Ronnie Peterson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ronnie Peterson

Message par Invité le Jeu 20 Mar - 17:23:24



Ronnie Peterson (né le 14 février 1944 à Orebrofait, décédé le 11 septembre 1978) fait partie de cette race de pilotes dont le seul talent pourtant immense n'a pas suffi pour aller conquérir la couronne mondiale.

Le pilote Suèdois a commencé sa carrière par le karting, devenant un des meilleurs pilotes au monde, avec notemment 4 titres de champion de Suède.

En 1966, il débute en Formule 3, grimpe les échelons, jusqu'à dominer les saisons 1968 et 1969 du championnat Suèdois. Ce qui l'amène à disputer quelques courses de Formule 2 qui achèveront de convaincre pour son entrée en Formule 1.

Sa première saison, en 1970, sur une March absolument pas compétitive, sera vierge de points, mais lui permettra de parfaire son art, avant une saison 1971 où, sans victoire mais fort d'une assez belle régularité (seul Jackie Stewart finira plus de courses que lui dans les points) il se retrouvera vice-champion du monde, avec 5 podiums. La même année, il devient champion Européen de Formule 2.

En 1972, il ne parvient pas à retrouver le même niveau de performances qu'en 1971, malgré un podium en Allemagne. Quelques victoires en Formule 2 et en prototypes seront cependant une belle consolation en attendant 1973 où il est engagé par Colin Chapman pour piloter chez Lotus. Le début de saison est difficile, puisque si il progresse constemment, son coéquipier Fittipaldi a fait le plein de points en 5 courses et a pris la tête du championnat ! Mais il va monter en puissance le reste de la saison, podiums et enfin victoires, pas moins de quatre, en France, en Autriche, en Italie et aux USA. Il finira 3e du championnat de justesse derrière Fittipaldi.

1974, il accroche à nouveau plusieurs victoires, dont le Grand-prix de Monaco, mais Fittipaldi rentre plus régulièrement dans les points et il accroche le titre. 1975 ne sera pas meilleure, sa voiture n'est plus à la hauteur, Lotus n'ayant pas pu en préparer une nouvelle faute de moyens, et ne rentrant que 3 fois dans les points, il prefère revenir chez March l'année suivante, pour des performances en deça de son vrai niveau, 2 fois seulement il entrera dans les points, mais l'une des deux fois sera une éclaircie qui viendra marquer cette saison terne, une victoire à Monza. Passé avec de fortes esperances chez Tyrell en 1977, 3 entrées dans les points et avec une 3e place comme meilleur résultat, ce sera une nouvelle déconvenue.

Après 3 saisons sans entrer dans top 10 du championnat, revoilà Ronnie chez Lotus, avec un modèle éfficace : Le résultat ne se fait pas attendre, régulièrement dans les points, il signe une victoire à Zandvoort et en Autriche, réalise 3 pôles-positions, monte souvent sur le podium et rivalise avec son coéquipier Mario Andretti. Si celui-ci signe plus de victoires, il profite de son statut de N°1 : Peterson n'ayant pas toujours donné sa pleine mesure, par contrat. Mais après 13 courses, il pouvait toujours être champion du monde, avec 12 points de retard sur Andretti à 3 courses de la fin du championnat.

A Monza, il y a un grand carambolage au départ, les reservoirs gavés d'essence explosent, il est gravement bléssé aux jambes, mais vivant. Mais le lendemain c'est le choc : Il n'a pas survécu à ses blessures, insuffisance rénale. Le grand Ronnie s'était éteint à 34 ans. Au championnat il ne sera pas rejoint et conservera la 2e place du championnat 1978.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par mikakimi le Jeu 20 Mar - 17:29:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
mikakimi
Membre Honorable
Membre Honorable

Messages : 87
Date d'inscription : 13/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Ronnie Peterson

Message par Modena49 le Lun 14 Juil - 22:57:07

"Il a l'air suédois, l'accent suédois et le tempérament suédois. Ce peuple cultive la neutralité, non seulement politique mais émotionnelle. Mais à bord de sa voiture, c'est une autre histoire..." disait de lui Jackie Stewart. Flegmatique, presque glacial à la ville mais éclatant de brio au volant, Ronnie Peterson fut sans doute l'un des pilotes les plus rapides de sa génération, si ce n'est le plus rapide.



À la sortie de la chicane, au pied de la célèbre tour de chronométrage de Montlhéry, la petite monoplace blanche fait un écart. La roue avant droit accroche une botte de paille, la voiture se cabre et soudain se retourne. L'arceau raye le ciment dans une immense gerbe d'étincelles et soudain la paille s'enflamme. Le pilote s'agite, mais ne peut s'extraire de l'étroite coque. Il ressent déjà les premières morsures de l'incendie sur ses bras. Tout va ensuite très vite, en quelques secondes, la voiture est redressée, le pilote tiré vigoureusement hors de la monoplace, tandis que les extincteurs étouffent les flammes. Groggy, mais souffrant heureusement de brûlures superficielles, Ronnie Peterson reprend ses esprits à l'hôpital de Sceaux. Son mutisme inquiète les médecins qui ne décèlent pourtant aucune lésion grave. Le grand pilote suédois est tout simplement désespéré. Sans nouvelle de ses employeurs venus pourtant tout exprès d'Angleterre, il croit que tout est perdu...

Tout avait bien commencé pourtant en premier dimanche d'octobre 1969. Joliment éclairé par un bon soleil d'automne, le vieux circuit parisien a fait le plein pour les traditionnelles Coupes du salon. Une affiche de gala avec une course de Formule 3 qui s'annonce d'ores et déjà somptueuse. Les quatre ténors de la saisons sont là : Ronnie Peterson évidemment, Emerson Fittipladi, Tim Schenken et Reine Wisell, mais aussi les Français Depailler, Jabouille, Jaussaud et Mazet, des Italiens dont Vittorio Brambilla et bien sûr quelques-uns des meilleurs spécialistes des courses britanniques. Un plateau de rêve qui vient conclure l'une des saisons les plus relevées de la Formule 3. Une énième bataille de prestige entre les "quatre grands" qui ont pratiquement tout raflé à tour de rôle. Ils ont tous déjà un pied en Formule 2 et les observateurs avisés prédisent sans gros risque, leur accession en F1 dans un avenir proche. Parmi eux, Ronnie Peterson, le dernier vainqueur du GP de Monaco F3 semble tenir la corde. Il est au volant de la nouvelle March 693, la première monoplace d'un nouveau constructeur britannique qui déjà programmé son entrée en Formule 1 pour 1970. Pour l'instant, il n'a qu'une simple promesse de contrat et cette épreuve face à tout le gratin de la F3 apparaît comme un ultime test. Un succès ou à défaut un podium pour inaugurer le palmarès de la jeune marque lui vaudrait sans aucun doute la reconnaissance de ses futurs employeurs...

Et puis, cette stupide cabriole qui vient ruiner tous ces beaux projets d'avenir et anéantir son rêve de gosse.
Depuis l'âge de huit ans, il ne vit que pour la vitesse et compétition. Élève peu appliqué, enfant solitaire et peu expansif, il ne semble s'animer aux plaisirs de son âge que lorsqu'il dévale la colline voisine aux commandes d'une caisse à roulettes. Plus tard, il disparaîtra loin de tous, des journées entières au guidon de son vélo de course avant de goûter aux joies du karting avec un petit engin construit par son père. Soucieux d'en finir le plus vite possible avec l'école, il se fait engager à seize ans, comme apprenti dans la concession Renault d'Orebro, sa ville natale, passe son permis moto et veut s'acheter une 250 cm3. "Papa Peterson" qui fut lui-même pilote-constructeur d'une F3-500 à la fin des années quarante, a toujours encouragé son fils à devenir pilote, mais ce sera sur quatre roues ou... rien !

Ronnie s'incline, d'autant que son père décide de lui construire un vrai kart 200 cm3 en 1962. Aux commandes de la machine familiale, Ronnie enlève son premier titre national l'année suivante. Sacré à nouveau en 1964 et 65, il se lance dans une carrière inter, remporte le titre européen en 1966, mais échoue à la 3e place au championnat du monde. Déçu, mais aussi lucide sur son handicap de taille et de poids, Ronnie décide de se lancer en Formule 3 avec une monoplace, la Svebe, construite son père. Superbement réalisée la voiture, copie d'une Brabham, coûte finalement deux fois plus cher que l'originale et se révèle nettement moins performante. Revendue à l'automne 1966, la Svebe est remplacée par une bonne Brabham BT 18 avec laquelle Ronnie commence à se tailler une petite réputation. Ainsi, en 1967, il est intégré à l'équipe de Suède de F3 alignée à la Coupe d'Europe des nations à Hockenheim. Il y retrouve les frères Pederzani connus à l'époque du Karting et qui engagent désormais une Tecno en F3. Subjugué par les performances de la monoplace italienne menée au-delà du raisonnable par un certain Clay Regazzoni, Ronnie décide aussitôt d'en commander une pour la saison 1968. Avec son empattement court, la Tecno est en parfaite adéquation avec son style de kartman. Le succès ne tarde pas. Il enlève 12 victoires en 26 courses, remporte le titre national et se fait connaître sur le plan international après une 3e place au GP de Monaco. En cours de saison, Ronnie est devenu pilote professionnel, il a remboursé toutes ses dettes, mais il n'est encore que "l'autre Suédois qui va vite". La vedette, c'est Reine Wisell, sûr de lui et de son charme, parlant anglais sans accent et triomphant des meilleurs de la F3 sur tous les circuits européens. La promotion de deux espoirs pour une petite nation automobile comme la Suède est des plus incertaines et leur rivalité sera féroce même si les deux hommes sont devenus les meilleurs amis du monde !

En 1969, ils vont ainsi s'éviter soigneusement et ne se rencontrer qu'à l'occasion des grands évènements comme le GP de Monaco où Peterson prendra l'ascendant sur son aîné en le devançant après un long duel en finale. Après cette victoire dans ce qui était à l'époque considéré comme le championnat du monde de F3, on s'intéresse beaucoup à lui. BRM lui propose de visiter son usine et un test en F1, Tecno lui offre un volant en F2 pour le GP de la Loterie à Monza et enfin, Alan Rees, le manager de l'équipe de Jochen Rindt de Formule 2 lui propose le volant de la voiture de réserve engagée parfois pour Max Mosley et lui parle même de Formule 1.... Il se voit, en effet, proposer un contrat de trois ans incluant une saison de F1 et de F2 dès 1970 ! Un vrai conte de fées...

Toujours prostré sur son lit d'hôpital, le grand Suédois au visage rond d'adolescent revit l'exaltation de ces dernières semaines et n'ose plus espérer qu'une seconde chance se présente de sitôt. Et puis, soudain, la porte de la chambre s'ouvre sur Alan Rees, blême d'inquiétude. Il est resté longtemps sans nouvelles de son pilote et vient enfin de le retrouver... pour lui faire signer sans plus attendre son contrat !

Ronnie rassuré entame sa convalescence au sein du cocon familial. Pourtant l'inquiétude le tenaille, car au fil des semaines, son beau contrat a fondu comme neige au soleil. Chris Amon est d'abord engagé comme premier pilote en F1, puis Jo Siffert et il n'est déjà plus question que de Formule 2 pour Ronnie. March alors débordé par son programme F1 décide de céder son écurie F2 au pilote anglais Malcom Guthrie qui aligne une voiture pour lui-même et la seconde pour Amon... Au printemps, 1970, Ronnie l'espoir numéro 1 de la saison précédente est à pied. Le salut va d'abord venir en Formule 2, lorsque Chris Amon renonce à piloter la peu performante March 702. Puis pratiquement dans le même temps en F1. Colin Crabbe, un riche collectionneur qui alignait une McLaren pour Vic Elford en 1969, a décidé de passer commande d'une March 701 et l'état major de la marque s'empresse de lui recommander le jeune Suédois. Un an après sa victoire à Monaco, il débute en F1 sur le circuit de la Principauté, parvient à se qualifier et termine à une sage 7e place. Le reste de la saison sera plus difficile dans cette petite équipe manquant cruellement de moyens, mais il apparaît clairement que Peterson n'a pas usurpé sa place en Grand Prix.
Après cette année d'initiation, il se retrouve brutalement propulsé dans le rôle de premier pilote March, après que les "vedettes" de 1970 ont abandonné le navire faute de résultats. Avec la curieuse 711, légère et ultra-profilée, il va s'acquitter de sa tâche au-delà de toutes les espérances de ses employeurs en terminant second du championnat du monde derrière Jackie Stewart. En l'espace de deux saisons, Ronnie est déjà une star d'autant qu'il vient de survoler le championnat d'Europe de formule 2. Son contrat de trois ans avec March commence à lui peser. Il doit ainsi refuser les offres de Colin Chapman et repartir pour 1972 avec March. Ce sera la saison de trop. Les nouvelles 721 sont totalement "loupées". Ronnie frustré se console en Sport-prototypes en enlevant deux victoires avec la Ferrari 321 PB qu'il partage avec son vieux copain de la F3 Tim Schenken. En août, le ciel se dégage lorsque Chapman revient à la charge avec un nouveau contrat. Il sait qu'il se retrouvera en face d'Emerson Fittipaldi, le nouveau champion du monde mais n'en exige pas moins un statut de "premier pilote bis". Chapman cède et ne regrette pas son choix. Peterson d'abord "un peu brutal" avec la Lotus 72, puis pénalisé par des ennuis mécaniques s'affirme ensuite à chaque Grand Prix. Il est le pilote le plus rapide du moment tant aux essais (9 pole-positions dans l'année !) qu'en course et prend l'ascendant sur son équipier brésilien. Peterson enlève enfin son premier Grand Prix en France, récidive en Autriche. L'ambiance devient pesante dans le Team Lotus même si les deux pilotes se tiennent en haute estime. Au GP d'Italie, Peterson s'échappe encore et Fittipaldi qui possède encore une chance de revenir sur Stewart au championnat attend que le stand passe des consignes. Il attendra vainement. Chapman n'a pas voulu, dira-t-il, offrir une victoire au rabais au Brésilien. Ce dernier encaisse le coup mais signe quelques semaines plus tard pour McLaren. Peterson reste "le seul" premier pilote chez Lotus pour 1974. Une année de déceptions avec d'abord une nouvelle monoplace trop futuriste avec son embrayage semi automatique, que personne ne parvient à mettre au point. Chapman s'entêtera et il faudra que Ronnie s'impose à Monaco avec la "vieille" 72 pour que l'équipe arrête de se disperser.

Réalisant des exploits et même parfois des miracles, il triomphera encore à deux reprises avec cette monoplace fatiguée (elle dispute sa 5e saison !) Fatigué de se battre pour une simple place d'honneur en 1975, il décide de "rentrer au bercail" l'année suivante. March , pratiquement invincible en Formule 2, n'arrive toujours pas à se hisser au niveau des grandes équipes en F1 et alterne le meilleur et plus souvent le pire. 1976 ne dérogera pas à la règle et malgré un coup d'éclat sanctionné par une victoire heureuse au GP d'Italie, le "remariage" échouera. Peterson signe alors pour Ken Tyrrell qui aligne sa révolutionnaire F1 à six roues. Prometteuse lors de sa première saison, la seconde version de la P 34 n'avance plus. Dès le deuxième Grand Prix de la saison, Ronnie sait qu'il a fait le mauvais choix. Lorsque l'année s'achève, sa cote est au plus bas et son avenir au point mort. C'est alors qu'il engage un véritable pari. Celui qui reste une authentique vedette, mais aussi l'un des pilotes les mieux payés accepte de retourner chez Lotus... comme deuxième pilote. Mario Andretti qui a vécu la traversée du désert de Lotus puis son spectaculaire redressement à partir de 1977, entend bien toucher les fruits de ses efforts. Il se souvient aussi des épisodes de la douloureuse cohabitation Peterson-Fittipaldi et exige un statut de premier pilote. Chapman s'incline. Les Lotus 78, puis 79 à effet de sol sont intouchables, signant notamment quatre doublés. Peterson respecte son contrat au pied de la lettre, même s'il ne se prive pas de taquiner son équipier aux essais en se montrant plus rapide. Il retrouve aussi le chemin de la victoire en palliant à deux reprises aux défaillances de son "patron" et bien avant la fin de la saison, Mario Andretti est Champion du monde, Ronnie solidement installé à la seconde place et le Team Lotus décoré d'une nouvelle couronne mondiale des constructeurs. Ronnie a atteint son but, prouvé que ses années de "vache maigre" n'ont en rien entamé son immense talent, puisqu'il a fait jeu égal avec le champion du monde 1978. Une nouvelle carrière s'ouvre devant lui l'année suivante en tant que premier pilote de McLaren... Le destin allait en décider autrement. Victime d'un carambolage au départ du Grand Prix d'Italie, on avait craint le pire en découvrant un immense panache de fumée se dégager de la Lotus. Ronnie Peterson était extrait de la coque avec de sérieuses blessures aux jambes, mais tout le monde fut rassuré de le voir assis au bord de la piste conversant avec ses sauveteurs. Transporté à l'hôpital de Milan, il devait cependant succomber quelques heures plus tard d'une embolie gazeuse, à la suite d'une opération chirurgicale hâtive.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

1944 : naissance le 18 février à Orebro (Suède)
1962 : débuts en karting
1963/64/65 : champion de suède de karting
1966 : champion d'Europe de karting, 3e du championnat du monde ; débuts en Formule 3
1967 : 5e du championnat de Suède de F3 (Brabham BT 18)
1968 : Champion de Suède de F3 et 3e du GP de Monaco F3 (Tecno)
1969 : Champion de Suède de F3 ; 1er du GP de Monaco F3 (Tecno) ; 1970 : débuts en Formule 1 au GP de Monaco sur une March 701 (7e)
1971 : 2e du Championnat du monde de F1 (March 711) ; Champion d'Europe de Formule 2 (March 712) ; 1er des 6 heures de Watkins Glen (Alfa Romeo 33-3)
1972 : 1er des 1000 km de Buenos Aires et des 1000 km du Nürburgring (Ferrari 312 PB)
1973 : première victoire en GP (France) sur une Lotus 72, puis succès en Autriche, Italie et USA; 3e du Championnat du monde F1
1974 : 1er GP de Monaco, France et Italie (Lotus 72)
1976 : 1er GP d'Italie (March 761)
1978 : 1er GP d'Afrique du Sud et Autriche ; 2e du Championnat du monde F1 (Lotus 78 et 79) ; accident au départ du GP d'Italie le 11 septembre
Bilan F1 : 123 GP disputés, 10 victoires, 14 pole-positions, 9 meilleurs tours en course

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par ascari 9 le Mer 14 Mar - 8:39:39

Les circonstances du crash de Ronnie Peterson (un crash collectif, en fait) ont toujours fait débat: Riccardo Patrese est-il oui ou non responsable involontaire de ce drame?

Le départ lui-même s'est déroulé de façon anormalement cahotique. Le starter Giovanni Restelli avait libéré les 24 pilotes avant l'arrêt sur la grile des 24 pilotes.

Ce qui fait que les pilotes de fin de peloton, avec l'élan d'un départ non arrêté, se retrouvaient à même hauteur que les pilotes de tête.

Le carambolage était inévitable. Ronnie Peterson est enfermé. A sa droite, James Hunt sur Mc Laren et le tout jeune Riccardo Patrese sur Arrows, qui essaie de les passer tous les 2 sur la droite au freinage de la 1ère chicane Rettifilo.

Patrese se rabat devant Hunt. L'a-t-il touché ? Cette question ne sera jamais élucidée. Toujours est-il que la McLaren de James Hunt dévie à gauche, percute la Lotus de Peterson qui fonce dans le rail et s'embrase sur le coup.

Hunt et Regazzoni se précipitent alors vers le brasier dans lequel Peterson est bloqué (il a un pied coincé par la colonne de direction). La suite, Modena nous l'a écrite.

Source: F1i Magazine n°70 (Mars/Avril 2012) - page 103, dans l'article "Fougueux Viking" écrit par Mickael Delaney


Dernière édition par ascari 9 le Ven 16 Mar - 4:42:32, édité 1 fois (Raison : précision au sujet de la source)
avatar
ascari 9
Modérateur
Modérateur

Messages : 136
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par Guylaine le Mer 14 Mar - 16:06:11

Ascari9 pourrais-tu mettre le lien direct nous conduisant à cette page s'il te plait ? Les droits d'auteurs m'obligent à te faire cette requête . Merci . le lien source commence TOUJOURS par le protocole [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20521
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par ascari 9 le Jeu 15 Mar - 2:41:48

C'est un article tiré d'un magazine de presse écrite, donc on ne le trouvera pas sur Internet. C'est pour ça que je détaille ma source (magazine, n° du magazine, titre et auteur de l'article)

On ne peut pas utiliser la presse écrite comme source ?

(si c'est le cas, ça ne m'arrangera pas, parce que la plupart des sujets que je comptais poster sont tirés d'articles de presse écrite Neutral )
avatar
ascari 9
Modérateur
Modérateur

Messages : 136
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par Guylaine le Jeu 15 Mar - 4:33:14

okay en autant que tu nommes bien le Journal ou Magazine le numéro du Journal ou Magazine s'il vous plait? Eh Merci!



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20521
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par ascari 9 le Jeu 15 Mar - 4:58:29

Okay, ça marche, je mettrai le plus de données possible à propos de mes sources Wink
avatar
ascari 9
Modérateur
Modérateur

Messages : 136
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par Guylaine le Jeu 15 Mar - 5:38:28

Super et



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20521
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ronnie Peterson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum