La Formule 1 en famille !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:32:50

Ayrton Senna

S’il y a bien un nom qui a marqué l’histoire de la F1, c’est celui d’Ayrton Senna. Né le 21 mars 1960, Ayrton Senna da Silva est un mythe, une légende de la F1 dont le nom sera toujours associé à ce sport.

L’avant F1

Comme beaucoup de pilote de F1, Ayrton Senna fait ses gammes grâce au Karting, où il remporte de nombreux succès avant de passer en Formule Ford en 1981.

En 1983, il débute en Formule 3 où il décroche le titre devant Martin Brundle. La même année, Frank Williams lui offre la possibilité de faire un essai avec la Williams de Keke Rosberg, Champion du Monde en titre. Ayrton fera également des essais avec Brabham, Lotus et Toleman. Faute d’autre place disponible pour la saison 1984, il signe avec Toleman : le mythe Senna est en marche.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La naissance d’un mythe

En 1984, Senna fait son entrée dans le monde de la F1 avec l’écurie Toleman.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dès le deuxième Grand Prix de la saison, Senna termine sixième et inscrit son premier point en F1. Mais le Brésilien se révèlera vraiment au grand jour lors du Grand Prix de Monaco, où, sous une pluie battante et en s’élançant de la 13e place, il décrochera la 2e position, passant près de la victoire. Il terminera sa première saison avec trois podiums et 13 points, ainsi qu’une 9e place au classement général.

Les années Lotus

En 1985, Senna signe avec l’écurie Lotus pour trois saisons. Pour sa première saison avec l’écurie, le Brésilien signe la première pole de sa carrière ainsi que sa première victoire dès le deuxième Grand Prix, à Estoril (Portugal). Il finira 4e au classement général avec 7 poles, 2 victoires, 6 podiums et un total de 38 points.

Les deux années suivantes, Senna continue d’engranger les victoires et les poles, mais il ne peut se battre pour le championnat du monde (4e en 1986 et 3e en 1987). Il rejoindra McLaren dès la saison suivante.

La consécration avec McLaren

En 1988, Ayrton rejoint McLaren, une écurie à la mesure de son talent. Le Brésilien sera aussi associé au plus grand rival de sa carrière, Alain Prost qui a déjà remporté deux titres mondiaux (1985, 1986).

Dès sa première année avec McLaren et grâce à ses 13 poles (sur les 16 GP inscrits au calendrier), 8 victoires et 11 podiums, Senna s’offre son premier titre de Champion du Monde. En six années passées avec McLaren, Senna rafla en plus de ses trois titres (1988, 1990, 1991), la plupart de son impressionnant palmarès : 35 de ses 41 victoires, 46 de ses 65 poles et 55 de ses 80 podiums.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Williams

Ayrton rejoint l’écurie de Frank Williams en 1994. Lors des deux premiers Grand Prix, Senna signe la pole, mais en course, il est à chaque fois contraint à l’abandon.

Le Grand Prix d’Imola accueille la troisième manche de la saison 1994, un week-end noir pour l’histoire de la F1.

Le vendredi durant les essais, Rubens Barrichello, au volant de sa Jordan, décolle sur un vibreur et percute violemment la barrière de pneus. Soigné par l’équipe médicale puis emmené à l’hôpital, le Brésilien souffre d’une fracture du bras et du nez.

Lors de la séance qualificative du samedi, Roland Ratzenberger trouve la mort lorsque que sa monoplace percute violemment un mur. Senna est très touché par ce drame, mais décide néanmoins de prendre part à la course.

Un autre accident survient lors du départ du Grand Prix ; J.J. Lehto reste coïncé sur la grille de départ, Pedro Lamy sur sa Lotus-Mugen le voit trop tard et le percute de plein fouet. La voiture de sécurité entre en piste pour permettre le nettoyage de la piste. La course reprend au 6e tour, Senna est en tête suivi par Michael Schumacher, mais la voiture du Brésilien sort de la piste dans la courbe de Tamburello. Les images qui suivent se passent de commentaires. Senna est transporté à l’hôpital par hélicoptère et son décès est annoncé peu de temps après.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:37:21

Bruno Senna

Né le 15 octobre 1983, Bruno n’a que 10 ans lorsque son oncle Ayrton Senna trouve la mort sur le tracé d’Imola le 1er mai 1994.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dès l’âge de 8 ans, le jeune Bruno émet le souhait de suivre la même carrière que son illustre oncle et s’entraine souvent sur les pistes de karting en compagnie de celui-ci. Avec Ayrton, ils passent des moments ludiques lors desquels la compétition n’est jamais bien loin, comme lors de virée en jet-ski.

Ayrton trouve son neveu très doué et déclare à la presse environ un an avant sa mort : “Si vous me croyez rapide, attendez d’avoir vu mon neveu Bruno.”

Mais suite au décès d’Ayrton, la mère de Bruno, Viviane Senna Lalli, sœur du triple champion, lui interdit de poursuivre sa passion. Bruno ne touche pas un seul volant pendant dix ans. Ce n’est qu’en 2004 qu’il peut commencer sa carrière en sport automobile. Il a alors 21 ans, mais il est soutenu par un ancien ami et équipier de son oncle, Gerhard Berger.

L’avant F1

En 2004, Bruno fait ses débuts en Formule BMW où il dispute les deux dernières courses du championnat et parvient à décrocher la sixième place à Donington. La même année, il décroche aussi une 2e place lors de sa première course en Formule Renault 2.0.

L’année suivante, il fait ses premiers pas en Formule 3 britannique au sein de l’écurie RR Racing, détenue par Kimi Räikkönen et son manager Steve Robertson. Au cours de la saison, Bruno monte sur quelques podiums et décroche la 10e place au classement général.

En 2006, toujours en Formule 3, il décroche ses premiers succès et termine à la troisième place du championnat.

En 2007, Bruno devient pilote en GP2 avec l’écurie Arden International. Et dès sa troisième course, il remporte l’épreuve de Barcelone, sur le circuit de Catalogne. Il termine la saison à la 8e place.

En 2008, Bruno participe à la première édition du GP2 Asia Series qu’il termine à la 5e place du classement général. Le 23 mai 2008, il s’impose sur le circuit de Monaco, 15 ans jour pour jour après la dernière victoire d’Ayrton Senna en Principauté.

En 2009, il ne trouve pas de volant en monoplace et s’engage en Le Mans Series avec l’équipe Oreca avec laquelle il décroche deux podiums (1 000 km de Barcelone et 1 000 km d’Algarve).

Ses débuts en F1 avec HRT

En 2010, Bruno fait ses débuts en F1 pour l’écurie HRT. Le nom Senna résonne de nouveau dans les paddocks de la F1 ravivant une certaine nostalgie. Physiquement, la ressemblance entre les deux hommes est frappante, de plus le jeune Bruno arbore les couleurs mythiques du casque de son oncle.

La première saison de Bruno en F1 est cependant médiocre (meilleure qualification 18e, meilleure course 14e) et son contrat n’est pas renouvelé en fin d’année. Pire encore, le Brésilien ne peut trouver de volant de titulaire pour l’année 2011.

Lotus-Renault

En 2011, Bruno trouve, en compagnie de Romain Grosjean, un volant de pilote d’essai chez Lotus-Renault. Le grave accident dont est victime Robert Kubica en février lors d’un rallye lui laisse espérer la place de titulaire, mais c’est Nick Heidfeld qui est finalement choisi.

Fin août, Heidfeld est cependant renvoyé faute de résultat et Bruno est promu pilote titulaire pour le 8 derniers Grand Prix de la saison. Le Brésilien fait ses débuts à Spa-Francorchamps, et surprend en se qualifiant à la 7e place. Cependant en course il provoque un accident et abandonne. A Monza, deux semaines plus tard, il est pris dans le carambolage du premier virage, mais effectue une belle remontée pour terminer à la 9e place du GP et décrocher ses premiers points en F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Même s’il termine tous les GP auxquels il participe, la suite de la saison est décevante, la voiture est peu compétitive et la comparaison avec Grosjean, Champion GP2, lui est préjudiciable. Bruno ne poursuit pas l’aventure avec Lotus-Renault.

Williams

18 ans après la mort d’Ayrton au volant d’une Williams, Bruno signe avec l’écurie de Sir Frank pour la saison 2012. Mais là encore, Bruno ne reste qu’une saison. Malgré dix top 10 et 31 points inscrits, il n’est pas prolongé pour la saison 2013, l’écurie Williams lui ayant préféré Valtteri Bottas.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:40:40

Mario Andretti

Quand on parle de course automobile aux Etats-Unis, le premier nom qui vient à l’esprit est évidemment Andretti. Mario, le patriarche, a débuté sa carrière à 21 ans et l’a terminée en 1994, à l’âge de 54 ans.

Avant la F1 : Premiers succès américains

Originaire d’Italie, Andretti arrive très vite aux Etats-Unis et débute sa carrière de pilote sur deux fronts, en monoplace et en stock-car. C’est en monoplace qu’il obtiendra son premier succès, avec une victoire en 1965 en IndyCar et une troisième place aux 500 miles d’Indianapolis, lui donnant le titre de rookie de l’année.

Mais c’est du côté du stock-car qu’il obtiendra sa première victoire de prestige, avec un succès au Daytona 500 en 1967. Andretti se concentrera ensuite sur la monoplace, et en particulier les 500 miles d’Indianapolis.

Il remporte d’ailleurs cette épreuve en 1969, étant ainsi le premier et pour l’instant seul Andretti à remporter cette course mythique. Il s’est d’ailleurs imposé sur sa voiture de réserve, après avoir démoli sa voiture de course en essais.

Cette même année, il a remporté son deuxième championnat IndyCar après celui de 1966 et il a également gagné la course de côte de Pikes Peak, montrant déjà une versatilité importante.

Les débuts en F1

Mario Andretti débute de manière sporadique en F1 dès 1968 mais c’est en 71 qu’il fait son premier grand coup, en remportant le Grand Prix d’Afrique du Sud, sur une Ferrari.

Andretti disputera en 1976 sa première saison quasi complète, devant rater deux GP pour rouler en IndyCar. Il participe alors au développement de la Lotus 78 de la saison 77, qui bénéficie de l’effet de sol et est l’une des premières "wing-cars" de la Formule 1.

Les victoires et le titre

En 1977, Mario Andretti remporte 4 Grands Prix et se positionne en homme fort du championnat. Malheureusement, la fiabilité fait des siennes et Andretti termine finalement la saison au 3e rang, loin derrière le champion Niki Lauda.

L’année 78 sera la bonne pour Andretti qui remporte le titre de Champion du Monde lors du Grand Prix d’Italie à Monza, mais les célébrations n’auront pas lieu, l’équipier d’Andretti, Ronnie Peterson, décédant en effet lors d’un terrible accident à la première chicane.

Andretti continuera chez Lotus pour les 2 saisons suivantes mais les voitures sont bien moins performantes que celle qui l’a mené vers le titre mondial. Peinant à marquer des points, Andretti passe la saison 1981 chez Alfa Romeo, où ça n’ira pas mieux.

L’Américain va alors rouler de temps en temps entre 1982 et 1984, notamment chez Williams, Ferrari (avec un dernier podium à Monza en 1982) et Renault.

L’après F1

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une fois sa carrière en Formule 1 terminée, Andretti est retourné en IndyCar pour épauler son fils Michael, qui débute alors sa carrière en IndyCar. Malgré être passé près plusieurs fois, Mario ne remporte pas une seconde fois les 500 miles d’Indianapolis.

En 1994, le patriarche de la famille annonce sa retraite. Mais il en est sorti en 2003, lorsque le pilote de l’écurie de son fils, Tony Kanaan, s’est blessé à Motegi, juste avant l’Indy 500.

A 63 ans, Mario Andretti retourne donc dans une monoplace, avec comme but de qualifier la voiture à Kanaan si le Brésilien n’est pas suffisamment en forme.

Mais la séance d’essais s’est très mal passée. Andretti a en effet roulé sur l’aileron arrière de la monoplace de Kenny Bräck, qui avait percuté le mur. La monoplace d’Andretti s’élève alors dans les airs, percute le haut du grillage tout en faisant de multiples saltos avant de finalement retomber sur ses roues.

Mario n’était pas blessé, mais il a alors juré qu’on ne l’y reprendrait plus ! Depuis 2010, il conduit toutefois la biplace de l’IndyCar lors des tours de parade avant le départ des courses.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:43:53

Michael Andretti

Michael Andretti, fils de Mario, est l’un des pilotes les plus prolixes de l’histoire de la monoplace américaine. Toutefois, lors de son année de Formule 1 en 1993, les choses ne se sont pas passées comme prévu...

L’avant F1 : Domination américaine

Michael Andretti débute en IndyCar et aux 500 miles d’Indianapolis en 1984, terminant d’ailleurs meilleur débutant de l’année lors de l’épreuve mythique, qu’il termine au 5e rang, confirmant les grandes promesses fondées en lui.

Entre 1986 et 1990, Andretti joue très souvent les premiers rôles en IndyCar mais ne parvient pas à remporter le titre. Ce sera chose faite en 1991, année où il a remporté la moitié des courses de la saison, mais pas les 500 miles d’Indianapolis, qu’il a terminé au 2e rang après une bagarre épique avec Rick Mears.

En 1992, Andretti excerce une domination sans partage sur la classique de l’Indiana, puisqu’il mène 160 des 190 premiers tours. Mais à 10 tours de la fin justement, alors qu’il mène avec plus de 10 secondes d’avance, son moteur lâche et Michael Andretti abandonne une fois de plus ses chances de victoire à Indy.

Dans le même temps, le fils du Champion du Monde 1978 a participé a deux séances d’essais peu concluantes pour McLaren-Honda. Mais coup de théâtre, malgré de piètres performances, Andretti est confirmé chez McLaren (alors motorisé par Ford) pour la saison 1993.

Prestation mitigée en Formule 1

Fort de sa belle réputation américaine, on attend énormément du jeune Andretti. Mais les espoirs seront vite déchus puisque l’Américain n’est pas du tout dans le rythme, sort souvent, et ne prend pas la peine de participer aux essais privés, qu’il laisse à Mika Häkkinen, le 3e pilote de l’écurie.

Il signera son meilleur résultat lors de son dernier Grand Prix, à Monza, avec une troisième place finale, mais toutefois à un tour du vainqueur, témoignant de l’hécatombe ayant frappé le circuit italien.

Le sort d’Andretti était toutefois scellé avant même le départ de l’épreuve, Ron Dennis ayant pris la décision de remplacer Andretti par Häkkinen dès la course suivante, au Portugal. Andretti n’aura donc pas marqué les esprits mais plutôt les barrières de pneus aux abords des circuits.

1994 : Retour en Amérique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Echaudé par son expérience européenne, Andretti retourne au bercail et participe à nouveau à l’IndyCar, avec comme toujours comme but de remporter l’Indy 500. En 1994, il réalise un bon retour au Brickyard, avec une 6e place finale.

En 1995, la malchance des Andretti a encore frappé à Indianapolis puisque Andretti, alors en tête de l’épreuve dans sa première moitié, est allé tapé le mur à la sortie du dernier virage, anéantissant alors ses chances de succès.

Avec la création de l’IRL en 1996, Andretti est privé d’Indianapolis pour les années suivantes, puisqu’il roule en CART, où il remporte encore quelques victoires mais où il joue un rôle de moins en moins important.

En 2001, Andretti signe son retour à Indianapolis et semble encore une fois en mesure de remporter l’épreuve, disposant certainement de la meilleure monoplace, mais il terminera 3e.

Après une prestation en demie-teinte en 2002, Andretti annonce que l’édition 2003 de la course sera sa dernière épreuve en carrière, puisqu’il préfère se concentrer sur la gestion de son écurie d’IndyCar, Andretti-Green Racing.

Il mène des tours et semble comme toujours pouvoir jouer la victoire mais une nouvelle fois la malchance lui joue un tour, puisqu’il doit abandonner dans la première moitié de la course, sur casse moteur.

Andretti aura bien plus de chance en tant que propriétaire, puisqu’il remporte les titres IndyCar 2004 et 2005 avec Tony Kanaan et Dan Wheldon, qui lui apporte d’ailleurs enfin un succès à Indianapolis, mais pas en tant que pilote donc.

En 2006, alors âgé de 44 ans, Michael Andretti reprend le volant pour épauler son fils Marco, âgé de 19 ans et débutant dans la discipline. Et là, l’impensable se produit.

A 5 tours du but, Michael Andretti est en tête des 500 miles devant son fils Marco ! La victoire ne semble pas pouvoir échapper au clan Andretti, et Michael touche de très près son but.

Mais à 4 tours de la fin, Marco Andretti ne s’en laisse pas compter, et dépasse son père, qui ne peut rien faire et doit aussi laisser passer Sam Hornish Jr.

Marco Andretti semble parti vers la victoire mais une nouvelle fois la malchance des Andretti frappe, le jeune pilote se faisant dépasser à une centaine de mètres de la ligne par Hornish, avec Michael Andretti en 3e position.

Michael participe une dernière fois aux 500 miles en 2007, il termine 13e et raccroche définitivement le casque tout en ayant gagné l’épreuve, puisque son pilote Dario Franchitti s’impose.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:48:46

Keke Rosberg

Né le 6 décembre 1948, Keijo Rosberg, surnommé Keke, a piloté en F1 entre 1978 et 1986. Il a remporté un titre de Champion du Monde (1982), ainsi que 5 victoires, 5 poles et 17 podiums.

L’avant F1

Keke Rosberg débute sa carrière de pilote en karting où il décroche plusieurs titres en Finlande, en Scandinavie et en Europe. Il roule aussi en Formule Vee et Formule Super Vee. En 1977, il rejoint la Formule 2 ainsi la Formule Pacifique où il décroche un titre de Champion avant d’accéder à la F1 en 1978.

Les débuts en F1

A 30 ans, Rosberg devient pilote de F1, mais continue également à rouler en Formule 2 ainsi qu’en Formule Pacifique où il décroche d’ailleurs son second titre.

En F1, le Finlandais débute avec la petite écurie Theodore Racing. Pour sa première course, il se qualifie à la 24e place et abandonne en course, trahi par son moteur.

Quelques jours plus tard, il participe avec la Theodore à l’International Trophy à Silverstone, une épreuve hors championnat « officiel » et remporte la course sous le déluge britannique. Au cours de cette même saison 1978, il va rouler pour plusieurs écuries comme ATS et Wolf, mais sans parvenir à inscrire le moindre point.

En 1979, il court en F1 avec l’écurie Wolf. Il pilote pourtant toujours en parallèle en Formule 2 et fait aussi ses débuts en Can-Am ! Comme la saison précédente, tandis qu’il rame toujours en F1 et que son compteur de points reste vierge, il remporte une course en F2 et deux courses en Can-Am.

La F1…uniquement !

En 1980, Rosberg décide de se consacrer uniquement à sa carrière en F1 et rejoint l’écurie Fittipaldi. Dès sa première course, Keke monte sur le podium grâce à sa 3e place au Grand Prix d’Argentine et inscrit enfin ses premiers points en F1. Pour cette première saison avec Fittipaldi, Rosberg marque 6 points et termine à la 10e place du Championnat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1981, Rosberg reste avec Fittipaldi, mais la saison est aussi pauvre que ses débuts en F1, pas le moindre point.

(à suivre)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par dom465 le Sam 5 Jan - 14:54:20, édité 1 fois
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:53:49

Nico Rosberg

Né le 27 juin 1985, Nico Rosberg est le fils de l’ancien Champion du Monde Keke Rosberg. Nico possède la double nationalité finlandaise (de son père) et allemande (de sa mère), mais a choisi de faire carrière sous la pavillon allemand.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’avant F1

Le jeune Nico débute sa carrière de pilote par le karting, avant de faire ses débuts en Formula A aux cotés d’un certain Lewis Hamilton.

En 2002, il décroche un volant en Allemagne en Formule BMW et s’adjuge le titre dès la première année. Fin 2002 toujours, il est participe à des essais privés pour le compte de l’écurie Williams (avec laquelle son père avait remporté le titre 20 ans auparavant) et fait grande impression.

En 2003 et 2004, il court en Formule 3 Euroséries avant de rejoindre le championnat GP2 en 2005 avec l’écurie ART Grand Prix. Pour sa première année dans l’antichambre de la F1, Rosberg décroche le titre sur le fil devant Heikki Kovalainen.

Les débuts avec Williams

Grâce à son titre en GP2, Nico fait dès 2006 ses débuts en F1 au sein de l’écurie Williams.

Pour sa première course à Barhein, le jeune allemand impressionne : il se qualifie 12e et malgré un incident en course, décroche la 7e place synonyme de point ; les deux premiers de sa carrière. A Barhein, Nico s’adjuge également le meilleur tour en course.

Pour la deuxième course de la saison, il se fait encore remarquer en se qualifiant à la 3e place, mais il est trahi par la mécanique en course et doit renoncer. Il décroche de nouveau des points en Europe. Le reste de la saison est cependant plus mitigé, la Williams à moteur Cosworth n’étant pas une monture très fiable. Au cours de cette première saison dans la catégorie reine, Rosberg marque 4 points et se classe 17e au classement général.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 2007, Williams s’associe à Toyota et Rosberg entre plus régulièrement dans les points. Rosberg, dont le français est excellent du fait d’avoir passé beaucoup de temps à Monaco, décroche la 9e place du classement général grâce à ses 20 points. Pour la dernier Grand Prix de la saison à Interlagos, il termine même au pied du podium.

Les premiers podiums

Ses performances chez Williams lui valent d’être remarqué par des écuries de pointe. Rosberg est même pressenti pour remplacer Fernando Alonso chez McLaren, mais l’Allemand reste deux années supplémentaires chez Williams.

Pour sa troisième saison chez Williams, Rosberg décroche à Melbourne le premier podium de sa carrière en terminant 3e. Malgré une telle entré en matière, la Williams ne parvient pas à rivaliser avec les meilleures écuries et Rosberg est coincé dans le milieu du peloton. Nico décrochera cependant un autre podium à Singapour grâce à une 2e place. Il termine la saison 2008 avec 17 unités et la 13e place du classement général.

En 2009, pour sa dernière saison avec Williams, Rosberg entre dans les points à 11 reprises et récolte 34.5 unités, ce qui lui vaut la 7e place du classement général. Cependant, il ne parvient pas à remonter sur un podium et court toujours après un premier succès en F1.

Le défi Mercedes

En 2010, Rosberg rejoint Brawn GP l’écurie championne du monde en titre, rebaptisée Mercedes. Son équipier n’est autre que Michael Schumacher, tout juste sorti de la retraite.

Pour cette première saison avec l’écurie allemande, Rosberg signe trois podiums et récolte 142 points. Il finit la saison à 7e place générale et devance son septuple champion du monde de coéquipier.

En 2011, sa monoplace n’est toujours pas à la hauteur des attentes. L’Allemand décroche quelques places d’honneur, mais pas de podium. Il termine de nouveau 7e du championnat.

La première victoire…enfin !

Les deux premières courses de la saison 2012 sont désastreuses, et le compteur points de Rosberg reste bloqué à zéro.

En Chine, pour le 111e GP de sa carrière, Rosberg signe à la surprise générale la pole position, la première de sa carrière. En course, il parvient à conserver son avantage et s’adjuge également la victoire, également la première de sa carrière.

Seuls Jenson Button (113e GP), Jarno Trulli (117e GP), Rubens Barrichello (124e GP) et Mark Webber (130e GP) avait dû attendre plus longtemps pour enfin sabrer le champagne de la victoire.

Rosberg parvient à maintenir un bon rythme pour les cinq GP suivants, et signe également un podium à Monaco. Régulier, il semble en mesure de pouvoir marquer de bon points dans l’optique du championnat. Malheureusement, le reste de la saison est bien terne pour les Flèches d’Argent, et Nico n’inscrit des points qu’à 4 reprises sur les 12 derniers GP que compte la saison 2012, ne terminant ainsi qu’à la 9e place du classement général.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 14:57:49

Marco Andretti

Marco Andretti était le 3e Andretti à piloter une Formule 1, lors d’une séance d’essais organisée en décembre 2006. Le petit-fils de Mario a pris le volant d’une Honda de l’année écoulée.

Avant la F1 : Débuts tonitruants en IndyCar

Marco Andretti a très vite pris goût à la course automobile, étant le fils de Michael et le petit-fils de Mario Andretti, tous deux pilotes. Le plus jeune des Andretti vole de catégories en catégories, toujours sous l’oeil du papa.

Le papa justement, qui offre à son fiston une chance en IndyCar en 2006, dans l’écurie qu’il possède. Après de mauvais débuts à Miami, Marco se révèle lors des 500 miles d’Indianapolis.

Arrivé à tout juste 19 ans dans le temple de la vitesse américaine, Andretti passe à deux doigts de remporter la plus grande course de monoplaces au monde dès sa première tentative, mais c’est finalement Sam Hornish Jr. qui remporte la victoire, en dépassant Andretti dans les derniers mètres.

S’en suit une suite de saison en dents de scie mais au mois d’août, Marco Andretti devient le plus jeune vainqueur de l’histoire de l’IndyCar, sur l’Infineon Raceway de Sonoma.

Honda et Mario Andretti, qui souhaite voir son petit-fils en Formule 1 le plus vite possible, discutent alors et un test est offert au récent vainqueur au mois de décembre.

Les tests en F1

Marco Andretti arrive alors, du haut de ses 19 ans, à Jerez de la Frontera, pour se confronter pour la première fois à l’une des meilleures monoplaces du plateau 2006, qui a conduit Jenson Button à la victoire en Hongrie.

A l’issue de la journée, les sourires étaient de mise chez Honda, ravie de la pointe de vitesse montrée par le jeune Andretti. L’écurie était à ce moment dirigée par Gil de Ferran, ancien vainqueur des 500 miles d’Indianapolis.

Marco Andretti sera d’ailleurs convié à une nouvelle séance d’essais début 2007, cette fois-ci pour deux jours, toujours à Jerez. Lors de la première journée, disputée sur le sec, l’Américain s’approche à 1.5 secondes des temps de Jenson Button.

Lors de la 2e journée, Andretti fait une meilleure impression sur le mouillé, terminant à moins d’une seconde du meilleur temps réalisé par Fernando Alonso, double Champion du Monde en titre.

Ces deux séances d’essais resteront toutefois sans suite et Marco Andretti est alors retourné aux Etats-Unis pour continuer sa carrière en IndyCar.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La déception en IndyCar

Suite à ses débuts tonitruants, beaucoup d’espoirs sont fondés en Marco Andretti, et il aura bien du mal à les concrétiser. Sa seconde victoire viendra en effet en 2011, presque 5 ans après la première, sur l’Iowa Speedway.

Depuis l’introduction de plus en plus importante des circuits urbains, Marco Andretti sombre peu à peu dans les classements, il a d’ailleurs terminé le championnat 2012 au 16e rang final.

Au niveau des 500 miles d’Indianapolis, Andretti alterne depuis le bon et le mauvais, obtenant de très bons résultats lors des années paires (3e en 2008 et 2010) et de moins bons lors des années impaires (Accident en 2007 et 2009, où il est sorti dès le 1er virage et 9e en 2011).

En 2012, Andretti possède clairement la meilleure voiture et mène une bonne partie du début de course avant de "trop" ajuster la voiture, qui devient alors inconduisible.

Après avoir insulté à de nombreuses reprises son équipe, le jeune Andretti finit finalement sa course dans le mur, en toute fin d’épreuve.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Sam 5 Jan - 15:01:58

Jacques Villeneuve...Senior

Petit frère de Gilles et oncle de Jacques, Jacques Villeneuve Senior est sûrement le moins connu des Villeneuve dans le monde de la F1. Il s’est par contre taillé une solide réputation au Canada et dans les compétitions motoneiges, où il a remporté à trois reprises le Championnat du Monde de Derby motoneige, ainsi qu’en Formule Atlantic (Champion en 1980 et 1981), CART et Can-Am (Champion en 1983).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Formule Atlantic

Né en 1953, Jacques Sr fait ses débuts dans la compétition automobile en 1980 en Formule Atlantique. Il remporte 4 courses et s’empare du titre dès sa première saison. Il récidive l’année suivante en décrochant de nouveau le titre grâce à quatre nouvelles victoires.

Trois tentatives de qualification en F1

C’est aussi au cours de l’année 1981, qu’il va essayer de faire ses débuts en F1.

En 1981, il est engagé par l’écurie Arrows et tente par deux fois (Grand Prix du Canada et Grand Prix de Las Vegas) de se qualifier pour la course mais sans succès. Au Canada, Jacques Sr rate la qualification pour 3 secondes environ, tandis qu’à Vegas il échoue à 1,1 seconde.

En 1982, Jacques Sr poursuit sa carrière en CanAm. En 1983, un an après la mort de son frère Gilles, , il remporte le Championnat CanAm et essaye une dernière fois de se qualifier en F1 cette fois au volant d’une March. Malheureusement, il échoue à 3 dixièmes de la qualification lors du Grand Prix du Canada.

CART

En 1984, il commence sa carrière en CART. En 1985, il devient le premier québécois à remporter une course dans cette discipline. Il ne réussira cependant jamais à prendre le départ des 500 miles d’Indianapolis. Son neveu Jacques décrochera le Championnat CART et la victoire lors de l’épreuve de 500 Miles en 1995.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Top 10 des liens de parenté

Message par dom465 le Mar 8 Jan - 11:33:51

Une affaire de famille

L'Histoire de la Formule 1 est parsemée de pilotes dont le patronyme a déjà figuré dans les classements à des époques différentes. ESPN présente son top 10 des familles ayant la course dans le sang.

Jack, Gary et David Brabham

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
En 1990, David Brabham a piloté pour l'écurie portant le nom de son père
© Sutton Images

Jack a non seulement gagné trois championnats, mais son dernier titre (1966) a été remporté alors qu'il pilotait pour son écurie éponyme, fondée trois ans plus tôt. 16 saisons après ses débuts, à 44 ans, il remportait un Grand Prix en 1970 ; difficile de suivre dans de telles traces. Son fils Gary a participé à deux courses au volant d'une Life au début du championnat 1990, tandis que son frère cadet David a couru deux saisons complètes : en 1990 avec Brabham (que son père avait vendu quelques années auparavant) et en 1994 avec Simtek.

Ces deux écuries ne jouissaient pas de moyens énormes, les résultats reflétaient cette réalité. Matthew, dont le père Geoff est le fils aîné de Jack, pourrait devenir un Brabham de troisième génération à courir en F1. Après avoir remporté le titre USF2000 l'an dernier, il courra dans le championnat Pro Mazda en 2013.

Graham et Damon Hill

Dès sa naissance, l'entourage de Damon était composé de voitures et de pilotes. Et avec son double champion de père Graham, il semblait inévitable que fiston choisisse le même métier. Toutefois, Graham n'était plus là pour aider son fils, qui n'avait que 15 ans lorsque son père est décédé dans un accident d'avion. Damon a travaillé comme livreur de courrier à moto pour gagner sa vie ; ce n'est qu'à 23 ans qu'il a repris un volant. De plus, il a dû emprunter 123 000 euros (161 000 $) pour continuer sur cette voie et poursuivre son rêve.

Ses débuts en F1 (à 31 ans !) avec Brabham n'avaient rien d'extraordinaire, mais avec Williams il a démontré tout son potentiel à partir de 1993. Damon a gagné le titre en 1996, alors qu'il avait déjà décidé de quitter l'équipe. Les Hill devenaient ainsi les premiers (et seuls à ce jour) champions du monde de père en fils. Contrairement à d'autres pilotes figurant sur notre liste, la percée de Damon lui revient entièrement ; il a surmonté d'importantes épreuves personnelles et professionnelles avant de triompher.

Ayrton et Bruno Senna

Compte tenu de ses réussites et de son immense talent, Ayrton Senna avait placé la barre très haute pour son neveu Bruno. Il transcendait la discipline et était souvent dans une classe à part ; plusieurs le considèrent toujours comme le plus grand pilote dans l'Histoire de la Formule 1. Suite à ses trois titres avec McLaren, tous s'attendaient à le voir remporter d'autres championnats avec Williams ; malheureusement, son décès à Imola en 1994 nous a privés de sa présence. Mais Ayrton avait eu le temps de déclarer : "Si vous pensez que je suis rapide, attendez de voir mon neveu Bruno."

Bruno évoluait en karting lorsqu'Ayrton a perdu la vie. Et avec le décès de son père moins de deux ans plus tard, sa mère l'a forcé à quitter les sports mécaniques. Il est revenu en 2004, après avoir manqué les années de développement normalement absorbées pendant l'adolescence. Considéré par Honda fin 2008, Bruno a finalement réussi à rejoindre la F1 en 2010, mais en passant par la très peu compétitive HRT avant d'accéder à une Lotus en 2011 et ensuite une Williams en 2012 ; son meilleur résultat est une 6e place. Cependant, malgré quelques bons coups, il n'a pas clairement démontré le grand potentiel que son oncle Ayrton affichait régulièrement. Bruno se retrouve (pour le moment) sans contrat pour la saison 2013.

Gilles, Jacques et Jacques (senior) Villeneuve

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Gilles Villeneuve n'a pas été champion, mais son fils Jacques a triomphé en 1997
© Getty

La réputation de Gilles était telle, au moment de son décès à Zolder en 1982, quand Jacques avait 11 ans, que son fils devait surmonter une tâche quasi-impossible pour perpétuer la renommée de la famille. Jacques a néanmoins réussi à bâtir sa propre réputation : la couronne Indycar en 1995, suivi par le titre F1 en 1997, voilà qui annonçait un autre brillant passage du nom Villeneuve au pinacle du sport automobile.

Cependant, de mauvais choix de carrière ont fait en sorte qu'il n'est remonté sur le podium qu'à quatre reprises (aucune victoire) au cours des huit saisons ayant suivi l'année de son triomphe. Un autre Jacques, le frère de Gilles, a tenté sa chance entre 1981 et 1983, mais sans parvenir à se qualifier pour un Grand Prix.

Emerson, Wilson et Christian Fittipaldi

Comme les Brabham, trois Fittipaldi ont couru en Formule 1 et chaque famille avait sa propre équipe. Lorsqu'il a remporté son premier titre en 1972, à 25 ans avec Lotus, Emerson était alors le plus jeune champion du monde. Une autre couronne avec McLaren deux années plus tard semblait le destiner à une longue carrière au sommet. Mais en 1976 il choisissait de rejoindre l'équipe éponyme que lui et son frère possédaient ; Emerson a renoué avec le podium seulement deux fois avant de prendre sa retraite en 1980.

Ce fut plus compliqué pour Wilson, qui a marqué trois points sur une carrière de 38 courses, dont 13 manches ont été courues pour l'écurie de la famille Fittipaldi. Il a décidé de prendre sa retraite comme pilote et de diriger l'équipe ; c'est alors que son frère Emerson le remplaçait en piste, sans grand succès. Christian, le fils de Wilson, est arrivé en Formule 1 en 1992. Il a fait un peu mieux que son paternel, soit 12 points en 42 Grands Prix malgré des voitures peu compétitives, mais n'a jamais démontré le potentiel qu'avait jadis son oncle Emerson. Il s'est recyclé en IndyCar en 1995.

Michael et Ralf Schumacher

Michael est le pilote ayant connu le plus grand succès de toute l'Histoire de la Formule 1. Il est monté sur le podium à 155 reprises, dont 91 fois comme vainqueur. Il a remporté deux titres avec Benetton (1994 et 1995) avant de redonner vie à Ferrari en gagnant cinq couronnes consécutives (2000 à 2004), un accomplissement inédit. Sa carrière a cependant connu de nombreuses controverses : entre autres moments disgracieux, pensons à sa disqualification de la saison 1997 après avoir volontairement frappé Jacques Villeneuve lors de la finale. Mais le talent et la détermination de Michael lui permettaient de demeurer populaire auprès des fans. Retraité fin 2006, son aura s'est ternie lors de son retour en F1 avec Mercedes (2010 à 2012), mais ses fans étaient toujours loyaux.

Ralf a donc dû affronter le palmarès incroyable de son frère aîné tout au long de sa propre carrière en F1, surtout que les performances des deux Schumacher pouvaient être directement comparées sur la piste (sauf en 2007). Mais Ralf, que l'on surnommait 'Monsieur Frère', a fait ses preuves malgré la pression et les attentes : il a remporté six courses avec Williams, dont une à Montréal où il a mené un mémorable doublé Schumacher jusqu'à la ligne d'arrivée.

Nelson et Nelson (Jr) Piquet

Nelson senior a gagné trois championnats et était reconnu pour son grand talent. Niki Lauda a dit de lui qu'il "commet peu d'erreurs, est toujours rapide, est toujours en forme." Mais sa personnalité était complexe : tempérament abrasif, langage vulgaire, humour espiègle, sentiment d'importance... Autant de gens l'aimaient que le détestaient. La F1 l'a rendu très riche (il exigeait 6,5 M$ par saison en 1988), et après sa retraite cet argent ainsi que le patronyme Piquet ont servi à ouvrir des portes pour son fils Nelson junior.

'Nelsinho' avait un certain talent mais pas autant que son père. La carrière en F1 de Nelson Jr a été détruite pour toujours suite à son rôle dans l'affaire Crashgate, lorsqu'il a volontairement fracassé sa Renault contre un mur pendant le Grand Prix de Singapour 2008 pour favoriser la stratégie de son coéquipier Fernando Alonso (qui irait gagner la course). Il avait obéi aux ordres pour plaire à ses patrons d'alors, tout cela dans l'espoir de conserver son volant. Nelson Jr a plaidé son manque d'expérience et la pression qu'il subissait, mais le paddock ne voulait plus de lui.

Jody et Ian Scheckter

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jody et Ian Scheckter ont couru 20 Grands Prix ensemble
© Sutton Images

Comme c'est souvent le cas, un champion du monde est suivi par un membre de la famille au potentiel moins important. Jody a fait ses débuts en F1 à la fin de 1972, son frère Ian l'a rejoint deux saisons plus tard. Jody est passé de McLaren à Tyrrell en 1974, ce qui lui a permis de marquer ses premiers points et signer ses premières victoires. Il se battait pour le titre aux commandes d'une Wolff en 1977, mais c'est avec Ferrari qu'il est devenu champion du monde en 1979, devant son coéquipier Gilles Villeneuve. La monoplace suivante étant peu compétitive, Jody est parti à la retraite heureux d'avoir accompli son objectif.

Ian n'a pas connu une carrière aussi longue. Après avoir participé à six courses en trois ans, ce n'est qu'en 1977 qu'il a réussi à obtenir un volant à temps plein, chez March. Ce fut une saison désastreuse pendant laquelle Ian a été classé deux fois en 14 Grands Prix ; il est ensuite retourné chez lui en Afrique du Sud où sa carrière s'est mieux portée. En F1, Ian a franchi la ligne d'arrivée quatre fois seulement, sans jamais marquer un point.

Keke et Nico Rosberg

Nico a tout le talent nécessaire pour réussir autant que son père, même si sa saison 2012 n'a pas tout à fait été à la hauteur des attentes. Keke fumait une cigarette après l'autre tout en étant obsédé par l'exercice ; il se prenait "incroyablement au sérieux" selon Niki Lauda. Il a remporté le titre en 1982 (malgré une seule victoire) et terminé 3e du classement en 1985, chaque fois avec Williams. Keke a géré la carrière de son fils à ses débuts, ce qui ouvrait des portes et attirait des sponsors, mais depuis 2006 Nico a bien établi sa propre réputation et elle est solide.

Après avoir grimpé sur le podium à cinq reprises au cours de sa carrière, Nico a enfin signé sa première victoire tant attendue lors du Grand Prix de Chine 2012. Une 2e place à l'arrivée du GP de Monaco était de bon augure pour le reste de la saison, mais la compétitivité de sa Mercedes a chuté par la suite. Il attend toujours que son équipe lui fournisse une voiture capable de viser le titre ; plusieurs observateurs aussi.

Mario et Michael Andretti

Fils d'un immigrant italien, Mario s'est battu jusqu'au sommet du sport automobile américain avant de rejoindre la F1, et encore, il avait 35 ans au moment de finalement obtenir un premier volant à temps plein. Très talentueux en piste et très populaire auprès du public, il a remporté le championnat 1978 aux commandes d'une Lotus. Quelques années plus tard, le charismatique Mario est retourné aux États-Unis courir pendant une autre décennie ; il rivalisait toujours parmi les premiers même dans la cinquantaine.

Son fils Michael a aussi connu le succès en Amérique, mais la comparaison s'arrête là. Au terme d'une saison peu impressionnante chez McLaren, Michael a quitté la F1. Plus tard, son fils irait affirmer que l'équipe avait "saboté" ses chances de réussir, et ce dans le but d'embaucher le moins dispendieux Mika Häkkinen. Certains observateurs ont contré cet argument en soulignant deux facteurs importants ayant pesé dans la décision de McLaren, soit que Michael refusait obstinément de déménager en Europe et qu'il avait une certaine méconnaissance technique. Marco, le fils de Michael et petit-fils de Mario, a fait quelques essais pour l'écurie F1 de Honda en 2006 et 2007. Il fait carrière en IndyCar depuis 2006.

© ESPN EMEA Ltd.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par Modena49 le Jeu 10 Jan - 1:05:05

une affaire de famille oui par passion du fils ????? ou parce-que papa veut !!! un peu le code des obligations, la fierté de papa je me le demande ci ça ne joue pas un rôle.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par dom465 le Jeu 10 Jan - 9:07:18

Sans doute. Mais il y a sûrement aussi le fait d'être "baîgné" dedans depuis la naissance qui donne des envies.



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par Modena49 le Jeu 10 Jan - 17:32:48

dom465 a écrit:Sans doute. Mais il y a sûrement aussi le fait d'être "baîgné" dedans depuis la naissance qui donne des envies.
tu as parfaitement raison dom 465



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

"Tu seras pilote, mon fils…"

Message par dom465 le Mar 15 Jan - 22:31:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le succès mérité de Nico Rosberg en Chine est doublement historique. Mercedes a symboliquement tiré la couverture en rappelant les victoires des Flèches d’argent dans les années 50 (la dernière pour Fangio à Monza en 1955), mais le constructeur allemand n’avait-il pas qualifié de “Silver Arrows” les McLaren-Mercedes souvent victorieuses ces vingt dernières années ? Et l’écurie Mercedes AMG n’est-elle pas l’héritière directe de Brawn GP, top team couronné il y a trois ans à peine ?

Plus légitime est l’héritage de Nico Rosberg, dont le père Keke fut Champion du monde pour Williams en 1982. Ils ne sont pas nombreux les “fils de” à connaître une telle réussite. Outre Nico, les seuls fils de Champion du monde à s’être imposés en F1 sont Damon Hill et Jacques Villeneuve (qui furent tous deux sacrés également chez Williams), lesquels ont eu la douleur de perdre leurs pères alors qu’ils étaient encore jeune, au contraire de Nico orienté dès son plus jeune âge vers la carrière.

Parmi les autres, on se souvient dans la période récente de l’expérience délicate vécue par Nelson Piquet père et fils. Nelsinho faisait partie de la même promotion que Nico Rosberg : ils ont été tous les deux testés par Williams en F1 dès 2003, âgés de 18 et 17 ans respectivement ! Leurs papas respectifs étaient présents à Jerez pour célébrer l’événement, mais leurs attitudes ont divergé par la suite, même s’ils n’ont pas été omniprésents dans le sillage de leurs rejetons comme trop de pères de pilotes sur les circuits. Piquet Senior a financé lui-même la carrière de son fils, en F3 puis en GP2, voire en F1 par on ne sait trop quel deal avec le sulfureux Flavio Briatore. Un peu fragile mentalement dans ce contexte explosif, Piquet Junior a craqué dans les circonstances que l’on sait, avant de se refaire récemment en NASCAR (il a gagné en Super Trucks aux USA en février).

Keke, lui, a fait bénéficier à Nico de son carnet d’adresses, il est vrai bien fourni : le soutien d’AMG (en karting, aux côtés d’un certain Lewis Hamilton), puis le programme junior de BMW (en Formule BMW) et de Mercedes (en F3), avant d’opter pour le bon team en GP2 (ART GP) dont il fut le premier lauréat en 2005, et pour sa promotion en F1 en 2006 (chez Williams). Une affaire rondement menée, on le voit, mais s’il est préférable d’être “fils de” pour décrocher les bons volants sur le chemin de la F1 on ne devient pas vainqueur de Grand Prix en étant simplement fils à papa. Bravo Nico, merci Keke !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Formule 1 en famille !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum