Hockenheim, l’impitoyable Motodrom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hockenheim, l’impitoyable Motodrom

Message par Modena49 le Mar 10 Déc - 3:05:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fruit de l’imagination d’Ernst Christ, le circuit de Hockenheim sort de terre le 25 mai 1932. Longtemps utilisé comme piste d’essai par Mercedes-Benz, le tracé germanique se compose d’interminables lignes droites dans la forêt et d’une partie plus sinueuse dans le Stadium. Située à 25 km au sud-ouest d’Heidelberg, la piste reçoit pour la première fois la Formule 1 en 1970. Bien qu’apprécié des pilotes, le grand Hockenheim refermera ses portes au soir de son 25ème Grand Prix en 2001, non sans avoir coûté la vie à l’immense Jim Clark et au Français Patrick Depailler.

Disputé en alternance entre le Nürburgring et Hockenheim depuis six ans maintenant, le Grand Prix d’Allemagne ne revêt pourtant plus la même saveur qu’autrefois. La faute à la politique sectaire de la FIA qui n’a pas hésité à émasculé deux des plus beaux terrains de jeu de l’histoire de la Formule 1 sous prétexte de cette sacro-sainte sécurité. Si le Nürburg a longtemps été le tracé référence des Grands Prix, son voisin lui emboîte le pas à l’aube des années 80 pour s’imposer comme le temple de la vitesse en compagnie de Monza.

Chronométreur assistant lors des courses d’avant-guerre, Ernst Christ est l’instigateur de la naissance de Hockenheim. Passionné par la vitesse, il imagine un circuit proche de sa ville natale en 1930. Déterminé à ce que son projet aboutisse, le jeune homme soumet des plans du futur tracé au maire de la ville, Phillip Klein. Débutés le 23 mars 1932, les travaux de construction s’achèvent deux mois plus tard le 25 mai. Fin prêt, le circuit accueille dans la foulée sa première course de moto. Composé de longues lignes droites sillonnant la forêt entrecoupées par deux virages, le tracé à la forme triangulaire évolue fortement en 1938 pour prendre la forme ovale qui fera sa renommée. Outre l’intégration du terrible virage 'Ostkurve', la piste est élargie devenant de facto un véritable temple de la vitesse.

L’énigme Clark

Désormais appelé Kurpfalzring, le circuit allemand n’arbore pas encore sa célèbre portion du 'Stadium'. Cela sera chose faite en 1965 à la suite de la construction d’une nouvelle autoroute (Mannheim-Walldorf) reliant la ville de Hockenheim au reste du tracé. Si les F1 n’ont pas encore le loisir d’arpenter les 6,8 kilomètres de la piste, les F2 s’en donnent à cœur joie et c’est dans cette catégorie que le double champion du monde Jim Clark vivra ses dernières heures en compétition. Peu à l’aise au volant d’une voiture rétive sur un circuit qu’il découvrait et détestait, le pilote Lotus sort inexplicablement de la piste dans la première ligne droite du circuit à plus de 230 km/h sous la pluie battante. Totalement dépourvu de glissière de sécurité, le tracé ne peut ralentir l’Écossais et seul un arbre viendra stopper la folle embardée de la machine flanquée du numéro un. Le choc est effroyable et Clark tué sur le coup.

Face à la grogne du paddock et l’émoi provoqué par la mort de l’Écossais, les propriétaires du tracé installent, quelques mois plus tard, des barrières de sécurité tout au long du circuit et décident d’aménager deux chicanes dans les longues lignes droites afin de ralentir les monoplaces. Une d’entre elles portera le nom du natif de Kilmany. Critiqué, lui aussi, pour ses carences flagrantes sur le plan de la sécurité, le Nürburgring est boycotté par la F1 en 1970, ce dont profite Hockenheim. Pour la première fois de son histoire, le circuit situé à 25 km au sud-ouest d’Heidelberg organise le Grand Prix. Nettement moins long que son voisin de l’Eiffel puisque limité à 6,789 km, la piste fait la part belle aux gros moteurs et aux vitesses de pointe déraisonnables. Deuxième des qualifications, Jochen Rindt y signe le sixième et dernier succès de sa carrière avant de périr un mois plus tard lors des essais du Grand Prix d’Italie à Monza.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bien que concluante, la cohabitation entre Hockenheim et la F1 ne se poursuit pas l’année suivante, le circus préférant retrouver le mythique Ring dont les travaux de modernisation ont enfin abouti. Toutefois, le terrible accident de Niki Lauda en 1976 et l’anachronisme du géant de l’Eifel ramènent la F1 à Hockenheim en 1977. Mais douze ans après le drame Clark, le circuit est de nouveau endeuillé en 1980. Alors qu’il effectue des essais avec son équipe Alfa Romeo en préparation du Grand Prix d’Allemagne, le Français Patrick Depailler est victime d’un ennui mécanique (sans doute une rupture de l’une de ses jupes latérales) dans la très véloce Ostkurve. Lancé à plus de 280 km/h, le natif de Clermont-Ferrand perd le contrôle de sa monoplace et s’en va mortellement percuter le rail de sécurité.

Victime de Tilke

Conscient de la dangerosité de la courbe en cas de sortie de piste, les propriétaires du tracé créent, en 1982, une troisième chicane dans l’Ostkurve, amputant Hockenheim de son virage juge de paix. Bien que désormais plus sûr, le tracé allemand va de nouveau être le théâtre d’un terrible accident lors des essais libres de l’édition 1982. Véritablement noyé sous la pluie, le circuit n’offre qu’une visibilité infime aux pilotes. Lancé à pleine vitesse dans un tour rapide et aveuglé par les fortes projections d’eau, Didier Pironi n’aperçoit pas la Renault au ralenti de son compatriote Alain Prost, lui-même dépassé par la Williams de Derek Daly. Le choc est inévitable. La Ferrari du Français s’envole dans les airs avant de lourdement s’écraser dans les rails de sécurité. Sévèrement touché aux membres inférieurs, Pironi risque l’amputation, mais verra ses jambes sauvées après une opération de plus de six heures.

Vainqueur d’une course dans laquelle Nelson Piquet assénera une ubuesque série de coups de poing à Eliseo Salazar, Patrick Tambay signe le lendemain sa première victoire en F1, redonnant au passage du baume au cœur à une Scuderia meurtrie par la mort récente de Gilles Villeneuve. Absent du calendrier en 1985 au profit du nouveau Nürburgring, le tracé germanique revient en 1986 et sacre Piquet dans une course marquée par de nombreux abandons dont celui d’Alain Prost, tombé en panne d’essence à quelques encablures de l’arrivée. Après deux modifications de la chicane Ostkurve en 1990 et 1992, ainsi qu’une légère retouche des deux premières chicanes en 1994, le circuit d’une longueur de 6,823 km gardera son dessin inchangé jusqu’à sa transformation totale en 2002. Entre temps, Jos Verstappen survit à un incendie effrayant durant son arrêt au stand lors de l’édition 1994, le pilote hollandais n’étant que légèrement brulé au visage.

Terriblement rapide et dangereux, le circuit germanique aura livré des courses d’anthologie comme en témoigne la première victoire de Rubens Barrichello en 2000. Mais après 25 ans d’idylle, le grand Hockenheim doit à son tour s’effacer de l’échiquier de la F1 afin de laisser place à un tracé plus 'politiquement correct'. La dégradation progressive des longues lignes droites, le problème inhérent de sécurité dans la forêt (l’irruption d’un spectateur sur la piste en 2000) et la faible visibilité des monoplaces pour les spectateurs contraignent la Formule 1 à délaisser la version longue du tracé après le Grand Prix de 2001. Totalement redessiné par Hermann Tilke, Hockenheim n’est plus aujourd’hui qu’un banal circuit sans saveur et sans âme, loin du splendide temple de la vitesse qu’il fut autrefois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum