La voiture

Aller en bas

La voiture

Message par Modena49 le Ven 17 Oct - 1:08:59

LA REVOLUTION DES CHEVAUX MECANIQUES
Un bel après-midi de l'été 1862, un Français, Etienne Lenoir, met en marche avec mille précautions, le moteur de sa fabrication qu'il vient d'installer entre les roues d'une vieille carriole. C'est un moment historique, la voiture "auto-mobile" de Lenoir se lance parmi les fiacres et les voitures à chevaux. Lenoir n'est pas le premier à construire une "voiture sans chevaux", depuis près d'un siècle, des voitures mues avec des grosses machines à vapeur existent, mais il fut l'inventeur du moteur à combustion interne de petite dimension fonctionnant grâce à la combustion d'un gaz dans un cylindre.
Dès l'apparition de ces nouveaux moyens de locomotion, l'usine Benz domina le monde de l'automobile. En 1885, la première voiture vendue dans le commerce sortait des ateliers de Karl Benz. En 1896, plus de 130 voitures étaient déjà sorties de ses ateliers. La robuste Velo, lancée en 1894, fut la première voiture à être vendue en grand nombre.
Vers 1900, les voitures ressemblèrent plus à des automobiles. En France, Panhard eut l'idée de mettre le moteur à l'avant et en 1895, il fabriqua la première berline. Renault, de son côté, adoptait le principe de l'arbre de transmission au lieu de la chaîne pour entraîner les roues arrières. Ils expérimentèrent leurs innovations dans des courses de villes en villes. Aux Etats-Unis la première voiture digne de ce nom vit le jour en 1893, construite par les frères Duryea. Entre 1901 et 1910, la plupart des pays imposèrent la plaque d'immatriculation, afin de permettre aux autorités d'identifier les chauffeurs imprudents.
Grâce à l'ingéniosité de son essieu arrière, la De Dion était plus facile à conduire. Son mécanisme de transmission n'était pas solidaire de l'essieu mais il transmettait le mouvement par l'intermédiaire de cardans.
Malgré cela, les premières voitures restaient cependant difficiles à conduire : le conducteur devait, à la fois,
donner de l'avance à l'allumage,
augmenter la pression des soupapes à l'aide de leviers appropriés,
lâcher le frein à main en mettant la voiture en prise en relâchant avec un maximum de douceur l'embrayage
et sans quitter la route des yeux, bien sûr ...
La première voiture anglaise construite par Charles Rolls et Henri Royce en 1906. La marque Rolls Royce acquit très vite la réputation de "meilleure voiture du monde". Parfaite en tout point, son silence quasi fantomatique et sa carrosserie en aluminium étincelant lui valurent le nom de Silver Ghost.

STANDARDISATION et CHAÎNE.
A leur début, les voitures étaient des jouets de riches. Mais un fils de fermier de Detroit, Henry Ford, rêvait de construire " une automobile pour tous – une voiture si bon marché que tous ceux qui ont un salaire pourront l'acheter ". Le lancement de la Ford T en 1908, fût une sorte de révolution : en construisant des voitures à la chaîne et selon des méthodes permettant d'abaisser le prix de revient, il pouvait vendre à bas prix. En 1930, plus de 15 millions de modèles avaient été vendus. A l'usine Ford, chaque ouvrier étaient chargés d'ajouter une seule pièce à mesure que les voitures partiellement montées passaient sur le chaîne. Les roues étaient fixées dès le début pour que le châssis puisse être facilement déplacé. Le chassis de la "T" avait l'air si fragile qu'on le surnomma "Tin Lizzie - Boite en fer blanc). Mais ilétaient en acier au vanadium et se révéla très robuste. Le moteur de 4 cylindres était de 2898 cm3 permettant une vitesse de pointe de 65 kilomètres à l'heure. Les réparations étaient facilitées, l'accès au moteur se faisait soit en repliant le capot soit en le relevant à la verticale.

LA COMPETITION.
Dans les années 1920 apparurent de nouvelles voitures " de sport " dotées de moteurs surpuissants conçues pour le plaisir de conduire vite. Ainsi, la Bentley et la Duesenberg J atteignaient les 160 km/h. Toutes les innovations techniques réalisées pour la compétition étaient très vite appliquées aux voitures vendues au public.
Les années 1950 ont vu la création de toute une série de voitures remarquables aux performances élevées. Avec la fin
du rationnement de l' essence de la Seconde Guerre Mondiale, les ingénieurs ont commencé à concevoir des modèles plus rapides que jamais. Les voitures de course d' avant guerre pouvaient certes dépasser les 220 km/h, mais la plupart des routières étaient beaucoup plus lentes or, au début de cette décennie, on a vu un certain nombre de bolides sortir des usines de grands constructeurs comme Jaguar ou Mercedes-Benz et de spécialistes comme Porsche -Aston Martin, Maserati ou Ferrari. Conçue tout autant pour la route que pour les circuits, il s' agissait de conduites intérieures à deux places, elles etaient souvent appelées " Grand Tourisme " ou "GT". Nombre d' entre elles étaient aussi à l' aise sur route que dans les compétitions sportives. C'était notamment le cas de la Mercedes-Benz 300 SL . avec ses chromes étincelants et ses ailerons démesurés.
Les voitures de formule 1 sont celles qui disposent de la technologie la plus avancée. Les carrosseries monoplaces découvertes sont fabriquées dans des matériaux ultra-légers et sont tellement surbaissées qu'elles rasent le sol. Leur fuselage de forme aérodynamique qui permet un contact ferme entre les roues et la piste, et leurs puissants moteurs les propulsent à plus de 300 km/h.
L'ensemble ressorts/amortisseurs avant est monté à l'intérieur du châssis pour diminuer la résistance à l'air,
Un arceau de sécurité protége la tête du pilote an cas d'accident,
L'optimisation de l'aérodynamisme permet d'améliorer les qualités de stabilité et de tenue de route. Les coques de formules 1 prennent donc la forme d'une aile d'avion retournée,
La coque en fibre de verre recouvre un châssis en tube et tôle d'aluminium de faible épaisseur,
Une "jupe" crée un vide sous la voiture à très grande vitesse qui entraîne l'apparition d'une zone d'aspiration sous la voiture et permet d'augmenter la vitesse de la voiture,
Les pneumatiques sont larges et lisses pour augmenter l'adhérence sur les pistes sèches.
Les roues sont à verrouillage central et desserrage rapide.;pour un changement "eclair "en course.

DES VOITURES DE REVES.
En particulier au Etats-Unis pendant les années 1955 à 1965, la débauche de chrome et d'ailerons n'avait d'égal que le nombre de gadgets technologiques. L'extravagance et l'excentricité ont permis la création de voitures aux carrosseries excessives mais des innovations telles que le pare-brise panoramique ou la direction assistée étaient bel et bien utiles. Les chromes épais augmentaient le poids déjà important de la voiture et sa consommation pouvait atteindre 30 litres aux 100 kilomètres.
Les voitures possédaient de nombreux gadgets. La pression sur un bouton dégageait le coffre pour laisser se déployer la capote. La nuit, un capteur détectait les voitures qui arrivaient en face et mettait les phares en code automatiquement. Les voitures n'avaient pas de montants latéraux, vitres baissées, la voiture paraissait exceptionnellement longiligne. Les butoirs de pare-chocs étaient en caoutchouc …
Le coupé de ville Cadillac ( 1957 ) qui s'étire sur près de 6 mètres représente de façon caractéristique les voitures américaines des années 50, il est équipé des derniers perfectionnements techniques : lève glace électrique, sièges inclinables et moteur très souple à 8 cylindres.

LES VOITURES A L'EUROPEENNE.
Les petites voitures des années 50, telles que la coccinelle Volkswagen ou la Renault 4 CV, de finition élémentaire et très bon marché, ont été vendues par millions. Les rues des grandes villes connurent alors des embouteillages monstres tandis que le nombre de voitures doublait à Londres, des zones bleues étaient instaurées à Paris pour restreindre la circulation, des autoroutes urbaines se construisaient à New York pour désengorger les rues. Rien d'étonnant donc à ce que de minuscules voitures (bulles) comme l'italienne Isetta aient connu un certain succès. Cette petite bulle pouvait abriter deux personnes, n'avait que trois roues et un minuscule moteur à deux cylindres à l'arrière, on pouvait les garer face au trottoir avec accès par une porte frontale.
Mais les anglais trouvèrent la solution avec la " mini ". Une véritable révolution, il fallait loger quatre adultes dans un espace restreint, il fallait donc que le moteur et la transmission tiennent le moins de place possible. L'ingénieur Alec Issigonis adapta donc le moteur transversal et la traction avant. L'idée était si formidable qu elle s'applique encore à la plupart des berlines actuelles.
La voiture de ville, minuscule et économique, facile à garer et à conduire sur de courtes distances, est toujours d'actualité. De nombreux modèles actuels sont à traction électrique, ou dotés de petits moteurs monocylindres.

L'ECLAIRAGE.
Les premières voitures avaient de simples lanternes à bougies héritées des fiacres, qui éclairaient si faiblement qu'elles ne faisaient que signaler leur présence aux autres usagers de la route. Très vite, on a installé sur les voitures des lampes fonctionnant d'abord au pétrole puis à l'acétylène (vers 1898 ), puis à l'électricité ( vers 1920 ). Ce n'est que vers les années 1930 que les voitures sont systématiquement équipées. >

UNE VOITURE NE SE CREE PAS EN UN JOUR
La création d'une nouvelle voiture coûte très cher car elle demande des années d'études et de recherches, et mobilise le travail de centaines de personnes. Avant même que le premier trait soit tiré sur la planche à dessin, la direction de la firme établit un cahier des charges qui fixe les objectifs, le profil, la clientèle, le prix de revient et les exigences techniques (dimensions, nombre de places et de portes, disposition du moteur, de la boîte de vitesses, etc.) .Entre le croquis de départ et la commercialisation, cinq années en moyenne vont s'écouler. Plusieurs maquettes grandeur nature sont réalisées, en plâtre ou en plastiline (argile synthétique ), puis en fibre de verre; sans cesse, le projet peut ainsi être modifié et perfectionné. Et lorsque la première version de série sortira des chaînes, le constructeur aura mis toutes les chances de son côté pour que la voiture se vende.

source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voiture

Message par Karynka le Ven 24 Oct - 23:18:11

Ouais il faut pas être absente longtemps ici il s'en travaille un maudit coup hey Modena !!!
avatar
Karynka
Membre Honorable
Membre Honorable

Messages : 459
Date d'inscription : 08/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum