Les exploits d’Ayrton Senna

Aller en bas

Les exploits d’Ayrton Senna

Message par Modena49 le Jeu 17 Jan - 11:55:35

Senna ... Cinq lettres magiques ... Un nom de famille dont l’évocation rappelle à tous qu’il fut un pilote capable de renverser des montagnes. Immense pilote, virtuose de la pluie et des dépassements, Ayrton fut inoubliable en de multiples circonstances. Retour sur ses plus beaux triomphes en F1, de 1985 à 1993.


-Estoril 1985 (1re victoire): le jour de sa première pole, Senna est récompensé par les dieux de la météo ... les vannes célestes s’abattent sur Estoril. Le circuit portugais est inondé. Senna fait preuve de sa maîtrise inégalable du pilotage sur piste humide, et creuse vite un écart abyssal sur la concurrence. Preuve de la difficulté de ce Grand Prix, Alain Prost part en aquaplaning en pleine ligne droite, tentant de dépasser Elio de Angelis, le coéquipier de Senna. L’Italien ne termine que cinquième loin derrière le surdoué de Sao Paulo, qu’Alboreto (Ferrari)et Tambay (Renault)accompagnent sur le podium.

-Jerez 1986 (3e victoire): Senna devance Mansell dans un sprint final d’anthologie. Mansell jette toutes ses force dans la bataille. Usant de pneus neufs pour les ultimes tours de ce Grand Prix d’Espagne, le pilote anglais tire la quintessence de sa Williams Honda. Senna, lui, économise des pneus agonisants sur le circuit andalou ... ils finiront en charpie, conséquence d’une joute de haute volée avec Nigel Mansell dans le dernier tour de course ... il faudra attendre la photo finish pour départager les deux gladiateurs ... quatorze millièmes séparent le vainqueur, Senna, du vaincu, Mansell. Victoire superbe qui donne au leader de Lotus Renault le commandement du championnat du monde de F1, pour la première fois de sa jeune carrière.

-Silverstone 1988 (10e victoire): alors que Prost use un joker au championnat, se permettant de jeter l’éponge, Senna profite de la pluie anglaise pour réaliser un festival de pilotage. Le bon départ de Berger n’est qu’un feu de paille. L’Autrichien de Ferrari finira neuvième, privé d’essence. Senna réalise un festival de pilotage malgré l’adhérence réduite sur l’ancien aérodrome, loin devant Nigel Mansell, son dauphin du jour. Et il prouve par son panache qu’il est un candidat plus que crédible dans la lutte pour la couronne mondiale, alors que Prost était encore le favori.

-Suzuka 1988 (14e victoire): Senna a décroché la pole au pays des samouraïs, devant Prost. Mais l’archange cale au départ, se retrouvant quatorzième. La vélocité de sa McLaren Honda et son talent unique pour le dépassement lui permettent de terminer le premier en neuvième place. Devant, Prost s’échappe. Mais Senna avale petit à petit tous les pilotes intercalés, Boutsen, Patrese, Berger ou Capelli. Alors que la pluie tombe sur Suzuka, Senna revient sur Prost et profite d’une triple aspiration lorsque le Français est bloqué par De Cesaris et Gugelmin, en lutte en queue de peloton. L’occasion est trop belle, Ayrton ne la laisse pas passer et reprend la première place ... courant vers son premier titre mondial.

-Hockenheim 1989 (18e victoire): Senna gagne un terrible bras de fer contre Prost. Une bataille de millièmes pour les deux titans de la F1 ... Le panache de Senna contre la science de la course de Prost. Ces deux immenses pilotes sont les duettistes de la F1. Brouillés depuis Imola, les coéquipiers de McLaren Honda s’affrontent pour le quarantième championnat du monde de l’Histoire, une sorte de quarantième rugissant, tellement l’intensité du duel est féroce. Le Français mène face au Brésilien. Chacun des deux pilotes connaît un ravitaillement raté mais Prost conserve l’avantage, Senna gravitant derrière lui à un écart moyen de 3 secondes, parfois plus, parfois moins, jusqu’à ce que la boîte de vitesses du Françaiscède dans les dernières boucles... le public du Stadium voit alors Ayrton Senna reprendre les rênes de cette course infernale, et le champion du monde Brésilien triomphe dans l’autodrome allemand, après plus de deux mois de disette.

-Spa Francorchamps 1989 (19e victoire): la pole position acquise par Senna sur le circuit spadois est un avantage conséquent car la pluie détériore la visibilité de ses poursuivants, Prost et Mansell. Senna, en tête, peut donc entamer un cavalier seul sur le juge de paix wallon. Prost s’accroche aux rétroviseurs de Senna mais l’archange brésilien est bien trop fort sous la pluie, comme Clark ou Ickx jadis. Senna gagne pour la deuxième année consécutive sur le tracé belge, et maintient le suspense au championnat, face à un AlainProst très solide,que certains qualifient à tort d’épicier. Mansell complète un podium de prestige, les trois premiers se tenant en deux secondes à l’arrivée de cette course dantesque, qui rappelle les luttes colossales des années 30, sur les machines rétives des Nuvolari, Rosemeyer et autres colossales.

-Phoenix 1990 (21e victoire): en ce 11 mars 1990, Senna est troublé. Il n’a récupéré sa superlicence que le 16 février, après avoir faxé à Jean-Marie Balestre des excuses publiques, après l’affaire de Suzuka qui impliquait aussi Prost, son ex coéquipier chez McLaren. Son nouvel équipier, l’Autrichien Berger, part en pole sur le circuit urbain de l’Arizona. Jean Alesi, opportuniste avec sa Tyrrell Honda, prend vite les commandes d’une course que Senna va pourtant faire sienne. Parti seulement cinquième sur la grille, le Brésilien dépasse le Provençal qui ne se laisse pas impressionner, reprenant son bien au virage suivant. La seconde tentative est la bonne pour Senna, qui par cette victoire au goût de revanche s’annonce aussi comme le favori pour le titre de champion du monde 1990.

-Interlagos 1991 (28e victoire): parti en pole devant son public, le roi Ayrton est vite débarrassé de Nigel Mansell, chasseur sur sa Williams Renault. Senna se construit alors une solide avance de plus de quarante secondes sur Riccardo Patrese, l’autre pilote Williams. Mais Senna seretrouve vite aux prises avecdeux énormes problèmes.Primo, son harnais de sécurité est trop serré. La douleur estatroce mais Ayrton se fait violence pour arracher sa première victoire à domicile, pour son huitième Grand Prix du Brésil... Lesingénieurs de McLaren l’entendent hurler à la radio. Secundo, privé de sa quatrième et de sa cinquième vitesse, son rythme descend etvoilà son avance qui fond comme au neige au soleil. Patrese se rapproche dangereusement et menace désormais le succès de Senna, qui refuse viscéralement d’abdiquer... Le public voyant les premières gouttes de pluie, scande "A chuva, a chuva". La pluie providentielle sauve Senna, qui possédant quatre secondes d’écart à deux tours du but, en conserve trois sur Patrese. Héroïque, Senna ne peut retenir son émotion à l’arrivée.Le champion brésilien est allé au bout de lui même pour offrir cette victoire à ses fans, sur l’autel du courage et du panache.

-Monaco 1991 (30e victoire): la plus belle des ses six victoires en Principauté. L’homme au casque jaune, au delà de sa virtuosité pour piloter à la limite entre les rails du dédalemonégasques, prouve qu’il sait gérer un paramètre clé pour viser la victoire sur le Rocher: le trafic. Le dépassement des retardataires est géré à merveille par Senna, dont l’avance sur Stefano Modena (Tyrrell Honda) augmente alors très vite ...

-Donington Park 1993 (38e victoire): seulement quatrième sur la grille, Ayrton est devancé par les inévitables Williams Renault de Prost et Hill, mais aussi par la Benetton Ford de Michael Schumacher. Optimisant les réglages de sa McLaren pour un temps pluvieux, le Brésilien espère réussir un départ canon et creuser un écart conséquent sur les Williams avant que la piste ne sèche. Prostré sousson casque jaune, sur la grille, Ayrton répète mentalement sa course, notamment son premier tour, capital.Devancé par Wendlinger au départ, Senna se retrouve cinquième. Son pari semble perdu mais il va jouer son va-tout avec brio. Avec la puissance de la foudre et un élan fulgurant, il se joue de Schumacher avec férocité, puis règle son compte à Karl Wendlinger, sans autre forme de procès. Le jeuneAutrichien n’ose pasriposter et ne défend que timidement sa position face à celui qui règne depuis tant d’années sur la jungle des pilotes ...Le tigre Senna fond sur sa troisième proie, Damon Hill, en étant plus rapide que le Londonien, pourtant situé sur la trajectoire idéale. Même Alain Prost se fait piéger et Senna vire en tête à l’ultime épingle, bouclant ce premier tour d’anthologie devant le reste de la meute. La suite du Grand Prix, couru sous une météo apocalyptique, prouvera que sous la pluie, il y a ... Senna et les autres. La preuve, tous les autres pilotes, à l’exception de Damon Hill, concèdent un tour au virtuose de Sao Paulo.

-Suzuka 1993 (40e victoire): à Estoril, Senna a vécu un week-end mitigé. Mauvaise nouvelle, son jeune coéquipier finlandais Mika Hakkinen, remplaçant au pied levé Michael Andretti, a réussi l’exploit de devancer le roi en qualifications. Bonne nouvelle, la retraite de Prost ouvre en grand les portes de l’écurie Williams Renault. Galvanisé par cette perspective pour 1994, vexé par la performance du pilote scandinave, Senna sort le grand jeu à Suzuka, circuit de pilotage par excellence. Même Prost, au volant de la surpruissante Williams Renault FW 15,ne tient pas la dragée haute à la McLaren. Le cas de l’autre Williams est encore plus délicat, carAyrtonSenna prend un tour à Damon Hill, en lutte avec le néophyte Eddie Irvine (Jordan). Au lieu d’interrompre son effort pour laisser le passage au leader, l’Irlandais se permet de continuer à défendre sa place, pour ne pas selaisser surprendre par Damon Hill. Au final, Senna prend un tour à Irvine mais ne supporte pas ce manque de respect de la part d’un débutant. Après la course, Ayrton rend visite à Irvine dans le stand Jordan. Eddie a la malencontreuse idée de ne pas prendre au sérieux cette conversation avec Senna. C’est mal connaître le Brésilien, perfectionniste jusqu’au bout des ongles, etqui considère cette attitude comme un crime de lèse majesté à son encontre. En effet, Senna n’éprouve de respect(professionnellement parlant) que pour un seul pilote sur la grille, Alain Prost, qu’il tient pour le seul champion capable de rivaliser avec lui.Mais en 1993, Senna a atteint la quadrature du cercle, le sommet de son art. Le gladiateur a fait corps avec son bolide, avec sa machine, ils ne font plus qu’un, Ayrton a porté son pilotage au pinacle. Cette victoire au Japon rend justice à son immense talent, bridé par la faiblesse du V8 Ford dont dispose McLaren. De plus, Ron Dennis a été piégé par Flavio Briatore, autre client du motoriste américain, et n’a pu bénéficier de l’ultime spécification du V8 qu’à partir de la onzième manche de la saison, Budapest. Bien trop tard pour retenir un champion de la trempe de Senna, dont le pain quotidien est la victoire, élevée au rang d’obsession.

Autres exploits de Senna, non ponctués par une victoire.

-Monaco 1984: treizième sur la grille à bord de sa Toleman Hart atmosphérique, Senna se joue de certains pilotes équipés de moteur turbos. La progressivité de son V8 l’aide dans le labyrinthe monégasque, inondé d’une pluie qui rend la piste traîtresse. Dépassant Niki Lauda, Senna fond sur Alain Prost, leader, quand le directeur de course, Jacky Ickx, brandit le drapeau rouge. Senna doit se contenter de la deuxième place mais ce jour là, avec Stefan Bellof, il est la grande révélation de cette course. Son idylle avec le Rocher monégasque débute. Signe de son tempérament de gagneur, Senna fait la mine des mauvais jours pour ce qui constituait son cinquième départ en F1.

-Budapest 1986: alors que le soleil darde ses rayons sur la capitale magyar, Piquet et Senna repoussent sans cesse leurs limites dans un duel d’exception. Le carioca, brillantissime, dépasse souvent Senna comme un rallyman scandinave, abusant du contre-braquage. Mais Senna, tout aussi brillant, n’abdique pas sur sa Lotus Renault. Sa deuxième place équivaut à une victoire mais c’est toutefois la Williams Honda de Piquet qui s’impose ce jour là.

-Hockenheim 1987: Senna termine troisième malgré l’étatdésastreux du cockpit de sa Lotus Honda ... le fond plat est entrouvert et sa pédale d’accélérateur touche presque le sol ... C’est un miracle que de ramener la 99T livrée or à l’arrivée, de surcroît sur le podium ...

-Suzuka 1991: encore une course digne d’un as, où Senna prouve qu’il possède tous les atouts pour régner en maître absolusur la F1. Exceptionnel en défense, fabuleux en attaque, la panoplie parfaite. Malgré la pression du titre du champion du monde, Senna piège Mansell, dont la patience n’est pas la vertu première. Au dixième tour, l’Anglais tente un dépassement et finit dans le gravier. Senna a eu raison de jouer au chat et à la souris avec Nigel, puis il revient comme un boulet de canon sur son coéquipierBerger, qui creusait l’écart et protégeait son leader d’une victoire de Mansell, impérative pour le pilote Williams. Senna double facilement le pilote autrichien, avant de lui rétrocéder la victoire sur ordre radio de Ron Dennis, qui considère que les loyaux services rendus par Berger, en 1990 comme en 1991, méritent bien ce succès au pays des samouraïs.

-Montréal 1992: cette course n’est pas à proprement parlerun exploit de Senna, mais elle montre comment raisonne un grand pilote. Et met au grand jour ce qui sépare les immenses champions, comme Schumacher ou Senna, des mortels, bien qu’excellents pilotes, comme ... Martin Brundle. Pendant le Grand Prix canadien, Senna et Brundle abandonnent au même endroit. Brundle rate une occasion de gagner enfin un Grand Prix, et Senna le console, car il sait à quel point la perte d’une victoire est frustrante. Leurs équipiers respectifs chez McLaren Hondaet Benetton Ford, Gerhard Berger et MichaelSchumacher, se disputent la première place de cette course où Nigel Mansell a également du abandonner de façon précoce. C’est alors que Senna se met à tourner autour de la B192 de Brundle, puis il communique avec le stand McLaren par radio ... pour fournir l’état des pneus de la Benetton Ford de l’Anglais, sachant que ceux de Schumacher sont sans doute dans des conditions d’usure assez proche. Une vraie mine d’or pour Gerhard Berger, qui gagnera ce jour là devant le jeune Allemand sur le circuit Gilles Villeneuve.

-Spa Francorchamps 1992: Ayrton Senna reste trop longtemps en pneus slicks alors que la pluie a inondé le toboggan ardennais. Mais même en pneus lisses, il demeure plus rapide que certains pilotes chaussés de pneus adéquats. Cette erreur tactique condamne le triple champion du monde brésilien à la treizième place. Mais la combativité et le panache de Senna ne sont plus à démontrer ... Usant de sa redoutable habileté dans des conditions d’adhérence précaires, sur un de ses circuits de prédilection (avec Monaco), Magic Senna effectue une splendide remontée dans le peloton, hissant sa McLaren Honda au cinquième rang.

-Hockenheim 1993: rapidement condamné à évoluer en queue de peloton, Senna sort le grand jeu sur l’autodrome allemand, et remonte presque tous ses rivaux, finissant à une quatrième place inespérée, qui prouve sa célérité incomparable et sa science du dépassement. Pas de doute, le pilote McLaren est capable de tous les exploits ...
par AxelBorg
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les exploits d’Ayrton Senna

Message par Senna le Mar 22 Jan - 11:12:21


Très belle rétrospective de la carrière de Magic senna.
Qui est mon choucou.
Merçi.
avatar
Senna

Messages : 4
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les exploits d’Ayrton Senna

Message par dom465 le Mar 22 Jan - 11:33:14

Tiens, tu m'étonnes !



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2914
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les exploits d’Ayrton Senna

Message par Guylaine le Mar 22 Jan - 11:34:37

moi aussi elle m'étonne



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les exploits d’Ayrton Senna

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum