GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Aller en bas

GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Message par Modena49 le Mer 18 Déc - 15:25:04



Circuit Info

Lieu/Pays: Selangor, Malaisie

1ère course de F1 : 1999

Circuit en activité (F1) : oui

Longueur : 5.543km

Nombre de tours en GP : 56

Virages : 15

Course : dans le sens des aiguilles d'une montre

Capacité d'accueil : 130,000 spectateurs

Record du tour en F1 :1:34.223 (Juan Pablo Montoya; Williams BMW; 2004)

Dans les années 90, le Dr Mahathir Mohamad, premier ministre Malaisien, déclarait que d'ici 2020, la Malaisie devrait être une nation totalement industrialisée. Une partie de ce projet impliquait la construction d'un circuit dédié aux sports mécaniques, ce qui fut fait avec le circuit international de Sepang.

Dessiné par "l'architecte de la F1", Hermann Tilde, Sepang est considéré comme l'un des circuits les plus techniques de la saison et il est définitivement l'un des préférés des pilotes. Le tracé, combinant de longues et rapides ligne droites avec des virages serrés, a en effet été conçu dans le but de favoriser les dépassements.

Situé à 60km de la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, et proche de l'aéroport international, le circuit accueille également le Moto GP de Malaisie et une course de l'A1 Grand Prix.

Peu de temps avant le Grand Prix 2007, Bernie Ecclestone déclara que le circuit était devenu "miteux" et le compara à "une vieille maison qui a besoin d'être redécorée". Il clarifia ses propos en précisant qu'ils faisaient référence aux détritus qui jonchaient les environs et non pas au circuit lui-même. Le circuit est sous contrat avec la FIA jusqu'en 2011, et bien que les organisateurs aient émis le souhait de programmer la course de nuit, le projet a été pour le moment abandonné.




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Red Bull, pas de malaisie

Message par Modena49 le Dim 23 Mar - 5:02:56


Daniel Ricciardo saura le 14 avril s'il conserve sa 2e place de Melbourne

 
Les deux pilotes Red Bull Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo essaient de positiver avant le Grand Prix de Malaisie, le week-end prochain, et celui de Bahreïn, le week-end suivant.
Comme elle pouvait le craindre au vu des essais hivernaux, Red Bull n'a pas été dans le coup en Australie. L'équipe championne du monde a dû faire abandonner la voiture de Vettel après cinq tours. Celle de Ricciardo a coupé la ligne à la deuxième place, mais elle a été disqualifiée et l'appel de Red Bull sera jugé le 14 avril.
"Il nous reste beaucoup de travail sur la voiture", a déclaré Vettel. "Mais il a été encourageant de voir que notre rythme en course était plus élevé que ce à quoi nous nous attendions en Australie. Nous espérons maintenant que nous pourrons progresser à partir de cette base et commencer à récolter des points dans les deux prochaines courses."
"Maintenant, nous prenons la direction Kualu Lumpur, une ville que j'aime beaucoup", a-t-il ajouté. "Il y a deux grosses possibilités de dépasser, dans le premier et le dernier virages. Ensuite, nous prendrons la direction de Bahreïn où nous avons effectué des essais hivernaux."
"Malgré ce qu'il s'est passé à Melbourne, je suis content des performances dans la course et pendant le week-end", estime pour sa part Ricciardo. "Ce serait évidemment chouette de récolter ces 18 points, mais je suis content d'être monté sur le podium, ce furent de belles sensations. Je sais que j'ai fait du bon travail et je peux m'appuyer sur cela pour la prochaine course en Malaisie. Il faudra prendre en compte la chaleur."
"Mais je connais bien ce circuit. J'y ai piloté pour la première fois alors que je n'avais que 16 ans, en Formule BMW. Il nous faudra ensuite nous rendre à Bahreïn. La RB10 nous a surpris en Australie en étant plus compétitive que nous le pensions sur le sec, mais aussi sur le mouillé. Nous allons voir ce que nous allons pouvoir obtenir sur les deux prochaines courses."
© ESPN Sports Media Ltd

http://fr.espnf1.com/redbull/motorsport/story/150385.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

La F1 dérange en Malaisie

Message par Modena49 le Mar 25 Mar - 0:36:14


  • MH370

La F1 dérange en Malaisie
ESPN Staff
24 mars 2014

La circuit de Sepang, non loin de l'aéroport de Kuala Lumpur
© Sutton Images
 
Les proches des passagers du vol MH370 disparu des écrans radar le 8 mars alors qu'il faisait route vers Pékin ont été forcés de changer d'hôtel en raison de l'arrivée du personnel des équipes de F1 en vue du Grand Prix de Malaisie, ce week-end.
Trente-deux personnes dans la douleur de ces disparitions ont été priées de quitter deux hôtels qu'elles occupaient non loin de la piste de Sepang.
Les personnels des ministères qui travaillent sur l'affaire et ont également été déplacés. "Les chambres ont été préréservées avant la catastrophe", indique le Daily Telegraph.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/f1/motorsport/story/150553.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Grand Prix de Malaisie

Message par Modena49 le Mer 26 Mar - 0:39:04

Grand Prix de Malaisie : Le programme TV du week-end
Posté le mardi 25 mars 2014 à 09:45, par Basile Davoine


Retrouvez ci-dessous le programme complet du Grand Prix de Malaisie, deuxième manche du Championnat du Monde 2014, qui se déroulera du 28 au 30 mars sur le circuit de Sepang, à Kuala-Lumpur.

Les horaires indiqués tiennent compte de l’heure de Paris. Les séances d’essais, qualifications et le Grand Prix seront diffusés sur les chaînes du groupe Canal+. Les qualifications et la course sont également à vivre en direct à la radio sur RMC, ou sur RTBF La Deux en Belgique.

Attention, nous passerons à l’heure d’été au cours du week-end. Dans la nuit de samedi à dimanche, à 2 heures il sera 3 heures ! Le programme ci-dessous tient compte de ce changement.

Vendredi 28 mars 2014


3h00 - 4h30 : Essais Libres 1 - Prise d’antenne à 2h50


7h00 - 8h30 : Essais Libres 2 - Prise d’antenne à 6h50


Samedi 29 mars 2014


6h00 - 7h00 : Essais Libres 3 - Prise d’antenne à 5h50


9h00 : Qualifications - Prise d’antenne à 8h45


Dimanche 30 mars 2014


10h00 : Grand Prix de Malaisie - Prise d’antenne à 9h15





GP de Malaisie ////

Vendredi 28 Mars 2014
03h00 | Essais libres 1
07h00 | Essais libres 2

Samedi 29 Mars 2014
06h00 | Essais libres 3
09h00 | Qualifications
Photos
Dimanche 30 Mars 2014
10h00 | Course

http://www.toilef1.com/Grand-Prix-de-Malaisie-Le.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Minute de silence pour MH370

Message par Modena49 le Jeu 27 Mar - 11:57:27


  • GP de Malaisie

Minute de silence pour MH370
ESPN Staff
27 mars 2014 

Mercedes porte un message pour les victimes du vol MH370, d'autres équipes en feront autant
© Twitter
 
Une minute de silence sera respectée sur la grille de départ du circuit de Sepang, en hommage aux victimes du vol MH370, avant le début du Grand Prix de Malaisie dimanche.
L'ambiance est sombre au pays depuis la perte d'un avion de la Malaysia Airlines transportant 239 personnes. Le vol MH370 a quitté l'aéroport international de Kuala Lumpur le 8 mars à destination de Pékin ; sa disparition mystérieuse a démarré une opération de recherche couvrant une vaste zone et à laquelle plusieurs nations ont participé. Il semble maintenant que l'avion se soit écrasé dans l'océan indien, de nombreux débris ayant récemment été découverts flottant sur les vagues.
Le Grand Prix de Malaisie est l'un des plus importants événements au pays, mais une certaine réserve a été adoptée cette année. Par exemple, les concerts de Christina Aguilera et du groupe Rain ont été annulés, ainsi qu'une démonstration d'avions acrobatiques.
Mercedes porte le message #PrayForMH370 (Priez pour MH370) sur les pontons de ses monoplaces. Les autres équipes afficheront également des messages de soutien sur leurs voitures ce week-end. Les pilotes ajouteront le numéro du vol sur leurs casques.
© ESPN Sports Media Ltd.

http://fr.espnf1.com/f1/motorsport/story/150929.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les enjeux du Grand Prix de Malaisie

Message par Modena49 le Jeu 27 Mar - 12:12:40

Les enjeux du Grand Prix de Malaisie


par Nicolas Carpentiers le 27/03/14 à 13:10


Premier test de fiabilité
La plus grande menace pour les concurrents du Grand Prix de Malaisie ? La fiabilité, assurément. Alors qu’il faisait 20 °C en Australie, on devrait atteindre les 34 °C à Sepang. La chaleur et l’humidité mettront à rude épreuve les systèmes de refroidissement, devenus des éléments  essentiels avec les moteurs turbo et les lourdes batteries de leurs système de récupération de l’énergie. Les monoplaces pourraient donc être équipées d’ouïes spécifiques (comme on en a vu à Bahreïn), qui modifient l’équilibre aérodynamique de la voiture.
Dans ce contexte, on observera bien sûr Mercedes (qui qui n’avait ramené qu’une voiture à l’arrivée, le moteur de Lewis Hamilton ayant rendu l’âme), mais aussi Red Bull, afin de voir si les étonnants progrès de la RB10 entrevus à Melbourne se confirment ou non, sur un tracé faisant la part belle à l’équilibre et à l’efficacité aérodynamique (alors que le circuit australien était surtout un tracé d’accélération/freinage, valorisant la puissance du moteur). Les performances des Taureaux ailés seront toutefois marquées sous le sceau de l’incertitude, étant donné l’appel interjeté par Christian Horner à propos du débitmètre officiel choisi par la FIA. Quant aux McLaren, plus en verve que prévu, elles devront confirmer sur un tracé a priori moins favorable. La course de Massa ayant été écourtée au départ et celle de Bottas ayant été émaillée d’incident à l’Albert Park, on observera également avec intérêt les performances réelles des Williams sur un circuit plus représentatif.

Risques de revanche chez les argentés ?
L’un des pilotes Mercedes pourrait remporter la 16ème édition du Grand Prix (déjà !), tant la supériorité des Flèches d’argent fut tranchante il y a deux semaines. On a beaucoup glosé sur la marge réelle qu’avait Nico Rosberg, qui avait pu lever le pied en l’absence de son équipier. Si les deux W05 tiennent le coup, on pourrait assister à une belle bagarre. Car si on se souvient bien de la polémique qui avait éclaté entre les pilotes Red Bull à l’arrivée (Sebastian Vettel avait ignoré les consignes d’équipe pour s’imposer devant Mark Webber), on a un peu oublié la consigne imposée à Rosberg de ne pas dépasser Hamilton en fin de course, alors qu'il était clairement plus rapide que son équipier, qui montera sur le podium. L’Allemand a peut-être une revanche à prendre, et il pourrait avoir de l’électricité dans l’air, surtout au moment du départ. Sur cette piste très large, les pilotes perdent ou gagnent beaucoup de places… L’Allemand vise son premier succès malaisien, alors qu’Hamilton – qui commente un tour du circuit ci-dessous – s’est imposé une fois (contre trois à Fernando Alonso et Vettel, et deux à Jenson Button).
Stratégie
La stratégie va également pimenter la course, qui devrait compter deux arrêts, sauf en cas de pluie (les deux dernières éditions se sont disputées sur le mouillé, et on évalue à 60 % les chances d’averses). Sur une piste à 45 °C, la meilleure séquence serait : médium – médium – dur, Pirelli ayant apporté à Sepang la même combinaison que l’an passé. Étant donné que l’écart de performance entre les deux composants est important, le juste milieu entre un arrêt supplémentaire et un relais plus long sera complexe à trouver. D’autant qu’avec un roulage sans doute limité le vendredi (puisqu’il n’y a que cinq propulseurs pour toute la saison), les écuries devront se fier aux simulations de Pirelli.
Que d’incertitudes



http://www.f1i.com/f1i-features/les-enjeux-du-grand-prix-malaisie/








**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

GP de Malaisie - Libres 1

Message par Modena49 le Ven 28 Mar - 2:55:33


  • GP de Malaisie - Libres 1

Hamilton ouvre le week-end
ESPN Staff
28 mars 2014 

Hamilton au sommet du premier classement
© Sutton Images
 
Sur une piste sèche et dans des températures ambiantes chaudes et humides, Lewis Hamilton a réalisé le meilleur chrono de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Malaisie, vendredi avant-midi.
En bouclant un tour du circuit de Sepang en 1:40.691 sur des gommes dures, le pilote britannique a démontré à nouveau que la Mercedes W05 risque d'être la voiture à battre, bien que le week-end ne fait que débuter. La Ferrari de Kimi Räikkönen, 2e plus rapide de cette séance, s'est toutefois interposée entre Hamilton et son coéquipier Nico Rosberg. Pour compléter le top 5 de ce classement, nous retrouvons les McLaren de Jenson Button et Kevin Magnussen.
Plusieurs soucis de fiabilité ont marqué cette séance, et Lotus semble entamer un autre week-end difficile à ce niveau. La voiture de Romain Grosjean s'est arrêtée au centre de la piste, où les commissaires sont venues la chercher. Pastor Maldonado a vu de la fumée s'échapper à l'arrière de sa E22. Le duo Lotus se retrouve au fond du classement de cette séance.
Les autres équipes ne sont pas exemptes de soucis. La McLaren de Magnussen a subi une perte de puissance soudaine alors qu'elle se dirigeait vers les stands. Au début de la séance, Rosberg bloquait les roues de sa Mercedes à l'entrée des stands ; il avouait avoir presque échappé sa voiture. Chez Force India, Sergio Pérez a complété un seul tour d'installation et n'est plus revenu en piste. Sebastian Vettel n'aura bouclé que neuf tours au volant de sa Red Bull.
Plusieurs pilotes se sont retrouvés en tête-à-queue au cours de cette séance de 90 minutes, notamment Fernando Alonso (Ferrari), Lewis Hamilton (Mercedes), Felipe Massa (Williams), Adrian Sutil (Sauber) et Marcus Ericsson (Caterham). Chacun a pu revenir en piste sans problème.
© ESPN Sports Media Ltd.



Grand Prix de Malaisie 2014
Essais libres 1
Pilote Équipes Chrono
1 LC Hamilton (GBR) Mercedes 1'40.691
2 KM Räikkönen (FIN) Ferrari 1'40.843
3 N Rosberg (GER) Mercedes 1'41.028
4 J Button (GBR) McLaren 1'41.111
5 K Magnussen (DEN) McLaren 1'41.274
6 J.-É. Vergne (FRA) Toro Rosso 1'41.402
7 S Vettel (GER) Red Bull 1'41.523
8 N Hülkenberg (GER) Force India 1'41.642
9 F Massa (BRA) Williams 1'41.686
10 V Bottas (FIN) Williams 1'41.830
11 F Alonso (ESP) Ferrari 1'41.923
12 D Ricciardo (AUS) Red Bull 1'42.117
13 A Sutil (GER) Sauber 1'42.365
14 D Kvyat (RUS) Toro Rosso 1'42.869
15 E Gutiérrez (MEX) Sauber 1'42.904
16 J Bianchi (FRA) Marussia 1'43.825
17 M Ericsson (SWE) Caterham 1'45.775
18 M Chilton (GBR) Marussia 1'46.911
19 K Kobayashi (JPN) Caterham 1'51.180
20 S Pérez (MEX) Force India -
21 P Maldonado (VEN) Lotus -
22 R Grosjean (FRA) Lotus

http://fr.espnf1.com/malaysia/motorsport/story/150991.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Retour au four de Sepang

Message par Modena49 le Ven 28 Mar - 3:20:57


  • GP de Malaisie - Présentation

Retour au four de Sepang
Nate Saunders / Daniel Bastien
26 mars 2014

Red Bull sera surveillée de près en Malaisie
© Getty Images
 
Après un Grand Prix d'Australie ayant marqué le début d'une nouvelle ère technique en Formule 1, le grand cirque arrive maintenant en Malaisie pour le deuxième chapitre du championnat 2014. Cependant, vu la tragédie du vol MH370, l'ambiance sera moins à la fête au pays ce week-end.
Le circuit de Sepang est très exigeant sur les voitures et les pilotes, la chaleur accablante et la forte humidité aussi. Les lignes droites du tracé sont longues et très rapides, les virages sont souvent techniques, et à cela il faut ajouter les probabilités de pluie qui font habituellement partie des prévisions météo sur une base quotidienne ou presque. Les pilotes, quant à eux, sont toujours en période d'apprentissage aux commandes de leurs nouvelles monoplaces, plus difficiles à maîtriser que la génération précédente. Et il leur reste encore beaucoup de choses à apprendre.

En hausse
Mercedes sera l'équipe à battre suite à la domination de Nico Rosberg en Australie, qui était précédée par la pole position de Lewis Hamilton. Mais ce dernier a abandonné après trois tours, un problème de moteur étant la cause, ce qui démontre que tout n'est pas encore parfait. Malgré cela, il est clair que Mercedes est en avance sur les autres équipes et si la fiabilité est au rendez-vous, on peut s'attendre à un autre bon résultat en Malaisie. Il suffit de regarder le cas de McLaren, moins rapide mais plus fiable, qui s'est placée au sommet du classement des constructeurs avec deux voitures sur le podium (suite à la disqualification de Red Bull). La recrue Kevin Magnussen a impressionné, le vétéran Jenson Buton a assuré, et ce pourrait être à nouveau le cas à Sepang. Mais si McLaren ne semble pas encore en mesure de rivaliser Mercedes, il est possible que ce soit le cas de Williams. Felipe Massa a été éliminé dès le premier virage en Australie, donc son potentiel n'a pu être réalisé, mais Valtteri Bottas a surmonté une pénalité de recul sur la grille - ainsi qu'un tour complété sur trois roues - pour s'emparer de la 5e place. Si cette équipe rencontre moins de malchance en Malaisie, qui sait ce qu'elle pourra accomplir.

En baisse
La disqualification de Daniel Ricciardo, suite à un débit d'essence trop élevé, a attiré toute l'attention de son côté du garage Red Bull. Mais le fait demeure que la saison 2014 s'avère clairement très frustrante pour Sebastian Vettel jusqu'à maintenant. Les essais hivernaux ont été difficiles et son abandon en Australie, provoqué par son groupe propulseur après seulement cinq tours, ne lui ont pas permis de montrer ce qu'il pouvait accomplir avec la RB10 (contrairement à son coéquipier). Nous pouvons penser que les réussites de Ricciardo frustrent Vettel davantage. À la radio, l'Allemand paraissait stressé et irrité lorsqu'il communiquait avec ses ingénieurs. Il sera très intéressant de voir sa réaction en Malaisie s'il devait à nouveau abandonner pendant que Ricciardo file vers le podium. Le champion en titre peut toutefois se rassurer : la monoplace Red Bull est clairement très compétitive, et l'amélioration de sa fiabilité ne serait qu'une question de temps. Il peut aussi se sentir soulagé de ne pas être un pilote Lotus. À Melbourne, Romain Grosjean et Pastor Maldonado ont tous deux abandonné sur des problèmes de SRE (système de récupération d'énergie) et l'équipe a admis que le GP d'Australie devait être considéré comme une séance d'essais. La fiabilité de l'E22 sera à nouveau mise à rude épreuve en Malaisie, surtout que la monoplace Lotus n'a toujours pas complété la distance d'une course sans interruption.



Williams espère connaître un week-end sans pépins
© Getty Images


À surveiller
L'écurie Williams n'a pu démontrer son véritable potentiel en Australie. Felipe Massa a été harponné et éliminé de la course par la Caterham de Kamui Kobayashi, dont le système de freinage a fait défaut. Valtteri Bottas, parti de la 15e place suite à une pénalité de recul pour le changement prématuré de sa boîte de vitesse, a commis une erreur lors du 10e tour et tapé un muret avec sa roue arrière droite. La jante cassée, le pneu crevé et détaché, il est rentré aux stands sur trois roues et a donc perdu beaucoup de temps. Mais une fois de retour en piste, Bottas filait comme une fusée et remontait le peloton pour terminer à la 5e place. La FW36 ne semble pas apprécier la pluie, mais si le temps demeure sec en Malaisie, et si les deux pilotes parviennent à éviter les problèmes, Williams pourrait se montrer menaçante pour Mercedes et pourrait prétendre à viser le podium (comme on s'y attendait en Australie). D'ailleurs, Mercedes ne cache pas qu'elle surveille Williams de près.

Points chauds
L'affaire du débitmètre : Daniel Ricciardo a impressionné en Australie et son premier podium en carrière, devant son public, a été un moment inoubliable. Cependant, sachant que la FIA a disqualifié sa voiture car le débit d'essence était trop élevé (ce que conteste fermement Red Bull en se fiant à ses propres mesures), on peut se demander quelle part de sa performance relève de lui et quelle part (aussi minime soit-elle) relève d'un avantage que sa monoplace pouvait avoir. Red Bull envoie la décision des commissaires devant la cour d'appel, mais la cause ne sera pas entendue par la FIA avant le 14 avril. D'ici là, il y a les Grand Prix de Malaisie et de Bahreïn. Que fera Red Bull ? L'équipe continuera-t-elle à ignorer les directives de la FIA ou se pliera-t-elle à celles-ci ? Prendra-t-elle réellement le risque de voir ses résultats disqualifiés à nouveau ? Et si elle gagne en appel, critiquera-t-elle la FIA de l'avoir forcée à adopter un débit trop conservateur (selon ses propres instruments) en Malaisie et à Bahreïn ? Il aurait sûrement été beaucoup plus simple, au plan sportif, de régler ce cas avant d'arriver en Malaisie. Mais ce n'était peut-être pas possible au plan logistique.
Le nouveau son de la F1 : La Formule 1 est entrée dans une impressionnante nouvelle ère technique cette année, mais malheureusement, le son des nouveaux groupes propulseurs a attiré toute l'attention en Australie. Bien entendu, le bourdonnement des V6 et le sifflement du turbo ne se comparent pas au cri strident des V8 atmosphériques, mais il s'agit d'un autre monde qui n'est pas nécessairement moins intéressant. En fait, c'était plutôt fascinant d'entendre les pneus en action, ainsi que les claquements des boîtes de vitesses, et de noter que les moteurs Mercedes, Ferrari et Renault ont chacun un timbre distinct. Quant au débat sur le nouveau son de la F1, Ron Walker, le patron du GP d'Australie, en est le principal instigateur. Par ses propos entièrement négatifs sur le sujet, il chantait la chanson de son ami Bernie Ecclestone qui s'oppose au V6 turbo depuis toujours. Walker affirme que la F1 ne fournit plus le produit pour lequel il a payé. Selon lui, d'autres promoteurs pourraient penser a poursuivre la F1 en justice, mais est-ce que quelqu'un croit vraiment qu'un pays va abandonner sa place dans le championnat (ainsi que les retombées économiques locales) alors que les pilotes travaillent fort pour dompter des voitures plus difficiles à maîtriser ? Il suffira d'un ou deux Grands Prix enthousiasmants en début de saison pour rappeler aux critiques que le son, ce n'est qu'une partie du spectacle de la F1. Et le son des moteurs est toujours présent, mais sous une forme différente, pour une ère différente.
La progression de Renault : Des sept voitures ayant abandonné en Australie, cinq étaient propulsées par Renault et parmi ceux-là, un seul était le résultat d'un accident. Cela signifie que la moitié des monoplaces équipées d'un groupe propulseur Renault (Red Bull, Lotus, Toro Rosso et Caterham) ont abandonné suite à une défaillance. Pour le moment, en termes de fiabilité, Mercedes et Ferrari sont loin devant. Cela dit, Renault a remporté les quatre derniers championnats donc ses ingénieurs savent quoi faire et comment réagir, mais il y a du temps et du terrain à regagner. La Red Bull est compétitive, mais ses chances de remporter le titre reposent sur la progression rapide du personnel de Viry-Châtillon. En Malaisie, il sera intéressant de voir comment le V6 turbo pourra encaisser les températures ambiantes élevées ainsi que la forte humidité, des facteurs non négligeables pour tous les motoristes.



Vettel compte trois victoires à Sepang
© Sutton Images


Attaque de stats

  • Parmi les pilotes actifs, Fernando Alonso et Sebastian Vettel comptent le plus de victoires à Sepang, soit trois chacun. Michael Schumacher est le seul autre pilote à avoir triomphé trois fois en Malaisie.
  • Après les modifications apportées au A1 Ring en Autriche, le circuit de Sepang est le deuxième tracé conçu par l'architecte Hermann Tilke. Mais il s'agissait du premier 'Tilkedrome' entièrement construit à partir de zéro.
  • En ce qui concerne le GP de Malaisie, Jenson Button est le plus expérimenté des pilotes : il a participé à 14 des 15 épreuves disputées à ce jour.
  • Le premier Grand Prix de Malaisie (GP Malais à l'époque) a été couru en 1962, mais il s'agissait d'une course de Formule 2 disputée sur le circuit de Thomson Road à Singapour.


Le circuit
Premier d'une nouvelle génération de circuits construits spécifiquement pour la Formule 1, le tracé de Sepang est l'une des meilleures créations de l'architecte Hermann Tilke. Rapide et fluide, de bons appuis sont cruciaux sur cette piste qui offre des opportunités de dépassement dans plusieurs virages. Les trois secteurs ont chacun leurs propres caractéristiques : le premier requiert une bonne stabilité lors des freinages, le second nécessite de solides appuis pour les virages à haute vitesse, le troisième exige une excellente vitesse de pointe. Bien que quelques zones de dégagement sont couvertes de béton, celles recouvertes de gazon ou de gravier punissent sévèrement les erreurs. La surface abrasive de la piste use rapidement les gommes et cause des soucis pour les équipes, tandis que la chaleur et l'humidité sont stressantes pour les pilotes et les moteurs. Les deux zones DRS ajouteront également au spectacle.

Pilote-commissaire
Martin Donnelly sera le pilote-commissaire ce week-end en Malaisie. L'ancien pilote Team Lotus a été éjecté de sa monoplace en 1990, lors du GP d'Espagne ; ses blessures ont mis fin à sa courte carrière en F1. Donnelly a précédemment occupé le poste de commissaire en Corée (2011 et 2012) et au Canada (2012 et 2013).

Météo
Les orages ne sont jamais très loin à cette période de l'année en Malaisie, et ils déversent habituellement des trombes d'eau en fin d'après-midi. Cela dit, le temps est relativement sec à Kuala Lumpur ces derniers jours et des restrictions sur l'utilisation de l'eau ont été imposées dans certaines régions. Si la situation demeure stable ce week-end, les pilotes devront porter une attention très particulière à la gestion des pneumatiques dont la dégradation sera rapide. Mais si la pluie se manifeste, même temporairement, il faudra rapidement s'adapter à la situation à mesure qu'elle évolue.

La conclusion d'ESPNF1
Mercedes a clairement dominé la première course de la saison, et il n'y a aucune raison pour laquelle cette équipe ne pourrait pas à nouveau se placer à l'avant du peloton. Mais si tout va bien pour Williams, cette écurie aura peut-être l'occasion de lui tenir tête cette fois, ou du moins se battre contre McLaren pour une place sur le podium. Toutefois, il ne faut pas oublier Red Bull qui s'était aussi montrée très rapide à Melbourne. Cependant, si les orages se déversent sur la piste pendant la course, tout pourrait se transformer en loterie et d'autres équipes tenteront alors d'en profiter. Sans oublier que des qualifications sous la pluie pourraient déjà chambouler la grille de départ. À cela il faut ajouter des craintes concernant la fiabilité des groupe propulseurs, la durabilité des gommes et la gestion du carburant. Autant de facteurs qui font du GP de Malaisie une course difficile à remporter.
© ESPN Sports Media Ltd.
flux RSS: ESPN Staff

http://fr.espnf1.com/malaysia/motorsport/story/150793.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

GP de Malaisie - Libres 2

Message par Modena49 le Sam 29 Mar - 0:37:07


  • GP de Malaisie - Libres 2

Au tour de Rosberg
ESPN Staff
28 mars 2014

Nico Rosberg, meilleur temps des Libres 2 en Malaisie © Sutton Images
Agrandir
Nico Rosberg a signé le meilleur temps de la deuxième séance libre du Grand Prix de Malaisie en 1.39.909 devant Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel.
L'écurie Mercedes poursuit sa domination à Sepang comme en ce début de saison 2014. Après Lewis Hamilton lors des libres 1, son équipier a hissé à son tour sa W05 au sommet de la feuille des temps.
Les écarts semblent néanmoins se resserrer puisque ses deux poursuivants, dans une Ferrari et une Red Bull, pointent à moins d'un dixième.

Lotus ne s'en sort pas
Si Romain Grosjean était le premier à boucler son tour d'installation cet après-midi dans le four de Sepang, qui affichait plus de 40 degrés sur la piste, la journée du Français ne s'est pas bien terminée. Il a été contraint d'immobiliser son E22 en bord de piste et de regagner les stands à pied après un total de 14 boucles.
Ce fut encore plus compliqué pour Pastor Maldonado, à l'arrêt dans les stands en raison d'un problème de turbo sur son bloc-moteur Renault. Le Vénézuélien n'aura pu boucler le moindre tour ce vendredi. La suite du week-end apparaît floue pour l'écurie d'Enstone.
Attendues en Malaisie après la cinquième place de Valterri Bottas en Australie, les Williams sont placées dans le top 10. Jean-Éric Vergne se trouve lui, en onzième position. Jules Bianchi, malade jeudi et absent du paddock, n'a pu faire mieux que son équipier Max Chilton, dans la Marussia. Le ciel a décidé de laisser les pilotes tranquilles mais pour combien de temps encore ? La météo est toujours imprévisible à Kuala Lumpur.
© ESPN Sports Media Ltd.
flux RSS: ESPN Staff



http://fr.espnf1.com/mercedes/motorsport/story/151075.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Message par Modena49 le Sam 29 Mar - 0:40:00




**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

GP de Malaisie - Qualification

Message par Modena49 le Sam 29 Mar - 13:30:01


  • GP de Malaisie - Qualification


Dites 33 pour Hamilton
Vivien Frappier
29 mars 2014

Hamilton rejoint Prost et Clark avec 33 poles en carrière © PA Images
 
Deuxième séance de qualification en 2014 et deuxième pole pour Lewis Hamilton qui s'élancera, comme en Australie, en première position du Grand Prix de Malaisie.
Au terme d'une séance à rallonge en raison d'un orage tropical, le Britannique revient à hauteur d'Alain Prost et de Jim Clark avec 33 poles.
Le pilote Mercedes s'élancera aux côtés de Sebastian Vettel et devant son équipier Nico Rosberg.

L'orage repousse tout
Prévue à 16 heures locales, la séance de qualification n'a finalement démarré que cinquante minutes plus tard en raison d'un orage dans le ciel de Sepang. Les pilotes s'élançaient en Q1 sur une piste totalement détrempée avant d'être stoppés suite au drapeau rouge causé par Marcus Ericsson, qui perdait le contrôle de sa Caterham sur un vibreur pour terminer dans le rail.
Une averse de nouveau au rendez-vous, il fallait chausser les pneus maxi-pluie pour signer son chronomètre ce samedi. Dernier temps de la Q2, Romain Grosjean s'élancera en seizième position, juste devant son équipier, Pastor Maldonado, sorti en Q1.
Dans le coup, l'écurie Ferrari semble placée avant le début des hostilités, dimanche. Fernando Alonso a décroché le quatrième temps alors que Kimi Räikkönen partira sixième. Les F2014 T pointent cependant à plus d'une seconde des W05.
Enfin, les McLaren de Jenson Button (10e) et Kévin Magnussen (8e) complètent le top 10. Tout comme Jean-Eric Vergne, le français a disputé sa seconde Q3 consécutive pour se classer neuvième sur la grille. Jules Bianchi s'est lui montré le plus rapide des Marussia et Caterham alors que la pluie pourrait également s'inviter au départ, dimanche.
© ESPN Sports Media Lt
http://fr.espnf1.com/malaysia/motorsport/story/151343.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Déclarations des pilotes - Qualifications

Message par Modena49 le Sam 29 Mar - 13:33:48


  • GP de Malaisie 2014

Déclarations des pilotes - Qualifications
ESPNF1 Staff / D.B.
29 mars 2014

Une autre séance qualificative sous la pluie, une autre pole position pour Lewis Hamilton et Mercedes
© Sutton Images
Agrandir
Suite à la séance de qualification du Grand Prix de Malaisie sur le circuit de Sepang, les pilotes commentent leurs performances.
Ces qualifications ont été retardées par la pluie à plusieurs reprises, et lorsque la séance a finalement débuté avec près d'une heure de retard, les pilotes faisaient toujours face à des conditions pluvieuses et parfois chaotiques. Bienvenue en Malaisie ! Heureusement, un seul accident à signaler, soit celui de Marcus Ericsson qui admet avoir commis une erreur de pilotage ; les nombreux débris projetés par sa Caterham ont mis un terme à la Q1 quelques secondes seulement avant la fin.
Un autre drapeau rouge est apparu pendant la Q2 lorsque la Ferrari de Fernando Alonso a touché la Toro Rosso de Danill Kvyat. Bravo aux mécanos de Ferrari qui sont parvenus à réparer la suspension avant gauche de l'Espagnol avant la Q3. Alonso s'est emparé de la 4e place, les commissaires ont enquêté sur l'incident, mais il n'y a pas eu de suite.
Les pilotes Mercedes se sont montrés forts comme prévu : Lewis Hamilton s'est à nouveau emparé de la pole position tandis que Nico Rosberg signait le 3e meilleur temps, des résultats identiques à ceux de Melbourne. Sebastian Vettel, après des problèmes techniques sur sa Red Bull au début de la Q1, a rebondi pour prendre la 2e place sur la grille de départ ; son coéquipier Daniel Ricciardo est 4e.
Chez McLaren, Jenson Button (10e) a parié sans succès sur des gommes intermédiaires pendant la Q3 alors que tous les autres chaussaient des pneus pluie. Quant aux pilotes Williams, comme c'était le cas en Australie, la pluie est venue saboter leur potentiel car la FW36 n'aime pas les conditions humides. Felipe Massa est 13e et Valtteri Bottas 15e, mais ce dernier sera reculé de trois places pour avoir bloqué Ricciardo.
Le résumé des qualifications malaisiennes est ici ; la galerie d'images du samedi est ici.
Pole position - Lewis Hamilton, Mercedes : "Je suis très heureux de notre résultat. C'était très serré et je suis soulagé de m'en tirer avec la pole position car c'était plutôt intense vers la fin. Mon tour était loin du maximum que je pouvais accomplir. J'aurais dû faire mieux mais heureusement, cela a suffi. Les conditions de piste étaient incroyablement difficiles, il aurait été très facile de commettre une erreur aujourd'hui. Vers la fin, il était parfois impossible pour moi de voir si quelqu'un me suivait. Encore une fois, l'équipe a fait du beau travail et nous avons une excellente voiture. Il faut maintenant convertir cela en bon résultat demain."
2e - Sebastian Vettel, Red Bull : "Mon rythme cardiaque a très rapidement grimpé lorsque nous avons constaté qu'il y avait un problème au début de la Q1. Nous avons réinitialisé la voiture, ce qui a semblé corriger le problème et tout s'est bien passé ensuite. C'était plaisant de redécouvrir le comportement de la voiture dans des conditions pluvieuses. La Q3 ne s'est pas déroulée parfaitement, j'aurais bien aimé faire une deuxième tentative. Suite à mon premier run, je sentais qu'il y avait un peu de temps à gagner ici et là. C'était très serré car il aurait été possible de faire mieux, mais Lewis (Hamilton) aurait aussi fait mieux s'il avait pu s'essayer à nouveau. Cela fait beaucoup de si, mais au final, c'est plaisant d'être sur la première ligne et je pense être sur le bon côté de la grille pour le départ. Tout dépendra de la qualité du départ, mais je suis déjà heureux de ce résultat."
3e - Nico Rosberg, Mercedes : "Je n'étais pas très à l'aise sur les pneus pluie vers la fin de la Q3, surtout lors des freinages, mais j'ai néanmoins réussi à prendre la 3e place de Fernando (Alonso) alors c'est positif. Comparé à l'Australie, nous avons clairement amélioré la façon dont nous gérons chaque période car j'étais la dernière voiture à franchir la ligne d'arrivée, mais malheureusement, les conditions de piste n'étaient pas vraiment meilleures à ce moment-là. Les mêmes conditions météo sont prévues pour demain, alors la course s'annonce difficile et mouvementée, mais cela me donnera quelques opportunités pour gagner des places. J'ai hâte de courir et j'entends en tirer le maximum, comme à Melbourne."



Au volant d'une Ferrari endommagée, Alonso a impressionné
© Sutton Images

4e - Fernando Alonso, Ferrari : "Je suis très satisfait de cette 4e place car courir en Q3, malgré le problème que j'avais avec la direction, c'est un très grand accomplissement. Alors que tout changement apporté aux voitures nécessite beaucoup de temps cette saison, les gars sont parvenus à remplacer ma suspension (avant gauche) en quelques minutes ; ils ont établi un véritable record. De plus, ils m'ont retourné en piste juste au bon moment, ce qui m'a permis de participer à la Q3. L'incident avec Kvyat était malheureux pour nous deux. Il était d'ailleurs inévitable car lorsque j'ai aperçu sa Toro Rosso, il était déjà trop tard. Comme d'habitude lorsqu'il pleut, la visibilité est très réduite et cela se transforme en loterie. L'équipe a fait du superbe travail pendant la Q3 et elle a choisi le bon moment pour que je chausse un nouveau train de pneus intermédiaires. Nous l'avons fait dès le début de la séance, lorsque les conditions de piste étaient meilleures, alors nous avons pu immédiatement enregistrer un tour rapide. Puisque nous démarrerons des 4e et 6e places, je pense qu'atteindre le podium sera possible. Et derrière Mercedes, les performances des équipes qui les pourchassent semblent relativement similaires. Ce week-end, nous avons choisi de focaliser sur notre rythme de course plutôt que les performances sur un tour, et le sentiment que nous avons est positif. Mais nous savons tous que ce sera difficile, et avec cette incertitude concernant la météo, nous ne savons pas à quoi nous attendre comme course."
5e - Daniel Ricciardo, Red Bull : "Lorsqu'il pleut ici, il pleut des trombes. La météo a été notre plus grand défi à surmonter aujourd'hui. La visibilité était très mauvaise car le crachin est projeté sur des centaines de mètres, alors dégager suffisamment d'espace devant soi pour mieux voir s'avère difficile, il faut vraiment porter une attention particulière à cela. Mes performances étaient un peu moins bonnes pendant la Q3 et je dois comprendre pourquoi, mais je pense qu'une 5e place n'est pas si mal vu les conditions. Pour la course, je crois que nous aurons sûrement de meilleures chances s'il pleut. Mercedes était très rapide ce matin sur le sec (lors des essais libres), donc j'aimerais bien qu'il pleuve autant demain. L'écart est grand entre Sebastian (Vettel) et moi, alors je dois voir où je peux faire mieux car son rythme était très bon et très près de la pole."
6e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "La pluie a rendu les qualifications très difficiles. Je savais que ça n'allait pas être facile sur une piste aussi humide, mais je ne m'attendais pas à autant de problèmes. J'avais peu d'adhérence et de plus, pour une raison que j'ignore, je perdais du grip après un seul tour sur le pneu pluie. Il faudra comprendre pourquoi car cette information nous sera utile lors des prochaines courses. De toute évidence, je ne suis pas heureux de cette 6e place mais vu les circonstances, je ne suis pas vraiment surpris. Maintenant, je veux seulement penser à bien faire demain. La course sera dure dans ces températures particulièrement élevées, mais je suis raisonnablement confiant car nous sommes en meilleure forme ici que nous l'étions à Melbourne. Et si nous ne rencontrons pas de problèmes, nous pouvons aspirer à un meilleur résultat. Dans l'ensemble, mes impressions dans la voiture s'améliorent et même s'il reste du chemin à faire, nous sommes sur la bonne voie."
7e - Nico Hülkenberg, Force India : "C'était très difficile dans ces conditions météo car il y avait énormément de pluie, de flaques et de crachin. La visibilité était mauvaise et il était difficile de bien voir les points de freinage. Piloter dans ces conditions s'avère très compliqué car les nouveaux moteurs ont beaucoup plus de couple, alors il faut y aller très doucement sur l'accélérateur à la sortie des virages lents, mais j'ai bien aimé relever ce défi. Nous sommes à la 7e place et à l'intérieur du Top 10 pour la deuxième fois de suite, donc c'est un résultat satisfaisant. Je pense que nous avons démontré depuis le début du week-end que nous avons la vitesse pour terminer dans le Top 10, que ce soit dans des conditions sèches ou mouillées. J'espère marquer de bons points demain."
8e - Kevin Magnussen, McLaren : "La voiture n'est pas si mal dans ces conditions pluvieuses, mais je pense que nous nous sommes un peu trompés au niveau du timing. Je suis toujours en apprentissage en ce qui concerne les pneumatiques intermédiaires et de pluie, alors il m'était difficile d'évaluer la situation cet après-midi. Mais j'apprends continuellement, et je dirais que j'ai globalement gagné en expérience aujourd'hui. La 8e place, ce n'est pas trop mauvais ni très bon. Ce n'est certainement pas satisfaisant car ce n'est pas là où nous voulions être. C'est dommage d'avoir quitté la piste vers la fin de la Q2 ; le passage sur le gravier a quelque peu abîmé le plancher. Je ne pourrais dire à quel point cela a affecté les performances, mais je pense que nous aurions pu faire un peu mieux pendant la Q3 si la voiture avait été en meilleur état. Notre voiture me donne de bonnes impressions et il est évident que son potentiel n'est pas encore entièrement exploité. Je pense que nous pourrons faire mieux demain. Nous n'avons pas encore assez de rythme pour directement viser la victoire, mais nous serons dans le coup. Nous verrons comment cela va se passer."
9e - Jean-Éric Vergne, Toro Rosso : "Je suis heureux de cette 9e place et d'avoir rejoint le Top 10 pour la deuxième course de suite, mais ces qualifications étaient difficiles et la voiture n'était pas facile à piloter. Nous n'étions jamais vraiment rapides, mais j'ai pu réaliser un très bon tour pendant la Q2 et cela m'a permis d'accéder à la Q3. Il faut maintenant analyser les données et comprendre pourquoi nous étions si lents sur piste humide. J'ai très confiance que l'équipe et moi pourrons faire du beau boulot demain. J'espère que nous marquerons des points ici, comme nous l'avons fait à Melbourne. Nous avons clairement une voiture qui peut réussir cela."



Pari raté pour Button, mais pas de regrets
© Sutton Images

10e - Jenson Button, McLaren : "Rouler sur des pneus intermédiaires pendant la Q3, c'était ma décision. Je prends régulièrement des décisions de cette nature et habituellement je ne me trompe pas, mais aujourd'hui je me suis trompé. Lorsque vous êtes suffisamment véloce pour être le plus rapide sur des pneus pluie, vous ne prenez pas ce risque. Mais lorsque vous vous battez au fond du Top 10, cela vaut la peine d'essayer pour voir ce qu'il pourrait se passer. Mais pendant la Q3, alors que les conditions semblaient se diriger vers l'utilisation de pneus intermédiaires, il s'est remis à pleuvoir. Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, je ne suis pas trop déçu de m'être trompé. J'aurais peut-être gagné deux places en conservant les pneus pluie, mais nous aspirons à plus alors il fallait prendre un risque. De toute façon, ce sera difficile pour tout le monde s'il pleut demain. Les pneus procurent peu d'adhérence dans de telles conditions car les voitures ont moins d'appuis que l'an dernier. Personne ne sait ce qu'il va se passer demain, mais la seule chose dont tout le monde est sûr, c'est que ce sera difficile s'il pleut."
11e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "C'était dommage d'être exclu de la Q3 à la toute fin par mon coéquipier, mais JEV (Vergne) était plus rapide que moi aujourd'hui et je me suis montré trop conservateur pendant mon dernier tour lancé. En ce qui concerne l'incident avec Alonso, la visibilité était très mauvaise pour tout le monde et je pense qu'il ne m'a pas vu, c'est pourquoi il a tourné sur moi. C'est normal qu'il ne m'aie pas vu, il y avait tellement de crachin. Maintenant, voyons ce qu'il se passera demain car tout dépendra des conditions en piste. La Q3 était atteignable aujourd'hui, mais la 11e place demeure néanmoins un bon point de départ."
12e - Esteban Gutiérrez, Sauber : "Ce fut une bonne séance qualificative. Nous étions très occupés ce matin alors que nous tentions de tout bien préparer. Tout le monde a fait de l'excellent boulot et nous sommes parvenus à surmonter quelques petits pépins pour avoir une voiture fiable à notre disposition. Je souhaite sincèrement remercier mon équipe mais également Ferrari, car ils travaillent très fort pour améliorer le groupe propulseur. Les conditions étaient très difficiles en piste, mais nous avons réussi à faire progresser la voiture pendant les qualifications en modifiant l'équilibre aérodynamique ainsi que la pression des pneus. Ce fut une bonne journée. La 12e place, c'est une bonne position de départ si l'on considère nos performances globales. Nous ferons de notre mieux demain."
13e - Felipe Massa, Williams : "Dans des conditions sèches, nous nous battons pour des positions dans le Top 6 et la voiture se comporte bien, mais sous la pluie elle est instable et glisse beaucoup ; c'est quelque chose que nous devons corriger. C'est dommage car le résultat de ces qualifications n'est pas représentatif de notre compétitivité. La bonne nouvelle, c'est que les chronos semblent très serrés entre les voitures, ce qui devrait nous aider à dépasser. J'espère que les conditions météo seront différentes demain, car la voiture se comporte d'une façon complètement différente sur le sec."
14e - Sergio Pérez, Force India : "Les conditions de piste étaient très difficiles et elles changeaient continuellement avec chaque tour, en particulier pendant la Q2. J'étais plus à l'aise sur les gommes intermédiaires ; j'avais des problèmes à maintenir la température des pneus pluie, alors il m'était difficile de réaliser un bon tour. Nous tenterons de faire mieux que cette 14e place demain, mais il faudra voir ce que sera la météo. Je dois aussi tenter de résoudre le blocage des roues arrière lorsque je freine en conditions humides. Je suis toujours confiant de mener une bonne course et je vais me battre pour marquer autant de points que possible."



Encore de la pluie pour Williams, encore une pénalité de recul pour Bottas
© Sutton Images

*15e - Valtteri Bottas, Williams : "Ce fut une séance qualificative difficile pour nous aujourd'hui, très similaire à celle de Melbourne. Plus il y avait d'eau sur la piste, plus le train arrière devenait difficile à contrôler. Nous avons chaussé des pneus intermédiaires et de pluie, mais nous ne parvenions pas à générer suffisamment d'adhérence avec ni l'un ni l'autre. Les conditions humides révèlent nos faiblesses, donc nous savons exactement dans quels domaines la voiture doit être améliorée. Je pense que nous avons toujours des chances de nous battre pour des points, si la course se déroule sur le sec."
16e - Romain Grosjean, Lotus : "C'était clairement très plaisant de rejoindre la Q2 aujourd'hui, et je pense que nous avions le potentiel d'accéder à la Q3 si ce n'avait été d'une erreur de communication vers la fin car j'aurais dû rentrer chausser de nouveaux pneus. En ce moment, nous tentons simplement de tirer le meilleur parti de tout ce que nous avons et de faire en sorte que tout fonctionne en harmonie. Il est clair que nous avons bien progressé. Il y a eu de bonnes améliorations aujourd'hui et nous n'avons pas eu beaucoup de problèmes, alors il faut juste que cela continue ainsi ! La voiture était en piste au moment où nous le voulions et nous avons pu essayer différents trucs, dont certains ont fonctionné et d'autres pas. La Q1 s'est bien passée, la Q2 aurait pu être mieux, mais dans l'ensemble nous espérons que tout se passera bien demain et nous verrons ensuite."
17e - Pastor Maldonado, Lotus : "J'étais sur un bon tour lancé lorsque le drapeau rouge est apparu, et il est clair que j'aurais amélioré mon résultat si j'avais pu terminer mon tour. Mais cela dit, je crois que nous aurions pu chausser un train de pneus neuf un peu plus tôt, alors il faudra analyser cela. Dans de telles conditions, il s'agit un peu d'une loterie et cette fois j'ai été malchanceux. L'important, et le plus positif, c'est que la voiture fonctionne très bien et qu'il n'y a pas eu de problèmes aujourd'hui, ce qui est une très bonne chose. Nous en sommes très heureux et nous espérons avoir fait un grand pas en avant qui nous permettra de focaliser sur le développement de nos performances à partir de maintenant."
18e - Adrian Sutil, Sauber : "Notre stratégie était de nous rendre en piste un peu plus tard que les autres, lorsque les conditions de piste sont habituellement à leur meilleur. Toutefois, la pluie est réapparue. Nous aurions pu faire mieux, mais vu le drapeau rouge nous n'avions plus assez de temps. La voiture était très difficile à piloter dans ces conditions car les pneumatiques n'offraient jamais suffisamment de grip. Beaucoup de travail nous attend et pour le moment, boucler un bon tour demeure difficile. Il faut progresser étape par étape et être patient."
19e - Jules Bianchi, Marussia : "Je pense que ce fut une bonne séance qualificative, une séance où nous n'avons pas eu de problème avec la gestion de notre ERS (Energy Recovery System, système de récupération de l'énergie). C'est positif. Maintenant, nous devons travailler sur les difficultés que nous avons connues sous la pluie pour la première fois. Les conditions étaient très changeantes alors il fallait s'élancer au bon moment aujourd'hui. Maintenant, nous allons continuer à travailler pour la course et je pense que nous pouvons réussir un bon résultat si les circonstances le permettent. Nous allons essayer de saisir la moindre occasion."



Les fortes pluies ont retardé le début des qualifications par près d'une heure
© Sutton Images

20e - Kamui Kobayashi, Caterham : "Je n'arrivais pas à tirer davantage de la voiture même si je donnais le maximum. Je ne parvenais pas à suffisamment réchauffer les pneus, alors ils n'ont jamais atteint la plage d'opération optimale. Si on considère le peu de roulage effectué précédemment et les problèmes survenus ce matin, le seul fait d'avoir participé aux qualifications est le résultat du dur labeur investi par l'équipe. Après tous les problèmes que nous avons eus, se rendre en piste et boucler quelques tours était pour nous une petite récompense. Nous nous focalisons maintenant sur la course et j'espère que je pourrai me rendre jusqu'au bout. S'il pleut comme aujourd'hui, tout sera possible. Moi, tout ce que je veux, c'est la chance de courir comme il se doit !"
21e - Max Chilton, Marussia : "Cette qualification a été quelque peu frustrante après un week-end où nous étions dans le coup jusque-là. Dans ces conditions, vous n'avez pas beaucoup de chance de tout mettre bout à bout et la seule chance que j'ai eue, dans mon seul tour clair, je n'ai pas eu d'ERS. J'ai également eu du trafic dans mon tour de lancement alors cette séance a été un peu décousue, ce qui est dommage, car je me sentais très bien avec la voiture. Nous ne savons pas comment cela va se passer demain, mais je suis prêt pour tout ce que la météo pourrait apporter et je pense que nous avons une voiture qui pourra tirer avantage de toute opportunité."
22e - Marcus Ericsson, Caterham : "C'était la première fois que je roulais en F1 sous la pluie, alors tout était une nouvelle expérience pour moi dès le premier tour. Cela a mal débuté car la voiture est tombée en panne alors que je patientais à la sortie de la voie des stands. On m'a ramené dans le garage pour redémarrer le moteur, et je suis arrivé en piste au centre d'un groupe de voitures qui entamaient leur premier tour rapide de la Q1 ; ce fut une expérience plutôt intéressante ! J'apprenais des choses avec chaque tour. Je suis rentré chausser des gommes intermédiaires à quelques minutes de la fin, mais j'ai commis une erreur pendant mon dernier tour rapide et j'ai eu un accident. Je suis très désolé pour l'équipe. Elle a travaillé si dur depuis le début du week-end sur un grand nombre de problèmes et voilà qu'il y a un autre énorme boulot à faire pour que la voiture soit prête pour demain. Mais je sais qu'ils feront le maximum et qu'ils seront prêts à se battre demain. C'est une autre grande leçon pour moi : mes premiers tours sous la pluie en F1, ma première Q1 sur des pneus intermédiaires, mon premier gros accident. Cela fait partie d'être une recrue et je vais apprendre quelque chose avec chaque événement."

Notes
*Bottas : Pénalité de recul de 3 places sur la grille de départ, pour avoir bloqué Ricciardo.
© ESPN Sports Media Ltd.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

GP de Malaisie : La grille de départ

Message par Modena49 le Sam 29 Mar - 13:43:07

Actus F1 ////
GP de Malaisie : La grille de départ

Lewis Hamilton a signé la deuxième pole position de la saison, sa deuxième consécutive sous la pluie de Sepang. Retrouvez ci-dessous la grille de départ du Grand Prix de Malaisie, dont le départ sera donné dimanche matin à 10 heures.

Valtteri Bottas a été sanctionné d’une pénalité de 3 places pour avoir gêné Daniel Ricciardo en Q2.

[th][/th][th][/th][th][/th][th][/th]
01  L. Hamilton
  Mercedes
02  S. Vettel
  Red Bull
03  N. Rosberg
  Mercedes
04  F. Alonso
  Ferrari
05  D. Ricciardo
  Red Bull
06  K. Räikkönen
  Ferrari
07  N. Hülkenberg
  Force India
08  K. Magnussen
  McLaren
09  J. Vergne
  Toro Rosso
10  J. Button
  McLaren
11  D. Kvyat
  Toro Rosso
12  E. Gutierrez
  Sauber
13  F. Massa
  Williams
14  S. Perez
  Force India
15  R. Grosjean
  Lotus
16  P. Maldonado
  Lotus
17  A. Sutil
  Sauber
18  V. Bottas
  Williams
19  J. Bianchi
  Marussia
20  K. Kobayashi
  Caterham
21  M. Chilton
  Marussia
22  L. M. Ericsson
  Caterham
http://www.toilef1.com/GP-de-Malaisie-La-grille-de-depart.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Grand Prix de Malaisie Circuit international de Sepang

Message par Modena49 le Dim 30 Mar - 6:21:59

Grand Prix de Malaisie Circuit international de Sepang, Kuala Lumpur 28-30 mars 2014
- en direct
Tours : 56
Longueur : 5.543 km
Condition de la piste Sèche/50 degrés
ESPNF1 News
Course
Pos Pilote Ecurie Tours Arrêt(s)
1 Hamilton MT Mercedes 56 3
2 Rosberg Mercedes 56 3
3 Vettel Red Bull 56 3
4 Alonso Ferrari 56 3
5 Hülkenberg Force India 56 2
6 Button McLaren 56 3
7 Massa Williams 56 3
8 Bottas Williams 56 3
9 Magnussen McLaren 55 3
10 Kvyat Toro Rosso 55 3
11 Grosjean Lotus 55 3
12 Räikkönen Ferrari 55 3
13 Kobayashi Caterham 55 2
14 Ericsson Caterham 54 3
15 Chilton Marussia 54 3
Abandon(s)
Ricciardo Red Bull 49 6
Gutiérrez Sauber 35 3
Sutil Sauber 32 2
Vergne Toro Rosso 18 4
Bianchi Marussia 8 2
Maldonado Lotus 7 1
Pérez Force India 0 1
Rafraîchi toutes les 30 secondes | Envoyez-nous vos suggestions
God Save the Queen résonne dans les travées de Sepang en l'honneur du vainqueur du jour, Lewis Hamilton, qui s'empare de la deuxième place au classement des pilotes derrière son équipier, Nico Rosberg, leader du Championnat 2014 de Formule 1.
Le troisième Grand Prix de la saison aura lieu dès le week-end prochain, à Bahreïn, avant un GP de Chine puis le retour en Europe. Mercedes a parfaitement lancée sa saison 2014.
Tour 56 Lewis Hamilton s'impose sous le drapeau à damiers du Grand Prix de Malaisie et Mercedes signe le doublé avec la deuxième place de Nico Rosberg.
Sebastian Vettel se classe troisième pour sauver le week-end de Red Bull alors que Daniel Ricciardo a abandonné. Fernando Alonso termine au pied du podium et Nico Hülkenberg prend la cinquième place.
Jenson Button, Felipe Massa, Valtteri Bottas, Kevin Magnussen et Daniil Kvyat complètent le top 10. Romain Grosjean termine aux portes des points au volant de la Lotus E22. Kimi Räikkönen est douzième.
Tour 55 Le stand Williams demande à Felipe Massa de laisser passer Valterri Bottas mais le Brésilien n'exécute pas les ordres pour l'instant. Jenson Button, juste devant pourrait en profiter pour conserver sa sixième place, alors que les deux McLaren vont se classer dans le top 10.
Tour 54 Et Fernando Alonso s'empare de la quatrième place au terme d'une belle bataille avec Nico Hülkenberg. Le pilote Ferrari, qui s'est élancé cinquième, à gagner une place aujourd'hui. Kimi Räikkönen peut toujours entrer dans les points.
Tour 53 La lutte fait rage entre Kimi Räikkönen et Romain Grosjean devant lui. Pendant ce temps-là, Daniel Ricciardo gare sa RB10 dans le stand Red Bull. Toujours pas de point pour l'Australien qui attend cependant la décision concernant sa troisième place sur l'Albert Park. Le verdict sera rendu le 14 avril prochain.
Tour 52 Il reste cinq tours à parcourir dans ce Grand Prix et Lewis Hamilton chausse les pneumatiques dur. Il repart sans problème, sort de al voie des stands en tête et sauf soucis triomphera sous le drapeau à damiers du GP de Malaisie.
http://fr.espnf1.com/malaysia/motorsport/race/138607.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Message par Modena49 le Dim 30 Mar - 6:24:55


  • Mercedes

Lowe et Wolff savourent
ESPN Staff
30 mars 2014

Après avoir monopolisé la première ligne, Lewis Hamilton et Nico Rosberg ont trusté les deux premières places de la course
© PA Images
 
Le premier doublé de Mercedes depuis 1955 ne pouvait que réjouir les dirigeants de la marque à l'Étoile Paddy Lowe (technique) et Toto Wolff (commercial).
Le 11 septembre 1955, Juan Manuel Fangio devançait Piero Taruffi dans le Grand Prix d'Italie à Monza, il aura fallu attendre 59 ans pour revoir deux Mercedes au sommet du podium avec Lewis Hamilton devant Nico Rosberg en Malaisie.

"La fête pendant
30 minutes"
"Nous avons accompli un long chemin et nous réussissons ce doublé", a déclaré Toto Wolff. "Nous avons continué d'attaquer comme nous l'avons tous vu aujourd'hui. Maintenant, on va faire la fête ici pendant 30 minutes et ensuite, direction par Bahreïn. En ce moment, Lewis est absolument ravi."
"Lorsque vous savez tout ce qui peut mal tourner dans une course, c'est fantastique. Mais nous savions que nous avions le potentiel pour réussir cela. C'est le premier doublé de Mercedes dans l'ère moderne. C'est chouette d'avoir déjà acquis cela", a ajouté Lowe.
http://fr.espnf1.com/mercedes/motorsport/story/151555.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Déclarations des pilotes - Course

Message par Modena49 le Dim 30 Mar - 13:13:51


  • Grand Prix de Malaisie 2014

Déclarations des pilotes - Course
ESPNF1 Staff / D.B.
30 mars 2014

Hamilton devant Rosberg, un doublé pour Mercedes en Malaisie
© Sutton Images
Agrandir
Suite au Grand Prix de Malaisie couru sur le circuit de Sepang, deuxième manche du championnat 2014, les pilotes commentent leurs performances.
Le poleman Lewis Hamilton a dominé cette course comme son coéquipier Nico Rosberg l'avait fait en Australie il y a deux semaines. Les deux pilotes Mercedes ont signé un doublé en Malaisie, le premier depuis la fondation de l'équipe en 2010. Tout va très bien chez Mercedes en ce début de saison.
Chez Red Bull, Sebastian Vettel était très heureux de renouer avec le podium et de marquer ses premiers points. Dans le cas de Daniel Ricciardo, victime d'une roue mal fixée, d'une pénalité d'arrêt dans les stands et d'un aileron avant cassé, sa course s'est terminée par un abandon. De plus, il reculera de 10 places sur la prochaine grille de départ car son équipe a créé une situation dangereuse lors d'un arrêt. Mais quel est ce nuage gris au-dessus des coéquipiers australiens de Vettel ?
Fernando Alonso a fait le maximum comme toujours pour placer sa Ferrari en 4e position, devant l'impressionnant Nico Hülkenberg qui complète le Top 5 de cette épreuve avec sa Force India. Les deux pilotes McLaren terminent à nouveau dans les points, ce qui renforce la position de l'équipe dans le classement des constructeurs.
Romain Grosjean a terminé 11e et hors des points, mais Lotus a enfin parcouru la distance d'une course, signe de progression même si Pastor Maldonado a abandonné. Le débriefing chez Williams risque d'être intéressant, Felipe Massa ayant refusé de céder le passage à Valtteri Bottas dont les pneus étaient en meilleure condition lors des derniers tours... On ne manquera pas de souligner que Massa n'est plus chez Ferrari ! Notons que la fiabilité du plateau laisse encore à désirer, avec sept abandons reliés à des soucis techniques.
Le résumé du Grand Prix de Malaisie est ici ; la galerie d'images du dimanche est ici ; le classement actuel du championnat 2014 est ici.
Vainqueur - Lewis Hamilton, Mercedes : "Je suis incroyablement heureux aujourd'hui. Après huit tentatives, c'est ma première victoire en Malaisie. Tout cela, c'est grâce à l'équipe. Elle a fait un boulot fantastique et je dois dire un énorme merci à tout le personnel, ici au circuit et dans nos usines, qui travaille sans relâche pour que la voiture atteigne ce niveau. La course était plus difficile qu'il n'y paraissait, les conditions ici sont toujours un grand défi à relever. Mais j'ai pu prendre soin de la voiture, des pneumatiques et du carburant et néanmoins avoir un peu de performance en réserve, ce qui a rendu ma tâche un peu plus facile. C'est super de voir Mercedes mener le championnat car nous savons que ces premières courses seront importantes. Tout peut arriver, comme nous l'avons vu en Australie, alors ce résultat est important pour nous. Un doublé, ça n'arrive pas très souvent, donc il s'agit d'un véritable accomplissement pour l'équipe. Pour conclure, je souhaite dédier cette victoire à toutes les personnes affectées par la tragédie du vol MH370."
2e - Nico Rosberg, Mercedes : "C'est une journée incroyable pour notre équipe et pour Mercedes-Benz. Tout le personnel de nos usines de Brackley et Brixworth, ainsi que tous les employés de Mercedes-Benz, peuvent être très fiers aujourd'hui. Pour la première fois dans l'ère moderne des Flèches d'argent, nous avons réussi un doublé et c'est un résultat incroyable. L'équipe a fait un boulot phénoménal au cours de l'hiver et je la remercie à nouveau. J'ai exécuté un autre bon départ, même si c'était serré avec Sebastian (Vettel). J'étais très près du muret mais j'ai décidé de plonger et j'ai réussi. Plus tard, je pouvais contrôler le rythme et me défendre contre Seb, mais Lewis était hors de portée et je le félicite pour sa victoire. J'ai très hâte à la prochaine course, le week-end prochain à Bahreïn."
3e - Sebastian Vettel, Red Bull : "Nous avons clairement fait un pas en avant, mais il reste encore beaucoup à faire. C'est super d'être sur le podium aujourd'hui. Si on pense à la situation dans laquelle nous étions il y a deux mois, je crois que ce week-end a été un énorme pas dans la bonne direction. C'est dommage de ne pas avoir les deux voitures à l'arrivée, mais c'est satisfaisant de voir que la voiture est rapide et de plus, nous avions besoin d'engranger des tours. L'important pour le moment, c'est de marquer des points. Notre usine travaille fort, (notre motoriste) Renault a accompli un boulot énorme, et nous tenterons de revenir au sommet très bientôt. C'était dommage de perdre une place au départ, mais cette 3e place était le maximum pour nous aujourd'hui alors j'en suis très heureux. C'est dommage pour Daniel (Ricciardo), il menait une très bonne course."
4e - Fernando Alonso, Ferrari : "Les points marqués aujourd'hui sont le résultat d'un week-end sans problèmes, pendant lequel les petites améliorations apportées à la voiture ont fonctionné comme prévu et se sont montrées très fiables. Il reste clairement beaucoup de travail à faire, car pendant que nous progressons, les autres en font autant. Chaque membre de l'équipe fait le maximum pour réduire l'écart. Il y a encore beaucoup à apprendre lors de ces premières courses. Nous devons améliorer notre vitesse de pointe, ce n'est pas un secret et c'était apparent pendant mon duel avec Hülkenberg. J'ai pu le dépasser grâce à des pneus moins usés, mais il faut vraiment améliorer nos performances dès la prochaine course. Il fera très chaud à Bahreïn et les gommes utilisées là-bas seront plus tendres. Cela pourrait être un avantage pour nous, car notre voiture glisse beaucoup sur les gommes plus dures. De plus, grâce aux données accumulées là-bas pendant les essais hivernaux, nous pourrons peut-être exploiter notre potentiel davantage. Cela dit, ce sera le cas pour tout le monde."
5e - Nico Hülkenberg, Force India : "Ce fut un superbe effort d'équipe et je suis très heureux de cette 5e place. Nous étions la seule équipe à l'avant du peloton sur une stratégie à deux arrêts et nous avions un bon rythme pendant toute la course. Cela démontre que le dur labeur investi par l'équipe cet hiver porte fruit. C'est un excellent feeling d'être aussi compétitif et de se battre à l'avant. Nous avons bien géré les pneumatiques, bien que j'étais un peu plus à l'aise sur la gomme medium plutôt que la dure, et nous étions toujours en contrôle de la situation. Je suis content que nous apportions tous ces positifs à Bahreïn, et que nous quittions la Malaisie avec une bonne récolte de points."
6e - Jenson Button, McLaren : "Il faisait chaud en piste cet après-midi ! Et lorsque vous passez tout votre temps à regarder les deux Williams se battre dans vos rétroviseurs, on a l'impression qu'il fait encore plus chaud. Mais j'ai bien aimé cette course et je ne pouvais m'attendre à plus. Je pense que nous avons tiré le maximum de la voiture aujourd'hui. En fait, je ne pensais pas terminer à la 6e place après avoir constaté les performances de la voiture plus tôt ce week-end. C'est encourageant pour l'équipe, et elle a parfaitement géré les arrêts ainsi que la consommation de carburant. Je souhaite également dire un grand merci à tout le personnel du MTC (Centre de technologie McLaren) pour avoir travaillé si fort pour que nous ayons des améliorations sur la voiture ici. Chaque petit effort compte. Cela dit, le fait demeure que nous sommes encore faibles dans les virages à haute vitesse. La voiture a plusieurs forces, mais il nous reste du travail à faire. Nous avons exploité le maximum aujourd'hui, mais nous savons qu'il faut encore progresser."
7e - Felipe Massa, Williams : "Avoir les deux voitures dans les points, c'est un résultat positif pour l'équipe. J'ai effectué un très bon départ et gagné des places dès le premier tour, mais ma progression a été ralentie par la McLaren de Magnussen pendant le premier relais. Sa voiture avait une bonne motricité à la sortie du dernier virage et il était difficile pour moi de le dépasser. Plus tard, j'ai vécu la même chose derrière la McLaren de Jenson (Button) ; je parvenais à me rapprocher car mes pneus étaient en meilleur état que les siens vers la fin, mais je n'arrivais tout simplement pas à le doubler. Dans l'ensemble, je dirais que ce circuit ne convenait pas particulièrement bien à notre voiture, donc nous avons bien travaillé pour obtenir ce résultat. Je suis sûr que nous serons plus compétitifs à Bahreïn."
8e - Valtteri Bottas, Williams : "Je pense que nous pouvons être satisfaits car passer de la 18e à la 8e place, c'est un bon résultat et nous avons récolté d'autres points. Comparé à Melbourne, la voiture était moins compétitive ici mais l'équipe a fait du très bon boulot pour construire une voiture qui semble en mesure de se battre régulièrement pour des places dans le Top 10. J'ai réussi un très bon départ et gagné six places pendant le premier tour. Par la suite, le rythme était très bon et j'ai pu gagner d'autres places sans trop de problèmes grâce à notre excellente vitesse de pointe sur les lignes droites. Les qualifications ont démontré qu'il reste du travail à faire sur certains aspects de la voiture, mais jusqu'à maintenant, ce début de saison est encourageant pour nous."
*9e - Kevin Magnussen, McLaren : "Je suis désolé pour l'équipe, j'ai tout gâché à l'approche du deuxième virage lors de l'incident avec Kimi (Räikkönen). Je pense que nous aurions pu marquer de bons points aujourd'hui, donc je suis déçu envers moi-même et pour moi-même. Les Grands Prix sont de longue durée, alors je n'aurais pas dû commettre une telle erreur si tôt dans la course. Mais ce sont des choses qui arrivent parfois et lorsque c'est le cas, il faut en tirer des leçons, et c'est ce que je vais faire. Après cet incident, il n'était pas facile de récupérer le terrain perdu. Nous avions des difficultés avec la température élevée de la piste et dans les virages à haute vitesse. Je vais tirer des leçons de cette course et je verrai ce que je pourrai faire lors de la prochaine. C'est bien que le Grand Prix de Bahreïn aie lieu dès la semaine prochaine. Je serai heureux de tourner la page sur cette course-ci et de passer à autre chose."
10e - Daniil Kvyat, Toro Rosso : "C'est plaisant de terminer dans le Top 10 pour la seconde fois de suite. La course a été très difficile et intense, avec plusieurs combats. Mes deux premiers relais étaient durs car je me battais contre les Williams et les McLaren, mais elles étaient plus rapides que moi sur les lignes droites. Je suis très satisfait de mon dernier relais car j'ai réussi à défendre ma position. Ce fut un bon week-end dans l'ensemble et j'espère que nous continuerons à progresser ainsi puisque la voiture a clairement du potentiel. J'ai hâte de me rendre à Bahreïn pour courir à nouveau dans une semaine. Ce sera intéressant d'être sur une piste où la voiture a déjà roulé (lors des essais hivernaux)."
11e - Romain Grosjean, Lotus : "La 11e place, c'est bien pour tout le personnel de l'équipe à l'usine d'Enstone ainsi qu'ici au circuit, et c'est bien pour moi aussi. Notre objectif principal était de terminer la course, et ensuite voir où nous en étions avec la voiture. Ce n'est pas encore parfait mais c'est positif d'être à ce niveau. J'ai perdu beaucoup d'appuis à huit tours de l'arrivée, surtout à l'arrière, et il m'était difficile de me défendre. Sans cela, je suis convaincu que nous aurions pu réussir un meilleur résultat. C'est plaisant d'être près des points à nouveau, c'est positif pour chacun de nous. Ce fut un beau combat vers la fin. Je pensais à l'expérience de nos duels précédents pour m'assurer de ne pas laisser Kimi (Räikkönen) passer !"
12e - Kimi Räikkönen, Ferrari : "Je suis très déçu du résultat de cette course car j'avais réussi un bon départ. Mais la collision avec Magnussen a endommagé mon pneu arrière droit et j'ai dû faire un arrêt supplémentaire. Cela a effacé toute chance de me battre pour un bon résultat. Le comportement de la voiture n'était plus le même après l'accident car le pneu avait endommagé le plancher, ce qui a provoqué une perte d'appuis. J'avais des difficultés sur la gomme dure et ce n'est qu'après avoir chaussé les mediums que la situation s'est améliorée, mais il était déjà trop tard. Il est difficile de dire comment les choses se seraient déroulées sans ces problèmes, car nos rivaux sont très rapides, mais j'aurais peut-être pu terminer près de Fernando (Alonso). Ce fut une journée très malchanceuse, mais globalement, nous sommes parvenus à améliorer nos performances. Il faut maintenant focaliser sur les aspects positifs du week-end et travailler en fonction de progresser dès la semaine prochaine à Bahreïn."
13e - Kamui Kobayashi, Caterham : "Une 13e place pour notre deuxième course de la saison, c'est un très bon résultat pour l'équipe, surtout après avoir vécu un week-end si difficile avant d'entamer la course ! J'ai réussi un excellent départ et cette fois je n'ai pas eu de problèmes de freins à l'approche du premier virage. J'étais 16e à la fin du premier tour et j'avais le même rythme que Sutil qui me précédait. La voiture se comportait mieux que jamais depuis le début du week-end. (…) J'ai pourchassé les Sauber et je les rattrapais rapidement. J'ai chaussé des gommes dures pour le dernier relais et nous savions que ce relais serait long, mais nous savions aussi qu'un bon résultat était possible et c'est ce que nous avons obtenu. Cette 13e place en Malaisie nous redonne la 10e place du classement des constructeurs et procure le boost dont nous avions tous besoin. (…) Il faut continuer à débloquer de la performance pour que nous puissions nous battre directement contre les équipes devant, et cela semble réaliste comme objectif à ce stade-ci. Mais pour le moment, nous avons enfin connu une bonne journée et nous pouvons en être heureux."
14e - Marcus Ericsson, Caterham: "Premièrement, je dois remercier les mécanos qui ont travaillé si fort pour réparer ma voiture suite à l'accident d'hier. Je me sentais un peu morne hier soir, mais le fait d'avoir rejoint la 14e place pour conclure un premier Grand Prix entièrement complété, ce qui nous a aidé à prendre la 10e place dans le championnat des constructeurs, c'est un excellent feeling pour moi et pour tout le personnel de Caterham. Je n'aurais pu faire mieux comme départ, j'étais 17e à la fin du premier tour après avoir gagné cinq places. (...) Il y a eu un souci lors de mon premier arrêt et je suis revenu en piste derrière Chilton et Vergne. Mon deuxième relais était très bon et je dois admettre que j'étais surpris de me battre contre Räikkönen. Lui et Vergne ont tenté quelques manœuvres mais je me suis bien défendu, et ensuite je me suis attaqué à Chilton. (…) Après mon dernier arrêt, je voulais juste rester devant lui et rallier l'arrivée. Je perdais de la puissance à deux tours de la fin mais j'ai conservé la 14e place par seulement un dixième de seconde sur la ligne d'arrivée, et c'est ce qui nous a donné la 10e place du classement des constructeurs, alors j'en suis très heureux ! Cette marge minuscule démontre aussi à quel point chaque petit détail compte dans une discipline de ce niveau. Le plus petit avantage peut faire une grande différence. Ce fut un week-end très difficile pour nous, mais nous arriverons à Bahreïn en sachant que nous avons une bonne base sur laquelle construire et en sachant aussi que nous avons quelque chose à défendre. C'est très positif et je suis pressé de retourner en piste dans quelques jours pour continuer sur cette voie."
15e - Max Chilton, Marussia : "Je dois dire que ce fut une course plutôt exigeante. Je n'ai pas réussi le meilleur des départs et je savais qu'il y aurait des soucis dans le premier virage, mais au moins je suis parvenu à les éviter. Je me suis battu de près contre Ericsson pendant la majorité de la course et vers la fin c'était très serré. Je lui ai mis la pression jusqu'à l'arrivée, mais j'ai perdu par un dixième de seconde. Nous sommes un peu déçus aujourd'hui, cependant nous verrons ce qui pourra être fait à Bahreïn le week-end prochain."

Abandons
**Daniel Ricciardo, Red Bull (mécanique, 49e tour) : "Tout allait dans le sens d'une bonne récolte de points aujourd'hui, la course se déroulait plutôt bien. J'ai gagné deux places au départ et je me rapprochais de l'avant, ce qui était plaisant. C'était amusant de se battre pour les premières places, mais c'est alors qu'il y a eu un problème lors de mon dernier arrêt (libéré avec une roue mal fixée, ndlr) et ensuite j'ai eu une crevaison. L'aileron avant a cassé, d'autres choses sont arrivées et ensuite il y a eu la pénalité d'arrêt dans les stands, alors la situation est passé de prometteuse à désastreuse en peu de temps. Je suis très déçu, mais parallèlement une petite partie de moi est heureuse car je pense avoir bien fait lors de ces deux premières courses. Je veux continuer à m'améliorer et tout démarre bien à ce niveau, alors je suis satisfait. Avec un peu de chance nous pourrons faire mieux et je marquerai bientôt de bons points. J'adore courir à l'avant, c'est un privilège et ce fut très amusant lors de ces deux courses. En fait, j'en veut toujours plus, alors vous allez souvent me voir à l'avant cette année."
Esteban Gutiérrez, Sauber (embrayage, 36e tour) : "Après un très long premier relais, je n'arrivais plus à engager le premier rapport lors de mon arrêt. J'ai essayé plusieurs fois mais ça ne fonctionnait pas, alors je ne pouvais y faire grand chose. Dans l'ensemble, nous avons bien progressé ce week-end. La course ne s'est pas bien déroulée bien sûr, mais il faut rester positif. Nous devons résoudre nos problèmes pour ensuite être constants et fiables en piste, et éviter tout problème technique. Une longue saison nous attend et je suis convaincu que nous pourrons faire mieux."
Adrian Sutil, Sauber (puissance, 33e tour) : "Je perdais de la puissance et soudainement, il n'y en avait plus du tout. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, alors nous devrons analyser cela. C'est dommage. Plusieurs choses ne fonctionnent pas correctement en ce moment, alors nous devons en tirer des leçons. Globalement, notre rythme était trop lent et le niveau d'adhérence était mauvais. C'était inhabituel pour nous et c'était inattendu. Nous allons continuer à travailler sur ces problèmes et nous reviendrons plus forts lors des prochaines courses. Nous n'avons pas beaucoup de temps avant le Bahreïn, alors nous ne pensons pas avoir beaucoup de nouvelles pièces sur la voiture là-bas. Cela dit, nous avons un plan pour progresser lors des courses suivantes."
Jean-Éric Vergne, Toro Rosso (puissance, 19e tour) : "Je pense avoir réussi un bon départ, mais j'ai ressenti des problèmes avec la voiture très peu de temps après. Je perdais de la puissance et je ne pouvais que regarder tout le monde me dépasser. C'est alors que je me suis retrouvé coincé entre une Caterham et Bianchi ; c'était peut-être un peu trop ambitieux de penser que je pouvais doubler ces deux voitures en même temps. Ce n'était tout simplement pas possible et cela a résulté en une collision qui a endommagé mon aileron avant. Je savais alors que ma course était compromise, donc j'espèrais de la pluie et peut-être aussi une Voiture de Sécurité pour chambouler la situation et rattraper le peloton. Mais j'avais toujours des problèmes avec la voiture et ma course a pris fin. C'est vraiment dommage car nous aurions pu être forts et signer un bon résultat lors de cette course. Le rythme sur la gomme dure était très bon. Le côté positif, c'est que nous avons une bonne voiture et qu'il ne faudra pas attendre longtemps pour revenir en piste puisque le Bahreïn, c'est dans quelques jours."
***Jules Bianchi, Marussia (freins, 8e tour): "Malheureusement, la collision avec Maldonado était la conséquence de ce qui est arrivé au départ, lorsque Vergne m'a frappé et a crevé mon pneu arrière gauche. Je ne pouvais tout simplement pas éviter Maldonado, je ne pouvais rien y faire. Je suis rentré chausser un autre train de pneus et changer mon aileron avant, mais la voiture était difficile à piloter lorsque je suis retourné en piste. Nous soupçonnions un problème de freins et je ne pouvais continuer à conduire ainsi, alors il n'y avait pas d'autre choix que d'abandonner. C'était décevant de voir ma course prendre fin après seulement huit tours, et ce n'était pas la récompense que méritait l'équipe à la suite d'un week-end pendant lequel nous semblions bien progresser lors de chaque séance."
Pastor Maldonado, Lotus (moteur, 7e tour) : "Je perdais beaucoup de puissance suite au départ, alors nous devrons enquêter là-dessus et analyser les données. J'ai dû abandonner pour protéger le moteur. Malgré cela, nous avons clairement progressé ce week-end. Nous parvenons à engranger les tours depuis samedi et Romain (Grosjean) a complété la course. La journée s'est mal passée pour moi, toutefois nous ne sommes pas les seuls à avoir des problèmes en ce début de saison. Tout cela est lié à la complexité des systèmes intégrés à la voiture, mais nous avons beaucoup appris ce week-end et nous allons continuer à progresser lors du prochain."
Sergio Pérez, Force India (embrayage, aucun tour) : "Je suis déçu de ne pas avoir eu la chance de courir aujourd'hui. Nous enquêtons toujours sur les origines du problème. L'embrayage tombait continuellement au neutre alors que je me dirigeais vers la grille de départ. J'ai pu revenir aux stands mais nous n'avons pas trouvé de solution. Je dois focaliser sur les aspects positifs car nous avons appris beaucoup de choses, alors j'espère que nous pourrons revenir plus forts à Bahreïn. Ce fut un week-end frustrant pour moi, mais au moins nous allons courir à nouveau dans une semaine, donc je pourrai rapidement tourner la page sur cette déception."

Notes
*Magnussen : Deux points de pénalité pour avoir provoqué une collision contre Räikkönen.
**Ricciardo : Pénalité de recul de 10 places sur la prochaine grille de départ, Red Bull ayant créé une situation dangereuse en le libérant prématurément lors d'un arrêt.
***Bianchi : Deux points de pénalité pour avoir provoqué une collision contre Maldonado.
© ESPN Sports Media Ltd.
http://fr.espnf1.com/malaysia/motorsport/story/151605.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Faits marquants

Message par Modena49 le Mar 1 Avr - 2:38:37

Grand Prix de Malaisie 2014




GP de Malaisie : Faits marquants
Laurence Edmondson / Daniel Bastien
31 mars 2014

Hamilton et Rosberg ont réalisé un doublé pour Mercedes en Malaisie
© Getty Images
Agrandir
ESPN fait le tour : le bon, le mauvais et le surprenant du week-end du Grand Prix de Malaisie couru sur le circuit de Sepang, deuxième manche du championnat 2014.

L'harmonie chez Mercedes
"Je tentais de pourchasser Lewis mais il était un peu trop rapide aujourd'hui." Voilà l'évaluation honnête et objective émise par Nico Rosberg, qui a franchi la ligne d'arrivée du GP de Malaisie avec 17 secondes de retard sur son coéquipier Lewis Hamilton. Cette course a démontré que la bataille entre les deux pilotes Mercedes risque de connaître de multiples rebondissements au cours de la saison. Plusieurs observateurs croient que Rosberg a l'avantage grâce à sa gestion efficace de la course et de la consommation de carburant, mais à Sepang, où la consommation n'était pas un facteur décisif, le style de pilotage plus agressif de Hamilton a brillé.
La situation pourrait être différente à Bahreïn ce week-end car le circuit de Sakhir est très exigeant en termes de consommation ; cela pourrait redonner l'avantage à Rosberg, l'actuel leader du championnat. En ce moment, l'harmonie règne toujours entre les titulaires Mercedes, qui se connaissent depuis longtemps. Mais si chacun est toujours positionné pour remporter le championnat dans quelques mois, il se peut que les accolades dans le Parc fermé soient remplacées par une ambiance quelque peu tendue lorsqu'un coéquipier fera beaucoup mieux que l'autre. Il n'y aurait rien d'étonnant en soi à cela, car ce sont des compétiteurs après tout, mais il reste à voir quelle forme ces tensions pourraient prendre. Quant à Mercedes, qui vise la couronne des constructeurs, l'équipe devra gérer la situation du mieux possible. Mais la saison ne fait que commencer, tout va bien.



Massa n'avait pas envie de se plier à la consigne
© Sutton Images


Massa et la consigne
Quel lien faut-il faire entre la Malaisie et les consignes d'équipe ? Est-ce la chaleur ? L'humidité peut-être ? Quoi qu'il en soit, cela fait deux années de suite que des consignes sont ignorées. L'année dernière, Sebastian Vettel avait fameusement fait la sourde oreille à la consigne 'Multi 21' qui lui demandait de conserver sa position derrière Mark Webber. Une situation extrêmement tendue devait ensuite être gérée par Red Bull, dont les pilotes n'avaient pas franchi la ligne d'arrivée dans l'ordre souhaité alors qu'ils concrétisaient un doublé victorieux. Cette année, c'est chez Williams que les demandes de l'équipe ont été ignorées lorsque Felipe Massa, 7e du classement, a refusé de céder le passage à Valtteri Bottas dans les derniers tours de la course.
Massa poursuivait alors la McLaren de Jenson Button mais il n'arrivait pas à prendre l'avantage. Puisque Bottas était sur des pneumatiques moins usés, et que le moteur de Massa surchauffait légèrement, Williams voulait que le Brésilien laisse le Finlandais passer. Le plan était de permettre à Bottas d'attaquer Button en espérant qu'il réussisse à s'emparer de la 6e place. L'équipe affirme que si la tactique n'avait pas réussi au bout de quelques tours, elle aurait alors demandé à Bottas de se replacer derrière Massa "et tout le monde aurait été content."
Toutefois, Massa a refusé de coopérer. Il dit avoir entièrement compris le message mais qu'il n'était pas d'accord avec la consigne, surtout que dépasser la McLaren lui semblait déjà peu probable à ce moment-là. Et il ne faudrait pas négliger le facteur humain : entendre Williams lui dire que Bottas "est plus rapide que toi" lui a sûrement rappelé des épisodes peu glorieux chez Ferrari. Il n'est donc pas surprenant qu'il refuse de plier s'il juge qu'agir ainsi serait inutile. Mais bien entendu, tous n'ont pas cette même vision des choses. Parmi les médias du paddock, l'impression était que la désobéissance de Massa n'a pas été bien accueillie chez Williams. Il faudra donc réaffirmer quelques règles internes, ou façonner quelques compromis.



Le cas du débitmètre, question non réglée
© Sutton Images


Débitmètres et questions techniques
Le week-end malaisien a permis de jeter un peu plus de lumière sur la controverse entourant les débitmètres, controverse provoquée par Red Bull en Australie lorsque l'équipe a ignoré le débitmètre officiel de la FIA (jugé peu fiable) et s'est fiée à son propre capteur (jugé fiable). Les données de la FIA ayant indiqué que la voiture de Daniel Ricciardo a roulé avec un débit d'essence supérieur à la norme permise, elle a été disqualifiée. Red Bull envoie le dossier en appel (audience le 14 avril) pour tenter de récupérer la 2e place de Ricciardo à Melbourne.
L'équipe pense avoir une argumentation solide, basée sur le principe qu'elle avait entièrement le droit de se fier à ses propres appareils de mesure car les données captées par le débitmètre homologué de la FIA étaient erronées. Il est vrai que plusieurs équipes ont eu quelques problèmes avec le débitmètre officiel en Australie, mais seule Red Bull a décidé d'ignorer les demandes de la FIA. Cependant, une directive technique stipule que seule l'instance dirigeante peut autoriser l'utilisation d'un autre système que le sien pour mesurer le débit ; Red Bull n'a pas reçu cette autorisation en Australie. Mais l'équipe affirme que les directives ne sont que des opinions, pas des articles du règlement, donc elle n'avait pas l'obligation de s'y conformer.
La FIA insiste : les écuries doivent utiliser les débitmètres officiels (qui seraient précis à 0,5 %). Mais Red Bull pourrait argumenter que le règlement les oblige à les installer sur la voiture, pas nécessairement à s'y fier si des doutes sur leur fiabilité sont soulevés. L'équipe compte présenter des données qui démontrent que son capteur était plus régulier et plus fiable que celui de la FIA. Il sera très intéressant d'analyser la logique que chaque partie défendra lors de l'audience devant la cour d'appel internationale de la FIA.
Notons qu'en Malaisie, le débitmètre officiel a cessé de fonctionner sur la Red Bull de Ricciardo. L'équipe a utilisé ses propres mesures, mais puisque le débitmètre de la FIA était en panne cette fois, et qu'il n'y avait donc pas de débat sur la précision des données qu'il fournissait, il n'y pas eu de controverse. Heureusement.



Le son du peloton fait encore parler
© Getty Images


Le son des moteurs, encore
Le grand débat entourant le son des nouveaux moteurs V6, comparé aux anciens V8, a continué ce week-end en Malaisie. Sebastian Vettel s'est même permis de qualifier le bourdonnement des V6 de "merde", ce qui n'a pas manqué de surprendre. Dans ce monde de propos souvent aseptisés de la part des pilotes, il était rafraîchissant d'entendre une opinion aussi franche. Cependant, certains semblent oublier que l'ère du V8 ne reviendra pas, qu'une nouvelle ère débute et qu'il était nécessaire d'agir ainsi pour l'avenir de la discipline. Comme nous l'avons déjà souligné, que l'on aime le chant des moteurs ou non, il s'agit d'un son différent pour une ère différente.
Il faut reconnaître que le bourdonnement du V6 n'est pas aussi impressionnant que le cri des V8. Mais pour les grands manufacturiers automobiles, qui sont essentiels pour la pérennité de la discipline, il s'agit d'une technologie excitante et pertinente pour l'industrie automobile. Le retour de Honda l'année prochaine, à titre de motoriste, relève entièrement de la nouvelle ère technique. D'autres manufacturiers pourraient suivre dans les années à venir. Il suffit de se souvenir des départs de Toyota, BMW et Honda, en 2009 et 2010, pour comprendre que c'est une bonne nouvelle de voir cet intérêt envers la F1. Et il ne faudrait pas négliger l'intérêt des sponsors, qui préfèrent être associés aux technologies nouvelles, et non vieillissantes comme c'était le cas du V8, aussi fiable soit-il.
Soulignons également que le V6 turbo joue une plus grande part dans le spectacle en piste. Non seulement le couple plus élevé rend les voitures nerveuses et complique la tâche des pilotes, mais il sert aussi d'élément différenciateur au niveau des performances. Par exemple, Nico Hülkenberg et Fernando Alonso ont mené un excellent combat pour la 4e place dimanche à Sepang. La Force India (à moteur Mercedes) avait plus de puissance que la Ferrari, mais ses pneus étaient plus usés et la voiture manquait d'adhérence dans les virages. Auparavant, avec des moteurs à la puissance et à la maniabilité quasi-identiques, cette bataille n'aurait pas eu lieu car Alonso aurait simplement creusé l'écart pendant que Hülkenberg glissait derrière. Mais dimanche, Hülkenberg pouvait maintenir le contact malgré les lacunes de sa monoplace. Et pourtant, Alonso a réussi à protéger sa place. Un beau spectacle, c'est l'essentiel non ?



Bianchi sent qu'il ne mérite pas ses points de pénalité
© Sutton Images


Les points de pénalité
Autre nouveauté cette année : des points de pénalité peuvent maintenant être appliqués à la super licence des pilotes. Si tous avaient évité d'en mériter en Australie, trois ont ouvert leur compte en Malaisie. Valtteri Bottas s'est mérité deux points de pénalité pour avoir bloqué Ricciardo lors des qualifications, tandis que Jules Bianchi et Kevin Magnussen ont aussi inscrits deux points à leur dossiers respectifs pour avoir provoqué des incidents pendant le premier tour de la course.
Ces points resteront au dossier pendant un an. Si un pilote atteint 12 points de pénalité, il sera automatiquement suspendu pour une course. Ces mesures ont été mises en place pour que les pilotes soient ultimement sévèrement punis si leur comportement en piste laisse régulièrement à désirer. Si l'objectif se défend bien, il semble toutefois que les commissaires se soient montrés un peu durs envers les pilotes en Malaisie.
Bottas sent qu'il n'a rien fait de mal, surtout que les conditions étaient difficiles pendant ces qualifications qui se sont déroulées sous une pluie abondante. Vergne affirme qu'après avoir été touché par Vergne, ce qui a provoqué une crevaison, il ne pouvait rien faire pour éviter de frapper Maldonado. Magnussen a toutefois reconnu son erreur et ne conteste pas qu'il s'est montré trop ambitieux avant sa collision contre Räikkönen. Mais ces trois pilotes ont une bonne réputation en piste, donc il n'y aurait pas grand chose à changer dans leur comportement.
Notons qu'un pilote ayant effectué une manœuvre clairement dangereuse verra un plus grand nombre de points ajoutés à son dossier par les commissaires. Mais si des points de pénalité sont imposés suite à des événements qui relèvent peut-être de la malchance, ce qui serait le cas de Bianchi selon ses dires, certains pilotes pourraient se retrouver à risque bien malgré eux. Nous verrons si c'est le cas cette année, alors que ce nouveau système de points de pénalité débute.
© ESPN Sports Media Ltd.
http://fr.espnf1.com/malaysia/motorsport/story/151815.html



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Message par Guylaine le Mar 15 Avr - 16:06:33

Pos N° Pilote Châssis Moteur Tour Pts

1 44 Lewis HAMILTON Mercedes Mercedes 56 1h 40m 25.974s ( 185.442 km/h ) 25
2 6 Nico ROSBERG Mercedes Mercedes 56 1h 40m 43.287s ( +17.313s ) 18
3 1 Sebastian VETTEL Red Bull Renault 56 1h 40m 50.508s ( +24.534s ) 15
4 14 Fernando ALONSO Ferrari Ferrari 56 1h 41m 01.966s ( +35.992s ) 12
5 27 Nico HULKENBERG Force India Mercedes 56 1h 41m 13.173s ( +47.199s ) 10
6 22 Jenson BUTTON McLaren Mercedes 56 1h 41m 49.665s ( +1m 23.691s ) 8
7 19 Felipe MASSA Williams Mercedes 56 1h 41m 51.050s ( +1m 25.076s ) 6
8 77 Valtteri BOTTAS Williams Mercedes 56 1h 41m 51.511s ( +1m 25.537s ) 4
9 20 Kevin MAGNUSSEN McLaren Mercedes 55 2
10 26 Daniil KVYAT Toro Rosso Renault 55 1
11 8 Romain GROSJEAN Lotus Renault 55
12 7 Kimi RAIKKONEN Ferrari Ferrari 55
13 10 Kamui KOBAYASHI Caterham Renault 55
14 9 Marcus ERICSSON Caterham Renault 54
15 4 Max CHILTON Marussia Ferrari 54
ab 3 Daniel RICCIARDO Red Bull Renault 49 Retrait volontaire
ab 21 Esteban GUTIERREZ Sauber Ferrari 35 Boîte de vitesses
ab 99 Adrian SUTIL Sauber Ferrari 32 Moteur
ab 25 Jean-Éric VERGNE Toro Rosso Renault 18 Turbo
ab 17 Jules BIANCHI Marussia Ferrari 8 Accrochage
ab 13 Pastor MALDONADO Lotus Renault 7 Moteur

np 11 Sergio PEREZ Force India Mercedes Boîte de vitesses
http://www.statsf1.com/fr/2014/malaisie/classement.aspx



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Message par Guylaine le Mar 15 Avr - 16:09:02


n Pilote Points

1. Nico ROSBERG 43
2. Lewis HAMILTON 25
3. Fernando ALONSO 24
4. Jenson BUTTON 23
5. Kevin MAGNUSSEN 20
6. Nico HULKENBERG 18
7. Sebastian VETTEL 15
8. Valtteri BOTTAS 14
9. Felipe MASSA 6
Kimi RAIKKONEN 6
11. Jean-Éric VERGNE 4
12. Daniil KVYAT 3
13. Sergio PEREZ 1


n Constructeur Points

1. Mercedes 68
2. McLaren Mercedes 43
3. Ferrari 30
4. Williams Mercedes 20
5. Force India Mercedes 19


http://www.statsf1.com/fr/2014/malaisie/championnat.aspx






















**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.


MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: GP de Malaisie 30 mars 2014 Kuala Lumpur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum