GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Aller en bas

GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Jeu 19 Déc - 3:11:06



Circuit : Street
Longueur 3.340kms
Nombre de virages 19
Circulation horaire
Capacité 120,000
Achevé en 1929 (first race)
Circuit Info

Lieu : Principauté de Monaco

1ère course de F1 : 1950

Circuit en activité (F1) : oui

Longueur : 3.340km

Nombre de tours en GP : 78

Virages : 19

Course : dans le sens des aiguilles d'une montre

Capacité d'accueil : 120,000 spectateurs

Record du tour en F1 : 1:14.439 (Michael Schumacher; Ferrari; 2004)

Accidents notables : mort de Lorenzo Bandini en 1967 (Ferrari)

Probablement le plus célèbre et le plus reconnaissable de tous les circuits de F1. La toute première course y est disputée en 1929 et elle devient une épreuve officielle du championnat du monde de Formule 1 en 1950. En 1955, après quatre ans d'éclipse, la course revient dans le calendrier de F1 et ne l'a depuis jamais quitté.

Cette course est considérée par les pilotes comme un véritable "must" : il faut l'avoir gagnée au moins une fois, pas seulement parce qu'elle est très technique, mais aussi parce qu'elle présente un tracé unique avec son circuit en ville et pour son côté terriblement "glamour". La course est l'une des plus attendues du calendrier : elle n'offre aucune marge d'erreur, avec ses barrières de sécurité Armco qui, à certains endroits, sont placées à quelques centimètres des voitures, tant la piste est étroite. Le triple chamion du monde Nelson Piquet dit que courir à Monaco, c'est comme "d'essayer de faire du vélo en rond dans son salon".

Le circuit n'a pas beaucoup changé depuis sa création. En 2003, La partie du circuit située près du 2ème "S" de la piscine et de la "Rascasse" est déplacée et entièrement redessinée. Une nouvelle tribune est également construite, mais le changement majeur a eu lieu en 2004, avec l'agrandissement des stands de ravitaillement.

Il faut six semaines pour construire le circuit et trois pour le défaire. Le Grand Prix de Monaco est le seul de la saison de F1 a ne pas avoir de podium. La traditionnelle cérémonie de remise de prix pour le vainqueur a lieu sur les marches de la loge royale.

Malgré le caractère dangereux du circuit et bien qu'il y ait eu beaucoup de graves accidents, à ce jour, on ne déplore qu'un seul accident mortel, celui de Lorenzo Bandini en 1967, gravement brûlé et qui décèdera trois jours après le Grand Prix. L'accident le plus célèbre reste sans doute celui d'Alberto Ascari, l'un des deux seuls pilotes à avoir fini sa course dans les eaux du port.

Pendant longtemps, Graham Hill fut surnommé "Mr Monaco" pour ses cinq victoires dans les années 60, mais ce record a été battu par Ayrton Senna, avec six victoires remportées dans les années 80-90.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 18 Mai - 0:34:24

GP de Monaco - Mercedes

Le passé n'est pas garant de l'avenir
ESPN Staff
17 mai 2014

Le duo Mercedes mène le peloton lors du départ à Monaco, l'an dernier
© Getty Images

Bien que l'écurie Mercedes domine la saison et que l'équipe est habituellement très compétitive à Monaco, le patron Toto Wolff ne prend rien pour acquis à l'approche de la 6e course du championnat.
Michael Schumacher s'est emparé de la pole position monégasque en 2012 (il fut ensuite pénalisé de cinq places) et Nico Rosberg s'est imposé dans la Principauté en 2013. Mercedes a dominé les cinq Grands Prix disputés à ce jour cette année, avec une victoire pour Rosberg et quatre pour Lewis Hamilton.
Mais l'illustre circuit lent et sinueux de Monaco, où les erreurs sont rarement pardonnées, et où la puissance du groupe propulseur compte moins, est une opportunité à saisir pour les rivales de la marque à l'Étoile.

Performance et chance
"Nous avons été la plus rapide des équipes (à Monaco ces dernières années) car nous n'étions pas la plus rapide sur les autres circuits", a noté Wolff. "C'est sur un tracé à faible adhérence comme celui de Monaco que nous étions en mesure de garder les pneumatiques en vie plus facilement, bien que ce ne soit pas un problème actuellement. De plus, le groupe propulseur prend moins d'importance. Les gens disent que Monaco est différent ; je pense qu'il veulent dire que la situation peut complètement changer pour une équipe ayant un net avantage sur un circuit urbain."

"Ils ne se sont pas encore touchés, ce qui devrait arriver éventuellement"
Toto Wolff
Wolff se montre également prudent sur la possibilité de voir Mercedes remporter chaque course du championnat 2014 : "Vous regardez les performances, vous pensez au fait que ce n'est jamais arrivé auparavant, et vous vous demandez si c'est possible. Mais nous connaissons la nature de la course et il en reste 14 à faire. Jusqu'à maintenant, nous n'avons pas couru dans des conditions difficiles, la Voiture de Sécurité n'a pas été déployée à un mauvais moment, il n'y pas eu d'orages. Ils (Hamilton et Rosberg) ne se sont pas encore touchés, ce qui devrait arriver éventuellement même si j'espère que non."
Le dirigeant autrichien admet avoir vécu des moments stressants à Bahreïn et en Espagne, lorsque ses pilotes étaient en combat serré pour la victoire. Malgré le potentiel élevé d'incident à Monaco, il compte sur l'étroitesse du circuit pour vivre des moments moins inquiétants.
"Si nous sommes à l'avant suite aux qualifications, il faudra voir comment nous allons gérer la première partie de la course ainsi que les stratégies", a commenté Wolff. "Il est très difficile de dépasser à Monaco, donc je préfère Monaco à Bahreïn, où les voitures peuvent courir côte-à-côte dans plusieurs virages. Ce genre de situation me rend beaucoup plus nerveux !"
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/mercedes/motorsport/story/158715.html#LWIhhJtYjx1RahTz.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 18 Mai - 23:41:54


  • GP de Monaco - Lotus

Lotus espère progresser à Monaco
ESPN Staff
18 mai 2014

Grosjean et Lotus ont gagné du terrain en Espagne ; la suite à Monaco ?
© Getty Images
Agrandir
Fort des progrès réalisés par Lotus lors du Grand Prix d'Espagne, où il a marqué ses premiers points de la saison, Romain Grosjean espère continuer sur sa lancée à Monaco ce week-end.
"Ce Grand Prix, c'est l'enthousiasme, le glamour. Et c'est toujours un pas vers l'inconnu car il est difficile de prédire comment chaque voiture va se comporter là-bas, (mais) tout le monde aime Monaco", a-t-il déclaré. "Comme pilote, vous devez demeurer calme et décontracté car ce circuit ne permet aucune erreur. J'ai déjà été très rapide là-bas, mais j'ai aussi frappé des murs !"
"Nous aurons moins d'adhérence qu'auparavant (vu les changements apportés à la réglementation technique), alors il faudra faire attention lors des accélérations. L'emphase à Monaco est sur les virages lents, ce qui n'est pas notre plus grande force, mais l'équipe a travaillé avec Monaco en tête lors des essais privés à Barcelone (la semaine dernière). Nous ferons de notre mieux avec les réglages. La puissance du moteur compte moins à Monaco qu'ailleurs bien sûr, ce qui est mieux pour nous."

Plusieurs modifications
"C'était plaisant de non seulement marquer des points à Barcelone (8e à l'arrivée, ndlr), mais aussi de se qualifier à la 5e place", a ajouté Grosjean. "Si nous pouvons répéter cet exploit à Monaco, ce sera très bon pour nous."

"Lorsque vous comparez notre niveau précédent à l'actuel, un pas incroyable a été réalisé"
Pastor Maldonado
Son coéquipier Pastor Maldonado affiche aussi un certain enthousiasme à l'approche de la manche monégasque du championnat : "La voiture a fait un grand pas en avant (en Espagne), c'est donc un grand boost pour tout le personnel à Enstone. À titre de pilote cela me donne plus de confiance dans la voiture, donc je pourrai viser de meilleurs résultats. Lorsque vous comparez notre niveau précédent à l'actuel, un pas incroyable a été réalisé. D'autant plus lorsqu'on considère que les autres écuries ont également progressé. Cela démontre le talent qui existe au sein de notre équipe et j'espère que nous pourrons aller chercher les résultats que nous méritons."
"Monaco est un endroit quelque peu étrange, unique en son genre, alors il est toujours risqué de prétendre que votre voiture sera compétitive là-bas", a prudemment souligné Nick Chester, le directeur technique de Lotus. "Cela dit, je pense que le circuit conviendra à la E22 et que cela devrait raisonnablement bien se passer pour nous."
"Nous allons apporter des éléments qui augmenteront les niveaux d'appuis de la voiture, spécifiquement conçus pour ce circuit où les appuis sont les plus élevés de la saison", a continué Chester. "D'autres pièces serviront à adapter la voiture aux caractéristiques de la piste, qui est bosselée et lente. Les éléments testés jusqu'à maintenant semblent prometteurs. Nous aurons un nouveau carburant qui devrait augmenter la puissance et améliorer la maniabilité davantage. Il y aura aussi une petite modification pour le système de refroidissement, ainsi que d'autres pièces aérodynamiques qui serviront à stabiliser la voiture."
© ESPN Sports Media Ltd.
 http://fr.espnf1.com/lotusf1/motorsport/story/158757.html#2wtrMiHvRX4V5bvv.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Mer 21 Mai - 0:57:26

Renault explique le fonctionnement du V6 turbo à Monaco


par Grégory Demoen le 20/05/14 à 13:23

Le directeur des activités piste de Renault Sport F1 détaille le fonctionnement du V6 turbo dans les rues de la Principauté de Monaco.
"Monaco est l’un des rares circuits du calendrier où la performance intrinsèque du moteur n’occupe pas un rôle prépondérant", explique Rémi Taffin.
"Le bloc tourne à plein régime moins de 30 secondes sur un tour, soit à peine un quart de la distance. La clé réside donc au niveau de la souplesse du propulseur dans son ensemble, et non de sa puissance. Ceci dit, nous ne pouvons pas nous reposer uniquement sur les qualités du châssis pour signer de bons résultats. Le département moteur doit se concentrer pleinement sur sa tâche et apporter sa contribution."
"Nous avons identifié nos objectifs pour ce week-end, et ils consistent à optimiser et à améliorer la réponse des groupes motopropulseurs. Pour cela, nous explorons les limites du moteur à bas régime et ajustons le faible niveau de couple en entrée et sortie de virages lents. Ainsi, le propulseur répond correctement au moment précis où le pilote en a besoin. Monaco reste un circuit où ce dernier joue un rôle primordial. Tout notre travail consiste à le mettre en confiance en lui offrant la monoplace la plus docile possible. Le pilote a besoin de sentir que la voiture va réagir exactement comme il le souhaite, répondre instantanément et délivrer le couple au moment où il le faut."
"Les secteurs clés se situent au niveau du virage de la Rascasse, où les voitures viennent frôler les rails de sécurité, et de l’enchaînement de la Piscine, où le pilote doit effectuer un changement de direction extrêmement rapide tout en passant de la pédale de freins à celle de l’accélérateur."
"Récupérer de l’énergie est une tâche relativement facile à Monaco vu le nombre de zones de freinage qu’offre le circuit. L’ensemble des 19 virages du tracé se négociant à moins de 100 km/h, le MGU-K aura largement l’occasion de se recharger sur un tour."
Taffin ajoute que Renault introduira de nouvelles mises à jour sur son propulseur ce week-end en Principauté.
"Nous nous rendons à Monaco avec la détermination d’offrir un groupe motopropulseur permettant à nos écuries de viser plus haut que la troisième place. À la suite de notre séance d’essais probante à Barcelone, de nouvelles mises à jour seront apportées au niveau des logiciels, et celles-ci vont améliorer encore plus la souplesse et la fiabilité de nos différents systèmes", précise-t-il.
"De la même façon, nous travaillons d’arrache-pied avec notre partenaire Total pour tester un nouveau carburant qui offre près de 10 chevaux supplémentaires, soit un gain de puissance conséquent. Si nous savons pertinemment que le défi est de taille, nous sommes fin prêts à le relever."
http://www.f1i.com/infos/renault-explique-fonctionnement-du-v6-turbo-monaco/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Mer 21 Mai - 0:59:26

Pirelli n’exclut pas un seul arrêt à Monaco mais...


par Grégory Demoen le 20/05/14 à 11:01

Monaco verra la première apparition en piste cette saison des pneumatiques super-tendres. Ceux-ci sont proposés par Pirelli ce week-end avec les tendres qui ont déjà disputé trois des cinq premiers Grands Prix du calendrier.
Les vitesses moyennes ainsi que les courbes les plus lentes sont rencontrées sur le circuit de la Principauté.
Cela nécessite aux monoplaces de Formule 1 d’optimiser leurs performances à l’aide du grip mécanique, plutôt qu’aérodynamique, et donc pour cela de tirer la quintessence des pneus. Ce phénomène nécessite une mise en température immédiate de la gomme afin que celle-ci adhère le plus rapidement possible à la piste.
Celle-ci offre peu d’adhérence et les caractéristiques propres aux tracés urbains – lignes de circulation, bouches d’évacuation, bosses, etc. – ne font qu’amplifier les contraintes appliquées sur les enveloppes.
Au niveau de la stratégie, Pirelli pense que certaines écuries pourraient prendre le pari d’une stratégie à un seul arrêt dimanche.
"Monaco constitue l’événement phare pour quiconque est impliqué en Formule 1, déclare Paul Hembery, le directeur de la compétition de la marque italienne. L’ambiance y est unique et le circuit offre un challenge rencontré nulle part ailleurs."
"Les pneus super-tendres qui vont débuter ce week-end sont dotés, comme l’ensemble de la gamme introduite en 2014, de nouveaux mélanges de gommes et de structures destinés à accroître leur longévité. La tenue des pneus et leur usure sont généralement faibles et il est possible de boucler la totalité du Grand Prix en n’effectuant qu’un seul arrêt. Mais ce n’est pas toujours la solution la plus efficace cependant ;  il faudra être fin stratège pour dompter les difficultés de ce circuit où il est traditionnellement difficile de dépasser."
"Les qualifications revêtiront donc une importance capitale. La stratégie de course doit être flexible en raison de la possibilité de voir apparaître la voiture de sécurité. La clé du succès sera donc d’avoir une bonne lecture des évènements afin de saisir la première opportunité qui se présente."
http://www.f1i.com/infos/pirelli-nexclut-pas-seul-arret-monaco/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Mer 21 Mai - 1:02:51

Monaco et le défi du freinage


par Nicolas Carpentiers le 19/05/14 à 12:18





Atypique, le circuit de Monaco exige non seulement une excellente motricité (point fort des Mercedes et des Red Bull) mais aussi un système de freinage parfaitement au point. Le tracé sinueux et la faible adhérence de la piste monégasque font que le pilote utilise souvent les freins pour contrôler sa monoplace, ce qui a pour effet de faire chauffer le liquide de frein de manière extrême.
Il faut également surveiller la température des disques en carbone eux-mêmes parce qu’il n’y a pas de longue ligne droite pour les refroidir, et qu’on compte pas moins de treize freinages par tour. Parmi ceux-ci, le freinage n° 10, située à la chicane après le tunnel (voir ci-dessus) met le système de freinage – et le pilote – à très rude épreuve.
En effet, à cet endroit, les Formula 1 passent d’environ 287 km/h à 70 km/h en 115 mètres et 2”66 secondes (selon les chiffres fournis par Brembo, qui équipe la moitié du plateau). Lors de cette décélération brutale, le pilote encaisse 4,53 g et exerce une pression de 110 kg sur la pédale de gauche (les F1 n’ayant pas de pédale d’embrayage). L’énergie dégagée lors de ce seul freinage est de 1624 kW. Dans les ruelles de Monte-Carlo, cinq autres freinages sont particulièrement prononcés : les freinages n° 1 (4,45 g), n° 2 (4,37 g), n° 5 (3,21), n° 12 (3,36) et n° 15 (3,40 g).
Brake-by-wire
En outre, cette saison, le freinage des roues arrière est piloté électroniquement (“brake-by-wire”), plus ou moins bien selon les équipes : la Ferrari, par exemple, souffre d’instabilité au freinage, et l’on voit souvent Kimi Räikkönen ou Fernando Alonso bloquer leurs roues.
On le sait, lors des phases de freinage, l’énergie cinétique d’une voiture est d’ordinaire dissipée en chaleur dans les freins. Le règlement autorise à transformer une partie de cette énergie sous forme électrique, grâce à un générateur couplé au vilebrequin du moteur (ERS-K) : un peu comme une dynamo de vélo, ce générateur ralentit le véhicule – à la place des freins, ou en combinaison avec eux – en imposant une résistance sur l’arbre de transmission. Cette saison, le pilote ne doit plus modifier manuellement la répartition du freinage : l’électronique s’en charge. Comme la quantité d’énergie à récupérer et à stocker est fixée par le règlement (qui autorise de dépenser 4 MJ par tour mais d’en récupérer seulement 2 MJ par boucle), le pilote passerait tout son temps à modifier la répartition s’il devait le faire manuellement.

Dorénavant, quand une des limites est atteinte (de récupération ou de stockage), l’électronique interrompt la récupération, et le freinage est assuré en totalité par le système de freinage classique. Comme le pilote peut toujours modifier la répartition du freinage entre l’avant et l’arrière, le nombre de paramètres à prendre en compte par l’électronique est élevé, ce qui rend le dispositif particulièrement ardu à mettre au point.
“Il faut paramétrer le système en fonction des valeurs fixées par le règlement, des sensations du pilote qui doit se sentir en confiance, de l’état de charge de la batterie, etc., explique Rod Nelson, ingénieur en chef de l’équipe test de Williams. Le pilote peut toujours modifier la répartition du freinage, mais le système calcule combien d’énergie il peut récupérer pendant le tour, il faut donc qu’il n’y ait aucune énergie résiduelle qui vienne perturber sa sensation quand il appuie sur la pédale, ce qui provoquerait sinon de l’instabilité ou un blocage. Les pilotes sont très sensibles à la sensation que leur renvoie la pédale, elle influence la confiance qu’ils ont dans la voiture, et donc leur chrono. On peut simuler le fonctionnement des freins, et paramétrer beaucoup d’éléments, mais l’évolution des disques et du liquide en fonction de la chaleur n’est pas simple à modéliser.” À Monaco, le freinage sera d’autant plus crucial que le temps passé à freiner pendant un tour est de 21 % !
Hamilton et Rosberg appliqués
Enfin, ce n’est pas un hasard si les deux pilotes Mercedes ont travaillé le freinage cette année. Après sa défaite au Grand Prix d’Espagne, Nico Rosberg a identifié le freinage et les départs comme ses deux lacunes, et les a travaillées lors des essais privés à Barcelone la semaine passée. Quant à Lewis Hamilton, qui ne se sentait pas en confiance avec le freinage de la Mercedes W04 de l’an passé, il a revu en profondeur le système avec les ingénieurs de Brackley, cet hiver :
“Cette année, j’ai consacré beaucoup de temps au freinage avec mes ingénieurs, confie le pilote britannique. J’ai travaillé sur le simulateur, passé pas mal de temps à analyser les données, à améliorer la position du pivot de la pédale, à modifier le fonctionnement du maître-cylindre, à essayer d’autres disques, etc. Je leur ai même suggéré une idée de logiciel, et ils ont développé un software que j’utilise et qui m’aide à gérer la migration entre les deux freinages [récupération d’énergie et freinage classique].”
De quoi détrôner son voisin de garage, tenant du titre à Monaco ?

http://www.f1i.com/f1i-features/monaco-defi-du-freinage/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Jeu 22 Mai - 9:47:33

Les enjeux du Grand Prix de Monaco


par Nicolas Carpentiers le 22/05/14 à 8:44



1

Gare au crash !
Cette année plus que jamais, le Grand prix de Monaco fera la part belle aux équilibristes. Dotées d’un couple deux fois plus élevé que les machines 2013 et de beaucoup moins d’appui à l’arrière (en raison de l’interdiction des échappements soufflés et de Pirelli plus durs), les monoplaces actuelles sont particulièrement délicates à manier, avec un arrière “baladeur”, ce qui pourrait envoyer quelques pilotes contre les barrières de sécurité, comme Valtteri Bottas il y a quelques mois en Australie. De quoi augmenter encore le risque d’entrée en piste de la voiture de sécurité, déjà naturellement élevé (80 %) sur une piste étroite et piégeuse.
Red Bull en embuscade ?
Invaincue cette saison, Mercedes s’était imposée sur le Rocher l’an passé, malgré une usure pneumatique importante (Nico Rosberg avait roulé plutôt lentement, gérant son avantage, afin de préserver ses gommes). La W05 use moins ses gommes que sa devancière – ce qui donnait un avantage aux Flèches d’argent les années passées selon Toto Wolff – et fait encore une fois figure de favorite, aux mains de Rosberg ou de Lewis Hamilton. Le match entre les deux pilotes promet d’être passionnant. Mais à Monaco plus qu’ailleurs, un grain de sable peut venir gripper les machines les mieux huilées : après tout, n’est-ce pas dans ces ruelles que la Williams FW14B a été vaincue en 1992 pour la première fois de la saison… ?

C'est bien sur quatre roues que Hamilton luttera, peut-être, avec la Red Bull ce week-end...
Pour aller vite dans les ruelles monégasques, il faut une bonne adhérence mécanique, beaucoup d’appui et une excellente traction, soit exactement les points forts de la Red Bull. Autre bon point pour le Taureau ailé (vainqueur de trois des quatre dernières éditions) : sur le tourniquet monégasque, un déficit de puissance moteur n’est pas aussi pénalisant qu’ailleurs, même si des moteurs électriques efficaces(capables de récupérer les 2 MJ par tour autorisés)  comme ceux qui équipent la Flèche d’argent pourraient permettre, du moins en théorie, de partir avec peu d’essence, certains virages pouvant se négocier uniquement avec l’énergie de l’ERS. Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo ont donc une carte à jouer à condition qu’ils parviennent à se glisser sur la première ligne, condition sine qua non pour éviter que Mercedes ne contrôle la course avec ses deux bolides devant. Ferrari, en revanche, devrait être à la peine durant les 78 tours de l’épreuve, la traction étant le talon d’Achille de la F14 T…
Un ou deux arrêts ?
Si une bonne position sur la grille est indispensable pour viser la victoire, il faut aussi une bonne capacité de réaction aux événements imprévus, nombreux à Monaco. L’an dernier, Rosberg l’avait emporté à l’issue d’une course marquée par une stratégie à deux arrêts (supertendres – tendres – supertendres), encouragée par les deux interventions de la voiture de sécurité qui avaient permis aux pilotes de bénéficier d’un pit-stop “gratuit”.
À Monte-Carlo, le manufacturier italien apporte les supertendres (qui font leur première apparition cette année) et les tendres. Vu la lenteur d’un passage par les stands (26 secondes) et le risque de se retrouver coincé dans le trafic, les écuries préfèrent généralement miser sur une tactique à un seul arrêt, entre le 27ème et 30ème tour. Certains pilotes, dont la monoplace use peu ses gommes, pourraient s’arrêter très tôt afin de gagner des places, sachant que leurs concurrents ne pourront tenir autant de tours avec le même train de pneumatiques. En raison du risque élevé de safety car et de la nécessité de garder une certaine flexibilité tactique, les teams pourraient aussi décider de panacher les stratégies sur leurs deux voitures.



http://www.f1i.com/f1i-features/les-enjeux-du-grand-prix-monaco/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Jeu 22 Mai - 9:49:49

Le circuit de Monaco à la loupe


par Thomas Mignon le 21/05/14 à 12:30



2

"Rouler à Monte Carlo, c’est comme faire du vélo dans votre maison", disait le triple Champion du monde Nelson Piquet, qui ne l’a jamais emporté sur le Rocher. Cette métaphore en dit long.
"C’est un circuit très piégeux, impitoyable, il est facile d’y faire des erreurs et de voir sortir la voiture de sécurité, indique Adrian Sutil. Le risque est élevé ici et cela peut déboucher sur différentes situations… Cela peut bien marcher pour vous, ou tout le contraire."
Le défi est là : des rues du quotidien empruntées à une vitesse maximale de 285 km/h. Plus que les autres pilotes, c’est le circuit étriqué qui représente ici le premier rival, comme en témoigne l’expérience de Jean-Éric Vergne.
"Quand j’ai roulé en Formule Renault 3.5, j’étais nul ! J’avais l’appréhension des rails, confie-t-il. Alors, quand je suis arrivé en F1, j’ai décidé d’y aller crescendo. Et, en plein milieu d’une séance d’essais libres, j’ai débranché le cerveau et, tout d’un coup, j’étais bien. Depuis, ça se passe bien."
Reste que ce Grand Prix monégasque est le plus lent de la saison avec une vitesse moyenne d’à peine 158 km/h. Le tracé est également le plus court avec ses 3,340 km. Mais l’impression de vitesse reste incroyable pour les pilotes au vu de la proximité des rails et des bâtiments de Monte Carlo. La piste fait par endroit 5 à 6 mètres de large, contre environ 15 mètres pour les circuits modernes.

"La vitesse moyenne est la plus basse de la saison, mais ça parait tellement rapide, indique Jenson Button, vainqueur sur le Rocher en 2009. La piste est assez étroite par endroit et il y a quelques sections rapides. Un tour de qualification ici est une expérience exaltante pour un pilote. Vous empruntez les virages jusqu’à la limite et vous léchez tous les rails en sortie. Vous devez être parfait au centimètre près durant 78 tours."
33 kilomètres de rails
Ces rails que tutoient sans arrêts les pilotes dans Monaco sont nombreux : pas moins de 33 kilomètres de ces barrières sont installés pour transformer la ville en circuit (qui n’est pourtant long que de 3 kilomètres !).
Ce tracé comporte 19 virages devenus légendaires, comme celui de Sainte Devote (T1), du Bureau de Tabac (T12) ou de La Rascasse (T17). L’épingle du Loews (T6) est quant à elle la courbe la plus lente du calendrier : elle n’est abordée qu’à 45 km/h, en première vitesse. À l’inverse, le célèbre virage du Tunnel (T9) est l’endroit du circuit où les pilotes restent le plus longtemps avec le pied au plancher, soit 7,5 secondes.
Les possibilités de dépassements, au sens où on l’entend, n’existent pas à Monaco. Aucun virage n’est réellement réputé pour offrir ce genre d’opportunité. La pole position est donc, plus qu’ailleurs, un enjeu capital.
Mais peut-être pas autant qu’on le pense… Dans l’histoire du Grand Prix monégasque, la victoire est revenue 34 fois à un pilote autre que le poleman, et cela en 60 éditions ! L’exploit du Français Olivier Panis en 1996 fait également mentir ce cliché : il l’emporta à Monte Carlo en s’étant élancé de la 14ème place. Comme quoi, tout est possible à Monaco…


http://www.f1i.com/f1i-features/circuit-monaco-loupe/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Jeu 22 Mai - 9:51:02

EL2 : Alonso conclut la journée en tête


par Grégory Demoen, envoyé spécial le 22/05/14 à 15:39





Fernando Alonso a réalisé le meilleur temps au terme de la deuxième séance d’essais libres qui s’est disputée dans les rues de la Principauté, ce jeudi après-midi, sur une piste séchante.
L’Espagnol a devancé l’actuel leader du championnat Lewis Hamilton de quatre dixièmes et Sebastian Vettel d’environ une demi-seconde.
Les chronos de cet après-midi ne sont toutefois pas vraiment représentatifs compte tenu des conditions de piste.
Alonso a tourné deux dixièmes moins vite que Hamilton ce matin alors que Nico Rosberg a terminé cette deuxième séance d’essais libres dans le fond du classement.

PosPiloteEquipeTempsEcartsTours
01F. AlonsoFerrari1:18.48215
02L. HamiltonMercedes1:18.901+ 0.41912
03S. VettelRed Bull Racing1:19.017+ 0.53515
04J. VergneToro Rosso1:19.351+ 0.86914
05V. BottasWilliams1:19.421+ 0.9399
06S. PerezForce India1:19.668+ 1.1869
07N. HulkenbergForce India1:19.712+ 1.23010
08J. ButtonMcLaren1:19.721+ 1.23916
09D. RicciardoRed Bull Racing1:19.779+ 1.29711
10K. MagnussenMcLaren1:20.230+ 1.74816
11F. MassaWilliams1:20.394+ 1.9128
12D. KvyatToro Rosso1:20.622+ 2.14013
13A. SutilSauber1:20.811+ 2.3298
14P. MaldonadoLotus1:20.977+ 2.4957
15E. GutierrezSauber1:21.467+ 2.9858
16R. GrosjeanLotus1:21.700+ 3.2186
17K. KobayashiCaterham1:21.924+ 3.4426
18J. BianchiMarussia1:21.937+ 3.45513
19M. ChiltonMarussia1:22.683+ 4.20113
20N. RosbergMercedes1:22.862+ 4.38011
21M. EricssonCaterham1:23.164+ 4.6826
22K. RäikkönenFerrari1:45.509+ 27.0274
http://www.f1i.com/infos/el2-alonso-conclut-journee-en-tete/




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Sam 24 Mai - 13:12:48

Rosberg blanchi par les commissaires


par Grégory Demoen, envoyé spécial le 24/05/14 à 18:32



1

Nico Rosberg conserve sa pole position acquise cet après-midi dans les rues de la Principauté.
L'Allemand était sous investigation pour avoir pris l’échappatoire à Mirabeau en fin de Q3 après avoir manqué son freinage.
Cela avait eu pour conséquence de placer cette portion du circuit sous drapeau et de priver les autres pilotes, dont son équipier, d’une opportunité d’améliorer leur meilleur temps.
Certains observateurs et anciens pilotes de Formule 1 avaient tout de suite avancé un acte délibéré de la part de l’Allemand.
Toutefois, après analyse des images de télévision et les données de télémétrie, Rosberg a été blanchi par les commissaires sportifs de la FIA. Il conserve donc sa pole position devant Hamilton.
Cliquez ici pour découvrir les photos des girlfriends des pilotes de F1, des top-modèles et des stars au défilé de mode Amber Lounge à Monaco.
http://www.f1i.com/infos/rosberg-blanchi-les-commissaires/



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Sam 24 Mai - 13:16:29


  • GP de Monaco - Qualif

Rosberg en pole, Hamilton mécontent
Yann Donat-Magnin
24 mai 2014

Nico Rosberg a-t-il déclenché les tensions chez Mercedes avec cette erreur dans Mirabeau ? © Sutton Images
Agrandir
Nico Rosberg a décroché samedi la pole position du Grand Prix de Monaco mais l'Allemand a "mis fin" à la qualification après une sortie de piste dans Mirabeau, empêchant son coéquipier de tenter sa dernière chance.
Lewis Hamilton n'avait pas le sourire après la séance, son langage corporel laissait déjà penser que la manœuvre de Rosberg était volontaire. Il avait beau clamer que ce n'était pas le cas en conférence de presse, le Britannique refusait de le croire car il était en avance sur le chrono de référence dans son ultime tour. Il est peut-être là le ''petit détail'', dont parlait Alain Prost, qui pourrait tout déclencher chez Mercedes.

Vergne et Kvyat en Q3, Grosjean non
Les premières places d'honneur sont revenues aux Red Bull de Daniel Ricciardo et Sebastian Vettel, et aux Ferrari de Fernando Alonso et Kimi Raikkönen, même si l'Espagnol était bien plus proche des RB10 que son coéquipier. Le Français Jean-Éric Vergne s'est qualifié pour la Q3 et termine avec le septième temps, devant Kevin Magnussen et Daniil Kvyat, superbe neuvième pour sa première à Monaco, surtout après un accident à la sortie du tunnel pendant la Q1.
Sergio Pérez a complété le top 10, éliminant son coéquipier chez Force India Nico Hülkenberg pour moins d'un dixième. Jenson Button s'est classé 12e devant Valtteri Bottas et les deux Lotus de Romain Grosjean et Pastor Maldonado. Felipe Massa s'était qualifié pour la Q2 mais ne pouvait pas continuer sa séance à cause d'un accrochage avec Marcus Ericsson dans Mirabeau. Le dernier Français, Jules Bianchi, avait réussi ses derniers essais libres (17e) mais il échoue dès la Q1, avec le 19e temps.

Grand Prix de Monaco 2014
Qualification

PiloteÉquipesChrono
1N Rosberg (GER) Mercedes1'15.989
2LC Hamilton (GBR) Mercedes1'16.048
3D Ricciardo (AUS) Red Bull1'16.384
4S Vettel (GER) Red Bull1'16.547
5F Alonso (ESP) Ferrari1'16.686
6KM Räikkönen (FIN) Ferrari1'17.389
7J.-É. Vergne (FRA) Toro Rosso1'17.540
8K Magnussen (DEN) McLaren1'17.555
9D Kvyat (RUS) Toro Rosso1'18.090
10S Pérez (MEX) Force India1'18.327
11N Hülkenberg (GER) Force India1'17.846
12J Button (GBR) McLaren1'17.988
13V Bottas (FIN) Williams1'18.082
14R Grosjean (FRA) Lotus1'18.196
15P Maldonado (VEN) Lotus1'18.356
16F Massa (BRA) Williams-
17E Gutiérrez (MEX) Sauber1'18.741
18A Sutil (GER) Sauber1'18.745
19J Bianchi (FRA) Marussia1'19.332
20M Chilton (GBR) Marussia1'19.928
21K Kobayashi (JPN) Caterham1'20.133
22M Ericsson (SWE) Caterham1'21.732


 http://fr.espnf1.com/monaco/motorsport/story/159719.html#K6wVDDVeszUI7TWd.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 0:17:20


  • GP de Monaco 2014

Déclarations des pilotes - Qualifications
ESPNF1 Staff / D.B.
24 mai 2014

Point tournant pour la relation Hamilton-Rosberg

Suite à la séance de qualification du Grand Prix de Monaco sur le circuit du même nom, les pilotes commentent leurs performances.
Et voilà, ce jour marque peut-être la fin officielle de l'amitié entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton. Alors qu'il détenait déjà le meilleur temps, Rosberg a commis une erreur lors de son dernier tour rapide et s'est dirigé dans une zone d'échappement. Le drapeau jaune ainsi provoqué a empêché Hamilton de viser la pole, qui revient à Rosberg. L'Allemand s'est dit désolé, l'Anglais était clairement furieux. Relation glaciale et point tournant pour les pilotes Mercedes.
Et c'est alors que la FIA annonce que Rosberg est sous enquête. Quelques heures plus tard, les commissaires sont d'avis qu'il n'a rien fait de malhonnête. Crise évitée, mais la tension demeure entre les coéquipiers. Le départ sera à surveiller de près...
Daniel Ricciardo s'est montré déçu de sa 3e place, une petite glissade du train arrière étant en cause. Sebastian Vettel est 4e après avoir eu quelques soucis avec son système de récupération d'énergie. Le du Ferrari Alonso-Räikkönen suit le duo Red Bull. Notons les bonnes performances de Toro Rosso, avec Jean-Éric Vergne 7e et Daniil Kvyat 9e, lui qui en est à sa première visite à Monaco.
Le résumé des qualifications monégasques est ici, la galerie d'images du samedi est ici.
Pole position - Nico Rosberg, Mercedes : "Je me sens vraiment très bien dans la voiture depuis le début du week-end et c'est fantastique de décrocher la pole de Monaco à nouveau. Encore une fois, l'équipe fait de l'excellent boulot car nos performances sont très fortes même sur ce circuit dont la nature est unique. Cela démontre que nous avons développé un très bon ensemble châssis et groupe propulseur cette saison. J'ai réalisé un très bon tour dès le début de la Q3 mais Lewis (Hamilton) était très près, alors j'ai fait une autre tentative en poussant un peu plus fort, mais j'ai malheureusement été un peu trop au-delà de la limite. J'ai bloqué les roues arrière, et les roues avant se sont retrouvées hors trajectoire sur la portion bosselée de la descente à l'approche du virage 5, mais je suis juste parvenu à prendre la voie d'échappement. J'ai présenté mes excuses à Lewis pour avoir entravé l'opportunité qu'il avait d'améliorer son chrono. Je vais maintenant me concentrer sur la course. Je dois réussir un bon départ et j'espère mener une bonne course avec une bonne stratégie."
2e - Lewis Hamilton, Mercedes : "J'avais connu un bon week-end jusque-là, je me concentrais sur mes propres performances et sur l'amélioration de mon rythme une étape à la fois. Les qualifications se déroulaient bien aujourd'hui mais avec le recul, j'aurais dû réaliser mon meilleur tour avant la fin de la Q3. Nous sommes à Monaco et il y a toujours le risque d'un drapeau jaune ici. Bien entendu, je suis extrêmement déçu de ne pas avoir eu l'opportunité de compléter mon tour car j'avais déjà gagné deux dixièmes. C'est la course. Je devrai réussir le meilleur départ possible et ensuite voir ce que nous serons en mesure d'accomplir."
3e - Daniel Ricciardo, Red Bull : "Je pense qu'il m'aurait été possible d'être plus près de l'avant aujourd'hui, et je ne suis pas content lorsque c'est ainsi. J'ai commis une erreur lors de mon dernier tour rapide pendant la Q3. J'étais en avance et j'avais l'impression que tout se passait bien, mais j'ai commis une erreur et perdu tout le temps que j'avais gagné. Mais quoi qu'il en soit, ce circuit ne laisse pas beaucoup de place aux erreurs alors je devrai tout simplement retenir la leçon pour la prochaine fois. Je serai déçu si je ne termine pas sur le podium demain. Je pense que nous avons le rythme pour nous battre contre les Mercedes, alors j'espère que nous pourrons au moins passer devant l'une d'elles lors du départ, et peut-être faire quelque chose avec la stratégie pour nous donner une véritable chance de remporter la course."



Red Bull pense pouvoir se battre directement contre Mercedes dimanche
© Sutton Images

4e - Sebastian Vettel, Red Bull : "J'ai eu quelques problèmes pendant les qualifications aujourd'hui. Le système de récupération d'énergie a cessé de fonctionner pendant la Q1, je n'avais plus accès à la puissance électrique. Nous avons réussi à le faire fonctionner dans un mode différent et c'était bien, mais sûrement pas aussi bien que cela devait l'être. C'est la première fois qu'une telle défaillance se produit ce week-end ; ce sont des choses qui arrivent. Nous avons essayé une panoplie de modes différents, mais vient le temps où il faut simplement se concentrer sur le travail qui doit être accompli. Mon chrono était bien, cependant je n'ai pu l'améliorer pendant mon deuxième tour rapide de la Q3 car un drapeau jaune est apparu. Je pensais que nous allions compliquer la vie de Mercedes aujourd'hui, mais nous avons eu des difficultés avec certaines choses et l'écart était trop grand. Cela dit, c'est tout de même bien d'être sur la deuxième ligne de la grille de départ."
5e - Fernando Alonso, Ferrari : "Le résultat d'aujourd'hui illustre bien les forces en présence ce week-end et c'est plus ou moins ce que nous attendions. Je ne dirais pas que les choses se sont mal passées, car nous sommes parvenus à rester devant des rivaux qui ont déjà couru à l'avant, comme Williams et Force India. Mais plus important encore, nous sommes plus près des Red Bull. Nous avons effectué plus de changements que d'habitude ici car nous avions des problèmes de sous-virage et de freinage, et maintenant le comportement de la voiture s'est grandement amélioré. Comparé à ce que nous nous attendions, les pneumatiques semblent trop durs et nous avons beaucoup de difficultés pour les faire monter en température. Si l'épreuve se déroule sur le sec demain, alors ce sera une course d'endurance pour voir qui réussira à rester en piste le plus longtemps. Cependant, s'il pleut, alors le simple fait de se rendre jusqu'à l'arrivée sera déjà un bon résultat. Nous avons vu jeudi que c'était vraiment à la limite, comme glisser sur de la glace."
6e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Je ne suis pas satisfait de ces qualifications car même si nous avons travaillé fort sur les réglages et apporté plusieurs changements, mes sensations dans la voiture ne se sont pas vraiment améliorées. Dès jeudi je devais me battre pour trouver la meilleure solution, et le temps perdu pendant la seconde période d'essais libres n'a certainement pas aidé. De plus, nous n'arrivons pas à bien faire fonctionner les pneus ici et lorsque vous êtes dans une telle situation, il n'est pas facile de compléter un bon tour, surtout sur un circuit qui ne vous laisse pas une deuxième chance. La 6e place, ce n'est pas idéal, mais ce n'est pas un désastre non plus. Nous ferons de notre mieux pour obtenir le maximum demain."
7e - Jean-Éric Vergne, Toro Rosso : "Je suis très satisfait des qualifications d'aujourd'hui, pour moi-même mais aussi pour les gars car ils méritaient de bons résultats suite à tous leurs efforts. Avoir les deux voitures dans le top 10, c'est un grand accomplissement pour tout le monde. Mon dernier tour sur la gomme super tendre a été affecté par des drapeaux jaunes, mais mon premier était suffisamment bon pour prendre la 7e place, ce qui est une très bonne position de départ pour la course. Si nous parvenons à mettre tous les éléments place, je suis confiant de voir nos deux voitures terminer dans les points. Je vais certainement pousser pour au moins maintenir ma 7e place jusqu'au drapeau à damiers."
8e - Kevin Magnussen, McLaren : "Je ne suis pas tout à fait heureux de démarrer de la 8e place, mais nous avons plus ou moins tiré le maximum du matériel à notre disposition. La 7e place aurait peut-être été possible, mais difficilement. C'est toujours difficile de réussir un tour parfait ici et vous n'avez jamais vraiment l'impression d'avoir réussi. C'est un circuit urbain, il est bosselé, il y a des rails et des murs au point de corde, alors vous faites de petites erreurs et apportez des corrections, et vous avez toujours l'impression que vous auriez pu vous rapprocher un peu plus des rails. Nonobstant cela, la voiture se comportait très bien. C'est juste frustrant lorsque vous voyez les chronos car je pense que nous devrions être mieux placés. Nous pouvons être raisonnablement satisfaits de cette journée. Demain, il faudra réussir un bon départ, boucler un bon premier tour et éviter les problèmes. Ensuite, nous pourrons peut-être marquer de bons points."



Pour son tout premier week-end à Monaco, Kvyat impressionne
© Getty Images

9e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "Ce fut sûrement la plus désordonnée des séances qualificatives de ma carrière. J'ai subitement échappé l'arrière de la voiture et touché un mur pendant la Q1, alors j'ai dû revenir aux stands pour changer le museau. Mais J'ai immédiatement repris confiance et j'ai réussi à faire deux bons tours dont je suis très fier pendant la Q2. La Q3 a malheureusement été un peu malchanceuse pour moi, car je n'ai pu réaliser un bon tour après avoir chaussé des gommes super tendres usées. Lorsque je suis retourné en piste pour faire un dernier tour rapide sur des gommes tendres neuves, j'ai dû lever le pied vu le drapeau jaune. C'est évidemment frustrant car il n'est pas facile de dépasser sur ce circuit, mais c'est ainsi. Nous allons maintenant nous concentrer sur la préparation de la course, pendant laquelle nous allons viser un résultat dans les points."
10e - Sergio Pérez, Force India : "Bien que ce soit plaisant d'être dans le Top 10, je suis un peu déçu de ne pas être plus haut sur la grille de départ. Mon tour rapide s'est avéré très difficile pendant la Q3 ; j'ai bloqué les roues à l'approche de la Nouvelle chicane, donc j'aurais sûrement été plus rapide. Un des plus grands défis à surmonter était d'amener les pneumatiques dans la fenêtre d'opération optimale, et je ne pense pas que nous ayons réussi à en tirer le maximum aujourd'hui. Nous devrons trouver des façons de gagner des places demain, et je pense que nous devrions adopter une stratégie agressive car je ne crois pas que les opportunités de dépassement seront nombreuses. J'espère que notre course sera intéressante."
11e - Nico Hülkenberg, Force India : "J'étais très près d'une place dans la Q3 aujourd'hui, j'étais à moins d'un dixième, mais je ne suis pas trop déçu car je suis plutôt satisfait de mon tour rapide pendant la Q2. Il ne m'en manquait qu'un tout petit peu et c'est très difficile de réaliser un tour parfait à Monaco. L'équipe a bien géré la circulation, et même si j'ai rencontré des voitures pendant la Q1 et la Q2, ce n'est pas arrivé à des moments cruciaux. Démarrer de la 11e place, et avec un train supplémentaire de pneus neufs en banque, voilà qui donne de bonnes chances de marquer des points demain. La course sera longue et nous devrons rapidement ajuster notre stratégie pour tenter de gagner des places. Nous nous attendons à un ciel plus nuageux demain, et il y a même des possibilités de pluie."
12e - Jenson Button, McLaren : "Lors de mon dernier run pendant la Q2, je suis tombé sur une des Toro Rosso à la Piscine. Je ne pense pas qu'il m'a vu arriver sur le moment ; il a ensuite tenté de me laisser passer mais il n'y avait pas suffisamment d'espace pour deux voitures à cet endroit du circuit. C'est dommage ; j'avais du rythme pendant la Q1 mais je ne suis pas parvenu à boucler un bon tour pendant la Q2. Il n'y a pas d'excuses. La course s'annonce difficile car je vais démarrer de la 12e place. Les pneumatiques durent très longtemps ici, alors nous pourrions nous retrouver avec une procession demain. Peut-être qu'un brave tentera quelques manœuvres pour animer la course. Nous verrons si cela bouleverse la hiérarchie. Je ne souhaite pas qu'il pleuve dimanche, aucun pilote ne veut voir la pluie tomber ici, surtout avec ces pneus car nous n'arrivons pas à faire monter leur température. Je pense que ce serait mieux pour tout le monde d'avoir une course sur le sec demain. Ce sera une épreuve difficile pour moi, mais je verrai ce que je peux faire."
13e - Valtteri Bottas, Williams : "Comme équipe, ce résultat n'est pas le meilleur. Nous avions des difficultés à faire monter la température des pneumatiques avant. La voiture se comportait bien, mais le niveau d'adhérence n'était pas celui que je souhaitais. Nous avons du travail à faire pour tenter de résoudre cela avant demain. Je suis néanmoins toujours optimiste de marquer quelques points car je n'aurai qu'à gagner quelques places, et tout peut arriver à Monaco."



Départ en plein peloton pour les pilotes Lotus
© Getty Images

14e - Romain Grosjean, Lotus : "Malheureusement, nous n'étions pas suffisamment rapides. Nous espérions que les conditions plus chaudes nous aident un peu aujourd'hui, mais ce ne fut pas le cas. La voiture est bien équilibrée mais ce fut néanmoins une séance qualificative difficile ; je pense que la voiture a encore quelques difficultés dans les virages lents, comme nous le craignions. Nous devons travailler sur cet aspect et améliorer la situation car la E22 se comporte déjà beaucoup mieux dans les zones à haute vitesse. Il est très difficile de prédire ce qu'il pourrait se passer pendant la course ici, mais quoi qu'il en soit, nous nous battrons toujours jusqu'à la fin."
15e - Pastor Maldonado, Lotus : "Suite aux essais encourageants réalisés à Barcelone, nous espérions un meilleur résultat aujourd'hui. Toutefois, jusqu'à maintenant ce week-end, ce circuit ne nous convient pas. Nous avons eu des difficultés à monter la température des pneumatiques, dont la gomme semble très dure pour Monaco. Je suis également tombé sur de la circulation en piste ; cela ne m'a pas aidé avec la température des pneus ni pour réaliser un tour rapide. La course sera longue demain, alors nous tenterons d'éviter les problèmes pendant les deux premiers tours et nous tenterons ensuite d'exécuter une bonne stratégie. Nous verrons alors ce qui peut être accompli et nous ferons de notre mieux."
16e - Felipe Massa, Williams : "J'ai fait tout ce que je pouvais pendant la Q1, mais Ericsson m'a frappé et cela a ruiné mes qualifications. J'espérais obtenir une bonne position sur la grille car la voiture se comportait plutôt bien. Il aurait été nécessaire de se battre pour rejoindre le top 10, cela n'aurait pas été facile, mais c'était possible. Je suis déçu. La course s'annonce difficile mais avec cette voiture, marquer des points demeure possible."
17e - Esteban Gutiérrez, Sauber : "Ce ne fut pas une séance qualificative positive pour l'équipe, alors nous ne pouvons être satisfaits des résultats. Nous sommes tout près d'accéder à la Q2, donc chaque petit incident en piste nous affecte de manière importante. Il était très difficile de réaliser un tour propre aujourd'hui. Monter la température des pneus nécessite quelques tours, ce qui n'est pas idéal non plus. Nous devons analyser les données et comprendre exactement ce qu'il s'est passé. En ce qui concerne la course, nous savons tous qu'il est difficile de dépasser à Monaco. Cependant, un bon départ pourrait nous rapprocher de l'avant. Il faudra saisir toutes les opportunités qui se présenteront à nous pendant la course."



Sauber espère de meilleures opportunités en course
© Sutton Images

18e - Adrian Sutil, Sauber : "Ces qualifications furent décevantes. Le premier run était très bon, mais nous avons été malchanceux car il y a eu deux drapeaux jaunes à la fin de la première séance. C'est dommage, mais ce sont des choses qui arrivent à Monaco. Nous n'avons pas été en mesure de démontrer ce qu'il aurait été possible d'accomplir. Il faut maintenant regarder vers l'avenir. La course est longue et tout peut arriver. Je pense à demain et j'espère tirer le maximum de la voiture."
19e - Jules Bianchi, Marussia : "Il n'en manquait pas beaucoup pour accéder à la Q2, mais je pense que c'était possible. Mon premier run était bien, mais le second a été compromis par les drapeaux jaunes et la circulation ; j'ai perdu à peu près une demi-seconde et je n'ai pas eu l'opportunité de faire mieux. Si je regarde le positif, nous n'étions qu'à six dixièmes des Sauber, alors si je considère le temps perdu en piste, je suis encouragé par notre rythme par rapport à cette équipe. C'est très serré entre nous depuis le début du week-end, donc nous devons maintenant travailler pour atteindre notre objectif pendant la course. Je pense que nous pourrons mener une bonne bataille demain et donner une belle récompense à l'équipe."
20e - Max Chilton, Marussia : "Comparé à la séance d'essais de ce matin, la voiture s'est grandement améliorée. En fait, je suis plutôt satisfait du déroulement de ces qualifications. Si nous considérons tous les facteurs extérieurs, je pense que nous avons une bonne voiture pour demain et que nous pouvons être très optimistes pour la course. Nous avons vu quelques incidents aujourd'hui et ils nous ont rappelé à quel point ce circuit peut être difficile. Et puisqu'il y a le potentiel de voir des déploiements de la Voiture de Sécurité, il est très possible que des opportunités se présentent à nous ; il sera très important d'être prêts pour en profiter."
21e - Kamui Kobayashi, Caterham : "J'ai fait deux runs sur des gommes tendres pendant la Q1. Le premier était correct mais je voulais un peu plus d'appuis à l'avant. Je suis retourné en piste mais nous n'avions tout simplement pas assez de rythme pour faire mieux, donc nous sommes à la 21e place. Il serait juste de dire que ce week-end se déroule très difficilement jusqu'à maintenant, mais la journée qui compte vraiment, c'est demain. Et si les prévisions météo sont justes au sujet des possibilités de pluie, alors tout pourrait arriver. Je chercherai à faire de mon mieux et même si c'est difficile pour nous en ce moment, tout le monde travaille aussi fort que jamais. J'espère que la course nous récompensera."
*22e - Marcus Ericsson, Caterham : "J'avais toujours des problèmes de motricité pendant la Q1, même si la température de la piste avait augmenté depuis la période d'essais libres de ce matin. Je n'avais pas assez d'adhérence pour vraiment pousser, et avec plusieurs voitures en décélération dans le dernier secteur, je ne suis pas parvenu à boucler un tour propre. Lors de mon dernier tour, j'étais derrière Massa à l'approche du virage 5 et il a légèrement quitté la trajectoire, alors j'ai dû modifier mon point de freinage. Mes roues ont bloqué et je me suis retrouvé avec lui contre le mur ; c'était mon erreur. C'est malheureux que cela ait également provoqué son abandon. La voiture est en bon état maintenant, alors je souhaite tourner la page sur cette journée et me concentrer sur la course."

Notes
*Ericsson : Pénalité de départ de la voie des stands pour avoir provoqué une collision contre Massa. 2 points de pénalité sur sa super licence.
© ESPN Sports Media Ltd

 http://fr.espnf1.com/monaco/motorsport/story/159743.html#2MTH7Bl4MpoIZl6y.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 3:42:48

GP de Monaco : La grille de départ

[th][/th][th][/th][th][/th][th][/th]
01  N. Rosberg
  Mercedes
02  L. Hamilton
  Mercedes
03  D. Ricciardo
  Red Bull
04  S. Vettel
  Red Bull
05  F. Alonso 
  Ferrari
06  K. Räikkönen
  Ferrari
07  J. Vergne
  Toro Rosso
08  K. Magnussen
  McLaren
09  D. Kvyat
  Toro Rosso
10  S. Pérez
  Force India
11  N.Hülkenberg
  Force India
12  J. Button
  McLaren
13  V. Bottas
  Williams
14  R. Grosjean
  Lotus
15  P. Maldonado
  Lotus
16  F. Massa
  Williams
17  E. Gutiérrez
  Sauber
18  A. Sutil
  Sauber
19  J. Bianchi
  Marussia
20  M. Chilton
  Marussia
21  K. Kobayashi
  Caterham
22  M. Ericsson
  Caterham
http://www.toilef1.com/GP-de-Monaco-La-grille-de-depart.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 11:23:38


  • GP de Monaco


Rosberg s'impose, Bianchi dans les points
ESPN Staff
25 mai 2014

Rosberg termine finalement avec neuf secondes d'avance sur Hamilton et Ricciardo © Sutton Images

Nico Rosberg s'est imposé pour la deuxième année consécutive à Monaco, devant son coéquipier Lewis Hamilton mis sous pression en fin de course par Daniel Ricciardo.
Cinquième doublé Mercedes de la saison, qui caracole toujours chez les constructeurs. Pour Rosberg, c'est une superbe victoire acquise de bout en bout qui lui permet de repasser devant Hamilton (pour quatre points) au classement. Les deux W05 se sont bagarrées pendant les deux tiers de la course mais un problème de vision a ralenti Hamilton, qui lève le pied et permet à Ricciardo de revenir. Les derniers tours sont très disputés mais les positions ne bougent pas.
Fernando Alonso termine quatrième, devant Nico Hülkenberg qui a résisté à Jenson Button en fin de course. La course a été très animée, beaucoup d'abandons (14 voitures à l'arrivée), des malheureux, notamment Sebastian Vettel et Jean-Éric Vergne, qui avait le rythme pour marquer des points avant un problème moteur. S'il y a des malheureux, il y a aussi des heureux. À commencer par Jules Bianchi, qui s'offre, en même temps que Marussia, ses premiers points en Formule 1.

Bianchi, finalement derrière Grosjean
Huitième à l'arrivée, neuvième derrière un autre Français, Romain Grosjean (pour la première fois à l'arrivée sur le Rocher), après une pénalité de cinq secondes qui lui a été infligée après la course. Bianchi a regardé les voitures abandonner pendant toute la course, c'est finalement l'accrochage entre Kimi Raikkönen (12e) et Kevin Magnussen (10e) qui scellera son incroyable résultat.
Marussia se dirige déjà vers la 10e place, au minimum, des constructeurs, Caterham aura du mal à faire mieux. L'écurie russe occupe même la neuvième place ce soir, Sauber n'ayant toujours pas inscrit le moindre point en 2014. Avant le Grand Prix du Canada, réputé aussi pour offrir des courses à rebondissements.
© ESPN Sports Media Ltd.

Read more at http://fr.espnf1.com/monaco/motorsport/story/159999.html#i5oMUY4t2lyVpP4y.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Guylaine le Dim 25 Mai - 17:20:21

Pos N° Pilote Châssis Moteur Tour Pts

1 6 Nico ROSBERG Mercedes Mercedes 78 1h 49m 27.661s ( 142.802 km/h ) 25
2 44 Lewis HAMILTON Mercedes Mercedes 78 1h 49m 36.871s ( +09.210s ) 18
3 3 Daniel RICCIARDO Red Bull Renault 78 1h 49m 37.275s ( +09.614s ) 15
4 14 Fernando ALONSO Ferrari Ferrari 78 1h 50m 00.113s ( +32.452s ) 12
5 27 Nico HULKENBERG Force India Mercedes 77 10
6 22 Jenson BUTTON McLaren Mercedes 77 8
7 19 Felipe MASSA Williams Mercedes 77 6
8 8 Romain GROSJEAN Lotus Renault 77 4
9 17 Jules BIANCHI Marussia Ferrari 77 5s de pénalité 2
10 20 Kevin MAGNUSSEN McLaren Mercedes 77 1
11 9 Marcus ERICSSON Caterham Renault 77
12 7 Kimi RAIKKONEN Ferrari Ferrari 77
13 10 Kamui KOBAYASHI Caterham Renault 75
14 4 Max CHILTON Marussia Ferrari 75
ab 21 Esteban GUTIERREZ Sauber Ferrari 59 Accident
ab 77 Valtteri BOTTAS Williams Mercedes 55 Moteur
ab 25 Jean-Éric VERGNE Toro Rosso Renault 50 Moteur
ab 99 Adrian SUTIL Sauber Ferrari 23 Accident
ab 26 Daniil KVYAT Toro Rosso Renault 10 ?
ab 1 Sebastian VETTEL Red Bull Renault 5 ?
ab 11 Sergio PEREZ Force India Mercedes 0 Accrochage

np 13 Pastor MALDONADO Lotus Renault

http://www.statsf1.com/fr/2014/monaco/classement.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Guylaine le Dim 25 Mai - 17:21:56

n  Pilote  Points  

1. Nico ROSBERG 122
2. Lewis HAMILTON 118
3. Fernando ALONSO 61
4. Daniel RICCIARDO 54
5. Nico HULKENBERG 47
6. Sebastian VETTEL 45
7. Valtteri BOTTAS 34
8. Jenson BUTTON 31
9. Kevin MAGNUSSEN 21
10. Sergio PEREZ 20
11. Felipe MASSA 18
12. Kimi RAIKKONEN 17
13. Romain GROSJEAN 8
14. Jean-Éric VERGNE 4
Daniil KVYAT 4
16. Jules BIANCHI 2


n  Constructeur  Points  

1. Mercedes 240
2. Red Bull Renault 99
3. Ferrari 78
4. Force India Mercedes 67
5. Williams Mercedes 52
McLaren Mercedes 52
7. Toro Rosso Renault 8
Lotus Renault 8
9. Marussia Ferrari 2


http://www.statsf1.com/fr/2014/monaco/championnat.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 23:17:46


  • Grand Prix de Monaco 2014

Déclarations des pilotes - Course
ESPNF1 Staff / D.B.
25 mai 2014

Sur le podium, la joie de Rosberg et Ricciardo contrastait avec la frustration de Hamilton
© Sutton Images

Suite au Grand Prix de Monaco couru sur le Circuit du même nom, sixième manche du championnat 2014, les pilotes commentent leurs performances.
Nico Rosberg a remporté la course, cassé la série de victoires de son coéquipier et repris les commandes du championnat : mission entièrement accomplie pour le pilote Mercedes. Et derrière lui, les rebondissements ne manquaient pas d'un bout à l'autre du plateau. Son coéquipier Lewis Hamilton le suivait de près pendant la majorité de l'épreuve, jusqu'au moment où une poussière lui serait tombée dans l'œil gauche. Moment étrange que Hamilton n'a pas voulu commenter sur le podium.
Clairement frustré (encore), il termine 2e juste devant Daniel Ricciardo. Le pilote Red Bull a atteint son objectif et grimpe pour la première fois de sa carrière sur le podium de la Principauté. De plus, Ricciardo passe devant son coéquipier Sebastian Vettel dans le classement, ce dernier étant à nouveau victime de pépins. Fernando Alonso (Ferrari) et Nico Hülkenerg (Force India) complètent le Top 5.
La belle histoire du jour nous provient de Jules Bianchi qui, grâce aux performances de sa voiture et aux incidents impliquant d'autres pilotes, et malgré une pénalité, a récolté les premiers points en F1 de la petite écurie Marussia, fondée en 2010. Le champagne va couler ce soir ! Notons que Caterham a failli célébrer aussi puisque Marcus Ericsson était 11e à l'arrivée, mais son coéquipier Kamui Kobayashi est furieux contre Bianchi car ce dernier aurait gâché ses chances d'un résultat dans le Top 10.
Course d'endurance et de gestion, de réactions et d'adaptation, d'incidents et d'abandons, la manche monégasque du championnat demeure imprévisible comme toujours. Le résumé du Grand Prix de Monaco est ici ; la galerie d'images du dimanche est ici ; le classement actuel du championnat 2014 est ici.
Vainqueur - Nico Rosberg, Mercedes : "Ce fut une dure course aujourd'hui mais je suis absolument ravi d'avoir remporté mon deuxième Grand Prix de Monaco de suite. C'est un sentiment incroyable et je suis fier d'avoir accompli cela chez moi, devant ma famille et mes amis qui étaient tous ici cet après-midi. La course a bien débuté et j'étais à l'aise, mais par la suite nous avons dû gérer ma consommation d'essence et Lewis (Hamilton) me mettait énormément de pression. Nous avons réussi à contrôler la consommation en levant le pied pendant quelques tours. Il était important pour moi de casser l'élan de Lewis et sa série de quatre victoires consécutives. Cela a très bien fonctionné, mais ce fut un week-end très difficile. Je suis très heureux pour l'équipe car nous avons réalisé un autre doublé. J'ai hâte à la fête de ce soir !"
2e - Lewis Hamilton, Mercedes : "Je me sentais très fort en piste et j'ai piloté de tout mon cœur, j'ai tout donné pour améliorer ma position. Ce week-end ne m'a tout simplement pas souri, mais je suis heureux que nous ayons réalisé un autre doublé pour l'équipe. Notre voiture est fantastique et tous ceux qui ont travaillé dessus méritent les résultats incroyables que nous engrangeons en ce moment. Quant à la course, il est très difficile de dépasser sur ce circuit. Je suivais Nico (Rosberg) d'aussi près que possible et j'avais un excellent rythme, mais je n'arrivais pas à passer devant. Vers la fin, une saleté est passée sous ma visière et m'est tombée dans l'œil, ce qui a rendu les quelques tours suivants très difficiles, mais heureusement cela s'est résorbé. J'ai alors pu retenir Daniel (Ricciardo) et conserver ma 2e place. Cela n'a pas été le plus merveilleux des week-ends, mais j'aurai encore plus d'énergie et de détermination lors de la prochaine course. L'équipe travaille très fort et nous sommes déterminés à rester sur notre lancée."
3e - Daniel Ricciardo, Red Bull : "Ma course a vraiment repris vie vers la fin. Cela ne s'était pas très bien passé au moment du départ et la distance jusqu'au virage 1 est très courte, alors c'était frustrant. Je suis passé devant Seb (Vettel) vu ses problèmes de fiabilité et ensuite Kimi (Räikkönen) a eu une crevaison, donc je me suis à nouveau retrouvé là où j'espérais être. À la (deuxième) relance, je tentais de préserver mes pneumatiques jusqu'à la fin. Alors qu'il restait 20 tours à faire, je sentais qu'ils allaient tenir le coup et je suis passé à l'attaque. C'était la première fois depuis le début de la course que je me sentais vraiment à fond. J'ai rattrapé Lewis (Hamilton) et c'était amusant, mais je n'arrivais pas à le dépasser. Cependant, je dois dire que la conclusion de la course était meilleure que le départ."



Une 4e place satisfaisante pour Alonso
© Sutton Images

4e - Fernando Alonso, Ferrari : "Terminer tout près du podium est un bon résultat, surtout après un départ difficile et les multiples incidents qui ont eu lieu pendant la course. Quelque chose n'a pas fonctionné dans le moteur au moment du départ, mais même si j'avais eu toute la puissance à ma disposition, il n'y avait pas de place pour dépasser. Les trois voitures qui me précèdent méritent d'être là car elles étaient vraiment inatteignables. Je suis satisfait de cette 4e place ; nous sommes parvenus à bien gérer cette course qui exige constamment un très haut niveau de concentration vu les nombreux moments intenses. Notre rythme était bon et cela signifie que, petit à petit, nous progressons. Bien sûr, l'écart qui nous sépare des meneurs est encore significatif car ils travaillent sur leur développement eux aussi. Par conséquent il faut donc toujours tenter de faire mieux, et ce dès la prochaine course au Canada."
5e - Nico Hülkenberg, Force India : "Ces 10 points sont une belle récompense après une course aussi difficile. Les 20 derniers tours étaient vraiment durs car mes gommes super tendres étaient en fin de vie, et il était difficile de non seulement retenir les voitures qui me pourchassaient mais aussi d'éviter les rails. Il y a eu quelques occasions où j'ai légèrement touché les rails, mais j'ai survécu et je suis parvenu à protéger ma 5e place. Heureusement, ma voiture était rapide aux bons endroits, soit à l'entrée du tunnel et dans le dernier virage. J'ai vécu des moments agréables pendant la course, notamment ma manœuvre sur Magnussen. Il devait laisser repasser une Toro Rosso alors il a perdu un peu de son élan, j'ai saisi l'opportunité et j'ai plongé à l'intérieur du virage 8. Sur un circuit comme celui de Monaco, réussir une telle manœuvre fait vraiment sourire."
6e - Jenson Button, McLaren : "Ce fut un Grand Prix de Monaco typique. Les choses allaient dans tous les sens, des pilotes commettaient des erreurs, il y avait des voitures partout, il fallait demeurer concentré, garder le contact avec le peloton, gérer les pneus et s'en servir lorsque c'était nécessaire. Pendant toute la durée de mon dernier relais, j'ai pris soin de mes pneus et je suis resté à une certaine distance de Kevin (Magnussen) pour avoir le champ libre. Je devais simplement maintenir mon rythme jusqu'à l'arrivée. Je n'arrivais pas tout à fait à dépasser Nico (Hülkenberg) vers la fin. Il était en difficulté sur ses pneus mais chaque fois que j'attaquais, je me retrouvais aussi en difficulté, alors ça ne fonctionnait pas. Nous nous sommes bien battus mais c'est tellement difficile lorsque vous êtes collé sur une autre voiture. C'est déjà assez compliqué, mais quand vous ne voyez plus rien car une voiture est juste devant, c'est encore plus difficile. Ce n'est pas un mauvais résultat pour nous, toutefois j'aurais aimé dépasser Nico. C'est dommage que le problème de Kevin, survenu pendant la dernière portion de la course, a fait en sorte que nous n'avons pas marqué plus de points malgré la présence de nos deux voitures dans le Top 10 à l'arrivée."
7e - Felipe Massa, Williams : "Après avoir démarré de la 16e place sur la grille, je suis très heureux de cette 7e place à l'arrivée. J'ai pris quelques risques en changeant ma stratégie lorsque la Voiture de Sécurité est apparue, car je devais faire durer mes pneumatiques plus longtemps, mais cela a fonctionné. J'ai profité au maximum des opportunités qui s'offraient à moi lorsque d'autres pilotes commettaient des erreurs ou abandonnaient. Bien des choses auraient pu arriver, alors je suis content que tout se soit bien déroulé. Un week-end difficile s'est transformé en quelque chose de positif."
8e - Romain Grosjean, Lotus : "C'est plaisant de terminer cette course pour la première fois de ma carrière, et c'est également plaisant de marquer des points. Cela avait pourtant mal débuté pour nous, car je me suis retrouvé avec une crevaison après avoir été frappé par Adrian (Sutil) pendant le premier tour. Je suis passé aux gommes tendres mais il m'était impossible de dépasser sur ces pneumatiques, alors je suis revenu chausser des super tendres. Le timing de la Voiture de Sécurité n'a pas aidé puisque je venais juste de revenir en piste sur des gommes neuves, mais Monaco, c'est ça. Vous pouvez vivre un millier de malchances et néanmoins terminer dans les points !"



Bianchi, héros du jour après avoir récolté les premiers points de Marussia depuis sa fondation en 2010
© Getty Images

*9e - Jules Bianchi, Marussia : "Wow. Quelle course et quel résultat pour toute l'équipe. Je suis incroyablement heureux, mais avant tout, je dois remercier tout le personnel de Marussia pour avoir rendu cela possible. Personne ne sait à quel point nous investissons du travail et de la détermination dans nos courses, alors aujourd'hui je suis ravi d'avoir aidé l'équipe à enfin atteindre son objectif de longue date, soit marquer nos premiers points. D'avoir accompli cela ensemble me rend très fier. Je remercie tout le monde ici à Monaco, le reste de l'équipe à Banbury, ainsi que notre partenaire moteur, Ferrari, car ensemble nous avons vraiment progressé, particulièrement depuis les essais (d'intra-saison) à Barcelone. Cela nous a donné la confiance pour pousser davantage et c'est certainement ce que nous avons fait ici ce week-end. Ce ne fut pas une course facile ; il y a eu des moments agréables mais aussi quelques moments inquiétants. Mais ce qui compte à la fin, c'est que nous étions là à l'arrivée et que nous pourrons longtemps savourer ce moment. Je souhaite également remercier la Ferrari Driver Academy, qui me soutient à chaque étape de ma carrière."
10e - Kevin Magnussen, McLaren : "Malgré que plusieurs choses n'ont pas joué en notre faveur aujourd'hui - mon arrêt prolongé vu la circulation, la voiture (Toro Rosso) qui a dangereusement coupé devant moi dans la voie des stands, le problème de moteur - je retiens que notre voiture se comportait vraiment très bien. C'est vraiment très positif. C'est peut-être difficile à voir de l'extérieur, mais les choses progressent au sein de l'équipe. Il y a eu plusieurs petits pépins pendant la course. L'équipe de Jean-Éric (Vergne) a probablement mal calculé le moment pour le libérer de son stand ; ce n'est jamais la faute du pilote, mais ce sont des choses qui arrivent parfois. Et c'est dommage de ne pas avoir eu l'opportunité de terminer mon combat contre Nico (Hülkenberg). J'avais préservé mes pneumatiques en anticipant que Nico serait en difficulté sur les siens, mais il y a eu ce problème avec le groupe propulseur et j'ai perdu du terrain. Je ne sais pas encore exactement ce qu'il s'est passé avec ma voiture à la fin de la course. Et je n'ai pas vu ce qu'il s'est passé avec Kimi (Räikkönen). Je visais l'intérieur de l'épingle pour le bloquer, mais il a néanmoins tenté une manœuvre. Dépasser est difficile à cet endroit, mais il s'est essayé et cela n'a pas fonctionné. C'est la course."
11e - Marcus Ericsson, Caterham : "Ce fut bien pour moi, même si toute l'équipe est évidemment déçue de la façon dont cette course a pris fin. Le fait d'avoir terminé mon premier Grand Prix de Monaco est une expérience incroyable, et le fait d'avoir égalé le meilleur résultat de l'équipe est super, mais c'est juste dommage de ne pas en avoir tiré davantage suite au fantastique boulot accompli par tout le monde aujourd'hui. Après avoir démarré de la voie des stands, j'ai rapidement rattrapé la seconde Marussia lorsque le premier déploiement de la Voiture de Sécurité a eu lieu. L'équilibre était bon, j'avais un bon rythme, j'étais devant Sutil et Grosjean pendant quelques tours, mais je n'ai pu retenir Sutil lorsqu'il m'a doublé dans le virage 6. Lorsque la Voiture de Sécurité est apparue une deuxième fois, j'ai effectué mon premier arrêt et chaussé des gommes super tendres ; je pouvais alors vraiment pousser. Mon deuxième relais était bon, ainsi que mon dernier sur un autre train de super tendres, et j'ai pu attaquer jusqu'à l'arrivée. J'ai retenu Räikkönen pendant les deux derniers tours et terminé 11e, ce qui, pour moi, est une façon très cool de conclure à Monaco."
12e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Ce fut une journée très malchanceuse pour moi. C'est vraiment dommage après avoir réussi un bon départ et d'être monté à la 3e place. La voiture se comportait bien et le rythme était bon. Malheureusement, pendant la (première) période derrière la Voiture de Sécurité, ma voiture a été frappée par la Marussia de Chilton et j'ai dû faire un arrêt imprévu car mon pneu arrière droit était endommagé. Cela a mis fin à toute mes chances de signer un bon résultat. Nous travaillons très fort, alors je suis désolé de ne pas encore être parvenu à obtenir un bon résultat. Nous savons qu'il y a beaucoup de travail à faire car nos rivaux sont toujours loin devant. Mais les résultats viendront si nous continuons sur cette voie, et peut-être avec un peu plus de chance aussi."



Multiples soucis sur la Red Bull de Vettel ce week-end
© Sutton Images

13e - Kamui Kobayashi, Caterham : "Même si je suis 13e, je ne suis vraiment pas heureux car je suis sûr que j'aurais terminé dans les points si Bianchi ne m'avait pas frappé lorsqu'il a forcé le passage. Ma voiture est devenue inconduisible, alors le seul fait de terminer la course est un bon résultat. L'équipe a tout fait pour m'aider à terminer aussi haut que possible dans la hiérarchie - bonne stratégie, excellents arrêts - mais lorsqu'on vous dépasse en vous poussant hors du chemin, ce n'est évidemment pas positif. (…) Je me suis arrêté au 25e tour lors du second déploiement de la Voiture de Sécurité ; je suis revenu en piste sur des gommes tendres et j'étais 12e, avec Räikkönen et Bianchi derrière. C'est alors que dans la chicane à la sortie du tunnel, Bianchi m'a frappé sur le côté et j'ai dû couper la chicane pour éviter un autre contact. Je ne sais pas pourquoi rien n'a été fait contre lui car il m'a tout simplement forcé hors piste en me frappant. Les deux Marussia ainsi que mon coéquipier sont passés devant, et le comportement de ma voiture est devenu très mauvais. L'impact a provoqué d'importants dommages au ponton et au plancher, et j'ai perdu beaucoup d'appuis à l'arrière, donc je perdais du temps sans pouvoir rien y faire. Je suis parvenu à terminer devant Chilton, mais je pense que toute l'équipe a l'impression d'avoir perdu alors que ce n'était aucunement de notre faute. Nous devons demeurer positifs et profiter de cette expérience pour être encore plus déterminés à passer devant nos plus proches rivaux. Nous allons continuer à persévérer."
14e - Max Chilton, Marussia : "Je suis très fier de faire partie d'un événement aussi spécial aujourd'hui. Pour une petite équipe, obtenir un tel résultat est un énorme boost pour l'avenir. J'ai des sentiments mitigés bien sûr, car en ce qui me concerne, tout ce qui pouvait aller de travers aujourd'hui est arrivé. Mais c'est la course et je sais que j'aurai un jour ma chance de marquer des points pour l'équipe. Bravo à tous, et maintenant je suis vraiment très motivé pour la course de Montréal."

Abandons
Esteban Gutiérrez, Sauber (dommages, 60e tour) : "Malheureusement, je n'ai pu terminer la course. Ce fut probablement la plus douloureuse des erreurs commises au cours de ma carrière. J'ai touché le rail à l'entrée de la Rascasse et je suis parti en tête-à-queue ; ma course s'est terminée ainsi. Nous avions d'excellentes chances de marquer des points. Le départ a été superbe, j'ai gagné des places pendant les premiers tours et cela nous a donné une bonne base pour notre stratégie de course. Je devais prendre soin de mes pneumatiques pendant la course, mais je devais aussi attaquer car des voitures rapides se rapprochaient. C'est très décevant. Je souhaite vraiment m'excuser auprès de toute l'équipe car chacun d'eux a fait de l'excellent boulot aujourd'hui."
Valtteri Bottas, Williams (moteur, 56e tour) : "Nous avons eu un problème avec le groupe propulseur, ce qui est frustrant. Il faudra enquêter pour comprendre ce qu'il s'est passé. Je me suis vite retrouvé parmi le Top 10 suite au départ, alors ce week-end aurait pu bien se conclure. Felipe (Massa) a terminé à la 7e place, donc l'équipe peut retenir ce positif. Nous nous tournons maintenant vers le Canada, où nous espérons être forts vu la nature de ce circuit."
Jean-Éric Vergne, Toro Rosso (échappement, 51e tour) : "La course se déroulait bien, le rythme était encourageant, je gérais mes pneumatiques et la stratégie semblait bonne. C,est alors que mon ingénieur m'a dit que nous avions une pénalité de passage par les stands car on m'avait libéré dangereusement suite à mon arrêt. Et pour terminer, nous avons eu ce problème d'échappement qui a mis un terme définitif à ma course. C'est vraiment dommage ! Nous avions fait du super boulot pendant tout le week-end, l'équipe m'a fourni une bonne voiture et j'ai bien piloté aussi, alors je pense qu'une 5e place était possible aujourd'hui. Tournons maintenant la page et concentrons-nous sur la prochaine course à Montréal, où je ferai à nouveau tout ce que je peux pour être au maximum, réaliser une autre belle performance lors des qualifications, et enfin marquer ces points longtemps attendus."



La Force India de Pérez a quitté la piste par la voie des airs
© Getty Images

Adrian Sutil, Sauber (accident, 24e tour) : "C'est dommage que ma course se soit terminée si tôt. J'ai réussi un très bon départ. Un des autres pilotes est parti en tête-à-queue dans le virage 5 et plusieurs voitures ont subitement freiné alors que j'arrivais dans le virage. Mon aileron avant a été endommagé et j'ai dû passer par les stands. J'étais presque dernier lorsque je suis revenu en piste, mais j'ai pu regagner des places tour après tour. Malheureusement, j'ai commis une erreur en freinant à la sortie du tunnel, l'arrière a décroché et j'ai frappé les rails. Je suis très déçu et aussi très désolé pour toute l'équipe."
Daniil Kvyat, Toro Rosso (échappement, 11e tour) : "C'est décevant d'avoir abandonné aujourd'hui, surtout que nous étions compétitifs tout au long du week-end et que nous avions de bonnes chances de terminer dans les points ici. J'ai pu défendre ma position au début de la course et même grimper à la 8e place avant d'abandonner. Malheureusement, ce sont des choses qui arrivent. Je vais maintenant focaliser sur la prochaine course où j'espère que nous pourrons continuer sur notre élan."
Sebastian Vettel, Red Bull (perte de puissance, 6e tour) : "C'est décevant. J'ai effectué un bon départ mais nous avons perdu la pression de suralimentation du turbo, donc j'ai dû abandonner. L'équipe a fait tout ce qu'elle pouvait. Je me sentais très impuissant dans la voiture, je demandais à l'équipe ce que nous pouvions faire, mais il n'y avait rien à faire. Nous avons résolu des problèmes hier avec l'ERS (système de récupération d'énergie), cependant d'autres sont apparus dans le turbo. Mais nous allons progresser et cela ira mieux pour nous bientôt."
Sergio Pérez, Force India (accident, 1er tour) : "Je me battais contre Nico (Hülkenberg), qui était devant, et j'ai abordé le point de corde normalement. J'étais sur la trajectoire de course et devant Jenson (Button) lorsqu'il a touché une de mes roues arrière, ce qui m'a envoyé en tête-à-queue dans les rails. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit là car il n'y pas pas vraiment d'espace pour une autre voiture à cet endroit. C'était très malchanceux. Comme pilote de course, il y a de bons et de mauvais dimanches, mais je tiens à oublier celui-ci dès que possible. C'est décevant d'avoir perdu une si grande opportunité pour marquer de gros points, mais cela dit, la voiture se comportait beaucoup mieux ici qu'en Espagne, comme le résultat de Nico le démontre. C'est un signal très positif avant la course à Montréal."
Pastor Maldonado, Lotus (moteur, aucun tour) : "Nous ne savons pas encore exactement ce qui est arrivé ; le moteur s'est éteint au bout de 30 secondes. Pourtant, le groupe propulseur fonctionnait bien lorsque je me suis rendu sur la grille. Nous devons identifier la source du problème. C'est décevant car je m'attendais à faire une bonne course, nous avions une bonne stratégie en place, et j'aime ce circuit sur lequel j'ai déjà été compétitif dans le passé. Nous avons travaillé fort sur les performances et la fiabilité, mais aujourd'hui, ce n'était pas destiné. Nous ne sommes pas heureux cet après-midi, toutefois nous demeurons focalisés sur l'amélioration de nos performances."

Notes
*Bianchi : 8e à l'arrivée, recalé 9e suite à une pénalité de cinq secondes ajoutée à son temps de course.
© ESPN Sports Media Ltd.

 http://fr.espnf1.com/monaco/motorsport/story/160053.html#B8thiA1rbg5thhu5.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 23:26:59

Synthèse du Grand Prix : doublé aigre-doux


par Pierre Van Vliet, envoyé spécial le 25/05/14 à 23:28





Chez Mercedes GP, on ne se contente plus d'un cinquième doublé consécutif en six Grands Prix. On préférerait que cela se passe en harmonie, dans la joie et la bonne humeur. Cela ne fut évidemment pas le cas à Monaco où les tensions entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton entrevues plus tôt dans la saison (à Bahreïn et en Espagne notamment) ont été exacerbées par l'incident que l'on sait dans la dernière minute des qualifications. Lorsque les commissaires de la FIA ont blanchi le poleman, on s'est dit que Rosberg avait fait le plus gros du boulot et, en effet, il n'a pas eu à fermer la porte pour l'emporter ce dimanche. Le sourire "en W" de Lewis Hamilton sur le podium en disait long sur l'amertume ressentie par le pilote anglais, même s'il a tenu à arrondir les angles par la suite.
L'analyse de la course elle-même laisse penser que le fils de Keke n'a pas volé son succès. Il a été capable de creuser parfois un petit écart sur son équipier, même s'il puisait dans son capital carburant pour se faire, pour finalement l'emporter avec une avance confortable en raison du petit souci visuel dont a souffert Hamilton dans les derniers tours. On verra dans le futur à quel point Monaco a constitué un tournant dans les relations entre les deux pilotes Mercedes et dans quelle mesure l'âpreté de leur duel rendra la suite du championnat délicate à gérer pour la marque à l'étoile. Sur le plan technique, les Flèches d'argent gardent largement la main. Red Bull a plutôt bien résisté sur ce terrain atypique, surtout avec un excellent Daniel Ricciardo (Vettel fut cette fois malchanceux), et la Scuderia Ferrari n'est toujours pas sortie du creux de la vague malgré la 4ème place de Fernando Alonso, toujours opiniâtre, à plus d'une demi-minute du vainqueur.
Derrière les top teams, les plus expérimentés ont émergé du chaos monégasque, car les incidents et les abandons ont été nombreux. Hülkenberg marque les gros points de la 5ème place devant Button, Massa et Grosjean. L'exploit du jour est naturellement signé Jules Bianchi, méritant 9ème au volant de la modeste Marussia dont les premiers points sont les bienvenus. Le régional de l'étape a réussi un sans-faute en faisant preuve d'une belle agressivité par moment et d'un opportunisme certain dans les manœuvres de dépassement. Ce faisant, le pilote français a saisi une formidable opportunité qui n'est pas prête de se représenter dans l'avenir immédiat. Bravo !

 
http://www.f1i.com/f1i-features/synthese-du-grand-prix-double-aigre-doux/




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Guylaine le Dim 25 Mai - 23:27:32

Ouais bien le traducteur fait un job magnifique à souligner !!!!



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 23:32:46

GP de Monaco - Les arrêts au stand

[th][/th][th]Pilote [/th][th]Ecurie [/th][th]Tps au stand [/th][th]Arrêts [/th]
01  N. Rosberg  Mercedes24.6721
02  L. Hamilton  Mercedes27.5091
03  D. Ricciardo  Red Bull26.5841
04  F. Alonso  Ferrari26.4991
05  N. Hülkenberg  Force India25.7141
06  J. Button  McLaren25.9921
07  F. Massa  Williams24.2641
08  R. Grosjean  Lotus51.3412
09  J. Bianchi  Marussia32.6581
10  K. Magnussen  McLaren28.9431
11  M. Ericsson  Caterham53.6762
12  K. Räikkönen  Ferrari50.9662
13  K. Kobayashi  Caterham50.5372
14  M. Chilton  Marussia1:10.4262
Ab  E. Gutiérrez  Sauber25.9061
Ab  V. Bottas  Williams25.5951
Ab  J. Vergne  Toro Rosso44.8292
Ab  A. Sutil  Sauber33.2071
Ab  D. Kvyat  Toro Rosso--
Ab  S. Vettel  Red Bull1:06.0651
Ab  S. Pérez  Force India--
Ab  P. Maldonado  Lotus--



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Dim 25 Mai - 23:33:02

GP de Monaco - Les meilleurs tours en course

[th][/th][th]Pilote [/th][th]Ecurie [/th][th]Temps [/th][th]Tr [/th]
01  K. Räikkönen  Ferrari1:18.47975
02  D. Ricciardo  Red Bull1:19.25270
03  L. Hamilton  Mercedes1:19.36134
04  N. Rosberg  Mercedes1:19.42533
05  F. Alonso  Ferrari1:19.72754
06  F. Massa  Williams1:20.31448
07  M. Chilton  Marussia1:20.57969
08  K. Magnussen  McLaren1:20.65775
09  N. Hülkenberg  Force India1:20.76738
10  M. Ericsson  Caterham1:20.91153
11  R. Grosjean  Lotus1:20.97953
12  J. Button  McLaren1:21.04742
13  J. Vergne  Toro Rosso1:21.08335
14  V. Bottas  Williams1:21.10550
15  E. Gutiérrez  Sauber1:21.14641
16  J. Bianchi  Marussia1:21.25442
17  A. Sutil  Sauber1:21.76123
18  D. Kvyat  Toro Rosso1:22.0118
19  K. Kobayashi  Caterham1:22.42516
20  S. Vettel  Red Bull1:59.5053
http://www.toilef1.com/GP-de-Monaco-Les-meilleurs-tours.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Lun 26 Mai - 23:02:16

Grand Prix de Monaco 2014


GP de Monaco : Faits marquants
Laurence Edmondson / Nate Saunders / Daniel Bastien
26 mai 2014

De la tension, il y en avait entre Hamilton et Rosberg à Monaco
© Sutton Images

ESPN fait le tour : le bon, le mauvais et le surprenant du week-end du Grand Prix de Monaco couru sur le circuit du même nom, sixième manche du championnat 2014.
Et voilà, c'est arrivé. Le fameux "moment" dont parlait Alain Prost au début du week-end monégasque. Celui où la rivalité naturelle entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton, les deux prétendants au titre réunis chez Mercedes, se transformerait en guerre. Le tentative ratée de Rosberg à la fin des qualifications, lorsqu'il a provoqué l'apparition des drapeaux jaunes, fera parler encore longtemps. Cet événement marque un changement important dans la relation entre les deux hommes, mais peut-être dans la course au titre également. La situation tendue chez Mercedes attire beaucoup d'attention depuis quelques jours, mais plusieurs autres sujets ont également marqué - plus positivement - le week-end monégasque de la F1.


Points forts et points faibles

© Getty Images

Choc : Jules Bianchi a réalisé une 9e place très populaire. Le pilote Marussia a fait le maximum autant pour attaquer que se défendre, et a exploité chaque opportunité. Du beau travail pour lui et son équipe.
Choquant : Max Chilton a frappé la Ferrari de Kimi Räikkönen alors que la Voiture de Sécurité était en piste, ce qui a probablement coûté un potentiel premier podium cette saison au Finlandais. Embarrassant pour le pilote Marussia.
Meilleur dépassement : La manœuvre audacieuse de Nico Hülkenberg sur Kevin Magnussen, dans Portier, était tout simplement superbe et nous ne reverrons pas cela de sitôt à Monaco. C'est ce qui a permis au pilote Force India de terminer 5e ; il le méritait bien.
Meilleur tour : Nous pourrions accorder ce titre aux cinq ou six derniers tours de Daniel Ricciardo, car il réduisait rapidement l'écart qui le séparait de Lewis Hamilton. Quelques tours de plus et le pilote Red Bull aurait peut-être réussi à trouver un endroit pour passer devant et terminer 2e.
Pire tour : Au 67e tour, Lewis Hamilton a rapporté qu'une mystérieuse poussière lui était tombée dans l'œil après être passée sous sa visière. Le pilote Mercedes perdait alors deux secondes sur Nico Rosberg et donnait ainsi un coup de main à Daniel Ricciardo.
Performance du jour : Cet honneur revient à Nico Rosberg. Suite aux tensions qui ont suivi les qualifications, et sachant que ses départs ne sont pas toujours les meilleurs, cette fois le pilote Mercedes a été brillant dès le début de la course. De plus, il a parfaitement géré les deux relances. Et pour terminer, sa victoire en piste est également une victoire psychologique sur Hamilton. À voir comment cela pourrait affecter la course au titre.




Avantage Rosberg
Ce fut toujours une question de quand, et non de si, les tensions allaient éclater au grand jour chez Mercedes. Par la nature même de la course automobile, les victoires ne peuvent être partagées entre plusieurs pilotes. Quelqu'un doit toujours être le deuxième à franchir la ligne d'arrivée. Certains gèrent mieux de telles situations que d'autres, mais lorsque des doutes sur la bonne conduite d'un adversaire circulent dans la tête d'un pilote roulant à 300 km/h, les idées commencent alors à se brouiller.
Seul Rosberg sait exactement ce qu'il s'est passé dans le virage Mirabeau (et les commissaires n'ont trouvé aucune preuve de mauvaise conduite), mais la vérité ne vaut presque rien dans l'esprit de Hamilton s'il demeure convaincu que Rosberg a fait quelque chose de sournois. Hamilton semblait entièrement absorbé par cette théorie. Il laissait planer des doutes et jouait à la guerre psychologique en affirmant qu'il est plus rapide en piste. La nature étroite du circuit de Monaco, qui rend les dépassements très difficiles - et la pole position encore plus cruciale - a fait grimper la pression.
Dans ce contexte, Hamilton semblait moins bien gérer la situation. Même lors de sa rencontre avec les médias, dimanche après la course, il a formulé le souhait de pouvoir montrer aux journalistes toute la télémétrie recueillie pendant le tour de qualification raté de Rosberg. Par cette phrase, il laissait toujours entendre que son coéquipier était coupable, même si les commissaires l'avaient blanchi 24 heures plus tôt.
Hamilton sait qu'il était plus rapide mais il ne peut le prouver, et c'est ce qui le frustre au plus haut point (pensez à l'épisode de la télémétrie affichée sur Twitter en 2012, lorsqu'il était chez McLaren, comme preuve d'un désavantage dans ses réglages face à Jenson Button). Il n'accepte pas ce qu'il s'est produit samedi, et nous pouvons penser qu'il voit dans cette affaire l'événement qui l'aura ultimement empêché de gagner dimanche (n'abordons pas le sujet de la poussière dans l'œil). Pendant ce temps, Rosberg a remporté le GP de Monaco, est revenu au sommet du classement des pilotes (par 4 points), et semble avoir gagné cette bataille psychologique.



Mercedes doit parler à ses pilotes
© Sutton Images


Et maintenant ?
Il fut très intéressant d'apprendre que les premières tensions entre Rosberg et Hamilton sont apparues lors du GP de Bahreïn, au début avril. Nous savons maintenant que Rosberg, lors de ce formidable duel pendant les derniers tours de l'épreuve, utilisait une cartographie moteur différente de celle employée par Hamilton. Ce dernier ne l'a su qu'après la course et il n'était pas très heureux (malgré sa victoire). En Espagne, Hamilton a utilisé la même tactique pour retenir Rosberg jusqu'à l'arrivée. Ces événements démontrent qu'il y avait déjà une certaine méfiance entre les pilotes Mercedes avant d'arriver à Monaco.
L'équipe affirme que l'avantage procuré par les différentes cartographies moteur était minime, et qu'elles n'ont été utilisées que quelques secondes à la fois. Mais pour des pilotes se battant directement l'un contre l'autre, tout avantage est énorme à leurs yeux. Le patron Toto Wolff a promis de mettre fin aux "petites embrouilles", mais ses plus grand défis seront de gérer la situation et d'éviter une guerre ouverte entre ses titulaires. Si les choses continuent ainsi, il semble qu'un incident en piste entre Rosberg et Hamilton semble presque inévitable ; surtout qu'il reste encore deux tiers de la saison à compléter.
Bien entendu, Mercedes fera tout ce qu'elle peut pour éviter que le titre soit terni par des suspicions, peu importe qui triomphera ultimement. Malgré toutes les tensions internes que cela provoque, il faut féliciter l'équipe car elle laisse Rosberg et Hamilton se battre en piste. Mercedes remportera la couronne des constructeurs, mais qui oserait prédire l'identité du futur champion 2014 ?



Monaco, à couper le souffle
© Getty Images


Tout un spectacle
Vous savez tous que les pilotes de Formule 1 sont immensément talentueux et que le circuit urbain de Monaco est incroyablement étroit. Mais lorsque vous vous positionnez aux abords de cette piste, votre perception entre dans une autre dimension. Il faut non seulement faire confiance au savoir-faire des pilotes, il faut aussi se forcer à ignorer les lois de la physique.
Dans le virage Tabac, debout derrière des rails protecteurs et une clôture grillagée, les pneus avant sont tournés directement vers vous, et non vers le point de corde. Au début, vous avez immédiatement l'impression qu'une erreur monumentale a été commise, qu'un accident va sûrement se produire, et vous réalisez alors que vous êtes justement dans la trajectoire de la voiture et des débris. Mais avant que votre cerveau puisse absorber et analyser tout cela correctement, le museau de la voiture passe à quelques centimètres du rail et la monoplace continue sur son chemin, sans heurt. Il y a des circuits où vous pouvez vous rapprocher très près de la piste, et ensuite il y a Monaco.



Du bonheur pour Bianchi et l'écurie Marussia
© Sutton Images


Une 9e place victorieuse
Grâce à Jules Bianchi, l'écurie Marussia a explosé de joie dimanche après-midi à Monaco. Le pilote français a plus qu'accompli sa mission : après un combat musclé contre la Caterham de Kamui Kobayashi et une pénalité d'arrêt de 5 secondes, après avoir évité les erreurs et profité des abandons ou incidents des autres pilotes, Bianchi a franchi la ligne d'arrivée à la 8e place. Une autre pénalité de 5 secondes a été ajoutée à son temps de course, ce qui l'a reclassé à la 9e place, mais le grand objectif était atteint : Bianchi a non seulement marqué les 2 premiers points de sa carrière en F1, mais aussi les 2 premiers points de l'écurie Marussia, fondée en 2010.
Cet accomplissement compte déjà parmi les plus beaux moments de la saison. Il est difficile de souligner à quel point ces 2 points pourraient s'avérer cruciaux pour Marussia en termes financiers, sachant que les petites équipes peinent à survivre et que le débat a toujours cours sur la réduction des coûts. L'excellent résultat de Marussia donne un gros coup psychologique à Caterham, qui ne semble pas encore en mesure de reproduire les gains de performance de sa rivale. Si Caterham ne fait pas mieux d'ici la fin de la saison, Marussia s'est assurée d'être au moins 10e dans le championnat des constructeurs.
En fait, au terme de cette 6e course de la saison, Marussia occupe le 9e rang devant Sauber, qui n'a toujours aucun point en banque. Bravo à Bianchi d'avoir très bien fait le travail à Monaco, et bravo à l'équipe dont les ambitions de se rapprocher de Sauber (qui semblaient un peu exagérées la semaine dernière) ont été surpassées dimanche. Nous avons maintenant un véritable combat à surveiller à l'arrière du peloton, où les moyens sont moins grands, mais pas les efforts ni la passion.
© ESPN Sports Media Ltd.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Modena49 le Mer 28 Mai - 23:58:05


  • GP de Monaco 2014 - Radio Ga G


''Je ne vois rien de l'œil gauche''
ESPN Staff
27 mai 2014

© Getty Images
Agrandir
Après un Grand Prix de Monaco pendant lequel Lewis Hamilton et Sebastian Vettel ont démontré que même des champions peuvent perdre leur sang-froid, ESPN vous offre le meilleur des communications radio entre les pilotes et leurs équipes.
"Vous devez résoudre ce problème, vous devez résoudre ce problème."
L'humeur de Sebastian Vettel s'assombrit au début de la course alors que sa Red Bull donne des signes inquiétants.
"Je n'ai pas de boost, pas de turbo. Allez les gars ! Je veux dire, je suis sûr que vous faites tout ce qui est possible..."
Vettel encourage ses ingénieurs, qui tentent de redonner vie au groupe propulseur Renault de sa RB10.
"Je n'ai plus rien, c'est très lent."
"Nous devons abandonner."
"(Soupir) OK."

Daniil Kvyat ne cache pas sa déception lorsque Toro Rosso l'informe que son premier Grand Prix de Monaco prend fin après 10 tours.
"C'est inacceptable !"
Forcé à couper la chicane pour éviter une collision, Kamui Kobayashi est furieux contre Kimi Räikkönen, en pleine remontée suite à sa crevaison.
"Kamui, prends soin de ne pas couper la chicane."
Caterham rappelle poliment à Kobayashi que rester en piste fait partie de ses obligations.



© Getty Images

"L'arrière m'a juste échappé (…) Je ne forçais même pas."
On se demande ce qui serait arrivé si Adrian Sutil était à fond au moment de fracasser sa Sauber à la sortie du tunnel.
"Je ne peux croire que je viens tout juste de passer par les stands. Je savais que j'aurais (…) que nous aurions dû arrêter pendant le tour (précédent) (…) Mais je savais que vous n'alliez pas me faire rentrer, les gars."
Les théories de conspiration continuent d'envahir l'esprit de Lewis Hamilton lorsque Mercedes le fait rentrer aux stands pendant le même tour que son coéquipier Nico Rosberg, et non immédiatement après l'accident de Sutil qui annonçait le déploiement de la Voiture de Sécurité.
"Est-ce que tout va bien ? Réponds-nous Lewis."
"Je ne vois rien de l'œil gauche. J'ai une poussière ou quelque chose dans l'œil."

Voilà une explication que l'on entend très rarement en F1. Alors qu'il pourchassait Rosberg vers la fin de la course, Hamilton justifie sa perte subite de rythme. Interrogé sur cet incident après la cérémonie du podium, il répond "Ce n'est pas important."
"Je m'en fous de Ricciardo. Je veux connaître l'écart entre moi et Nico."
Après l'incident de l'œil, et alors que Daniel Ricciardo se rapproche constamment, Hamilton a d'autres priorités. Il allait rapidement changer d'avis.
"Wahou ! Merci tout le monde ! Cette voiture est vraiment fantastique !"
Nico Rosberg remercie Mercedes suite à sa deuxième victoire consécutive à Monaco.
© ESPN Sports Media Ltd.

 http://fr.espnf1.com/monaco/motorsport/story/160353.html#BSu7x4lpK4jJZyED.99



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Monaco 25 mai 2014 Monaco

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum