Monza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Monza

Message par Modena49 le Mar 18 Mar - 12:25:58

Le nom de Monza est l'un des plus évocateurs du sport automobile et reflète un héritage remarquable. Depuis 1950, le circuit a accueilli le Grand Prix d'Italie à chaque saison à part en 1980 où la course eut lieu à Imola.

En fait, l'histoire du célèbre Autodromo remonte à 1922, lors de sa construction. Un Grand Prix italien avait eut lieu à Brescia l'année précédente, mais Monza, situé dans un beau parc de Milan, devint très vite le circuit de Formule 1.

Une variété de configurations était disponible les premières années, mais une grande partie de la piste utilisée aujourd'hui existait déjà. Monza a toujours été l'une des pistes de Formule 1 les plus rapides, même après l'adjonction de chicanes au début des années 70. Le Grand Prix y a une atmosphère fantastique et attire toujours une foule innombrable de spectateurs loyaux à Ferrari - connus sous les nom de "Tifosi". Si leur équipe est perdante, ils font très vite savoir leur mécontentement…

La piste actuelle a 5,80 km de long. La grande ligne droite des stands, qui passe devant les gradins anciens et charismatiques, est écourtée d'une double chicane raide à l'absurde, le Rettifilio, et qui produit presque à coup sûr un accident sur le premier tour. Le virage à droite Curva Grande est suivi d'une deuxième chicane, la Curva della Roggia, qui mène aux doubles virages à droite légendaires de Lesmo. Deux des virages les plus célèbres de la course automobile, ils furent réalignés en 1994, suite à une campagne de renforcement de la sécurité.

La piste emprunte alors l'ancien circuit incliné jusqu'à la chicane relativement rapide de Vialone. Ensuite, la ligne droite suivie du virage rapide Parabolica, scène de nombreuses tragédies au cours des ans. Le circuit retourne enfin à la ligne droite principale.

Avant que les chicanes ne soient construites, la piste était essentiellement ultra-rapide. Plus que tout autre, elle fut le centre de courses fantastiques, surtout lorsque les voitures devinrent plus "glissantes" dans les années 60. Cependant, ce circuit était aussi l'un des plus durs pour les voitures, et très souvent le vainqueur ne fut pas le pilote le plus doué, mais celui ayant le moteur le plus résistant. C'est toujours un circuit où la puissance et la vitesse sur les lignes droites sont vitales.



Une histoire remarquable

Monza fut la scène de courses mémorables mais le circuit a aussi été témoin de plusieurs tragédies, et dans les courses avant la Seconde Guerre mondiale, plus d'un héros du jour y trouva la mort. Rien qu'en 1933, trois champions se tuèrent durant une course.

Monza eut sa place dans le calendrier du premier Championnat du monde en 1950. Ainsi que la plupart des courses de l'époque, la course fut une bataille acharnée entre les équipes Ferrari et Alfa Romeo ; Farina remporta la victoire pour cette dernière.

La première arrivée spectaculaire eut lieu en 1953. Ce fut l'une des rares occasions où la bataille pour la première place continua jusqu'au dernier tour sans être arrêtée par des problèmes mécaniques. Sur le dernier virage Ascari dérapa, Farina fit une embardée sur l'herbe et Marimon percuta Ascari. Fangio pilota à travers le carnage et remporta la victoire.

Ascari trouva la mort lors de tests de voitures de sport à Monza en mai 1955, et cette année-là, le Grand Prix vit un changement majeur du circuit. Une section inclinée avait été rajoutée au circuit existant, et une longue piste de 9,98 km avait été conçue incorporant le circuit original et deux virages inclinés. L'inclinaison était inégale et peu appréciée des pilotes, et se révéla être particulièrement dure pour les pneus. Fangio gagna en 1955 (le dernier Grand Prix de Mercedes) et Moss triompha en 1956 avant que l'agencement ne soit temporairement abandonné. Dans une autre course, Collins donna sa voiture à Fangio et sacrifia ainsi ses espoirs de remporter le Championnat du monde (Fangio gagna la course).

La victoire de Moss en 1956 fut le début d'une série de succès pour les pilotes anglo-saxons, qui allaient remporter tous les Grand Prix d'Italie à part un jusqu'en 1969. La défaite la plus cuisante pour les fans italiens fut peut-être en 1957, lorsque Moss remporta la victoire pour Vanwall, battant les voitures rouges adorées.

En 1960, la course revint, de manière controversée, à la combinaison précédente de route et de piste inclinée, et les équipes britanniques boycottèrent l'événement. Finalement, c'est encore une Ferrari qui remporta cette course. C'était la dernière victoire d'une traction arrière et le pilote Phil Hill fut le premier américain à remporter un Grand Prix.

L'année suivante, Hill remporta le titre à Monza mais en de tragiques circonstances, après que son coéquipier eut trouvé la mort dans un accident qui tua 15 spectateurs. La course fut de retour sur la piste sur route en 1962, et en 1963 une tentative de retour à la piste inclinée fut abandonnée après les essais et les inclinaisons furent oubliées.

Les course de 1960 virent plusieurs fois des batailles fantastiques, mais à chaque fois, le spectacle était gâché par les voitures de tête tombant en panne. En 1965, Jackie Stewart remporta sa toute première victoire, et en 1966 Scarfiotti battit les Anglo-saxons dans une double victoire pour Ferrari.

En 1969, la course donna enfin la superbe arrivée que l'on attendait depuis 1953. Sur les derniers mètres, Stewart dépassa Rindt, Beltoise et McLaren, remportant une victoire palpitante.

La tragédie frappa de nouveau en 1970 lorsque Rindt trouva la mort lors des qualifications. La course de cette année-là donna encore une lutte fantastique pour la tête, de laquelle Regazzoni sortit vainqueur, remportant sa première victoire. L'année suivante donna la meilleure arrivée de tous les temps, Gethin qui n'était pas classé menait devant cinq voitures et passa premier la ligne d'arrivée.



Grands changements

En 1972, le visage de Monza changea à jamais avec l'introduction d'une chicane après les stands, et d'une autre à Vialone, les jours de batailles sauvages n'étaient plus, et la première "nouvelle" course fut gagnée par Fittipaldi, qui remporta également le titre pour Lotus.

Au début des années 70, Peterson devint le spécialiste de Monza, gagnant en 1973, 1974 et 1976. Mais il allait pourtant trouver la mort sur ce circuit. Après un carambolage monstrueux au départ de la course de 1978, il fut hospitalisé, mais décéda le lendemain à la suite de complications. Ce fut une bien triste victoire pour son coéquipier Andretti.

En 1980 la course fut accueillie - pour une seule course - par Imola. Les problèmes politiques furent résolus lorsqu'Imola eut sa propre course. Le Grand Prix de San Marino, et la course italienne revint à son circuit d'origine en 1981. Monza était un circuit où les turbos pouvaient réellement donner le maximum de leurs capacités.

Trois fois à la fin des années 80, Senna perdit la course à Monza, alors que tout semblait être gagné. En 1987, il fit une embardée sur l'herbe à Parabolica, laissant la victoire à Piquet. En 1988 il menait jusqu'au moment où il percuta la voiture de Schlesser, laissant Berger remporter la dernière course du vivant d'Enzo Ferrari. Puis en 1989, le moteur de Senna rendit l'âme à neuf tours de l'arrivée, et Prost termina premier. Le fait que le Français ait donné son trophée aux fans était une insulte préméditée envers le manager de l'équipe Ron Dennis.

La chance de Senna finit cependant par tourner, et il gagna en 1990, mais l'homme le plus chanceux ce jour-là était Warwick, qui survécut à un grave accident à Parabolica au premier tour.

La course de 1991 fut l'une des meilleures ces dernières années, avec Senna luttant avec les Williams-Renault de Mansell et Patrese. L'Italien abandonna, Senna dut s'arrêter pour changer de pneus, et Mansell remporta une victoire mémorable. Mais Senna se rattrapa l'année suivante lorsque les deux Williams rencontrèrent toutes les deux des problèmes.

De même qu'au cours des années 50, Monza continua à faire beaucoup de "victimes" parmi les voitures. Prost menait en 1993 lorsque son moteur lâcha, laissant la victoire à son coéquipier Hill. L'Anglais remporta la seconde victoire en 1994, tandis que Michael Schumacher fit plaisir aux tifosi en remportant l'édition 1996 mais leur plaisir fut décuplé en 1998 lorsque Ferrari réalisa un fantastique doublé sur ce circuit de légende.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Monza est le temple de la vitesse, les Formule 1 y atteignent 360 km/h. Réglages minimums en conséquence, moteurs et freins mis à l’épreuve, la course et généralement passionnante. Grand Prix national pour Ferrari, l’ambiance à Monza est unique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1 Italie 3 septembre 1950 6,300 km
2 Italie 16 septembre 1951 6,300
3 Italie 7 septembre 1952 6,300
4 Italie 13 septembre 1953 6,300
5 Italie 5 septembre 1954 6,300

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
6 Italie 11 septembre 1955 10,000 km
7 Italie 2 septembre 1956 10,000
8 Italie 4 septembre 1960 10,000
9 Italie 10 septembre 1961 10,000

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
10 Italie 8 septembre 1957 5,750 km
11 Italie 7 septembre 1958 5,750
12 Italie 13 septembre 1959 5,750
13 Italie 16 septembre 1962 5,750
14 Italie 8 septembre 1963 5,750
15 Italie 6 septembre 1964 5,750
16 Italie 12 septembre 1965 5,750
17 Italie 4 septembre 1966 5,750
18 Italie 10 septembre 1967 5,750
19 Italie 8 septembre 1968 5,750
20 Italie 7 septembre 1969 5,750
21 Italie 6 septembre 1970 5,750
22 Italie 5 septembre 1971 5,750

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
23 Italie 10 septembre 1972 5,775 km
24 Italie 9 septembre 1973 5,775

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
25 Italie 8 septembre 1974 5,780 km
26 Italie 7 septembre 1975 5,780
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
27 Italie 12 septembre 1976 5,800 km
28 Italie 11 septembre 1977 5,800
29 Italie 10 septembre 1978 5,800
30 Italie 9 septembre 1979 5,800
31 Italie 13 septembre 1981 5,800
32 Italie 12 septembre 1982 5,800
33 Italie 11 septembre 1983 5,800
34 Italie 9 septembre 1984 5,800
35 Italie 8 septembre 1985 5,800
36 Italie 7 septembre 1986 5,800
37 Italie 6 septembre 1987 5,800
38 Italie 11 septembre 1988 5,800
39 Italie 10 septembre 1989 5,800
40 Italie 9 septembre 1990 5,800
41 Italie 8 septembre 1991 5,800
42 Italie 13 septembre 1992 5,800
43 Italie 12 septembre 1993 5,800
44 Italie 11 septembre 1994 5,800 km
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
45 Italie 10 septembre 1995 5,770 km
46 Italie 8 septembre 1996 5,770
47 Italie 7 septembre 1997 5,770
48 Italie 13 septembre 1998 5,770
49 Italie 12 septembre 1999 5,770
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
50 Italie 10 septembre 2000 5,792 km
51 Italie 16 septembre 2001 5,792
52 Italie 15 septembre 2002 5,793
53 Italie 14 septembre 2003 5,793
54 Italie 12 septembre 2004 5,793
55 Italie 4 septembre 2005 5,793
56 Italie 10 septembre 2006 5,793
57 Italie 9 septembre 2007 5,793



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monza

Message par Guylaine le Sam 17 Mai - 18:08:15

on a couru à Monza de 1950 à 1979 et de 1981 à 2008



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20525
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monza

Message par Modena49 le Dim 20 Juil - 0:55:57

On l’appelle le temple de la vitesse, la Pista Magica de l’autre côté des Alpes. L’Autodromo Nazionale de Monza est un monument du sport automobile, un panthéon dans lequel certains pilotes ont vécu leur dernière course, à l’image de Jochen Rindt, couronné champion à titre posthume en 1970 après avoir été éjecté de sa Lotus quelques semaines plus tôt dans la Parabolica – le grand virage à droite précédant la ligne des stands – dans lequel peut se faire la différence entre un bon tour et un exploit.

Lorsque vous franchissez les lourdes grilles métalliques du parc Villa Reale de Monza – situé à 25km de Milan, capitale de la Lombardie –, rien ne vous laisse supposer que vous entrez dans le sanctuaire de la course automobile italienne, l’un des prieurés des bolides à quatre roues du vieux continent. Joggers et adeptes d’une promenade bucolique s’y adonnent à leur passion dominicale. La flore est exubérante et les arbres centenaires vous offrent une ombre salvatrice alors que le bourdonnement d’une abeille vous incite à la contemplation. Pour un peu vous ne pousseriez pas plus loin votre visite. Pourtant, un bourdonnement plus insistant réveille en vous un démon ; finies les trajectoires erratiques de Zebulon, les lignes tirées au cordeau des bolides de la ruche F1 prennent le dessus sur votre naturel poétique. Il est temps de plonger le museau dans un grand tonneau de miel, mélange d’huile de ricin et de vapeur d’essence.

Construit en 1922 par l’Automobile Club de Milan pour célébrer le 25è anniversaire de sa création, le circuit de Monza avait pour but de faire pâlir de jalousie les voisins français trop fiers de leurs circuits et de leurs Grand-Prix de l’ACF, et de ne pas rater le train en marche de l’automobile de compétition. Monza a cependant toujours dû ménager la chèvre et le chou, les sympathiques fous au volant de leurs drôles de machines et les écologistes. Dès l’année de sa construction, Monza fut à deux doigts de ne pas poser la deuxième pierre à son édifice, la préservation du patrimoine se posant en garde-fou. Depuis lors, les batailles de Monza contre les associations écologistes sont récurrentes, mais le bons sens a toujours prévalu pour faire cohabiter sécurité des pilotes et protection d’un parc historique.

Si Monza peut paraître obsolète par certains côtés, la salle de presse récemment refaite à neuf et surtout la plateforme du podium surplombant la ligne droite des stands lui donnent un caractère résolument futuriste.

Le premier Grand-Prix d’Italie organisé à Monza, le 3 Septembre 1950, a immédiatement posé les bases d’un évènement devenu incontournable. Le titre devait se jouer entre les trois ‘Fa’ d’Alfa Roméo, Fangio, Fagioli et Farina. En cassant son radiateur au 24è tour, l’Argentin ouvrait la voie du titre à Giuseppe Farina, sacré premier champion du monde de l’histoire de la F1.

Monza n’allait pas lâcher Juan Manuel Fangio pour autant. Le champion du monde en titre de l’année 1951, abandonné par Alfa Roméo peu avant le début du championnat du monde 1952, trouvait refuge chez Maserati. Alors qu’il venait de participer au Grand-Prix d’Albi le 1er Juin 1952 puis à l’Ulster Trophy moins d’une semaine plus tard, il recevait un télégramme l’invitant expressément à participer au Grand-Prix de Monza, prévu le 8 Juin. Fangio sautait dans le premier avion pour Paris mais s’entendait dire au Bourget que la météo désastreuse avait contraint les compagnies aériennes à annuler leurs vols vers l’Italie. Une seule solution, aussi folle que la mentalité des pilotes de l’époque : se rendre à Monza en voiture dans la nuit ! « Je savais au fond de moi-même que je commettais une erreur » explique Fangio dans sa biographie, alors que Louis Rosier lui prêtait une Renault pour franchir les Alpes depuis Paris. « J’avais toujours soutenu envers et contre tous qu’il faut se présenter au départ d’une course parfaitement reposé. Je venais de conduire dans l’Ulster Trophy à Belfast, je m’étais précipité à Paris et voici que je me préparais à partir pour Monza. Quelques 900km, dont une bonne partie de nuit. »

Arrivé à temps en Lombardie mais n’ayant pas pu prendre part aux qualifications, Fangio grimpait dans sa Maserati 6 cylindres pour s’élancer en course en queue de peloton et gagnait rapidement des places en même temps que de la confiance au volant d’une monoplace qu’il connaissait peu. « Au virage de Serraglio, un coup d’accélérateur excessif provoque la queue-de-poisson attendue, la roue arrière droite heurta le trottoir. En attendant le choc, je compris que cette fois-ci je n’éviterai pas l’accident. Des années ont passé depuis ce moment, mais tous les détails sont encore clairement dans ma mémoire. »

« J’entendis le hurlement des pneus sur l’asphalte, je sentis l’envol de la voiture quittant la route et se dirigeant vers une masse confuse d’arbres et d’ombre... je m’accrochais au volant mais un choc m’arracha à mon siège et me projeta à l’avant. A cet instant je su ce que c’était de mourir en course : la différence entre la vie et la mort me parut banale, presque dérisoire. Toute l’affaire ne dura sans doute que trois ou quatre secondes, mais elles me parurent longues, si longues... En heurtant le sol je constatais que je n’avais plus de chaussures : c’était la terreur, l’affreuse terreur de la mort qui m’avait arraché mes souliers. Avez-vous jamais vu les victimes d’un accident de la route ? Elles sont presque toujours pieds nus : sous l’effet de l’épouvante, les pieds se contractent, deviennent étrangement petits et perdent leurs chaussures au premier choc... »

Juan Manuel Fangio mit plusieurs mois à se remettre de son effroyable accident, et su dompter le temple de la vitesse quelques mois plus tard, avant d’entamer une ère de domination sans partage, qui le vit couronné à quatre reprises, entre 1954 et 1957.

L’anneau de vitesse du circuit de Monza a subi un ravalement de façade en 1955, avant d’être coupé du tracé actuel en 1961, à la suite du dramatique accident ayant coûté la vie à Wolfgang ‘Taffy’ (surnom donné par Mike Hawthorn à l’Allemand) Von Trips et à une douzaine de spectateurs. Les vestiges de l’anneau sont encore bien présents sur le site, témoin d’un passé révolu, cimetière d’une époque où poussent quelques touffes d’herbe par endroit, où le bitume s’est craquelé, à l’image d’une vieille photo sur laquelle la patine du temps à fait son œuvre. Un conseil, si vous avez la chance de poser les pieds ou les roues sur le circuit de Monza, descendez de voiture entre Serraglio et la Variante Ascari, offrez-vous une petite grimpette pour vous jucher sur l’anneau de vitesse. La pente y est tellement raide que l’on peine à y rester debout ; le vertige des images passées n’aide pas à la station verticale, mais fouler le sol de l’un des berceaux du sport automobile est une sensation douce, enivrante et terrifiante à la fois.

Retouché à plusieurs reprises, Monza n’a rien perdu de son caractère et n’a disparu du calendrier F1 qu’en 1980. L’atmosphère y est unique et l’on se surprend parfois à espérer se retrouver seul sur le site pour s’imprégner d’une certaine philosophie de la course automobile, communier une dernière fois avec Alberto ‘Ciccio’ Ascari, Jochen Rindt ou Ronnie Peterson, tous disparus tragiquement dans le Parc Villa Reale. La magie opère. Ne vous privez pas de ce voyage initiatique



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monza

Message par Karynka le Mer 23 Juil - 1:32:34

Est-ce qu'il y a des travaux de prévus pour monza Modena?
avatar
Karynka
Membre Honorable
Membre Honorable

Messages : 459
Date d'inscription : 08/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monza

Message par Modena49 le Mer 23 Juil - 8:29:46

je ne peu répondre mais connaissant les Italiens je pense que oui

Mais Idea Idea


Dernière édition par Modena49 le Dim 16 Aoû - 23:56:43, édité 1 fois



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24967
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monza

Message par Guylaine le Mar 12 Aoû - 1:37:55

Excellent dossier pour Monza Modena, je suis très fière !!!



**********************
BONJOUR Invité PLAISIR DE TE VOIR !!!
Apprendre ce qu'était hier pour savoir aujourd'hui et faire demain... : HISTORIQUE F1.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
MICHAEL SCHUMACHER est le Roi de la F1, jusqu'à preuve du contraire...Il est le plus grand de tous .Il est maintenant = LÉGENDE VIVANTE ...mais dans quelle conditon... ♥♥♥ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Guylaine
Administratrice fondatrice
Administratrice  fondatrice

Messages : 20525
Date d'inscription : 08/03/2008

http://histo.annuaire-forums.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monza

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum