Grand Prix d'Italie, pilote par pilote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grand Prix d'Italie, pilote par pilote

Message par Modena49 le Mer 14 Sep - 15:07:35

Laurence Edmondson / Chris Medland / Daniel Bastien
11 septembre 2011


Sebastian Vettel - 1er : Grâce à cette victoire sans partage sur le mythique circuit de Monza, le leader du championnat pose fermement une main sur la couronne 2011. Le pilote Red Bull s'est battu contre Alonso au départ et, bien qu'il était aux commandes d'une voiture supérieure, n'a pas perdu de temps à le doubler en complétant une manœuvre quelque peu culottée contre son adversaire. L'Allemand a faim et veut régler son 2e titre rapidement. Vettel a parfaitement géré la course avec plusieurs secondes d'avance. La récompense : sa 8e victoire de la saison.

Jenson Button - 2e : Le pilote McLaren est en pleine forme depuis plusieurs courses. Il mérite chacun des podiums réalisés au cours des trois derniers Grands Prix. Encore une fois, c'est par une remarquable remontée que Button fait sa marque : 3e au départ, un souci d'embrayage le faisait tomber à la 7e place. Un très beau duel contre Schumacher, conclu par une brave manœuvre, lui a permis de s'attaquer ensuite à Alonso et à s'emparer de la 2e place. Mais encore une fois, la question de pose : et si Button était parti de la première ligne ?

Fernando Alonso - 3e : Un excellent départ a placé sa Ferrari en tête du peloton alors que la foule criait son bonheur. Mais Alonso, au volant de la troisième meilleure voiture du plateau, savait qu'il se ferait éventuellement doubler. Une autre victoire en 2011 semble pour l'instant improbable mais l'Espagnol est néanmoins parvenu à monter sur le podium, au grand bonheur des milliers de tifosi sur place à Monza. Mais un tour de plus et l'histoire aurait pu être différente.

Lewis Hamilton - 4e : Ses deux longs duels contre Schumacher auraient pu être évités, s'il était resté plus près du duo en tête du peloton lorsque la Voiture de Sécurité est retournée aux stands. "Je faisais la sieste", a-t-il admis, mais Hamilton était certainement très réveillé alors que Schumacher a fait toutes les manœuvres possibles (et même un peu plus) pour le contenir derrière lui pendant les 16 tours suivants. Lorsque le pilote McLaren a pris Alonso en chasse, ses performances étaient impressionnantes. Il a franchi la ligne d'arrivée une demi-seconde derrière son adversaire. Et si Hamilton n'avait pas commis cette erreur derrière la Voiture de Sécurité ?

Michael Schumacher - 5e : Après avoir frôlé le podium au Canada dans des conditions dantesques, c'est sous le soleil italien que Schumacher a démontré que sa Mercedes était plus compétitive qu'auparavant. Un excellent départ et une vitesse de pointe enviable lui ont permis de grimper jusqu'à la 3e place et même de s'approcher d'Alonso. Cependant, ses tactiques de défense contre Hamilton étaient à la limite du règlement ; le patron Ross Brawn lui-même a dû intervenir par radio pour lui rappeler. C'est la preuve que le Schumacher de jadis est toujours juste sous la surface... pour le meilleur et pour le pire. "Je me suis amusé aujourd'hui," a dit le Kaiser ; nous n'en doutons pas. Si Mercedes produit une monoplace compétitive l'an prochain, le spectacle sera au rendez-vous.

Felipe Massa - 6e : Sa course a été ruinée quand Webber a frappé sa Ferrari lors du 4e tour. Parti en tête-à-queue et faisant face au trafic, le Brésilien est tombé de la 5e à la 10e place. Sa voiture n'était pas trop endommagée, alors il a pu entamer sa remontée. Toutefois, vu le rythme des rivaux devant, faire mieux qu'une 6e place était improbable.


Jaime Alguersuari - 7e : La tendance se confirme pour le pilote Toro Rosso : lors des cinq courses où il a marqué des points cette saison, à quatre occasions il partait de la 18e place. Il a profité de deux trains neufs de pneus tendres, en plus de regagner des places suite au carambolage du premier tour. Le résultat qu'Alguersuari a signé à Monza est le meilleur de sa carrière ; une performance impressionnante de la part de l'Espagnol. "J'aimerais être encore plus loin sur la grille pour la prochaine course", a-t-il blagué.

Paul di Resta - 8e : Puisque la Force India n'était pas aussi compétitive qu'espéré, cette 8e place - dans les points - est un bon résultat. Di Resta a poussé fort au début de l'épreuve sur des gommes tendres avant de compléter un long dernier relais sur la médium. Un pari payant.

Bruno Senna - 9e : La stratégie mise en place par Renault a été ruinée par le carambolage du premier tour. L'équipe a décidé de faire rentrer le Brésilien alors que la Voiture de Sécurité était en piste, ce qui l'a fait tomber à la 15e place. Mais puisqu'il était chaussé de gommes médium au départ, Senna a pu profiter de pneus tendres plus rapides jusqu'à la fin de l'épreuve. Une très bonne performance, surtout pour sa deuxième course aux commandes d'une Renault. Et Senna a une autre raison de sourire : il a récolté ses premiers points en Formule 1, entièrement mérités.

Sébastien Buemi - 10e : La Toro Rosso du Suisse a été touchée dans le premier virage, ce qui a affecté sa progression. La 10e place ce n'est pas mauvais, mais Buemi sait qu'il aurait probablement fait mieux, surtout que son coéquipier a décroché la 7e. "Si cela n'était pas arrivé, j'aurais pu finir 9e ou 8e peut-être", a-t-il remarqué.

Pastor Maldonado - 11e : Le manque de constance de la Williams était apparent. Maldonado avait un bon rythme au départ et roulait à la 6e place, mais à l'arrivée il n'était plus dans les points. Tout se passait bien pendant la première moitié de son premier relais ; c'est ensuite que ça s'est gâché. Pas assez rapide sur les longues lignes droites de Monza, le Vénézuélien était devenu une cible facile.


Rubens Barrichello - 12e : Chanceux de ne pas avoir été frappé dans le carambolage, malchanceux d'avoir été bloqué par les voitures accidentées. Relégué en fond de grille, Barrichello a immédiatement chaussé d'autres pneus en espérant tirer le meilleur parti d'une situation devenue compliquée. La décision était bonne, mais le rythme manquait sur sa Williams.

Heikki Kovalainen - 13e : Le pilote Finlandais a fait tout ce qu'il devait faire. En évitant les voitures accidentées jonchées sur la piste dans le premier virage, le pilote Team Lotus a gagné plusieurs places grâce aux multiples abandons. En ralliant l'arrivée, Kovalainen a donné une autre 13e place à son équipe, dont la voiture n'a pas encore le rythme nécessaire pour signer de tels résultats en conditions normales.

Jarno Trulli - 14e : À bord de l'autre Team Lotus, Trulli est lui aussi parvenu à se tenir loin des ennuis. Massa a légèrement endommagé sa voiture en poussant l'Italien contre une autre monoplace, mais l'équipe a pu effectuer des réparations rapides. Et il a néanmoins battu la Virgin de Glock.

Timo Glock - 15e : Un bon départ, mais le pilote Virgin a dû couper toute la chicane pour éviter le carambolage du départ. Glock, qui s'est alors retrouvé à la 14e place, n'a pas été pénalisé vu les circonstances. Bien que sa voiture s'est montrée un peu plus compétitive ce week-end, l'Allemand n'a pu rattraper les Team Lotus.

Daniel Ricciardo - Non classé : Le système anti-calage de sa HRT s'est déclenché au moment du départ et sa boîte de vitesse s'est bloquée sur le 3e rapport. L'Australien est donc resté immobile sur la grille pendant que le peloton s'éloignait. Une fois de retour en piste, le moteur a montré des signes de surchauffe ; un autre retour aux stands était nécessaire. Ricciardo a complété 39 des 53 tours, question de récolter de la télémétrie.


Abandons

Sergio Pérez (boîte de vitesses, 33e tour) : Le pilote Mexicain de l'écurie Sauber était en train de remporter un pari osé, soit une stratégie à un arrêt comptant un très long premier relais sur la gomme médium. Pérez roulait à la 7e place, avec une bonne avance sur son poursuivant, lorsqu'il a perdu le 3e rapport. Toute la boîte de vitesses est ensuite tombée en panne et c'était l'abandon.

Kamui Kobayashi (boîte de vitesses, 22e tour) : À bord de l'autre Sauber, Kobayashi avait une stratégie similaire mais elle a été gâchée par l'accident du premier tour : aileron avant et un pneu endommagés. Le Japonais a pu continuer sa course, mais sa boîte de vitesses a également connu une défaillance, comme celle de son coéquipier.

Adrian Sutil (hydraulique, 10e tour) : L'Allemand a traversé le carambolage du premier virage sans trop de problèmes, mis à part une perte de temps. Mais quelques tours plus tard la direction assistée de sa Force India a arrêté de fonctionner ; ensuite la boîte de vitesses a fait des siennes. Panne hydraulique et abandon.

Mark Webber (accident, 5e tour) : Alors qu'il se battait contre Massa, Webber a cassé l'aileron avant de sa Red Bull en percutant la voiture de son adversaire. En tentant de compléter le tour pour rejoindre les stands, l'aileron a glissé sous sa voiture à l'approche de la Parabolica : "Je n'arrivais plus à tourner ni freiner." Sa course s'est terminée par un voyage dans le gravier et un impact contre un mur de pneus.

Jérôme d'Ambrosio (boîte de vitesses, 2e tour) : Le 2e rapport de sa Virgin a cessé de fonctionner sur le tour de chauffe. D'Ambrosio a bien tenté de participer à la course, mais c'était peine perdue. Il est rentré aux stands à basse vitesse.


Vitaly Petrov (accident, 1er tour) : Un très bon départ, mais sa Renault s'est retrouvée dans la trajectoire de la voiture hors de contrôle de Liuzzi. La course de Petrov a malheureusement pris fin au premier virage.

Nico Rosberg (accident, 1er tour) : La course de Rosberg s'annonçait aussi prometteuse que celle de Schumacher. Malheureusement, sa Mercedes a été frappée lors de la réaction en chaîne provoquée par l'accident du premier virage. "Liuzzi a volé comme une torpille sur l'herbe", a commenté Rosberg.

Tonio Liuzzi (accident, 1er tour) : Il a réussi un très bon départ, mais a raté son freinage alors qu'il se rapprochait d'une Sauber. En effectuant une manœuvre d'évitement, Liuzzi a perdu le contrôle de sa HRT et s'est retrouvé en train de glisser sur l'herbe à haute vitesse, incapable d'arrêter à l'approche du premier virage. "Je suis vraiment désolé pour Petrov et les autres pilotes qui ont été contraints à l'abandon", a-t-il dit. Liuzzi devra reculer de cinq places sur la prochaine grille de départ. Ce n'était certainement pas la course à domicile qu'il souhaitait.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum