Les raisons des tensions chez Ferrari en 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les raisons des tensions chez Ferrari en 2007

Message par Modena49 le Lun 7 Juil - 6:21:07

Depuis l’histoire de l’humanité, le problème de fin de règne est en rapport avec un problème de succession. Actuellement, dans un chaos sourd, la Scuderia Ferrari est confronté à cet ennui, qui commence à devenir incontrôlable...

Pour comprendre l’origine du problème actuel de la Scuderia, il faut remonter trois années en arrière. Silvio Berlusconi, Premier Ministre italien, est poussé par l’opposition à résoudre un dossier important en Italie. En effet, presque tous les managers des grandes entreprises du pays sont étrangers ou même pire, capitalisé par des entreprises étrangères. C’est alors que courant 2004, une loi impose que les entreprises italiennes soit dirigés par des italiens, l’équipe gouvernementale de Silvio Berlusconi impose un quota managérial.
En 2005, la fin de règne approche chez Ferrari, la fameuse équipe "technique + pilote" est fatigué. Ross Brawn indique alors à Jean Todt qu’il restera jusqu’en 2006, tout comme Michael Schumacher, tandis que Rory Byrne explique qu’il est lassé ! Il demande même une retraite anticipée. C’est le choc pour le manager français qui pensait que le designer sud africain allait resté jusqu’à la fin de son contrat. Le souci successoral débarque à Maranello.

Maintenir intacte la "Dream Team" technique R.Brawn-R.Byrne et préserver les liens amico-professionnels qui la soudent (car sous l’ère Jean Todt, il n’y pas plus de distinction entre le patron et l’ami) impose de trouver en interne des successeurs. Le plan de renouvellement prévoit donc de remplacer l’équipe anglo-saxonne par des italiens formés dans la maison Ferrari. Ainsi après avoir été le bras droit de Rory Byrne durant dix ans, Aldo Costa remplace définitivement ce dernier en 2006. De son côté Stefan Domenicali, directeur de l’équipe rouge depuis 1997 et directeur sportif depuis 2004 est choisi pour remplacer Jean Todt dès 2007. Luca Baldisseri, ancien ingénieur de piste de Michael Schumacher doit logiquement prendre la place de Ross Brawn en 2007.

Mais cela se complique fin 2006, avec l’arrivée de Kimi Raikkonen. L’équipe Ferrari doit faire face à une lutte d’influence entre Jean Todt qui souhaitait renouveler Michael Schumacher pour deux années et Luca di Montezemolo qui désirait préparer l’avenir de l’écurie avec le finlandais. Mais une lettre d’intention ait signé avec Kimi Raikkonen dans le dos de Jean Todt durant l’été 2005. Ferrari ne donnant pas de nouvelles au futur pilote, les agents de Kimi Raikkonen en profitèrent pour dévoiler des exigences que Luca di Montezemolo ne pouvait qu’accepter. Le pilote scandinave impose qu’à son arrivée Jean Todt et Ross Brawn soient présents au moins une année.

C’est alors que Luca di Montezemolo proposa un contrat d’une année à Jean Todt avec 6 Millions d’Euros à la clé sans oublier celui de 8 Millions d’Euros que Ross Brawn refusa. Le choix de Ross Brawn fut simple, il souhaitait prendre une année sabbatique. C’est alors que le souci de succession est apparu... Nigel Stepney, ayant des liens forts avec Ross Brawn, monta au créneau avec raison. En effet, le chef ménanicien s’était vu promettre par le directeur technique de Ferrari qu’il appuyerait sa candidature à ce même poste. Hors Ross Brawn savait déjà qui serait son remplaçant, un certain Luca Baldisseri, ce choix avait été fait depuis 2005.

La politique de Silvio Berlusconi et la guerre des chefs chez Ferrari causent depuis beaucoup de soucis... Cela se ressent même au niveau des finances...

En effet, Ferrari accuse une baisse importante de son budget depuis 2004 malgré le contrat Marlboro et le retour de FIAT. Le bonus qu’avait accordé les équipes signataires des Accords Concorde depuis 1981, refusent maintenant de verser les 30 Millions de dollars annuel en plus de la prime au résultat distribué par la FOM, à chaque équipe suivant leur place au Championnat F1 obtenue l’année précédente. En toute logique, cette réduction impose une baisse des charges. Hors Kimi Raikkonen et Felipe Massa sont payés par Phillip Morris, il n’y a que les primes qui sont offertes par la Scuderia. Toutefois, le gros du personnel est payé par l’écurie mais sa composition grossie saison après saison... Passant de 750 personnes en 2004 à 900 personnes en 2007, cela malgré un budget en baisse de 10%.

Du coup, les premières tensions arrivent lorsque Rory Byrne revient dans l’équipe comme consultant. Le sud africain signe un contrat de trois années, d’ailleurs il retouche la 248F1 qui devint rapidement une arme redoutable en course. Malgré cet exploit technique, Ferrari estime que Rory Byrne doit partir après son contrat et embauche Nicolas Tombazis. Mais la différence de salaire est là ! Aldo Costa, le responsable du développement châssis chez Ferrari est payé 600 000 Milles Euros, alors que Nicolas Tombazis touche 3 Millions d’Euros, l’aérodynamicien est l’un des ingénieurs les mieux rémunéré de la Scuderia. De son côté, Rory Byrne dispose d’un contrat de consultant estimé à 1 Million d’Euros l’année, soit encore plus qu’Aldo Costa lui-même. Et c’est la même chose pour les autres italiens... Les salaires sont 10 fois moins importants qu’auparavant.

Pire, Ross Brawn, après avoir pris une année sabbatique, souhaite à nouveau rentrer dans l’organigramme de Ferrari mais à la place de Jean Todt. Ce dernier souhaitait jusqu’au bout que ce soit Michael Schumacher qui lui succède... D’où l’idée d’un poste de consultant, car Jean Todt se souvient qu’Alain Prost avait tenu ce rôle chez McLaren en 1996 : C’était même, Jean Todt qui avait soufflé l’idée à Alain Prost à l’époque. Actuellement le débarquement de Ross Brawn bouleverse l’échiquier Ferrari, car Stefan Domenicali devait logiquement prendre la place de Jean Todt. Le français s’est rendu compte que les relations entre ce dernier et le directeur technique actuel de la Scuderia étaient très mauvaises depuis le début de l’année, d’où l’idée d’une mise à l’écart progressive de Stefan Domenicali. Ross Brawn souhaite le même salaire que lorsqu’il était directeur technique de la Scuderia, soit 5 Millions d’Euros, alors que Stefan Domenicali n’est payé que 800 000 Milles Euros. De son côté, Michael Schumacher empoche 8 Millions d’Euros par Ferrari pour être consultant mais il ne sert à rien. Il a d’ailleurs donné sa démission récemment...

Ferrari voit son budget baisser d’année en année, elle restructure son équipe en utilisant la loi de 2004 à son avantage afin de privilégier les bas salaires. Tout en essayant de garder sa "Dream Team" intacte, dans le but d’une bonne image marketing et surtout pour l’expérience, tout cela en payant à prix d’or chacun des protagonistes du succès. Mais Ross Brawn n’a guère envie d’être une légende pour Ferrari, il souhaite la diriger... C’est ce problème de ressources humaines que l’écurie italienne doit résoudre !
sourceF1fanatic



**********************
Je n'ai jamais été un grand constructeur .
Je n'ai jamais rêvé de l'être.
Je reste un artisan provincial.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Modena49
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE
ADMINISTRATEUR ÉMÉRITE

Messages : 24960
Date d'inscription : 11/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum