PHIL HILL:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PHIL HILL:

Message par Guylaine le Mar 11 Mar - 19:41:11

Phil Hill

Philip Toll Hill Jr, né le 20 avril 1927 à Miami.

Biographie

Phil Hill au volant d'une Ferrari de Formule 1.Très jeune, il déménage avec sa famille à Santa Monica, en Californie, où son père occupe les fonctions de maître des postes. Il est encore domicilié dans cette ville. Il devient mécanicien et son employeur l'envoie au Royaume-Uni pour qu'il se spécialise dans les carburateurs SU et suive des stages de perfectionnement chez Jaguar et Rolls-Royce. Hill revient aux États-Unis avec une Jaguar XK120 au volant de laquelle il remporte sa première course, à Pebble Beach. Troquant ses compétences de mécanicien pour un volant de course, il participe aux redoutables Carrera Panamericana, aux 1000 km de Buenos Aires et aux 12 heures de Sebring, où il termine deuxième en 1955 au volant d'une Ferrari 750 Monza, copilotée par Carroll Shelby.

Aux 24 heures du Mans de cette année là il assiste de sa Ferrari au terrible accident de Pierre Levegh. Il envisage de renoncer mais est convaincu de courir les 1000 km d'Argentine avec le Belge Olivier Gendebien. Ils se classent deuxième et Hill déménage à Modène où il devient pilote d'écurie. Viennent ensuite une série d'épreuves culminant avec la participation de Phil Hill aux 24 heures du Mans de 1958 au volant de la 250 Testa Rossa, qu'il partage avec Olivier Gendebien. La même année il est quatrième de la Targa Florio en Sicile.

Trois ans plus tard, en 1961, à la veille de la dernière course de la saison à Monza, Phil Hill et l'Allemand Wolfgang von Trips sont en tête du Championnat du monde de Formule 1. Ce dernier entre en collision avec la Lotus de Jim Clark, entraînant la mort de l'Allemand et de 14 malheureux spectateurs. Assommé par la douleur, Hill remporte quand même le championnat.

En 1962, Hill quitte Ferrari pour se joindre à la nouvelle équipe ATS, dirigée par Carlo Chiti, ex-ingénieur en chef de Ferrari, ce qui se révèlera négatif pour son palmarès. Parmi ses dernières victoires, mentionnons les 1000 km du Nürburgring en 1966 alors qu'il était au volant de la révolutionnaire Chaparral 2D, une création du génial Jim Hall. Le 30 juillet 1967, Phil Hill court pour la dernière fois à l'occasion du "BOAC 500" à Brands Hatch, au Royaume-Uni. Sa Chaparral 2F est première au classement général.

Il est l'un des rares grand pilote de cette époque meurtrière à avoir terminé sa carrière «sans une seule égratignure».

Il est le fondateur et propriétaire du prestigieux atelier de restauration Hill & Vaughn.

Son fils Derek participa à la Formule 3000 en 2003.


Principales victoires
24 heures du Mans (3) : 1958, 1961, 1962
12 Hours de Sebring (3) : 1958, 1959, 1961
Argentine 1000 Km (2) : 1958, 1960
Nurburgring 1000 km (2) : 1962, 1966
F1 Grand Prix d'Italie (2) : 1960, 1961
F1 Grand Prix de Belgique (1) : 1961

SOURCE:WIKIPEDIA




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20382
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: PHIL HILL:

Message par Guylaine le Mar 6 Jan - 4:24:41

World Championships 1
Grand Prix Starts 49
Grand Prix Wins 3
Pole Positions 6
Nationality American
History
The first American to become World Champion had a love/hate relationship with the sport. Profoundly intelligent and deeply sensitive, he was also remarkably candid about personal demons that caused inner turmoil and made his racing life a bittersweet experience. He was always fearful and throughout his career he struggled to find a balance between the perils and pleasures of his profession. Yet driving became a way of expressing himself and racing took him on a journey to places he never expected to go.

Philip Toll Hill, Jr was born into a prominent family in Miami, Florida, on April 20, 1927. Not particularly close to his parents, he became an introverted child with an inferiority complex and few friends. Not good at sports, he feared failure and ridicule and was consumed by feelings of inadequacy. Music became an outlet and he learned to play the piano, then became fascinated by cars. When he was 12 his favourite aunt bought him a Model T Ford, which he took apart many times to understand how it worked, and his aunt's chauffeur taught him how to drive. His burgeoning automotive skills gave him increasing self-confidence, though he still felt aimless and socially awkward.

Bored after two years of business administration studies at the University of California he dropped out to become a mechanic's helper in a Los Angeles garage, whose proprietor was an amateur racer. In 1947 Phil acquired an MG-TC two-seater, which he modified himself and began racing. In 1951, after both his parents died and left him money, he bought a 2.6-litre Ferrari and raced it with increasing success. Though he was a regular winner he was still so full of self-doubt that he always credited the car. His constant worry about the dangers of racing led to stomach ulcers so severe that he had to stop racing for ten months. With the help of heavy doses of tranquilisers he resumed racing and winning in a succession of Ferraris entered by wealthy owners, and by the mid 1950s he had become America's best sportscar racer.

In 1955 he was invited to join Ferrari's endurance racing roster at Le Mans, where the death of over 80 people in motorsport's worst disaster was deeply troubling for the sensitive Californian. He would eventually win Le Mans three times (all with Olivier Gendebien) but despite his speed in sportscars Hill's goal of Formula One racing was slow to come because Enzo Ferrari thought him temperamentally unsuited for single seaters. In 1958, after both Luigi Musso and Peter Collins were killed, Hill was promoted to Ferrari's Formula One team where he helped Mike Hawthorn to win the 1958 drivers’ title. Two years later Hill won his first Formula One championship race, the Italian Grand Prix at Monza.

As a Formula One driver Hill left his inferiority complex behind, but his tendency for deep introspection continued to cause him inner turmoil. Racing had become a means of self-expression but he wasn't sure he liked what he saw. "Racing brings out the worst in me," he said. "Without it, I don't know what kind of person I might have become. But I'm not sure I like the person I am now. Racing makes me selfish, irritable, defensive. If I could get out of this sport with any ego left I would."

He also worried about getting out alive - "I became hypersensitive to the danger and wasn't sure that I wasn't going to kill myself." - and was especially nervous and apprehensive before a race. On the starting grid he paced to and fro, endlessly polishing his goggles, chain-smoking cigarettes or feverishly chewing a wad of gum.

At the start he immediately relaxed and began racing with notable composure. He was a careful driver, mechanically sympathetic and easy on his cars, in which, given his admitted phobias, he was remarkably courageous. Indeed, he drove best on the worst circuits, particularly distinguishing himself at Spa and the Nurburgring, and in the worst conditions. "I always felt secure in the rain," he said, "even as a little boy looking out the window."

Though at ease speaking publicly about his insecurities, he remained a loner in Europe. He stayed near the Ferrari factory in a hotel, where he played records of his favourite composers Beethoven and Vivaldi. He learned to speak competent Italian and became an opera buff, attending performances at La Scala in Milan. He was careful about his diet and kept fit by cycling and hiking, often on exploration trips to ancient monuments and ruined castles. In the off-season when he returned to California he busied himself restoring vintage automobiles and antique player pianos. Yet these distractions did not lay his mind at rest. "The strain of inactivity was worse than the strain of driving," he said. "I was compelled to race again."

In 1961, when the new 1.5-litre formula began, the V6 'sharknose' Ferrari 156s were the cars to beat and by the end of the season the championship had boiled down to a battle between Hill and his aristocratic German team mate Count Wolfgang von Trips. Their title showdown took place in an ill-fated Italian Grand Prix at Monza. On the second lap the von Trips Ferrari touched wheels with the Lotus of Jim Clark and cartwheeled into the crowd, killing von Trips and 14 spectators. Hill won the race, and the Championship by a single point over his dead team mate. But there was no joy for the sad victor, who was a pallbearer at von Trips' funeral. Hill: "I never in my life experienced anything so profoundly mournful."

Thereafter Hill's Formula One career went progressively downhill. After another season at Ferrari he moved to ATS, then Cooper, before retiring from single seaters in 1964. He continued racing sportscars for a while, then retired to California, where his car restoration hobby became a lucrative business and Hill happily settled into a life of quiet domesticity. In 1971 he married his long-time girlfriend Alma and began raising a new family. And the first American champion had no regrets.

"In retrospect it was worth it," Phil Hill said. "I had a very exciting life and learned an awful lot about myself and others that I might never have learned. Racing sort of forced a confrontation with reality. Lots of people spend their lives in a state that is never really destined to go anywhere."

Struck down by Parkinson's disease later in life, Hill died from complications relating to the condition in 2008, aged 81.

Text - Gerald Donaldson
Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20382
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: PHIL HILL:

Message par Guylaine le Lun 9 Fév - 8:34:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20382
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: PHIL HILL:

Message par dom465 le Dim 13 Jan - 12:25:34

Phil Hill, l'exception américaine

La Formule 1 est de retour aux Etats-Unis cette semaine, pour la première fois depuis 2007. C'est l'occasion de se plonger dans le passé et plus précisément dans celui de Phil Hill, seul pilote né aux Etats-Unis à avoir remporté un championnat du monde de Formule 1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
© Robert Riger / Getty Images - Phil Hill, le seul pilote né aux Etats-Unis à avoir remporté le titre pilotes en Formule 1

Si la Formule 1 a accueilli de nombreux pilotes américains, peu ont réussi à s'imposer en dehors des 500 miles d'Indianapolis, lorsque l'épreuve faisait partie du calendrier du championnat du monde de Formule 1. En effet, seulement 5 pilotes américains sont parvenus à s'imposer en F1 ailleurs que sur le sol américain : Richie Ginther (1 victoire au Mexique en 1965), Peter Revson (2 victoires en Grande-Bretagne et au Canada en 1973), Phil Hill (3 victoires), Dan Gurney (4 victoires) et Mario Andretti (11 victoires hors des Etats-Unis et 12 au total).

Parmi les trois derniers cités, Dan Gurney est connu pour être l'un des trois pilotes, avec Bruce McLaren et Jack Brabham, à avoir réussi l'exploit de remporter un Grand Prix de Formule 1 à bord d'une monoplace de sa conception - c'était lors du Grand Prix de Belgique 1967 au volant d'une Eagle MK1 pour l'écurie Anglo American Racers. Phil Hill et Mario Andretti sont quant à eux connus pour être les deux seuls américains à avoir remporté un championnat du monde de Formule 1, en 1961 pour Hill et en 1978 pour Andretti.

Mais un détail sépare les deux hommes, Hill est né aux Etats-Unis alors qu'Andretti est né en Italie et il n'a été naturalisé Américain qu'à partir de 1964. Phil Hill est donc le seul pilote né aux Etats-Unis à avoir remporté un championnat du monde de Formule 1.

Le natif de Miami, en Floride, a débuté dans le sport automobile assez jeune, il a également été mécanicien. Il a effectué ses débuts en Formule 1 lors du Grand Prix de France 1958 disputé à Reims à bord d'une Maserati. La même année, il participera également à trois Grands Prix pour la Scuderia Ferrari, signant deux podiums en Italie et au Maroc. Mais sa plus grande réussite cette année-là sera sa victoire aux 24 Heures du Mans, aux côtés du Belge Olivier Gendebien au volant d'une Ferrari 250. Les deux hommes récidiveront en 1961 et en 1962 respectivement au volant d'une Ferrari 250 et d'une Ferrari 330.

Après une première saison terminée à la 10ème place du championnat, en 1959 Hill débute une saison complète pour la Scuderia Ferrari en Formule 1. Il termine sa première saison avec les rouges à la 4ème place du championnat fort de trois podiums.

En 1960, le partenariat Hill-Ferrari se poursuit et le pilote américain décroche sa première victoire en Formule 1 à l'occasion du Grand Prix d'Italie. L'année suivante, en 1961, Hill est à la lutte pour le championnat avec son coéquipier Wolfgang von Trips à deux Grands Prix de la fin de la saison. Lors du Grand Prix d'Italie 1961, le pilote allemand percute la monoplace de Jim Clark. Dans l'accident, Wolfgang von Trips perd la vie ainsi que 14 spectateurs. Hill remporte quant à lui la course, ce qui lui assure le titre, même si l'écurie Ferrari décide de ne pas prendre part à la dernière manche de la saison aux Etats-Unis à Watkins Glen.

Hill a été marqué par l'accident de son coéquipier et avant le début de la saison suivante, en 1962, il confiait : « Je n'ai plus autant besoin de courir, de gagner. Je n'ai plus autant faim. Je n'ai plus envie de risquer de me tuer. » A la fin de cette saison 1962, Hill quitta la Scuderia Ferrari pour s'engager avec l'équipe Automobili Turismo e Sport (ATS) créée par d'anciens ingénieurs de Ferrari. Il ne marquera aucun point.

En 1964, Hill rejoint l'écurie Cooper mais il ne parvient à terminer dans les points qu'à une seule reprise, en Grande-Bretagne. Fin 1964, Phil Hill décide de se retirer du monde des monoplaces, même s'il participera au Grand Prix d'Italie 1966 au volant d'une Eagle MK1 de l'écurie Anglo American Racers, fondée par son compatriote Dan Gurney. Hill ne participera pas à la course faute d'avoir réussi à se qualifier.

Phil Hill, qui est décédé le 20 Août 2008 suite à des complications liées à la maladie de Parkinson, est donc resté dans les annales comme le premier champion du monde américain de Formule 1 et le seul pilote né aux Etats-Unis à avoir inscrit son nom au palmarès de la Formule 1.

Il y a fort à parier que d'autres pilotes, Alexander Rossi - actuel pilote d'essais de l'écurie Caterham F1 - et Conor Daly - pilote GP3 en 2012 - en tête, tenteront un jour de le rejoindre.

Il est à noter également que la carrière du pilote américain, et plus précisément sa lutte avec Wolfgang von Trips, a fait l'objet d'un livre intitulé The Limit : Life and Death on the 1961 Grand Prix Circuit, écrit par Michael Cannell, qui pourrait faire d'une adaptation cinématographique prochainement.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: PHIL HILL:

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum