Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (1/4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (1/4)

Message par Modena49 le Lun 21 Jan - 11:19:06

][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



A l’occasion de la quarantième édition du Grand Prix du Brésil, ToileF1 vous propose de revisiter ce grand classique à travers les victoires à domicile des pilotes Brésiliens. Aujourd’hui, retour sur les deux succès d’Emerson Fittipaldi.

Après une première édition hors championnat en 1972 remportée par Carlos Reutemann, le Grand Prix du Brésil fait son apparition définitive au calendrier en 1973, sur la version longue du circuit d’Interlagos. Cette année-là, il fait suite au Grand Prix d’Argentine, remporté deux semaines plus tôt par le Champion du Monde en titre, Emerson Fittipaldi. C’est donc avec confiance et ambition que le Brésilien aborde son Grand Prix national, qu’il aura évidemment à cœur de remporter.

Lors des qualifications, le pilote Lotus-Ford rate la pole de peu, au profit de son coéquipier et futur rival Ronnie Peterson. Parmi les autres Brésiliens, José Carlos Pace est sixième en embuscade, alors que Wilson Fittipaldi, le frère aîné d’Emerson, partira onzième.

Dès le départ, Fittipaldi prend la tête, profitant de l’envol raté de Peterson, lequel jettera l’éponge cinq tours plus tard à cause d’une roue cassée. La foule auriverde est alors en liesse, puisque c’est Pace et sa Surtees-Ford qui est second. Mais ce dernier est lui aussi contraint à l’abandon, la faute à un bris de suspension. Jackie Stewart, déjà remonté de la huitième place, mène alors la chasse derrière Fittipaldi, en vain. Le Brésilien remporte le Grand Prix sous les yeux d’un public totalement acquis à sa cause.

L’année suivante, Fittipaldi veut se rappeler aux bons souvenirs à Interlagos, et ainsi lancer sa reconquête du titre qu’il avait laissé échapper à Stewart en 1973. Au volant de sa McLaren-Ford M23, il s’y emploie dès les qualifications en raflant la pole à Reutemann.

Le départ est d’abord reporté en raison du verre lancé sur le circuit par des supporters sans doute plus attirés dans les gradins par le tintement des canettes que par le hurlement des V8 Ford-Cosworth DFV. Une fois la piste balayée, la mise en route est délicate pour Fittipaldi, puisqu’il est débordé par Reutemann et Peterson. En difficulté avec ses gommes, l’Argentin cède rapidement le commandement au Suédois, avant que ce dernier ne crève au seizième tour, sans doute sur des débris de verre restés sur la trajectoire. De nouveau premier, Fittipaldi suit son chemin sur une piste de plus en plus détrempée, jusqu’à la trente-et-unième boucle où la direction de course sort le drapeau rouge, les conditions étant trop dangereuses. Le Grand Prix ne reprendra jamais, et le Champion du Monde 1972 et 1974 décroche ainsi son second succès consécutif à domicile.

Entre 1970 et 1980, Emerson Fittipladi a signé 14 victoires et 35 podiums en 144 Grands Prix. Il a aussi piloté pour l’écurie dont il était propriétaire de 1976 à 1980, sans réel succès.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
crit le lundi 19 novembre 2012 à 17:30, par Benjamin Posty


Dernière édition par Modena49 le Lun 21 Jan - 11:57:48, édité 1 fois



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (2/5)

Message par Modena49 le Lun 21 Jan - 11:21:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Après le récit des deux victoires d’Emerson Fittipaldi à Interlagos en 1973 et 1974, ToileF1 vous emmène aujourd’hui un an après, toujours sur le même circuit, pour vous faire revivre la victoire de José Carlos Pace.

Comme en 1973, Fittipaldi arrive à Sao Paulo en 1975 dans la peau du grand favori. En effet, il est devenu double Champion du Monde quelques mois plus tôt à Watkins Glen, et il s’est à nouveau imposé en lever de rideau de la saison, en Argentine. Mais lors des qualifications, il doit se satisfaire du deuxième temps, puisque Jean-Pierre Jarier décroche sa seconde pole position de la saison au volant de sa Shadow-Ford DN5, battant par la même occasion le record du tour du circuit. Séparé du duo de tête par Carlos Reutemann, Niki Lauda et Clay Regazzoni, Pace se contente quant à lui de la sixième position sur la grille.

Au drapeau vert, alors que Fittipaldi se rate et dégringole à la septième place, Pace et sa Brabham BT44B s’élancent parfaitement et se retrouvent troisième à la fin de la première boucle, derrière son coéquipier Reutemann qui s’est lui défait de Jarier. Cependant, l’Argentin ne tarde pas à chuter au classement, cédant ainsi la tête au Français. Ce dernier semble alors se diriger vers sa première victoire en Grand Prix, mais un ennui d’alimentation à huit tours du but l’en prive. Pour la troisième fois de suite, c’est donc un Brésilien qui s’impose à domicile, en la personne de José Carlos Pace. Le podium est complété par son compatriote Fittipaldi et sa McLaren, auteur d’une belle remontée, suivi de l’autre pilote de Woking, l’allemand Jochen Mass.

Notons que ce Grand Prix du Brésil est le dernier de la longue carrière de Graham Hill débutée à Monaco en 1958. Le Britannique, alors âgé de quarante-six ans, et après deux titres mondiaux en 1962 et 1968, se classe douzième avec sa modeste Lola-Ford T370.

Cette brillante victoire de Pace sera la seule de sa courte carrière. Il est en outre monté à cinq autres reprises sur le podium et a pris part à soixante-douze Grands Prix, dont plus de la moitié pour le compte de Brabham. Malheureusement il perdra la vie le 18 mars 1977, dans un accident d’avion sur les hauteurs de Sao Paulo, la ville qui l’avait auparavant vu naître puis vaincre. Pour lui rendre l’hommage qu’il mérite, il fut décidé en 1985 de donner au circuit d’Interlagos le nom d’Autodromo José Carlos Pace.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Ecrit le mardi 20 novembre 2012 à 12:30, par Benjamin Posty



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (3/5)

Message par Modena49 le Lun 21 Jan - 11:25:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Aujourd’hui, ToileF1 met les voiles sur le tracé de Jacarepagua, à Rio de Janeiro, pour vous conter les victoires de Nelson Piquet, premier triple Champion du Monde brésilien de l’Histoire de la Formule 1.

Après une saison 1982 pour le moins décevante, Piquet tient à retrouver le niveau qui lui avait permis de devenir Champion du Monde en 1981. En ce 13 mars 1983, Le Grand Prix du Brésil marque le début de la saison. La veille, le Brésilien et sa Brabham-BMW BT52 n’ont obtenu que la quatrième place des qualifications, remportées par le champion en titre Keke Rosberg, sur Williams-Ford. Entre ces deux hommes, on retrouve la Renault d’Alain Prost et la Ferrari de Patrick Tambay.

Dès les premiers mètres, Piquet profite du mauvais départ de Tambay pour se placer à la troisième place, avant de déborder Prost dans le deuxième tour. Second derrière Rosberg, il met alors la pression sur le Finlandais qui craque au sixième tour et le laisse filer. Alors que la bataille pour la seconde place fait rage entre Prost, Rosberg, Lauda et Watson, ce dernier devant jeter l’éponge après la casse moteur de sa McLaren-Ford au trente-quatrième tour, Piquet remporte facilement son Grand Prix national. Lauda se classe finalement troisième à près d’une minute tandis que Rosberg, un temps second, est finalement disqualifié pour avoir eu recours à l’aide de ses mécaniciens en repartant de son stand.

En 1986, alors qu’il pilotait pour Brabham depuis le mois d’octobre 1978, Piquet signe chez Williams. L’attrait du performant moteur Honda, mais aussi le salaire mirobolant et les primes promis par Frank Williams l’on convaincu de franchir le pas. L’ouverture de la saison, toujours sur le même circuit, sera donc pour le Brésilien l’occasion de montrer à tous les observateurs qu’il a fait le bon choix. Dominé par son compatriote et futur rival Ayrton Senna qui signe la pole au volant de sa Lotus-Renault, Piquet décroche une prometteuse deuxième place lors des qualifications.

Le lendemain, Senna conserve son avantage au départ, mais au troisième tour, Piquet parvient à s’en débarrasser. Le reste de la course est un duel à distance entre les deux Brésiliens, avec Prost comme arbitre de luxe. Mais le Français se retire au trentième tour, le moteur TAG-Porsche de sa McLaren l’ayant trahi. C’est finalement Piquet qui passe sous le drapeau à damier en premier, suivi de Senna. Jacques Laffite et sa Ligier-Renault complètent le podium.

Sur 204 Grands Prix courus de 1978 à 1991, Nelson Piquet en a remporté 23 et est monté sur le podium à 60 reprises. Il est l’un des pilotes les plus titrés de l’Histoire de la Formule 1 grâce à ses trois couronnes mondiales décrochés en 1981, 1983 et 1987. En 1988, sa ville natale lui rendit hommage en donnant son nom au circuit de Jacarepagua.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Ecrit le mercredi 21 novembre 2012 à 09:30, par Benjamin Posty



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (4/5)

Message par Modena49 le Lun 21 Jan - 11:28:34

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pour le dernier volet de cette série consacrée aux pilotes brésiliens victorieux à domicile, ToileF1 vous propose de revenir sur les deux victoires fortes en émotions de Felipe Massa.

Après des débuts prometteurs chez Sauber, Massa rejoint Ferrari en 2006. Victorieux pour la première fois de sa carrière en Turquie quelques mois auparavant, le jeune Brésilien signe la pole position de son Grand Prix national, et se prend alors à rêver d’un succès devant ses supporters. L’attente du public est forte puisque cela fait treize ans qu’un Brésilien ne s’est plus imposé à Sao Paolo, depuis Ayrton Senna en 1993.

A l’extinction des feux, Massa reste en tête devant la McLaren-Mercedes de Räikkönnen et la Toyota de Jarno Trulli. Au huitième tour, Michael Schumacher, le coéquipier de Massa en lutte avec le pilote Renault Fernando Alonso pour le titre, crève suite à un contact avec Giancarlo Fisichella, et se retrouve dernier. Devant, Alonso profite de l’abandon de Trulli pour revenir troisième, alors qu’il n’a besoin que d’un seul point pour s’assurer d’un second titre. C’est alors que commence la spectaculaire remontée de Schumacher, qui en enchaînant les meilleurs temps remonte jusqu’au quatrième rang. Même s’il rate le titre, le Kaiser aura fait une grande démonstration de son talent pour ses adieux à la Scuderia. Massa quant à lui remporte facilement son premier Grand Prix du Brésil, devant Alonso, désormais double Champion du Monde, et Jenson Button, lui aussi auteur d’une solide course.

En 2008, même s’il est à nouveau en pole, le contexte est tout autre pour le sympathique Brésilien. En lutte pour le championnat avec le protégé de chez McLaren Lewis Hamilton, Massa doit l’emporter et compter sur une sixième place de son rival pour être sacré. Hamilton ne part que quatrième, et l’espoir est donc permis pour Massa, d’autant plus qu’une averse survenue avant le départ pourrait l’aider dans sa quête.

Au départ, Massa mène sur une piste humide devant Trulli, Räikkönnen, son coéquipier chez Ferrari, et Hamilton. Dans folle ambiance, la coqueluche des Brésiliens fait la course en tête tandis que le jeu des arrêts aux stands place Alonso second et Räikkönnen troisième. Au soixante-troisième tour, la pluie refait son apparition, et alors que la plupart des protagonistes chaussent les pneus pluie, le pilote Toyota Timo Glock décide de conserver ses slicks. Ce pari le fait passer en quatrième position, devant Hamilton, qui ne doit plus rétrograder pour conserver la tête du championnat. Mais à la fin de la soixante-huitième boucle, le jeune Sebastian Vettel, qui profite de pneus à bonne température et donc d’une meilleure motricité, dépossède Hamilton de sa si précieuse cinquième place. Massa l’emporte haut la main, et ses proches le pensent d’abord Champion, mais dans le même temps, le garage McLaren exulte : Hamilton a réussi à dépasser Glock en perdition avec ses gommes inadaptées dans le dernier virage. Le pauvre Massa fond en larmes sur le podium, mais ce jour-là, il est définitivement entré dans le cœur des Brésiliens.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Ecrit le jeudi 22 novembre 2012 à 10:30, par Benjamin Posty



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (1/4)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum