Les circuits de légende le majestueux Charade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les circuits de légende le majestueux Charade

Message par Modena49 le Mer 16 Jan - 2:04:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dessiné sur les flancs du Puy de Gravenoir, le circuit de Charade est inauguré le 27 juillet 1958 par le préfet du Puy-de-Dôme, Yves Perony. Théâtre du Grand Prix de France de Formule 1 en 1965, 1969, 1970 et 1972 le splendide tracé clermontois sera abandonné à la suite d’une dernière course marquée par des crevaisons multiples et l’incident qui coûta un œil à Helmut Marko.

Si l’Allemagne et la Belgique peuvent se targuer de posséder, dans leur version originale, les deux plus beaux circuits du monde avec le Nürburgring et Spa-Francorchamps, la France a elle aussi détenu un joyau de l’automobile avec son circuit de Charade. Après les très rapides tracés de Reims et de Rouen-les-Essarts, l’Hexagone opte pour une tout autre philosophie avec le circuit clermontois.

Basé sur les flancs d’un volcan, la piste auvergnate est un savant mélange du ‘Ring’ par sa tortuosité et ses enchaînements et du grand Spa pour sa vitesse. Long de 8,055 km, Charade se décompose en 51 virages tous plus difficiles à appréhender les uns que les autres. Mieux, il offre aux pilotes un défi de taille avec ses routes sinueuses où la moindre faute se paye cash.

Après avoir reçu bon nombre d’épreuves de tourisme et de courses de F3, Charade héberge, l’espace d’une saison, le Grand Prix de France de Formule 1 en 1965. Une première qui sera fêtée en grande pompe puisque le Premier ministre Georges Pompidou et le ministre des Finances Valérie Giscard d’Estaing sont présents lors d’une course qui verra triompher la nouvelle idole de la catégorie reine, l’Anglais Jim Clark. Bien que réussi, ce baptême du feu n’engendrera pas de suite et il faudra patienter quatre ans pour revoir les bolides de F1 arpenter le superbe tracé clermontois.

Les gravillons de la discorde

De nouveau hôte du Grand Prix de France en 1969, Charade sacre un autre monument de la F1 cette année-là en la personne d’un autre écossais Jackie Stewart. Clin d’œil du destin, le jeune Jean-Pierre Beltoise y signe le troisième podium de sa carrière et se révèle au public français.

Prisé par les pilotes et les spectateurs, Charade est déserté en 1971 avant de revenir une dernière fois lors de la saison 1972. Problème : son parcours montagneux et tourmenté regorge de gravillons de pouzzolane (issus des pierres volcaniques), qui agissent comme de véritables lames de rasoirs sur les pneus des F1. Au total, dix crevaisons viendront entacher la course, sans compter l’incident qui coûtera un œil au désormais homme fort du programme de détection des jeunes pilotes Red Bull, Helmut Marko.

En lutte pour la cinquième place avec Emerson Fittipaldi, l’Autrichien reçoit dans l’œil un caillou projeté par la Lotus du Brésilien. La carrière du pilote BRM s’arrête net et avec elle l’histoire du grand Charade. Jugé désormais trop dangereux par les pilotes, le “plus beau circuit du monde“ selon les dires de Stirling Moss, dit définitivement adieu à la F1. La France y perd son plus bel écrin, mais aussi le seul tracé français à avoir fait l’unanimité pour la sélectivité de son tracé.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum