2008, une saison au rabais ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2008, une saison au rabais ?

Message par Modena49 le Dim 23 Déc - 1:22:03

Champion du monde des pilotes de F1 en 2008, Lewis Hamilton (McLaren Mercedes) n’eut qu’un seul rival, Felipe Massa (Ferrari). Les trois autres ténors du peloton, Robert Kubica (BMW), Kimi Raikkonen (Ferrari) et Fernando Alonso (Renault) ne purent défendre leurs chances pour diverses raisons ... Au final, le millésime 2008 ne fut pas aussi élevé que ça, comme le prouvent les nombreuses erreurs des deux duettistes.

Les statistiques: avec seulement 5 victoires pour Lewis Hamilton champion du monde 2008, il fallait remonterà Alain Prostcouronné en1989 pour trouver trace d’un pilote sacré avec moins de succès au compteur sur l’ensembled’une campagne mondiale(4 victoires avec McLaren-Honda).

Et si l’on prend en compte les6 victoires pour le dauphin Felipe Massa, soit 11 victoires pour le tandem Hamilton - Massa, là aussi hormis le tandem M.Schumacher - Raikkönen de 2003 (7 victoires cumulées), il faut remonteràla paire Häkkinen - Irvine (9 victoires cumulées)du médiocre championnat 1999 pour trouver pire résultat final.

En terme de points, Hamilton fut sacré champion du monde 2008avec 98 points en 18 courses,pour 5 victoires (Melbourne, Monaco, Silverstone, Hockenheim, Shanghaï), 2 deuxièmes places (Istanbul, Valence),3 troisièmes places (Barcelone, Spa Francorchamps, Singapour), 3 cinquièmes places (Sepang, Budapest, Interlagos) et 1 septième place (Monza). Sur le barème ayant eu cours de 2003 à 2009, seuls Michael Schumacher en 2003 (93 points en 16 courses) et Jenson Button en 2009 (95 points en 17 courses) ont moins scoré. Mais à la moyenne, le Kaiser et le futur coéquipier de Black Senna chez McLaren avaient fait mieux que le pilote au casque jaune lors de sa campagne 2008: 5.44 points pour Hamilton 2008, contre 5.59 pour Button 2009 et 5.81 pour Schumacher 2003.

Avec l’ancien barème (1991-2002), Hamilton aurait donc marqué 80 points en 18 courses... Seul un pilote fut sacré champion du monde avec un score plus faible, Mika Häkkinen en 1999 avec 76 points en 16 courses, lors d’une campagne bien terne où le Finlandais, orphelin du Kaiser après Silverstone, fut incapable de rester motivé et concentré vers l’objectif suprême, le titre mondial ... Quant à la couronne mondiale de Jacques Villeneuve en 1997, imposture notoire, elle fut acquise avec 81 points en 17 courses. Là aussi, à la moyenne, Hamilton 2008 (4.44 points par course)fait moins bien que Häkkinen 1999 (4.47)ou Villeneuve 1997 (4.76).

Dernier point, Hamilton ne l’emporta qu’à l’ultime course, pour un seul point (98-97 contre Felipe Massa), fait pas si courant ... Nelson Piquet en 1981(50 points contre 49 à Carlos Reutemann), Niki Lauda en 1984 (72 contre 71.5 à Alain Prost),Michael Schumacher en 1994 (92 contre 91 à Damon Hill)et Kimi Raikkonen en 2007 (110 contre 109 à Lewis Hamilton) ne firent pas mieux que Lewis Hamilton. Mais la saison 2007 fut d’un niveau bien plus élevé, Iceman l’emportant de façon exceptionnelle face aux jumeaux McLaren, Hamilton et Alonso. Le Finlandais avait porté au pinacle l’art de l’attaque, portant l’estocade à Woking lors de la manche finale, à Interlagos ...

Un an plus tard, Hamilton l’emportait sur le fil devant Massa, dépassant Timo Glock dans un climat de polémiques. Virtuellement champion du monde pendant une trentaine de secondes, le Brésilien perdit cruellement la couronne mondiale 2008 quand Hamilton coupa la ligne en 5e position au volant de sa flèche d’argent. Mais ce sacre acquis à l’ultime seconde ne légitime pas le titre de Lewis Hamilton aux yeux de beaucoup d’observateurs. Malgré une belle saison 2010 qui l’a vu concurrencer Vettel et Alonso jusqu’au show-down d’Abu Dhabi, Hamilton cherche encore à légitimer sa couronne mondiale de 2008, certains considérant Felipe Massa comme le vainqueur moral de ce 59e championnat du monde ... Et le fait d’être copieusement dominé par Jenson Button en 2011 chez McLaren n’a pas renforcé la côte de Lewis Hamilton, passé de la caste des intouchables en 2007 au rôle d’outsider permanent ou pire, d’espoir déçu, de piètre successeur de Mansell ou Montoya, artistes incapables de régularité ... Comme le disait Alonso fin 2007, on peut opposer à un pilote qu’il a gagné son premier titre car il avait la meilleure voiture, son deuxième titre car son coéquipier était plus faible, mais on ne peut plus rien opposer après un troisième titre.
Il reste encore deux marches à franchir pour Hamilton, champion méritant en 2008 mais qui avait cependant une voiture d’exception avec la MP4/23, et un coéquipier aux airs de second couteau, Heikki Kovalainen. Dommage pour Lewis, car sans quelques péchés d’orgueil regrettables (Shanghai 2007, Monza 2010, Singapour 2007), il serait déjà triple champion du monde, et inattaquable au panthéon de la F1, telle son idole de jeunesse, l’inoubliable Ayrton Senna. Sensible à la légende de la discipline, Hamilton a toujours déclaré vouloir briller de mille feux comme Senna, et de battre le record des 7 titres de Schumacher. Mais avant d’égaler des virtuoses comme Nuvolari, Fangio, Clark, Lauda, Prost, Senna ou Schumacher, l’Anglais devra déjà conquérir le titre de meilleur pilote de sa génération. Face à Vettel et surtout Alonso, cette tâche a des airs de travaux d’Hercule, pour un pilote qui peine tant à reproduire l’euphorie de 2008.

- Le contexte et laqualité de l’opposition: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ... Ce reproche a été souvent adresséau Kaiser Schumacher lors de son hégémonie au début des années 2000. L’ogre allemand avait porté Ferrari au pinacle de la F1, et s’avéralongtemps indétrônable. Seule l’érosion du temps putcontribuer à son déclin, et l’usure du pouvoir ne fitson oeuvre qu’en 2005.Il serait faux de dire que Lewis Hamilton a dominé un championnat du monde complètement dévalué, mais le pilote anglais et son casque jaune ont profité d’un contexte favorable. Seul Felipe Massa avait réellement les moyens de briguer la couronne contre le rookie de 2007. Ni Alonso, ni Kovalainen, ni Raikkonen, ni Kubica ne furent en position de l’emporter. Orphelin des gommes Bibendum en 2007, Renault touche le fond au printemps 2008. Malgré le retour au bercaild’Alonso, le Losange continue de décliner, empruntant le chemin de Benetton en 1996-1997, suite au départ de Schumacher fin 1995 pour la Scuderia Ferrari. Si Michelin ne reviendra pas, le retour du pilote d’Oviedo à Enstone est une lueur d’espoir. Car Alonso a quitté Woking fâché. A ses yeux, Ron Dennis a franchi le Rubicon, méprisant son statut de double champion du monde et le contrat signé fin 2005.Excédé par sa cohabitation volcanique chez McLaren en 2007 avec Lewis Hamilton, le double champion du monde espagnol exige dès son retour à Enstoneun traitement à la Schumacher ... Pas de fauve à ses côtés, et les pleins pouvoirs. Briatore lui accorde cette faveur que Ron Dennis n’avait jamais cédé à Woking, en contrepartie de la perte pour Alonso d’uneflèche d’argent hyper-compétitive.L’Asturien récupère un bolide imparfait pour 2008. Stakhanoviste, Alonso travaillera d’arrache-pied pour faire progresser la R28. En début de saison, le Taureau des Asturies ne réussit qu’un mince exploit, une première ligne aux côtés de Räikkönen au Grand Prix d’Espagne, à domicile ...Sans un matériel compétitif, très loin du niveau des top teams McLaren et Ferrari, le champion dumonde 2005 et 2006 était donc condamné une saison dans l’ombre, le titre mondial 2008 étant pour lui utopique.La réaction d’orgueil d’Alonso,plein de panacheen fin de saison 2008, ne suffira cependant pas à le faire plébisciter meilleur pilote de l’année, tant l’étoile de Robert Kubica aura brillé également dans la galaxie F1 ...

Le jeune Polonais, après avoir appris gentiment le métier de pilote de F1 en 2007 comme coéquipier de Nick Heidfeld, prouve que Mario Theissen avait eu raison de congédier Jacques Villeneuve en 2006 après Hockenheim. Le podium du pilote de Cracovie à Monza, dès sa troisième course, ne serait pas un feu de paille. Exemplaire, Kubica pointait en effet en tête du Mondial devant les favoris Hamilton, Massa et Raikkonen après une stupéfiante victoire au Canada, sur le circuit Gilles-Villeneuve où il avait frôlé la mort en 2007. Avec une seule erreur durant la saison, sous la pluie de Silverstone, Kubica a montré son étoffe de champion face aux autres gladiateurs de la vitesse. Au sein de l’élite, le Polonais a prouvétrois vertus magistrales: régularité implacable, imperméabilité face à la pression, propension à éviter les erreurs. Sa victoire au Canada le condamna involontairement. Mario Theissen avait alors atteint son objectif de la saison en décrochant ces premiers lauriers sur le circuit québécois de l’île Notre-Dame. BMW, désireux de développer son future bolide pour la saison 2009, qui sera celled’un nouveau règlement technique,décida donc de brider le développement de la F1.08. Le bureau d’études de Hinwil planche alors, durant l’été 2008, sur la F1.09 et ce, de façon exclusive. A cause de cette étrange politique, l’écurie allemande fait de sa monoplace courante une terre en jachère, orpheline de ses meilleurs ingénieurs. BMW spécule sur un avenir radieux alors que la ruée vers l’or de 2008 n’a pas livré son verdict. Mario Theissen commet une erreur doublement impardonnable alors que la marque à l’hélice peut décrocher leGraal, 25 ans aprèsavoir atteint lezénith avec Nelson Piquet, champion du monde sur Brabham BMW en 1983 ... Faute de stratégie globale sur la campagne mondiale 2008, etmanque d’ambition criant. Mettant tous ses oeufs dans le même panier dans l’optique de 2009, l’écurie bavaroise sacrifie son pilote sur l’autel d’un futur censé être meilleur. Ce ne sera pas le cas, au grand dam de l’état-major münichois...Privé d’une F1 capable de suivre les développements de McLaren et Ferrari, Kubica réalise encore quelques podiumsaprès sa victoire au Canada: Valence, Monza, Fuji. Mais BMW Sauber s’est tirée elle-même une balle dans le pied. Du Capitole à la Roche Tarpéienne, il n’y a qu’un pas, et BMW l’a franchi volontairement!

Champion du monde 2007, Kimi Räikkönen débute la saison sur les chapeaux de roue. Vainqueur à Sepang et Barcelonesans se départir de sa placidité habituelle, Iceman semblait parti pour décrocher un deuxième titre consécutif. Mais Felipe Massa prit l’ascendant face à un pilotedémotivé,bien qu’ilparvint à décrocher 10 fois le meilleur tour en course. Une ultime démonstration desa virtuosité sous la pluie de Spa Francorchamps, son fief, malheureusement vaine, condamnait Kimi à perdre sa couronne chèrement acquise. Fin 2009, le Finlandais Volant, digne héritier de Mika Hakkinen,mettrait un terme à sa carrière, désireux de s’offrir une année sabbatique, comme Niki Lauda fin 1979 ouAlain Prost fin 1991.S’il n’avait rien perdu de son talent, comme allait le prouver son exceptionnel été 2009, où Iceman porterait le destin de la Scuderia sur ses seules épaules, Raikkonen n’était plus, dès 2008,l’étincelant pilote capable d’aller chercher les derniers centièmes à la limite des trajectoires ... Un pilote démotivé ne peut plus en concurrencer un autre qui a le couteau entre les dents. Le Viking fut aussi malchanceux à plusieurs reprises: au Canada (percuté par Hamilton), en France (doublé par Massa car victime de problèmes mécaniques), à Valence (moteur cassé).

Enfin, son compatriote Heikki Kovalainenservit d’agneau sacrifié de Woking. Poleman à Silverstone, vainqueur à Budapest après l’abandon cruel de Felipe Massa,le Finlandais, transféré de chez Renault pour remplacer Alonso reparti à Enstone/ Viry, n’était pas le premier choix de McLaren pour 2008. Le veto de Nico Rosberg, désireux de rester maître de son destin chez Williams plutôt que de servir de porteur d’eau à Lewis Hamilton, ouvrait la voie au transfert de Kova dans l’écurie McLaren Mercedes.Mais malgré le credo d’équité toujours défendu officiellement par Ron Dennis chez McLaren, Heikki Kovalainen succéderait à Alain Prost, David Coulthard, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso dans la liste des pilotes n’ayant pas la faveur de Woking. Mais pour la première fois, Ron Dennis assuma publiquement ce statut, comme en témoigne le dépassement si aisé de Hamilton sur Kovalainen à Hockenheim ... Cependant, l’envergure du Finlandais n’est pas celle d’un champion du monde en puissance, comme le prouva la course de Monza. Hamilton relégué dans le ventre mou du peloton après un samedi catastrophique, Kovalainen aurait pu saisir sa chance en première ligne. Mais il fut battu à plate couture par un époustouflant pilote nommé Sebastian Vettel, dans le cockpit de sa modeste Toro Rosso. Sur l’autodrome lombard, Kovalainen prouva involontairement qu’il n’avait pas la dimension requise pour mériter le statut de pilote n°1 d’un top team.

- Les erreurs: Lewis Hamilton et son dauphin FelipeMassa ont multiplié les fautes de pilotage en 2008. Si le pilote au casque jaune a été l’auteur de courses splendides (Istanbul, Monaco, Silverstone, Hockenheim, Francorchamps, Shanghaï), il a également commis beaucoup d’erreurs. Pour sa deuxième saison dans l’élite, Hamilton a montré ses limites: percutant Alonso à Sakhir, il ruina sa course. Au Canada, le Britannique détruisit stupidement sa flèche d’argent sur la Ferrari de Kimi Raikkonen. A Fuji, il rata son départ, tentant de bloquer le Finlandais,avant de s’accrocher quelques tours plus tard avec son rival pour la couronne, Felipe Massa ... Ce dernier n’était pas en reste. Après deux courses, Massa était nanti d’un zéro pointé. Les journalistes italiens réclamaient à Ferrari la tête du pilote brésilien. Avec l’épée de Damoclès sur la tête, Massa sauva son baquet au sein de la Scuderia par une victoire à Bahreïn. Plusieurs fois piégé sous la pluie de Silverstone, le Pauliste fut indigne d’un candidat au titre lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, que son rival Hamilton survola de sa classe ... Piégé à Singapour par la faute de la Scuderia (le tuyau d’essence partant avec la Rossa ...), le Brésilien fut médiocre à Fuji, indigne du money time. Comme son alter ego britannique, Massa afficha en fin de campagne un visage relativement médiocre, à l’exception du final d’Interlagos, se sublimant à domicile. Hamilton, lui, avait su relever le défi de Shanghaï, sortant la guillotine au moment opportun.
Mais face à la pression allant crescendo, course après course, les deux duettistes avançaient àun train de sénateur. Si bien que la fable du lièvre et de la tortue qu’incarnaient involontairement les leaders respectifs de Woking et Maranello montra leur faiblesse au grand jour.
Se regardant en chiens de faïence au classement, Hamilton et Massa avancèrent à pas de fourmi après Valence. Nantis de70 et 64points chacun après le Grand Prix d’Europe, ils en recueillirent par la suite28 et 34 respectivement entreSpa Francorchampset Interlagos. Sur le money time, sur les six dernières courses de la saison, Massa et Hamilton furent surclassés par Alonso (43 points) et talonnés par le jeune espoir allemand Vettel (26 points).

- la pression: Hamilton montra à plusieurs reprises des signes de nervosité. A Silverstone en qualification, où il rata sa séance pour ne se classer que 4e devant son public, déçu en pleine "Lewis-mania". A Fuji où il perdit son sang-froid . A Interlagos où il décrocha le titre in extremis avec une course anonyme, se faisant déposer par Vettel sous la pluie dans les derniers tours, l’Allemand exploitant sa Toro Rosso avec un culot monstre. Mais Felipe Massa ne fut guère plus brillant dans ce domaine, ratant son début de saison face à son champion du monde de coéquipier, Kimi Raikkonen. Désireux de prouver sa valeur à Stefano Domenicali, le Brésilien se mit à surconduire, phénomène bien connu, et se fourra dans un guêpier dont il se tira in extremis à Sakhir ... Dominé par Raikkonenbien que vainqueur à Magny-Cours, médiocre sous la pluieà Silverstone, transparent à Hockenheim, pâle à Spa Francorchamps où il récupéra chanceusement la victoire sur le toboggan ardennais, décevant à Fuji, aidé par Iceman à Shanghaï (juste contrepartie du geste de Massa au Brésilenvers Raikkonenfin 2007), le Pauliste fut bien souvent paralysé par l’enjeu, incapable de surclasser les pilotes le précédant quand il ne partait pas en pole, son schéma favori pour viser la victoire. Et il fut inexistant à Spa, temple du pilotage, comme à Silverstone et Monza, là où Hamilton eut au moins le mérite de briller sur les quatre circuits piliers de la F1: Monaco (vainqueur), Silverstone (vainqueur), Spa Francorchamps (vainqueur disqualifié, auteur d’une poursuite pleine de panache derrière Kimi) et Monza (auteur d’une remontée exceptionnelle sous la pluie).


par AxelBorg
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2008, une saison au rabais ?

Message par dom465 le Lun 24 Déc - 19:49:52

Tout à fait d'accord avec cette analyse.
Hamilton a, clairement, la vitesse nécessaire. Mais je crois qu'au niveau du mental, il est loin du compte. Trop enfant gâté (par Mc Laren).
Par contre, même si je suis loin de le porter très haut dans mon coeur de passionné, je trouve qu'au niveau pilotage, sa saison 2012 fut la meilleure. Mais trop de problèmes de fiabilité pour sa voiture, trop d'erreurs dans les stands, trop d'erreurs de son équipe.
Par contre, ce fut certainement la saison où lui, en fit le moins, d'erreurs.
J'attend donc de voir en 2013 si cette montée de maturité se confirme !
Ou pas !!!
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2913
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2008, une saison au rabais ?

Message par Guylaine le Lun 24 Déc - 20:23:49

hamilton est un gentil noir (je ne suis pas raciste du tout)mais dans la tête de Ecclestone monsieur $$$$$$$$$$$$ ou £££££££££££££ou cela faisait chic d'avoir un noir champion du monde mais il est un pilote plus qu'ordinaire...



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20479
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2008, une saison au rabais ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum