Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Aller en bas

Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Dim 23 Déc - 1:09:29

Le Grand Prix de Belgique 1991 fut remporté par Ayrton Senna. Le double champion du monde brésilien, au volant de sa McLaren Honda, décrocha une quatrième victoire de rang sur le toboggan des Ardennes. Mais le virtuose de Sao Paulo ne devait son succès sur le juge de paix wallon qu’aux abandons de Nigel Mansell (Williams-Renault), Jean Alesi (Ferrari) et Andrea de Cesaris (Jordan Hart). Le pilote italien, dans le cockpit de sa modeste Jordan, avait frôlé l’exploit en ne se qualifiant pourtant qu’en 11e position. Son coéquipier, le jeune rookie allemand Michael Schumacher, cassa son embrayage à la Source au premier tour. Celui qui devint le Kaiser, avec par la suite 7 couronnes mondiales et 91 victoires, soit grosso modo le palmarès de Prost et Senna réunis (7 titres et 92 succès en cumulé), avait hissé sa Jordan en 7e position sur la grille du circuit belge ... Il est donc permis d’imaginer que Michael Schumacher, si son embrayage ne l’avait pas trahi, eut pu gagner son premier Grand Prix en F1 en 1991 ...

L’exploit eut été colossal. Ni Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) en 2007 ni Jacques Villeneuve (Williams-Renault) en 1996 ne l’ont réussi pour leur baptême du feu. Le Canadien était passé fort près en Australie en 1996, ne cédant la victoire à son coéquipier anglais Damon Hill qu’à sept tours du terme, provoquant l’enthousiasme des journalistes québécois ... On vous l’avait dit, c’est pas un pas un deux de pique! Dès sa première course en F1, le fils de Gilles Villeneuve avait fait sensation. Lewis Hamilton, meilleur rookie de l’Histoire, avait fait très forte impression en 2007, grimpant sur la troisième marche du podium derrière Räikkönen et Alonso. Le Finlandais et l’Espagnol étaient les nouveaux patrons d’une F1 orpheline du Kaiser Schumacher, qui avait pris sa retraite fin 2006. Les débuts fracassants du pilote au casque jaune renvoyaient à ceux de Michael Schumacher en 1991, en Belgique.

Mais avant de comprendre pourquoi il n’était pas utopique de voir Schumacher triompher en 1991 à Spa-Francorchamps pour son entrée en piste au milieu des gladiateurs de la vitesse, il faut s’intéresser à sa montée en puissance vers l’élite du sport automobile.

En plein été1988, alors qu’Ayrton Senna et Alain Prost se disputent farouchement la couronne mondiale dans une lutte fratricide chez McLaren-Honda, au zénith de la F1, le responsabledes relations publiques de Mercedes, Gerd Cremer, reçoit un coup de fil de Domingos Piedade, un des patrons d’AMG.

Ce dernier a vu sur la piste de kartingde Kerpen, une petite ville proche de Cologne, un virtuose du pilotage. Plus de trente ans après le drame des24 Heures du Mans 1955 qui avait précipité son retrait de la compétition, Mercedes estime qu’il est temps de ressusciter les flèches d’argent, nostalgique du temps des Caracciola, Fangio et autres Moss, menés par le génial directeur d’écurie qu’était Alfred Neubauer. Pour Stuttgart, il est plus que temps de mettre un terme à l’apartheid qu’il s’est lui même imposé depuis 1956. L’étoile de Mercedes doit de nouveau briller au pinacle de la F1.

En effet, la firme à l’étoile veut restaurer une image sportive contre son grand rival national, BMW, lequel a profité de l’ère des turbos pour gagner un championnat du monde des pilotes, certes controversé, en 1983, avec Brabham et Nelson Piquet.
Sous l’égide du génial Paul Rosche, BMW a donc vécu l’apothéose en F1. Mercedes veut en faire autant ...

Mais avant que le phénix renaissede ses cendres, plusieurs conditions se doivent d’être réunies. Alors que Bernie Ecclestone cherche lui-même à restaurer l’Allemagne en F1, Mercedes pose ses conditions: une bonne couverture télévisée des Grand Prix, et un pilote allemand de grand talent.
Favorisé avant-guerre avec Caracciola et Rosemeyer, le sport automobile allemand est orphelin de Stefan Bellof, prodige qu’on comparait déjà à Jim Clark et Gilles Villeneuve, et qui avait fait sensation avec Tyrrell en 1984 sous la pluie de Monaco, bien qu’éclipsé par Ayrton Senna qui chassait la victoire derrière Alain Prost.

Ancien manager d’Emerson Fittipaldi et conseiller d’Ayrton Senna à ses débuts, Domingos Piedade sait donc de quoi il parle quand il recommande à Mercedes le jeune espoir qu’est Michael Schumacher.
Ce dernier, en cette année 1988, tape également dans l’oeil de Willi Weber à l’occasion d’une course de Formule Ford disputée à Salzbourg sous une pluie apocalyptique.
Par ses trajectoires millimétrées dans des conditions précaires d’adhérence, le jeune Allemand, à seulement 19 ans, impressionne fortement Weber.
L’ancien gérant de discothèques prend sous son aile ce fils de maçon pour la saison 1989 en Formule 3 allemande. Le championnat sera très disputé face à deux autres espoirs du sport automobile germanophone, l’Allemand Heinz-Harald Frentzen et l’Autrichien Karl Wendlinger.
C’est finalement Wendlinger qui sort vainqueur de ce championnat de F3 allemand en 1989, mais les trois jeunes pilotes se voient récompensés par une place dans le Junior Team de Mercedes, qui concrétise son retour en compétition par une victoire aux 24 Heures du Mans en association avec l’écurie suisse de Peter Sauber.

En 1990, alors que Schumacher redouble en F3 et s’octroie la couronne avec panache, il est aussi couvé par le mentor qu’est Jochen Mass en championnat du monde de sport-prototypes.
Apprenant comme une éponge, Schumacher réalise à quel point il est viscéralement attaché au sport automobile: apprenant l’anglais en un temps record, l’ancien cancre d’école, qui serait devenu mécanicien sans ce formidable échappatoire social, progresse aussi dans d’autres domaines: diététique (coaché parWilly Dungl, l’ancien gourou de Niki Lauda), communication orale et bien sûr technique.
Ces années Mercedes seront la base qui feront du futur Kaiser un futur pilote complet chez Benetton et Ferrari: préparation physique impeccable, science de la mise au point, communication idéale avec ses ingénieurs et ses mécaniciens ...

Vainqueur à Macao dans des circonstances controversées face à Mika Häkkinen fin 1990, Schumacher a déjà l’épée de Damoclès sur la tête avant même d’arriver en F1. Il ne bénéficiera pas de l’indulgence traditionnellement offerte aux rookies.
Si le Finlandais débute en 1991 à Phoenix avec Lotus, l’Allemand voit cette saison de F1 s’ouvrir sans lui. Mais en 1990, il s’est imposé comme le leader de la génération d’espoirs guidés par Mercedes. Jochen Neerspach considère Schumacher comme plus prometteur que Frentzen ou Wendlinger.

La providence va voler à son secours. En décembre 1990, le pilote belge Bertrand Gachot avait eu une altercation avec un taxi londonien. Utilisant un gaz lacrymogène pour se défendre, le pilote de l’écurie Jordan sera condamné par la justice britannique à l’été 1991. Gachot a largement franchi le Rubicon si l’on considère le droit britannique.Après le Grand Prix de Hongrie, Eddie Jordan se met à la recherche d’un pilote dans l’optique de la course suivante, Spa-Francorchamps. Ecurie débutante en F1, Jordan a signé le meilleur tour en course à Budapest à la surprise générale, par l’entremise de Gachot, même si Ayrton Senna et sa McLaren-Hondaont imposé sa férule aux Williams-Renault pour la victoire...

Le directeur commercial de Jordan, Ian Phillips, conseille à son patron de prendre un pilote Marlboro pour soigner les relations avec Philip Morris. Gachot, pendant ce temps, vit un calvaire. Du Capitole à la Roche Tarpéienne, il n’y a qu’un pas. Lâché par Jordan, le Franco-Belge assisteà son procès le 13 août, le mardi suivant Budapest. Pour le remplacer, Eddie Jordan pense à Stefan Johansson, Derek Warwick ou Keke Rosberg, tous des pilotes expérimentés. Mais le Finlandais, certes champion du monde, a 43 ans, alors que le Suédois et le Britannique n’ont jamais gagné de course.
Fuck the friendship, a vociféré Jordan à l’oreille de Gachot, car il est question de survie de son enteprise. Devant la poule aux oeufs d’or que représente la piste Mercedes, Eddie Jordan oublie vite Gachot et Marlboro.

En vacances en Espagne, Jordan se retrouvé harcelé au téléphone par Jochen Neerspach et Willi Weber. Avant que Mercedes en revienne officiellement en F1 à l’horizon 1993-1994, l’idée est de placer Schumacher en éclaireur dans le paddock, avant de le récupérer plus tard, quand il aura gagné en expérience.
Le lobbying efficace de Neerspach et Weber finit par convaincre Jordan de laisser une chance à Schumacher, lors d’un test à Silverstone le mardi précédant la course ardennaise.

Et comme en 1983 où Ayrton Senna avait cloué le bec de l’écurie Williams pour ses premiers coups de volant en F1 à Donington, cette séance d’essais restera gravée à jamais dans la mémoire de l’écurie Jordan, et en particulier de Trevor Foster, l’adjoint d’Eddie Jordan.

Passant brillamment ce test, Schumacher devient à 22 ans le coéquipier d’Andrea de Cesaris. Jordan a déjà empoché un pactole de 150 000 livres sterling pour l’essai de Silverstone et le Grand Prix de Belgique.
Il négocie avec Jochen Neerspach400 000 livres de plus, manne providentielle, pour les courses restantes avant l’épilogue de la saison 1991.

Pendant ce temps, Gachot croupit dans la lugubre prison de Brixton. Sur le toboggan des Ardennes, le rookie Schumacher se révèle époustouflant.
Il se permet dans un premier temps de dominer son coéquipier De Cesaris, vieux loup de mer présent en F1 depuis une décennie. Il s’autorise ensuite une performance exceptionnelle en qualifications, septième sur un circuit juge de paix tel que le géant des Ardennes. Il ne s’arrête pas malgré la pression qui monte avant la course du dimanche, signant le quatrième temps du warm-up. Seuls Senna, Mansell et Patrese ont été plus rapides que le débutant! Prost (Ferrari), Berger (McLaren) ou Piquet (Benetton) sont battus par le jeune espoir allemand, qui suscite l’admiration de tous.

Sur ce circuit de vérité qui sépare les hommes des petits garçons, selon la citation de Dan Gurney, la virtuosité d’Ayrton Senna fait merveille.
Clé de voûte de McLaren, le double champion du monde place son bolide anglo-japonais en pole position.
Triple tenant du titre en Wallonnie, le génie de Sao Paulo compte bien réussir la passe de quatre, exploit réussi par un autre as du volant, Jim Clark, entre 1962 et 1965.

Aux côtés de Senna en première ligne, se trouve Alain Prost, sa Némésis. Sur sa Ferrari, le Professeur sera un outsider de choix pour ce Grand Prix de Belgique qu’il a terminé trois fois à la deuxième place derrière Senna, en 1988, 1989 et 1990, après deux victoires en 1983 et 1987. La deuxième place de 1988 avait été le symbole criant de l’usure du pouvoir, face à un Senna désarçonnant de facilité, insolent de supérorité.

Troisième de la grille de départ, Nigel Mansell, le dauphin de Senna au classement du championnat du monde.

Fer delance de Williams-Renault, l’Anglais veut poursuivre sur la lancée d’un été globalement victorieux, malgré le revers de Budapest.

En quatrième position, Gerhard Berger marquera à la culotte Mansell. Coéquipier de Senna à Woking, l’Autrichien a depuis longtemps mis ses ambitions personnelles de côté, surclassé par le talent phénoménal du Pauliste.

Cinquième, Jean Alesi rêve d’un podium à Spa pour confirmer qu’il reste l’étoile montante de la discipline, après avoir montré tant d’audace en 1990 par deux podiums à Phoenix et Monaco.

Sixième, Nelson Piquet reste un redoutable vétéran, excellent finisseur, capable de n’importe quelle prousse surune Benetton bien née sous le coup de crayon de Rory Byrne. Le Carioca avait décroché une victoire opportuniste au Canada à la fin du printemps, rappelant qu’il combattait à merveille, du haut de ses 39 ans,l’inexorable érosion du temps et le déclin guettant tout pilote très expeérimenté.

Septième, Schumacher se prépare à sa première course en F1, derrière des seigneurs tels que Senna, Prost ou Piquet, huit titres de champion du monde à eux trois. Pour réussir la quadrature du cercle, chercher la victoire à son premier Grand Prix, il faudra au jeune Allemand réussir un exploit presque impossible statistiquement, seul Giancarlo Baghatti s’étant imposé pour ses débuts, en 1961 à Reims-Gueux.

Face à ce défi utopique, Schumacher ne tiendra pas longtemps, victime de l’embrayage de sa Jordan après l’épingle de la Source. Au bout de 300 mètres, le jeune Allemand doit jeter l’éponge. Mais son week-end belge ne sera pas un feu de paille, Schumacher prouvant dès Monza qu’il est bien fait du métal des champions.

L’étoffe des champions, Schumacher la possède, comme Senna ou Prost, Ross Brawn en est persuadé ... Directeur technique de Benetton en 1991, Brawn avait pu voir à l’oeuvre le prodige allemand en 1990, alors qu’il était avec Tom Walkinshaw, chezJaguar, un concurrent de Mercedes au championnat du monde des voitures de sport.

Brawn souffle la bonne affaire à Flavio Briatore. Opportuniste de talent, l’Italien coupe l’herbe sous le pied d’Eddie Jordan qui n’avait pas pris la peine de signer un contrat en bonne et due forme avec Michael Schumacher.
Les talents de juriste de Jochen Neerspach font le reste, et Bernie Ecclestone tranchera en faveur de Benetton lors du célèbre épisode de la Villa d’Este.

Pris dans une tempête médiatique malgré son abandon en Belgique, qu’aurait vécu Schumacher en cas de victoire dans les Ardennes?

Tout porte à croire que l’exploit n’était pas complètement utopique pour le jeune Schumacher en ce dimanche 25 août 1991.

Primo, car la carrière de l’Allemand parle pour lui: 91 victoires, 7 titres mondiaux, inutile d’en dire plus.

Secundo, car Spa Francorchamps était le circuit fétiche du Kaiser: six victoires, décrochées en 1992, 1995, 1996, 1997, 2001 et 2002. Deuxième en 1993 derrière Damon Hill, disqualifié en 1994 au profit du pilote londonien de Williams, battu par le destin en 1998 dans un accrochage demeuré célèbre avec David Coulthard, absent en 1999 (blessure), classé en 2010 et 2011 avec Mercedes, Schumacher vit donc une relation particulière avec ce circuit de Spa, le plus proche de sa ville d’enfant, Kerpen, bien que situé de l’autre côté de la frontière belgo-allemande.

Tertio, car les circonstances auraient pu aider Schumacher. Parmi les pilotes placés devant lui sur la grille, trois n’ont pas vu le drapeau à damier de ce Grand Prix de Belgique 1991: Alain Prost, Nigel Mansell etJean Alesi, tandis qu’Ayrton Senna, Gerhard Berger etNelson Piquet prirent les trois premières places de la course. Prost, qui tombait de Charybde en Scylla en cette saison 1991, dut renoncer dès le troisième tour alors qu’il occupait la position de chasseur derrière Senna, sa proie favorite. Au vingt-deuxième tour, Nigel Mansell était victime de problèmes électroniques sur sa Williams-Renault. Le leader de Didcot perdait une précieuse occasion de revenir une fois de plus sur Senna, dont l’avance avait fondu comme neige au soleil depuis Magny-Cours. Quant à Jean Alesi, il fut trahi par le moteur de sa Ferrari au trentième tour.

La victoire de Senna fut relativementchanceuse ce jour-là, loin des implacables démonstrations de force à laquelle le Brésilien habituait tout le monde sur ses circuits fétiches, Monaco, Francorchamps ou Suzuka. Intouchables les années précédentes, Le Brésilien bénéficia en effet des abandons de Mansell et de Cesaris pour asseoir encore un peu plus son hégémonie sur Francorchamps, avec des quatrièmes lauriers consécutifs, même si sa McLaren ne fut pas épargnée par les problèmes de boîte de vitesses.

Loin d’une chevauchée fantastique empreinte de son traditionnel panache, le Brésilien accomplit ce jour là une course d’épicier, sage et méthodique.

Incroyable mais vrai, Andrea de Cesaris était parti pour décrocher un podium historique. L’Italien de Jordan, surclassé le samedi par le jeune espoir Schumacher, s’élançait de la onzième place.Et il se porta en tête de la course, montrant que le meilleur tour de Gachot à Budapest et les démonstrations de Schumacher aux qualifications de Spa n’étaient pas des performances sans lendemain pour l’écurie Jordan.

Mais si de Cesaris, parti onzième et qui se faisait coller une seconde par Schumacher à voiture égale depuis le début du week-end, aurait pu finir deuxième ce jour là, qu’aurait alors fait le jeune espoir allemand?

Toutes les spéculations sont donc permises à ce sujet...

Un dernier élément qui étaye la thèse d’une possible victoire de Schumi dès 1991 à Spa est le fait que les immenses champions convertissent, sauf infortune manifeste, leur première occasion de vaincre: ce fut le cas pour Alain Prost en 1981 à Dijon-Prenois, pour Fernando Alonso en 2003 à Budapest, pour Lewis Hamilton en 2007 sur le circuit Gilles-Villeneuve, pour Sebastian Vettel en 2008 à Monza.

Les rares exceptions s’expliquent aisément: en 1984, Ayrton Senna fut privé de la victoire dans le dédale de Monaco par le drapeau rouge abaissé de façon controversée alors que la Principauté était noyée sous la pluie. Furieux de se voir privé par le sort d’un succès sur le prestigieux Rocher monégasque, Senna se vengea en 1985 par un succès d’anthologie à Estoril. La deuxième occasion avait été la bonne,Senna entrait de plain-pied dans le gothat des Rainmasters, dans le sillage de Caracciola, Clark, Ickx ou Peterson.

En 2002, Kimi Raikkonen fut piégé par une flaque d’huile à Magny-Cours, flaque laissée par la Toyota d’Allan McNish. Sans cela, le jeune Finlandais, prometteur espoir de McLaren, aurait retardé le cinquième sacre de Schumacher ce jour-là dans la Nièvre. Mais le prodige de Woking ne se fit pas prier début 2003 à Sepang pour gagner sur le difficile circuit malais, provoquant une émotion incroyable chez Ron Dennis, qui en pleura de joie ... L’héritier de Mika Häkkinen, acheté à prix d’or fin 2001 à l’écurie Sauber, écrivait la première page d’une glorieuse carrière. Iceman avait bel et bienla course dans le sang, comme Senna, Alonso, Prost ou Schumacher, la course dans la peau, la rage de vaincre chevillée au corps.

Un jeune pilote craque souvent sous la pression devant la perspective d’une première victoire, mais pas toujours ...

Emerson Fittipaldi (Watkins Glen 1970, 4e course), Ayrton Senna (Monaco 1984, 5e course), Juan Pablo Montoya (Interlagos 2001, 3e course), Jacques Villeneuve (Nürburgring 1996, 4e course), Lewis Hamilton (Gilles-Villeneuve 2007, 6e course) ont soit gagné, ce qui fut le cas de Fittipaldi, Villeneuve et Hamilton, soit été battus par les évènements: le drapeau rouge pour Senna, un accrochage provoqué par Verstappen pour Montoya.

Solide comme un roc sur le plan psychologique, bien qu’il craquât sous la pression à plusieurs reprises durant sa carrière (Macao 1990, Adelaïde 1994, Jerez 1997), Schumacher montra dès son dixième Grand Prix, en 1992 à Barcelone, qu’il était capable de remporter un bras de fer avec un ténor du plateau.
En l’occurrence, c’était Ayrton Senna en Catalogne, sous la pluie ...

Poursuivi par son idole lors de ce Grand Prix d’Espagne, Schumi n’avait pas craqué. C’est même Senna qui était parti à la faute, pneus agonisants ...

En aurait-il été de même lors d’un duel Senna - Schumacher à Spa Francorchamps 1991? Possible, mais personne ne le saura jamais. Dommage en tout cas, car le destin nous a privé d’un première joute entre deux champions d’exception, avant que le décès de l’archange brésilien en 1994 à Imola ne mette un termeà lasomptueuse rivalité qui se profilait suiteau retrait d’Alain Prost fin 1993.


par AxelBorg
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Guylaine le Dim 23 Déc - 1:58:21

Ce que Axel Borg ne dit pas c'est que Ayrton était lui-même à son déclin n'en déplaise aux fans de Senna , Schumacher lui était largement supérieur en 1994 poussant Senna à la faute dans chacune des trois courses remportées par Schumacher .



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Dim 23 Déc - 4:31:19

Déclin un grand mot je pense simplement qu'il avait plus fort que lui sur le moment, mais la la suite personne ne la saura !!!!!!



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par dom465 le Dim 23 Déc - 10:39:53

Je pense aussi que parler de déclin après 3 courses est aller un peu vite en besogne. D'autant que l'année précédente, sur une voiture médiocre, il avait prouvé être au sommet de sa forme. Je crois surtout qu'avec l'arrêt de Prost, son "meilleur ennemi", il cherchait un peu ses marques et était intrigué par ce jeune qui montait, Schumacher. Et ce d'autant plus que sa Williams, sans les aides au pilotage (que la Benetton avait peut-être encore en partie ???), était très vicieuse à conduire. Non, c'est vraiment extrêmement dommage, pour l'histoire de la F1, que l'on n'aie pu voir ces 2 supers champions s'opposer plus longtemps.



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2914
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Dim 23 Déc - 11:44:30

très juste.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Guylaine le Dim 23 Déc - 11:55:44

Enfin chacun son opinion n'est-ce pas ? Je ne voyais pas en Senna un champion en 1994 puisqu'il était constamment en faute cependant que la fusée Schumacher volait sur les circuits ... Senna même vivant n'eut pas réussi à vaincre pour obtenir le championnat en 1994 ...



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Dim 23 Déc - 17:08:19

oui c'est clair tout pilote un moment donné trouve son maitre, mais nous n'avons pas eu le temps de voir car Senna nous à quitté.
Mais comme je te l'ai déjà dit Guylaine pour faire un champion il faut un staf de première une superbe voiture et être un bon pilote est la tu as une chance de devenir champion, mais pas avec une 2cv la tes chances sont bien réduites !!mdr!!



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par ascari 9 le Lun 31 Déc - 6:46:29

J'ai regardé le film "Senna" (sur DVD) il n'y a pas longtemps, et ce qui en ressort, c'est qu'au début 94', la Williams était assez difficile à conduire.
Elle sortait de 2 saisons où c'était la meilleure voiture au niveau de l'électronique (anti-patinage, suspension active, etc ...) mais en 94', ces aides au pilotage étaient interdites et les Williams ont eu du mal à s'adapter à ce changement.
Dans le film, on voit notamment Senna se plaindre à son ingénieur course du comportement difficile de sa monture, sous-vireuse en entrée de virage, puis brusquement sur-vireuse en sortie, ce qui provoque bien-sûr un tête-à-queue quand on ne s'y attend pas.
Donc je ne pense pas que c'est une question de perte de talent.
Il ne faut pas oublier que Senna a jusque là conduit des voitures "logiques", c'est à dire, des voitures qui font ce qu'on leur demande de faire, des voitures dont le comportement n'est pas perturbé par l'électronique.
En théorie, la Williams n'en avait plus, mais elle était sans doute mal équilibrée. Et puis, la Benneton de 94' est suspectée encore à l'heure actuelle d'avoir gardé l'antipatinage.
Pour moi, c'est davantage Schumi qui atteignait son meilleur niveau que Senna qui déclinait
avatar
ascari 9
Modérateur
Modérateur

Messages : 136
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par dom465 le Lun 31 Déc - 12:18:04

Totalement d'accord avec ton analyse, Ascari.



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2914
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Lun 31 Déc - 12:24:01

Parfait ton écrit ascari 9 et tellement vrai.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Guylaine le Lun 31 Déc - 14:05:06

Ouais peut-être vrai mais on ne saura jamais et Briatore le disait à l'époque l'aide au pilotage il s'appele SCHUMACHER ce qui m'a fait l'appeler la fusée bien cela vient de là ses départs extraordinaires mais bon ce n'est que mon opinion Very Happy



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par dom465 le Lun 31 Déc - 22:47:09

Ben, comme tu dis, Guylaine, on ne saura jamais a coup sûr. Mais quand même, n'oublie pas que Briatore était tout de même "digne" d'un Ecclestone, au niveau de son équipe. Et que des tonnes de témoignages confirme que la Benneton avait encore bien des "aides au pilotage" cachées ! Attention, c'est clair que Schumi n'y était pour rien mais, à son corps défendant, il en a quand même clairement bien profité. D'où un comparaison début 94, avec Senna, que me semble tout de même bien trop caduque pour que l'on puisse en avoir ressorti une domination ou un déclin de l'un ou l'autre pilote !



**********************
"I remember when sex was safe and Motor Racing dangerous !" Jack Brabham
"Dans le doute, il ne s'abstient jamais !" (Manu Zurini parlant de Gilles Villeneuve)
"Qand tu arrives en haut d'une côte, reste à fond. Il y a peut-être une ligne droite après !" (Willy Mairesse)

« Sais-tu ce qu'il y a de particulièrement beau dans une voiture ? Quand elle ne marche pas bien, on peut la démonter entièrement, mettre ses organes à nu, découvrir la cause précise du mal et ôter la pièce défectueuse pour la remplacer par une neuve.
Si on pouvait en faire autant pour les humains... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
dom465
Administrateur indispensable
Administrateur indispensable

Messages : 2914
Date d'inscription : 16/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Mar 1 Jan - 2:07:32

il est clair qu'il y à avait aucune preuve formelle, certains témoignages venus du paddook ou médiatisé !! mais mais on ne sais jamais. ????????

Et ci vraiment c'est le cas, n'aller pas me dire que Schumacher n'était pas au courant un super régleur comme lui je n'y crois pas trop "secret d'écurie"


Dernière édition par Modena49 le Mar 1 Jan - 4:23:08, édité 1 fois



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Guylaine le Mar 1 Jan - 4:03:17

Schumacher a menacé de quitter Benetton s'il y avait tricherie or , il n'y en avait pas...



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20538
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Modena49 le Mar 1 Jan - 4:41:56

Guylaine a écrit:Schumacher a menacé de quitter Benetton s'il y avait tricherie or , il n'y en avait pas...

En théorie, la Williams n'en avait plus, ???????????? et puis, la Benneton de 94' est suspectée encore à l'heure actuelle d'avoir gardé l'antipatinage.
Mais aucune preuve n'à réellement été établie par la FIA.
Jos Verstappen a accusé Michael Schumacher d'avoir remporté son premier titre, en 1994, en trichant : il aurait utilisé des systèmes électroniques d'assistance au pilotage.

Le Néerlandais était à l'époque le coéquipier de l'Allemand au sein de l'écurie Benetton, dirigée par Flavio Briatore. Il affirme que sa monoplace était conforme au règlement, mais que celle de Schumacher était équipée de systèmes secrets et, bien entendu, illégaux.

"Je sais ce qu'il s'est passé lorsque nous étions chez Benetton", a déclaré Verstappen à Nusport. "Les gens vont penser que je cherche des excuses, mais je sais que sa voiture était différente de la mienne."

"J'ai toujours pensé que c'était impossible (de réaliser de telles performances). Je freinais à la limite et je prenais les virages aussi agressivement que possible, alors comment Schumacher pouvait-il arriver à faire plus ? Quelque chose clochait (…) Comme tout le monde, Michael dépend lui aussi de sa voiture. Il était comme un dieu pour la plupart des gens mais il n'était pas Superman. Il ne m'a jamais battu en karting."


"J'en suis convaincu"




"Il profitait d'une assistance électronique au pilote", a insisté Verstappen. "Cela n'a jamais été dit mais j'en suis convaincu. Plus tard, j'ai posé la question à Flavio Briatore et il m'a répondu 'N'en parlons pas'. Alors j'en sais assez maintenant."

En 1994, Ayrton Senna soupçonnait fortement que la Benetton de Schumacher était illégale et qu'elle utilisait une forme d'antipatinage. Il a insisté en vain pour que son écurie, Williams, se plaigne à la FIA.



réaliste ? vu les incidents qui ont émaillé sa carrière, et avec flavio comme directeur, je pense que Schumacher a très bien pu le faire.

Bien sûr, Verstappen est un pilote de seconde zone qui cherche peut-être à se venger... mais là réponse de Briatore est pour le moins étrange, pas vrai ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour l'année 1994, Schumacher semble véritablement au top. Il remporte les deux premières courses de la saison. Puis vient le GP de Saint-Marin, un week-end noir qui restera tristement célèbre pour l'accident qui coûta la vie à Ayrton Senna. La mort du brésilien laisse au jeune allemand le champ libre pour le titre mondial. Il réalise le grand chelem lors des quatre premières courses de l'année, mais le titre fut acquis bien difficilement. D'abord, Schumi est disqualifié en Grande-Bretagne pour avoir ignoré les drapeaux noirs, et est exclu pour deux courses. Il faut également compter sur les suspicions qui pèsent sur Benetton, pour l'usage d'un anti-patinage. Tout se joue lors de la dernière course, où alors qu'il va se faire dépasser par Hill, c'est l'accrochage, les deux pilotes abandonnent, et Schumacher est champion du monde à 25 ans 10 mois et 10 jours, ce qui fait de lui le deuxième plus jeune champion à l'époque.

En 1995, Benetton dispose cette fois d'un moteur Renault, et Schumacher survole le championnat, avec un total de 9 victoires dans l'année, égalant ainsi le record de Nigel Mansell en 1992, et devient le troisième pilote à dépasser les 100 points en une année.



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spa 91, Schumacher aurait-il pu gagner ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum