWIcy.99
http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165923.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Dim 6 Juil - 13:20:09


  • Silverstone


Vettel, Alonso, c'était tendu
ESPN Staff
6 juillet 2014 

Sebastian Vettel au coude à coude avec Fernando Alonso
© Sutton Images



La bagarre pour la cinquième place entre Fernando Alonso et Sebastian Vettel a tenu en haleine tout le public de Silverstone alors que son favori, Lewis Hamilton, voguait paisiblement vers la victoire.
Les deux champions du monde se sont engagés dans une bataille dont Vettel est finalement sorti vainqueur, s'imposant avec six secondes d'avance sur la Ferrari du pilote espagnol.

Accusations mutuelles
"À deux reprises, j'ai cru que nous allions avoir un accident au virage numéro six", a déclaré le pilote allemand. "J'ai essayé de faire l'extérieur, j'avais pris l'avantage et il devait me laisser passer. Mais j'ai dû freiner pour éviter un contact. Fernando ne laisse pas suffisamment de place."
Les conversations radio de Vettel et de son stand dans lesquelles le pilote se plaignait avec insistance du comportement de son adversaire ont été relayées. Dans le même temps, Alonso estimait, lui aussi à la radio, que Vettel utiliser son DRS (Drag reduction System, Système de réduction de la traînée ou aileron ajustable) alors qu'il n'en avait pas le droit. "Ses commentaires n'ont aucun sens", rétorquait Vettel après la course.
Alonso a également clairement accusé son adversaire d'être sorti des limites du circuit, une opération dont il avait été rappelé, lors du briefing des pilotes, qu'elle serait sévèrement punie. "Dans le tour où il m'a dépassé, il est allé trois ou quatre fois au-delà de la limite du circuit", affirme Alonso. "Mais il aurait probablement dépassé dans le tour suivant, car nous étions trop lents."
Alonso a eu à s'acquitter d'une pénalité, une immobilisation au stand de cinq secondes pour s'être mal rangé sur la grille de départ. "Le tour de formation ne s'est pas très bien déroulé", a-t-il expliqué. "J'ai essayé de trouver mon bureau, le 14, j'ai vu le 77 de Bottas et le 7 de Kimi (Räikkönen) et je n'ai pas trouvé ma place ensuite. Je l'ai dépassée, j'ai essayé de faire marche arrière, mais je n'ai pas réussi à enclencher le bon rapport."
Durant tout l'après-midi, cependant, Alonso a fait le spectacle en multipliant les dépassements. "J'ai pris beaucoup de plaisir", a-t-il dit. "Mais nous avions un problème de batterie, et on a vraiment pensé abandonner au bout d'un moment." Finalement, avec une sixième place, Alonso s'en sort plutôt bien.
© ESPN Sports Media Ltd.
http://modena49.forumgratuit.ch/t1807-gp-de-grande-bretagne-6-juillet-2014-silverstone#4822



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Lun 7 Juil - 0:25:36

Grand Prix de Grande-Bretagne 2014

Déclarations des pilotes - Course
ESPNF1 Staff / D.B.
6 juillet 2014
Une victoire à domicile et réduire l'écart dans le championnat, c'est ce dont rêvait Hamilton
© Getty Images


Suite au Grand Prix de Grande-Bretagne couru sur le circuit de Silvertsone, neuvième manche du championnat 2014, les pilotes commentent leurs performances.

Au terme d'une course à rebondissements et aux combats serrés, Lewis Hamilton a remporté son GP à domicile devant une foule enthousiasmée. Cet accomplissement a été facilité par l'abandon de son coéquipier Nico Rosberg, qui demeure le leader du championnat par un maigre 4 points. Le balancier de la malchance est donc revenu de l'autre côté du garage Mercedes, la boîte de vitesse étant en cause cette fois.

Valtteri Bottas confirme la montée en puissance de l'écurie Williams : après une 3e place en Autriche, le Finlandais a fait un pas de plus pour grimper sur la 2e marche du podium. Daniel Ricciardo (Red Bull) a été l'autre pilote à goûter au champagne. Il admettait cependant qu'un ou deux tours supplémentaires auraient probablement permis à Jenson Button, très motivé au volant d'une McLaren en meilleure forme, de le battre.

La plus belle lutte a été celle entre Sebastian Vettel (Red Bull) et Fernando Alonso (Ferrari), qui ont croisé le fer pendant plusieurs tours avant que Vettel s'empare finalement de la 5e place. Chacun accusait continuellement l'autre de ne pas respecter les règles de conduite ; ces deux-là risquent d'avoir une conversation intéressante.

Notons le spectaculaire et inquiétant accident qui a laissé la monoplace de Kimi Räikkönen en pièces lors du premier tour. Iceman boitait en quittant sa monoplace, mais Ferrari dit qu'il se porte bien. Grand bravo à Kamui Kobayashi (Caterham), dont le réflexe éclair a évité un accident encore plus grave alors que Räikkönen était hors contrôle sur la piste. Felipe Massa (Williams) a également bien réagi, suffisamment pour réduire l'impact contre la Ferrari. Cela a cependant mis un terme très prématuré à son 200e Grand Prix.

Le résumé du Grand Prix de Grande-Bretagne est ici ; la galerie d'images du dimanche est ici ; le classement actuel du championnat 2014 est ici.

Vainqueur - Lewis Hamilton, Mercedes : "Gagner devant son public à domicile, c'est tout simplement le meilleur feeling. Nous avons les meilleurs fans ici et je les remercie tous énormément pour leur patience suite aux qualifications d'hier. Voir autant de soutien tout autour de la piste, c'est incroyable. J'avais déjà dit que je ne baisserais jamais les bras, mais les qualifications furent un dur coup et je devais vraiment puiser profondément en moi pour revenir avec une attitude positive ce matin. Un énorme merci à toute ma famille et à tous les fans qui m'ont encouragé ; je n'aurais pu réussir sans eux. Nico (Rosberg) profitait d'un écart important au début de la course, mais j'ai poussé fort et j'étais satisfait de mon rythme. Après avoir prolongé mon premier relais, j'ai chaussé les gommes dures et honnêtement, je ne pouvais pas croire à quel point je parvenais à rattraper Nico. Il a ensuite eu un problème et je l'ai vu s'arrêter sur le côté. C'est dommage pour l'équipe et je ne veux jamais voir un coéquipier abandonner, car je préfère toujours me battre, mais je suis sûr que nous nous battrons à nouveau à l'avenir. Ce week-end a été en dents de scie. Le fait de terminer sur une victoire après une journée comme celle d'hier, c'est fantastique. Alors merci à toute l'équipe pour son dur labeur. Je suis fier d'avoir gagné pour eux ici, où nous sommes si près de nos usines de Brackley et Brixworth."

2e podium consécutif pour Bottas et l'écurie Williams
© Sutton Images

2e - Valtteri Bottas, Williams : "Nous savions que cette course allait être très amusante. Nous savions aussi que la voiture était compétitive, elle nous a d'ailleurs surpris par sa vitesse. J'ai rapidement remonté le peloton pendant le premier relais et cela nécessitait quelques risques. Je suis heureux pour l'équipe, elle a travaillé sur notre rythme de course et cela porte fruit. Nous pensions aux points aujourd'hui, pas au podium, et nos stratèges ont fait de l'excellent boulot. Je suis vraiment désolé pour Felipe (Massa) car il s'agissait de sa 200e course. C'était très chic de sa part de se rendre au podium avec l'équipe ; j'ai vraiment apprécié. Nous sommes maintenant une équipe plus forte que nous l'étions lors des premières courses de la saison. Rester près du sommet ne sera pas facile, mais nous faisons de l'excellent boulot en ce moment."

3e - Daniel Ricciardo, Red Bull : "Je suis très heureux ! C'est la plus belle 3e place de ma carrière. Je ne suis pas aussi excité pour une 3e place habituellement, mais je le suis vraiment aujourd'hui. C'est parce que je voulais me racheter pour mon résultat (qualificatif) d'hier, et parce que nous n'avions pas une excellente voiture aujourd'hui mais nous avons néanmoins réussi à atteindre notre objectif. Je voyais Jenson (Button) se rapprocher pendant les deux derniers tours et je me disais que j'allais être vulnérable, mais j'ai tenu bon. Ma stratégie à un arrêt n'était pas planifiée. J'étais sur la gomme dure, nous étions très lents et ils ne fonctionnaient pas, alors je suis passé par les stands très tôt pour chausser la gomme medium. Après un certain temps, mon ingénieur m'a indiqué de boucler quatre autre tours et de rentrer ensuite. Je lui ai dit que le rythme était bon et que les pneumatiques ne semblaient pas se détériorer, alors j'ai proposé de rester en piste plus longtemps. Il était d'accord pour continuer pendant qu'il regardait d'autres options. Quelques tours plus tard, alors qu'il restait encore 15 à 20 tours à faire, il m'a demandé si je pourrais me rendre jusqu'à l'arrivée et je lui ai répondu que j'allais essayer. Et c'est ce que nous avons réussi, et ce fut payant !"

4e - Jenson Button, McLaren : "Les circuits comptant des changements de direction à haute vitesse, ce n'est pas notre point fort, alors je pense que nous pouvons quitter Silverstone en étant encouragés par ce que nous avons accompli ce week-end. Plus spécifiquement, c'était super de mener un si bon combat contre Fernando (Alonso), et c'était encourageant de creuser l'écart devant lui et Sebastian (Vettel) pendant le dernier relais. À la fin, j'ai franchi la ligne d'arrivée seulement neuf dixièmes de seconde après Daniel (Ricciardo) ; avec un tour de plus, je pense que j'aurais réussi à le dépasser. J'étais si près de grimper sur le podium. Je suis triste que ce ne soit pas arrivé, mais je souhaite dire un grand merci à tous les fans, à ma famille, et à toute l'équipe McLaren. Ils ont tous été d'un énorme soutien ce week-end. Quant à la suite, même si nous avons franchi un autre pas aujourd'hui, il est évident que nous avons encore beaucoup de travail à faire. Par exemple, même si Williams a démarré derrière nous, ils nous ont néanmoins battus. Mais nous n'allons certainement pas abandonner. Au contraire, il est important de continuer à travailler fort sur le développement de la voiture, pour marquer autant de points que possible dans le championnat du monde de cette année, et pour apprendre autant que possible en prévision de l'année prochaine."

5e - Sebastian Vettel, Red Bull : "C'était très serré avec Fernando (Alonso), peut-être un peu trop serré ! C'est devenu un peu ridicule alors que nous nous plaignions tous les deux de l'autre qui sortait des limites de la piste. Je ne pense pas que les gens s'offusquent vraiment si la voiture va un peu trop sur la gauche ou sur la droite. J'ai reçu un message à l'effet que je devais respecter les limites parce qu'il (Alonso) se plaignait, alors j'en ai fait autant. Je ne sais pas qui s'est plaint le plus. Je pense que c'était un peu musclé dans le virage 6, à deux reprises, mais c'était plaisant de finalement réussir la manœuvre. Je m'attendais a terminer à la 3e place aujourd'hui ; mon rythme aurait permis d'y parvenir mais la stratégie était imparfaite. J'ai hâte d'être en Allemagne pour ma course à domicile ; courir là-bas, c'est toujours spécial."

Vettel et Alonso nous ont offert un long et spectaculaire combat
© Sutton Images

6e - Fernando Alonso, Ferrari : "Cette course a été très spectaculaire, et clairement très mouvementée pour nous vu l'abandon de Kimi (Räikkönen) et ma pénalité (de cinq secondes) pour avoir été mal positionné sur la grille. Ensuite, il y a eu mes duels avec Button et Vettel. Lorsque Sebastian (Vettel) s'est rapproché de moi, j'économisais mon carburant et l'énergie de ma batterie, en plus d'avoir un problème avec l'aileron arrière, alors je savais qu'il réussirait éventuellement à me dépasser. Je pense que les deux Red Bull méritaient de terminer devant nous car elles étaient plus rapides. Nous devons maintenant analyser nos performances et tenter de les améliorer à temps pour la prochaine manche, en Allemagne. Si nous voulons gagner du terrain dans le championnat des constructeurs, nous devons tenter de faire le maximum en piste, et travailler sur les stratégies ainsi que sur les réglages. Surtout, nous devons tenter d'être plus malins que les autres lorsqu'il est question de saisir toute opportunité qui nous permettrait de marquer des points."

7e - Kevin Magnussen, McLaren : "Ce fut une bonne journée pour l'équipe. Nous avons marqué 18 points, donc nous pouvons nous sentir raisonnablement satisfaits car nous continuons à progresser. De plus, les ingénieurs et les mécanos ont fait de l'excellent boulot ce week-end. Cela dit, toutes les autres équipes progressent également, alors notre défi, c'est de progresser plus rapidement que les autres. Ma course s'est bien déroulée. J'avais quelques difficultés sur la gomme medium, mais le rythme était de loin supérieur sur la gomme dure. C'est toujours frustrant de reculer un peu dans la hiérarchie. J'avais réussi un très bon départ et remonté à la 3e place, mais ensuite il m'était difficile de retenir la Ferrari et la Red Bull. Donc, comme je disais précédemment, je pense que nous pouvons être raisonnablement satisfaits de cette 7e place. Je suis très heureux pour Jenson (Button), qui a réussi une excellente 4e place pour l'équipe. Pour conclure, je souhaite remercier les fans de Silverstone. C'était fantastique de courir devant tous ces gens, surtout qu'un grand nombre d'entre eux sont fans de McLaren. J'aurais bien aimé terminer plus haut dans la hiérarchie pour vous les amis, mais je n'avais pas le rythme pour cela aujourd'hui."

8e - Nico Hülkenberg, Force India : "Ce fut un après-midi très difficile. Mon départ n'était pas super, j'ai perdu deux places, et ensuite nous n'avions pas le rythme pour viser de gros points. J'avais des problèmes d'équilibre, mais cela avait peut-être un rapport avec le vent car il y avait de grandes bourrasques en piste. J'ai mené de bons combats, surtout pendant les premiers tours, mais aujourd'hui nous n'avions pas le niveau de performance nécessaire pour vraiment nous battre. C'est bon de marquer des points, bien que nous espérions davantage en démarrant de la 4e place. Nous devons maintenant revoir tout cela et revenir plus forts en Allemagne, pour ma course à domicile."

9e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "Ce fut une course très intense, en particulier vers la fin où j'ai attaqué pour rattraper Hülkenberg. J'étais plus rapide que lui et je me rapprochais clairement, mais malheureusement, je n'ai pas pu le dépasser sur la fin. Dans l'ensemble, je suis assez content de la manière dont s'est déroulé ce week-end et j'ai vraiment pris du plaisir sur cette piste avec ses virages à haute vitesse. Après avoir connu quelques courses difficiles, c'est bien de voir que le dur travail que nous fournissons est en train de payer car nous avons réussi à placer nos deux voitures dans les points."

10e - Jean-Éric Vergne, Toro Rosso : "Une course solide pour toute l'équipe. Voir les deux voitures dans les points, c'est clairement un bon résultat et nous en avions tous besoin. Je suis content de ma course. En partant du fond de la grille après le drapeau rouge, j'ai réussi à dépasser les voitures qui étaient devant moi et j'ai pris beaucoup de plaisir. Je pense qu'aujourd'hui, j'ai retrouvé de l'agressivité. Je savais que je pouvais en faire l'étalage et c'est un coup de pouce pour ma confiance. Je suis maintenant pressé d'aborder la prochaine course."

Course vite gâchée pour Pérez
© Getty Images

11e - Sergio Pérez, Force India : "Nous ne pouvons pas vraiment évaluer notre véritable rythme car le contact avec Vergne, après le départ, a compromis notre course. Je me suis retrouvé en dernière position et il devenait alors très difficile de récupérer quoi que ce soit. C'était difficile sur la gomme dure pendant les premiers tours, ce qui aurait été la meilleure période pour regagner le terrain perdu. La voiture se comportait beaucoup mieux sur la gomme medium, après mon arrêt, mais le dernier relais n'a pas suffi pour nous ramener dans les points. C'était vraiment décevant suite à nos bonnes qualifications d'hier, et je sens que nous méritions de marquer des points ce week-end. Il faut maintenant se concentrer sur la prochaine course, en Allemagne. Je crois que le circuit de Hockenheim conviendra mieux à notre voiture."

12e - Romain Grosjean, Lotus : "Le premier départ a été difficile pour moi. Un problème limitait la puissance disponible, mais mon premier tour s'est néanmoins bien passé. J'ai évité l'accident de Kimi (Räikkönen) mais ma visière a été endommagée par des débris. La relance s'est très bien passée et la voiture se comportait bien. Mon rythme était de loin meilleur vers la fin de la course, sur la gomme medium. Nous avons terminé près des points, mais nous étions trop loin sur la grille de départ. J'ai appris beaucoup de choses dans la voiture aujourd'hui et cela devrait nous aider à progresser."

13e - Adrian Sutil, Sauber : "Cette course fut relativement peu spectaculaire pour moi. Quelques tours ont été nécessaires avant que je réussisse à doubler Jules (Bianchi), mais ensuite j'ai pu continuellement améliorer mes chronos. Nous avons décidé d'adopter une stratégie à un arrêt. Cependant, je n'arrivais pas à faire fonctionner la gomme dure suite à mon arrêt, alors je n'étais plus aussi rapide qu'auparavant. Malheureusement, j'étais rarement en mesure d'attaquer et je devais me défendre la plupart du temps."

14e - Jules Bianchi, Marussia : "À partir de la 10e place de la grille, j'ai vécu un très bon premier relais après ce deuxième départ. Je savais que j'aurais du mal à contenir les voitures plus rapides qui étaient derrière moi, mais ce fut un bon test pour notre rythme de course. J'étais curieux de savoir combien de temps je pouvais tenir et ce fut la plus agréable partie de cette course pour moi. Après cela, j'ai dû attaquer au maximum pour rester dans le peloton, au cas où une chance se présenterait. Ce que nous avons vu aujourd'hui, c'est que nous n'avons besoin que de quelques dixièmes par tour encore pour pouvoir accrocher les Lotus et les Sauber, alors nous devons maintenant nous concentrer sur cela."

Kobayashi a évité Räikkönen, mais pas les débris
© Sutton Images

15e - Kamui Kobayashi, Caterham : "Mon départ s'est bien passé et j'étais devant deux voitures, mais j'ai vu l'impact de la Ferrari et j'ai dû complètement quitter la piste pour éviter de la frapper. J'avais un peu de dommages sur le museau, mais il ne semblait pas y avoir quoi que ce soit d'inquiétant alors j'ai pu participer à la relance. Le plus important pour moi, c'était de m'assurer que Kimi (Raïkkönen) se porte bien. Ce fut un gros accident et j'ai été chanceux de l'éviter ; j'espère qu'il va bien. Les premiers rapports disent que c'est le cas. (...) Ma voiture se comportait différemment par la suite car l'équilibre aéro avait changé et j'avais clairement moins d'appuis. C'était sûrement la conséquence de mon rallye sur le gazon, mais j'ai continué à pousser au maximum. (…) Le groupe qui me devançait était trop loin, Chilton était loin derrière, alors je me suis concentré sur l'arrivée."

16e - Max Chilton, Marussia : "Après les qualifications d'hier, nous espérions une bonne course aujourd'hui, mais nous n'avions certainement pas prévu tous les événements qui se sont déroulés. Au départ, j'ai été touché par une roue en liberté et ce fut un moment effrayant. J'ai eu beaucoup de chance dans un sens, mais j'ai aussi eu la malchance de voir ma voiture endommagée. Je suis rentré au stand pour changer mon aileron avant et pour que l'équipe vérifie ma voiture, mais bien sûr le drapeau rouge est apparu entretemps. L'équipe a fait du bon travail pour réparer ma voiture, cependant ce fut une course difficile ensuite. J'ai essayé d'attaquer au maximum. J'étais très satisfait quand j'ai dépassé Kobayashi de manière à pouvoir reprendre le tour de retard que j'avais. Je suis content que nous ayons pu mener les deux voitures à l'arrivée pour notre course à domicile. Nous espérions un peu plus que cela, mais compte tenu des circonstances, je pense que c'est un bon résultat."

*17e - Pastor Maldonado, Lotus (moteur, 50e tour) : "Mon premier départ s'est bien déroulé, mais je manquais de puissance lors de la relance et je ne parvenais pas à me battre contre les voitures qui m'entouraient. J'ai fait de mon mieux mais progresser demeurait difficile. On m'a dit que le contact avec Esteban Gutiérrez était spectaculaire, mais tout s'est passé très vite dans la voiture et j'ai continué ma course. Nous ne sommes pas encore sûrs si cet incident a contribué à mon abandon, mais il est clair que l'aileron arrière était instable et nous devons voir quels autres dommages il pourrait y avoir. J'ai maintenant hâte de participer aux essais qui auront lieu ici mardi."

Premier abandon de la saison pour Rosberg
© Sutton Images

Abandons

Nico Rosberg, Mercedes (boîte de vitesses, 29e tour) : "C'est dommage car j'ai perdu beaucoup de points dans le championnat. Nous tentons toujours d'avoir une fiabilité à 100 %, mais cela n'a pas été le cas pour moi aujourd'hui. J'ai eu un petit problème pendant le tour d'installation, mais la voiture se comportait très bien ensuite. Cependant, vers le 20e tour, la boîte de vitesses devenait très problématique et les choses allaient de mal en pis. J'ai tenté de la relancer en mode sécuritaire, de laisser passer Lewis (Hamilton) et de continuer jusqu'à la fin de la course, mais il n'y avait rien à faire alors j'ai dû m'arrêter. Je ne peux qu'accepter que ce sont des choses qui arrivent, et je vais travailler avec l'équipe pour comprendre ce qu'il s'est passé. D'une certaine façon, c'est également dommage pour la course elle-même car j'aurais pu mener une belle bataille contre Lewis, que je félicite pour sa victoire. Nous prenons maintenant la direction de l'Allemagne alors que nous avons la meilleure voiture. Je suis pressé de participer à mon Grand Prix à domicile, qui est également celui de Mercedes-Benz."

Marcus Ericsson, Caterham (suspension, 12e tour) : "Mon départ a été fantastique, mon meilleur de l'année jusqu'à maintenant, et j'ai doublé plusieurs voitures par l'extérieur dans le virage 1. J'étais 16e lorsque les drapeaux rouges sont apparus, j'avais gagné cinq places. J'étais devant l'accident lorsqu'il est survenu alors ma voiture n'a pas été endommagée. J'étais devant Kamui (Kobayashi) à la relance, mais j'ai frappé quelque chose sur les vibreurs à l'entrée du virage 6 et cela a cassé ma suspension ; ma course s'est terminée ainsi. C'est dommage d'avoir abandonné car même si les qualifications ne se sont pas déroulées comme prévu, le week-end était positif et je voulais faire une bonne course aujourd'hui. Mais je vais maintenant me tourner vers Hockenheim, un circuit que j'ai toujours aimé."

**Esteban Gutiérrez, Sauber (accrochage, 10e tour) : "J'ai effectué un bon départ. Après la relance, je me battais contre Pastor (Maldonado). Lorsque j'ai tenté de le dépasser dans le virage 16, il a freiné et ne m'a pas laissé suffisamment d'espace. J'étais déjà à ses côtés alors je ne pouvais éviter la collision. Je suis très désolé pour l'équipe car ce n'est pas ainsi qu'une course devrait se terminer. Nous devons maintenant nous tourner vers les prochaines courses."

Felipe Massa, Williams (accident, 1er tour) : "Ce fut un week-end très difficile. Mon départ fut mauvais mais je pouvais ensuite rattraper les autres voitures et j'en ai doublé quelques-unes dans les premiers virages. La voiture se comportait superbement bien. Et c'est alors qu'est survenu l'accident. Kimi (Räikkönen) a traversé la piste et je n'ai pas vraiment eu d'opportunité pour l'éviter. Malheureusement, ma voiture était trop endommagée pour continuer. Mais heureusement, j'ai pu manœuvrer pour éviter que l'accident soit pire encore. J'espère que Kimi va bien, mais au plan personnel, c'est un week-end à oublier. Ce n'était pas le 200e Grand Prix que j'espérais."

Kimi Räikkönen, Ferrari (accident, 1er tour) : "Malheureusement, ma course a pris fin dès le premier tour, après avoir réussi un bon départ et gagné suffisamment de terrain pour me battre pour la 11e place. J'ai quitté la piste dans le virage 5, et alors que je tentais de revenir en piste, j'ai dû frapper un vibreur. J'ai perdu le contrôle de la voiture et frappé les rails. C'est vraiment dommage car mes impressions dans la voiture ont progressé hier et j'étais déterminé à faire de mon mieux pour rapporter des points aujourd'hui. Je suis vraiment très déçu. Je souhaite tourner la page sur cet incident et juste focaliser sur la prochaine course, en Allemagne."

Notes

*Maldonado : Abandon mais classé car plus de 90 % de la course complétée.

**Gutiérrez : Pénalité de recul de trois places sur la prochaine grille de départ, pour avoir provoqué l'accrochage entre lui et Maldonado.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/165999.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Guylaine le Lun 7 Juil - 1:57:29

Pos N° Driver Chassis Engine Lap Pts

1 44 Lewis HAMILTON Mercedes Mercedes 52 2h 26m 52.094s ( 125.091 km/h ) 25
2 77 Valtteri BOTTAS Williams Mercedes 52 2h 27m 22.229s ( +30.135s ) 18
3 3 Daniel RICCIARDO Red Bull Renault 52 2h 27m 38.589s ( +46.495s ) 15
4 22 Jenson BUTTON McLaren Mercedes 52 2h 27m 39.484s ( +47.391s ) 12
5 1 Sebastian VETTEL Red Bull Renault 52 2h 27m 45.958s ( +53.864s ) 10
6 14 Fernando ALONSO Ferrari Ferrari 52 2h 27m 52.040s ( +59.946s ) 8
7 20 Kevin MAGNUSSEN McLaren Mercedes 52 2h 27m 54.657s ( +1m 02.563s ) 6
8 27 Nico HULKENBERG Force India Mercedes 52 2h 28m 20.786s ( +1m 28.692s ) 4
9 26 Daniil KVYAT Toro Rosso Renault 52 2h 28m 21.434s ( +1m 29.340s ) 2
10 25 Jean-Éric VERGNE Toro Rosso Renault 51 1
11 11 Sergio PEREZ Force India Mercedes 51
12 8 Romain GROSJEAN Lotus Renault 51
13 99 Adrian SUTIL Sauber Ferrari 51
14 17 Jules BIANCHI Marussia Ferrari 51
15 10 Kamui KOBAYASHI Caterham Renault 50
16 4 Max CHILTON Marussia Ferrari 50
17 13 Pastor MALDONADO Lotus Renault 49 Exhaust
ab 6 Nico ROSBERG Mercedes Mercedes 28 Gearbox
ab 9 Marcus ERICSSON Caterham Renault 11 Suspension
ab 21 Esteban GUTIERREZ Sauber Ferrari 9 Collision
ab 19 Felipe MASSA Williams Mercedes 0 Collision
ab 7 Kimi RAIKKONEN Ferrari Ferrari 0 Accident


http://www.statsf1.com/en/2014/grande-bretagne/classement.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20565
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Guylaine le Lun 7 Juil - 2:02:04

n  Driver  Points  

1. Nico ROSBERG 165
2. Lewis HAMILTON 161
3. Daniel RICCIARDO 98
4. Fernando ALONSO 87
5. Valtteri BOTTAS 73
6. Sebastian VETTEL 70
7. Nico HULKENBERG 63
8. Jenson BUTTON 55
9. Kevin MAGNUSSEN 35
10. Felipe MASSA 30
11. Sergio PEREZ 28
12. Kimi RAIKKONEN 19
13. Jean-Éric VERGNE 9
14. Romain GROSJEAN 8
15. Daniil KVYAT 6
16. Jules BIANCHI 2


n  Constructor  Points  

1. Mercedes 326
2. Red Bull Renault 168
3. Ferrari 106
4. Williams Mercedes 103
5. Force India Mercedes 91
6. McLaren Mercedes 90
7. Toro Rosso Renault 15
8. Lotus Renault 8
9. Marussia Ferrari 2

http://www.statsf1.com/en/2014/grande-bretagne/championnat.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20565
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Modena49 le Lun 7 Juil - 23:13:23

GP de Grande-Bretagne : Faits marquants
Laurence Edmondson / Daniel Bastien
7 juillet 2014

Hamilton, victorieux chez lui et beaucoup plus près du sommet du classement
© Getty Images

ESPN fait le tour : le bon, le mauvais et le surprenant du week-end du Grand Prix de Grande-Bretagne couru sur le circuit de Silverstone, neuvième manche du championnat 2014.

C'est loin d'être terminé
Ah, comme la défaillance d'une boîte de vitesse peut faire toute la différence. Lewis Hamilton a commis une autre erreur pendant les qualifications samedi, tandis que son coéquipier Nico Rosberg s'installait en pole position avec ses 29 points d'avance dans le championnat des pilotes. Mais voilà que sa boîte de vitesses est tombée en panne pendant la course, laissant ainsi Hamilton filer vers la victoire. Ce dernier savait très bien qu'il avait commis une erreur de jugement pendant les qualifications et il le regrettait amèrement. Mais depuis dimanche soir, grâce à sa victoire et à l'abandon de Rosberg, l'écart entre les deux prétendants au titre n'est plus que de 4 points. Rosberg est toujours le leader du championnat, mais la lutte entre les deux pilotes Mercedes est presque revenue à égalité alors qu'il reste dix courses à compléter. Au plan psychologique, c'est exactement ce dont Hamilton avait besoin. Il carbure à l'émotion, alors que Rosberg demeure calculateur et relativement calme.
Mais l'abandon de Rosberg a fait en sorte que nous n'avons pas eu droit à la belle bagarre qui s'annonçait pour les derniers tours, alors que l'Allemand devait être chaussé de gommes dures et que la stratégie de Hamilton le voyait conclure sur des gommes medium. Ce combat avait le potentiel d'être aussi magnifique que celui ayant marqué la fin du GP de Bahreïn, sauf que l'ordre du duo Mercedes aurait été inversé cette fois. La bonne nouvelle, c'est que Rosberg et Hamilton s'affronteront sûrement à nouveau, et avec chaque course, les enjeux deviendront de plus en plus importants. Sans oublier que la fiabilité de la Flèche d'argent ne semble plus aussi solide qu'auparavant depuis trois courses. Ajoutez à cela la progression de Williams, qui vise le podium maintenant, et la pression monte un peu plus chez Mercedes.

Courir en se plaignant
Ils ne se battaient pas pour la victoire, mais le long combat roue-contre-roue entre Fernando Alonso (Ferrari) et Sebastian Vettel (Red Bull), pour la 5e place, était néanmoins spectaculaire. Non seulement cette bataille a été l'une des meilleures à ce jour cette saison, mais cette démonstration a prouvé que la formule actuelle fonctionne très bien lorsque les pilotes ne se retiennent pas sur un circuit où dépasser est possible. Le seul aspect négatif a été l'attitude des deux pilotes, qui se plaignaient à répétition du comportement de l'autre, comme des enfants qui se chamaillaient.
Au cours d'une lutte aussi intense, il est normal que chacun frôle les limites pour se défendre ou pour attaquer (heureusement !). Mais Alonso sentait que Vettel roulait au-delà des limites de la piste pour se rapprocher davantage dans les zones DRS, et Vettel sentait que son rival en faisait autant ailleurs pour ne pas lui laisser d'opportunités. Les nombreux échanges radio mutuellement accusateurs, relayés à la télévision, étaient autant comiques que désolants.
Toutefois, d'après le triple champion Niki Lauda, le véritable problème ne provenait pas des pilotes, mais bien des règlements que chacun tentait de manipuler pour formuler une plainte légitime à l'égard de l'autre pilote. "Ils sont habitués de se plaindre pour que les commissaires regardent cela de plus près", a dit l'Autrichien. "Mais tout cela devrait cesser. Nous devrions les laisser se battre comme dans le passé, surtout avec toutes les mesures de sécurité qui existent aujourd'hui. Laissez les pilotes exprimer leurs personnalités. Ils devraient pouvoir décider s'ils veulent se frapper, sans avoir à constamment s'inquiéter que les commissaires vont les pénaliser. Pourquoi il y a-t-il toujours des enquêtes sur tout ? Laissez-les courir, et s'il y a un gros accident, ce n'est qu'à ce moment-là qu'il faudrait (que les commissaires) fassent quelque chose."



Les commissaires de piste retirent la monoplace très endommagée de Räikkönen
© Sutton Images


La frayeur Räikkönen
L'accident de Kimi Räikkönen a justement servi à illustrer les propos de Niki Lauda, qui n'a pas hésité à sévèrement critiquer le pilote Ferrari pour avoir été au-delà des limites acceptables. Lors du premier tour de la course, Räikkönen est sorti très large et n'a pas vraiment levé le pied alors qu'il roulait momentanément sur une portion de gazon, ce qui a provoqué une perte de contrôle suivie par un double impact violent. Pour Lauda, Iceman devait réfléchir deux fois avant de revenir en piste à haute vitesse, surtout s'il devait rouler sur une parcelle d'herbe. Plusieurs pilotes ont entamé des manœuvres d'évitement, dont Kamui Kobayashi qui a eu un réflexe éclair (et presque miraculeux). Felipe Massa n'a pu éviter de frapper la Ferrari, mais il a fait le maximum pour minimiser l'impact. La course a été suspendue pendant une heure alors que des réparations étaient effectuées sur les rails protecteurs.
Plusieurs observateurs ont également critiqué Räikkönen, qui a subi un impact de 47G, pour sa manœuvre apparemment téméraire. Si une recrue avait provoqué un tel accident, il est assez probable que ce pilote aurait été pénalisé, sinon banni pour une course. Toutefois, Räikkönen s'en tire sans aucune sanction bien qu'il soit clairement fautif. Si les pilotes veulent avoir la liberté de se battre sans restrictions, comme le souhaite Lauda, ils doivent démontrer qu'ils sont suffisamment matures et responsables pour agir d'une manière qui ne met pas en danger qui que ce soit. Räikkönen, qui devrait vraiment avoir plus de jugement, n'a pas agi ainsi dimanche à Silverstone.



Lotus sera très probablement une cliente du motoriste Mercedes l'année prochaine
© Sutton Images


Jeux de puissance
La spéculation concernant le marché des pilotes n'a pas encore pris son élan, mais certains éléments du casse-tête de 2015 tombent déjà en place. Peu avant le GP de Grande-Bretagne, Tony Fernandes a finalement confirmé qu'il vendait l'écurie Caterham à un consortium d'investisseurs issus de la Suisse et du Moyen-Orient (dont l'identité demeure toujours un mystère). La vente de Caterham n'était pas une surprise, on s'y attendait depuis quelque temps déjà, mais elle coïncidait avec l'annonce du motoriste Renault à l'effet que de grands changements étaient apportés à son organigramme (notons le retour chez Renault de Cyril Abiteboul, qui n'est plus le patron de Caterham).
Pendant ce temps, nous attendons l'annonce officielle du passage de l'écurie Lotus dans le clan du motoriste Mercedes. Ainsi, Lotus remplacera McLaren, qui sera propulsée par Honda à partir de l'année prochaine. Et du côté de Renault, perdre une cliente fait en sorte que l'entreprise pourra consacrer plus d'énergie sur Red Bull (qui aurait encouragé l'embauche d'Abiteboul). D'ailleurs, Renault ne semble pas vouloir remplacer Lotus, ce qui est une indication de la dynamique à venir.
Chez Ferrari, les rumeurs portant sur le départ prochain de Luca Marmorini, le responsable du département moteur, vont bon train alors que le nouveau patron Marco Mattiacci semble faire du ménage derrière des portes closes. Sachant le budget et les ressources dont dispose Ferrari, son retard sur le groupe propulseur Mercedes est inexcusable et il devenait clair que des changements devaient être apportés (mais ne demandez pas quels changements Mattiacci souhaite apporter, il ne veut pas en parler). De plus, Haas Automation est devenu un sponsor de la Scuderia jusqu'à la fin de 2015, ce qui indique qu'un partenariat technique entre Ferrari et la future écurie Haas Formula (qui fera ses débuts en 2016) est quasiment assurée.

Oui pour le trophée, non pour le logo
Alors que le GP de Grande-Bretagne approchait, Lewis Hamilton a fait savoir (sur Twitter) qu'il avait toutes les intentions de remporter le traditionnel trophée doré dimanche. Il était donc déçu, après être remonté de la 6e place pour triompher devant son public à domicile, de recevoir non l'historique trophée doré du Royal Automobile Club, mais plutôt un trophée qui n'était que l'interprétation artistique du logo du sponsor principal de le la course... et dont quelques pièces sont tombées alors qu'il le manipulait sur le podium. Hamilton a d'ailleurs exprimé sa déception sur le champ. Cependant, pour son plus grand bonheur, le trophée doré du RAC (qui date de 1948) lui a été remis pendant la conférence de presse d'après-course.
"Celui-ci est beaucoup plus beau", a commenté le pilote Mercedes. "Si vous avez grandi en regardant la Formule 1, vous voyiez des trophées comme celui-ci. De vrais trophées, vous savez ce que je veux dire ? Les trophées que nous recevons aujourd'hui... C'est un privilège d'être sur le podium, mais le trophée qu'on m'a donné tombait en morceaux ! Le fond s'est détaché, c'était du plastique. C'était vraiment mauvais. Je vais peut-être juste garder la plaque, c'est probablement l'élément le plus dispendieux de ce trophée. Dans le temps, il y avait de véritables trophées et c'était la chose spéciale qui venait avec le podium et la victoire. (…) C'est avec cela que nous démontrons les accomplissements d'une vie. J'espère que nous en aurons de plus beaux à l'avenir."

© Sutton Images


Points forts et points faibles

© Sutton Images

  • Choc : La défaillance de la boîte de vitesses de Nico Rosberg à la mi-course, ce qui mettait fin à tout espoir d'un superbe combat entre les pilotes Mercedes.
  • Choquant : Fernando Alonso a positionné sa Ferrari bien au-delà des limites de sa case sur la grille de départ, lui méritant une pénalité de cinq secondes pendant un arrêt.
  • Meilleur dépassement : Alonso a vaillamment doublé la Red Bull de Sebastian Vettel dans le virage Copse et c'était beau à voir ; il a tenu bon alors que d'autres auraient cédé. Un combat épique entre les deux pilotes a suivi.
  • Meilleur tour : Les tours à fond bouclés par Lewis Hamilton, avant l'arrêt de Nico Rosberg, lui ont permis de gagner près de trois secondes sur son coéquipier. Une belle façon de mettre la pression.
  • Pire tour : Le premier tour a été désastreux pour Kimi Räikkönen, qui a perdu le contrôle de sa Ferrari alors qu'il revenait en piste. En plus d'éliminer la Williams de Felipe Massa, l'accident a provoqué la suspension de la course pendant une heure.
  • Performance du jour : Lewis Hamilton s'en voulait suite aux qualifications, mais il a effectué une belle remontée pendant la course et l'abandon de Nico Rosberg lui a davantage ouvert les portes d'une victoire dont il avait besoin.



http://fr.espnf1.com/greatbritain/motorsport/story/166235.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Grande Bretagne 6 juillet 2014 Silverstone

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum