Grand Prix d'Abou Dabi, pilote par pilote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grand Prix d'Abou Dabi, pilote par pilote

Message par Modena49 le Lun 14 Nov - 0:18:58

Lewis Hamilton - 1er : Le temps d'une course, Hamilton a mis tous ses déboires de côté pour démontrer qu'il n'a rien perdu de son talent. Dommage que le pilote McLaren n'ait pas eu l'opportunité de se battre contre le double champion Vettel, mais sa domination à l'avant a été parfaitement menée du début jusqu'à la fin. Alonso lui a mis la pression pendant toute l'épreuve ; Hamilton s'est forcé à demeurer concentré sur l'objectif et à gérer son avance. "Une victoire, c'est bon pour l'âme", a-t-il commenté, affichant de nouveau un sourire.

Fernando Alonso - 2e : On ne s'attendait pas à voir une Ferrari jouer parmi les meneurs, mais Alonso a de nouveau fait la preuve qu'il sait surpasser les attentes. L'Espagnol a très bien géré ses pneus et n'a jamais quitté l'arrière de la McLaren des yeux. Après avoir bouclé quelques tours de plus que Hamilton à la fin de son deuxième relais, son dernier arrêt lui aurait peut-être permis de revenir en piste à la hauteur du leader mais la stratégie n'a pas fonctionné. Alonso était non seulement heureux de sa 2e place, mais très content de grimper sur le podium aboudabien : "Je suis content, ma collection de trophées est enfin complète !"

Jenson Button - 3e : Si seulement le SREC de sa McLaren n'était pas tombé en panne - pour une très rare fois - dès le 12e tour. Button devait compléter une procédure sur son volant pour relancer le système, mais le SREC ne fonctionnait que de manière intermittente et cela le forçait à répéter la procédure tous les deux tours. "C'est d'autant plus satisfaisant d'avoir bien géré la situation et d'être monté sur le podium", a-t-il déclaré. En effet, vu son résultat, c'est un doublé que pouvait espérer McLaren.

Mark Webber - 4e : Red Bull a opté pour une stratégie à trois arrêts pour Webber, qui a poussé à fond. Toutefois, son premier arrêt a été coûteux en temps vu un écrou récalcitrant, et c'est ce qui a mis fin à ses chances de podium. Les choses auraient pu être pires : Massa l'aurait peut-être battu pour la 4e place si ce n'avait été d'un tête-à-queue. Toujours sans victoire cette saison, un constat surprenant quand on pense à 2010, il ne reste maintenant qu'une seule chance à Webber de triompher, au Brésil.

Felipe Massa - 5e : Un podium semblait possible pendant un certain temps, mais encore une fois cette année, Massa a perdu une autre opportunité et s'est retrouvé 5e. Il est vrai que Ferrari a dû lui attacher le modèle d'aileron avant précédant, qui génère moins d'appuis que celui dont se servait Alonso. Cela a fait en sorte que Massa manquait de grip lorsqu'il roulait sur la gomme médium et "c'est pour cette raison que je suis parti en tête-à-queue au 49e tour". Mais est-ce suffisant pour expliquer un retard de 42 secondes sur son coéquipier ? Massa doit avoir hâte à 2012.

Nico Rosberg - 6e : Alors que la tendance semblait sur le point de favoriser Schumacher, Rosberg a signé une de ses plus belles performances de l'année. Le pilote Mercedes a retenu son illustre coéquipier grâce à des manœuvres agressives mais correctes. Il a ensuite pris le large et s'est concentré sur Massa en fin de parcours. Un peu plus et Rosberg rejoignait le top 5, mais un manque d'adhérence sur la gomme médium ne lui a pas permis de concrétiser.

Michael Schumacher - 7e : Il s'agit probablement du meilleur résultat qu'il pouvait espérer, un résultat qu'il a qualifié de "raisonnable". La perte de quelques éléments aérodynamiques sur la carrosserie de sa Mercedes n'a pas été d'une grande aide non plus. D'ailleurs, son meilleur tour était une seconde plus lent que celui de Rosberg. Il peut se compter chanceux de terminer dans les points : il a conclu sa course sur une crevaison lente, ce qui explique pourquoi il a garé sa voiture quelques secondes après avoir franchi la ligne d'arrivée.

Adrian Sutil - 8e : Une très bonne performance qui méritait mieux que les quatre points récoltés. Le pilote Force India a connu un excellent week-end et avec deux tours de plus, aurait probablement doublé Schumacher. Sutil n'a toujours pas de contrat pour l'an prochain, mais il mérite sa place. Il est mûr pour un bon volant ; à savoir si son patron Vijay Mallya pourra lui offrir.

Paul di Resta - 9e : Force India a choisi des stratégies différentes pour ses pilotes, toujours dans le but de s'assurer qu'un des deux marque des points. Cette fois, contrairement au GP d'Inde, di Resta a rejoint son coéquipier dans le top 10. L'Écossais n'avait pas le même rythme que Sutil, mais c'est néanmoins mission accomplie.

Kamui Kobayashi - 10e : Après sept courses sans marquer de points, Kobayashi est grandement soulagé par cette 10e place. Son accomplissement est quelque peu terni par son tour de retard sur les meneurs, mais partir de la 16e place n'annonçait pas une course facile pour le pilote Sauber de toute façon. Après avoir passé cinq tours sur la gomme médium, le Japonais est passé sur la tendre pour attaquer jusqu'à l'arrivée. Du beau travail.


Sergio Pérez - 11e : Son aileron avant ayant été endommagé lors du premier tour, Pérez est vite passé par les stands chercher un nouveau museau pour sa Sauber. Vu la perte de temps, il en a profité pour chausser la gomme médium et entamer un plus long relais. La stratégie n'a pas eu le résultat voulu et le Mexicain a dû concéder le dernier point disponible à son coéquipier Kobayashi. De plus, son SREC est tombé en panne à 12 tours de la fin.

Rubens Barrichello - 12e : Un week-end à oublier pour Williams au niveau du résultat, mais Barrichello a signé une performance remarquable : après avoir démarré de la dernière ligne, le Brésilien est parvenu à remonter jusqu'à la 12e place. Si la voiture était un peu plus compétitive, Barrichello aurait peut-être été en mesure de récolter des points. S'il voulait faire la preuve de sa motivation de continuer en F1 l'an prochain, il ne pouvait faire mieux.

Vitaly Petrov - 13e : Son SREC en panne, le pilote Renault n'était pas en mesure de se défendre contre les attaques. Le pilote Renault a été impliqué dans plusieurs duels, mais il n'a pu gagner du terrain. En fait, il termine une place derrière sa position de départ. Déjà que le circuit de Yas Marina ne convenait pas à sa voiture, Petrov ne pouvait espérer tirer d'autre chose que de l'expérience de cette course.

Pastor Maldonado - 14e : Son premier relais sur pneus médium a été coûteux, mais alors qu'il aurait dû profiter des gommes tendres par la suite, Maldonado a plutôt manqué de constance. Agissant comme une chicane mobile pour les leaders, le pilote Williams a par la suite été pénalisé par un passage par la voie des stands pour avoir ignoré des drapeaux bleus. Après la course, les commissaires lui ont imposé une pénalité de 30 secondes (l'équivalent d'un stop-and-go), de nouveau pour les mêmes raisons. Cela n'a pas affecté son classement.

Jaime Alguersuari - 15e : Un résultat très décevant pour Toro Rosso après de si bonnes performances au cours des manches précédentes. Le rythme y était, mais une erreur lors du premier arrêt d'Alguersuari lui a fait perdre plusieurs places. Il est revenu en piste trop loin pour espérer rejoindre le top 10. Pour avoir ignoré des drapeaux bleus, les commissaires lui ont collé une pénalité de 20 secondes (l'équivalent d'un passage par les stands) après la course. Aucun effet sur son classement.


Bruno Senna - 16e : Puisque sa stratégie risquée comprenait un passage aux gommes tendres dès le premier tour, Renault comptait sur le déploiement de la Voiture de Sécurité tôt dans la course ; cet événement n'a pas eu lieu. En pratique, sa stratégie était alors devenue une course à deux longs relais sur la gomme tendre. Inévitablement, Senna a perdu du rythme à la fin de chaque relais. Une pénalité de passage par les stands émise contre le Brésilien a permis à Kovalainen de se rapprocher très près. "Soyons honnête, il n'y a pas grand-chose de réconfortant à tirer de cette performance", a déclaré Senna.

Heikki Kovalainen - 17e : On s'habitue à voir Kovalainen piloter ainsi : une performance solide, un potentiel maximisé et une course sans ennuis. Après un excellent départ, le pilote Team Lotus roulait à la 13e place. Le Finlandais a ensuite perdu du terrain, mais il était néanmoins sur le même tour que Kobayashi qui a terminé 10e, et avait un tour de retard sur le vainqueur. Quelques tours de plus et Kovalainen doublait Senna.

Jarno Trulli - 18e : Le départ de Trulli était à l'opposé de celui de son coéquipier Kovalainen : l'Italien a perdu des places dès les premiers hectomètres. L'embrayage de sa Team Lotus serait en cause, mais Trulli a néanmoins réussi à regagner les places perdues. Il a rattrapé l'autre voiture verte dans le classement de la course, mais pas sur la piste.

Timo Glock - 19e : Le pilote Virgin a bien accompli son départ et doublé deux voitures plus compétitives. Glock n'a pas pu protéger les places qu'il avait gagnées, mais à l'arrivée son avance sur la HRT de Liuzzi était plus importante que son retard sur la Team Lotus de Trulli.

Tonio Liuzzi - 20e : L'équilibre de sa HRT a été problématique tout le week-end et la course n'a pas fait exception : "Elle sous-virait à gauche et survirait à droite". Mais Liuzzi a persévéré et sa récompense fut de voir le drapeau à damiers, même si c'est à la dernière place du classement final de l'épreuve.


Abandons

Daniel Ricciardo (électrique, 49e tour) : Son rythme était similaire à celui de son coéquipier Liuzzi, malgré que ce dernier se battait contre sa HRT. L'Australien a ensuite gagné du terrain et mis un peu de pression sur la Virgin de Glock. Malheureusement, un problème électrique a mis fin à ses efforts à quelques tours de l'arrivée.

Sébastien Buemi (hydraulique, 19e tour) : Vraiment dommage. Pour la troisième fois en quatre courses, la Toro Rosso de Buemi a connue une défaillance technique. Le cas de di Resta réglé, le Suisse visait les places de Sutil et Schumacher. Mais le système hydraulique a flanché : après avoir affecté sa direction assistée, Buemi n'arrivait plus à changer de vitesse. Impossible de continuer.

Jérôme d'Ambrosio (freins, 18e tour) : Le pilote belge de l'écurie Virgin se "battait ferme" contre les deux HRT lorsque ses freins ont décidé de ne plus coopérer. Retour au garage et abandon pour d'Ambrosio.

Sebastian Vettel (crevaison, 1er tour) : Habituellement, on retrouve Vettel au sommet de cette liste et non à la fin. Mais pour la première fois cette saison, non seulement le champion en titre a abandonné, mais il n'y avait aucun pilote Red Bull sur le podium. Le poleman a fait un bon départ mais dès le deuxième virage son pneu arrière droit s'est soudainement affaissé. "Sur le chemin du retour au stand j'ai endommagé la suspension et c'était terminé pour moi", a-t-il expliqué. Voilà qui met fin aux espoirs de Vettel d'égaler le record de victoires en une saison, qui demeurera (pour une autre année au moins) entre les mains de Schumacher.

Laurence Edmondson / Chris Medland / Daniel Bastien[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum