Canam, la dernière parade des monstres

Aller en bas

Canam, la dernière parade des monstres

Message par Modena49 le Ven 8 Aoû - 1:45:36

En marge de l'endurance, Porsche s'est essayé à la Canam avec un égal bonheur. Ses 917 à moteur turbocompressé de plus de 1000 ch vont même survoler les championnats 1972 et 1973. Avant que l'organisateur ne mette un coup d'arrêt à ce triomphe en modifiant la réglementation !




À l'amorce de la saison 1972, l'équipe McLaren se prépare à remporter un sixième titre consécutif en Canam ! Cette discipline, chasse gardée de l'écurie néo-zélandaise, lui permet en commercialisant ses autos de course (une meute de McLaren "privé" participe à chaque épreuve) et en amassant les dollars de chaque victoire de financer la saison de Formule 1. Pour la première fois depuis longtemps, en cette année 1972, McLaren a un sérieux adversaire, l'écurie Penske. Elle dispose d'une arme redoutable, une Porsche 917/10K préparée par l'usine et propulsée par un moteur turbo affichant la puissance respectable de 1000 ch !

Dès la première course de la saison - Mosport au Canada - Denny Hulme se rend compte du potentiel de la Porsche et de son pilote Mark Donohue, le récent vainqueur des 500 miles d'Indianapolis. Ce dernier manque de l'emporter, mais après des problèmes d'accélérateur, qui l'oblige à rester trois tours au stand, il termine tout de même à la seconde place dans le même tour que Hulme ! La course suivante à Road Atlanta, Georges Follmer remplaçant au pied levé Donohue blessé, fait mordre la poussière aux voitures orange et cela malgré son manque d'expérience du moteur turbo et sa méconnaissance du circuit ! À Watkins Glen, Hulme remet les pendules à l'heure avant que Follmer, encore lui, ne double puis ne triple sa collection de victoires en triomphant à Mid-Ohio puis à Elkhart Lake. Un intermède signé François Cevert à Donnybrooke redonne un peu de baume au cour des propriétaires de McLaren. Donohue, remis de ses blessures, se charge ensuite d'infliger une cuisante défaite à Hulme à Edmonton. Le mot de la fin revient à Follmer qui s'octroie les deux épreuves suivantes et coiffe la couronne de champion. La messe est dite, l'équipe Canam de McLaren ne s'en remettra pas !

Des débuts prometteurs

Pour Porsche, ce triomphe tombe à point nommé. Après trois titres en Championnat du monde des marques (1969 à 1971), l'équipe allemande rêvait d'un autre challenge. Déjà en 1969, les premières incursions de Jo Siffert en Canam, avait suscité l'intérêt des dirigeants de la marque de Zuffenhausen. Le Fribourgeois est alors à l'apogée de sa carrière. Il essaye de pousser Porsche à courir en Canam et pour prouver qu'une Porsche bien menée peut triompher des McLaren, il vient les titiller à Watkins Glen au volant d'une modeste 908, 3 litres. Avec 300 ch de moins, Siffert fait mieux que de la figuration puisqu'il termine à la sixième place de l'épreuve. Convaincu, Porsche lui fournit un spyder 917PA 4,5l (PA pour Porsche-Audi of America, l'importateur qui apporte son concours financier et logistique à l'opération) pour le restant de la saison. Après quelques coups d'éclat et un podium à Bridgehampton, le Suisse se classe quatrième du championnat.

En 1970, une seule implication de Porsche à Watkins Glen. On y retrouve cinq 917 d'endurance (l'épreuve du Championnat du Monde a eu lieu la veille) et Siffert se classe second (après un bref arrêt pour ravitailler) derrière Denny Hulme sur McLaren et devant Richard Attwood et Vic Elford les autres pilotes de Porsche 917. C'est sans doute cette belle prestation, ainsi que la victoire chanceuse du privé Tony Dean sur une 908 à Road Atlanta, qui pousse Porsche à commencer à travailler sur son projet Canam. Et puis à cause du changement de réglementation du Championnat du monde des marques qui interviendra en 1972 (limitation à 3 litres de cylindrée et poids minimum de 650 kg) Porsche sait qu'il sera contraint de laisser ses 917 5 litres au garage ! Porsche ne veut pas se résoudre à cette opération, il va donc déserter en 1972 les sport-protos et filer en Canam. Ce championnat très libre qui autorise tous type de moteur (sauf les turbines) à condition qu'ils dépassent les 2,5l de cylindrée !

La bonne solution : le turbo

La Canam possède également un gros avantage : en cas de victoire, quelle publicité pour Porsche. Le constructeur compte bien en profiter pour augmenter ses ventes de 911 et 914 sur le marché nord-américain. Mais avant de gagner, il faut trouver un moteur capable de rivaliser avec les gros blocs Chevrolet de plus de 7 litres et 700 ch. Le moteur12 cylindres à plat de la 917 ne peut dépasser les 5,4 litres, c'est insuffisant. Pour la petite histoire, il existe un 16 cylindres de 7 litres développé en secret par Ferdinand Piëch sans que son tonton Ferry Porsche le sache ! Après des essais sur une 917PA, il ne sera pas retenu car trop encombrant il bouleverse le comportement routier de l'auto. Porsche pense alors au turbo. Il en greffe deux sur son 12 cylindres et commence les essais au banc.

Après la technique, reste le problème de la logistique, Porsche a besoin d'une base outre-Atlantique qui se charge de faire courir les 917. John Wyer qui fait courir les Porsche en endurance est contacté, mais il ne sera pas retenu après une saison 1971 chargée de contentieux avec Porsche. C'est finalement Roger Penske, le meilleur manager américain de l'époque, qui sechargera en 1972 de faire courir les 917 Turbo. Mais avant cela, Jo Siffert continu de courir après une victoire en Canam. En 1971, avec un nouveau spyder (917/10) aux voies élargies équipé d'un classique moteur 5l, le talentueux pilote suisse malgré un handicap de puissance fait mieux que se défendre. Il s'offre trois podiums au cours de la saison et remporte la quatrième place du championnat. A titre posthume malheureusement, car il se tue à Brands Hatch dans une course F1 hors championnat en fin de saison.

Deux saisons triomphales et un arrêt brutal

Pour développer la 917/10K avant le début de la saison 1972 de Canam, Roger Penske envoie son pilote vedette et complice de toujours Mark Donohue à Weisach, la piste d'essai Porsche en Allemagne. Pendant deux mois, Donohue, qui possède une formation d'ingénieur va tenter avec les techniciens Porsche de réduire le temps de réponse due à l'utilisation des turbos. En même temps, Porsche envoie aux Etats-Unis une 917/10 sans turbo pour effectuer des essais sur les différentes pistes utilisées par la Canam, pour voir si un moteur atmosphérique ne serait pas trop ridicule au cas où...

Mais la triomphale saison 1972 que nous vous avons relatée précédemment va prouver le bien-fondé de l'utilisation du turbo. À coup de pole position et de victoires de la part des hommes de Penske, Donohue et Follmer, la Porsche turbo triomphe et prouve - ses adversaires en sont maintenant convaincus - que seul une voiture à moteur turbo peut remporter le championnat. À l'aube de la saison 1973, Porsche est d'ailleurs persuadé que McLaren et Shadow adopteront des moteurs Chevrolet turbocompressés en 1973. Shadow a d'ailleurs engagé une auto équipée d'un Chevy-turbo lors de la dernière épreuve de la saison 1972 à Riverside. Pour parer à toute éventualité le constructeur allemand va renforcer sa participation à la Canam en développant une nouvelle voiture strictement réservée à l'écurie Penske, la 917/30 (contrairement aux 917/10 qui ont été vendus à des pilotes privés pour participer à la Canam ou pour l'Intersérie, la compétition équivalente européenne). La 917/30 dispose d'un tout nouveau moteur de 5,4l de cylindrée développant la bagatelle de 1 100 ch ! De plus, Donohue depuis le cockpit peut augmenter la puissance pendant un court laps de temps (+ 400 ch !) si le besoin s'en fait sentir et aussi modifier le réglage du stabilisateur arrière. Autre modification, par rapport à une 917/10, la carrosserie de la 917/30 est plus longue et plus étroite pour rééquilibrer les masses, et la contenance des réservoirs est portée à 400 litres. Le 12 cylindres 5,4l de la 917/30 est un gros gourmand : 1 litre d'essence tous les kilomètres !

Tout le monde s'attend à une belle bagarre pour la saison 1973, avant de déchanter suite à l'annonce de McLaren qui décide de quitter la Canam. Mark Donohue devient donc le favori et devra donc se battre contre quelques propriétaires de McLaren, Jackie Oliver et sa Shadow DN2 épaulé de temps à autre par James Hunt et Vic Elford mais surtout contre les Porsche 917/10 privées pilotées par Georges Follmer et Jody Scheckter. Lors de la première course de la saison, le sort du championnat est scellé, une Porsche remporte l'épreuve. Mais surprise, il s'agit de la 917/10 de Charlie Kemp qui a profité des sorties de route de Donohue (après un passage au stand, il finit 7e) et Jody Scheckter pour s'imposer. Il ne s'agit que d'une péripétie et d'un retard au démarrage. Mark Donohue va rester sur la route tout le reste du temps et remporter six victoires et le titre. Si Follmer en remportant la seconde course de la saison (Donohue est second) peut espérer un temps vaincre le pilote Penske, il sera moins chanceux par la suite. Malgré quelques podiums, il sera contraint à l'abandon par trois fois ce qui l'obligera à se contenter du titre de dauphin. Et le moteur Chevy-turbo me direz-vous ? Il a été utilisé vers la fin de saison sur une McLaren (M. Andretti) et une Shadow (Elford) sans succès, il manque de fiabilité et de souplesse d'utilisation.

SUITE



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canam, la dernière parade des monstres

Message par Modena49 le Ven 8 Aoû - 1:46:59

SUITE

Changement de réglementation

Après le triomphe de 1973, Porsche remettrait bien le couvert en 1974. Mais la SCCA, l'organisme sportif qui gère la Canam, va très intelligemment couper l'herbe sous le pied du constructeur allemand. Voulant à tout prix garantir le spectacle et protéger l'intérêt des petites équipes américaines, il a songé à interdire purement et simplement les turbos, puis faisant preuve de retenue, il va décider de limiter la cylindrée des moteurs de course à 3 litres, tandis que les moteurs issus de la série (stock blocs) sont autorisés jusqu'à 5 litres mais pour éviter des ennuis repousse à 1975 l'application de ce règlement. Avec beaucoup de malice, la SCCA va se servir de la crise pétrolière de l'automne 1973, pour décider dés le printemps suivant une réduction de la consommation des voitures Canam (3 miles per Gallon, soit approximativement 0,78 l du km). Porsche est furieux, mais doit s'incliner, sa 917/30 utilisant un litre de carburant par kilomètre est ipso facto éliminée...

La voie est libre pour Shadow qui va dominer la saison 1974. Brian Redman fera une courte apparition à Mid-Ohio au volant d'une Porsche 917/30, le temps pour lui de faire la pole aux essais et de finir second de l'épreuve, devant une autre Porsche, une 917/10 mené par Hurley Haywood. Pour réussir cet exploit et ne pas tomber en panne d'essence, Redman a dû utiliser un pilotage style "Economy run"... Mis à part cette petite émotion pour Jackie Oliver qui relance un peu l'intérêt du championnat, il est triste de constater que la Canam vit ses dernières heures. Les courses moins nombreuses, le matériel vieillissant et le pilotage en chute libre, provoquent la désertion du public. Après neuf saisons de compétition échevelée, les "monstres" disparaissent des circuits US.

Post Scriptum

En 1975, Penske - qui entre-temps s'est lancé en Formule 1 avec Mark Donohue - ressort de la naphtaline une 917/30 pour s'attaquer au record de vitesse en circuit fermé. Donohue boucle à cette occasion un tour du circuit de Talladega à la moyenne de 355,782 km/h ! Ce sera le dernier record du monstre de Stuttgart et le dernier exploit de Donohue, le pilote américain se tue quelques semaines plus tard lors des essais du GP d'Autriche de Formule 1 au volant d'une March...
source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24968
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canam, la dernière parade des monstres

Message par nickostar le Jeu 14 Avr - 15:36:18

Can Am tres belle epoque
avatar
nickostar

Messages : 96
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canam, la dernière parade des monstres

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum